INTERVIEW DE POATY-PANGOU : Le Procès des généraux et l’avenir des Mbochis ; Parfait Kolelas et Tsaty-Mabiala homme de main de Sassou ; L’Alternative entre la Scission et la Confédération du Congo ; NTumi le faux rebelle…

Robert POATY-PANGOU est un nationaliste congolais qui prône la scission du Congo-Brazzaville en deux entités distinctes, pour se prémunir des guerres ethniques qui sont la constante dans son pays. A défaut les massacres de masses continueront comme actuellement dans le Pool. Il propose comme comme solution et projet politique une confédération congolaise à l’image de la Suisse.

Il s’insurge contre la complicité de Parfait Kolelas et Tsaty-Mabiala qui accompagnent le tyran Sassou , tant dans les crimes économiques qu’humains !

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

112 réponses à INTERVIEW DE POATY-PANGOU : Le Procès des généraux et l’avenir des Mbochis ; Parfait Kolelas et Tsaty-Mabiala homme de main de Sassou ; L’Alternative entre la Scission et la Confédération du Congo ; NTumi le faux rebelle…

  1. l'Africain authentique dit :

    A entendre ce monsieur, on ne peut pas etre fier de se dire congolais. Il n’est pas intelligent/

  2. Val de Nantes , dit :

    @Poaty ,ok ,nous y sommes ,l’horizon s’illumine ,au regard de l’évolution de votre posture politique antérieure ,qui prônait une nette scission sans aucune solutions de rechange….
    Aussi ,j’applaudis de deux mains ,la clairvoyance politique qui a émaillé votre intervention ,dont acte .
    La confédération à la mode suisse ,n’est rien d’autre le fédéralisme Allemand ,la différence est purement sémantique …
    Vous êtes sans ignorer que ,nous sommes nombreux sur ce site à imprimer à notre pays ,une forme d’État ,appelée le fédéralisme ….
    Votre silence sur ce débat montre peut-être votre impréparation intellectuelle sur cette nouvelle forme d’État ,qui pourrait éviter à notre pays sa désintégration totale….
    J’en prends acte ,et j’espère que nous nous accorderons sur la définition exacte de ces deux jumelles formes d’État…
    C’est une joie ,pour moi de vous voir ,plus pragmatique qu’extrémiste sur un sujet qui porte les germes de la soudanisation du pays ,avec son cortège des malheurs …….
    Bienvenue au nouveau monde …

  3. augustin poignet president du senat sibiti congo brazzaville dit :

    a robert poaty pambou

    on ne peut pas etre nationaliste et prone l’imputation du congo en deux parties egales ou inegales.le pb du congo est essentiellement ethnique car a la base la ville capitale de brazzaville presente un visage hideux semblable a celui d’un hibou ou des le depart le debat politique est completement aneantit.

    de bacongo makalekele jusqu a mindouli c’est le pool c’est le lari c’est le foncier des kolelas.meme un lari non kolelas eprouvera toutes les peines du monde a se faire elire cas de mr come manckassa lari universitaire decede auj n’avait pas pu etre depute de madzia kibouende ou de goma tse tse dans l’une des gares du pool car non membre du mcddi.donc vs netes pas du pool et vs ne partagez pas les paradigmes du pool vs navez aucune chance detre elu.dje ala on ne peut pas parler de democratie

    de 2002 a 2009 le pool navait pas de candidat et cetait tant mieux pour le congo. c’est mr kingoumbi kia mboungou du niari qui etait regulierement deuxieme apres sassou ng.dolisie navait jamais brule et les ressortissants du nairi navaient jamais crie a la fraude. mais en 2016 avec guy p kolelas declare deuxieme par l’etat congolais et premier par charles zacharie bowao alors cetait la guere civile tout en sachant que charles n’est pas un statisticien est ce que le pool a deja entendu parler de biais? avec quels fichiers et quel logiciel charles zachaire bowao non statisticien avait il tenu ses statistiques electorales?donc les resulats publies etaient a la base faux.tant du cote de letat congolais que du cote de bowao.

    en 1992 b kolelas contre p lissouba n’avait eu que 20%. les laris ne sont pas nombreux.kinkala est moins peuplee que larondissement 5 ouenze de brazzaville. mais et pourtant le pool donne du fil a retordre a tous les chefs d’etat. le pool avait rejete la victoire de p lissouba

    toujours a brazzaville vous avez talangai mikalou deux bastions pctistes devenus des bastions nguesso; il faut desormais ajouter djiri dont la mairesse est une fille sassou ng vs netes pas du nord vs netes pas de la famille nguesso vs navez aucune chance detre elu.

    pour revenir au pool theodorine kolelals une fille kolelas a ete elue deputee de goma tse tse des le premier tour a goma tse tse

    un peu plus bas a diata makazou moutabala cest le bout despace foncier de lupads a brazzaville la bas on ne jure qu ‘ au nom de p lissouba

    et vs le savez deja le prince jeremie sylvain lissouba a ete elu depute de dolisie des le premeir tour mais a 60% des voix contre 90% pour son pere soit p lissouba grand dieu du niari.

    docn guy b p kolelas comme jeremie ne pouvait faire mieux que son pere. b kolelas au premeir tour navait eu que 20% contre 15% pour guy. c’est normal. de 92 a 2016 bcp d’eau a coule sous le pont du djoue.mais qui pour le dire au pool?

    il n y a des guerres au congo que lorsque le pool a un candidat . au lieu de separer le congo il faut plutot interdire au pool de faire desormais acte de candidature a une election presidentielle et la encore le pool n’a vote que deux fois(92 et 2016) et pour deux kolelas(bernard en 1992 et guy en 2016) donc le pool doit apprendre a voter dabord pour un non kolelas et de preference pour un non lari.il ya des defis politiques a relever dans le pool

    vs comprenez toute de suite que les clements mierassa matthias dzon nganguias engambe les ebina les j m m mokoko les okombi salissa des gens qui n’ont pas de tribus au dos pas de regions en gibeciere auront toutes les peines du monde a etre elus

    COMMENT VOULEZ VOUS ALLER EN DEMOCRATIE DANS UN TEL CONTEXTE

    le tribalisme est tres fort au congo.le mouvement des indignes s’est fache contre sassou ng lors de son sejour en france. or bien avant lui mr isidore mvouba y avait passe deux semaines. ou etaient ces indignes? le pool a une dent dure contre tous les collaborateurs de denis sassou ng. pourtant quand il sagit de rosalie matondo adelaide moundele ngollo bernard tchibambelela claude alphonse silou…. les visages changent le discours change le pool devient aimable et pourquoi?

    le probleme du congo cest le pool et ses vilaines mentalites. la division est une doctrine du pool. ils avaient deja expulse de bacongo et de makelekele tous les niboleks au demeurant leurs compatriotes et cette expulsion etait anti constitutionnelle

    le pool est fragile et tres naif.sassou ng propose a b kolelals « mettons ensemble un groupe parlementaire soit l’urd pct dont tu seras le leader » b kolelas disant oui se voyait deja president de la rep
    p lissouba a la mairie centrale de brazzaville dit au pool » vous etes la locomotive du congo » depuis le pool en bon naif ne cesse de le dire a qui veut lentendre que le pool est la locomotive du congo. deja cette declaration officielle venue dun chef detat en fonction etait anti constitutionnelle ,aucune region n’est au dessus d’une autre

    charles zachaire bowoa dit que «  »guy b p kolelas est le leader » le pool croit au point ou que mme munari a ete obligee de lexpulser du frocad. LE POOL EST TROP NAIF

  4. Val de Nantes , dit :

    @Poaty …Aplanir cette différence sémantique et commençons la campagne sur cette nouvelle forme d’État..
    Confédération et fédéralisme sont deux mamelles d’une seule poitrine féminine…Le peuple congolais sucera le même lait ……

  5. augustin poignet president du senat sibiti congo brazzaville dit :

    on ne peut parler de guerres ethniques au congo dans la mesure les differentes regions du congo sont homogenes. il n y a jamais eu de conflist interethniques dans une region donnee.seuls les laris sont dans le pool les mbochis dans la cuvette les gondjo dans la sangha les niboleks dans le niari….on ne peut pas aller en democratie dans un tel contexte. la democratie voudrait que chaque candidat vienne avec son « offre politique » et que le votant deviennent l’acheteur. il ya un marketing politique

    citez moi un seul ressortissant du niari qui a ose critiquer les « projets du prof p lissouba »

    citez moi un seul lari qui a dit haro a la delinquance ninja

    citez moi un seul mbochi qui a dit stop aux cobras, police nationale voici le delinquant cobra qui a tue mme X ca nexiste pas mr le congolais n’a jamais denonce son delinquant jamais! voila pourquoi les ninajs prosperent les cobras sont la et Dieu merci les cocoyes sont en retrait

    en termes de politiques publiques l’etat congolais a construit la route pointe noire brazzaville. vs netiez pas la. cette route existait deja en sentier battut et quelques rallyes s’y deroulaient. le congo avait deja ete selectionne par la fism(federation int des sports mecaniques) pour la passage du rallye paris le cap. donc la route pnr brazzaville existait deja. p lissouba arrive il pilote les etudes de faisabilites et avait presente au peuple congolais le trace pnr bzv qui esquivait completement le pool. a cette epoque vs netiez pas les gens avaient crie a l’horreur.

    aujourdhui cette voie dite route lourde a ete bitumee et ayant completement esquivee le pool conformement aux etudes de p lissouba. mr robert poayty interrogez youtube SEULS LES NIBOLEKS PARLENT DE CETTE ROUTE ET LAPPELLENT EUX MEME PAR LA ROUTE DOLISIE KINTELE.pourquoi? parceque les ressortissants du niari savent que les etudes de faisabilite avaient ete menees par p lissouba.du cote du pool zero. ils savent eux memes que p lissouba n’avait pas aime ce quils avaient fait contre lui.cette route est la sanction de p lissouba vis a vis du pool et le pool le merite et pour ca nous felicitons mr p lissouba. il faut punir le pool

    etes vous congolais? kongolais ou con golais? qui etes vous?

    un delinquant attrape par la police s’appelait malonga nathan dit beret noir ancetre des « bebes noirs ». cetait dans la bouenza car il s’y etait refugie. en s’ouvrant a un compere de la bouenza celui ci l’avait denonce. les policiers qui s’etaient saisis de lui lavaient d’abord bastonne pendant deux jours en prive avant dinforme la direction centrale de brazzaville car malonga nathan etait l’assassin du colonel makita POURQUOI UN TEL TEMPS?

    eh ben nos policiers de la bouenza voyaient en malonga nathan un ninja et ils fallait donc vider cette rage du niari contre le pool sur lui. il etait tres amoche malonga nathan

    MR ROBERT POATY PANGOU IL FAUT ATTAQUER LES MENTALITES CONGOLAISES ET NON APPELER A L’AMPUTATION DU CONGO LE PAYS EST DEJA AMPUTE!

    pour le pool ce pays n’a connu que trois autorites (fulbert youlou al massamba debat et andre milongo) pour le niari ce pays n’a connu que seule autorite (p lissouba) pour la cuvette ce pays a connu plusieurs chefs detat dont deux venus redresser les choses(marien ngouabi et denis sassou ng) car pour la cuvette si al massamba debat etait serieux marien ng ne serait pas venu et si p lissouba etait serieux denis sassou ng ne serait pas revenu

    alors qui croire?

    mr robert poaty pangou. prochainement je vous parlerai de l’inimitié qui existe entre le colonel ferdinand mbaou et le general ph binkinkita ils ne sentendent pas et ne se sont jamais entendus et ne s’entendront plus jamais. il n y a aucune photo ph binkinkita f mbaou et pourquoi? vous ne connaissez pas le congo.

  6. Anonyme21 dit :

    Moué Poaty contente de savoir que tu vas bien ngué vanda na raison sur toute la ligne tu as été l’un des tout premiers à nous prévenir de la menace et du risque de génocide au Sud et ça s’est vérifié
    Je salue ta clairvoyance bravo trop fière de toi !
    La séparation est inévitable et c’est l’unique solution tout le monde s’en rend compte t’avais raison depuis le début
    samouna na yiki ngué me zonz ding ya bahou batou yina ké zonza dingue ya beto vé !
    Encore bravo !

  7. FIN DE REGNE dit :

    DE VILLEPIN, BORLOO, VALLS, DSK, LE DRIAN, SQUARCINI, RAFFARIN, KOUCHNER ET SASSOU AU PURGATOIRE.
    Le purgatoire ne serait pas un temps passé quelque part, mais un moment de vérité. Comment l’expliquer ? Dans notre état actuel, nous vivons tous dans notre « bulle » qui comporte une partie d’illusions sur nous mêmes : nous ne savons pas ce que les autres pensent exactement de nous, nous ignorons des choses sur nous mêmes.
    Le purgatoire : un moment d’humilité
    Enfermés dans notre bulle, nous ne savons pas entrer dans une relation transparente avec les autres, et donc avec Dieu. Le purgatoire, c’est recevoir la conscience parfaite de ce que nous sommes.
    Tout cela peut être fort joyeux et lumineux, comme un ciel qui s’éclaire, purifié après l’orage : le purgatoire n’est pas un lieu d’épreuves, comme on l’a affirmé parfois ! Il est la porte d’accès au paradis ! Nous espérons que personne n’ira en enfer, mais qui peut se dire prêt à entrer au Ciel sans avoir à être ainsi purifié ?

  8. David Londi dit :

    Le fédéralisme ne doit pas être un pis-aller mais une véritable solution de paix sociale, de développement économique et de respiration démocratique importante. Ce débat sortira du cercle fermé de quelques milieux parisiens ou de quelques intellectuels, il doit infuser au sein du peuple parce que c’est celui-ci qui est le seul garant de la réussite d’un tel projet. Il doit être structuré et reposé sur des concepts clairs et précis. C’est la raison pour laquelle la divulgation de la philosophie du fédéralisme que nous voulons soumettre au peuple est consignée dans un livre blanc gratuit, téléchargeable sur les différents sites fréquentés par les congolais. Il serait aussi souhaitable que les unionistes, défenseurs de l’Etat-nation, en fassent autant pour un débat riche et sérieux. Il ne faut pas oublier qu’il y a plusieurs formes de fédéralisme. Celui que nous souhaitons est basé sur l’exercice de la démocratie de la Commune à l’Etat-Fédéral dans la représentativité totale de toutes les composantes de la société congolaise. Ce fédéralisme devra marcher sur ses deux pieds : les institutions et la fiscalité qui écrète les aspérités dues à l’hétérogénéité des régions sur les plans économique et social. Il ne doit pas se construire sur la haine ou le rejet de l’autre. Ce n’est pas un repli éthnique parce que l’éthnie ne peut pas être l’horizon indépassable au 21ème siècle. Le débat aura lieu. Sur ce point, certaines des initiatives présentées par Lucien ou autres sont les bienvenues. Nous nous saisirons de toutes les opportunités et espaces pour diffuser nos idées, celles des fédéralistes. Ce débat sera connecté à Celui, sur le même sujet, mené dans les pays voisins (Tchad, Cameroun, Gabon, Centrafrique …) où des candidats aux futures élections présidentielles le placent au centre du débat politique.

  9. Anonyme21 dit :

    NOUS TENONS A RECUPERER NOTRE PAYS

  10. FIN DE REGNE dit :

    FIN DE RÈGNE ! « ATTENTION, PAS D’ATTAQUE AUX ACCOMPAGNATEURS DU DICTATEUR SASSOU » ET POURQUOI ?
    « Débusquer un accompagnateur du mal ou un traître est comme vouloir nettoyer l’anus d’une hyène, vous verrez qu’il s’agit bel et bien d’une opération très complexe ».

  11. Val de Nantes , dit :

    @David Londi ok …Beaucoup des signaux positifs sur l’avenir du fédéralisme au Congo..
    C’est vrai que nous allons définir tous les concepts relatifs au fédéralisme pour mieux convaincre nos compatriotes encore hésitants, de nous suivre sur cette nouvelle forme d’État.
    Je ne doute pas de l’adhésion massive de nos compatriotes à cette forme d’État ,qui met en valeur les potentialités économiques de nos régions fédérées…
    Difficile de ne pas réagir aux échecs répétitifs qu’ a connus notre pays ,depuis l’indépendance…

  12. Poaty pangou le principal complice de sassou c’est ami parfait kolélas qui a déclarer de vive voix qu’il approuve la nouvelle constitution de sassou et la nomination de son escroc et sorcier Tsaty Mabiala . Certes il y’a peut -être un mystère Ntoumi , mais pour l’instant c’est ton frère parfait kolélas qui est en affaire avec sassou .

  13. David Londi dit :

    @Val de Nantes, il est effectivement difficile de défendre le bilan de l’Etat-nation. Voici l’état d’avancement du projet :
    – livre blanc déjà écrit et en cours de relecture. Titre : Manifeste pour le fédéralisme ;
    Structure : 1ère partie sur le bilan de l’Etat-nation et deuxième partie sur le projet de la constitution fédérale que nous proposons. Elle est complète et structurée sur 3 niveaux : commune, district, région et niveau fédéral ;
    – 1 site internet réservé aux fédéralistes a été créé et en cours de référencement. Il sera mis en ligne dès la sortie du livre blanc ;
    – 1 think tank sous forme d’association est en cours d’immatriculation ;
    – une page Facebook ;
    – nous réfléchissons au réseau pour faire le relais du débat au pays. Il existe déjà un noyau ;
    – des échanges seront organisés avec les fédéralistes africains : des contacts sont pris.
    -etc.
    Voilà l’embryon qui deviendra une structure vivante que nous ne cesserons jamais d’entretenir et, si le peuple le décide, jusqu’à la victoire.

  14. Isidore AYA TONGA dit :

    @ David Londi, vivement la fin du goulag barbare et de la dictature sauvage,
    Chaque traître, incompétent et autres seront jugés et punis dans sa propre région, pas au niveau fédéral. Pour être élu au niveau fédéral, il faudra toujours prouver ses compétences et sa gestion chez soi, dans sa propre d’abord…
    Vivement l’arrivé du fédéralisme, le pouvoir politique et économique autogéré d’en bas vers le haut et non d’en haut vers le bas.

  15. David Londi dit :

    @Isidore, les seules références seront la collégialité et la compétence. Nous avons l’obligation de changer de paradigme après tant de violences politique, économique et sociale. Nous nous sommes trompés une fois mais l’on ne peut persister dans l’erreur.

    L’état-nation est une erreur et un contresens parce qu’il phagocyte les hommes, les intelligences et les cultures. État dans lequel le monarque a droit de vie et de mort sur les citoyens. Pour faire table rase du passé, tous les crimes seront jugés par des juridictions compétentes.

    Cher Isidore, tu avais suivi la visioconférence sur le fédéralisme et, surtout tu as été partie prenante, tu es donc au courant de la philosophie globale qui va inspirer la prochaine constitution.

