Alain Mabanckou : « La langue française c’est la langue de la dictature »

 

Alain Mabanckou, écrivain, est l’invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé le 27 août 2018 à 8h20.

L’écrivain franco-congolais Alain Mabanckou auréolé du Prix Renaudot en 2006 revient avec son 12e roman, Les Cigognes sont immortelles, dans lequel il revient sur le Congo de son enfance.

Au micro de Léa Salamé et Nicolas Demorand, l’écrivain dit, et cela peut sembler surprenant, avoir puisé son inspiration et avoir choisi d’adopter le point de vue d’un enfant pour raconter le Congo grâce à Jacques Chirac, tant son élection avait été commentée aux dépens des actualités intérieures.

Alain Mabanckou qui a décliné la proposition d’Emmanuel Macron de s’impliquer dans la promotion de la francophonie, parce qu’il estime que la francophonie, telle qu’elle est faite aujourd’hui, est une manière détournée pour la France de maintenir sa politique internationale, en fermant les yeux sur les dictatures africaines.

Mais, dit-il aussi, distinguant la culture de la francophonie de celle de la langue française, la langue française est un marqueur du niveau de littérature partout dans le monde et toutes les classes de français sont très fréquentées par les écoliers et les étudiants.

L’écrivain qui enseigne aux États-Unis est persona non grata dans son pays natal, le Congo, parce qu’il a critiqué la politique menée par le président Denis Sassou-Nguesso.

Source : France-Inter

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Alain Mabanckou : « La langue française c’est la langue de la dictature »

  1. Tsaty mabiala dit :

    Merci pour ce moment sympathique.Longue vie au frèro!

  2. Samba dia Moumpata dit :

    L’incorruptible Alain Mabanckou ! Ce monsieur a dit non à l’argent du crime pour garder sa liberté de parole et de penser ! Combien de fois sassou à tenter de le faire taire avec du crime? Heusement qu’il y’a encore des gens comme notre célèbressime Alain Mabanckou j’ose plus l’appeler petit frère comme d’habitudes tellement qu’il est merveilleux c’est grand homme. Honte à parfait Kolelas , TSaty Mabiala et tant d’autres kongos idiots qui ont acceptés le génocide du pool.

  3. Loulembo dit :

    Je viens d’acheter « Les Cigognes sont immortelles », c’est un régal pour ceux qui avaient 10 ans environ en 1977 à Pointe Noire. Surtout pour moi qui avait quitté le pays juste après la période des assassinats de 1977. Je me surviens encore comme si c’était hier.
    Merci Alain.

  4. Isidore AYA TONGA dit :

    BRAVO ALAIN, VOS NE JOUEZ PLUS SOLO… CE QUI VOUS A ÉTÉ D’AILLEURS RAPPROCHÉ PAR LA RÉSISTANCE DE L’OMBRE CONTRE SASSOU… CONTINUER ET CONTINUONS… VOUS ETES LE NOTRE… JE LE SAIS ET JE SAIS D’AILLEURS… ON EST TOUT LA MÊME ANNÉE, LES DEUX A KARL MARX AU LYCEE EN TERMINAL, VOUS EN TER A ET MOI D… MOI A VOUNGOU… ET VOUS A POINTE NOIRE… JE SUIS ET VOUS AUSSI ENFANT DU CONGO ET MERCI…
    LE CONGO ÉTERNEL VOUS HONORERA AVEC LES ANCIENS DES 1700 A 2018 ET +… LE MONUMENT DES GRANDS HOMMES CONGOLAIS LE PANTHÉON QUE NOUS ALLONS CONSTRUIRE APRES SASSOU… LES IMMORTELS CONGOLAIS..

  5. marie daniel ortega dit :

    mabanckou n’est pas persona non grata au congo.

