LE SPECTRE DE NKRUMAH !

Par Félix BANKOUNDA MPÉLÉ

On connaît le débat: les idéologies ne meurent jamais ! Ce, contrairement à la problématique revisitée principalement par Francis FUKUYAMA au début des années 901. Et, c’est parfois au moment où on s’y attend le moins que celles-ci resurgissent. Tout de même, il faut que le contexte s’y prête, qu’il y ait une certaine adaptation et, surtout, que son recours ne soit pas creux, simplement opportuniste et circonstanciel, sinon, c’est presque peine perdue…

C’est l’ex-leader de la jeunesse au sein de l’ANC en Afrique du sud, Julius MALEMA, qui a depuis, en raison de certains conservatismes au sein du parti historique, créé son propre mouvement politique, le parti des Combattants pour la Liberté Économique (EFF), qui remet au goût du jour, l’éternelle et jamais évoluée question des États unis d’Afrique. Et, comme par hasard, au moment où la Première ministre Britannique, Theresa MAY, séjourne en Afrique du Sud pour sa tournée africaine.

Autrement dit, il y a fort à penser que moins que pour de réelles convictions, l’ex-enfant trouble de l’ANC le fait par opportunisme, et pour des raisons médiatiques. Une marque de fabrique de l’intéressé d’ailleurs, pour ceux qui le connaissent un peu.

Ne dément pas cette lecture dans la nouvelle sortie de celui dont la particularité était, chaque fois qu’il s’exprimait, de hérisser le poil de Winnie MANDELA, le fait que son discours est… creux, pour ne pas dire trop classique, voire déclassé: si on peut y lire les thèmes traditionnels et évidents, chaque fois ressassés, y compris aux enseignements en collège, du genre, une seule monnaie, un seul président, et des projets de développement communs, déjà largement systématisés par NKRUMAH lui-même dans son magistral « Africa must unite » (1963), Julius MALEMA n’a pu résister au vieux et usé discours révolutionnaire de la lutte contre l’impérialisme, de la sortie du Commonwealth et de l’éviction du souverain britannique « à la tête de nos États ».

En d’autres termes, jeune physiquement, mais déjà octogénaire dans le discours et les stratégies, dans la manipulation, dans le sempiternel recours aux boucs émissaires. Car, s’il est une vérité qu’on ne peut plus nier, s’il est un fait établi que connaissent tous ceux qui observent bien les comportements politiques des dirigeants africains, c’est que LE PLUS GRAND OBSTACLE À LA CONSTRUCTION ET À LA RÉALISATION DU PANAFRICANISME AUJOURD’HUI EST PLUS LOCAL QU’EXTÉRIEUR.

Le recours compulsif et effréné à la souveraineté nationale, dont on sait qu’il est aux antipodes de l’État fédéral africain, et cela chaque fois qu’un enjeu de pouvoir se pose, convainc que les chefs d’État ont compris, depuis longtemps, que la meilleure façon de retarder l’avènement de celui-ci c’est d’en parler en permanence, tout en faisant quasiment le contraire dans la réalité, pour tacler les vrais panafricanistes.

Une stratégie autant observée pour la question, lancinante, que l’on ne pouvait plus éluder au début des années 90, de L’ÉTAT DE DROIT ET DE LA DÉMOCRATIE où, nous rappelle l’excellent journaliste et grand reporter Vincent HUGEUX, que « Les caïmans du marigot ont appris à manier le lexique du pluralisme, de la transparence et de la ‘bonne gouvernance’… pour mieux s’affranchir de ses effets » !

C’est ce numéro, mille fois vu et entendu, sans rien de nouveau, que nous offre ici Julius MALEMA, l’enfant terrible d’Afrique du Sud, à propos de son « GRAND PROJET DES ÉTATS-UNIS D’AFRIQUE ».

SACRÉS ET FUTÉS AFRICAINS !

Félix BANKOUNDA MPÉLÉ

1Francis FUKUYAMA, La fin de l’histoire et le dernier homme, Cham Essais, 2009. L’edition de base est de 1992. L’article originel de 1989. Que l’on lira avec les critiques qui l’ont précédé ou suivi, de Jean Ziegler, « À demain Karl », de Samuel Huntington, « Pas de sorti, les erreurs du finisme », de Jacques Derrida, « Spectres de Marx », etc…

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

74 réponses à LE SPECTRE DE NKRUMAH !

  1. Lucien Pambou dit :

    A BANKOUNDA MPELE

    Le texte de felix est d une limpidité et d’une clarte incontestables. les Etats UNIS D’Afrique ne sont que chimeres et manipulation d’intellectuels et d hommes politiques en mal de propositions concretes de solutions pour un developpement durable et permanent.

    LA Féderation est un leurre voire un mythe qui n a pour effet que de servir ceux qui utilisent ce concept pour mobiliser de facon aleatoire pour mieux asseoir dans les faits celui de l ‘ETAT Nation

    En revanche on reste sur sa faim car felix ne dit pas quelle est l alternative a l ETAT nation face aux errements de celui ci pour approfondir la démocratie en AFRIQUE

    Son texte est en creux une attaque en regle contre la federation . C est son droit et il doit etre verse au debat sur la federation

  2. Lucien Pambou dit :

    le texte ci dessus est une reponse à felix mais il s adresse aussi à tous

  3. Bulukutu dit :

    L’opportunisme politique est une ficelle couramment utilisée pour un intérêt bien précis. Mais ce n’est pas Parce que certains concepts sont manipulés par des gens peu recommandables qu’ils perdent toute leur substance.

  4. OYESSI dit :

    Très bonne analyse sur le « LE SPECTRE DE NKRUMAH » Face à ceci que nous propose notre frère Félix BANKOUNDA MPÉLÉ pour montrer la voie à suivre puisque ce discours n’a plus aucun sens de nos jours. Quand on fait une si belle analyse critique, il faut lui opposer une ou d’autres voies sinon ce n’est que jouer à l’intellectualisme creux qui n’avance pas le débat.

  5. Anonyme dit :

    « Ventre affamé n’a point d’oreilles « 

  6. Félix BANKOUNDA MPÉLÉ dit :

    Soyons clair chers amis! Je suis convaincu que le grand intellectuel engagé qu’était Nkrumah était sincère dans ses propositions. Ses propositions étaient également nobles car, je n’apprendrais à personne ici que dans le monde ce sont les grands ensembles qui triomphent. Enfin, il y avait de la clairvoyance dans cette personnalité, mais que le contexte ne s y prêtait pas, y compris maintenant encore.

    Remarquez l’année de sortie de son manifeste, 1963, c’est-à-dire l’année de création de l’OUA, en mai 1963, qui est significative de l’échec de son initiative dans ce qu’on appela alors le groupe de Casablanca, de tendance progressiste et favorable au supra-étatisme contre le groupe de Monrovia dans lequel se trouvait la plupart des pays francophones, qui triompha en gros, et qui était favorable à l’inter-étatisme, c’est-à-dire au principe de la souveraineté des États africains.

    Je ne reviens pas sur les forces et faiblesses de chacune des thèses ici, qui nous prendraient beaucoup de temps et de place mais, en gros, l’État fédéral africain, c’est-à-dire le panafricanisme, qui seul permettrait à l’Afrique d’aller vite souffrait de l’hostilité autant des intérêts des grandes puissances dominantes que des forces productives africaines elles-mêmes encore embryonnaires. Dans ces circonstances, il aurait été particulièrement difficile pour la fédération africaine de fonctionner mais, celle-ci doit rester l’idéal et ce vers quoi, l’élite désintéressée et qui aime vraiment ce continent doit laborieusement travailler sinon, comme le prophétisait Nkrumah lui-même, on sera obligé de se vendre pour une cuillère à café. Il avait sur ce point parfaitement raison, et c’est à peu-près ce que l’on vit aujourd’hui, globalement, surtout avec la gangrène d’une élite dirigeante corrompue.