  16. Mutu Nkombo dit :

    Ouf!
    Je suis estomaqué de lire sur certains posts des interrogations sur un prétendu mystère sur Ntumi. N’est pire aveugle que celui refuse de voir. Nonobstant toutes les preuves apportées, il y a encore des gens égarés qui se posent encore moult questions sur Ntumi.
    IL N’Y A PAS DE MYSTÈRE SUR NTUMI: NTUMI EST LE FAIRE-VALOIR DE SASSOU POUR ALLER BOMBARDER ET DECIMER LE POOL. SI VOUS NE COMPRENEZ PAS UNE CHOSE AUSSI SIMPLE QUE LE CAS DE NTUMI, ALORS PAS LA PEINE DE CHERCHER A COMPRENDRE LES MÉANDRES ET LES FILS INTANGIBLES DE LA POLITIQUE CONGOLAISE. PAS ÉTONNANT QUE VOUS TRAITIEZ LES AUTRES D’ESCROCS PUISQUE VOUS AVEZ UNE LECTURE DIFFICILE, TRES DIFFICILE DU THÉÂTRE POLITIQUE CONGOLAIS. POLITIQUE YI KOUBOURI!!!

  17. Mutu Nkombo dit :

    LIRE: POLITIQUE YI KOUBIRI

  18. David Londi dit :

    @Val de Nantes,
    pourrais-tu prendre contact avec moi : david.londi@hotmail.fr pour la version bêta du livre blanc afin d’harmoniser nos vues ?
    Merci.

  19. ndiaye dit :

    Londi, Val de Nantes, Aya Tonga et tous les autres fédéralistes, soutien pour vos initiatives pour la promotion de l’Etat fédéral, qui est aussi ma préférence.

    Un fédéraliste de plus

  20. David Londi dit :

    Merci Ndiaye !

  21. Val de Nantes , dit :

    @NDiaye ,merci .
    C’est un bonheur de vous compter parmi ,les partisans du refus des échecs intempestifs depuis nos indépendances…
    C’est un constat politique ,car notre pays a été nourri de la politique ,sans parvenir à atteindre les objectifs de développement.
    Et, nous ne pouvions plus nous fier des hommes politiques pour la réalisation du bonheur national.
    Un changement de forme d’État nous a semblé indispensable à l’atteinte de ce défi…

  22. Anonyme dit :

    NON,NON,NON et NON, NTUMI n’est en aucun cas le faire valoir de SASSOU, il est le seul qui a tenu tête à SASSOU. Ces hommes libérés sont le fruit de sa force, je vous renvoie aux déclarations du professeur Marion, « SASSOU ne respecte que le langage de la force ».

  23. Tsoua dit :

    Je suis et je serai toujours partisan d’une scission du Kongo .
    S’en prendre à Poati est une grosse erreur parce qu’il est dans le vrai.
    Le fédéralisme est une des solutions mais :
    l’adage populaire dit ( chasser le naturel, il revient vite au galop, en plus le séjour d’un tronc d’arbre dans l’ eau ne le transforme jamais.en crocodile.
    Dans votre fédéralisme prôné, si le paresseux mbochi revient au pouvoir, il est capable de changer la donne, tout bouleversé ,puisque pour eux le pouvoir est au bout du fusil . Donc il utilisera les moyens de l’État pour se maintenir au pouvoir .
    Pour imposer votre fédéralisme, il faut déjà avoir le pouvoir et après maintes précautions,et une consolidation des fondements de la democratie,après vous pouvez parlé et soumettre votre fédéralisme .Tout celà prendra énormément du temps,or il y a urgence au Kongo avec un peuple manquant de tout

  24. Anonyme21 dit :

    Nous n’ accepterons une confédération qu’avec les régions du Sud en aucun cas le nord ne doit en faire partie
    Merci !
    Les régions du Sud devront répondre par référendum
    Comme ils le disent eux même oyo ekoya eya !

  25. Anonyme21 dit :

    Beto ké na zola diak vé kuvanda na bahou si beno ké na makoutou beno kouhoua

  26. Anonyme21 dit :

    Nous ne voulons plus d’une union avec le nord que ce soit par le biais d’un état centralisé ou d’une fédération que ceux qui ont des oreilles entendent ! Merci

  27. Mutu nkombo , le faire valoir et complice numéro un de sassou c’est votre ami parfait kolélas , ce garçon parfait kolélas ne manque une occasion pour montrer sa fidélité à son père adoptif sassou. J’en ai parlé récemment à Noël Loutounou son cousin et fidèle supporter en sorcellerie ,d’ailleurs Noël Loutounou fils d’une charlatane (Mâ NGOUNZA) dans la rue Kimpandzou à Moungali se sent à l’aise dans cette mafia . Parce que parfait kolélas m’évite quand il vient sur paris c’est pourquoi je lui est envoyé un message par Loutounou qui était sur paris . Ni beto kua tu fuaka , Ba yaka MAMBU c’est les théories machiavélique de parfait kolélas et son équipe des escrocs sorciers Loutounou , Badiabio, Samba Gaston ,Fidèl kanza … Pour retarder la révolte de la population

  28. Pascal Malanda dit :

    Cher Robert

    Très heureux de te retrouver et surtout de constater, comme tu nous l’avais dit dernièrement à Paris, que la partition du Congo n’est pas pour toi une fin en soi, plutôt une conséquence de l’impossibilité de vivre dans un espace où l’on se déteste copieusement. J’espère que tu as compris que la partition du Congo n’est pas la solution à nos maux. Tu optes donc pour la confédération au moment où le débat sur la forme fédérale du Congo fait rage. A toi tout l’honneur de mettre de l’eau dans ton vin sud-Kongo en proposant une solution dans le cadre territorial actuel. L’honnêteté intellectuelle est cette force qui consiste à concéder à ses contradicteurs la pertinence de leur reproche. Ceci étant dit, je voudrais te signaler quelques aspects de ta pensée qui gagneraient à être précisés.

    La confédération suisse n’est pas comme tu l’affirmes une entité composée d’Etats. Il s’agit plutôt de 26 Cantons, qui ont réussi l’exploit de trouver une magnifique symbiose des peuples et des cultures débutée au 13ième siècle. Par sa superficie, la Suisse avec ses 41.000 km² pourrait être comparée à la région des Plateaux (38.000km²). Les régions de la Sangha (55.000 km²) de la Likouala (66.000 km²) et de la Cuvette (72.000 km²) lui sont de loin supérieures. 26 cantons sur 41.000 km². Je mets ces données à ta disposition pour te rappeler que le problème du Congo se situe ailleurs.

    Nous sommes un pays de 342.000 km², peuplé de moins de 5 millions d’habitants. Un pays pratiquement vide convoité par de nombreux Africains qui nous traitent de Congolais-zobas. En réalité, en gérant correctement cet espace à l’aide des colossales ressources naturelles à notre disposition, nous avons de quoi faire de notre patrie ce que Lissouba avait surnommé « une petite Suisse ». Notre problème ne se situe pas au niveau de la forme ou de la structure de l’Etat, union, fédération ou confédération. Notre problème est anthropologique. C’est notre incapacité de respecter les lois que nous établissons nous-mêmes. Que vaut un pays dans lequel le magistrat suprême ne respecte pas la loi fondamentale ? Quelqu’un qui ne respecte pas les lois qu’il est censé défendre, peut-il imposer à ses concitoyens de respecter l’administration ? Non bien sûr. Que vaut un pays où le chef de l’opposition est pratiquement nommé par le pouvoir avec des privilèges indécents frisant la corruption d’esprit ? C’est le non-respect des lois qui fait le lit de la corruption, de l’iniquité, de l’injustice. Et dans ces conditions, la seule façon de maintenir un semblant de cohésion est l’utilisation de la force brute pour terroriser les populations. Les conséquences sont désastreuses : un enrichissement scandaleux d’une petite nomenklatura et l’appauvrissement de l’immense majorité de la population.

    Dans ce contexte de paupérisation aggravée, la partition, la fédération ou la confédération semblent être le remède-miracle. Sauf qu’il s’agit d’une vraie fausse solution ou d’une fausse vraie solution. C’est comme tu veux. En effet, il s’agit là, à mon humble avis, d’une fuite en avant face à l’immensité de la difficulté de construire une communauté de destin. Un Etat n’est autre qu’une volonté de vivre ensemble en s’acceptant et respectant les règles préétablies. Une volonté quotidiennement renouvelée car le moindre relâchement entraîne immédiatement un début d’effilochement. Que le gouvernement congolais actuel célèbre la grand-messe du « vivre-ensemble » comme une grande trouvaille originale en dit long sur l’échec de la construction nationale. On ne parle de « vivre-ensemble » que là où les gens se déchirent. On n’aspire à la paix que dans un pays en guerre ou dans un pays où la paix est sérieusement menacée. Avec la mentalité actuelle de notre classe politique, nous sommes très loin du compte. Quelle est la garantie qu’une constitution fédérale sera plus respectée que la constitution de l’Etat unitaire actuel ? Je l’ai souvent souligné : « Donnez la pire des constitutions à un peuple pétri de bon sens, il en sortira un bijou. A l’opposé, donnez la meilleure des constitutions à des barbares, ils en feront du papier hygiénique et s’étriperont joyeusement. »

    Ensuite, comment imposer une confédération ou une fédération dans un pays où le pouvoir central ne tolère aucune contestation ? Certains parlent de référendum. Que vaut un référendum dans un pays où le processus électoral est une grande farce ? Soit dit en passant, même dans un pays démocratique comme l’Espagne, on a vu le sort réservé au résultat du référendum sur l’indépendance de la Catalogne. Les Etats ont horreur de la partition. Ils y voient une menace d’effondrement. Quand on accepte une partition, juridiquement il n’y a plus aucune raison de ne pas en autoriser d’autres. Et dans les nouvelles entités issues de la partition, comment éviter la scissiparité avancée, c’est-à-dire la division de proche en proche ?

    Dans le cas du Congo, cher Robert, comment feras-tu pour empêcher que le Kouilou exige la sécession si dans le Sud-Kongo elle ne trouve pas son compte malgré son pétrole ? Le cas du Sud-Soudan est un exemple de cette fatalité africaine (mais pas uniquement africaine). Heureusement que la même Afrique nous donne le contre-exemple de l’Ethiopie et de l’Erythrée retrouvant le chemin du bon sens après plus de 20 ans d’une hostilité absurde. Est-ce par hasard que cela se passe juste au moment où l’Ethiopie monte en puissance, tandis que l’Erythrée sombre dans la faillite ? Faillite dont la preuve douloureuse et humiliante est cette masse de jeunes Erythréens fuyant le pays dont la sécession de l’Ethiopie fut acquise au prix d’une longue et ruineuse guerre. Je pose là des questions théoriques dont le but se limite à enrichir le débat.

    Cher Robert, je suis panafricaniste dans l’âme. C’est cela qui me rend tellement triste de voir les Congolais des deux rives se détester jusqu’à dire sans gêne : Boma Zaïrois, tika nioka. J’entends déjà nos compatriotes au sud du Congo, traiter ceux du nord de sous-hommes, de sauvages, de barbares avec lesquels il est impossible de construire une communauté de destin. Les Mbochis seraient donc un groupe de pestiférés maladivement violents qu’il faut mettre en quarantaine. Et cela, en ce début de XXIème siècle où tout le monde ne jure que par des espaces sous-régionaux capables de tenir tête aux grandes puissances. Quel gâchis !

    Je suis un fervent partisan de la subsidiarité, ce principe de gestion qui consiste à laisser les communautés de base, de proche en proche gérer leurs besoins locaux, ne faisant intervenir l’échelon supérieur que pour des activités dont elles ne peuvent assumer la réalisation faute de moyens et de compétences. Je suis donc plus fédéraliste qu’unitariste, encore qu’il faille définir les règles et surtout les respecter.

  29. augustin poignet president du senat dit :

    le federalisme ne peut s’operer que dans la seule ville de de brazzaville des l’instant ou le reste des regions est homogene.toutes les regions du congo sont pures. en 1993 annee a laquelle le pool de guerre las setait separe de ces compatriotes du niari , le pool avait rendu bacongo makelekele en quartiers ethniquement purs (l’autre nom du genocide) c’etait le debut du « federalisme » de la ville de brazzaville. bernard kolelas avait commis un genocide a brazzaville
    le pool avait certainement ete tranquille car il avait son port de la main bleue port non immatricule au niveau de la cemac ensuite les delinquants du pool (willy massanga l’assassin du lieutenant mabiala jonathan de la garde presidentielle de p lissouba et de ses dix compagnons zoulous tous inhumes presto dans la cour de la boulangerie louzala a kinsoundi ) setait rendu a johannesburg non pas via maya maya comme l’aurait recommande l’oaci iata en matiere de voyages internationaux mais via kinshasa en ayant traverse le fleuve par des pirogues complices, comme du temps ou le meme pool avait fait traverser b kolelas pour kinshasa car activement recherche par la garde presidentielle d’al massamba debat(kinganga siroko ange diawara antoine ngayot…).

    a cette epoque du renvoi des niboleks de baocngo et de makelekele mr p lissouba president de la rep parlait d’une certaine accalmie car le pool etait desormais detache de la rep et faisait ce que bon lui semblait. c’est ce desordre que le pool qualifie de « democratie ».

    le general denis sassou ng est revenu au pouvoir interdit au pool toute activite de contrebande maintient la tete du pool vers la marmite de la republique et le pool refuse de consommer le plat republicain. le pool doit consommer le repas de la republique prepare par denis sassou ng.

    LE POOL DOIT DEMEURER DANS LE GIRON DE LA REPUBLIQUE, POOL TU N’IRAS NULLE PART TU VEUX UNE INDEPENDANCE C’EST NON TU VAS RESTER AU CONGO et tu ne seras pas president de la republique.

    pool tu n’as rien dit sur le proces mokoko car tony moudilou (du pool) etait implique.cet norml tu na jamais attaque un lari. tu as parle sur le proces dabira car nianga mbouala a lache le genre de declarations que tu raffoles »mango l’avenir des mbochis » mais pool il y a eu le proces de me j m mbemba tu as suivi les debats?

    ecoutes moi un des actuels chauffeurs d’isidore mvouba est un ancien ninja tu n’as rien dit

    il y avait un trafic d’ossements humains entre la garde d’isidore mvouba jean martin mbemba…. tu n’as rien dit pourquoi? voici la reponse : TU N’ES PAS BON ET TU NE PARTIRAS PAS DU CONGO TU RESTES AU CONGO DANS LE CONGO DANS LA REPUBLIQUE ET TU NE SERAS CE PRESIDENT

  30. Anonyme21 dit :

    Nous ne voulons pas d’une union de quelque manière que ce soit avec le nord celui ci pourra créer sa propre confédération avec les autres régions du nord
    Tous ceux qui ont participé de manière active ou passive de près ou de loin au génocide du Pool au pillage du pays et tout compte fait à l’effondrement de notre pays seront jugés sans concession les responsables seront traités comme on a traité les criminels Nazis après la deuxième guerre mondiale le pays est soumis au fascisme du nord nous agirons en conséquence les cris et les larmes n’y feront rien il n’y aura pas de cérémonie de lavement de mains.
    Aux aveugles qui croient que ce pays qui au fond n’a jamais existé existe encore se trompent et leur aveuglement fait le jeu des fascistes du nord

  31. Val de Nantes , dit :

    @Malanda …En liant textullement ton post , j’en sors un peu affamé. La dimension anthropologique est une donnée fondamentale dans la compréhension politique de nos échecs répétitifs ….
    Si ,je t’ai bien compris ,Bravo ……

    Oui , Oui ,l’homme politique congolais ,de par sa structure mentale et intellectuelle n’est pas respectueux la loi qui régit les institutions de notre pays …
    Vos exemples en la matière ,en témoignent …..Bravo …
    En vous lisant , j’ai cru me lire ,tant vos argumentaires sont les mêmes que ceux ,qui m’ont poussé à opter pour le fédéralisme …
    Vous avez mis le doigt sur ce qui paraît être le mal chronique du pays ,c’est à dire l’homme politique congolais dont la moralité ,comme critère subjectif ,ne suffit plus à garantir au peuple congolais ,la paix irréversible …

    Tu en es toujours à la description intellectuelle de l’état du pays ,mais nous aurions aimé que tu nous livrasses ,une potion politique curative aux maux dont ne cesse de souffrir nôtre pays…
    Votre analyse politique diagnostique les dysfonctionnements de la vie politique et économique ,mais n’apporte pas des préconisations politiques structurantes aux défauts constatés…
    La subsidiarité n’en est pas une, car ,elle est plus une permission limitée qu’une autonomie dans toutes ces dimensions …

    L’ instauration du fédéralisme entraîne de facto ,un nouveau personnel politique qui aura la charge de respecter et de faire respecter les règles fédérales qui seront bien surtout inscrites dans notre nouvelle constitution …
    Et, surtout , je tiens à préciser à tous nos compatriotes qui émettent des fortes appréhensions sur l’avènement de cette nouvelle forme d’État ,que ce nouvel ordre politique sera postérieur à la période politique incarnée par Sassou ,après une étape politique provisoire ,histoire de pédagogiser sur le sujet ..

    Voilà ,de manière lapidaire ,ma réponse non exhaustive ,à des multiples points d’interrogations que tu souleves au travers de ton post ,au point de choisir de ne pas choisir ,,,
    Vos suggestions sur un sujet , aussi capital que celui là , déterminant la vie économique et politique de notre pays ,est plus que souhaitée..
    Sur le fédéralisme ,je ne te garantis pas d’avoir levé tous tes doutes y relatifs ,mais le temps fera le reste…

  32. Val de Nantes , dit :

    lire ..textuellement .

  33. Val de Nantes , dit :

    lire ..Vos suggestions sont plus que souhaitées ..

  34. Anonyme21 dit :

    Mr malanda je constate avec beaucoup d’étonnement que vous critiquez une idée que je défend sur le site à savoir le référendum populaire quant à la volonté du Sud de vouloir une communauté de destin avec le nord c’est un moyen utilisé dans la plupart des pays modernes pour connaître la volonté du peuple vous la critiquez cette idée et je suis la seule à la a défendre le site or je vous ai déjà fait savoir que je souhaitais pas débattre avec vous je vous demande donc de ne plus critiquer mes idées car je ne veux en aucun cas débattre avec vous vous critiquer de manière détournée mon idée pour susciter un débat détourné avec moi en aucun cas je le souhaite par ce que vous n’êtes pas à la hauteur tout simplement et je n’ai pas de temps à perdre je vous l’ai déjà dis passez votre chemin et laissez mes post tranquilles!!!!!
    Je ne m’intéresse pas à vos post c’est le mot référendum qui m’a alerté en parcourant en diagonale le site l’insipidité de vos propos et votre diarrhée intellectuelle ne suscite en moi que le dégoût débattez donc avec ceux qui veulent débattre avec vous moi ça ne m’intéresse pas
    Vos balivernes vos fadaises vos théories fumeuses et vos propos sans queue ni tête sont sans intérêt pour moi et j’évite vos post et vos articles comme de la peste de peur d’être atteinte de débilité congénitale
    Merci !

  35. David LONDI dit :

    @Pascal Malanda et à tous,

    avant de nous lancer dans des débats passionnés sur le fédéralisme, nous devons maîtriser quelques notions préliminaires sur la nature du fédéralisme en tant que concept politique et sur la façon dont on devrait le traiter dans le contexte spécifique du Congo Brazzaville ou de l’Afrique.

