Mission du FMI à Brazzaville : la corruption congolaise a encore de beaux jours devant elle !

Sassou Nguesso en famille de retour d’Arabie Saoudite, un voyage à 1 milliard CFA

Les équipes du FMI sont de retour à Brazzaville. Leur mission se poursuivra du 3 au 18 avril. Pas de perte de temps, la première journée a été centrée, auprès du ministre des finances Calixte Ganongo, sur le statut des discussions sur la dette extérieure et sur l’audit de la dette intérieure ; avec une grande question sur la situation des finances publiques en 2017 et également, et surtout très sûrement, « la situation du compte en Chine ». Mystère et boule de gomme, qui osera croire que ce pactole des Nguesso, même s’il est au nom de Jean-Jacques Bouya, fera le chemin inverse pour se retrouver dans les caisses de l’Etat congolais ?

Il faut être bien naïf pour croire que la leçon de l’orthodoxie a été retenue à Brazzaville. Le FMI n’obtiendra qu’un modeste os à ronger, rien de plus. Le clan au pouvoir est dans le rapport de force, jouant des soutiens nombreux qu’il compte encore et qui ne souhaitent pas le voir sombrer pour des intérêts divers.

La lutte contre la corruption a-t-elle été vraiment engagée ou bien faudra-t-il se satisfaire de quelques arrestations homéopathiques, plus que symboliques, destinées à sauver la face de l’Institution de Bretton Woods ; comme ce fut le cas pour le Point d’achèvement au PPTE, à la fin 2009, avec la fermeture exigée par cette dernière de la Cotrade de Kiki. Rien de plus que de la poudre aux yeux…

Aujourd’hui, une victoire majeure aurait été le retour dans le giron de l’Etat congolais des participations extorquées par AOGC du faux-nez Denis Gokana, Kontinent de Yaya Moussa ex-FMI mais depuis vrai blanchisseur de l’argent du clan dans des participations pétrolières ou bancaires, Petro-Congo du porteur inconnu Meddy Espérence Edre Lipika ou Likouala SA planquée dans les brûmes des Trusts de Jersey et que Perenco opère sans le moindre état d’âme ; sans oublier les structures de paille en cascade de Marine XII pour dissimuler toujours les mêmes intéressés… !

Rien n’est moins sûr ! Ce patrimoine obtenu en toute illégalité pourrait bien rester dans les mains des malfaiteurs ! Déjà en 2009, avant l’accord du Point d’achèvement par le FMI, le plan de gestion des ressources naturelles au travers de la réalisation d’une étude diagnostique de la gouvernance et de la corruption par un groupe indépendant d’experts de réputation internationale n’avait pu aller à son terme, tant Dominique Strauss Kahn s’empressait, en accord avec des pseudo-lobbyistes, d’accorder l’effacement de la dette à Sassou Nguesso. Aujourd’hui serait-on dans la même urgence aveugle, au prétexte par exemple qu’il faudrait sauver le FCFA d’une dévaluation ?

L’alchimiste Yaya Moussa, qui transforma des comptes plombés en comptes en or bons pour le PPTE avec la bienveillante assistance de Lazard, avait quitté le Congo Brazzaville en juillet 2009. Oscar Melhado fut rapidement à la hauteur de la succession. Ce dernier flattait, le mardi 3 novembre 2009, le Congo de se trouver « dans la dernière ligne droite du point d’achèvement…. Une fois cet objectif atteint, le Congo disposera des ressources additionnelles qui seront consacrées à la construction des infrastructures et des services de base pour le développement économique. Cela permettra au Congo de résoudre les deux principaux problèmes du pays, notamment le chômage et la pauvreté. »

Il s’en suivait une liste de propositions (et non des conditionnalités) sur le mode de fonctionnement de l’Etat, l’accroissement de la transparence et l’utilisation efficiente des ressources de l’Etat, et de faire jouer au gouvernement un rôle actif dans les secteurs sociaux stratégiques, principalement l’éducation et la santé. Puis, espérant que le Congo des Nguesso corrupteurs prendrait la même direction que d’autres pays émergents de l’Est asiatique, tel Singapour, Oscar Melhado exprimait aux Dépêches de Brazzaville que le moment de la décision était arrivé et qu’il fallait éviter de perdre cette occasion.

La bonne blague !