    À l’intérieur des États africains, tels qu’ils existent aujourd’hui, je l’ai déjà dit ici, les partisans du fédéralisme ne m’ont pas convaincu une seule seconde sur le diagnostic qui les conduit à cette solution. Même quand il y en a qui se fondent sur le tribalisme et ses lourds méfaits, ils se méprennent en prenant le tribalisme comme la cause, alors que celui-ci, au contraire, est la conséquence du mode d’organisation politique, du pouvoir. C’est, ainsi, principalement LE MODE D’AMÉNAGEMENT DU POUVOIR combiné à UNE ÉLITE CALAMITEUSE ET MERCANTILE, utilisant tous les moyens pour assouvir ses fantasmes, qui explique nos déboires. Pour cela, cette élite use du tribalisme principalement mais pas exclusivement comme stratégie. De façon claire donc, le tribalisme est un moyen et non l’objectif qui, pour nos potentats, reste le pouvoir, avec tous les privilèges qui vont avec. Sinon, et pour prendre l’exemple du Congo, Sassou-Nguesso aurait laissé Mokoko arriver au pouvoir, comme SEMBLAIT (noter bien) l’indiquer les urnes. Seulement, certains dirigeants tiennent mordicus à ce que la vie politique de leurs pays soit lue exclusivement À TRAVERS LE PRISME TRIBAL, pour occulter leurs incompétences et leurs crimes divers, et ça marche.

    Toutes les « guerres », tous les grands problèmes politiques que l’on a connus au Congo sont des guerres de pouvoir, sans aucune exception, avec parfois des manipulations et dérives civiles, mais aucune ethnie ne s’est jamais levée pour aller combattre une autre ethnie dans une partie du territoire. Je ne comprends donc pas, de ce point de vue, comment d’un problème foncièrement et essentiellement vertical, on en arrive à un problème horizontal, c’est-à-dire d’organisation territoriale de l’État, sauf s’il y a une ambition cachée mais, de grâce, ma position vous la connaissez et, ne m’entraînez pas dans ce qui est devenu la coqueluche de certains ici, puisque la dernière fois que j’ai essayé de m’exprimer, cela s’est terminé par des violences verbales (cf. débats ici sous ma réflexion « L’épisode Mokoko… »).

    Mais, en gros, sur cette question, puisque vous me le demandez, quelle que soit ce que nous voulons, tout cela sera conditionné par un contexte démocratique sans lequel tout est vœux pieux. Et si on est dans un contexte de rétablissement démocratique, mon choix va dans le sens d’une réelle et profonde décentralisation, qui pourrait même avoisiner la régionalisation, mais avec la tutelle aménagée, qui n’a rien à voir avec la tutelle classique dans un État unitaire.

    Pourquoi ce choix, cher Lucien et Oyessi

    Parce que, contrairement aux idées reçues, nos régions ne sont pas homogènes et chaque fois qu’un pouvoir est revenu à une région, au sens congolais du terme, cette région a menacé d’exploser.Toute notre histoire politique le confirme. Il suffit qu’on ‘injecte’ le pouvoir dans une région pour que les phénomènes observés au plan national s’y greffent.

    Parce que, aussi, depuis l’indépendance la question du pouvoir a toujours divisé et fissuré le groupe apparemment homogène au départ qui le revendiquait. Ainsi, du pouvoir national au moment de la quête de l’indépendance, après celle-ci, on s’est divisé en, prétendument, Nord-Sud, et quand il y a eu, dit-on, un pouvoir au Sud, le sud a éclaté (ce n’est pas moi qui le dit, mais clairement Guy Menga qui le souligne clairement dans « La transition escamotée »(page 50).

    Parce que nos élites sont ce qu’elles sont, avec leurs faiblesses, et elles ont toujours exploité les fibres les plus basses, les plus subjectives pour se ‘visibiliser’ et revendiquer le pouvoir… par tous les moyens.

    Ainsi donc au risque tout simplement de faire effondrer le Congo comme un château de cartes, le fédéralisme qui n’est aucunement justifié par les différentes crises politiques que nous avons connues, bien au contraire, n’est pas mon choix, puisque celles-ci pousseraient plutôt à être réservé sur ce modèle au sein de l’État.

    Par ailleurs, outre le principe même de l’État fédéral, ladite proposition ajoute un autre problème, et non des moindres, qui est celui de la nouvelle géographie territoriale ou États (territoires) constitutifs des États fédérés. Rien que cela, en dehors du principe même, est une pierre d’achoppement sans fin, et une garantie potentielle de crises majeures.

    Voilà….

  7. Bulukutu dit :

    « Les caïmans du marigot ont appris à manier le lexique du pluralisme, de la transparence et de la ‘bonne gouvernance’… pour mieux s’affranchir de ses effets « !. C’est un fait. Ne rien faire, c’est perpétuer cette tendance. C’est pour cette raison qu’il faut rompre ce cercle vicieux, en faisant un pas de côté. Proposer une autre voie. Celle que propose David Londi sur ce site, est la seule voie qui est réellement en rupture avec le système actuel. Une rupture dans le temps historique qui mettra fin aux pseudo indépendance des comptoirs coloniaux que nous sommes. L’état- action a t-il plus de sens aujourd’hui après 60 ans d’immobilisme béat? En répétant les mêmes erreurs, comment peut-on s’attendre à un résultat différent? Le débat tant souhaité par D. Londi, Val de Nantes et L. Pambou est en cours. Prêcher dans sa chapelle en évitant l’autre, ne fera pas avancer le débat, mais il reste ouvert à tous.

  8. Mwanza dit :

    Monsieur Pambou a écrit : «  LA Féderation est un leurre voire un mythe qui n a pour effet que de servir ceux qui utilisent ce concept pour mobiliser de facon aleatoire pour mieux asseoir dans les faits celui de l ‘ETAT Nation »

    Je vous comprends plus. Tantôt vous êtes avec les fédéralistes, après vous vous moquez d’eux. Ce n’est pas ce que dites. Un homme n’a qu’une parole. Tu es fédéraliste ou tu ne l’es pas.

  9. David Londi dit :

    L’incapacité de sortir du système pour en faire analyse lucide qui aboutit à un statu quo ou un changement de paradigme relève d’une gymnastique intellectuelle qui sévit dans les pays africains depuis 60 ans. Les fédéralistes sont pour un débat ouvert car celui est la forme la plus aboutie de la démocratie.

    Au lieu de tourner autour du pot, engageons-le sur des propositions concrètes. Depuis un certain temps, les fédéralistes sortent de la rhétorique creuse pour passer aux propositions concrètes, exposées et même surexposées sur ce site : des extraits du livre blanc sont publiés pour être contredits, amendés ou validés. Soyons proactifs et concentrons-nous sur la recherche de solutions au lieu de jouer au « doctus cum libro » éternellement !

  10. Bulukutu dit :

    Lire. L’état-nation à t-il plus de sens…

  11. Lucien Pambou dit :

    A mwanza
    Je reprenais le propos de bankounda.j aurai du dire bankounda a dit ou selon bankounda.cher mwanza il n ya pas de certitudes chez moi mais la volonté d explorer au fond les éléments du débat.j espère que vous vous souvenez je suis pour un régime de l état nation décentralisé dont certaines formes qe rapprochent de la fédération.je n ai jamais varié et le débat decentralisation/fédération soulève des questions et des réponses assez proches
    Cdlt

  12. MINDOULI dit :

    Vente affamé n’a point d’oreilles. Merci pour cette réflexion.
    La démocratie n’est pas aussi compliquée si on arrive à mettre en place des mécanismes qui écartent facilement des opportunistes comme sassou.
    Pour mieux choisir et contrôler, il faut un minimum d’éducation et de formation. Faites un effort pour donner ce minimum à votre jeunesse. Au lieu d’étaler vos connaissances qui seront, certes, nécessaires le moment venu.
    Œuvrez d’abord pour la liberté au Congo, S.V.P!

  13. David Londi dit :

    Dans n’importe quelle structure ou organisation un bilan négatif appelle un plan d’actions. Les tenants du statu quo estiment que celui de l’état-nation est globalement positif pour faire perdurer un système qui a montré toutes ses limites et qui maintient les peuples dans un état de sous-développement chronique.

    Soixante années ne sont-elles pas suffisantes pour tirer l’impact d’un système sur les plans humain, économique et social ? Soixante années ne sont-elles pas suffisantes pour prendre conscience que la compétition générée par ce système pour accéder à la fonction suprême dans un contexte dominé par l’idéologie tribaliste constitue la source de tous les maux qui accablent ce pays ?