    Dans les textes portant sur le fédéralisme, on considère généralement que dans le fédéralisme (ou de « l’idée fédérale »), il est reconnu que la différence et la diversité sont des moteurs de la fédération (ou de l’État fédéral) qui constitue l’expression institutionnelle tangible de cette idée. Plus simplement, ce sont la différence et la diversité qui produisent le fédéralisme, et le fédéralisme qui produit la fédération. Mais tout comme il existe différents types d’États, il y a également plusieurs formes de fédéralismes et de fédérations. En fait, il est tout à fait possible d’avoir un fédéralisme sans qu’il existe de fédération concrète, puisque certains fédéralismes n’aboutissent pas à une fédération à part entière, mais donnent plutôt naissance à des États fortement décentralisés qui permettent une grande autonomie sur le plan local.

    La caractéristique distinctive d’une fédération est l’insertion dans la constitution de l’autonomie à certains niveaux de l’élaboration des politiques ainsi qu’une représentation garantie dans le processus décisionnel institutionnel central. La principale distinction qui existe entre une fédération et une confédération, c’est que dans le premier cas, différents ordres de gouvernement ont un effet direct sur un seul peuple (demos) dans l’État, tandis que dans le deuxième cas, il n’y a pas d’État unique, mais bien une union d’États. Ainsi, les décisions ont un effet direct sur les États qui constituent l’union et non sur les peuples (demoi). Dans une confédération, le gouvernement général n’influe qu’indirectement sur la population à travers ses gouvernements constitutifs.

    Partant de cette difficulté conceptuelle et surtout de la complexité des concepts que nous manipulons, nous avons eu l’idée de définir le type et la nature du fédéralisme que nous voulons installer au Congo après avoir fait la synthèse des travaux produits sur ce sujet depuis plus de 15 ans par nos compatriotes enrichis de l’apport des fédéralistes africains et suisses dans un livre blanc. Pour ma part, mes premiers pas de militant, je les ai faits au sein des mouvements panafricanistes comme la FEANF. Nous avons aussi analysé les causes des échecs de construction du fédéralisme en Afrique depuis les années 50 pour proposer une solution efficiente, adaptée à la réalité de notre pays.

    Des débats sans référentiel vont toujours dans tous les sens et finissent généralement en eau de boudin. Ce livre va sortir et constituera un cadre de débat puisqu’il contient un projet de constitution complet. Sans cela nous pourrons débattre des nuits entières sans résultats probants.

  36. Anonyme21 dit :

    La reconstruction du Sud et de ses originaires passe irrémédiablement par une séparation avec le nord ne dites pas après cela qu’on ne vous a pas prévenu !

  37. Pascal Malanda dit :

    Cher Val de Nantes

    « Oui , Oui ,l’homme politique congolais ,de par sa structure mentale et intellectuelle n’est pas respectueux la loi qui régit les institutions de notre pays … »

    Nous essayons de fuir cette douloureuse réalité, alors qu’au contraire il faut y faire courageusement face. L’homme rationnel est au centre de toute construction. Au Congo, nous sommes sous règne absolu de l’irrationnel. Les fétiches et l’occultisme achèvent de détruire toute capacité de penser. La franmaconnerie (mon clavier a bien son ç, donc ce lapsus est volontaire, j’adresse toutes mes excuses aux vrais Maçons qui s’en sentiraient offusqués) est devenue une véritable escroquerie destinée à contrôler les esprits faibles de nos ambitieux politiciens. Les églises de sommeil où des croyants affamés tirant le diable par la queue nourrissent des pasteurs bedonnants qui les narguent avec leur richesse en parlant de l’origine divine du pouvoir, sont les nouvelles écoles du Congo. C’est là que se forme ‘’ l’élite’’ de demain. Tu peux imaginer dans quelle gadoue nous nous enfonçons chaque jour !

    « Tu en es toujours à la description intellectuelle de l’état du pays ,mais nous aurions aimé que tu nous livrasses ,une potion politique curative aux maux dont ne cesse de souffrir nôtre pays… »

    Pour soigner un mal, il faut commencer par le diagnostiquer correctement. Je ne mets pas du tout en doute les solutions que toi et les autres proposez. La rigueur intellectuelle m’impose de mettre sur la table les éléments que vous auriez omis sans le vouloir ou le savoir.

    Quant à la potion politique, je suis convaincu que l’espace public n’est pas la place idoine pour s’y consacrer. De nombreux groupes réfléchissent sur la place de Paris. C’est un travail qui demande de la sérénité et de la discrétion. Je sais qu’il y a un groupe qui travaille sérieusement sur le fédéralisme. D’autres formes de gouvernance sont également à l’étude. Robert vient d’ouvrir le chapitre de la Confédération. En ce qui me concerne, je reste convaincu que nous n’avons pas épuisé le paradigme étatique actuel. L’Etat est depuis des décennies otage d’un petit groupe de personnes ivres de pouvoir et aveuglées par la richesse. Ce n’est pas une raison de tout abandonner. Au sein de l’administration, des partis politiques, de la force publiques, il y a beaucoup plus de républicains qu’on le pense. La Conférence Nationale Souveraine avait démontré que malgré la toute-puissance du parti unique, la saine et démocratique réflexion avait couvé sous le mono. Elle s’est réveillée de façon spectaculaire et nous a fait découvrir des hommes d’Etat de la trempe de Monseigneur Ernest Kombo, d’André Milongo, de Jean-Luc Malekat et j’en passe. Sans oublier ces centaines de jeunes qui constituèrent très rapidement une société civile foisonnante. Tout n’est donc pas perdu lorsque je vois des jeunes comme Andréa Gombet monter courageusement au créneau. Des centaines d’autres travaillent en silence à l’avènement d’un Congo réconcilié.

    « L’instauration du fédéralisme entraîne de facto ,un nouveau personnel politique qui aura la charge de respecter et de faire respecter les règles fédérales qui seront bien surtout inscrites dans notre nouvelle constitution … »

    La Conférence Nationale Souveraine avait aussi entraîné un renouvellement partiel du personnel politique. Malheureusement, les nouveaux arrivés et les vieux recyclés n’ont pas brillé par leur compétence et par la pertinence de leurs démarches ; ils ont au contraire ouvert la voie à la tragédie actuelle. D’où cette rengaine : sans une profonde remise en question de notre façon de penser et d’agir, nous serons très vite rattrapés par les démons de ce pays.

    « Et, surtout , je tiens à préciser à tous nos compatriotes qui émettent des fortes appréhensions sur l’avènement de cette nouvelle forme d’État ,que ce nouvel ordre politique sera postérieur à la période politique incarnée par Sassou ,après une étape politique provisoire ,histoire de pédagogiser sur le sujet … »

    L’intention est peut-être louable, malheureusement la réalité est beaucoup moins élogieuse que tu le crois ou l’espères. En l’état actuel de l’opposition congolaise, qu’est-ce qui garantit que l’après-Sassou ne se fera pas avec son fils, son neveu ou l’un de ses lieutenants ? Et si on entre dans du « Sassou sans Sassou », par quel miracle instaureras-tu le fédéralisme ?

    Cher frère de Potal, nous avons certes le droit de rêver d’institutions républicaines et démocratiques et de travailler à leur avènement, mais nous avons aussi le devoir de faire preuve de pragmatisme. Et en la matière, les Chinois ont donné au monde entier la plus grande leçon par Deng Xia Ping. Je te laisse réfléchir sur la suite.

    « Voilà ,de manière lapidaire ,ma réponse non exhaustive ,à des multiples points d’interrogations que tu souleves au travers de ton post ,au point de choisir de ne pas choisir ,,, »

    J’ai longtemps fait mon choix et je sais que nous partageons beaucoup plus de choses que tu ne le penses. Mais laissons aussi le temps faire son travail. Il est bien meilleur architecte que nous.

    « Vos suggestions sur un sujet , aussi capital que celui là , déterminant la vie économique et politique de notre pays ,est plus que souhaitée.. »

    Encore une fois, suggestion, oui mais dans un cadre plus approprié.

  38. Bakala dit :

    Malanda a écrit :

     » Notre problème ne se situe pas au niveau de la forme ou de la structure de l’Etat, union, fédération ou confédération. Notre problème est anthropologique. C’est notre incapacité de respecter les lois que nous établissons nous-mêmes. Que vaut un pays dans lequel le magistrat suprême ne respecte pas la loi fondamentale ? Quelqu’un qui ne respecte pas les lois qu’il est censé défendre, peut-il imposer à ses concitoyens de respecter l’administration ? Non bien sûr….C’est le non-respect des lois qui fait le lit de la corruption, de l’iniquité, de l’injustice.  »

    C’est ça le vrai problème du Congo : le rapport du citoyen à la règle de droit. Le congolais refuse que la loi s’applique à lui. Or depuis l’aube de l’humanité , l’homme a toujours évolué dans un environment régi par les règles de vie en communauté que tous acceptent pour éviter l’anarchie.

    Vous pouvez avoir la plus belle constitution au monde , mais cela vaut rien tant qu’elle n’est pas appliquée par ignorance ou intentionnellement.

  39. Arlette Kimpila dit :

    Nous avons l’impression d’assister à une guerre de positionnement des partisans de la scission à ceux du fédéralisme, à travers des postures évolutives en fonction des critiques.

    Partie de l’idée de la création de 3 États, RPP a fait des petits, dont Boukadia qui a depuis reçu la révélation de la conférence internationale, Londi qui veut recycler la vieille idée de fédéralisme née et abandonnée des pères des indépendances africaines.

    RPP tente un dernier baroud d’honneur à travers le concept de confédération pour tenter de récupérer les néo-abakoïste qui tentent de reconstituer un univers homogène Kongo sous couvert du fédéralisme.

    Tout cela crache une véritable impuissance à trouver une solution pour déboulonner une organisation criminelle qui prend un pays en otage.

    Comme disait Albert Camus dans La peste : « La bêtise insiste toujours, on s’en apercevrait si l’on pensait pas toujours à soi. »

    Je reconnais toute fois la clairvoyance de RPP sur le cas Ntumi qui n’est en réalité qu’un véritable s’escrot jadis attendu par VAL DE NANTES, se moquant des autres régions dont ils suggéraient d’avoir une réplique de ce pasteur qui se sert de ses brebis comme bouclier, au grand plaisir démoniaque du khalife de l’Alima.

  40. SOIS-LIBRE DANS TA TETE ET TAIS-TOI dit :

    SOIS LIBRE DANS TA TÈTE ET TAIS-TOI…
    Un éveilleur de conscience est avant tout un éternel chercheur de vérités pour la simple et bonne raison que c’est là, où tu crois avoir compris quelque chose, que tu t’aperçois qu’en fait tu n’as absolument rien compris.

    Chaque individu est donc, potentiellement un éveilleur de conscience. Et chaque éveilleur de consciences est un individu à part entière … Des autres, au sein de la communauté.

    Pas besoin de s’appeler Einstein ou De Vinci pour commencer à parler des choses que l’on sait. La connaissance fait partie de la Vérité et à ce titre elle doit être transmise … Quoi que ça nous en coûte question sacrifices … Je sais, tous, ne sont pas d’accord avec cette idée … Sauf qu’aujourd’hui le temps presse, et il Urge d’éveiller un maximum de consciences ! https://www.youtube.com/watch?v=iSE7b5OFnnA

  41. Mbiemlo dit :

    la Scission ou la Confédération du Congo ne font pas pour l’ instant pour la solution du Congo. Il ya un grand criminel des droits de l’homme, un mafieu qui est ou pouvoir depuis des années, qui a divisé les Congolais, a formé d’ autres criminels,mafieux qui étranglent le Congo, Sèment la terreur, se livrent à l’éuration éthnique. Ce grand criminel, génocidaire et sa clique sont à punir, ils doivent répondrent de leurs actes. Les Congolais doivent se mobiliser à tous les niveaux pour arriver à ce resultat et renverser la dictature génocidaire, mafieuse de Sassou Nguesso. Le reste n’est que simple manipulation, faiblesse qui ne peuvent rien resoudre.Certes « Sassou a corrompu la communauté internationale, 80% de la classe politique Française, Les Nations Unis, les médias internationaux, » Il faut avant tout arriver à point. Et entretemps toute l’opposition congolaise, les Congolais doivent s’organiser et faire un boc commun qu’àpres la chute du dictature qu’ il ne règne pas le Chaos comme en Somalie ou ailleurs.
    L’Union Européenne, la France, les Etats-Unis ont demandé aux Nations unies d’ouvrir une enquête sur les atrocités commises dans la région depuis que les généraux Norbert DABIRA et Nianga Mbouala NGATSE ont reconnu devant la Cour de Brazzaville pendant le procès du général Norbert DABIRA l’existence du projet d’extermination des populations du Pool.
    https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/150618/congo-brazza-vers-une-enquete-de-lonu-dans-la-region-du-pool

  42. Pascal Malanda dit :

    Cher Bakala

    Oui, l’un de nos nombreux problèmes est ce rapport ambigu du citoyen à la loi. Comme le magistrat suprême ne respecte pas la loi fondamentale du pays, tous ses concitoyens n’ont aucun bon exemple à suivre.

    A l’époque de Massamba-Débat, les fonctionnaires de retour de mission à l’intérieur du pays ou à l’étranger, passaient remettre les restes de frais de mission aux administrations qui les avaient mandatés. J’ai eu l’énorme chance d’avoir le même confesseur que Massamba-Débat. Il ne tarissait pas d’éloges de ce monsieur ardent à la prière et qui craignait Dieu plus que les hommes. Sous Ngouabi, des procès publics étaient régulièrement organisés pour juger les fonctionnaires indélicats. Je me souviens de ces commis de l’Etat obligés d’expliquer à la nation entière ce qu’ils avaient fait des deux ou trois millions qui avaient disparu des caisses dont ils avaient la charge. Leurs biens étaient saisis pour rembourser le préjudice causé à l’Etat. Ils purgeaient des peines de prison pour avoir enfreint les lois de la république.

    Aujourd’hui, les agents de l’Etat inventent des missions plus farfelues les unes que les autres, surfacturent leurs frais de mission ; les ministres reçoivent des émoluments supérieurs à ceux des chefs d’Etat européens, ils détournent des sommes colossales, des cargaisons entières de pétrole brut peuvent disparaître sans laisser de traces dans la comptabilité déjà fictive d’un Etat irrémédiablement fâché avec l’orthodoxie financière au point d’écœurer même les plus complaisants des fonctionnaires du FMI. Que dire des 14.000 milliards du fonds des générations futures qui se sont tout simplement volatilisés sans que cela n’émeuve personne ? Nous sommes en plein délire anthropologique. Nous sommes la risée de la planète, un pays faisant partie du concert des nations, mais qui se comporte comme un véritable paria analphabète en ce début du XXIème siècle.

    La loi et encore la loi. Elle est dure, mais c’est la loi. Pour l’avoir royalement ignoré, le Congo paie aujourd’hui le prix fort.

  43. Pascal Malanda dit :

    Cher David Dilondi

    Toutes mes félicitations pour l’énorme travail que vous abattez au sujet du concept de fédération. Je l’ai déjà souligné ici avoir vécu dans trois fédérations : la Fédération de Russie, la République fédérale d’Allemagne et le Royaume de Belgique qui est une fédération évoluant même vers une confédération du fait du séparatisme flamand. Je rentre d’un long voyage d’Indonésie, un archipel-fédération dont la diversité religieuse, politique, ethnique, géographique etc. est une véritable gageure. Chaque fois, je me suis imprégné des avantages et des inconvénients de ce système. C’est donc avec une certaine réserve que je suis le débat sur le fédéralisme au Congo.

    En réalité, le Congo est un pays dont la diversité ethnique peut être gérée autant sur une base unitaire que fédérale. Nous avons aujourd’hui 12 départements et 10 régions auxquels on peut donner soit une autonomie substantielle soit un régime fédéral. Dans les deux cas, tout reviendra aux citoyens qui devront prendre leurs responsabilités. De 1960 à 1968, le Congo était géré comme un Etat unitaire. Les deux premiers présidents étant issus du Pool, cela a donné à certains compatrioites, surtout au nord du pays (pour des raisons qu’il ne faut pas sous-estimer) le sentiment d’être exclus de la gestion du pays. De 1968 à 1992, trois présidents se succèdent au pouvoir. Sans compter la courte période intérimaire d’Augustin Poignet (métisse originaire de la Lékoumou), ces trois présidents sont tous originaires de la région de la Cuvette où ils sont passés par une école d’Owando au nom exotique d’«école des trois présidents ». Une école qui aurait la réputation de former des présidents. Chose curieuse, tous ces présidents étaient des officiers.

    Dans un élan de rattrapage d’un prétendu retard, le phénomène ‘’yaka noki noki’’ s’est installé au Congo. Dans la foulée, les valeurs cardinales de l’Etat ont progressivement disparu. A la fin du règne de Ngouabi, la gabegie régnait partout. Pouvait-il en être autrement ? Comment sanctionner un ‘’yaka noki noki’’ sans se remettre soi-même en cause ? Comment exiger un document comptable à un pauvre hère qui n’y comprend rien ? Marché de gré à gré, concupiscence, népotisme ont fait le reste. Yhombi a affiché sans gêne son goût pour le luxe pendant qu’il exigeait au reste du pays de « vivre durement aujourd’hui pour vivre mieux demain ». Sassou a surfé sur cette contradiction d’un président vivant dans le luxe alors que les citoyens étaient dans la galère pour déclencher le mouvement du 5 février 1979. Sous Sassou, les violations de la loi ont atteint leur paroxysme : détournements massifs, népotisme, clanisation du pouvoir etc. L’intermède Lissouba issu de la CNS n’a pas amélioré les choses. On a eu droit au tribalisme des ‘Nibos’. Et depuis le retour de Sassou, les choses ne font qu’empirer. D’où l’idée selon laquelle le fédéralisme serait peut-être la meilleure solution face à la tendance au repli identitaire.

    Encore une fois, pour moi, le problème ne se situe pas au niveau des institutions ou des textes, il se situe au niveau des hommes qui les animent et les appliquent. Cela ne nous empêche pas de travailler à la recherche des institutions et des textes les mieux adaptés à notre réalité éclatée. Sans résoudre le problème de la probité des acteurs, la fédération peut être un véritable désastre au Congo. Quand j’observe l’égoïsme (peut-être justifié) de la Bavière au sein de la RFA au sujet de la gestion de l’immigration, je me dis que si le cas se passait au Congo, il y aurait déjà une guerre civile en moins de 48 heures. En effet, le comportement du ministre fédéral de l’intérieur allemand menace la première ministre Merkel. La crise est gérée avec beaucoup de professionnalisme politique. Une recherche constante de l’équilibre en protégeant l’intérêt supérieur de la nation, le tout en respectant les inquiétudes d’un Etat fédéré dont la population est de plus en plus xénophobe. Le fédéralisme encourage l’initiative régionale, mais impose la solidarité nationale. En sommes-nous capables au Congo ? J’ai mes réserves.