  6. Mawa dit :

    Du courage! Vous vous comportez en vrai intellectuel, en vrai patriote. Votre action est un très bon exemple dans ce monde qui tant à perdre ses véritables valeurs,répères

  7. Lucien Pambou dit :

    A tous
    Le constat de Mabanckou concernant la langue française utilisée par les africains pour les intérêts de la France qui ne poursuit que ses intérêts doit être saluée
    Très peu d intellectuels africains reconnus osent dire haut et fort ce que Mabanckou dit
    En revanche comme l adit plus haut un inernaute.Alain agit tout seul il n a aucun réseau d influence
    Est il capable dans le monde francophone et parmi les écrivains francophones de constituer des lobbies repérables en France auprès desquels pourraient s identifier les congolais?
    Attendons de voir et sans préjuger de ses actions futures.son combat est il personnel pour lui(il n en a pas besoin car déjà connu universellement) ou bien est il capable d tre la figure de prou d un vrai combat collectif ce qui suppose la mise en place d un programme et d une stratégie clairement identifiés.a défaut on risque de rester dans l antichambre du discours séculier de dénonciation permanente du régime politique de sassou sans résultats réels.la balle est dans le camp d Alain Mabanckou
    C est lui seul qui doit dire de façon probante comment il compte être un front ouvert de contestation contre la dictature.C est un choix intellectuel qui peut devenir un choix de vie a travers les cigognes immortelles son nouveau roman.le veut il?le peut il?

  8. Lucien Pambou dit :

    A tous et surtout à mes compatriotes congolais de la diaspora et de l’intérieur du Congo,

    Je connais personnellement Alain Mabanckou pour avoir lu la plupart de ses romans mais aussi pendant une semaine pour l’avoir rencontré au Congo Brazzaville en 2013 au cours du voyage organisé par l’association bretonne Les Etonnants Voyageurs. Nous avons été les hôtes du Congo, moi en tant qu’éditorialiste et lui en tant qu’écrivain. Pour nous remercier et ensemble avec d’autres écrivains dont la fille de Maître Moudileno-Massengo ancien Ministre et actuel opposant à Sassou, nous avons été reçus au plateau au bord du fleuve à la résidence présidentielle du chef de l’Etat. Mabanckou, écrivain de renom, ne montrait pas à ce moment là des signes d’agacement vis à vis du régime de Sassou. La lecture de son livre « Les cigognes sont immortelles » montre la blessure de l’écrivain et de l’homme vis à vis du Président Sassou car son oncle, Luc Kimbouala-Nkaya, a été assassiné à la suite d’un complot ourdi par le comité militaire du parti, dont Sassou était membre comme le rapporte Séverine Kodjo-Grandvaux. On peut donc comprendre cette blessure et cette envie d’en découdre de Mabanckou avec Sassou.

    Je n’ai pas à juger sa décision, son comportement, ses prises de position. En tant qu’analyste, je constate que des motifs personnels ajoutés à des considérations patriotiques obligent Mabanckou à déclarer la guerre contre Sassou et ce qu’il qualifie de régime dictatorial. Mabanckou est une grande plume du Congo Brazzaville et à l’image d’écrivains politiques comme Zola en France qui a défendu le Capitaine Dreyfus, on attend de Mabanckou que sa lutte contre la dictature au Congo, comme il le dit, fasse l’objet d’un travail d’influence et de rassemblement d’un plus grand nombre de Congolais car certains estiment que, si le travail de Mabanckou est honorable, il demeure personnel. Je n’ai pas à juger de l’attitude de Mabanckou mais en revanche, en tant qu’analyste de la vie politique congolaise, il est utile de poser une série de questions qui permettront d’orienter la plupart des Congolais qui considèrent que Mabanckou est un leader intellectuel incontesté pour porter la lutte épistolaire contre la dictature au Congo Brazzaville.

    1. Mabanckou doit, de façon très claire et sans quitter son métier d’écrivain, dire qu’il est une des références dans la lutte contre Sassou. Il l’avait déjà fait dans deux papiers retentissants après avoir été reçu par Hollande. Il avait fait une adresse brutale contre Sassou qui écrasait la jeunesse par sa dictature éhontée.