    Toutes les caractéristiques de l’occupation ethnolinguistique d’une ville comme Brazzaville montrent que la réalité socio-politique de ce pays, situation exploitée par tous les concurrents qui veulent occuper la place du monarque dans ce pays, figent une réalité éthnique que l’on ne peut ignorer. Un fauteuil pour n prétendants, objet de toutes les convoitises parce que l’impétrant « takes it all », ne laissant que des miettes à la soi-disant opposition. La concentration de tous les pouvoirs aux mains d’une seule personne constitue en effet le point faible de ce système qui se délite partout et dont la France est l’un des rares grands pays à s’en réclamer. D’ailleurs, de soubresaut en soubresaut, le jacobinisme est en train de se fissurer parce que les Corses ont obtenu une large autonomie et la politique de décentralisation est une réalité, parfois douloureuse, dans ce pays. L’état-nation a été imposé par un club, les Jacobins. Qu’en aurait-il été si d’autres clubs comme les Girondins l’avaient emporté ? L’état-nation ne peut donc être un dogme sous toutes les latitudes, ce n’est pas une vérité révélée et surtout la réalité étale devant nos yeux l’échec patent de ce mode d’organisation politique. Cette réalité nous impose une rupture, un changement de paradigme.

    Dans un contexte dans lequel les institutions sont fragiles, l’instauration ou le maintien de l’Etat-nation contient un facteur de risque non négligeable parce que celui qui s’empare du fauteuil peut rapidement se transformer en dictateur. Il dispose de toutes les manettes. Un système qui a un point unique d’entrée est facilement contrôlable. En effet, il suffit de mobiliser toutes ses forces matérielles et humaines pour en bloquer l’entrée.

    Sans catastrophe majeure une fédération ne peut devenir une dictature parce qu’elle dispose de n points d’entrée. Celle ou celui qui contrôle l’état fédéral n’a qu’un contrôle limité sur les autres états et ne dispose pas de toutes les ressources pour se transformer en potentat politique ou dictateur parce qu’il est « primus inter pares » et dispose d’un mandant de un an non renouvelable dans le système que nous proposons. Dans l’Etat-nation, un président élu démocratiquement peut être renversé à la fin de son mandat par un coup d’état qui peut instaurer une dictature (cf. 1992). Dans l’état-nation, l’individu est magnifié alors que dans la fédération la collégialité est la règle. La condition sine qua non dans l’organisation état-nation, c’est de trouver l’homme providentiel, intègre, démocrate (respectueux de la constitution), compétent et transéthnique. Cet homme, le pays le cherche depuis 60 ans. Devra-t-on encore passer les prochaines soixante années à le chercher alors que le feu brûle les 2/3 du pays actuellement.

    Le fédéralisme ne nécessite que le préalable du réferendum populaire parce que nous demandons à chaque région de prendre en charge son développement dans une maison commune pour une gestion au plus près des besoins de la population. Nous allons au-delà des partis politiques pour rendre les peuples de ces régions acteurs de leur développement. Ce faisant, nous redynamisons les régions pour une agilité économique infra et internationale, jugulons l’exode rural pour stabiliser les ressources humaines dans les régions au lieu d’aller grossir des villes mal urbanisées avec un taux de chômage très élevé.

    Le découpage ?

    Les départements au Congo ont bougé au gré des objectifs politiques et électoraux, au fil des ans. Tout le monde se rappelle de la région Kouilou-Niari, matérialisée par une célèbre multinationale (SCKN), une Bouenza faisant partie du Pool ou la capitale Brazzaville intégrée à la région du Pool ou une Cuvette unie … Dans toutes ces décisions le peuple a été un acteur passif, mis à l’écart. Nous ne pouvons donc pas nous baser sur cette réalité des départements pour assurer que chaque éthnie est à la place qu’il faut dans l’état-nation. Le découpage proposé par les Fédéralistes remonte aux travaux de Lissouba, premier ministre de Massamba Débat. Le découpage actuel de l’état-nation est éminemment politique et ne couvre pas forcément une réalité éthnique dans toute sa dimension. C’est donc un faux débat.

    Dans ce pays, les uns et les autres se collent des étiquettes rapidement. Celle ou celui qui apporte une idée neuve est taxé (e) de quête ou soif de visibilité, de tribaliste, nationaliste … N’est-ce pas l’impact d’une culture inculquée depuis 1970 qui qualifiait de contre-révolutionnaires toutes celles et tous ceux qui exploraient d’autres voies ou stratégies ? Non, beaucoup d’entre nous n’ont pas baigné dans cette culture. Notre engagement se trouve dans le bilan catastrophique qui plonge le pays dans les abysses.

    L’échec de la fédération, rêve de Nkrumah, Boganda, Senghor et Modibo Kéita est la conséquence des manipulations des anciennes puissances coloniales qui encourageaient l’instauration des Etats-nations parce que, par définition, dans ce système corrompre est plus facile. Il suffit de corrompre un individu, le président. Mais il ya eu quelques concrétisations : Nigéria, Ethiopie, Tanzanie … Le débat prend au Tchad, au Cameroun, au Gabon et au Togo. L’échec relatif de ces pères du fédéralisme ne doit pas figer les peuples dans des systèmes sclérosant avec un bilan négatif dans tous les domaines dans un contexte mondial qui évolue.

  14. Moleki Nzela dit :

    Entre nous, avec cette réponse de Mr Bankounda à 3h40 du matin, aussi claire que son article, je suis plus convaincurie. On ne voit pas comment « un problème vertical » devient « un problème horizontal », avec les gros risques ssusceptibles de s’aggraver et qu’il démontre bien. Je suis également d’accord avec lui que, contrairement à ce que dit Mr Londi, le tribalisme n’est pas la cause de nos problèmes mais la conséquence du mode d’organisation du pouvoir, et c’est sur cette question que l’on doit cogner et non sur l’organisation du territoire, au risque d’un remue-ménage sans précédent ou d’un effondrement du Congo tout simplement, comme il dit. L’élite congolaise toujours avide de pouvoir ne m’inspire pas confiance. L’appétit venant ou s’accentuant en mangeant, ce sont les collectivités locales qui vont être dépecées après qu’on ait démonté l’État. D’autant que le juriste reconnait la nécessité de l’autonomie des régions dans un cadre démocratique ! Comment let pourquoi les partisans de du fédéralisme escamotent les problèmes du pouvoir dans le sud même, et que rappelle pourtant Mr Bankounda ! Cela ne suffit-il pas que leur théorie marche sur la tête ! Et si après ouvert cette démarche les revendications territoriales sauvages, avec des hommes politiques sans scrupules, se multiplient !
    Il vaut mieux prévoir que guérir ! La dose fédéraliste est inadaptée, exagérée et trop forte, au risque d’assommer définitivement le patient congolais, et re-donner encore du service, de la vocation aux faux révolutionnaires, pour soi-disant recoller le Congo. Face à ces risques évidents et à divers inconnus, mon choix est clair.
    J’ai lu que Mr Londi propose des procédures pour les potentiels conflits résultant de la fédération ! Depuis quand les Congolais sont proceduraux, respectueux de l’état de droit quand il s’agit du pouvoir ! À croire qu’ils ne connaît pas les comportements des acteurs politiques dans son pays ! Vraiment du bla – bla -bla. ..

  15. Anonyme 21 dit :

    Si seulement le premier président démocratiquement élu et aussi démocratiquement incapable avait mis ls en place les institutions préconisées par la conférence nationale souveraine peut être qu’on en serait pas là mais il n’a rien fait le pays est en déliquescence lui premier président élu démocratiquement reste silencieux et son silence est assourdissant soit disant qu’il est malade mais il peut faire écrire par un tiers ses déclarations non non rien de tout cela et personne ne dit rien.
    Les congolais sont quand même des personnes très étranges on est fier d’être ceci on est fier d’être cela d’appartenir à telle ou telle région maintenant qu’on propose une autonomie des régions et bien certains ne sont toujours t pas d’accord e ethnie pour aller prendre le pétrole du Kouilou là on ne se préoccupe plus de son ethnie ou de sa région on se dit enfin Congolais pas de problème ! personne au Congo ne veut être dirigé par un ressortissant d’une autre ethnie c’est cela qu’il faut bien comprendre et on doit trouver des solutions !
    Chacun doit vivre de ses territoires et de la capacité de ses ressortissants !