    Quand le fédéralisme est mal géré, il évolue vers le confédéralisme de fait comme en Belgique. Dans ce petit pays de 30.000 km² (plus petit que la région des Plateaux), peuplé de 6 millions de Flamands, de 3 millions de Wallons et d’un million de Bruxellois, la solidarité est mise à rude épreuve. Les Flamands qui se disent ‘’durs’’ travailleurs estiment trop payer pour les ‘’paresseux et parasites’’ Wallons et Bruxellois. C’est oublier que les Wallons ont longtemps reproché à la Flandre par le passé, pendant que le charbon, l’acier et la construction navale, fleurons de l’industrie belge de l’époque aidaient à la construction de l’industrie de la Flandre, de vivre aux basques de la Wallonie. Aujourd’hui, 85% des exportations belges proviennent de la Flandre, région au dynamisme économique époustouflant. La Flandre a su tirer son épingle du jeu en réussissant sa conversion industrielle basée sur la troisième révolution industrielle, celle de l’Internet et de l’automatisation. La Flandre est aujourd’hui l’un des champions régionaux dans l’Union Européenne avec la Bavière, la Catalogne et quelques nouveaux pays de l’Est.

    Savez-vous, cher David, qu’aux USA (un Etat fédéral dont je ne connais que la ville d’Atlanta), la Californie si elle prenait son indépendance serait la 8ième puissance économique mondiale ? Arrive-t-il à cet Etat fédéral de penser à son indépendance ? Sans doute ! D’ailleurs, les USA ont connu une grave guerre de sécession entre 1861et 1865 qui ont divisé ce pays en confédérés au sud et fédérés au nord.

    Ce sont toutes ces informations qu’il faut rassembler, analyser méticuleusement, mettre en perspective avant de lancer notre pays dans une nouvelle aventure. Sommes-nous capables de laisser le Kouilou gérer 30-40% de la manne pétrolière ? Cette manne reviendrait-elle uniquement aux Vilis ou à tous les Congolais vivant dans la région du Kouilou. Que faire si cette manne attire brusquement des populations des autres régions ? Y auront-elles droit, ou en seront-elles exclues en tant que non-Vilis et non-Yombés ? Comment Pointe-Noire participera à cette gestion ? En tant que ville du Kouilou ou en tant qu’un des 12 départements du Congo ? Voilà quelques-uns des défis que la construction fédérale devra relever. Vous voyez bien que dans l’état d’esprit actuel des Congolais, ce serait ouvrir une nouvelle boîte de Pandore, alors que l’actuelle est encore béante. Des Congolais qui se détestent copieusement et qui cherchent la moindre occasion pour s’étriper. Le fédéralisme leur sera du pain béni pour inventer des conflits à perpétuité. J’espère me tromper très largement sur ce pressentiment.

    Travaillons donc à remettre l’homme au centre de l’édifice en le confrontant à son imperfection. L’homme instruit et respectueux des lois n’aura aucune difficulté à gérer l’unitarisme ou le fédéralisme. L’espoir est permis car à l’impossible nul n’est tenu et je crois à la perfectibilité de l’homme.

  44. David Londi dit :

    Cher Pascal, je me permets cette familiarité parce que j’apprécie la distance que tu mets dans un débat comme celui-ci. Je ne reviendrai que sur un point : mettre l’homme au centre dans toutes nos initiatives. Je partage pleinement cette vision et ma démarche consiste à dépasser l’individu pour la collectivité pour mieux servir justement l’homme. Les dérives individuelles comme nous les constatons dans un état hypercentralisé, jacobin conduit inévitablement à l’arrivée des monarques à la tête de nos états. Une gouvernance collégiale minimise ce risque et donc permet une respiration démocratique plus pleine. L’homme est tributaire de son environnement qui le forme et le transforme.

    De ce fait, il reconnaît facilement ce qui est positif ou négatif pour lui. Il va adhérer, sans forcément comprendre toute la portée philosophique d’un système, au bien-être social et économique que celui-ci lui procure. Il saura donc faire de bons choix. Dans un pays comme la France beaucoup de citoyens n’ont jamais lu la constitution mais ils défendent les acquis sociaux que celle-ci leur procure. Tout ceci pour dire que le niveau d’adhésion à un système n’est pas proportionnel au niveau d’éducation mais aux bienfaits que celui-ci lui procure. Après 60 ans d’une organisation, nous constatons que celle-ci a un bilan négatif dans tous les domaines, il est donc permis de changer de paradigme. Je suis de ceux qui pensent qu’un concept bien expliqué finit toujours par emporter l’adhésion des gens.

    Les institutions fortes ne le sont que par l’adhésion du peuple qui les défend en toutes circonstances, c’est pour cela que l’écosystème du fédéralisme, c’est la démocratie libérale avant tout qui crée des richesses pour le citoyen et lui donne la possibilité d’exprimer tout son projet de vie. Les difficultés des fédérations africaines dont beaucoup ont avorté viennent de la non intégration de la dimension économique en ne se limitant qu’à un partitionnement ethno-centré. Le fédéralisme n’est viable que si et seulement si les facteurs institutionnels, économiques et démocratiques marchent main dans la main. L’ethnisme ne peut être l’horizon indépassable au 21ème siècle.

    Merci d’avoir répondu à mon post et bonne fin d’après-midi !

  45. ESPRIT dit :

    MAKAMBO TOLOBAKI LOBI, MONOKO NA BISO NGANGA.
    La Belgique anticipe l’annulation de la visite de Nikki Haley et autorise à son tour Brazzaville d’envahir militairement Kinshasa du côté Ouest, Et Joao Laurenço le prophète.
    Congolais congolaises, l’heure est gravement gravissime.
    L’heure de la diplomatie vient officiellement d’être brutalement d’être interrompue depuis hier samedi soir, lorsque Joseph Kabila a officiellement par voie de sa présidence illégitime de la république annoncé à la délégation de l’ONU précisément le cabinet du SG de l’ONU antonio Guterres arrivé depuis mercredi 4 juillet et la délégation venue d’Addis-abeba de l’Union Africaine que Mr Joseph Kabila ne les recevra pas le Mardi 10 juillet comme prévu.
    Et aussi l’annulation de sa rencontre déjà programmée entre lui et l’envoyé des USA Mme Nikki haley prévue pour le 15 juillet.
    Ces deux actes si grave à l’égard des relations internationales marquent la fin d’une longue période de diplomatie pacifique entamé depuis 2013 à addis abeba pour ramener Kabila à sortir dignement par la grande porte sans causer le chao dans toute la république.
    Malheureusement lui et heureusement pour le peuple congolais, il ne vient qu’acceler la mise en application d’une option recente prise par toute la communauté internationale dont pourtant le SG de l’ONU était le seul à y s’opposer pour mettre fin à la crise RD Congolaise, à savoir l’option Militaire.
    Pour les USA,
    Les sévices de renseigmemt américains avaient déjà eu echo de la volonté de Joseph Kabila d’annuler ses deux rencontres avec le SG de l’ONU et l’Ambassadeur des USA à l’ONU Mme Nikki Haley, fort du professionnalisme diplomatique nous étions dans l’obligation de ne pas le publier pour ne pas décourager les trois parties prenantes.
    Mais, maintenant que c’est officiel, La CIA avait informé le secrétaire d’État Mike Pompeo pour une prise de position préventive face à cet acte qui était sur le point de se poser à Kinshasa en vue des finalisation de l’opération ISOLER ET DÉTRUIRE que Mike Pompeo a tracé pour la fin du régime Kabila.
    Historiquement lié et fidèle à la récente reactualisation de leurs cooperation bilatérale sur la RDC, les USA ont directement informé et renvoyé la balle dans le camps de la Belgique pour anticiper l’évènement en continuant l’accompagnemet de l’option militaire prise depuis Bruxelles en incluant officiellement le troisième pays du côté ouest à savoir Brazzaville dont Sassou Ngesso étant aussi président de la CIRGL en avait déjà discuté avec Emmanuel Macron lors du sommet sur la crise Lybienne à l’Élysée soit 1 jour apres avoir reçu Paul Kagame et Joao Laurenço.
    Raison pour laquelle nous avions annoncé l’emboîtement de l’option militaire conformément à la SADC du côté de Brazzaville dernièrement car tout est déjà préparé.
    Fort de soutenir cet option par toute l’Union EUropéenne, un mouvement diplomatique a été fait dans l’axe Brazzaville -Belgique( État et Siège de l’UE) -Kinshasa.
    L’ union européenne a envoyé et à la fois son envoyé spéciale Mr Koen Vervaeke et son le Directeur général pour l’Afrique du Service européen pour l’Action extérieure de l’Union européenne à Brazzaville rencontrer Sassou Ngesso et juste après venir transmettre un message à Kinshasa celui de mettre en garde Kinshasa contre toute tentative de décrédibiliser les élections ou carrément les reporter.
    Message qui n’a pas du tout plu à kabila.
    Dans l’entre temps, pendant ce mouvement, le ministre des affaires étrangères du congo brazza Mr Gakosso devait allé en Belgique au nom de sassou signer le protocole d’accord, le même que la Belgique a fait signé à l’Angola et au Rwanda sur la RDC à savoir la consulation bilatérale entre la Belgique et Le Congo Brazza sur la RDC.
    Pour dire que l’UE approuve le choix et l’option Militaire que jouera Brazzaville.
    Car en Belgique, Didier Reynders et Mr Gakosso ont discuté près de 5h du temps sur la RDC, l’avis et l’expérience de sassou sur la crise en RDC et le rôle que jouera Brazzaville en conformité avec l’Angola, le Rwanda et l’Ouganda dans le plan de Mike Pompeo et comment se feront les modalités du contours militaire du côté ouest.
    Tout est dit, tout est fait.
    L’Angola, le Rwanda, l’Ouganda et Congo Brazza constitueront un cercle triangulaire qui fermeront du nord de l’est à l’Ouest de la RDC pour incurser progressivement en RDC aussi longtemps que Kabila résistera.
    Joao Laurenço le Prophète.
    Alorsque la patronne de la monusco LEILA ZERROUGI s’etait à Luanda pour une consulation sur la mission de la MONUSCO, le président Angolais avait déjà pressenti l’Echec de la venue du SG de l’ONU à Kinshasa, conseilla la Patronne de la Monusco de recommander au SG de l’ONU de reporter sa venue à Kinshasa après l’option militaire contre kabila et non avec lui car kabila était un têtu qui est capable même de l’Humilier avec sa venue à Kinshasa.
    Comme si, les choses semblent lui donner raison, car depuis samedi soir, Alorsque les délégations de l’ONU sont déjà logés dans les hotels officiels de la capitale Kinshasa, Joseph Kabila a crée la surprise et l’impensable à savoir l’annulation pure et simpe de cette rencontre.
    Choc est tellement grand car cette rencontre representait la seul et unique dernière chance que la communauté internationale à travers l’ONU accordait à Kabila qui partout essayait de calmer le jeu en exigeant la voie militaire.
    Le SG de l’ONU vient d’être sali, et mouillé avant même qu’il ne rentre en scène.
    Sa délégation à Kinshasa est dans une colère hors paire, qualifiant d’insulte l’acte de Kabila et promettant des conséquences facheuses.
    Donnant raison au président Angolais, la délégation de l’ONU devra se rendre en Angola pour une séance de travail avec le Président Angolais.
    Joseph Kabila a choisi sa voie, tout est clair maintenant.

  46. ATTENTION DANGER dit :

    @ESPRIT,

    Nous, congolais de Brazzaville, nous serons les grands perdants de cette histoire et pourquoi?

    Sassou Nguesso = Jao Lorenco = le pétrolier total = Francafrique = Sassou encore là jusqu’au délà de 2021 = Congo plus que jamais enfer = propriété de sassou + clan + francafrique = congolais esclave de Sassou pour encore des années.

    Lorenco + sassou, cherchent un nouveau allié en Rdc après Kabila. C’est les raisons pour lesquelles, ils sont entrain d’investir pour leurs propres intérêts et de leurs donneurs d’ordre.

    Congolais, notre pays est fichu, la France ne lâchera pas sassou, bien au contraire, car l’UE + France + USA = même combat pour les intérêts de la France au Congo et dans la région, question de survie et du maintien du rang mondial de la France.

    Le Congo sacrifié, sassou maintenu par tous les moyens disponibles de la France + alliés du pacte occidental….

    Nous devons penser au sacrifice civile et militaire pour neutraliser sassou, à défaut, la voie est ouverte à l’esclavage, à l’apatride à vie et les congolais remplacés par des étrangers au fur et à mesure d’ici 2021 à 2030. C’est le plan adopté par Sassou et sa Francafrique.

    CE COMPLOT FRONTAL AURA DES IMPACTS AU NORD COMME AU SUD ET ARRÊTONS LES AMALGAMES CAR L’HEURE EST GRAVE CAR LA FRANCE + SASSOU JOUENT CONTRE LE PEUPLE CONGOLAIS…

    NB: MUNARI, BOWAO, MIERESSA, ETC BIENTOT EN TAULE, J3M MOKOKO ASSASSINÉ, PAULIN MAKAYA EMPOISONNÉ ET MALADE A VIE, OKOMBI SALISSA PAREILLE… C’EST LE PLAN SECRET DE CONSERVATION DU POUVOIR… SASSOU N’ATTEND QUE LA SUITE DE L’AFFAIRE KABILA, SI BON, ALORS LA C’EST FINI POUR TOUS…

    NOUS DEVONS ENCOURAGER LE SOULÈVEMENT EN RDC + la transition sans kabila, nous pourrions alors espérer monter quelques plans secrets d’attaque militaire contre sassou depuis l’autre rive du fleuve…

    MERCI POUR VOTRE LECTURE…

  47. Tsoua dit :

    Le problème du Pool,ce sont ses élites qui intellectualisent tous les débats, oubliant le pragmatisme.
    Par votre fédéralisme,quels sont les moyens que vous mettrez en place, si le mbochi revient au pouvoir pour qu’il ne dérape plus ?

  48. Mutu Nkombo dit :

    @SAMBA DIA MOUMPATA

    Vous m’avez récemment traité d’escroc et peut-être d’ivrogne, mais je ne suis pas tombé dans l’injure comme vous. D’où tirez-vous l’information que je suis avec Guy Brice Parfait KOLELAS? Je ne le connais ni d’Adam ni d’Eve. Comment pouvez-vous affirmer si gratuitement que je fréquente GBPK?

    Oui, j’insiste à dire que Ntumi est le faire-valoir de Sassou pour aller bombarder et décimer le Poolailler. Etes-vous le seul des tous les Congolais n’ayant pas entendu la déclaration de Dabira sur Ntumi? Franchement, pourquoi vous récuser l’évidence? Dabira a dit à voix haute et intelligible, que Nianga Mboual est celui qui ravitaille Ntumi en armes et en munitions. Pensez-vous, cher Monsieur, que Nianga Mbouala puisse fournir des armes à Ntumi sans que le boucher d’Oyo ne soit au courant? Pourquoi faites-vous semblant, alors que l’évidence est là?

    Sassou avait envoyé Prosper NKONTA MOKONO aller saccager le village de Pierre Anga. Ce dernier ayant fui sa cuvette natale se réfugia au Gabon d’Omar Bongo. Et ce dernier le livra à Sassou. Pourquoi Ntumi n’est-il pas capturé dans les savanes et plaines du Pool? La réponse est tout simple: Ntumi n’a jamais été recherché par Sassou. Voilà la réalité et la vérité cher Monsieur!

    Alors pour le reste vous pouvez aboyer votre méchanceté, cela ne changera rien à la réalité et à la vérité sur Ntumi: IL EST BIEN LE FAIRE-VALOIR DE SASSOU POUR BOMBARDER ET DECIMER LE POOL.

    Guy Brice Parfait KOLELAS n’est ni un ami ni un proche à moi. Il est vrai qu’il accompagne l’escroquerie politique de Sassou.

  49. Val de Nantes , dit :

    @Tsoua , merci d’avoir été succinct à votre question …
    Je ne comprends pas l’hypothèse d’un mbochi ,si toutes choses égales par ailleurs ,c’est-à-dire que dans les moments favorables où le pays recouvre toute la plénitude de sa démocratie ,l’arrivée d’un mbochi au pouvoir est totalement exclue ..
    Le fédéralisme exclut tout risque potentiel de dictature ,sachant que ,l’institution présidentielle y est bloquée .
    Votre angoisse est pratiquement levée….
    Le fédéralisme est postérieur à Sassou ,et sa réalisation ne sera possible qu’après une période transitoire …
    Les modalités de son installation vous seront exposées à travers le livre blanc de David Londi..
    Mon frères Tsoua ,si ,je n’avais pas l’intime conviction des bienfaits du fédéralisme ,je ne m’y serais aventuriè….
    Figure toi , que depuis plusieurs années ,après plusieurs présidents ,le constat est catastrophique ,et ,nous ne pouvons y rester indifférents .
    Une nouvelle méthode de Management politique s’imposait à notre pays …
    Remplacer le mensonge politique par l’appropriation de l’économie ,tel est le leitmotiv de notre projet politique …
    Le fédéralisme balaie toutes ces impuretés républicaines héritées de tous ces imposteurs politiques…

  50. Pascal Malanda dit :

    Cher Val de Nantes

    Venant de toi, frère de Potal, la phrase suivante m’a totalement perturbé. J’espère l’avoir mal comprise, auquel cas je suis disposé à recevoir un meilleur éclairage.

    « Je ne comprends pas l’hypothèse d’un mbochi ,si toutes choses égales par ailleurs ,c’est-à-dire que dans les moments favorables où le pays recouvre toute la plénitude de sa démocratie ,l’arrivée d’un mbochi au pouvoir est totalement exclue »

    Te rends-tu compte que par cette affirmation, non seulement tu renforces la dérive ethnique actuelle, mais plus grave encore, tu donnes un argument à tous ceux qui voient en la démocratie une exclusion des « minorités » de la gestion de la cité. A te lire, dans un Congo démocratique, un Mbochi ne pourra jamais devenir président. Quelle conclusion en tirerais-je si j’étais Mbochi ?

    Tu comprends donc cher Val de Nantes, ma fixation sur le rôle de l’homme dans toute construction. Quel est ce fédéralisme qui empêcherait les Mbochis d’arriver au pouvoir ? N’oublie pas qu’un Etat peut être fédéral et dictatorial en même temps. La Russie est une vraie fédération, ce qui ne l’empêche pas d’aligner des caractères d’une gestion autocratique.

    Nous sommes tous à un niveau ou un autre contaminé par le virus tribal. Le plus grave, c’est que nous ne nous en rendons même plus compte.

  51. Isidore AYA TONGA dit :

    ARRÊTER DE FAIRE DES COMPARATIFS A LA CON DU FÉDÉRALISME DU MONDE ENTIER QUI MARCHE OU NON. JE PENSE QUE QUELQUES CONGOLAIS ONT AU-MOINS UN CERVEAU. ET C’EST EUX QUI FERONT LE FÉDÉRALISME A LA SAUCE CULTURELLE ET POLITIQUE CONGOLAISE.
    LE PREALABRE: SASSOU DEGAGE + PERIODE DE TRANSITION DE 5 ANS + REPENSER LE CONGO DE DEMAIN OU LE FEDERALISME + A LA 5E ANNEE ELECTIONS LOCALES, DES REGIONS SEMI – AUTONOMES ET FEDERALES ( POUVOIRS ET CONTRE-POUVOIRS+ REPARTITION DE COMPTENCES + RESSOURCES + PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A POUVOIR SYMBOLIQUE + PRIORITES AUX ACTIVITES ECONOMIQUES ET CULTURELLES AUTO-GÉRÉS D’EN BAS VERS LE HAUT ET NON D’EN HAUT VERS LE BAS…. ETC

    EN ATTENDANT RESTER AVEC SES DEUX PENSÉES

    1- Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés peuvent changer le monde. En fait, historiquement c’est toujours de cette façon que le changement s’est produit . »Margaret Mead
    2- “La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent.” Albert Einstein
    3- Nelson Mandela a dit…
    C’est en revenant à un endroit où rien n’a bougé qu’on réalise le mieux à quel point on a changé.