Monsieur Melhado, comme son prédécesseur et bon nombre de responsables, telle la directrice du Département Afrique, Madame Antoinette Sayeh, qui baignaient dans la plus totale autosatisfaction, réclamaient ni plus ni moins qu’un chèque en blanc (finalement de 5 milliards de dollars) au régime qui figurait en tête des Etats les plus corrompus et corrupteurs de la planète !

Tout le monde connait la suite : l’empressement « désintéressé » du lobby du Point d’achèvement accordé au très corrupteur Congo Brazzaville, sur la base de faux rapports, allait faire sombrer ce pays dans la pire gabegie financière et le pire pillage institutionnalisé qu’il pouvait connaître. Une responsabilité immense qui pèsera toujours sur le Fonds Monétaire International en attendant, celle éventuelle d’un plan de sauvetage de la dictature en place !

Les mêmes experts ou presque sont présents au chevet d’un Congo agonisant. Ils sont encore prêts à apporter un concours sensiblement égal voire supérieur. Dans ces affaires de charité que l’on accorde à certains Etats voyous, on peut toujours s’attendre à un brin de reconnaissance sonnante et trébuchante. C’est un soupçon qu’il sera difficile d’exclure d’autant plus que des tentatives de corruption de certains membres du personnel du FMI se seraient produites…

Heureusement, fort heureusement, les équipes de 2017-2018 sont autrement composées et dirigées que celles de 2008-2009. L’espoir subsiste pour le FMI, avec les femmes et les hommes qui sont à sa tête actuellement, qu’il ne se fourvoiera pas encore une fois quelles que soient les pressions dont, elles ou ils, feront l’objet des réseaux proches ou très favorables à Denis Sassou Nguesso. Tenir bon, il ne faut rien céder car tout pourrait bientôt vaciller autour de ce dernier.

Simon Piel et Joan Tilouine journalistes au Monde, ont publié un long article dans l’édition du Mercredi 4 avril au sujet justement d’un de ses réseaux et des hommes qui le composent : Alexandre Djouhri et Dominique de Villepin très proches du dictateur de Brazzaville. L’article se termine ainsi : « Alexandre Djouhri peut donc encore compter sur de nombreux soutiens. Le 18 février, alors qu’il était sous contrôle judiciaire, plusieurs d’entre eux s’étaient rendus à Londres pour fêter son anniversaire, avait raconté l’Express ; là encore M. de Villepin, ou encore l’ancien ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres. Son ami Bernard Squarcini, ancien patron de la direction centrale du renseignement intérieur, avait, lui, dû rebrousser chemin en raison d’un problème de train. « Je les tiens tous par les couilles », aime à répéter l’intermédiaire, dans le langage fleuri qu’il affectionne. »

Si Alexandre Djouhri peut se permettre de tenir ce langage fleuri, ou pas, comment ne pas donner tout leur sens aux affirmations que tenaient Alfred Sirven, ex-inculpé dans l’affaire ELF, à ses visiteurs concernant Brazzaville : « Sassou Nguesso peut faire sauter sept fois la République française ! » Et ce dernier n’attend pas une quelconque célébration de son anniversaire : ce qu’il exige ce ne sont ni plus, ni moins, que quelques milliards de dollars pour sauver son pouvoir !

Ceux qui oseront les lui accorder, risqueront fort de se retrouver un jour sur un banc des accusés tant la mobilisation est grande contre ce projet. Un plan de sauvetage pour le CongoB après le PPTE volé aura beaucoup de mal à passer sans encombre !

Rigobert OSSEBI

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Mission du FMI à Brazzaville : la corruption congolaise a encore de beaux jours devant elle !

  1. AVIS AUX INTERNAUTES DE CONGO-LIBERTY dit :

    TOUT PROPOS HORS SUJET SERA SUPPRIME.
    LA PRÉOCCUPATION ACTUELLE DE LA DIASPORA DOIT ÊTRE LA PRISE EN CHARGE DES SOINS MÉDICAUX DE NELSON APANGA ET D’AUTRES PATRIOTES QUI LUTTENT SUR PLACE AU CONGO*BRAZZAVILLE !
    A BON ENTENDEUR SALUT

