Au Congo de Sassou Nguesso, le FMI doit imposer un contrôle quantitatif de la production pétrolière !

Par Rigobert OSSEBI

Le dictateur s’est toujours amusé avec notre argent, nos forêts, nos mines, nos vies et notre pétrole.

Il en a capté les revenus avec un appétit démesuré.  Ni lui, ni les membres de son clan n’ont connu la satiété, tels les gros poissons de l’Alima, et accepté à un moment qu’il fallait penser aux autres : aux enfants du Congo, aux Congolaises et aux Congolais. Toutes nos ressources nationales sont devenues des propriétés familiales ou claniques qui ont été réparties, selon les volontés de l’usurpateur, principalement au profit de son innombrable engeance qui s’étale maintenant, avec la sienne, sur quatre générations.

« Le Congo est bien loin de la banqueroute… » avait-il déclaré, un rien narquois, dans son message à la nation, la veille de la fête nationale, le 14 août dernier. Dans le même registre, il enfonça le clou de sa moquerie : « Nous négocions avec le Fonds Monétaire International dans la confiance et l’observation stricte des procédures… » Au bon temps de Yaya Moussa, le Représentant Résident de l’institution internationale, qui avait jonglé avec les données congolaises pour permettre le Point d’achèvement au programme PPTE de janvier 2010, il n’aurait sûrement pas pu s’empêcher d’éclater de rire, tant le Congo alors était très loin d’être pauvre et ne méritait pas l’effacement de ses dettes !

D’ailleurs, Oscar Edgardo Melhado Orellana, qui avait succédé au Camerounais Moussa en septembre 2009, avait su assurer la continuité « des bonnes grâces ». Il avait fait preuve d’une cécité et d’une surdité remarquables en ne se rendant pas compte de la corruption généralisée et des scandales financiers qui ont été totalement absents  des rapports  produits par « les experts » du FMI ; souvent un portrait idyllique, rarement critique, était brossé en ne laissant rien apparaître de la crise profonde, véritable descente aux enfers, qu’une incroyable mal-gouvernance congolaise allait provoquer.

Rien n’a jamais été repris des affaires Gunvor, Asperbras, José Veiga, Ecair, Sundance et autres scandales financiers, pour certains impliquant le ministre des finances Gilbert Ondongo avec lequel le FMI continuait à négocier… Oscar Melhado a quitté son poste de Représentant résident à Brazzaville sur la pointe des pieds, il y a quelques mois. Il n’a pas été remplacé… La terrible leçon a finalement été comprise à Washington, même si jamais des poursuites ne sauraient être envisagées, comme ce fut le cas avec le fameux Alex Segura…

Denis Sassou Nguesso avait raison de dire « Le Congo est bien loin de la banqueroute ».  Il aurait dû préciser qu’il faisait sienne la formulation franche qu’avait prononcée Louis XIV devant les parlementaires parisiens en avril 1655 : « L’Etat, c’est moi ! » Et « le Congo, c’est lui ! » pourrions-nous confirmer. Car le Congo, et lui-même sont riches, très riches ! Ce qui explique l’extrême pauvreté dans laquelle est plongée 90% de la population… !

Le Ceausescu de l’Alima s’accroche comme un damné à son pouvoir car le pétrole a repris des couleurs à 75 dollars le baril. Certes, il est encore loin du niveau magique des 100 dollars, mais sans que les Congolais le sachent, la production a presque  doublé par rapport aux publications officielles de cette période. Dans un récent article, nous constations qu’un jour sur deux un tanker de 900.000 barils quittait les eaux congolaises, soit une production de 450.000 barils/jour. A ce sujet, aucune communication des opérateurs pétroliers sévissant au Congo n’a jamais été espérée ; formellement interdite par le dictateur, ils ne pouvaient, de plus, poignarder dans le dos celui qui avait porté le seuil du partage/production à 92 dollars le baril depuis 2014 (corrigé depuis peu à 50 dollars sur l’insistance du FMI de Madame Lagarde).