    AU FINAL A LA CHUTE DE SASSOU NGUESSO, CONFRONTÉS A TROIS MOUVEMENTS

    1- LES SESSIONISTES ( 10% DE L’ÉLECTORAT, CAR LE CONGO A CHANGÉ…)
    2 – LES JACOBINES OU ETAT CENTRALISÉ ET SES DÉGÂTS OCCASIONNÉS DEPUIS 58 ANS (60% DE L’ÉLECTORAT ACTUEL).
    3- LES FÉDÉRALISTES ( 30% DE L’ÉLECTORAT ACTUEL).

    POUR NOUS, FEDERALISTE, UN TERRAIN DE JEU DE COMMUNICATION OU D’INFORMATION A ORGANISEE AUPRÈS DE LA POPULATION. AU FINAL, LE FEDERALISME DEVAIT L’EMPORTER AU RÉFÉRENDUM A HAUTEUR DE 70% – CAR LES CONGOLAIS ONT COMPRIS QUE LE FEDERALISME = MOINS DE DICTATURE = MOINS DE TRIBALISME = PLUS D’ACTIVITES ECONOMIQUES LOCALES = PLUS DE VALORISATION DE LANGUES ET CULTURELLES REGIONALES + AUTONOMIE DES REGIONS + COMPLEMENTARITE ECONOMIQUE INTER- REGIONAL + DIVERSITE DE REGION A LA PLACE DE LA STANDARDISATION ACTUELLE, ETC

    RAPPEL A RPP

    1- Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés peuvent changer le monde. En fait, historiquement c’est toujours de cette façon que le changement s’est produit . »Margaret Mead
    2- “La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent.” Albert Einstein
    3- Nelson Mandela a dit…
    C’est en revenant à un endroit où rien n’a bougé qu’on réalise le mieux à quel point on a changé

  52. Val de Nantes , dit :

    @Malanda ,
    Exactement ,pour un potalien comme moi ,cela apparaît comme un sacrilège …
    Mais ,la réalité se veut nationale ,et ne saurait se réduire à ma seule affinité ethnique …Il eût été aussi logique que la bêtise tribale n’emaillât pas le régne kilométrique de Sassou ,lequel aura brisé les structures du cosmopolitisme dans lequel nous avons baigné notre jeunesse ….
    Les stigmates du tribalisme politique actuel ont elles pris le dessus sur le consensus ethnique d’autrefois .???.
    L’homme étant un animal pourvu d’un cerveau cartésien , j’ai peur que j’y réponde sobrement par un oui ….
    Mais ,notre passé juvénile et jubilatoire reste notre ciment dans la sphère civile où les preuves d’amour et de fraternité nous font surmonter nos divergences politiques ,heureusement d’ailleurs ,sinon ,qu’est ce que ça serait ….
    Et ,puis ,il y a des vérités qui contextualisent l’immédiateté …
    Crois tu ,mon cher ,revoir un mbochi ,président ,si ,toutes étant égales par ailleurs ,de façon démocratique ,après Sassou ???.
    En ce qui me concerne ,en me déshabillant de toute étiquette tribale , je n’y mettrais pas un kopeck….

  53. BENO MOSSI dit :

    Monsieur Isidore Aya Tonga,vient de nous démontrer de manière claire,nette et pragmatique,tous les biens faits du Fédéralisme pour le Congo de demain.N’ayons pas peur,dans la paix véritable,militons pour ce projet sur le fédéralisme.Que d’autres intelligences s’expriment,le Congo malade a besoin de vous.

    B.B

  54. Bakala Téléma dit :

    Malanda,
    Rien ne sert d’être surpris par le propos de Val de Nantes. C’est l’une de raisons qui font que Je doute de la viabilité de leur projet sur le fédéralisme depuis que Je les lis.

    En plus de ce que notre ami Val de Nantes a écrit , savez-vous qu’il reprochait à Mvouba et Moungani de n’avoir pas pu recruiter les leurs dans la fonction publique comme l’ont fait leurs collègues Mbochi? Je n’en revenais pas quand J’ai lu ses écrits. Je me suis dit est-ce qu’il se rend compte qu’il fait la promotion du yaka noki noki comme les gens du pct.

    J’étais venu à me dire que ce projet sur le fédéralisme n’était qu’un piège à cons consistant à faire la même chose que l’on reproche aujourd’hui à Sassou et aux gens de son village qui travaillent pour lui.

    Bref, ce n’était qu ‘une parenthèse qui peut dire beaucoup, car ne dit-on pas que le diable est dans le détail?

    Ah la politique made in Congo. On préfère parer au plus lointain alors que l’immediat nous interpelle. Mais à long terme i.e. l’après Sassou peut etre une eternité. les congolais ont besoin des solutions aujourd’hui pour soulager les maux qui les accablent comme le manque de travail, les services de santé et d’éducation de qualité. Pour ça, la reponse est : on verra quand Sassou va partir. Mais Sassou est un système qui peut le survivre. Dans ce cas que propose-t-on aux congolais ? Quand Sassou va partir. On est en face d’un mantra digne des bouddhistes.

    Je respecte le projet des federalistes, mais j’ai de sérieux doutes sur sa viabilité tant que les mentalités ne changeront pas , notamment la relation du congolais à la loi et le bien public.

  55. Val de Nantes , dit :

    @Bakala ..Tu aurais pu contextualiser mes propos aux réalités actuelles .Je reste un fervent défenseur de la méritocratie républicaine …
    Les Mvouba et autre ,servent un dictateur ,et partagent inévitablement une culture de paresse intellectuelle . Je leur fais le reproche de ne pas avoir aidé ,comme l’ont fait les mbochis à des postes divers ,leurs compatriotes du pool …C’est clair..
    Auscultez ,cher ami ,avec lucidité ,la gouvernance amateuriste et inaboutie de Lissouba ,vous y trouverez des similitudes …
    C’est l’un des méfaits ,du régime unitaire.
    Le fédéralisme se veut un correcteur des défaillances chroniques de l’État central ….
    Merci ….

  56. Isidore AYA TONGA dit :

    @ Bakala Téléma

    LE PRÉALABLE DU FÉDÉRALISME: SASSOU DÉGAGE D’ABORD ET C’EST CE QUI SE DESSINE ET SANS DÉTAIL AU REGARD DE L’EVOLUTION CATASTROPHIQUE DE LA SITUATION NATIONALE ET PÉRIPHÉRIQUE…

    APRES AU RÉFÉRENDUM OBLIGATOIRE ANNONCÉ, VOUS AUREZ 3 CHOIX ENTRE VOTER POUR 1 – LES SCISSIONNISTES A LA RPP 2- JACOBINISME DE 1960 A NOS JOUS 3- LE FÉDÉRALISME A VENIR

    LES CAMPAGNES D’INFORMATIONS ET DE COMMUNICATION ARGUMENTAIRES SERONT LIBRES ET TRANSPARENTES POUR TOUS…

    @Bakala Téléma ne vous inquiétez pas, le peuple s’exprimera….

    ALORS PRÉPAREZ VOS ARGUMENTS ET SOLUTIONS NOUVELLES MAINTENANT…

    RAPPEL A BAKALA TELEMA

    1- Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés peuvent changer le monde. En fait, historiquement c’est toujours de cette façon que le changement s’est produit . »Margaret Mead
    2- “La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent.” Albert Einstein
    3- Nelson Mandela a dit…
    C’est en revenant à un endroit où rien n’a bougé qu’on réalise le mieux à quel point on a changé

  57. Pascal Malanda dit :

    Dans la configuration politique actuelle du Congo, on n’a pas besoin d’être grand clerc pour conclure que le prochain président congolais sera un Mbochi. Sauf s’ils se bouffent entre eux comme l’ont fait les Laris et les Niboleks en disant à la sortie de la Conférence Nationale Souveraine. Après les évènements de Bacongo-Makélékélé, nombreux sont les Laris-Kongo qui disaient mieux vaut un Mbochi à la tête du pays qu’un Nibo. Même chanson chez les Nibos : mieux vaut un nordiste à la tête du pays qu’un Tchek. Ceux qui ont trahi le pouvoir de Lissouba se trouvent dans le Niari et la Bouenza. Le Pool n’a fait que préparer le terrain en harcelant Lissouba qui a « volé » la victoire à Kolélas en juillet 1992. Les faits sont consultables et ils sont très têtus. Aujourd’hui encore à Paris, les thèses n’ont pas bougé d’un trait. Pour les Lari-Kongo tous les malheurs viennent de Lissouba qui a fait pire que Sassou. Pour les Nibos, le diable c’est Kolélas qui a fait le lit de Sassou. Et il y a des Congolais à vouloir minimiser le poids de la lecture tribale de nos comportements.

    On m’est tombé à bras raccourcis sur ce site quand j’ai cité et critiqué en janvier 2016 Mokoko qui disait : « Nous au nord, on n’est pas comme les sudistes. Nous sommes de vrais guerriers et nous savons nous battre jusqu’au bout… » Ce passage se trouve dans la fameuse vidéo qui l’a malheureusement conduit en prison. Au nord, la question ne s’est jamais posée sous la forme, mieux vaut un sudiste qu’un Kouyou ou un Mbochi. Au nord, l’élite Kouyou et Mbochi a sacrifié ensemble le Kouyou Marien pour conserver le pouvoir, les Tékés, Likoualas, Sanghas etc s’étaient tous alignés sur cette position. Puis ce fut au tour de Yhombi de passer 11 ans en taule pour ne pas risquer que le nord perde le pouvoir qu’il gérait de façon catastrophique. Fait très curieux, lors du vote ayant conduit à l’éviction de Yhombi, c’est le candidat arrivé en deuxième position (Thystère Tchikaya) qui se désista en faveur du troisième (Sassou) pour vaincre le premier du premier tour de scrutin (Yhombi).

    Dabira était sur le point d’abattre l’avion de Sassou pour conserver le pouvoir dans le clan Mbochi. Tout le monde le sait, puisque la vérité est sortie au procès. J’imagine le scénario : Sassou meurt et une délégation de fédéralistes congolais débarque auprès de Dabira pour lui demander un référendum sur la fédéralisation du Congo. Bien sûr que Dabira accepte et organise ce référendum. Le Congo devient fédéral et de nouvelles élections libres et démocratiques sont tenues dans les trois mois constitutionnels. Bien sûr, le gagnant c’est Tsaty Mabiala ou Kolélas ou encore mieux, leur coalition chargée de ramener le pouvoir au sud. On croit rêver.

    Mokoko s’est amendé, il a reçu le suffrage du sud qui voulait se débarrasser de Sassou à n’importe quel prix. Sassou a vu venir le coup et n’a pas hésité à l’emprisonner. Idem pour Okombi. Et c’est dans cette configuration politique congolaise qu’on nous propose le fédéralisme à la chute de Sassou. Sommes-nous sérieux ?

    Faites objectivement le portrait-robot du successeur de Sassou, ce n’est pas si difficile et vous trouverez qu’il n’y a pas 3 candidats qui remplissent les critères nationaux et géostratégiques. Le reste, c’est du bavardage inutile. Les méthodes d’analyse prospective existent, il suffit de les appliquer.

    Sauf insurrection populaire ou mutinerie de la force publique, le prochain président sera un Mbochi. Et même en cas de mutinerie, je ne vois pas un sergent Vili ou Bomitaba ou Sundi-Kamba-Dondo prendre la tête du pays.

    Je n’empêche personne d’établir le fédéralisme au Congo. Epargnez-moi vos injures puériles. Je répète que je suis fédéraliste pure souche. Mais de grâce n’égarons pas nos compatriotes dans des débats sans fin. David Dilondi nous a promis un livre blanc. Une fois que nous serons en possession de cette bible, on pourra commencer à changer l’eau en vin comme à Cana. J’espère que vous avez compris la touche d’humour. Plus sérieux, ne galvaudons pas le fédéralisme, ce n’est pas une panacée. Il mérite mieux que ce que nous faisons en ce moment.

  58. David Londi dit :

    @Bakala,

    prenons garde de porter des jugements de valeur quand l’on ne possède pas toutes les informations nécessaires qui permettent de qualifier un individu, une situation ou une organisation. Je pense qu’il est plus sage d’attendre que ce débat se structure autour des faits exposés par les tenants du fédéralisme et les défenseurs d’un etat-nation qui, eux aussi, doivent mettre des arguments sur la table. Ce débat sur sur le fédéralisme a animé les années 50 – 60, en Afrique et, dans certains cas, il remonte jusqu’aux années 40. C’est donc loin d’être un piège à cons. Le plus important c’est de débattre pas de se lancer des noms d’oiseaux à la figure. Nous sommes tous d’accord que le bilan economique, humain et sécuritaire de 60 ans d’Etat-nation est négatif. Que proposons-nous pour tout reconstruire, tout repenser et, enfin, lancer ce pays dans la voie de la paix sociale durable, préalable à tout développement ? L’idée du livre blanc n’est ni l’alpha ni l’omega du débat mais il expose le genre de fédéralisme que nous souhaitons pour le Congo. A partir de celui-ci vous pouvez critiquer ou valider mais, au-moins, l’on ne discutera sur de la matière. C’est ma conception du débat. Des petits bouts de phrases ou d’exposés ne font jamais un débat sans verser dans le subjectivisme le plus indécent. Arguments contre arguments dans le respect des uns et des autres.

    @Malanda,

    cher Pascal, le livre blanc est un moyen d’exposer mes propositions, enrichies de celles de mes autres compatriotes qui y travaillent depuis plus de 15 ans. Ce n’est, en aucun cas, une vérité absolue. Les propositions seront certainement imparfaites mais elles auront l’avantage d’exister et donc débattables et même contredictibles aussi. Toutes les démarches entreprises sont une quête de solutions à la situation économique et sociale qui prévaut au pays. Toute analyse montre que le suffrage universel ne peut pas marcher dans une ou deux générations (30 ans), au Congo. C’est un fait prouvé par 60 ans d’existence de ce pays. Il faut aussi admettre comme le souligne Mbomag « l’on ne peut se développer avec la culture de l’autre ». Revenir au fédéralisme avorté des années 50-60, c’est poser la nécessité de reconquérir notre histoire, culture pour être des vrais acteurs de notre développement. Tous les pères des indépendances, à l’exception de quelques-uns y ont pensé mais les intrusions de l’ancienne puissance coloniale les a toutes fait avorter.

  59. Anonyme21 dit :

    Le seul moyen d’empêcher que le nord vole à nouveau le pouvoir c’est la séparation c’est la seule solution la seule voie il n’y en pas d’autre le Sud retrouvera enfin sa dignité et sa prospérité saccagée et foulée par le nord
    Cette union a été imposée par le colon et les anciens n’ont pas compris la duplicité la méchanceté du colon lui savait ce qu’il faisait et le piège s’est refermé sur nous la solution consulter le peuple du Sud par la voie des urnes pour qu’il n’y’ait pas de contestation possible
    Le nord s’est acharné à diviser le sud pour voler appauvrir tuer humilier le Sud cette union n’a rien apporté il faut en tirer les conséquences le nord va suivre la voie qu’il s’est choisi et le Sud reprendra lee cours de son histoire ses traditions sa civilisation ses traditions ses valeurs restaurera la fierté d’être Kongolais cette fierté perdu avec le nord détruite par le nord normal cene sont pas des Kongolais cette nationalité qui nous tient tant à coeur nous les Sudistes ne signifie rien pour le nord absolument rien
    Bref nous allons reprendre le cours de notre histoire qui n’aurait jamais dû s’arrêter certains internautes tournent en dérision nos débats soulignant notre impuissance à nous débarasser du barbare qui détruit notre pays qui tue viole brade les richesses de notre pauvre et malheureux petit pays oui mais on va y arriver si on entre dans le processus d’autodétermination du Sud Kongo c’est le seul moyen de se débarasser définitivement de la malédiction du nord

  60. anonyme21 dit :

    Le débat maintenant c’est de trouver les vois d’une séparation à l’amiable en cas de refus persistant de leur part comme c’est la cas actuellement je serais alors convaincu que ces gens ne valent absolument rien la considération que daigne leur accorder l’occident c’est uniquement par ce qu’il sont avec nous les Sudistes sans nous ils ne sont rien du tout absolument rien si ce que je dis est faux alors ils doivent accepter la séparation et prouver qu’ils valent et représent quelque chose
    Merci

  61. Val de Nantes ,Aux unitairistes... dit :

    Aux unitairistes dont l’audit politique semble se limiter à l’homme politique congolais ,notamment le président de la république qui ne serait pas respectueux des lois de la république ,la question qui s’ensuit va nous éclairer sur la suite logique de votre audit …
    Votre constat politique met en cause l’homme politique ,si , religieusement ,je vous écoutais ,il est le mal par qui arrive tous les malheurs de notre pays ..Ok ..
    Rassurez-vous ,les fédéralistes en sont très vite arrivés à cette conclusion ..
    Chers compatriotes ,
    Un audit est toujours suivi des préconisations ….
    Croyez-vous ,garder le même costume présidentiel ,en y incorporant un autre président issu d’une élection présidentielle ,que cela changerait au diagnostic que vous avez fait sur le président sortant ????…..
    A ,quoi ,selon vous , se résumerait votre colère politique ???….
    Est ce ,une colère passive ,ou une colère active ,avec effet immédiat ???.
    La nôtre ,vous en connaissez les bribes de contenus ..
    J’aurais envie de dire à mon frérot de voter pour un nouveau président de la république sous le régime unitaire ,mais ,je n’ai pas d’assurance quand aux risques d’une potentielle dictature ,à laquelle pourrait faire notre pays ,,,…
    C’est l’homme politique congolais , c’est le mal absolu ,d’accord .Après ,on fait quoi ???.
    On en vote un autre ,de façon panurgique ????…
    Pouvez vous nous en apprendre davantage sur ce nouveau président de la république???…
    Nb .,Une dénonciation politique ne guérit pas d’intolérance politique …..

  62. Bulukutu dit :

    Existe-t-il encore des hommes politiques au congo, respectueux de la chose publique? Se poser cette question ne revient-il pas à rechercher l’homme providentiel ? Nous avons sans doute eu dans notre histoire récente, des présidents plus respectueux de la chose publique, comparé à la horde à laquelle nous avons à faire aujourd’hui. Mais ces présidents, malgré leur probité morale, n’ont pas été capable de préserver la république contre la dérive dictatoriale, du tribalisme etc,… La faiblesse de nos institutions est-elle en cause? Comment se préserver d’une dérive dictatoriale dans une démocratie inexistante, balbutiante, ou dans une démocratie apaisée?
    Une fois la démocratie solidement installée au congo, ce pays sera-t-il à l’abri, avec le système politique actuel? Une chose est sûre, les choses ne peuvent pas restées en l’état. Il faut tenter quelque chose, et le fédéralisme, même s’il n’est pas parfait, permet d’ouvrir le champ des possibles pour les Congolais.