  16. Anonyme21 dit :

    REFERENDUM ET AUTODETERMINATION !

  17. David Londi dit :

    Au-delà des aspects objectifs du débat, une chose m’insupporte prodigieusement : la propension qu’ont certains à mettre des étiquettes sur les porteurs de stratégies de rupture. On m’a associé à des sectes en mal de nationalisme hors de la sphère du Congo Brazzaville, à un tribaliste de première classe qui ne cherche que la lumière, etc. J’en suis à me demander si les détracteurs me lisent réellement pour m’apporter la contradiction ou partent des convictions toutes faites pour me juger. Pourront-ils seulement me démontrer par mes écrits, mes interventions ou mon argumentation que je suis le personnage qu’ils décrivent ? Avec internet, tous les écrits sont consultables, je les mets au défi de me sortir l’un d’eux qui fasse l’éloge du tribalisme.

    De grâce, attaquez-moi sur les faits que j’expose mais ne versez pas dans des suppositions qui me sont complètement étrangères. Opposez-moi des propositions sérieuses pour construire un contexte de débat sain. Je n’en vois aucune à l’horizon, pour l’instant. J’ai aussi la forte impression qu’ils ne traitent pas du fédéralisme en le réduisant à une simple partition éthnolinguistique d’un territoire alors je me tue à leur expliquer que le fédéralisme marche sur ses deux jambes : le fédéralisme institutionnel et le fédéralisme fiscal. J’ai traité, ici, le facteur de risque lié à la seule répartition basée sur l’éthnie sans le volet fiscal avec la parade correspondante. Messieurs, le fédéralisme ne se limite pas seulement à un terrain sur lequel s’ébrouent les éthnies mais un idéal de vivre la diversité dans la paix. Fédérer = réunir. Pour cela, il faut assurer l’égalité de tous devant la fédération, la liberté de mouvement et d’établissement, le libre accès aux services publics quel que soit son état d’origine, l’obligation d’accompagner fiscalement les états à revenus fiscaux inférieurs, etc.

    Ce n’est nullement un club de tribalistes qui s’isolent et s’éloignent de toutes celles et tous ceux qui ne sont pas de la même éthnie. Ce projet est transéthnique. Comprenez-le, une fois pour toutes. Certains viennent m’opposer le risque d’affrontements inter-éthniques rien que par le fait de demander à nos compatriotes de se concentrer sur le développement économique et social de leur région. Ceux-là ignorent-ils que le risque d’affrontement interéthnique n’a jamais été aussi élevé et s’est même déjà produit parce que chaque éthnie majeure a déjà levé des milices pour tuer l’autre. Certains vont jusqu’à nier la réalité du tribalisme et son instrumentalisation dans le discours alors que dans la réalité les comportements des congolais en sont imbibés jusque dans les réseaux sociaux.

    Je m’en balance que cela ne soit que la conséquence, je regarde les faits, l’expérience et la réalité qui se développent dans nos quartiers, nos équipes de foot, notre gouvernement, notre armée … Ce phénomène que le mouvement du M22 (transéthnique) avait qualifié d’un terme barbare : l’OBUMITRI (Oligarchie Bureaucratique, Militaire et Tribale). Se mettent-ils seulement à la place de toutes celles et tous ceux qui en sont victimes ? N’est-ce pas insulter leur mémoire d’Ikongono au Pool sans compter toutes les victimes politiques et civiles ? Allez consulter les publications de l’université de Sherbrooke, entre autres, sur le Congo, vous en aurez les preuves irréfutables. Le remède qu’ils trouvent, c’est l’éducation du peuple. A quel horizon ? Le pays peut-il attendre 15 ans encore (une génération) ?

    Certains encore m’opposent une décentralisation poussée mais, c’est même le fondement du fédéralisme, pourquoi nous étripons-nous alors autour de ce concept ?

    Les uns et les autres doivent savoir que le Congo a adopté la politique de décentralisation, en théorie, mais la réalité nous la vivons tous. Pourquoi ?, Dans une décentralisation inachevée, comme celle du Congo calquée sur la France, l’état jacobin ne décentralise pas le pouvoir politique avec pour impact direct que le président reste un véritable monarque qui, sous nos latitudes se mue en petit dictateur tropical. Comment traiter ce facteur de risque ? Même dans une gouvernance tournante, l’impétrant peut ou ne pas se conformer aux obligations constitutionnelles. Rien ne l’en empêche à moins que les citoyens aient atteint une maturité politique telle qu’ils sont prêts à mourir pour défendre la Constitution. En êtes-vous convaincu ? Qu’est-ce qui aura changé fondamentalement qui ne l’aurait pas été en 60 ans ou plus récemment en 2016 ? Déléguer tous les pouvoirs politique, économique et militaire à une seule personne, c’est faire le terreau de la dictature. C’est un suicide politique.

    On vient me parler de Mokoko que j’ai soutenu et soutiens encore (je l’ai écrit, ici depuis 2016). Où sont passées les centaines des milliers de personnes qui l’avaient intrônisé Moïse ? Dans la nature alors qu’il croupit en prison ? Pensez-vous qu’un personnage comme Kolelas aurait eu le même sort ? Il ne faut pas confondre l’effet-miroir avec une véritable adhésion. Il a lancé le mot d’ordre de désobéissance civile de « villes mortes », combien l’ont-ils suivi ? Le facteur de risque que vous devez traiter très rapidement, c’est celui relatif à la venue d’un homme providentiel et la maturité du peuple pour défendre la Constitution qui intrônise un monarque pour continuer à consolider l’Etat-nation. J’ai la faiblesse de penser que ceci n’est pas pour demain et pendant ce temps … le peuple ne peut attendre. Il est à bout.

  18. Anonyme dit :

    Monsieur Londi,
    Nous ne disons pas non à tout ce que tu racontes. Tu peux continuer de fonctionner comme tu le fais. Pour le moment, c’est la liberté qui est en jeu. Tes parents n’ont pas leur retraite.Tes frères et tes sœurs n’ont pas leur salaire. Tes petits frères et tes petites sœurs n’ont pas une très bonne scolarité. Ton environnement se dégrade. Ta fédération va faire quoi ? Tu vas la créer avec les idiots de service qui s’auto proclament mendiants en Chine tant dis qu’ils ont un beau pays.
    Nous pouvons tout faire en même temps. Il faut savoir pousser ses pions. Ce n’est pas sur le net que tu vas exposer toute ta pensée. Au risque même que les marabouts s’en saisissent à d’autres fins. Quand tu seras un homme libre, tu pourras nous aider à bâtir ton pays.
    Ya ba colère ve frangin.
    Concentrons nous sur l’essentiel. Il y a des penseurs au pays. C’est l’environnement dans lequel ils peuvent s’exprimer qui n’est pas bon ( fait défaut).

  19. Anonyme dit :

    Rappelons-le, l’élection de mars 2016 nécessitait un deuxième tour qui n’a jamais eu lieu. Donc l’élection de Mokoko n’est pas une réalité, mais une projection de ses fans, fermons la parenthèse.

  20. Bulukutu dit :

    [Les caïmans du marigot ont appris à manier le lexique du pluralisme…].

    C’est par les urnes qu’Hitler est arrivé au pouvoir en Allemagne au début des années 30. Croire que la démocratie réglera tous les problèmes du congo est donc un leurre. Il faut des institutions qui garantissent l’alternance politique. L’expérience de 1992 nous montre que même lorsqu’un président est bien élu, ce dernier peut trahir la démocratie en ne mettant pas en place toutes les institutions qui auraient permis de rendre notre jeune démocratie effective. Ceci est un fait. Les circonstances où les circonvolutions qui ont conduit à cela n’ont pas d’importance, car ce que retiennent les gens, ce sont des faits. Et le tribalisme est un fait perçu par tous les Congolais sans exception, et cela, Ils ne l’oublieront pas de si tôt. Nous attendons la démocratie depuis au moins la conférence nationale. Où-est-elle? À ce rythme, on attendra encore 30 ans pour atteindre un nouveau cycle de changement politique au congo.