    2. Le courage de Mabanckou n’est plus à démontrer, il pose des actes très concrets par ses discours et ses prises de position. Il va plus loin en dénonçant la francophonie et en estimant que celle-ci accepte que les écrivains africains utilisent la langue française pour promouvoir les intérêts de la France qui, dans le même temps, accepte les dictatures dont celle du Congo Brazzaville. Si Mabanckou veut poursuivre son oeuvre contestataire, il doit sortir de l’antichambre de la dénonciation et réussir à former des lobbies au sein de la francophonie et ailleurs pour apparaître comme un leader visible et incontesté de la lutte contre la dictature de Sassou qu’il qualifie de nuisible et de mortifère pour le Congo Brazzaville.

    3. On attend de Mabanckou qu’il soit un fer de lance pour conduire de façon articulée et intelligente les revendications contre le régime de Brazzaville contre lequel il se bat depuis fort longtemps pour des raisons personnelles et intellectuelles.

    4. Sur ce site de Congoliberty je reste incompris et j’assume une mission difficile. Incompris parce que je me situe dans une posture d’analyste et certains souhaitent que je prenne position, soit pour Sassou, soit pour l’opposition. Intellectuellement j’introduis une méthode de sociologie politique d’observation participante qui n’est pas toujours comprise par mes compatriotes, surtout quand j’articule ma façon de faire sur une axiologie neutre dans la prise de parole. Une mission difficile parce que certains me reprochent de ne pas dénoncer le régime de Sassou et d’autres disent que je critique l’opposition. Dans les deux cas je laisse les uns et les autres à leur croyance qui ne me concerne pas et je souhaite analyser les faits au Congo en ayant une attitude savante, c’est à dire dénuée d’émotion, d’humidité et de pleurs voire de condescendance tribale.

    Je n’ai pas toujours raison, je l’avoue, mais je suis au moins conscient d’un fait: je dis les choses qui dérangent. J’avais introduit la notion de réseau pour expliquer la situation particulière au plan politique au Congo Brazzaville, certains sur ce site l’ont combattue et ont fini par admettre que cette notion de réseau expliquait une partie de la situation de la vie politique congolaise de l’indépendance à nos jours. Je n’ai ni la prétention intellectuelle d’être le meilleur, ni celle de détenir la vérité, mais je suis sûr d’une chose, et je n’en démords pas, comme ma formation à Sciences Po Paris m’y conduit: partir des faits et expliquer la réalité contextuelle des espaces, qu’ils soient politiques, économiques et socio-culturels. C’est ce que je fais modestement sur ce site et sur d’autres pour décrire le comportement des acteurs politiques congolais et leurs stratégies depuis d’indépendance.

  9. kionibou dit :

    A Lucien Pambou
    Vous reconnaissez personnellement assummer inutilement une mission difficile. Vous aller rester incompris,Cela est une mission succidaire si vous persistez sur cette voie sans issu . Il va de soi de rectifier le tir ou pas. En tout cas, vous vous faites personnellement un tord pour des raison qui vous sont propres. Sachez Monsieur, que la science sans conscience n’est que ruine de l’âme (Rabelais).Personne ne peut vous suivre avec ce que vous avancez ici face à la politique très criminelle, génocidaire contre le peuple congolais avec les épurations ethniques, massacres incessants. Comment vous prétendez que vous contentez qu’ analyser les faits au Congo en ayant une attitude savante, c’est à dire dénuée d’émotion, d’humidité et de pleurs voire de condescendance tribale. Les motifs de Mabanckou ne sont pas seulement personnels . Mabanckou ne se lance pas à déclarer la guerre contre Sassou, comme le dite. Celui qui ne comprend pas que le combat Sassou Nguesso et son système est un combat de tous les Congolais conscients des leur devoirs et responsabilité est irresponsable et rame à contre courant. Sassou et son système sont est à combattre sans moindre concession avec toute les forces. Vous écrivez”pour apparaître comme un leader visible et incontesté de la lutte contre la dictature de Sassou qu’il qualifie de nuisible et de mortifère pour le Congo Brazzaville. Mais cela est vrai.” La dictature de Sassou qu’il qualifie de nuisible et de mortifère pour le Congo Brazzaville.” Sur ce point plus de 90 % de Congolais et d’Africains le reconnaissent.Un peu de retenu et d`humilité Mr. Ce n’est pas seulement Mabanckou qui voit que la dictature de Sassou est nuisible et de mortifère pour le Congo Brazzaville.Si vous le voyez de votre par, cela est dangereux. Et ne sert à rien de prétendre que vous assurez” la sciences et une mission difficile qui ne vous permettent pas de dénoncer le régime de Sassou.Le courage de Mabanckou est exemplaire.Ce dernier n’a pas seulement „ envie d’en découdre de Mabanckou avec Sassou. la dictature de Sassou.Le travail de Mabanckou est honorable et il ne demeure pas personnel. Ses motifs ne sont pas seulement personnels“ comme vous l’écrivez ici. Le Combat contre Sassou Nguesso et son régime Nazi concernent tous les Congolais, tous les Africains, tous les démocrates de ce monde