  63. Bakala Téléma dit :

    David Londi, Isidore Aya Tonga et Val de Nantes,

    À vous écouter on a l’impression que le fédéralisme venait de naître ou bien c’est avec vous que ce débat va faire tabac au Congo et au sein de la diaspora. Non, plus jeunes, nous avons déjà eu ce débat pendant des années. Mon pronostic à l’époque était que c’était une conversation de salon sans lendemain. C’est ce qui est arrivé à ce débat fort passionnant, du reste. Notons que Sassou a pu organiser trois élections et deux référendum depuis que nous eûmes ce débat.

    Aujourd’hui, vous nous servez le même plat réchauffé en promettant que vous allez le soumettre au référendum après le départ de Sassou. C’est quand son départ? Je vous repose la question parce que vous refusez d’y répondre. Pourtant l’implantation du projet fédéraliste y dépend. À moins de dire que vous n’êtes pas pressés de voir votre projet aboutir, vous devez nous instruire sur son implantation. Un projet a toujours des milestones et un calendrier. Alors, instruisez nous.

    Soyons sérieux. L’après Sassou est égal à Sassou , toute chose égale par ailleurs dans le contexte actuel du Congo que vous refusez de voir. En management quand on analyse une situation, on prend toujours en compte le contexte dans lequel il s’inscrit. C’est ce que l’on apelle par analyse du contexte PESTEL afin de s’assurer que la solution préconisée ne soit pas déconnectée de la réalité. Or, que voit on dans votre projet? Une proposition déconnectée du contexte Politique, Économique, Social et International du Congo au point où on se demande à quels besoins répond votre projet.

    Aujourd’hui, les congolais et les bailleurs de fonds disent que le principal problème du Congo est la crise économico-financière causée par le pillage des deniers publics et l’incompétence de la kleptocratie au pouvoir. Et vous dites qu’avec le fédéralisme tout sera résolu vu que fédéralisme rime avec économie, bonne gouvernance, hommes intègres, etc. Croyez-vous que le fédéralisme va transformer les congolais en hommes vertueux? Connaissez-vous vraiment le congolais? Il m’arrive parfois à me demander qui du congolais lambda et du politicien est un hors-la-loi.

    Les priorités des congolais sont ailleurs et non dans des projets dont on ignore la date d’implantation tant et aussi longtemps que l’on compte le faire après le départ de Sassou. Vous vouscêtes dit que Sassou peut etre remplacé par un autre Sassou?

    les congolais ont failli dans la gestion de leur communauté non pas à cause des structures organisationnelles, mais à cause de leur culture politique faite de non respect de la loi et du bien public. Peu importe la forme institutionnelle choisie pour gérer la communauté, le congolais faillira tant et aussi longtemps qu’il ne règlera pas la question de sa relation avec la règle de droit et le respect du bien public qu’il ne doit jamais confondre avec son patrimoine. C’est cette relation qui conduit à toutes les dérives faites de violences politiques, pillage des ressources naturelles, détournement des deniers publics. Et le fédéralisme ne pourra rien comme nous l’a montré les cas de Tsaty Mabiala et Parfait Kolelas.

    Nous devons d’abord résoudre cette relation compliquée avec la loi et les biens publics en se fondant sur la loi afin d’éviter des dérives ou des suspicions de ceux qui pourraient croire à une chasse aux sorcières.

  64. Bakala Téléma dit :

    Val de Nantes,
    Comment pouvais-je contextualiser vos propos? Ce serait les dénaturer et leur faire perdre toute leur authenticité. Par, ailleurs, est-ce aussi mal vous citer si je disais qu’au début votre propos était que le fédéralisme etait se prémunir contre la barbarie des Mbochi? Ce discours etait tenu par vous il y a quelques nous avant que vous changez de registre. Le langage était quoi faire pour éviter notre élimination totale. Le fédéralisme était le moyen pour se prémunir contre ces massacres supposés.

    Pour ceux qui vous decouvrent, ils ne pourront pas savoir comment vous avez changé votre discours au fil du temps. C’est pourquoi, je dis que votre projet est flou et ressemble à un piège à cons parce qu’il est dirigé contre un groupe ethnique.

    À moins de demander la séparation d’avec les Mbochi, le fédéralisme ne peut être mis de l’avant parce que l’on veut limiter les contacts avec les Mbochi. Les Mbochi ne sont en rien responsables des crimes de l’élite Mbochi. Tout le monde sait que ces derniers agissent pour leurs propres intérêts et ceux des membres de leurs familles et proches. En droit pénal, la faute est individuelle et non collective.

    Ne Venez pas dire que vous avez été cité hors contexte. Pour rappel, Félix vous a aussi fait le même reproche au cas où vous l’aurez oublié.

  65. Anonyme21 dit :

    La barbarie actuelle est soutenue par le peuple du nord dire le contraire c’est mentir et travestir l’histoire ils sont heureux que leurs frère fasse souffrir les bakongo ils ont pillé les quartiers sud quand les exactions sont commis contres les quartiers sud ils dansent et ils chantent alors que leurs supposés compatriotes vivent l’horreur dénoncent ils ces faits ? non ils les cautionnent tout est dis pas d’excuses ils sont complices de l’état actuel du pays

  66. Val de Nantes , dit :

    Sortons le Congo de la crise institutionnelle ,par des vraies solutions ingénieuses ,et non par des médisances exécrables …
    Le Congo vaut une véritable messe ..La réduction du débat aux personnes qui portent le projet fédéraliste est de niveau de caniveau ….
    Qu’on ait dit « ceci ,cela «  » on n’en est pas là .Parler du pays ,notamment de la problématique politique post Sassou …
    Adressez vous au pays ……..
    Il en va de la vie de vos parents restés au pays …..
    Tout le reste ,est mineur …
    Merci …

  67. Val de Nantes , aux compatriotes attentistes .. dit :

    Surtout ,ne confondez pas ,le pays avec Val de Nantes …Val de Nantes n’est pas le Congo ,mais ,il en est un de ces fils porteurs d’un projet politique novateur ,pour changer la trajectoire du destin politique de notre pays …
    Ma personne ne pèse pas face à l’océan de misère qui vivent nos parents …
    Vous avez ,semble t’il ,étudié ,c’est le moment de briller,en proposant des stratégies de sortie de crise politique que connaît le pays ….
    Nous exigeons de vous ,une feuille de route politique ,qui mettrait au mal ,notre projet politique fondé sur le fédéralisme ..
    Le fédéralisme n’est peut être pas ,la solution idoine ,alors qu’elle est la vôtre ????…
    Nb …,Il n’existe pas un diplôme de médisances politiques…Que je sache…

  68. Val de Nantes , aux compatriotes attentistes .. dit :

    lire ..à mal

  69. Pascal Malanda dit :

    L’état actuel des choses au Congo est tout simplement insupportable, même pour le clan au pouvoir. Ce n’est pas par hasard que Dabira et Nianga-Mbouala se sont déchirés sur « l’avenir des Mbochis ». Ils ont reconnu indirectement que le mal commis est ressenti comme tel par les victimes. Le problème est donc bien posé, mais la solution qu’ils apportent est catastrophique : sacrifier leur mentor pour perpétuer le système. En un mot, faire du Sassou sans Sassou en espérant copter quelques sudistes de service pour faire passer la pilule. L’impasse est totale.

    Le Congo a besoin d’un ressaisissement de sa classe politique. A défaut, nous évoluerons vers un clash aux conséquences inimaginables.

    Le débat sur le fédéralisme tourne au ridicule. Je crois que David Dilondi a proposé une démarche judicieuse. Le livre blanc est un instrument condensant une longue réflexion que je suppose bien murie. Il faut alors passer à l’étape suivante : la réalisation de ce fédéralisme. Les partisans de ce système devraient concentrer leur énergie à la stratégie à mettre en place pour parvenir à leur but. Il ne sert à rien de prêcher à des convertis qui n’entendent pas d’autres sons de cloche ni à des opposants radicaux sourds à toute argumentation. Notre microcosme sur le Net est le reflet de notre pays avec ses haines ataviques et son intolérance chronique, obstacles quasi insurmontables sur la route vers une communauté de destin où règnent la loi et le respect de l’autre. Les maîtres-mots sont ici sont « barbarie des Mbochis » face à la « vertu incarnée des Kongo ». C’est oublier que les Kongo-Lari étripaient les Nibos à Bacongo-Makélékélé pendant que les Nibos pilaient des bébés tcheks à Diata-Moutabala. On tait cet épisode fâcheux pour faire croire que le sud-Kongo est un havre de paix qui ne doit ses malheurs qu’à la horde des Mbochis descendus du septentrion. C’est aussi oublier que dans ce septentrion à l’unité si légendaire, Ngouabi écrasa le maquis de Diawara et exposa les corps au stade de la Révolution avant d’être lui-même exécuté dans son palais pour conserver le pouvoir au nord. Que toujours dans le même septentrion, Sassou n’hésita pas un seul instant à mettre Ikonongo à feu et à sang afin d’en extirper Anga l’emmerdeur.

    Je reste convaincu que le mal du Congo réside dans le Congolais lui-même qui ne conçoit son bonheur qu’à travers le malheur des autres. Ce mal se guérit par une introspection collective comme à la Conférence Nationale Souveraine. Sauf que cette dernière fut conçue comme un tribunal du nord barbare face aux juges intègres sudistes. Là où d’autres ont réussi des commissions Vérité et réconciliation pour se lancer dans la bataille du développement, nous avons brillé par le juridisme et le « pharisianisme ». Nous avions voulu être plus catholiques que le Pape. Depuis lors, nous sommes incapables de tenir un petit dialogue des cœurs pour sauver ce pays meurtri. Tout le monde campe sur ses petits calculs de chiffonnier ou de marchands de tapis.

    Je vous le concède, chers fédéralistes, dans ce Congo que nous sommes nombreux à avoir fui à cause de la bêtise collective, le statuquo est devenu insupportable. Cependant, l’instauration du fédéralisme ne sera pas une promenade de santé. Si dans un pays démocratique comme l’Espagne, le référendum d’autodétermination de la Catalogne a été stoppé net dans le sang sous l’œil complice de l’Union Européenne, j’imagine ce qu’il en sera au Congo. En face de chez nous la sécession du Katanga, malgré son lourd bilan humain, ne conduisit qu’à une éphémère République Fédérale du Congo. Depuis plus de 40 ans, le Front Polisario peine (par les armes) à convaincre le Maroc de lui accorder son indépendance ou ne fût-ce qu’un brin d’autonomie. L’Erythrée et le Sud-Soudan sont devenus indépendants après des décennies de guerres sanglantes. Donnez-moi un seul exemple en Afrique où des états sont nés d’une scission pacifique comme la Tchéquie et la Slovaquie ? Il y a des débats dont on pourrait faire l’économie au moment où le pays sombre dans une crise inédite et où une succession dynastique agite la classe politique. Le fédéralisme est le résultat soit d’une longue guerre fratricide, soit d’un rapport de force évident. Dans un pays qui se shoote au pétrole et où la moindre décentralisation déclenche l’hystérie de la classe politique, parler de fédéralisme ressemble à une très mauvaise farce. Ce qui n’empêche personne d’y penser.

    Qui sait, après l’épuisement des puits de pétrole du sud, en découvrant demain d’immenses gisements de pétrole dans la Cuvette (comme cela a été récemment le cas au Tchad), les Mbochis se convertiront peut-être au fédéralisme ou à la sécession ? Il ne leur restera plus qu’à consulter religieusement le Livre Blanc sur le fédéralisme qui leur sera gracieusement offert. En attendant, nous pouvons toujours rêver.

  70. Anonyme21 dit :

    L’eau sale est venue avec le mord le manque d’éléctricité est arrive avec le nord le nord tue avec l’armement militaire destiné à protèger le pays il tue viole pille ceux qui sont supposés être leurs supposés compatriotes il se réjouit et se moque
    La regression du pays est arrivé ave le nord on leur propose une conférence internationale pour qu’on discute des problèmes du pays devant témoins ils ne veulent pas de quoi ont ils donc peur ? s’ils ont la conscience tranquille
    Qu’ont ils fait de bien depuis qu’ils sont avec nous? juste une seule chose
    Le nord est un problème pour le Sud on doit trouver les moyens d’une séparation à l’amiable
    Kongo dieto kongo dia ntotela ah
    Mama kimpa vita Mama kimpa vita ah

  71. Anonyme21 dit :

    Biji tousafoula biji touhonda kou Kongo diéto aah
    Ba mé koufoua béto ba mésakanana béto aah
    Kongo diéto Kongo dia ntotela

  72. Bakala Téléma dit :

    Je constate que mes articles sont soumis à Un contrôle.

  73. Val de Nantes , dit :

    @Malanda ,Exactement ,mais tu me paraîs , un tantinet , taquin insaisissable. Vous faites une analyse politique pertinente ,et vous versez dans une espèce de neutralité politique ….
    Même ,mon épouse qui est votre fanatique ,en a le souffre coupé …
    De pirouette ,en pirouette ,j’ai du mal à te suivre …
    La position équilibriste ne génère aucune stabilité …Je salue ta faculté à passer entre les gouttes fédéralistes et unitaires ..
    Mais ,le boulet politique est tatillon et reste accroché au corpus congolais …
    Mon cher ,Malanda…
    Je ne vous imagine pas , inapte à une réflexion approfondie sur la réponse appropriée à cette anomalie politique ,qu’est la dictature …
    Je ne vous imagine pas attendre le livre blanc du fédéralisme, pour nous proposer ,votre point de vue sur la forme d’État qui vous semble correspondre aux aspirations de nos compatriotes ??
    Toujours ,le régime unitaire????….
    Sincèrement ,mon cher Malanda ,ce régime me fait horriblement peur ,Sassou est passé par là…

  74. Pascal Malanda dit :

    Val de Nantes , dit :

    « @Malanda ,Exactement ,mais tu me paraîs , un tantinet , taquin insaisissable. Vous faites une analyse politique pertinente ,et vous versez dans une espèce de neutralité politique …. »

    Taquin oui. Au civil, j’adore voir les gens rire autour de moi. Rire plutôt que pleurer. Rire de moi ou des situations ridicules. J’ai failli me faire lyncher par la femme d’un rabbin dans une synagogue anversoise. Je lui demandais si le problème des Juifs ne résidait pas dans le fait qu’ils ne se mélangeaient pas aux autres et se disaient supérieurs à tout le reste du monde. Sa réponse : « Nous n’y sommes pour rien. Nous sommes comme de l’eau mélangée à de l’huile. Quand on laisse reposer, l’huile remonte toujours. » Estomaqué par cette outrecuidance, je lui répondis du tac au tac. Alors, on peut résumer que vous êtes un peu comme les Allemands, ‘Judland uber alles’, quant à l’huile, n’oubliez pas qu’elle peut être rance, c’est-à-dire pourrie » Oh, elle était rouge de colère comme si j’avais déclaré la deuxième guerre mondiale.

    Insaisissable ? Je ne pense pas. Je suis clair, sur le fédéralisme, étant fédéraliste moi-même. La nuance est que je ne vois pas la plus-value de ce concept dans le contexte congolais actuel. Ça me rappelle Pasqua qui disait, il faut créer le débat dans le débat pour étouffer l’adversaire. Que nous apporte le fédéralisme face au régime actuel ? Que nous apporte le fédéralisme si nos mentalités restent à ce point rétrogrades ?

    « Même ,mon épouse qui est votre fanatique ,en a le souffre coupé … »

    Toutes mes amitiés à votre bien-aimée. Cela fait toujours du bien de découvrir qu’il y a une personne qui vous comprend, surtout quand on boit les injures jusqu’à la lie à longueur de journée. Rassurez votre bien-aimée, je me bats pour un Congo réconcilié avec lui-même et cela passe par la pondération. Même quand cela déçoit temporairement des amis. On se retrouve toujours après l’orage.

    « De pirouette ,en pirouette ,j’ai du mal à te suivre … »

    Mon cap est clair : Fédéralisme ? pourquoi pas, mais pas avec les mentalités actuelles de notre personnel politique. Sinon on court droit au désastre.

    « La position équilibriste ne génère aucune stabilité …Je salue ta faculté à passer entre les gouttes fédéralistes et unitaires .. »

    J’ai appris à mettre l’église au milieu du village. Si c’est cela l’équilibrisme, je l’assume. Encore une fois, le fédéralisme sous sa forme actuelle est une fuite en avant. Et si le fédéralisme s’avère un désastre, on fait quoi, on revient à l’état unitaire boiteux ?

    « … cette anomalie politique ,qu’est la dictature … »

    La dictature n’est pas une anomalie. C’est même une forme de gouvernement plus vieille que la démocratie. Pense à Spartes et Athènes. Il y a des peuples qui par leur errements s’imposent la dictature. Nous avions un début de démocratie en 1991-1992, c’était trop beau. Le chien congolais est reparti à ce qu’il avait vomi à la CNS. Pourquoi pleurer aujourd’hui ? Si Kolélas et Lissouba avaient intériorisé les recommandations de la CNS, par quel miracle Sassou allait-il revenir au pouvoir ?

    « Toujours ,le régime unitaire????…. »

    Le régime unitaire ou fédéral n’est pas une fin en soi. Le bon sens élémentaire permet d’en tirer le meilleur. Au contraire, la bêtise collective n’a besoin ni de l’un ni de l’autre pour s’exprimer et s’étaler.

    « Sincèrement ,mon cher Malanda ,ce régime me fait horriblement peur ,Sassou est passé par là… »

    Le régime de Sassou n’est pas éternel. Il y a eu un avant-Sassou, il y aura un après-Sassou. Tout dépend de ce que nous en ferons. Piler les bébés-mbochis ou pardonner et se réconcilier.

  75. Tsoua dit :

    A mr Malanda ,
    Svp évitez les amalgames vous intellectuels du Pool arrêtez de tout intellectualiser.
    Citez moi un seul plan ou programme conçu par l ‘homme du Pool pour exterminer une région ou une ethnie ,en particulier le Lari?
    Aucun mbochi ne s’est desolidarisé du plan machiavélique de leur chef.
    Obumitri ,mouebara, colombes, etc…. sont les œuvres du septentrion afin de conserver le pouvoir au nord et anéantir ce valeureux peuple Lari.
    Quel autre Peuple a tant souffert dans sa chair comme le Lari ?
    Il faut remettre toutes les situations dans leur contexte, pas de confusions Svp

  76. Gabio dit :

    Malanda, grosse validation, comme le dirait Val de Nante.

    On a tendance à incriminer tout le monde au nord de Brazzaville ou a les assimiler aux mbochis, une petite ethnie dont l’aire de distribution tourne au tour de Tchikapika. Qu’est ce qu’un pauvre fang, chasseur de gazelles dans la foret de Sembe ou un mbeti a a foutre avec le pillage par kiki des revenus du petrole?