    On nous parle de verticalité du problème Congolais. C’est justement cette verticalité qui a fait le lit de la dictature. Tous les régimes dictatoriaux sont d’essence verticale. Pourquoi alors vouloir permettre la perpétuation d’une verticalité qui porte en son sein, les germes de l’autoritarisme dans le contexte Congolais d’aujourd’hui ?

    En géopolitique, on parle de plus en plus d’un monde multipolaire justement pour contrecarrer l’hégémonisme américain depuis la fin de la deuxième guerre mondiale (la chute du mur de Berlin en est l’aboutissement). Cette hégémonisme s’appuie justement sur la verticalité pour gérer les relations avec les autres états.

  21. Lucien Pambou dit :

    A tous
    Comme le dit londi et avec justesse,arrêtons de perrorer et passons aux actes utiles
    Je sais que c est la mentalité francophone et française que de bavarder à l infini en essayant de trouver le sexe des anges introuvables
    Attendons patiemment les modalités de diffusion du débat sur la fédération cela fera gagner du tempos a tout le monde

  22. Samba dia Samba dit :

    Cher Félix ne cédons pas au fatalisme à la résignation et au pessimisme ! Notre pays brûle et vous êtes bien placé d’en parler puisque courant 2018 vous étiez au pays suite à un décès certains de vos étudiants vous ont reconnus à l’aéroport ! Ne passons plus par des pirouettes pour désigner le mal congolais les escros Parfait Kolelas , Tsaty Mabiala , Munari qui accompagnent le diable sassou sont connus de tous . Sinon à chaque fois nous ferons plaisir à nos pseudos intelloś tel que Lucien pambou de venir faire des commentaires malveillants sur le site pour amuser la galerie .Accentuons plutôt l’acte des indignés , appuyons notre sublimes Alain Mabanckou qui sans cesse parle du désastre que vit notre pays dans les grand médias internationaux , car l’amour ces des actes .

  23. Félix BANKOUNDA MPÉLÉ dit :

    Ça alors, cher Monsieur Samba dia Samba! Où est le fatalisme ! Je n’ai jamais été fataliste dans la vie ! C’est, d’habitude, plutôt le contraire qu’on me reproche ! Ah, je comprends : vous êtes peut-être de ceux qui déduisent les choses à partir des interprétations des autres, ou encore, de ceux qui sont binaires et qui se disent toujours que si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je pense, vous êtes forcément de l’autre côté !

    Non cher Monsieur, je n’ai pas les mêmes idées ou accointances politiques que Monsieur Lucien Pambou et, il vous suffit pour cela de lire « Défis de Sassou-Nguesso: réponse à Lucien Pambou », pour être fixé. Lui, il collabore dans les différents outils de propagande (Geopolitique africaine, Les Dépêches de Brazzaville,…) de Sassou-Nguesso, moi jamais! Du tout ! De même, la proposition de ceux qui découvrent ici, avec beaucoup de lacunes, le fédéralisme en Afrique, en le plaquant au Congo, repose sur un diagnostic faux, puisqu’ils sont obligés d’occulter des pans entiers de la vie politique congolaise, d’en grossir d’autres et de procéder à des amalgames pour construire une thèse titubante, ou plutôt marchant sur la tête comme a su bien le dire quelqu’un ici. C’est de la manipulation en bonne et due forme, qui ne peut tenir longtemps auprès des connaisseurs en la matière! Mais bon, sur les réseaux sociaux, n’importe qui peut soutenir quoi, jusqu’à se prétendre FÉDÉRALISTE AU PLAN NATIONAL ET ÉGALEMENT FÉDÉRALISTE OU PANAFRICANISTE AU PLAN CONTINENTAL ! Tata Nzambi, où va-t-on !

    Par ailleurs, je ne vois pas ce que j’ai à voir avec ceux dont vous citez cher Monsieur ! Et ça, ces incohérences sont bien congolaises ! J’ai une réserve instinctive, de façon générale, avec la classe politique congolaise. Parce, à un moment ou à un autre, ils ont été proches de façon prolongée avec Sassou-Nguesso. Or, je suis convaincu qu’on ne peut pas aimer ce pays et, en même temps, cohabiter et supporter ce Monsieur pendant une seule petite année! Alors, maîtrisez un peu vos interprétations et imaginations.

    Si vous faites un petit effort, une recherche un peu plus approfondie, vous vous rendrez compte qu’au-delà de sa renommée et de ses indiscutables qualités d’écrivain qui appâtent les médias, mes prises de positions et engagements sur la question congolaise ont, de très loin, précédé celles de notre cher compatriote Mabanckou pour lequel j’ai énormément d’estime. Lui a commencé à prendre ouvertement position à partir des deux derniers putsch de Sassou-Nguesso en 2015-2016, puisqu’avant, et par le biais de leur ami commun, Henri Lopes, ils s’avoisinaient par certaines manifestations. Moi, dès 1997, et principalement novembre 1998, j’avais introduit ma lettre de mise en disponibilité de l’Université de Brazzaville.
    Alors, pas de confusion, pas anathèmes, pas de procès en sorcellerie puisque mes diverses prises de position sont publiques et consultables: je suis allergique au despotisme, cher Monsieur.

  24. Samba dia Moumpata dit :

    Cher Félix je n’ai jamais douté de ton engagement pour le pays, mais je vous préfère plus sur le terrain du droit , contrairement aux juristes corrompus comme Auguste iloki , Thierry Moungala ou encore ce drôle de constitutionnaliste Placide Moudoudou. Cher Félix effectivement comme moi nous avons soutenus Mokoko , mais c’est la trahison de parfait Kolelas et Tsaty Mabiala sur RFI qui envoie ce dernier en prison .

  25. David Londi dit :

    @Anonyme,

    cher compatriote, ma volonté de lutter contre la dictature est intacte comme je le démontre, ici. Un de mes articles, encore d’actualité sur ce site « l’urgence de passer de la rhétorique à l’action contre le Tyran », en témoigne. Mais, dans tout combat la planification des stratégies est primordiale pour ne pas se retrouver, le jour venu, comme en 1992 quand l’impréparation des lendemains de la Conférence nationale nous a ramené vers des drames dont on aurait pu se passer si l’on avait su anticiper. Nous devons être capables d’avancer sur les deux fronts. Comme l’écrit Sun Tzu « Celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre ».

    Nous sommes partis pour un combat de longue haleine : travailler sur le Congo de demain pour nous prémunir des dictatures. Nous devons laisser à nos enfants et petits-enfants un pays dans lequel ils peuvent évoluer dans la paix. Ce combat doit être mené au grand jour parce que c’est aussi une arme pour déstabiliser la dictature.

    Agir comme nous le faisons renvoie au tyran l’image d’un peuple qui s’organise, se bat et qui n’a pas abdiqué. C’est ainsi que j’ai toujours agi depuis mon engagement à l’AEC (Association des Etudiants Congolais) et à la FEANF (Fédération des Etudiants d’Afrique Noire Francophone), ce combat est juste. J’ai commencé à combattre ce régime depuis l’UGEEC (Union Générale des Elèves et Etudiants Congolais). Les obligations professionnelles qui m’avaient tenu loin de ce combat depuis 1981 s’estompent et me laissent le temps de revenir dans la bataille avec la plus grande détermination. Il est temps de dépasser les débats stériles pour s’inscrire dans une action décisive et durable.

    Je suis conscient des drames que vit mon peuple depuis 1970, de l’épuration éthnique aux génocides de 1997 à 2001 et de 2016 à 2018. J’ai crié tout mon désespoir et toute ma peine dans certains articles que j’ai publiés sur ce site, mon coeur en saigne encore, mais il faut créer les conditions pour que cela ne se reproduise pas. Le tribut lourd payé par les habitants d’Ikongono et du Pool, nos parents, doivent nous obliger à extirper du corps de ce pays toutes les calamités qui le précipitent dans les abysses.