  10. Mawa dit :

    Pour appuyer la position de Kionibou, attention à ceux qui consciemment ou inconsciement contribus à « une politique de maintien au pouvoir coûte que coûte du turan, sanginaire Sassou Nguesso et son regime. Sassou Nguesso est l’auteur des crimes humains nombreux depuis plus de 40 ans et de la première épuration éthnique en 1999 – 2003. ainsi de celui de 2016 à 2018.
    Sassou Nguesso est le plus grand criminel, dactateur, voleurs de ce monde. Ce grand criminel et sa clique ont mis le Congo et son peuple dans la misère, souffrance terribles. Sassou Nguesso et sa famille, clique connus pour les biens mals acquis, massacres, génocides et qui jouissent tout seuls de l’exportation du pétrole et d’autres richesses des congolais sont des énemis de tous les Congolais conscients. Le Combat de Mabanckou contre Sassou Nguesso et son régime Nazi mérite le soutien, sans ombre de doute de tous les Congolais, tous les Africains, tous les démocrates de ce monde; comme l’a souligné Kionibou.

  11. Uppercut! dit :

    @ Lucien Pambou

    Est ce que vous pouvez comprendre que les Congolais qui aiment leur pays préfèreraient suivre Alain MABANKOU et pas Lucien Pambou ?
    Si OUI, merci de l’avoir compris.
    Si NON, soyez moins condescendant et admettez qu’ici, vous avez souvent plus tort que raison.
    L’humilité, c’est aussi cela.

  12. Mpia dit :

    Sassou Nguesso « dirige le Congo par cynisme, mépris et corruption ». Les crimes contre l’humanité,les biens mal acquis,les drames, épurations ethniques, massacres à repétitionne ne cessent de s’ajouter Sassou Nguesso a lamentablement échoué à instaurer le Droit et la Justice au Congo. Le systéme Sassou Nguesso rend la vie impossible aux Congolais .Pendant que lui, sa famille, sa clique ne cessent de jouir, de s’enrichir à outrance avec l’argent du pétroles e autres richesses du Congo, plus de 90 % de Congolais souffrent atrocement, dans un pays où les salaires, les pensions des retraités, les bourses des étudiants ne sont presque pas payés et le CHU fermé, les malheurs des Congolais ne font que s’aouter davanage.
    On parle à peine du nouveau drame du Pool qui a occasionné le déplacement de « 13 000 personnes victimes des bombardements de la soldatesque de Denis Sassou Nguesso dans la région du Pool, après celui de 1998 – 2003; sans compter les morts et les blessés dont personne ne parle » et voici que de nouveaux massacres continuent allégrement à s’augmenter au Congo, comme dans un film. L’affaire des 13 jeunes tués dans le commissariat de Chacona dans la nuit du 22 au 23 2018 se présente semblable à l’affaire des disparus du Beach de 1999 et démontre fermement que Sassou Nguesso et son régime qui emprisonnent les vrais opposants politiques et de nombreux jeunes sympathisants, transforment en mandiants, esclaves le peuple ne son pas du tout humains et peuvent changer positivement.
    Le dictateur génocidaire qui dans un discours du 10 novembre1984, pour ne prendre que ceui la en exemple, s’adressait: « C’est un Etat où la Loi (écrite et promulguée et non simplement énoncée par le parti au pouvoir) garantit le droit à la vie. Un Etat de Droit où les individus ne sont pas la chose du seigneur, du prince, du roi… Un Etat de Droit où aucun citoyen ne soit arbitrairement menacé du droit de mort ou de vie de la part des dirigeants de l’Etat. Un Etat de Droit ne peut permettre de laisser sans sanction la violation de la Loi…  » est devenu de plus en plus un terrorisme d’état, un criminel contre l’humanité,un génocidaire.La lutte contre l’impunité, la corruption, la concussion et la fraude n’est pas possible au Congo avec Sassou Nguesso au pouvoir volé. Les Congolais doivent s’unir en bloc et combatre la dictature génocidaire de Sassou Nguesso sans pretexte et sans notes discordantes.