    Pendant que Mokoko, Jean Ngouabi, Okombi, Makaya… sont dans les geoles du dictateur, les tres sudistes Kolelas, Tsaty Mabiala, Mvouba, Moungala ou encore Mouamba se la coulent douce aupres du dictateur usurpateur du pouvoir.

  77. kikadidi leo dit :

    le nationalisme ex le national socialisme ( nazisme) ou le front national en france c est la haine de l autre on sait avec qui ca commence mais pas ou cela va s arreter.

  78. Val de Nantes , dit :

    @Malanda ,tout à fait .Tu sais ,mon cher Malanda ,tous les congolais de Koln ,louent ton intelligence ,tout comme ,le grand Lucien ,vous êtes les grands intellectuels qui comptent ,auprès de ces congolais ,et votre opinion est très attendue …Selon eux,si ,on peut avoir ,de notre côté @Malanda et le grand Lucien ,on aura réussi le coup parfait .Mais ,la tâche paraît immense …
    Le régime de Sassou prendra fin ,êtes vous sûr d’en avoir fini avec la dictature au Congo ??….
    Non ,les mbochis ,je ne les découvre pas aujourd’hui ,tu le sais .
    Connais tu la famille Mkoumou ,les jumeaux de la rue Mbaka vers madoukou..???.
    Tu en as un,qui malheureusement ,n’a pas percé à Paris ,un ami d’enfance ,avec les Hugues NG.???..
    Les Filas ,l’hôtel Domingo rue banziris ,ça te dit ,bref …
    Bref, les mbochis ,font partie de moi ,tu le sais très bien .Lux ,Stars ces cinémas mythiques .
    Il y a une partie de mbochis en moi ,je l’assume .
    Si ,tu pouvais facilement imaginer le nombre de mes amis intimes de cette tribu ,d’ailleurs ,tu n’en serais pas surpris …
    Non ,je ne peux avoir un problème personnel avec cette tribu ,dont certaines femmes ont été mes copines …
    Je parle mbochi ,tout comme Mvouba ,mais plaçons l’intérêt du pays ,au dessus de toutes nos affinités ethniques ,c’est le prix à payer pour protéger tout le monde ..
    Comment peux tu aimer un ami ,si tu t’abstiens à lui prodiguer des bons conseils ???…
    Croyez vous ,sincèrement ,protéger le mbochi ,en lui redonnant la possibilité de redevenir président de la république au regard de la gestion infâmante menée par Sassou???.
    Soyons un peu sérieux ,et lucides sur l’impact de cette élection au niveau national ….
    La gestion traumatique de Sassou a saboté les fondements de la maison Congo .Et ,je ne peux imaginer ,une seule fois ,une possible élection d’un autre membre mbochi au pouvoir ,c’est une réalité insoupçonnable…
    Les Laris « Kongos ont dirigé ce pays ,ils n’en sont pas tous morts ,après leur départ du pouvoir .
    Pourquoi une fixation inopportune sur une tribu ,dont on sait qu’elle pourrait s’en tirer à bon escient ,si seulement ,elle faisait chorus avec le reste de la population .,,
    Tu ne me diras pas ,que toi aussi tu découvres les mbochis ,après ton long séjour en France ,suivez mon regard ,..
    Le fédéralisme n’est pas un virus contre les mbochis ,il rassemble plus qu’il exclut ..Vivre dans le milieu où ,on a découvert la vie ,peut être excitant dans la perspective de l’épanouissement personnel..
    Crois tu à la horde des chômeurs congolais autour du Kouilou ,du fait de sa richesse locale dans le cadre fédéral ???.
    Le Lumpen prolétariat est une conséquence d’absence de vitalité économique régionale..
    Pourrais tu me donner le montant de la richesse régionale du pool??.
    Je ne pense pas trouver un congolais qui soit capable de me fournir ,une information financière
    à cette question …

    Le Congo ne vit que d’une seule richesse régionale ,tu l’as dit ,sur ton post..
    Que vaut une économie nationale dont 8 régions sont absentes ???….

    Cherchez l’erreur…

  79. Pascal Malanda dit :

    Cher David

    Très beau travail. Toutes mes félicitations.

    Je suppose qu’il s’agit ici de l’entrée en matière du Livre Blanc du fédéralisme au Congo.
    Sans plonger dans le vif du texte que vous nous présentez et qui contient avant tout débat tant de contre-arguments pour la réalisation du projet en Afrique en général et au Congo en particulier, je me limiterai à passer l’argumentation proposée au crible de l’outil d’analyse basique suivant (outil à la portée de tout analyste). Mes réponses peuvent sembler caricaturales, mais je n’en ai pas d’autres pour le moment.

    1. Quoi ? Instauration d’un régime fédéral au Congo
    2. Pourquoi ? Pour pallier la faillite de l’état unitaire et tyrannique actuel ?
    3. Qui ? Classe politique actuelle ???? Successeur de Sassou ????Diaspora ????
    4. Quand ? Après le départ de Sassou ??????
    5. Où ? Sur toute l’étendue du territoire actuel ou sur celui du Sud-Kongo ?
    6. Comment ? ???????????????????????? référendum ou guerre ?
    7. Combien ? Avec quels moyens financiers ??????????

    Je finirai ma remarque liminaire par les questions suivantes:

    1. D’où tirez-vous la conviction que les politiciens congolais, habitués à la cupidité, la félonie et la paresse intellectuelle, ayant largement échoué à construire un état unitaire (équation du premier degré avec une seule variable) réussiront à construire un état fédéral (trouver l’intégrale d’une équation du second degré avec plusieurs variables) ?

    2. Ne vaudrait-il pas mieux commencer par leur (les politiciens congolais) apprendre les rudiments de l’algèbre dans un pays où même les ministres ne savent pas la signification d’un document comptable ? Un pays ou 14.000 milliards de CFA (plus de 20 milliards de dollars) peuvent disparaître sans que le peuple se soulève ?

  80. Uppercut dit :

    LE FEDERALISME NE SUFFIT PAS !

    IL FAUT SE SEPARER DES MBOCHIS UNE BONNE FOI POUR TOUTES. SINON, ILS CONTINUERONT DE TIRER LE CONGO VERS LE BAS, MÊME DANS LE CADRE D’UNE CONFEDERATION.

    LES MBOCHIS ONT LA MAL GOUVERNANCE, LE VOL, LE MENSONGE ET LA VIOLENCE DANS LE SANG. SEUL NTOUMI, LEUR CHIEN DE CHASSE DANS LE POOL, PEUT VIVRE AVEC EUX.

  81. Pascal Malanda dit :

    Cher Val de Nantes

    « Selon eux,si ,on peut avoir ,de notre côté @Malanda et le grand Lucien ,on aura réussi le coup parfait .Mais ,la tâche paraît immense … »

    Tu me fais trop d’honneur. Un ou deux doigts ne peuvent laver le visage, dit un proverbe de chez nous. C’est ensemble que nous laverons le visage hideux du Congo. Sois rassuré, je suis fédéraliste, donc de tout cœur, objectivement et logiquement avec vous. Mon souci, c’est que j’ai des difficultés à être dans des coups surtout s’ils sont dirigés contre des gens. Je ne lutte pas contre des gens ou des idées, j’essaie de me battre pour des idées, pour plus de justice, d’équité et de fraternité au Congo. J’aime bien cette phrase du défunt Omar Bongo : « Dans mon cœur, il y a de la place pour tout le monde ». Bongo n’était pas mon idole, surtout pas en voyant dans quel état il a laissé le Gabon. Cela n’empêche qu’il a eu des pensées fulgurantes.

    « Le régime de Sassou prendra fin ,êtes vous sûr d’en avoir fini avec la dictature au Congo ??…. »
    Oui, si nous faisons preuve d’ingéniosité politique par le pardon et le rassemblement. Non, si nous nous enfermons dans la haine de l’autre en commençant pas la haine des Mbochis. Ils nous rendront la haine au centuple. Et sur ce point, certains d’entre eux sont malheureusement très doués. Je sais de quoi je parle.

    « Non ,les mbochis ,je ne les découvre pas aujourd’hui ,tu le sais.. »

    Evident, si comme moi, tu es passé mille fois dans la rue Mbochi à quelques encablures de la rue Mbaka.

    « Les Filas ,l’hôtel Domingo rue banziris ,ça te dit ,bref … »
    C’est le quartier, cher frérot. Filas, Matour, Domingo, Auguard et les chanvreurs de la Montagne du talus etc. Domingo était un ami de mon père. Je me souviens comme si c’était hier d’avoir acheté seul ma première paire de Bata au bas de l’immeuble Domingo. J’étais fier comme Artaban.

    « Bref, les mbochis ,font partie de moi ,tu le sais très bien .Lux ,Stars ces cinémas mythiques .
    Il y a une partie de mbochis en moi ,je l’assume. »
    Je n’ai jamais mis cela en doute. Quand on a grandi dans ce quartier à cette époque, on est forcément infecté par le virus du cosmopolitisme. On y apprenait à être citoyen du monde sans rejeter ses racines.

    « Croyez vous ,sincèrement ,protéger le mbochi ,en lui redonnant la possibilité de redevenir président de la république au regard de la gestion infâmante menée par Sassou???. »

    C’est là un des rares points où nous ne nous comprenons pas. J’ai d’énormes difficultés à accepter cet argument. Il est tellement rempli de préjugé que je n’en reviens pas. A te lire, si tu dois choisir pour à la présidence du Congo entre un candidat Mbochi intelligent et un lari idiot, tu voteras pour l’idiot parce que l’autre est de la même tribu que Sassou ? Sauf à dire qu’un Mbochi est par définition idiot et même plus idiot que n’importe quel Lari. Tu vois bien qu’il y a quelque chose qui cloche, même si Mkoumou a raté ses études à Paris. Pour un Mkoumou qui échoue, combien de Mbochis qui réussissent brillamment ? Je pourrais t’en citer à la pelle.

    « La gestion traumatique de Sassou a saboté les fondements de la maison Congo .Et ,je ne peux imaginer ,une seule fois ,une possible élection d’un autre membre mbochi au pouvoir ,c’est une réalité insoupçonnable… »

    Chat échaudé craint l’eau froide. Dieu merci, nous ne sommes pas des chats. Nous savons plonger un thermomètre dans l’eau pour en mesurer la température.

    « Pourquoi une fixation inopportune sur une tribu ,dont on sait qu’elle pourrait s’en tirer à bon escient ,si seulement ,elle faisait chorus avec le reste de la population .,, »

    Une nation se construit pas à pas. Ce n’est pas parce qu’on est tombé qu’on doit s’arrêter de marcher. En anglais, cela s’appelle nation-building.

    « Le Congo ne vit que d’une seule richesse régionale ,tu l’as dit ,sur ton post..
    Que vaut une économie nationale dont 8 régions sont absentes ???…. »

    Oui, c’est un véritable drame. Nous travaillerons ensemble, du nord au sud, d’est en ouest pour sortir de cette assuétude.

  82. Uppercut dit :

    Vivre encore avec les MBOCHIS ? NON PARDON ! Plus jamais ça! Plus jamais avec eux !!!
    « Le vivre ensemble », c’est très clair : ça ne marche pas avec les MBOCHIS.

    Donc, scission, scission, SCISSION !!!

  83. EXPORTATION DES MBOCHIS AU CONGO: LES NORDISTES BANTOUS CONGOLAIS NE SONT PAS DES MBOCHIS dit :

    LE COMPORTEMENT SAUVAGE ET MALHONNÊTE DES MBOCHIS: L’ADJOINT DE DE BRAZZA AVAIT-IL RAISON AU XIXE SIÈCLE?

    L’histoire de la déportation des guerriers Abbey (Mbochi d’Oyo) de la Côte d’Ivoire au nord du Congo pendant la colonisation française.

    LA TRIBU MBOCHI DES BORDS DE L’ALIMA – L’UN DES AFFLUENTS DE LA RIVE DROITE DU FLEUVE CONGO…

    Voici l’extrait du rapport que fît Edmond Dominique Hubert Ponel premier administrateur de la colonie du moyen Congo et adjoint de De Brazza sur le peuple Mbochis de l’Alima. Dit par un blanc dont la capacité d’analyse sociologique est incontestable. Édifiant…..

    Edmond Dominique Hubert Ponel premier administrateur de la colonie du moyen Congo

    « A Pombo (Bas Alima), le 30 Juin 1885. Ce Peuple est le plus sauvage que j’ai rencontré.

    La ruse et le mensonge sont chez eux des habitudes tellement invétérées que même dans les cas les plus insignifiants, ils en usent comme pour la défense de leurs intérêts les plus graves.

    Rebelles à tout ce qui leur semble une entrave, orgueilleux, superstitieux à l’excès, les Mbochi sont les être les moins sympathiques qu’il soit possible d’imaginer dans ces contrées.

    Leur avidité, l’âpreté qu’ils mettent dans la conclusion des marchés en font de désagréables clients à tel point que les Affourou ( Tékés ) s’en plaignent régulièrement et refusent de faire commerce avec eux. Il n’y a aucun cas à faire en leur parole.

    J’en ai eu dix fois la preuve depuis mon arrivée au Bas Alima. Ils n’ont aucune notion, même vague, de ce que nous appelons l’honnêteté, fait assez bizarre, car la note dominante de leur caractère est l’esprit de propriété poussé à l’extrême, sous toutes ses formes…..

    Ils sont paresseux…Ils vivent au bord de l’eau et ne connaissent pas la pirogue…
    Ils ne jurent que par les fétiches appelés onganga.»

    E.D. Hubert PONEL

  84. EXPORTATION DES MBOCHIS AU CONGO: LES NORDISTES BANTOUS CONGOLAIS NE SONT PAS DES MBOCHIS ET HISTOIRE DU CONGO dit :

    Le cas du peuple guerrier Abbey (lire abbè) venu d’Afrique de l’Ouest manu militari, enchaîné et sous les coups de fouets des miliciens coloniaux ; qui pose aujourd’hui, dans son pays d’adoption, un réel problème d’intégration menaçant l’unité nationale.

    Les Mbochis sont à part entière devenus une population de langue bantoue provenant de la région des grands lacs d’Afrique centrale. Ils ont été établie dans le Nord du Congo Brazzaville après une migration forcée d’Africains de l’Ouest (des guerriers Abbey (Mbochi d’Oyo) vers les années 1850 en République du Congo, particulièrement dans les départements de la Cuvette, près d’Oyo, et des Plateaux, aux alentours d’Ollombo, ainsi que dans le quartier Talangaï de Brazzaville. D’autres communautés vivent à l’ouest de la République démocratique du Congo (Ngombe), ainsi qu’à l’est du Gabon.

    Selon les sources et le contexte, on rencontre différentes formes : Amboshi, Baboshi, Bochi, Boubangui, Embosi, M’Bochi, Mbochis, M’Boschi, Mboshe, Mboshi, Mbosi, Ombosi…

    La langue mbochi (ou kimbochi) a subi un mélange d’influence des tribus Makoua et Kouyous voisins en république du Congo lors de la migration vers les régions centrales de l’Afrique. Le nombre de locuteurs était estimé à 108 000 en 2000, mais la plupart utilisent aussi le lingala et le téké.

    Parmi les représentants les plus éminents du peuple mbochi figurent le dictateur Denis Sassou-Nguesso, ainsi qu’une grande partie de ses proches collaborateurs, dont Jean-Dominique Okemba, conseiller spécial et « vice-dictateur » non officiel du pays.

    Quand on parle de Mbochi pendant la dictature de Sassou et des Nguessos au Congo Brazzaville, on pense tout naturellement à leur sale image et mauvaise réputation dans l’opinion nationale.

    En effet Mbochi = voleur= cleptomane des deniers publics = tribalisme politique = bonobos = bunga bunga = immoralité = dictateur sassou Nguesso = violence = sauvagerie = barbarie = terrorisme d’état = francafrique = crime de sang = génocide = biens mal acquis = paradis fiscaux = incompetence = paresse = anti-valeurs = andzimbistes = dracula = cannibalisme = faux kani = faux otwéré = faux et usage de faux des traditions et cultures makoua, kouyous et tékés, etc

  85. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chères Sœurs et très chers frères,

    À un moment de son existence, l’Etre-humain doit s’arress’ pour réfléchir sur ce qu’il est en train de vivre ou de faire.

    Les faits vecus à ce jour sont très édifiants pour chacun qui avons un certain agâ.

    Alors, agissons en cessant de se laisser berner par des theorthé que les faits ont démenti.

    Des morts et des morts et encore et toujours des morts parce que le NORD veut garder le Pouvoir sur le SUD.

    NON, NON et NON.

    Oui, c’est le NORD qui depuis le 15 Octobre 1958 par Jacques Luc Napoléon OPANGHAULT qui n’avait voulu etre commandé par le SUD de Fulbert YOULOU.

    Ce caractère a continué sur Alphonse MASSAMBAT DÉBAT, sur André MILONGO puis enfin sur Pascal LISSOUBA.

    Alors c’est quoi ça ?

  86. Robert POATY PANGOU dit :

    Oui, c’est très sincèrement la SCISSION qui va tous nous libérer des contraintes inutiles.

  87. Anonyme21 dit :

    Merci merci Robert Poaty Pangou pour tout ce que tu fais pour le Sud je partage tes opinions à 100% mwan Vili ! pour moi et pour beaucoup de personnes t’es juste un héros !
    Tellement mais tellement fière de toi !

  88. COPIER/COLLER dit :

    A mes frères RPP, anomyme21 Malanda et Oyessi et tous les cons et imbéciles heureux du Sud Congo made in kolelas, tsaty mabiala mouambé et au 1800 cadres sudistes accompagneurs volontaires de sassou.

    Vos interrogations sont légitimes sur les difficultés de dépasser les contradictions dans une société minée par le tribalisme du nord au sud. Je ne pense pas que l’on faille passer par des partis politiques pour mobiliser le peuple.

    Ces partis se sont discrédités quand ils ont levé des milices pour tuer d’autres congolais, donc criminels. Ils se sont discrédités quand ils vont valider l’élection de Sassou. Ils se sont discrédités quand ils ont fini par valider une constitution qu’ils ont combattue pourtant criminogène par ses articles 10 et 96. Ils se sont discrédités quand ils ont validé des assemblées sénat et assemblée nationale qui ne sont que des chambres d’enregistrement du dictateur.

    Tous ces partis forment une nouvelle classe politique qui se partage les richesses du pays. Ils sont donc disqualifiés pour représenter le peuple qu’ils instrumentalisent.

    Sassou n’a plus le monopole de l’information, nous avons des outils et nous les utiliserons pour atteindre le peuple.

    REJOIGNEZ LE FÉDÉRALISTES …

  89. Anonyme21 dit :

    Nous refusons le fédéralisme avec le nord désolée !

  90. Anonyme21 dit :

    Le nord a fait du mal le nord doit payer !!!
    Heureusement que Youlou avait remporté l’élection sinon on aurait connu l’eau sale le manque d’électricité et le nazisme nordiste dès les années soixante !
    On doit prendre toutes les dispositions pour arrêter les frais chaque citoyen du Sud doit prendre ses responsabilités !