    Il faut préserver l’unité dans la diversité. Telle est la raison de mon engagement dans le fédéralisme : créer les conditions d’une paix durable et de développement économique et social en instituant une plus grande agilité de nos régions dans l’espace national et international dans le cadre de la loi fédérale. C’est ainsi que l’on fait le lien entre le fédéralisme au Congo et le panafricanisme. Ce processus de coopération économique doit préparer l’avènement d’un marché africain, contrôlé par les peuples, qui doit précéder l’avènement d’un espace commun d’échanges culturels. Des peuples qui commercent ensemble finissent toujours par construire des valeurs sociales et culturelles communes au-delà des activités économiques.

    Bonne soirée, cher Anonyme !

  26. Anonyme 21 dit :

    Le premier président élu démocratiquement incapable n’ a pas mis les institutions demandées par la conférence nationale en place il a trahi la volonté populaire qu’est donc venu faire ce monsieur chez nous ? quel est son bilan?
    Sous sa présidence est né le nibolek création infâme méchante calamiteuse qui a divisé le Pool et le groupe nibolek à quoi cela a t il servi qu’est ce que ça a apporté au pays ? rien sinon une atteinte à la cohésion nationale des rancunes et des rancoeurs dont nous voyons les conséquences jusqu’à présent .

    Avant son arrivée les populations s’entendaient bien on étaient des frères et des soeurs voilà !!!
    Pourquoi aucune personne issue desdites régions ne fait le bilan de la gestion nibolek du pays pourquoi y’a t il une omerta sur cette partie de l’histoire de notre pays ?pourquoi on n’en parle pas ?

    On tape volontiers sur ntoumi kolélas koléla ntoumi très bien pas de problème mais alors pourquoi personne n’interpelle le premier président élu démocratiquement ? que se passe t il donc dans ce pays c’est encore une histoire de réseau? c’est l’omerta ? une chape de plomb ? son fils est député de l’assemblée de l’usurpateur tout le monde se tait on fait mine de ne rien voir circuler y’a rien à voir !
    Sous sa gouvernance le Pool a été ostracisé oui c’est triste à dire mais c’est comme ça en cela il a balisé le boulevard ……. je refuse de citer le nom de cet être immonde et amoral mais tout le monde a compris
    Ils en rêvaient ils n’osaient pas le faire et le premier président élu démocratique ment incapable a ouvert la porte aux barbares Voilà !!!

    La mauvaise gouvernance mauvaise gestions économique aucune stratégie et surtout plus grave aucune vision c’est une parenthèse une présidence dont le pays se serait bien passé il n’a servi à rien absolument à rien lui aussi a participé au pillage du Kouilou c’est la triste réalité

    Et on ose ici venir sur le site dire qu’on ne croit pas à l’autonomie des régions ?ont ils seulement élevé la voix pendant cette gouvernance honteuse et calamiteuse du nibolek.?

    Régulièrement le nom du président élu démocratiquement incapable est cité dans les assassinats de Massouémé Pouabou et Matsocota le veuve de ce dernier l’accuse même nommément pourquoi n’ouvre t il pas sa bouche de professeur pour se défendre ? le peuple veut connaître la vérité et sa vérité

    C e monsieur a échoué lamentablement échoué et nous recherchons des solutions pour sauver ce qui peut être encore sauvé de ce qui reste de notre pays nous essayons de recoller les miettes autant se faire que peu l’autonomie est la seule possibilité qui nous reste par que au Congo plus personne ne veut être dirigée par une autre ethnie !

    Je veux dire ceci aux réseaux qui manipulent sans cessent et qui pensent remporter la bataille
    une citation que mon professeur de philosophie en terminal aimait répéter

     » Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps ;vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps ; mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps . »
    Abraham Lincoln

  27. Mokili dit :

    Anonyme 21,
    Tes inepties ici transpirent de haine ! En raison de ton tribalisme viscéral, tu penses que tout le monde est animé par les mêmes bassesses que toi. Il faut se soigner. Un psy, voilà ce qu’il faut pour toi, et pour des gens comme toi. Vous ne voyez que des tribalistes et des gens qui vous en veulent partout, mais jamais ce que vous initiez et qui, en définitive vous retombent dessus! Toujours victimes, mais jamais responsables de quelque chose!
    Avant hier, c’était le nord qui était responsable de tous vos malheurs, parce que le nord était au pouvoir! Quand quelqu’un d’autre, qui n’est pas du nord, prend le pouvoir de la manière la plus démocratique, vous déplacez le curseur, au sein de ce que vous appeliez sud même et, c’est désormais les autres dans le sud en dehors du Pool, c’est-à-dire le Nibolek, qui est bien une création principalement des originaires du Pool, pour distinguer les autres! vous vous rappelez encore, si vous êtes honnêtes comment ces derniers se révoltaient par ce catalogage! Ils ont fini par assumer, comprenant que pour vous, tant que le pouvoir ne vous revenait pas, ceux qui en disposaient devenaient vos ennemis. Et, en raison de votre pagaille, de votre soif du pouvoir, vous vous êtes coalisez avec Sassou pour casser la démocratie et qui vous le rend bien! Le curseur revient au point de départ, ce sont les nordistes.

    Bref, toujours et toujours les autres! Et vous voulez embrouillez les autres aujourd’hui par un fédéralisme sans queue ni tête, puisque pour vous, tant que vous n’avez pas le pouvoir, tous ceux qui, dans votre entendement, ont le pouvoir, deviennent vos ennemis. Vous êtes invivables. Vous avez un problème!
    Tu parles des institutions que l’élu n’aurait pas mis en place et qui auraient selon ta vérité auraient entraîné la guerre sans en citer! Même pas honte! Si tu as un individu sérieux autour de toi, un juriste en la matière, il te dira laisse-tomber c’est honteux, parce que, si tu penses, comme aiment le dire des gens comme toi, à la juridiction constitutionnelle, elle existait et a même rendu des décisions. C’est donc une bêtise que des gens comme toi encore, qui n’ont que la rue pour comprendre, entretient. Il n y a jamais eu de vide juridique comme on dit, sur cette question.
    Tu dis qu’est-ce que Lissouba a réussi, et tu oublies de rappeler que dès que Sassou est parti, celui qui l’a remplacé, André Milongo, ne pouvait pas assurer dès le premier mois, les salaires des fonctionnaires. Comme par hasard. Il faut être enfermé comme vous pour ne pas comprendre ce que le sortant a voulu semer, en vidant les caisses. Trois ou quatre mois d’impayés de Milongo, en douze mois de transition. Celui qui est élu se heurte au même problème, mais réussit à redresser la barre dans les deux dernières années en payant régulièrement les salaires. Presque un exploit dans un pays comme le Congo, bien exsangue comme on l’avait laissé! Fermé comme vous êtes, vous n’avez pas l’honnêteté de reconnaître que les Contrats de partage de production, grâce auxquels le Congo avait désormais une part de pétrole qui lui revenait de droit, c’est une conquête de haute lutte de Lissouba, qui lui a d’ailleurs valu l’hostilité des pétroliers! C’est de l’argent issu de ce cette initiative, prévue par la Conference nationale, sans précédent au Congo et entreprise par Lissouba, que le pouvoir d’aujourd’hui pille tout et directement sans plus passer par les compagnies pétrolières. A votre avis, l’argent dit des générations futures, des milliers de milliards d’argent de pétrole, c’est venu d’où! Eh bien, je vous le dis, si vous ne le savez pas, c’est des contrats de partage de production mis en place par Lissouba, mais que le truand ayant vu venir, et s’est empressé de revenir au pouvoir dans les conditions habituelles, pour détourner tout ces moyens impressionnants. Cela, vous ne le dites pas! Qui a réussi, dans les deux dernières années de son pouvoir, à faire passer le taux pétrolier du Congo de 17 à 35 pour cent; vous ne le dites pas. Sassou revenu, il a rabaissé encore le taux, pour satisfaire ses bienfaiteurs! Le Congo pouvait, suite à la réorganisation et l’effiicacité des douanes et impots, payer désormais les salaires sans l’argent du pétrole. C’était sans précédent et vous ne le dites pas. Donc, votre haine, vos venins on connaît et, vous n’étonnez plus personne. Continuez avec votre haine, vous n’aurez pas la nôtre, mais personne ne peut plus avoir confiance en vous, puisque, tant que vous n’avez pas régionalement le pouvoir, tous les autres sont vos ennemis! On connait la musique, et il n »y a que vous-mêmes pour vous comprendre, inaptes à faire votre propre autocritique. Il serait d’ailleurs mieux, pendant qu’on y est, que vous demandiez votre indépendance. Vous êtes de très mauvaise foi

