Les grandes ombres sur le front d’Eni au Congo

La République du Congo – à ne pas confondre avec la plus étendue et célèbre République démocratique du Congo – est l’un de ces états africains riches d’Hydrocarbures  mais au même moment flagellés du fléau de la pauvreté.

Claudio Descalzi et sa femme Madeleine Ingoba

Dans ces cas, le cliché veut que le puissant en service, le président Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis 1979 en vertu d’une « rupture » entre 1992 et 1997, tire pour soi-même, pour sa famille et le petit cercle restreint de soldats évidents « avantages » de l’extraction de gaz et de pétrole. C’est donc une préoccupation que pour l’Eni ces dernières années, se soit ouvert un « Front congolais » dans lequel, pour l’énième fois des magistrats du parquet de Milan cherchent de faire la lumière.

Un premier chapitre de cette histoire a été déjà écrit en 2015, quand sous les projecteurs était finie la licence pour le verrouillage pétrolier Marine XII, contrôlé par le Chien à six pattes avec 65 pour cent des actions (à 10 pour cent figure ensuite la société congolaise publique SNPC). Eni, en particulier, en Juillet 2015 – comme explique le budget de 2016 du groupe pétrolier – avait reçu « une demande de production de documents par le ministère de la Justice ( » DOJ « ) des USA en rapport avec la richesse Marine XII au Congo et des relations entretenues avec quelques personnes physiques et des entreprises » soupçonnées de corruption.

Mais potentiellement encore plus perturbateur est l’enquête de Milan sur un autre bloc, Marine XI. Il y’ a des soupçons que l’attribution du maxi gisement en République du Congo ait eu lieu grâce et à travers l’usage des pratiques de corruption qui reconduirait à une entreprise nommée Ressources naturelles du monde (World Natural Resources), derrière laquelle se cacheraient les personnes proches à l’Eni et à sa gestion, comme amplement raconté par Espresso et l’Editorial Fait Quotidien l’hiver dernier. La World Natural Resources a acheté pour 15 millions de dollars une part de Marine XI d’une valeur de 430 millions.

Les mêmes relations annuelles de l’Eni révèlent qu’en Avril 2018, la Société a reçu un avis des procureurs de la République selon laquelle son propre «Chef du développement, des opérations et de la technologie» et un autre pas mieux spécifié « employé Eni » sont soupçonnés dans l’enquête pour corruption au Congo. Le chef de développement, des opérations et de la technologie au moment où le mandat de perquisition exécuté le 5 Avril dans les bureaux de l’Eni de Milan et de Rome était Roberto Casula, dont le rôle dans l’opération OPL 245 au Nigeria a répété mis plusieurs fois en discussion par Re: Common et Global Witness durant les récentes assemblées des actionnaires. Casula, en fait le numéro 2 de l’ENI, est en ce moment « en congé » en attente de clarification sur sa position. En ce qui concerne le second employé soupçonné, l’entreprise n’a initialement pas fourni de détails, et a ensuite dû admettre à l’assemblée générale des actionnaires du 10 mai dernier qu’il répond au nom de Maria Paduano. C’est l’une des quatre personnes mentionnées par L’Espresso sur la base de ce qui a émergé des Paradis Papers en tant que directeur ou ancien bénéficiaire de World Natural Resources. Les autres sont Andrea Pulcini (ancien directeur de ENI), Ernst Olufemi Akinmade et Alexander Haly.

Ce dernier est également directeur de Petro Services, une société de services pétroliers actifs en République du Congo. Lors de l’assemblée de 2017, Eni avait informé les actionnaires qu’il n’existait pas des liens contractuels avec Petro services au Congo, mais durant la dernière réunion il a en effet démenti ce qui fut dit précédemment, chargeant tout à un oubli – Il y’aurait eu une erreur de la transcription de la réponse.

En fait, l’Eni a entretenu des relations commerciales avec Petro Services depuis 2012 jusqu’au début de l’année 2017. Il y’aurait des réactions sur le fait qu’Eni aurait payé Petro-services pour environ 105 millions de dollars pendant la période susmentionnée.

