Paris toujours pas regardant sur la distribution de l’aide au développement

L’Agence du développement va verser plus d’argent aux pays en difficultés, mais le suivi des fonds versés à des régimes peu démocratiques, comme le Gabon d’Ali Bongo, pose problème.

A l’Agence française de développement (AFD) à Paris, c’est aussi la rentrée. Et quelle rentrée ! Placée sous le signe d’une «ambition nouvelle» pour la politique de développement de la France, dont l’AFD est depuis longtemps «l’opérateur pivot», comme l’a rappelé lundi son directeur général, Rémy Rioux. En ce début de semaine, il accueillait, pour la première fois au siège de l’agence à Paris un ministre des Affaires étrangères. En l’occurrence Jean-Yves Le Drian. Et en guise de rentrée c’était même un peu Noël avant l’heure. Pas forcément en raison de la présence inédite du chef de la diplomatie française, mais par la grâce de la cascade d’annonces faites à cette occasion : tout d’abord, la France augmentera bien son aide publique au développement, jusqu’à 0,55% du PIB d’ici 2022. Ce n’est pas vraiment un scoop. Cette hausse faisait déjà partie des engagements du candidat Macron. La voilà confirmée, après des années de baisse, «au moins un milliard d’euros en moins entre 2010 et 2016» évalue Le Drian. Lequel annonce dans la foulée que les dons vont augmenter, à hauteur d’un milliard supplémentaire dès 2019. Voilà qui est plus audacieux, la France ayant jusqu’à présent privilégié les prêts. L’Afrique devrait en recevoir la part du lion, puisque parmi dix-neuf pays, jugés «prioritaires», un seul, Haïti, n’est pas situé sur le continent. L’aide bilatérale sera également renforcée, ce qui marque également un changement de cap. Au final, il s’agit d’un véritable «changement de logiciel», plus efficace et mieux ciblé, explique Rémy Rioux.

Corrompus

Ce n’est pas la première fois que l’aide au développement française annonce sa révolution. Depuis 1998, date de la suppression du secrétariat d’Etat à la Coopération, bien des réformes ont été engagées. Sans forcément réussir à changer le fameux «logiciel». Celui qui gère notamment les relations de la France avec l’Afrique. «Ce qui est intéressant c’est la présence inédite de Le Drian alors que traditionnellement, l’AFD est sous la double tutelle concurrentielle du Quai d’Orsay et de Bercy, constate Antoine Glaser, spécialiste du continent et auteur de plusieurs ouvrages sur la France et l’Afrique (1). Pour le reste, la France est en réalité affaiblie en Afrique, et ces annonces interviennent au moment même où les chefs d’Etat africains se précipitent en Chine pour un sommet Chine-Afrique.» Mais au-delà, il y a aussi les mots qui fâchent. Interrogé par Libération sur la pertinence de poursuivre l’aide au développement accordée à des régimes africains corrompus ou dictatoriaux, le ministre des Affaires étrangères a eu cette réponse quelque peu byzantine : «Au nom du fait qu’un certain nombre de pays ne partagent pas nos valeurs, on n’a pas le droit de faire en sorte que les populations de ces régimes soient exclues de l’aide française.» Parmi ces pays, ou plutôt ces régimes, qui ne «partagent pas nos valeurs», il y a le Gabon. Un petit pays pétrolier paradoxalement misérable. Dirigé depuis cinquante ans par la même famille, les Bongo, dont les capacités prédatrices ont été largement disséquées dans un documentaire récent, diffusé mi-août sur France 2, le Clan Bongo, une affaire française. Sanction immédiate : le régime gabonais a privé la chaîne d’antenne sur place. Or, dans ce petit pays visiblement ruiné par ses dirigeants, l’AFD a déjà investi 800 millions d’euros entre 2010 et 2017. Sans en freiner l’inexorable effondrement. Lire la suite sur Libération.fr

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Paris toujours pas regardant sur la distribution de l’aide au développement

  1. Val de Nantes , dit :

    L’AFD protége des régimes dictatoriaux . et cela fait des années … Nous sommes une quantité négligeable dans cette sphère hypocrite…

  2. David Londi dit :

    [La coopération structurelle est menée de manière continue par huit coopérants militaires sous la forme de cinq projets et par le détachement de coordination militaire (DCM).
    Les projets, qui évoluent dans le temps en fonction des progrès accomplis et des besoins exprimés par le partenaire, permettent de porter des efforts dans des domaines spécifiques : Développement des structures du ministère, amélioration de la gestion administrative et financière, planification et conduite des opérations, montée en puissance de la formation des cadres dans les écoles militaires congolaises, maitrise des enjeux de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée sont les domaines d’action et de conseil de quatre chefs de projets. Le cinquième projet, projet phare de la coopération de défense au Congo, est l’appui à l’organisation et au fonctionnement de l’école génie travaux, école militaire congolaise faisant partie du réseau des 14 écoles nationales à vocation régionale (ENVR) déployées dans 10 pays d’Afrique francophone sous l’impulsion de la France.
    En complément et en appui des chefs de projet, le détachement de coopération militaire est la cheville ouvrière permettant de former des cadres du ministère de la défense nationale du Congo soit dans les écoles militaires françaises, soit dans les autres ENVR. Avec des effectifs dont le nombre croit chaque année depuis 1999, ce sont aujourd’hui plus d’une vingtaine de militaires congolais formés en France pour des stages de quelques semaines à trois ans et une soixantaine dans les 13 ENVR en Afrique, hors celle du Congo.