  2. VAL DE NANTES, SASSOU OU la honte consentie du CONGO .; dit :

    C’est triste de voir l’arrivée penaude d’un flatteur international en mal de CFA .Cette image d’un autre temps nous suggère plusieurs interrogations , dont celle ci qui me revient comme un serpent de mer ;;;
    Est ce que tous les membres de toutes les tribus de notre pays sont en mesure de prétendre au fauteuil présidentiel ,,,,,,,?
    Répondre à cette question de survie nationale , sans à priori tribal , est un effort honnête de contribution à l’édification durable de notre pays .
    Cette question ,je me la pose ,sans y répondre pour l’instant ;;;
    SASSOU est un exemple d’aventurier politique imbu d’une imposture manichéenne .
    Voilà ,quelqu’un dont l’échec politique , aura immensément écorné l’image d’une tribu .
    JACQUES OPANGAULT en gerberait ;;;;;;;;;;;;;;;;

  3. VAL DE NANTES, SASSOU OU la honte consentie du CONGO .; dit :

    LIRE ;; combien en sont devenus milliardaires et millionnaires ,

  4. Anonyme dit :

    Rigibery Ossebi, toujours pertinent. Merci pour cet eclairage. Compte tenu du desastre ecinomique et social dabq lequel le dictateur sassiu a plongé le Congo la corruption des fonctionnaires du FMI ne sera d’aucun secours au pouvoir de Brazzaville.

  5. Maclintoch dit :

    Merci beaucoup pour toutes ces infos pertinentes. Le Congo mérite des gens comme vous pour avancer dans la bonne direction, mais pas Aladin et les 40 voleurs. Au moins votre temps vous le mettez a profit en lisant et en écrivant ces articles pertinents.
    Merci Rigobert

  6. Antoine dit :

    @Val de Nantes
    Quand le sage montre la lune, l’imbecile regarde le doigt
    À méditer en relisant l’article et vos commentaires. Les informations apportées par l’auteur méritent un peu de modestie de votre part et autant de considération.

  7. Val de Nantes dit :

    Il faut une sacrée dose d’anxiolytiques quotidienne pour tenir, Sassou doit en être un grand consommateur à l’instant des drogués .
    Soit le pouvoir l’a robotisé ,au point de se sentir surhumain ..
    Le Fmi ,au vu de l’immensité grotesque des cachoteries financières ,aura fort à faire à débusquer le lièvre …
    Que les mères congolaises ne nous produisent plus ,cette race des congolais dont le pays ne que faire ..
    Il est des accouchements qui maudissent tout un pays ,le Congo en fait les frais en ce moment….
    Hier ,milliardaires et aujourd’hui ,volontairement SDF ,il faut le faire…
    Le Fmi n’est pas un enfant d’église ,mais un prédateur financier qui surmultiplie son crédit ,pour rentabiliser son investissement financier .
    Nous nous imaginons nous prélasser au bord de la piscine ,nous voilà repartis puiser l’eau du Djoue.
    Le Fmi est un docteur qui enrichit les nantis juchés sur les immondices des pauvres…..

  8. colonel benoit moundele ngollo dit :

    vs navez aucune preuve que le deplacement international de denis sassou ng en arabie saoudite a coute un milliard de fcfa d’autant plus que vous n’avez pas participe a l’elaboration du budgetdenis sassou ng en sa qualite de president de la rep jouit dune caisse noire dont les depenses echappent au controle de la cour des comptes.voir cours de droit administratif. certaines images de denis sassou ng sont desormais soumises aux droits d’auteurs

    QUANT AU RESTE VS POUVEZ FAIRE L’OBJET D’UNE CITATION DIRECTE attention a certains de vos ecrits.mme valls avait attrait en justice un oiseau de votre genre

  9. Lucien Pambou dit :

    @Rigobert
    Merci par ces faits précis et pertinents de montrer à nos compatriotes congolais souvent gagnés par l émotion en lieu et place de l ‘analyse comment la situation politique (tentative de coup d’état par les Proches deSassou, souspcons de corruption par les memes ) participe de l ‘étude semantique du Reseau.il faut savoir etre patient analytiquement et resister à l ‘émotion pour que les faits finissent par vous donner raison

    @ VAL de Nantes et aux AUTRES

    Le Réseau congo est en voie de délitement.Les points nodaux , les bifurcations et les trajectoires sont marqués par des liens faibles qui conduisent soit à la sortie du réseau soit à la volonté d’y jouer un role pour les differents membres
    La sortie de cette situation dépend de la capacite de Sassou à reconsidérer ou non le délitement du réseau
    Fort de sa victoire contestable par les opposants et réelle par ses partisans , Sassou reste le maitre du jeu comme le rapelle avec autorité Rigobert dans son papier