Il n’y a pas d’ambassade d’Israël au Congo Brazzaville. Sassou Nguesso, le jumeau de Kadhafi ne l’a jamais toléré, mais les retraités de Tsahal reconvertis dans la « High Tech » ont toujours de juteux contrats qu’ils remplissent parfois à distance (pour Denis l’antisioniste notoire). En plus de l’espionnage des réseaux sociaux et des écoutes sophistiquées, une mission de surveillance des exportations pétrolières, toujours par des moyens aussi sophistiqués que discrets (drones, satellites ?) a été confiée à ces mêmes prestataires de l’Etat juif (au risque de contrarier les amis  du Hezbollah très présents au Congo-B).

Denis Sassou Nguesso, qui a pris le pouvoir en 1979 pour notre pétrole, a appris à se méfier de ses partenaires et à s’en tenir qu’à la réalité des exportations du brut congolais. Ainsi, dans l’entourage de ses prestataires israéliens, il se dit que la production quotidienne de pétrole dépasserait les 500.000 barils… L’usurpateur est maintenant informé en temps réel de chaque baril qui est exporté et dont il peut prendre sa part ; c’est-à-dire la moitié !

Il est bien loin le temps où Clément Mouamba, notre Premier ministre alors ministre des finances de Pascal Lissouba, était obligé de se satisfaire d’une modeste feuille A4, sans en-tête, sur laquelle figuraient trois petites lignes dactylographiées et un solde mensuel de 10.000 Francs français dû par ELF.

Le dictateur congolais a bien raison d’affirmer que l’Etat est loin d’être en banqueroute. Peut-être n’a-t-il jamais été aussi riche de ses ressources… ? Ce qui n’empêche pas le gang au pouvoir de ne payer personne : ni créanciers, ni conseillers, ni juristes, ni retraités, ni boursiers !

Le FMI prétend pouvoir aider le Congo à se remettre sur la bonne voie de l’orthodoxie financière. Mais comment cela peut-il se faire sans avoir une connaissance exacte de sa principale source de revenus : l’exploitation pétrolière !

Denis Sassou Nguesso avait caché au FMI (ce que Congo-Liberty avait révélé depuis bien longtemps) l’étendue de son endettement ; ne peut-il pas en faire autant avec la production pétrolière ? Comment l’Institution peut-elle tolérer qu’une part importante des recettes publiques congolaises puisse être dissimulée afin d’être plus facilement détournée ?

Il est grand temps que le FMI n’accepte plus, bon gré, mal gré, ce jeu de dupes ! Jeu dont nous sommes les victimes !

Le FMI doit imposer à Denis Sassou Nguesso (« l’Etat, c’est moi ! ») un contrôle quantitatif de notre production pétrolière !

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 29 aout 2018, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Au Congo de Sassou Nguesso, le FMI doit imposer un contrôle quantitatif de la production pétrolière !

  1. TROP C'EST TROP ! PAUVRE KOUILOU ! dit :

    QUELLE EST LA PART DE PETROLE QUI REVIENT AU KOUILOU LORSQUE LE BARIL EST A 😯 DOLLAR?
    QUELLE EST LA QUANTITE DE POLLUTION ENGENDREE PAR UN BARIL DE PETROLE SUR LA POPULATION DU KOUILOU?
    QUELLE EST L’ETAT D’ESPRIT DES INTELLECTUELS CONGOLAIS SUR CE SUJET DE DESTRUCTION PROGRAMMEE DU KOUILOU?

    DJEMBO TATY.

  2. Lucien Pambou dit :

    A Rigobert Ossebi et à tous les Congolais qui veulent réfléchir un peu de façon approfondie et non de manière empathique et pleurnicharde,

    Cher Rigobert, merci pour votre papier et vous savez comment je vous tiens en estime pour les informations que vous nous donnez sur Congoliberty. Ce dernier papier que vous venez de produire me pose un problème intellectuel. Vous me direz si je me trompe mais, comme je l’ai toujours dit sur ce site, je pars toujours des faits pour questionner la réalité malgré l’empathie que je peux avoir vis à vis des internautes qui interviennent sur ce site, dont vous. En revanche, je souhaite que ma lanterne soit éclairée par ce que vous dites de façon subtile et implicite: Sassou est antisioniste mais il accepte que des juifs israéliens travaillent pour lui et couvrent ses malfaisances, sachant qu’au Congo des Libanais chiites proches de Nazrala, le chef des chiites musulmans au Liban, sont très implantés au Congo.