    Second pilier de la coopération de défense, la coopération opérationnelle est menée sous la forme de détachements d’instruction opérationnelle (DIO), conduits principalement par les éléments français du Gabon (EFG) et son bras armé, le 6e bataillon d’infanterie de marine stationné à Libreville. Les DIO, qui se déroulent au Congo ou au Gabon, permettent, par des actions de formation ponctuelles, de former des détachements à des techniques spécifiques (commando, capacité aéroportée, secourisme de combat, etc.) ou de préparer les unités avant leur projection en opération extérieure. Cette mise en condition opérationnelle avant projection porte alors sur tous les échelons du bataillon, dans les domaines d’efforts prioritaires définis en commun : planification et conduite des travaux d’état-major, manœuvre, tir, etc.
    Les marins présents à l’occasion des escales de bâtiments de la marine nationale française à Pointe-Noire mènent également des DIO au profit des marins congolais, deux à quatre fois par an.
    Les 14 DIO conduits en 2017 ont permis de former plus de 1 000 militaires congolais.

    Dernière modification : 20/09/2017] Rapport de l’Ambassade de France au Congo

    Faut-il ajouter d’autres commentaires ? Faut-il rappeler à celles et ceux qui pensent que la France entreprend des actions philanthropiques pour aider les pays africains que ce pays n’a pas de pays amis mais que des intérêts (Charles de Gaulle) ? Devrai-je rappeler à celles et ceux qui placent leur espoir dans ce pays pour se débarrasser des tyrans qui affament et tuent les peuples en Afrique centrale que Sékou Touré avait payé le prix fort économiquement pour avoir dit NON à la fameuse indépendance-association, ce piège à « cons » qui continue à nous tuer à petit feu, que De Gaulle proposait à ses valets dans toute l’Afrique sous son influence ?

    Arrêtons de pleurnicher parce que ce pays travaille pour la préservation de ses équilibres macro-économiques pour coller aux promesses faites au peuple français sur la réduction du taux de chômage, des déficits publics et de maintien du rang de la France dans le monde. Des promesses électorales que Jupiter doit tenir s’il veut être réélu à la prochaine élection présidentielle. Cela en va ainsi depuis 58 ans. Non, le ‘Deus ex machina » ne viendra pas de France mais du peuple congolais. Nous en sommes jusqu’à oublier que Sassou est revenu au Congo dans les bagages de la France.

    Tant que nous n’aurons pas dépassé l’héritage intellectuel et culturel de l’ancienne puissance coloniale nous continuerons à nous infantiliser à la face du monde.

  3. OYESSI dit :

    Rien de nouveau sur le ciel Congolais sauf que c’est la même famille qui continue à se moquer du plus grand nombre des Congolais et que le peuple du pool continue à subir le martyr du clan Sassou et ses complices de tout bord.
    Sassou est un pantin de la France et ce n’est que pour conforter sa barbarie et non pour aider le peuple congolais que l’AFD renvoie l’ascenseur à son gouverneur garant de leurs intérêts au Congo. Circulez pendant que les copains et coquins font leurs affaires sur nos dos.

  4. daniel ortega dit :

    c’est l’afd qui a finance les travaux du troncon de la corniche case de gaulle pont du djoue.l’afd va financer les travaux du troisieme pont du djoue en prelude a l’organisation a brazzaville du futur comite regional de l’oms afro (27 31 aout 2019).le gabon n’est pas miserable tout comme le congo.les deux sont des pays a revenu intermediaires .

    IL N Y A PAS UNE SEULE DICTATURE A BRAZZAVILLE

  5. Tsoua dit :

    Paris ne peut pas être regardant sur l’argent versé en aide au développement, ce n’est pas son argent, c’est juste une petite restitution sur ce que la France prélève sur ces dits pays.

  6. afd club dit :

    Quelqu’un qui te vole 100 euros et revient pour te dépanner de 10 euros. S’agit-il une aide ou d’une rétrocession?