    C’est bien de se lamenter a longueur de post,CHER VAL DE NANTES ET LES AUTRES

    Encore faut il mettre en place les outils concrets et realistes pou un diagnostic du réseau dont une partie non visible est à l ‘etranger au sein duquel se trouvent un certain nombre de décideurs politiques, industriels , financiers , et certains membres de la diaspora qui disent appartenir à la resistance sur la place de Paris , alors que ce sont des taupes infiltrées au nom du Reseau Central

    VIVE L ANALYSE RESEAUTALE QUI PERMET DE METTRE A JOUR UN CERTAIN NOMBRE D EVIDENCES

    Encore faut il une fois les évidences mis à jour avoir un programme une strategie des préconisations et des moyens financiers de la politique de renversement de la table politique au congo réseau.voici les missions des oppositions congolaises.Encore faut il qu elles soient capables a minima de parler d’une meme voix

    Ne me demandez pas de solutions ,je fais mon travail d’analyste et ne prenez pas pretexte de cette facon de faire pour jeter tout votre fiel emotif

    Sortez du carcan larmoyant et répondez au fond svp

  10. le fils du pays dit :

    A Mr Val de Nantes.
    Le Congo ne manque pas d’argent.
    Le Congo a bel et bien de l’argent sauf cet argent du peuple Congolais est dans les mains de Mr Sassou et son club.
    Les choses ne changeront au Congo que quand quelques Mbochis encore égarés et d’autres qui soutiennent ce système merdier qu’ils appellent par nativité leur pouvoir se rendront compte que que Mr Sassou n’est qu »exécuteur de la volonté de la france, un point d’accrochage de la france au Congo.Que leur pouvoir na bissi mene n’est que l’arbre qui cache la foret c’est la france qui est le vrai détenteur du fameux pouvoir.
    Qui peut un instant croire qu’un pays qui engrange près de 100 milles milliards de petrocfa,devient le distributeur de sommes en Afrique et ailleurs, dans un clic d’oeil devient quémandeur de sous auprès des arabes et des institutions financières internationales.Quelle genre de blague de la part de Mr Sassou et club.
    Si les caporaux chefs comme Fernand Masson ont bien compris les choses, il est l’heure de mettre fin a ce système merdier.

  11. mwangou dit :

    @ colonel benoit moundele ngollo dit : Je valide. Vous êtes marrant, mais vous dites vrai.
    @ le fils du pays dit : Je valide. Ouais!  » Qui peut un instant croire qu’un pays qui engrange près de 100 milles milliards de petrocfa,devient le distributeur de sommes en Afrique et ailleurs, dans un clic d’oeil devient quémandeur de sous auprès des arabes et des institutions financières internationales. »
    Sauf qu’il faut essayer de se mettre à l’abri des mêmes plaintes, la France qui fait ci, le Fmi qui fait ça… , alors qu’il faudrait insister sur ce que vous avez su bien dire :  »Les choses ne changeront au Congo que quand quelques Mbochis encore égarés et d’autres qui soutiennent ce système merdier qu’ils appellent par nativité leur pouvoir se rendront compte que que Mr Sassou n’est qu »exécuteur .. » C’est bien cela qui mine le progrès dans ce pays. Parce que ni la France, ni le Fmi, ni aucune autre entité, ne seront suffisamment puissant pour casser la volonté d’un peuple qui veut se libérer.

  12. Val de Nantes dit :

    Seul un peuple à l’unisson ,est capable de faire partir ce tyran ,les congolais n’en montrent pas l’exemple .
    Cette dualité mentale au sein des congolais prolonge le bail criminel de Sassou .L’un des facteurs de la faiblesse patriotique est la difficulté antagoniste de choisir entre subir du fait de l’ethnie qui est au pouvoir et changer pour une promesse des meilleurs jours ….
    L’hésitation frontale entre ces deux options fait le lit de Sassou ……

  13. Lucien Pambou dit :

    @mon cher VAL DE Nantes

    Tu es entrain de t’apercevoir avec tristesse de la puissance analytique du réseau et des contradictions/ possibiltés qu’il met en évidence et que tu analyses toi meme avec brio.

    C’est une question et je reste sans voix a qui faire confiance?,je n ‘ai pas de réponse car tout va dans tous les sens

    je pourrai m ‘en rejouir au nom de l ‘analyse réseautale dont les faits actuels au congo valident mon intuition analytique à laquelle les uns et les autres finissent par accrediter malgres les contorsions intellectuelles des uns et des autres

    je suis triste de ce qu il se passe dans mon pays

    on est vraiment nazes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.