    Si je suis mesquin, je peux dire pourquoi les chiites libanais laisseraient les Israéliens faire et pourquoi les juifs israéliens travailleraient pour un Sassou antisioniste comme vous le décrivez. Merci d’éclairer ma lanterne au fond et d’apporter un peu plus de lumière aux Congolais et à ses intellectuels pas toujours instruits des subtilités de la géopolitique internationale et des modalités d’accord contre nature.

    Je vais plus loin. Vous dites que la remontée du prix du baril donne à Sassou la possibilité de fanfaronner et de dire que le Congo n’est pas en banqueroute. Attendons de voir si les faits sont avérés ou non. Ensuite vous dites que le Fonds monétaire doit avoir une perception globale et une comptabilité exacte de ce que le Congo produit et vend à l’étranger. Difficile car il n’y a pas de spécialiste congolais en matière d’extraction, de production, de distribution, de commercialisation et de vente du pétrole. Les dits ingénieurs congolais ne sont que des fétus de paille qui ont fait quelques études d’ingénieuriat à Pau et qui ne sont pas des spécialistes d’analyse financière.

    Revenons au problème global que vous posez: le FMI doit imposer le contrôle de la production pétrolière au Congo. Etes-vous sûr que cela ressorte des prérogatives du FMI ? Je pense que non au nom de la souveraineté des pays. Et si, in fine, une contrainte du FMI peut être possible, êtes-vous sûr que Madame Lagarde, française, accepterait de bon coeur votre proposition ? Et que dire de la position de Total et de la France dans ce que vous préconisez ?

    Soyons sérieux cher Rigobert. Votre papier est fort documenté et très intéressant pour les lecteurs de Congoliberty mais j’ai bien peur que ce soit un coup d’épée dans l’eau. Ce n’est pas un reproche, c’est un constat mais vous avez raison, il faut rechercher toutes les voies possibles et utiles pour que le FMI apporte une réponse positive et satisfaisante aux malheurs de la mal-gouvernance, de la corruption, de l’évasion des fonds et du sous-développement chronique auxquels le Congo est confronté à cause de l’incapacité de ses gouvernants.

  3. David Londi dit :

    Un professeur d’économie de Stockholm, Erik Meyersson, a mené une étude sur 232 coup d’états dans 94 états depuis 1950 et leur conséquence sur la croissance économique.
    Lors d’un passage d’un régime autoritaire vers une démocratie, les résultats sont imprécis et parfois positifs.
    Par contre, après le renversement d’une démocratie, le coup d’état s’avère « indistinctement préjudiciable » sur les 10 ans qui suivent : effets négatifs sur le PIB (perte de 1 à 1,3 % par an par habitant), sur l’investissement, sur l’éducation et sur la santé…
    Et cela même si le régime démocratique était vicié !… N’est-ce pas la réalité congolaise ?

    Le Congo est une dictature, un régime politique arbitraire et coercitiif dans lequel tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains d’un seul homme, le dictateur. Le pouvoir n’est ni partagé (pas de séparation des pouvoirs), ni contrôlé (absence d’élections libres, de constitution) et les libertés individuelles ne sont pas garanties. Elle doit donc s’imposer et se maintenir par la force en s’appuyant sur l’armée, sur un parti et sur un clan.

    Dans ce contexte l’intervention ou non du FMI ne modifiera pas fondamentalement les équilibres macro-économiques du pays-nation comme l’a montré le professeur Erik Meyersson. La non-intervention, contrairement à ce que l’on peut supposer, n’inquiète pas non plus la dictature parce que ce régime a pris la mesure de la résistance du peuple par des épreuves d’intensité croissante depuis plus de 20 ans : un régime sec qui aurait provoqué des révoltes quotidiennes et puissantes. Au lieu de cela, le peuple a développé des mécanismes d’adaptation à la situation catastrophique qu’il vit avec une économie parallèle qui pallie les grandes défaillances du pouvoir sans se révolter. Le dictateur a trouvé des parades contre les facteurs de risque qui avaient précipité son départ du pouvoir suite à l’intervention de la même institution, en 1987, en corrompant les leaders syndicaux qui le mettent à l’abri de la colère du peuple. Donc la non-intervention du FMI ne dérange pas tant que cela les autorités de Brazzaville.