  28. Anonyme 21 dit :

    Désolée vous êtes très malhonnêtes et c’est vous même qui transpirez la haine donc je ne discute pas avec vous et je ne perdrai pas mon temps à lire votre post

    Les faits sont les faits ils sont là il n’y a rien à dire

  29. Félix BANKOUNDA MPÉLÉ dit :

    Cher Samba dia Moumpatà,
    Très gentiment je vous le dis, ne me prêtez pas vos choix ! Je n’ai pas soutenu Mokoko ni personne d’autre à ce jour, je vous en prie ! Dans mon précédent post j’ai bien écrit que celui qui aime vraiment le Congo, qui le met au dessus de tout, ne peut pas supporter Sassou Nguesso une seule petite année. De quel côté a été Mokoko dans les grandes crises que nous avons connu de 1992 à 1997? Du côté du droit et de la démocratie ou du côté de ses interêts? Je vous renvoie à mon texte de juin intitulé : « L’épisode Mokoko, une bien ordinaire et previsible sassoulerie politico-judiciaire » .
    Mon choix, mon engagement porte prioritairement sur les Congo ! Tout ce que j’ai dit et écrit jusqu’ici, ce n’est ni pour un individu, ni pour une région mais pour le Congo même si, les Congolais ayant l’habitude de voir et lire la politique selon leurs propres prismes et fantasmes, peuvent se méprendre.
    Voilà. ..

  30. Mokili dit :

    Anonyme 21,
    Vous voyez ! J’ai frappé là où ça fait mal ! Vous êtes intégriste, très malhonnête, intolérante et douée pour les inepties !
    J’ai démoli toutes vos inepties et vous êtes KO debout. Et je sais, par dessus le marché, que vous m’avez lu contrairement à ce que vous dites. Vous avez la haine viscérale contre tout dirigeant qui n’est pas de votre région ! Votre région, dans votre tête et votre esprit passe avant tout le reste, avant le Congo ! Le fédéralisme prôné ici n’est qu’une cagoule qui ne trompe personne et, entre vous qui ne pensez que région et une seule communauté, vous échangez régulièrement . Ça saute aux yeux.

  31. Anonyme21 dit :

    je n’ai que faire de vos commentaires de vos fariboles et de vos propos sans intérêts vous avez débuté votre post par des insultes et je me suis arrêtée Voilà!
    Je sais très bien qui vous êtes derrière votre pseudo

  32. Mokili dit :

    À Anonyme 21

    Et alors , ça change quoi que vous sachiez qui je suis ! Moi aussi je sais qui vous êtes Madame. Et cela ne change rien au fond, à vos sombres pensées que j’ai mises à nu

  33. Anonyme21 dit :

    Vos jacasseries vos aboiements vos jappement vos halètements me passent par dessus la tête monsieur vos hululements et vos cries d’orfraies vos grincements de dents aussi
    Passez votre chemin monsieur vous n’avez aucun argument qui tienne la route
    Que chacun gère sa région Voilà!
    Ya ba colère vé !

  34. Anonyme dit :

    Le congo est déjà en mille morceaux. Faire semblant de croire au Congo de votre enfance n’est que pure hérésie. Arrêtez de vous battre. Le congo que vous avez connu est mort depuis longtemps.

  35. Mokili dit :

    Que chacun gère sa région dites-vous. Mais alors proclamez donc votre indépendance au nom de l’autodetermination au lieu de vouloir embobiner des gens dans une théorie pourrie qui ne mobilise en gros que qui l’on connaît. Pourquoi chercher à perdre du temps, et vouloir se fracasser la figure contre une impasse de granit ! Puisqu’il n’y aura que quelques rares débiles pour vous suivre avec votre intolérance

  36. Anonyme dit :

    A-t-on le droit de critiquer la présidence de Pascal Lissouba sans être traité de tribalisme lorsque l’on ait originaire du Pool?

  37. Anonyme 21 dit :

    On prend cette direction en effet et on finira par y arriver voilà!

  38. Anonyme 21 dit :

    Dans ce pays on peut critiquer les frères kolélas ntoumi tsaty mabiala même l’usurpateur tout le monde pas de problème mais on ne doit pas toucher au premier président élu démocratiquement incapable on reçoit tout de suite une volée de bois vert !
    je dis qu’il devra répondre de ces actes comme tous les acteurs politiques qui ont géré le pays ces 30 dernières années voire plus il est co responsable de l’état de délitement et de déliquescence de notre pays et à ce titre il devra justifier sa gestion du pays il répondra de ces actes.
    Nous ne nous laisserons pas intimider !
    Voilà !

  39. Anonyme 21 dit :

    Je souffre de la division entre le Pool et ceux qu on désignent par Nibolek c’est la dernière fois que j’utilise ce mot que je déteste ce mot coupant blessant je sais et je suis consciente que beaucoup de personnes issues de ces trois régions en souffrent aussi y compris dans le Pool
    J’ai mal mon coeur saigne mon coeur souffre mais il faut avancer

  40. Mokili dit :

    Anonyme 21,
    Je ne sais pas si c’est de bonne foi que vous le dites mais vous avancez beaucoup. Dans la vie, c’est l’expérience qui le démontre, il faut apprendre à douter pour approcher la vérité. Ceux que l’on appelle NIBOLEK n’ont pas choisi de s’appeler ainsi. Ils ont été ainsi identifié par exclusion, se sont révoltés, battus, puis ils ont assumé. Dès le moment où ils ne choisissaient pas, n’étaient pas derrière un candidat originaire du Pool, ils n’étaient plus originaires du sud mais du NIBOLEK , alors que les chiffres des présidentielles de 92 le démontrent bien, il y a bien eu des originaires de ces zones, très minoritaires certes, qui ont choisi de voter pour Kolelas ou Milongo. Dans le lot on y compte bien des personnalités comme Paul Kaya et Paulin Makaya et leurs adhérents. Alors, comment expliquer cet exclusivisme: si vous n’êtes pas d’accord avec moi, ne faites pas ce que je ou nous voulons, ne choisissez pas qui nous voulons, vous n’êtes plus avec nous et vous faites bande à part ; il n’y a plus de sud, mais le Pool d’un côté et le NIBOLEK de l’autre côté. J’ai lui tout haut quelqu’un, je pense si je ne me trompe pas, monsieur Bakounda qui rappelait et citait l’ouvrage de Mr Guy Menga qui l’écrit explicitement et cite la page.
    Les individus qui réfléchissent, qui veulent progresser doivent apprendre à douter, au se demander s’ils ont toujours raison ou fauté un peu, et apprendre à se remettre en cause. Sinon c’est l’infini et infernal malentendu. C’est vrai dans la vie ordinaire comme en politique et, je pense personnellement que sur ce qui s’est passé entre 1991 et 1997, lesdits originaires du sud n’ont jamais objectivement fait le point ni un début de mea culpa, au grand plaisir des barbares qui continuent et sont déterminés à tuer ce pays. Bonne introspection

  41. Anonyme 21 dit :

    Mr je vous informe que je ne lirais pas votre post et je vous demande dès à présent de vous éloigner de moi
    Merci

  42. Val de Nantes , dit :

    @Mokili
    L’histoire politique congolaise nous appris que le premier partisan du fédéralisme fut un certain Pascal Lissouba..
    Il créa un État fédéré pour accéder au pouvoir ,ce fut l’unique objectif du grand Pascal ,avec les résultats cataclysmiques y afférents..
    Ce fut tout simplement un ethno- fédéralisme sans un grand relief économique .
    Le fédéralisme , dont nous portons les valeurs .est d’essence économique ,avec des objectifs bien précis..
    En résumé nous n’allons pas nous servir du fédéralisme pour conquérir un quelconque pouvoir ,mais nous nous en servirons pour leur remettre les clés de l’exploitation de leurs potentialités économiques. ,afin de réduire leur mendicité vis à vis de l’or noir issu du Kouilou.
    Sur @Anonyme21 ,que vous semblez accuser de tous les mots .Permettez moi de dire ,cher compatriote ,que ce sentiment séparatiste qui émaille tous ces posts est la conséquence répétitive des actes visibles de tribalisme à l’égard du Sud ,qui structurent le comportement politique de Sassou et cie.
    Notre soeur @Anonyme 21 ,dit ce que bon nombre de nos compatriotes pensent tout bas .
    Apprenez à crier sur des voleurs et non sur des victimes…