  7. VAL DE NANTES dit :

    @daniel ortega
    Que penses tu de la zone multifonctionnelle qui sera construite au NORD de BRAZZA déjà doté des plusieurs infrastructures ,,,,,,,,,,??
    JE VOUS RAPPELLE qu’elle va couvrir 42 kms ,à cette allure ,le centre ville de BRAZZA PARTIRA DE LA rivière de la tsiémé jusqu’à OYO ;;;
    Faut il donner raison à ceux qui prônent la séparation physique de notre pays ,,,??
    Ine fine ,c’est SASSOU qui est le grand fossoyeur de l’unité nationale .Et ,curieusement nous ne voyons aucun compatriote du NORD s’en plaindre .
    N;eut été le regard condescendant empoissé de parfums d’enfumage des esprits à l’égard des gens du sud BRAZZA ,cette partie de BRAZZA aurait ressemblé aux lumpen des zones urbaines situées à PRETORIA .
    Comme le dit ,si bien @afd club s’agit il d’une aide ou une rétrocession ??.
    SASSOU ET CIE ont un réel problème avec le sens patriotique ,ils doivent s’en soigner .

  8. afd club dit :

    L’AGENCE FRANCAISE DU DEVELOPEEMENT FAIT-ELLE DE LA RETROCESSION AU CONGO BRAZZAVILLE SUR CE QUE LA FRANCE PREVELE DANS CE PAYS?
    C’est juste une petite restitution sur ce que la France prélève au Congo Brazzaville. En effet, si quelqu’un vous vole 100 euros et revient plus tard pour vous dépanner de 10 euros ; s’agit-il d’une aide ou d’une rétrocession ?
    Par conséquent l’agence française du développement n’aide pas le Congo Brazzaville, bien au contraire, elle est au service du dictateur Sassou Nguesso, le dernier joker de la francafrique au Congo.

  9. afd club dit :

    CORRECTION SVP…

    L’AGENCE FRANÇAISE DU DÉVELOPPEMENT FAIT-ELLE DE LA RÉTROCESSION AU CONGO BRAZZAVILLE SUR CE QU’ELLE PRÉLÈVE DANS CE PAYS?

    C’est juste une petite restitution sur ce que la France prélève au Congo Brazzaville. En effet, si quelqu’un vous vole 100 euros et revient plus tard pour vous dépanner de 10 euros ; s’agit-il d’une aide ou d’une rétrocession ?

    Par conséquent l’agence française du développement n’aide pas le Congo Brazzaville, bien au contraire, elle est au service du dictateur Sassou Nguesso, le dernier joker de la francafrique au Congo.

  10. revelino dit :

    L’Afrique est malade de ses dirigeants en particulier les dirigeants politiques congolais.

    La France est dans son rôle de défendre ses intérêts. Si nous ne sommes pas capables de défendre nos intérêts en nous unissant et en créant de nouvelles synergies, nous regarderons le train du développement passé et nous nous enfoncerons un peu plus dans la misère.

    Enfin, le malheur de nos pays, c’est la méconnaissance de son histoire. C’est pourquoi, les dirigeants politiques se transforment en bourreau de leur peuple.

  11. marie daniel ortega dit :

    a mr val de nantes ce que nous savons est ce qui suit

    Le cfco reliera desormais pointe noire a kintele il est prevu la construction d’un segment ferroviaire entre brazzaville et kintele sous le modele de tie tie et la gare centrale de pointe noire. brazzaville ne sera plus le terminus du cfco.

    il est prevu un second troncon ferroviaire qui ira de dolisie a ouesso via sibiti et djambala. aucune gare du pool ne sera desservie par la nouvelle voie ferree par rapport a lactule trace non encore valide par le parlement congolais. sous p lissouba le gouvernement avait valide le trace propose par les equipes technqiues de p lissouba au sujet de lactuelle route lourde pointe noire brazzaville. cetet royute avait carrement esquive le pool pourtant locomotive du congo selon p lissouba. cest contradictoire quand meme!

    vous savez vous meme que le pool ne profite pas de l’actuelle route lourde pointe noire dolisie loutete yie(retour a la question teke point de rattachement du pool au royaume teke)

  12. anonyme dit :

    Vous allez bâtir le septentrion avec vos propres moyens

  13. afd club dit :

    DECRYPTAGE DE CET ARTICLE DE CONGO-LIBERTY.COM
    L’AGENCE FRANÇAISE DU DÉVELOPPEMENT FAIT-ELLE DE LA RÉTROCESSION AU CONGO BRAZZAVILLE SUR CE QU’ELLE PRÉLÈVE DANS CE PAYS?
    C’est juste une petite restitution sur ce que la France prélève au Congo Brazzaville. En effet, si quelqu’un vous vole 100 euros et revient plus tard pour vous dépanner de 10 euros ; s’agit-il d’une aide ou d’une rétrocession ?
    Par conséquent l’agence française du développement n’aide pas le Congo Brazzaville, bien au contraire, elle est au service du dictateur Sassou Nguesso, le dernier joker de la francafrique au Congo. https://www.youtube.com/watch?v=ee-fx5dUuJw

  14. Val de Nantes dit :

    @Grosse validation Anonyme.Déjà ils ont maille à partir avec le FMI et les voleurs agréés locaux ,on ne voit pas comment ils vont réaliser ce chimérique projet ???.
    Le désert croît ,malheur à qui protége le désert .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.