    Antisémite, le dictateur ? Non, ce monsieur n’a aucune conviction après avoir navigué du marxisme-léninisme le plus dur à la social-démocratie comme l’ont fait ses mentors des anciens pays communistes. Il n’est omnibulé que par l’élaboration des stratégies de conservation du pouvoir. Sur ce point, je rejoins Lucien Pambou.

  4. Lucien Pambou dit :

    A tous et merci a David londi
    Lisez attentivement la réponse de David londi,vous y trouver er les facteurs qui expliquent entre autres la passivité l indolence voire la résignation du peuple congolais

    Nous sommes dans le cas de la femme battue mpairs qui continue de trouver des cirsconstances atténuantes soit a son mari soit à son compagnon et ce jusque la mort lui ôte la vie car l agresseur ne s arrêté jamais malgré les temps de calme/réconciliation et retempete
    Faut il pour autant désespérer bien sur que non
    Tiens pour montrer que sassou a toujours un coup d avance stratégique dans le réseau politique congo
    Son fils Denis Curitel vient de jeter pour l instant l éponge pour2021 en déclarant ne pas vouloir se présenter a la présidentielle.magnifique façon de faire baisser la garde a tous et de mieux dr positonner pour un poste de vice président créée après modification légère de la constitution ce qui lui permettra si victoire de sassou il ya de s installer dans ce poste jusqu a la demission du père et lui au nom de la constitution devenir ainsi président sans passer par la case élections
    C est une hypothèse de travail et puis de façon cynique le peuple attendra pour que ses problèmes de pauvreté de sous éducation attendront et que l infantilisation de celui ci continuera

  5. Val de Nantes , dit :

    De retour , après la pause estivale imposée par un contrôle technique de vues.
    Mon addiction au numérique a eu raison de mes yeux ,mais je m’en suis bien tiré .
    L’homo numéricus avait pris un matelas d’avance sur ma personne..
    Je dirais , pour essayer de compléter les posts précédents que la diaspora doit polymèriser toutes ses compétences pour trouver des alternatives politiques au messianisme politique que nous sert Sassou depuis des lustres ,..
    Et que dire de son fils ,qui ,à défaut de convaincre les congolais de sa probité morale sur son intention de se loger par effraction à mpila , souhaite voir son cynique de père à embrayer pour 2021 ..
    Décidément ,le Congo est une chose pour les Nguesso.
    La seule alternative politique qui tienne la route,c’est l’installation du fédéralisme démocratique et non l’ethno-fédéralisme que brandissent ceux qui sont abonnés aux sucettes
    de pétrole venant du Kouilou ..
    Être réfractaire à cette nouvelle forme d’État ,c’est montrer son incapacité à réfléchir aux solutions pérennes à construire des économies tirées des potentialités agricoles ,minières et humaines de nos territoires ..
    On a l’impression de dénier à ces gens des territoires ,le droit d’être intelligents .
    Le fédéralisme ,c’est aussi l’exploitation efficiente de l’intelligence locale oubliée ..Il agit sur les tribus ,tel un buvard aspirant l’encre par capillarité pour prioriser l’objectif économique .