Une autre « coïncidence » pour le moins inhabituel est que M. Ernst Olufemi Akinmade, lui aussi faisant objet d’une enquête aujourd’hui en tant qu’unique administrateur de 2012 à 2014 de la section anglaise de World Natura Resources impliquée dans le scandale au Congo, ait travaillé pendant des années dans le groupe nigérian contrôlé Eni, pour ensuite devenir le bras droit de l’ex-ministre du pétrole nigérian Dan Etete et le représenter, protégé d’un offshore, dans les négociations finales pour l’attribution du champ OPL 245.

Il convient de rappeler que les enquêtes sont toujours en cours et que l’Eni nie résolument tous les frais et attend l’évaluation indépendante commandée à la KPMG sur les données concernant cette histoire complexe.

Cependant, il reste un halo au moins d’opacité dans la gestion des «relations d’affaires» avec un gouvernement comme celui  des Congolais.

Publié en italien sous le titre : Le grandi ombre sul fronte Eni in Congo

Traduction offerte par Collectif Sassoufit Italie

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Les grandes ombres sur le front d’Eni au Congo

  1. Val de Nantes , dit :

    Chers compatriotes ,chers amis
    frères et soeurs …
    Kangame vient d’inaugurer sa première usine d’assemblage des voitures allemandes .eh oui .
    L’argent du pétrole volé nous aurait permis d’en construire des milliers au Congo .
    L’ENi ,complice de la paupérisation absolue du peuple congolais..
    L’Eni sait très bien le niveau de sa responsabilité dans la fuite des capitaux congolais vers les paradis fiscaux .
    On construit des usines pour la création des emplois au bénéfice de sa population .
    Je redis et j’insiste sur la primauté de l’intelligence dans ce qu’entreprend un être humain ..
    Pour bénéficier de cette délocalisation technique ,il a fallu au préalable former ,des techniciens ,ingénieurs rwandais …
    Kangame a fait confiance à ces compatriotes formés à l’étranger pour participer à l’essor national .Eh oui ,il y a des noirs qui progressent ,il n’y en a qui tuent ,pillent les richesses de leur pays ..
    La honte ,c’est vrai qu’elle ne tue pas ,nous serons tous morts devant les progrès vertigineux que nœud offre ce pays nu des matières premières stratégiques.
    Eh oui ,le grand Kangame a su allier ,rigueur et pragmatisme autour du cerveau rwandais..

  2. Val de Nantes , dit :

    Un corrupteur trouve toujours des alliés dans sa mise en exécution de ces basses manœuvres.
    Au Congo ,il en a trouvé des milliers , dont le premier d’entre eux ,Sassou …
    La mort du pays est une volonté funeste de satisfaire des instincts de basse valeur ..
    Construire la pyramide de Maslow ,sur les deniers publics ,dont on sait qu’ils pourraient changer la vie des compatriotes est une véritable malédiction …
    Que dire ,devant mes amis rwandais qui pétillent d’intelligence ????.
    Nous avons étudié comme eux ,alors où en nous sommes ???…
    Qui des mbochis,ou de Sassou ,seront châtiés sur la place publique ???….
    Kangame ne nourrit pas son peuple au moyen des tickets restaurants du FMI…
    Et,Sassou ,en dépit des milliards divins ,grâce à la main de Dieu ,a réussi un exploit ,celui de quémander des tickets restaurants du FMI pour se nourrir …
    Quelle honte ,pour nous congolais ,d’être des admirateurs des progrès réalisés chez les voisins.
    Nous ne sommes pas dans la mondialisation mais dans la villagelisation accélérée..
    L’ENi ,seul , ne peut se permettre de tels comportements .
    L’ENI ,tout comme TOTAL ,ce sont des accompagnateurs des dictateurs en panne de vision d.émergence de leurs pays …
    Au Rwanda ,on parle plus d’économie que des tutsis et hutus ,au Congo ,on parle de l’avenir des mbochis …
    Non ,chers compatriotes ,est ce que toutes ces tribus logées dans ce pays ,ont vocation réellement à diriger le pays ????…