  91. COPIER/COLLER dit :

    @Anonyme21 vous n’aviez rien compris que le Congo a changé et que sassou est le problème mais pas les congolais.

    Pour info: Sassou a 1800 cadres complices sudistes qui détestent d’ailleurs vos idées à la con. Sassou a 1500 cadres nordistes contestataires de sassou et de ses complices nordistes et sudistes.

    En fait, ce qui empêchent les uns des autres de vivre ensemble, ce n’est pas nos différences mais plutôt nos conneries.

    JE PENSE QUE VOUS ETES QUELQU’UN DE BONNE FOI, A DÉFAUT JE NE POURRAIS RAISONNER QUELQU’UN DE MAUVAISE FOI, C’EST COMME DEMANDER A UN NATURALISTE DE DEVOIR NETTOYER L’ANUS D’HYÈNE. VOUS VERREZ QUE C’EST UNE OPÉRATION COMPLEXE. A MA CONNAISSANCE JE NE VOUS AI PAS QUALIFIÉ DE HYÈNE…

  92. COPIER/COLLER dit :

    David Londi dit :
    11/07/2018 à 21:01
    @Anonyme21,
    merci ma soeur.

    Anonyme21 est donc une femme, une femme haineuse, quelle horreur pour l’homme qui vit avec une femme haineuse comme ça?

    Je n’en reviens pas…. on aurait tout vu, on verra encore beaucoup de chose…

    A SUIVRE

  93. Anonyme21 dit :

    Effectivement je hais les barbares qui font du mal à mon peuple séparons nous comme cela vous n’aurez plus à subir ma haine !!!
    De surcroit ce n’est pas moi qui ait commencé à haÏr mais le nord oui le nord qui hait le Sud depuis des lustres envieux jaloux des compétence de l’intelligence et des richesses du Sud !!!
    Les « ainés » comme dit l’autre c’est bien le nord

  94. Anonyme21 dit :

    VA d’abord raisonner tes frères du nord qui se comportent pire que des hyènes !!!!
    et tu pourras aussi boire l’eau sale rempli de vers des latrines de ton frère à ma santé !
    Oui bien sûr c’est moi qui ai la haine mais bien sûr !

  95. Uppercut dit :

    Moi aussi je hais les MBOCHIS parce qu’ils ont fait tellement du mal aux Congolais. Donc, scission, scission, SCISSION !!!

    AVEC LES MBOCHIS, IL N ‘Y A PAS DE DEMI-MESURES !

    Merci Mon frère Robert POATY PANGOU pour ton franc parler.

  96. COPIER/COLLER dit :

    @ Anonyme21 et Uppercut bonne chance à vos intentions et vœux de vouloir refaire comme sassou et cette fois ci contre une partie des congolais au Nord.

  97. Val de Nantes , dit :

    Le fédéralisme pourrait aussi s’apparenter à un changement de modèle économique du pays ..Les obligations des résultats seront la raison de la motivation dú travail bien fait ..
    Les principes économiques qui régulent le fonctionnement d’une entreprise vont fortement inspirer les fédéralistes dans la gestion des affaires publiques …
    La chose publique sera la chose du public ..

  98. Anonyme21 dit :

    Nous on ne veut pas faire comme vos frère tuer impunément des personnes innocentes dire to za bandeko tout en sachant pertinemment qu’on ment et nous massacrer lorsqu’on a le dos tourné agir sournoisement trahir la confiance de ceux qui vous font confiance qui vous considère comme des compatriotes on vous a accueilli sur la terre de nos ancêtres quand mËme c’est pas rien! on n’est pas allé chez vous nous
    Vous vous êtes senti bien chez nous tellement bien que vous avez oublié que vous étiez au sud on vient dire tout bonnement ici que je suis haineuse il manquerait que j’aime les bourreaux des miens quand même il faut oser la bonne attitude je vais vous le dire c’est l’humilité et reconnaître qu’on a mal agi comprendre la douleur d’autrui et si c’était le contraire si c’était le Sud qui utilisait l’armement militaire du pays contre les populations du nord qu’auriez vous dit ? qu’auriez vous fait ?
    Ces persécutions durent depuis 50 ans !!! eh oui ça date pas d’aujourd’hui le moins qu’on puisse dire c’est qu’on a été patient trop patient même maintenant il faut tirer toutes les conséquences de cette union inique déplorable contre nature qui détruit le sud nous en avons assez ça a amené rien de bon lorsqu’on a un ami qui ment qui triche qui fait le mal commet des actes absolument abominables on ne le fréquente plus on s’en sépare oui c’est ça le bilan du nord monsieur on est arrivé au bout et le bilan de 50 ans de confiscation du pouvoir par le nord c’est celui là il faut vous en prendre à vos frères monsieur nous ne sommes pas responsables !!!
    Le nord a toujours eu peur que le sud dirige le pays alors à quoi bon continuer ensemble? chacun va reprendre le cours de son histoire
    Monsieur je suis mère fille petite fille et arrière petite fille d’enfant du pool je défend les miens comme une mère défend ses petits
    Merci

  99. TRANSITION SANS SASSOU dit :

    @ Anonyme21 en votre âme et conscience, bonne chance à vos intentions et vœux de vouloir refaire comme sassou et cette fois ci contre une partie des congolais au Nord.

  100. TRANSITION SANS SASSOU dit :

    CONGOLAIS, LE CONGO A TROP SOUVENT D’UNE BAISSE COGNITIVE GÉNÉRALE PENDANT LA DICTATURE MÉDIÉVALE FRANCAFRIQUE DE SASSOU NGUESSO. CONGOLAIS, AGITONS SEULEMENT 5% DE NOS NEURONES POUR QUE SASSOU NGUESSO HORS D’ETAT DE NUIRE OU DÉGAGE ET POURQUOI FAIRE ? RÉCUPÉRER D’ABORD LA COGNITION GÉNÉRALE CONGOLAISE ET PUIS NOTRE PAYS ET ENFIN TOUT RESTAURER : LA COGNITION, L’ETAT ET SON AUTORITÉ, LE RANG DU CONGO A L’ECHELLE SOUS-RÉGIONALE ET CONTINENTALE… !!!

  101. Uppercut dit :

    @ Anonyme 21

    Respects ma sœur et GROS BISOUS car tu as vu juste. Tant pis pour ceux qui rêvent d’un Congo avec les MBOCHIS, ces empêcheurs de tourner en rond !

  102. VAL DE NANTES dit :

    Les mbochis seront castrés sous le fédéralisme ;;;Pas de souci .

  103. etre citoyen c'est etre informé dit :

    Depuis les élections présidentielles en Centrafrique, il y a du mouvement en Afrique Centrale et cela se passe au détriment du Président congolais. En effet depuis l’intronisation du Président Faustin-Archange Touadéra, celui-ci a fait le choix de se rapprocher de la Russie pour soustraire son pays de l’emprise de l’ancien ministre de la défense français, Jean-Yves Le Drian, et du médiateur dans la crise centrafricaine, Denis Sassou Nguesso.
    Du coté angolais, l’homme fort de Brazzaville perd en 2017 son puissant allié de toujours, le Président José Eduardo Dos Santo qui se fait succéder par João Lourenço, le rénovateur.
    Quant au Congo d’en face, la République Démocratique du Congo, ceux qui avaient emprisonné Jean-Pierre Bemba par la CPI, Cour Pénale Internationale, ont décidé de le libérer après dix ans de détention, signe annonciateur de l’imminence du départ du Président Joseph Kabila.
    Le cas du Cameroun est unique, Paul Biya étant plus présent à Genève que dans son pays….

  104. POOL EN SERVICE POUR LES SASSOU dit :

    Congolais,
    attention danger. Insoutenables, ces images circulant sur les réseaux sociaux où Mr Denis Chritel Sassou Nguesso est reçu en grande pompe, à Kinkala, dans la région du Pool, par les populations, les groupes folkloriques et en présence d’autorités locales, puisque l’on en aperçoit le cordon vert jaune rouge, symbole du pouvoir, noué à la ceinture. Des images d’accueil d’un citoyen, outre qu’il est le fils du président d’un pays laïque, jusque là une république, n’est, dans la hiérarchie constitutionnelle des autorités nationales que le député d’Oyo, assis sur les colonnes de l’assemblée nationale, sans fonction particulière. En plus de ce qu’il est, dans la vie civile, le leader de la Fondation Perspectives d’avenir. En campagne de mécénat des services santé, sur le territoire national, Mr Denis Christel Sassou Nguesso se substitue insolement aux pouvoirs publics, pourtant en obligation légale et morale de soigner les populations. Tout est fait à un moment où le Congo a été rendu expressément pauvre par le régime de Mr Sassou Nguesso pour que le fils du président apparaisse comme le recours salutaire de la survie du pays, alors que que ce dernier, coresponsable de la faillite du pays, a mis en coupe réglée la SNPC et s’est constitué de manière frauduleuse une immense fortune. L’audit de la corruption exigée par le FMI, lors de sa dernière revue à Brazzaville, s’est envolée en fumée, le pouvoir le redoutant parce que Mr Denis Christel Sassou Nguesso, à l’instar de bien d’autres agents d’État, devra y répondre, même s’il n’est plus en poste à la SNPC.
    Ces rafistolages vers où Mr Sassou Nguesso veut entraîner les congolais qui n’ont que trop souffert de son long, répressif et clanique règne ne sont plus acceptables. Pour les congolais, le combat d’aujourd’hui est le combat pour une nouvelle alternative de progrès en vue de reconstruire autrement le pays dans l’unité, la réconciliation et le respect des valeurs édictées par la conférence nationale en 1991.
    Ouabari Mariotti

  105. Mouyoungou dit :

    Val de Nantes a écrit :

     » VAL DE NANTES dit :
    12/07/2018 à 13:47
    Les mbochis seront castrés sous le fédéralisme ;;;Pas de souci . »

    Comment peut-on tenir pareils propos? Même Mengele n’avait pas prévue pareille solution pour ses victimes juives.

    Es-tu sain d’esprit Val de Nantes? Et que disent les fédéralistes de ces propos de leur tenor Val de Nantes qui veut éradiquer la procréation des Mbochi?

  106. Bulukutu dit :

    Nous savons tous qui sont les autorités dites du Pool et d’ailleurs, car nommés par leur gourou politique, donc sans aucune légitimité, mais se servent des miettes qui tombent de l’assiette du pouvoir de Brazzaville pour appâter les pauvres populations du Pool et d’ailleurs, meurtries par de des décennies de répression, mais surtout de trahison de certains de leurs représentants politiques. Dans ce contexte, trouver quelques badauds pour chanter et danser, est chose facile, crise économique, sociétal, sanitaire,… oblige. La même scène peut être reproduite sur l’ensemble du territoire Congolais. On trouvera toujours quelques badauds, encadrés par les représentants politiques nommés.

  107. Anonyme21 dit :

    Mengele a fait pire il a fait des expérimentation scientifiques sur ces malheureux c’étaient ses cobayes humains je ne crois pas u’on puisse comparer Val de Nantes un simple internaute à Menguelé qui lui était un théoricien du nazisme pour lui il y’avait des races inférieures et supérieures

  108. Lucien Pambou dit :

    Lucien Pambou dit : 13/07/2018 à 15:55

    Biya a 85 ans et 35 ans au pouvoir et il annonce sa candidature à un 7ième mandat pour l’élection du 7 octobre 2018. Les faits me donnent raison, mon analyse réseautale tient la route. La partie extérieure du réseau a consacré Biya comme seul garant dans la lutte contre le terrorisme. le peuple camerounais n’a rien à dire et les opposants et candidats, comme Joshua Osih du Social Democratic Front (SDF) ou Akere Muna et Maurice Kamto, ne seront que des figurants de synthèse.

    Le peuple camerounais est anesthésié, tétanisé, comme le sont tous les peuples d’Afrique centrale car la partie extérieure du réseau est si forte, les relations monétaires au sein de la zone franc sont si fortes et tenues par la France, que celle-ci peut botter en touche en disant, comme pour le Congo, que le peuple camerounais est souverain. Que mes amis fédéralistes intègrent cette variable de la longévité géronte des chefs d’Etat africains en Afrique centrale. En 2021, rien ni personne ne pourra interdire au Président Sassou de se représenter. En le disant je montre, en tant qu’analyste politique, les limites du moment mais cela ne veut pas dire que la réflexion du modèle fédéraliste s’estompe et s’arrête.

    J’ai pour activité intellectuelle de ne pas faire rêver mes compatriotes, mais de décrire ce qu’il se passe sur le moment et sur le futur prochain. Quant au futur lointain, hélas je ne sais pas dire, seules le destin et la vie décident.

    Pour Biya, Bingo. Voici un Président qui vivait quasiment en dehors de son pays (plus de 6 mois en Suisse à l’Hôtel Intercontinental) sans que son peuple ne dise quoique se soit et encore moins l’opposition. Il se représente et il va être réélu.

    Alors Congolais et autres intellectuels de salon, avez-vous compris que le réseau dans sa partie extérieure, est fondamentale en tant que ruse démocratique pour se maintenir au pouvoir ? Je suis désolé pour vous, triste pour les peuples d’Afrique centrale. Je vais aller boire un verre de bière car les faits me donnent raison tristement.

  109. blablaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa dit :

    @ Lucien Pambou dit tout et tout et sans effet, car t’es fiché, le reste je ne vous dirais pas…
    J’attends la chute de Sassou et je reviendrais suivre Lucien Pambou…

  110. Lucien Pambou dit :

    @ blabla

    Ton message est sans interet analytique.

    C ‘est normal tu n’ as rien à dire parce que tu ne sais pas ce que tu veux exprimer car tu ne le sais pas toi meme

    Un conseil ; documentes toi reflechis et donnes nous un poste consistant

    tu as la fin de la semaine pour dormir pas trop et poster un truc intelligent

    cdlt

  111. Lucien Pambou dit :

    Débat autour du post de David Londi « Construire le fédéralisme en Afrique »

    David Londi nous invite à réfléchir sur une autre forme d’organisation de l’État au Congo Brazzaville. Les raisons de cette réflexion sont connues. L’État Nation jacobin légué par les colons aux populations noires africaines du Congo Brazzaville est dans l’impasse. La forte présidentialisation de cette forme d’organisation de l’État, le mode de gouvernance dominé par un tribalisme important favorisent une réflexion pour une autre forme d’organisation de l’État. David Londi entre l’Etat unitaire et l’État composé choisit le second modèle, celui d’un Etat composé qui va de la confédération d’Etats à l’État fédéral.

    A la différence d’un Robert Poaty-Pangou qui valorise le modèle de la confédération d’Etats à construire au Congo, David Londi fait le choix de l’État fédéral. La confédération d’Etats est souvent le résultat d’une communauté organisée, dite confédération d’Etats. Plusieurs Etats différents peuvent se regrouper par un traité international. De façon consubstantielle le Congo ne peut pas créer une confédération d’Etats, à moins de décider de façon autoritaire que l’Etat-Nation congolais se fractionne en sous-Etats qui épousent soit la forme départementale, soit la régionale, mais nous sommes là dans des fantasmes juridiques qui ne sont motivés que par des buts politiques afin d’occuper l’espace politique du débat. On a pu voir ce mode d’organisation de l’État au moment de l’indépendance des pays africains qui, sans couper les liens avec la France, ont mis en place des pseudo-confédérations à travers des traités économiques comme celui gouvernant les relations commerciales entre la communauté européenne et la plupart des Etats africains. Créer une confédération d’Etats au Congo-Brazzaville n’a pas de signification juridique. La gouvernance risque d’être perturbée et les problèmes ethniques et claniques trouveront là une voie pour être permanents et structurellement sédimentés au Congo.

    Il reste l’État fédéral qui présente un tout autre caractère. L’État fédéral c’est d’abord une combinaison de deux principes.
    – Le principe de participation : les Etats membres participent à la formation des décisions de l’État fédéral.
    – Le principe d’autonomie : les Etats membres établissent leur propre constitution, adoptent leurs propres lois et les exécutent. Ces Etats désignent leurs gouvernants et disposent d’un appareil judiciaire.
    Les Congolais doivent savoir que seul l’État fédéral représente au niveau international les Etats membres de la fédération et lui seul a le droit de battre monnaie. Il faut noter aussi que les Etats membres reçoivent leurs compétences d’une norme fédérale. L’État membre n’a pas comme l’État fédéral le pouvoir de déterminer les matières de sa propre compétence. L’État membre n’est pas souverain. C’est ce que l’on appelle la compétence de la compétence. De ce point de vue, il y a une relation de quasi filiation entre l’État unitaire décentralisé et l’État fédéral. Néanmoins l’État membre dans la fédération a plus de pouvoir qu’une simple région à pouvoir décentralisé dans l’État unitaire.

    Voici quelques problèmes juridiques qui ne vont pas manquer d’émerger pour construire le fédéralisme en Afrique et au Congo. Une question fondamentale se pose : comment délimiter territorialement, juridiquement les Etats membres de la fédération, au-delà des questions fiscales et de la considération des ressources naturelles et financières qui ne manqueront pas de se poser. Il faut attendre avec intérêt la sortie du livre de Londi et les différents débats pour qu’un certain nombre de problèmes politiques et juridiques soient soulevés et débattus en fonction du contexte particulariste congolais.

  112. Lucien Pambou dit :

    Aux africains et congolais de France:

    VIVE LA FRANCE CHAMPIONNE DU MONDE DE FOOTBALL ET A SES NOIRS FRANCAIS VAINQUEURS

    Vos enfants ou petits enfants Pogba Matudi Kanté francais noirs viennent d ‘apporter à la France sa deuxieme étoile à la coupe du Monde.

    Comment faites vous avec vos intelligences énormes et bavardespour qu ils vous aident en partant de leur notoriete de francais pour vous aider au dela de l ‘argent pour que vos combats pour l ‘afrique soient valorisés en France dans les médias

    Ce sont des sportifs qui gagnent bien leur vie et j ‘en suis tres tres fier.OUF le noirs ne doivent pas etre habitués aux bas salaires.Je suis fier et heureux de ce que gagnent nos enfants et petits enfants footeux .

    Soyons tous fiers pour nos enfants et petits enfants.il s ‘agit d’avoir des projets clairs pour qu ils nous donnent un coup de main. Mais un coup de main ? comment et pourquoi faire si nous sommes incapables d’articuler des programmes strategiques dans tous les domaines

    Ne demandez pas aux pogba et autres de tracer le lignes strategiques sachant que tous n ont pas l intelligence d un Thuram de 1998

    Plutot que de parler dans le vide .Utilisez vos neurones pour voir comment nos enfants et petits fils peuvent aider au developpement democratiqu e et economique de l ‘afrique sachant qu ils sont noirs mais tous nes en france.Au lieu de bavasser il faut savoir leur parler pour les sensibiliser

    Voici les missions stragegiques des diasporas.comment organiser leur communication

    N oubliez pas une chose.Pogba Kante Matudi tout en ayant des parents africains sont pour la plupart nés en France et ils sont francais et ils n ont rien a foutre de l afrique qu ils ne connaissent pas pour certains

    Alors meditez et soyez pragmatiques vous renvers?erez peut etre des montagnes?

    Laisser un commentaire

Laisser un commentaire