  13. TROP C'EST TROP ! PAUVRE KOUILOU ! dit :

    Monsieur MABANCKOU né à Pointe-Noire dans la région du Kouilou au Congo.Il faut Continuer à multiplier vos efforts pour sauver le Congo et le peuple congolais.C’est votre part patriotique pour ce Congo que nous aimons tant!
    Grand merci pour les générations suivantes qui ne vous oublieront pas.Vous faites déjà ce que d’autres écrivains congolais n’osent pas !Affronter le dictateur et son système.

    DJEMBO TATY.

  14. Loathey dit :

    Tiens, tiens, ce Lucien Pambou en sait decidemment des choses. Donc il veut nous reveler que Mabanckou etait copain avec Sassou jusqu’en 2013 avant de tourner sa veste? Y-a-t-il eu des promesses non tenues de la part de Sassou et qui ont conduit l’homme des lettres a la revolte? Il nous parle de motifs personnels – pas seulement – qui auraient decide Mabanckou a dresser sa plume contre le dictateur de l’Alima; quels sont-ils? Cause, mon cher Lucien, cause. Auriez-vous recu des enveloppes au sortir de la rencontre?

    J’en profite pour vous feliciter cher Lucien car Sassou a donne une bonne suite a votre lettre plaidant en faveur d’Okombi: il a ete libere! Soyez reconnaissant, ecrivez publiquement pour remercier Sassou « pour sa sagesse et sa magnanimite ».
    Lucien Pambou declare que « Mabanckou, écrivain de renom, ne montrait pas à ce moment là des signes d’agacement vis à vis du régime de Sassou. » Interessant. Qu’est-ce qui s’est donc passe entre 2013 et ces dernieres annees ou Mabanckou est devenu en effet une sorte de Victor Hugo?

    Mr. Pambou, vous avez la parole!

  15. pambou lucien dit :

    A LOATHEY

    je dis ni plus ni moins que mabanckou etait recu abrazza en tant qu ‘ecrivain avec l ‘association etonnants voyageurs

    je l yai rencontre à ce moment la

    VOILA C EST TOUT NI PLUS NI MOINS

    D AUTRES SUPPUTATIONS N ENGAGENT QUE VOUS MEME CHER LOATHEY MOI JE DIS CE QUE J AI VU/ LA PRESENCE DE MABANCKOU A BRAZZA

    VOILA J AI DIT

  16. Entre Parenthèses (Petits Français De La Petite France) dit :

    Déjà récemment même le voisin belge-wallon a interrogé l’absurdité fluctuante de l’Accord du participe passé – auxiliaire avoir avec le placement du COD.
    Apparemment c’est aussi la langue préférée des nouveaux terroristes au couteau.
    Langue française, langue patate-canon-manioc. Le Français est dans son fort intérieur très raciste et donc TOUT PETIT…

    Mesquins HYPOCRITES sans utilité notoire en Afrique francophone!

    A chasser de l’Afrique immédiatement et sans délai.

    Sale petit Macaroni amer_

  17. Loathey dit :

    @ Lucien Pambou
    Je me doutais bien que vous n’en diriez pas plus quoique je reste convaincu que vous en savez davantage etant introduit comme vous l’etes dans le milieu du pouvoir. Neanmoins, je voudrais que vous sachiez que je comprends votre prudence et que j’apprecie votre discretion. Bonne nuit et a la prochaine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.