  6. Val de Nantes , dit :

    Je ne désespère nullement du Congo ,tant que ces fils et filles expatriés ,voudront s’asseoir à son chevet pour l’exfiltrer du piège mortifère dans lequel les Nguesso l’ont enfermé .
    Ne nous interdisons aucune réforme institutionnelle ,capable d’imprimer un nouveau modèle économique à notre pays ….
    L’indépendance économique est loin d’être obtenue ,car le mode gestion économique de notre pays a été trop centralisé ,au point de créer des goulots de misère irréversible sur tout le pays ..
    L’argent du pétrole n’a malheureusement pas transformé la vie des congolais ,en témoigne le nombre des morts miséreux dans nos familles respectives …Les conditions de vie exécrables y participent.
    Créons des tribus économiques plutôt que de gérer des tribus sauvages et primaires dont le seul but est de les antagoniser à des fins de conservation des pouvoirs qui leur ressemblent ,c’est-à-dire ,malsains et inhumains .
    Le dépassement de soi ,est la première étape de la compréhension des problématiques sociétales futures auxquelles le Congo sera amené à faire face..
    Se cacher derrière un discours sophiste ,c’est inviter les congolais à rester inoffensifs devant les difficultés qui cisaillent leur quotidien ..
    Comment peut on diagnostiquer et évaluer les souffrances récurrentes de nos compatriotes restés au pays ,sans en esquisser la moindre solution politico .économique.???.
    Un diagnostic appelle une prescription ,le fédéralisme dont le livre blanc de David londi sort sous peu ,en est une .
    J’ai hâte de lire ,toute moquerie exclue ,les propositions détaillées des anti fédéralistes ,c’est de bonne guerre d’ailleurs .,
    La tribu ne peut être un obstacle à l’émergence d’un pays ,elle est un élément de sa contribution ..
    Associer trois grandes tribus ,pour en faire des fers de lance économique est préférable à des tribus qui se regardent en chiens de faïence.,avec son corollaire ,la paupérisation absolue …
    Attention ,Val de Nantes est de retour .!!.Ce sont là , encore des petites cartes postales …..
    Eyinda,,,,,,,..ah oui ,,,,,suis là….

  7. David Londi dit :

    Bonjour Val de Nantes, bon retour au combat et de te savoir d’attaque !

  8. VAL DE NANTES dit :

    Seul le fédéralisme est à même de garantir de façon de transparente et durable à nos frérots du KOUILOU la part des recettes qui lui reviennent de droit .
    Ce sont les finances fédérales qui vont vers le citoyen fédéré pour la concrétisation des projets
    économiques ,facteurs de paix sociale et du bonheur national où le tribalisme aurait déjà fait ses bagages .
    La reconnaissance de l’Etat centralisé à l’endroit ,de nos frérots du kouilou ,c’est l’insalubrité environnementale qui sévit à POINTE NOIRE .
    Oui ,le pétrole aurait pu nous sortir de la mouise ancestrale,mais , faute des dirigeants vertueux ,il s’est transformé en eau de boudin ,car le vrai boudin est consommé par des prédateurs sans instinct patriotique ;;;;
    L’état du pays nous engage à nous élever par l’excellence ,et non ,par des insultes qui occulteraient aussi bien des apories politiques que la jalousie intellectuelle .
    Ce cardinal , qui prêcha la mort de GALILEE , n’était il pas jaloux de la trouvaille savante de ce dernier ;;,,?
    RÉSULTAT DES COURSES ,,C’EST LE GRAND GALILEE qui remporta la timbale .
    SUIVEZ mon humble regard .
    Le bonheur du KOUILOU réside dans la gestion optimale de ces ressources par un Etat fédéré .
    Une autre solution serait un miroir aux alouettes .
    L’histoire jugera .
    OUI ;MON FRERE OSSEBI ,OÙ SONT LES MILLIARDS tirés du sous marin DU KOUILOU.?

  9. Val de Nantes dit :

    Ok , David Londi ,salut .Nous allons brainstormer le moment opportun …J’ai des projets professionnels ,notamment un , qui me tient à cœur ,celui de la création d’un bureau d’études techniques dans la région parisienne ,,,..
    Cette année constitué ,pour moi , l’aboutissement de mes ambitions professionnelles .Il me faut quelques mois ,pour y parvenir …..
    Le pays est une de nos préoccupations permanentes .Continuons à y travailler ,et je loue ton patriotisme inestimable ….
    Comme tu peux l’imaginer ,je mange à tous les ateliers ….Sur ce ,j’encourage tous nos compatriotes à aiguiser leurs cerveaux ,pour aider le Congo de demain ,car Sassou ,quoique qu’il fasse ,s’en ira …
    L’intelligence n’a pas d »âge…