  3. Val de Nantes ,pudeur républicaine. dit :

    Nous frère mbochiss ,nous ont offert un spectacle hallucinant sur la gestion des finances publiques de notre pays .
    De ce constat horripilant ,se pose la question scientifique …
    Est ce que tous les membres issus de toutes les tribus de notre pays ,ont la capacité mentale ,morale et ,intellectuelle à diriger notre pays ..
    Sassou a répondu ,sans filtre ,à cette question ,c’est Non …
    Il y a des questions qui méritent qu’on les sorte des placards de la république.Si, par
    pudeur républicaine ,on continue à se boucher le nez avec nos mouchoirs ,on va continuer
    à essuyer nos larmes avec ces mêmes mouchoirs .
    Résultat ..Demain ,on va émigrer vers le Rwanda …

  4. Val de Nantes , dit :

    En fait ,chers amis , ce Kangame est tout simplement intelligent ..
    Tous les présidents africains le murmurent sous le manteau .Ce Kangame est entrain de ringardiser les vieilles dictatures de l’Afrique centrale …
    Si ,il est voleur des matières premières de La RDC ,alors là ,on peut en conclure que c’est un bon voleur ….
    Voler, et se développer ,il faut le faire ….

  5. FIN DE REGNE dit :

    15 AOUT 2018, RISQUE ÉLEVÉ D’ATTAQUE CIBLÉE CONTRE SASSOU AU BOULEVARD DES ARMÉES, A SUIVRE !!!
    C’EST FAIT,
    LES DICTATUEURS SASSOU ET KABILA ONT PEUR DE MOURIR COMME LEURS NOMBREUSES VICTIMES CIVILES, POLITIQUES ET MILITAIRES. RISQUE ÉLEVÉ D’ATTENTAT OU D’INSURRECTION MILITAIRE PENDANT FÊTE DE L’INDÉPENDANCE DE LA RD-CONGO 30 JUIN 1960- 2018. C’EST LES RAISONS POUR LESQUELLES, JOSEPH KABILA VIENT DONC D’ANNULER LE DÉFILÉ MILITAIRE MOTORISÉ ET AÉRIEN A KINSHASA. D’APRES DES SOURCES FIABLES, LA MÊME SITUATION POURRAIT SE PRODUIRE LE 15 AOÛT 2018 A BRAZZAVILLE.
    INFOS: JOSEPH KABILA RISQUE D’EMPORTER AVEC LUI LE DICTATEUR SASSOU NGUESSO D’ICI LA FIN DE L’ANNÉE 2018, CAR LA GÉOPOLITIQUE SOUS-RÉGIONALE RISQUE D’ÊTRE FAVORABLE AUX PEUPLES DU BASSIN DU CONGO ASSOIFFÉS ENFIN D’ALTERNANCE POLITIQUE. https://www.youtube.com/watch?v=gCeFQAvzlmg

  6. Val de Nantes , dit :

    Que Sassou nous explique comment peut il laisser sur la place de Paris , ou ailleurs ,tant des ingénieurs ,des scientifiques ,des techniciens .???.
    Comment développe t’on un pays ????.Ce transfert des savoirs technologiques dont a bénéficié ce pays ,est décisif dans le processus d’émergence de ce petit pays ..
    On peut se développer sans pétrole ,le Rwanda l’a fait .
    Pour ,le Congo ,ce pétrole fut une aubaine divine pour financer les investissements dans les usines ,les unités de production ,afin de créer de manière durable les conditions des meilleures vies ..
    Je m’interroge ,si ,avec ,des tickets de restaurants du FMI ,on pourra égaler le Rwanda …
    J’ai toujours dit et continue à le dire , que ,tout le monde ne peut être pas ingénieur ,technicien ,scientifique,mais de grâce ,reconnaîssez que c’est cette catégorie professionnelle qui défie la misère sociale …..

  7. Val de Nantes , dit :

    Les chinois ,faute de pétrole ,ont misé sur l’agriculture ,pour tutoyer quelques années plus tard l’excellence dans les domaines très pointus de l’intelligence immatérielle …..
    Tout est question , de la volonté et de l’amour patriotiques .
    Nous ferons beaucoup de thèses sur ce site ,il nous manque cette espèce de réalisme kangamien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.