INTERVIEW DE JOHN-BINITH DZABA : Procès politiques des généraux Mokoko et Dabira ; Le voleur Christel Sassou-NGuesso à sa place en Prison ; La tentative d’assassinat de Roland Nitou ; L’échec du concert de Roga-Roga à Paris ; La fin de règne du tyran Sassou-NGuesso…

Diffusé le 03 juin 2018, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à INTERVIEW DE JOHN-BINITH DZABA : Procès politiques des généraux Mokoko et Dabira ; Le voleur Christel Sassou-NGuesso à sa place en Prison ; La tentative d’assassinat de Roland Nitou ; L’échec du concert de Roga-Roga à Paris ; La fin de règne du tyran Sassou-NGuesso…

  1. L'argent du Congo dit :

    On ne peut pas faire la politique sans regarder ce qui se passé dans le monde.
    La France est le créateur de toute la mise congolaise, TV5 nous parle de la partie d’Afrique qui ne veut pas avancer, ou d’un pays maudit, la désinformation .
    Qui dans se monde est contre l’amélioration des ces conditions sa vie?
    Dans les années 70 nous étions parmi les pays les plus scolarisés du monde je dis bien le monde et non l ‘Afrique, nous étions parmi les pays plus avancés d’Afrique, alors dieu a-t-il changes la qualité de la personne congolaise? Bien sur que non. La découverte du pétrole est la source de tout, comme la France est tellement pauvre et elle ne veut pas appliquée la politique du partage du coup la France a choisi la tribu la plus ignorante du Congo « MBOCHI » et la politique de la division pour diriger le pays tout en sachant qu’avant le Mbochi tout ce qui compte c’est : violer les femmes, les honneurs, le vol du bien publique, les tueries. En ajoutant le tribalisme la France peut tout voler sans inquiétude.
    LA France N’ACCEPTERA JAMAIS ET JAMAIS LA DEMOCRATIE (LE BIEN DE TOUT CONGOLAIS SANS DISTINCTION DES TRIBUS) AU CONGO
    La paix au Congo selon la France c’est accepter le pillage de nos biens par la France
    Ou est parti l’argent du Congo, nous demandons a la France de publier le comptes de sassou comme au temps de Mobutu, ou tout le monde le savait qu’il détenait l’argent du pays.
    LA France A TOUT VOLE AU CONGO
    Et ce n’est pas aussi l’Amérique qui sauvera le Congo.

  2. Végétarienne dit :

    Mr John-Binith DZABA a au moins, le mérite d’une constance dans la philosophie de sa lutte contre le régime congolais.
    En effet il est de ceux qui martèlent haut et fort à chaque occasion, que la jeunesse congolaise ne doit pas se laisser divertir, mieux, se laisser détourner de sa lutte qu’il croit victorieuse in fine. Aussi, minimise t-il certains faits relayés par une certaine presse ces derniers jours, en les traitant de non événement, de poudre aux yeux ou d’écran de fumée. Pour lui, si je comprends bien, la lutte doit continuer sans sourciller pendant que le nom de Kiki s’invite de plus en plus dans les débats entre congolais. Il insiste à croire que la cible reste Sassou. Je suis d’accord avec lui car on a pas encore vu, même en Afrique non démocratisée, un fils succéder à son père vivant. On a plutôt vu, Faure Gnassimhgbé succéder à son père Eyadéma, MORT; Joseph Kadima, succéder à son père Désiré, ASSASSINÉ, enfin Ali Bongo, succéder à son père Omar, DÉCÉDÉ. Le président Sassou se porte bien. Sincèrement, je pense que Mr JB Dzaba, cible juste sur ce coup. «un dictateur ne laisse pas le pouvoir à son fils! MDR,!!!##»

  3. Végétarienne dit :

    Lire Joseph Kabila et non Joseph Kadima.

  4. Anonyme dit :

    Morceau choisi (source lexpress.fr article « Au chevet de la Lybie »)

    Médiations parasitaires

    La conférence de Paris aura peut-être, qui sait, un mérite indiscutable: celui d’éclaircir les rangs des « médiateurs » accourus au chevet de la Libye, médiateurs dont l’activisme tend à parasiter les efforts déployés in situ par la mission onusienne. « L’objectif est aussi de mettre un peu d’ordre dans tout ça, avoue l’un des sherpas diplomatiques de la Macronie. Et ce à la demande de Salamé et des Libyens eux-mêmes. » Sur ce registre, la palme de l’intercession la plus insolite revient sans nul doute au président Congolais Denis Sassou Nguesso, présent à Paris en sa qualité de figure de proue du « Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye. » L’autocrate qui s’échine à « normaliser » la région rebelle du Pool à l’arme lourde et embastille ses opposants à coups de simulacres de procès serait-il le mieux qualifier pour s’acquitter d’une si noble tâche ?

Laisser un commentaire