  10. Val de Nantes dit :

    lire .. dont notamment un

  11. Anonyme 21 dit :

    Bon retour Val de Nantes
    N’oublie pas de prendre soin de toi

  12. Val de Nantes dit :

    Ok ,Anonyme 21 ,j’aurais aimé que les ordinateurs n’existassent pas ,car ils me créent des problèmes sur le plan conjugal.
    Maintenant ,il va falloir trouver un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée.
    La colère conjugale va t elle l’emporter sur l’envie d’écrire sur le pays ???..
    Mystère..
    Le CONGO est une passion patriotique .Tout ce qui a trait au Congo m’interpelle .J’y ai des parents dont certains sont entrain de mourir ,faute des salaires ,retraités et des véritables hôpitaux pour les y soigner ,,
    Je suis peut-être le seul sur ce site ,à me derobotiser car je suis un humain ,avec tous les problèmes que nous vivons au quotidien .
    Autant ,ma femme accepté l’usage informatique à titre professionnel ,autant elle n’adhère pas à mon engagement patriotique ..
    C’est compliqué ,certes mais il y a des astuces de l’ingénieur qui sauront y remédier …
    Le Congo à besoin de ces fils ,et je ne pourrai y déroger…
    Mais ,t’inquiète …

  13. Anonyme 21 dit :

    A val de Nantes

    Il est délicat de te répondre car tu abordes une problématique qui relève de la sphère privée et je ne crois pas pas que ce site soit le lieu idéal pour ce type de discussions
    Néanmoins si j’ai un conseil à te donner c’est d’écouter ce que ton coeur te dit écoute la voix de ton coeur tu ne te tromperas pas
    C’est étrange car tu rencontres les mêmes difficultés que mon propre petit frère je lui ai toujours dis que le choix du conjoint est une sorte de loterie soit en tombe sur le bon et on est complémentaire soit c’est beaucoup plus compliqué
    La vie est loin d’être un long fleuve tranquille nous somme amenés à faire des concessions ou à trouver des compromis dans notre lieu de travail avec nos proches et dans la vie de tous les jours c’est la clé des relations humaines et si un jour tu arrives aux responsabilités tu seras amené à user de beaucoup de diplomatie concessions et compromis beaucoup plus que tu ne le penses!
    Il est primordial de règler les conflits avec ses proches et être à leur écoute émotionnellement c’est super important sinon on arrive à rien
    La réussite dans les relations humaines c’est l’honnêteté l’écoute et l’affection c’est ce qui manque cruellement à beaucoup de dirigeants Africains ils n’écoutent pas ils font à leur guise ils sont malhonnêtes et n’aiment pas leur peuple c’est pour quoi l’Afrique brille par le nombre incroyable de ses dictateurs !
    C’est ce que je souhaite pour notre pays un dirigeant aimant à l’écoute et honnête
    Je suis sûre que tu prendras la bonne décision et quelle qu’elle soit nous la respecterons
    Je te souhaite tout le bonheur possible une vie harmonieuse et apaisée

    Bien à toi et à tes proches

  14. Val de Nantes , dit :

    @Anonyme21,Tout à fait .Je suis un être entier ,qui aime les autres .Rien ne poussait à dévoiler ma vie privée ,c’est mon côté très humain .
    Oui ,j’ai toujours dit que derrière ces ordinateurs ,ce sont des congolais qui s’adressent aux congolais avec nos différences d’opinions ..
    Inutile de chercher à nous robotiser .
    En fait ,j’ai vécu dans l’amitié ,et j’ai beaucoup obtenu de mes amis ,d’où cette propension à dire ce que je ressens au plus profond de moi …
    Mon rêve ,c’est de voir partir Sassou du pouvoir et qu’on puisse tous se retrouver soit en France ,ou au pays ..
    Merci …

  15. Val de Nantes dit :

    lire Rien ne me poussait .

  16. David Londi dit :

    @Val de Nantes,

    tu as mes coordonnées, je répondrai toujours présent !

  17. VAL DE NANTES dit :

    @David londi ,OK , PAS DE SOUCI ;;;

Laisser un commentaire