  43. Val de Nantes , @Mokili dit :

    Est ce que l’échec de Lissouba ne s’ explique pas en partie par cette pirouette fédéraliste embryonnaire et donc inachevée ????…
    A supposer qu’il soit allé au bout de la logique fédéraliste ,en en respectant la philosophie ,aurait il réellement échoué ????.
    Vouloir être un président de la république est en soi ,une ambition légitime ,mais la forme d’État d’un pays peut être un obstacle à l’exercice de cette fonction …Lissouba en connaît un rayon …
    La conception de la gestion d’un pays qui se veut émergent ,aurait voulu qu’elle soit une délégation des pouvoirs économiques aux régions pour exploiter ce qu’elles ont de meilleur dans leurs territoires ..
    L’erreur , qui a présidé à tous ces ratés depuis l’indépendance ,c’est d’avoir voulu transformer ces régions en caisses de résonance des politiques ,en mal de vision économique…
    Faisons en des actrices économiques ,et non des assistées politiques …
    On ne nourrit pas les gens de politique ,mais d’économie …
    La politique est comme la peinture sur un mur porteur ,entendez par là ,l’économie …
    Voila , résumés de manière lapidaire , les échecs intempestifs de tous les hommes politiques du Congo ,je vais en exceptér un ,Milongo …
    Le changement est toujours porteur d’espoirs ,s’en interdire ,c’est signer un bail à vie à la misère ,et nous y sommes ..
    La gestion fourre tout ne nous a pas sorti du sous développement ,changeons de logiciel mental .
    Essayons autre chose ,Kwame en conviendrait ..
    Rassurez vous ,le fédéralisme intégral ,et non partiel , mode lissouba , mettra à terme tous les congolais au même pied d’égalité ,même les mbochis tant honnis y succomberont ……
    J’en jurerais mon Dieu.
    Nb.. Le tribalisme est la maladie socio économique du pauvre….

  44. Dunguefo dit :

    Val de Nantes a écrit :
    « 
    @Mokili
    L’histoire politique congolaise nous appris que le premier partisan du fédéralisme fut un certain Pascal Lissouba..
    Il créa un État fédéré pour accéder au pouvoir ,ce fut l’unique objectif du grand Pascal ,avec les résultats cataclysmiques y afférents »

    Quand Lissouba a t-il crée un état fédéral ?

    Le mot nibolek a été créé par Kolélas et les intégristes Laris du mccdi.

    Vous transpirez vraiment la haine.

    Mokili a bien cerné votre problème.

    Qui a tué la démocratisation du Congo ? Kolelas qui a tué les partisans de Lissouba avec les armes donnés par Sassou.

    Qui a volé les armes à la poudrière pendant la transition ? Kolelas et les intégristes Laris. Nous sommes en 1991 et Lissouba n’est pas au pouvoir.

    Kolelas et ses intégristes avaient volé les armes pour tuer. Sassou leur a donné une petite quantité et ils ont commencé à tuer.

    Voilà l’origine des tueries au Congo post conférence nationale: Kolelas et les intégristes Laris. Vous aimez trop le sang.

  45. Kongolo dit :

    Monsieur vous dites que les propos de Val de Nantes laissent transparaître la haine sur quelle ligne de son post voyer vous cela ?

  46. Val de Nantes dit :

    @Dunguefo ,dites nous un peu ,quel a été le rôle de Tamba Tamba ,Pongui ,Moukoueke ,et Mberi Martin dans le gouvernement de Lissouba????.
    Après la défaite politique et militaire ,voici ce que nous livre un certain OBA PiERRE .MBeri Martin est mon grand ,,,MBeri n’est pas Kolelas que je sache …
    Réappropriez vous , l’histoire politique du pays sous le règne de Lissouba ,vous y trouverez des cadavres surprenants ..
    Vous ne cessez de réactiver votre haine à l’égard du pool que vous accusez d’être responsable de la chute politique de votre Lissouba ….
    Lorsque vous aurez objectivement répondu à la première question ,vous aurez enfin situé le rôle de ces personnes précitées ,,
    C’est encore Kolelas qui téléguide Le comportement politico -mercantile de TSATOU Mabiala.???
    Vous êtes plus blancs que neige , mais la réalité sur le terrain politique vous rattrape ..
    Continuer à jouer à la sainte Nitouche ,et ,Sassou y fera long feu …v

  47. Gabio dit :

    On a tendance a faire croire que lari = pool =lari. Oui, le lari comme peuple n’existe que dans le Pool et nul part ailleurs meme si on veut en meme temps nous faire croire qu’ils seraient venus de Mbanza Kongo en Angola. De grace, le Pool est une region qui abrite plusieurs ethnies parmi lesquelles les laris, les tekes (fumu, lali, humu, boma), les kongos, soundis, hangalas, minkengue, pygmees. Ainsi, tous les habitants du Pool ne sont pas des laris. Arreter de traiter de laris tous les habitants du Pool. Les laris sont entre Mfoa et Kinkala, il n y a pas de lari ailleurs malgre l’usage de la langue lari au dela de Kinkala.

  48. Dunguefo dit :

    Quel état fédéré Mr Lissouba a-t-il créé, Val de Nantes ?

    C’est à toi de répondre à ton propre mensonge.

    Quel est le nom de cet état fédéré ? Votre nibolek ? C’est vous les intégristes du mcddi qui aviez créé le nibolek.

    Pendant que les congolais étaient à la conférence nationale, vous voliez les armes à la poudrière au camp 15 août. Pourquoi ? Qu’avez-vous fait de ces armes volées à la poudrière ? Vous avez tué les partisans de lissouba avec ces armes volées à Bacongo et Makelekele. Vous êtes à l’origine des milices au Congo .

    Vous devez arrêter avec votre haine de tous ceux qui ne sont pas Laris comme vous.

    Chez vous, aucun congolais ne trouve grâce. Même entre vous, vous haïssez les Kongo.

    C’est vraiment triste comme comportement de votre part. Toujours à jouer au petit malin. Jamais de leurs fautes, toujours la faute des autres. Comment peut-on vivre ensemble avec de telles gamineries?

    Les Mbochi sont mauvais.

    Puis ce que vous appelez nibolek sont mauvais.

    Après les Mbochi sont mauvais.

    Et vous les Laris, vous êtes qui? Les saints? Les bons? Des enfants de cœur ?

    Il est temps que vous organisez une conférence des Laris pour vous interroger sur vos relations avec le reste des congolais.

    Qualifiez mes propos ou moi de tribaliste, je m’enfiche. Je vous dis tout haut ce que des millions de congolais pensent tout bas.

    Apprenez à être honnêtes comme le firent vos parents et grands-parents qui pendant des siècles ont su vivre en intelligence avec les autres peuples. Dans le cas contraire, vous allez radicaliser tous les autres contre vous.

  49. Keba na camara dit :

    Les autres snt déjà radicalisés contre nous vu le génocide au Pool et aucun soulèvement populaire dans le pays nous aussi on s’en fiche de vos propos et de ce que vous pensez on vous connait

  50. Val de Nantes , dit :

    @Duguefo.
    Télécharger cette phrase d’OBA Pierre qui est sous forme d’épitaphe politique sur la tombe politique du grand Pascal Lissouba..
    Lorsqu’on connaît le côté ultra sécuritaire d’OBa à côté de Sassou .Il y a de quoi s’inquiéter ..
    MBERi MARTIN est mon grand..
    Cette phrase se prononce après la défaite politique et militaire de Lissouba.
    Non ,on ne parle des laris , des mbochis , mbembe etc ..
    Sur son État fédéré NIBOLEK ,le grand Lissouba se confia à un compatriote congolais à Paris .
    En créant ,le NIBOLEK ,j’avais créé un lac où , il n’y avait que des caïmans ..
    Dites un peu ,frérot , de qui ,politiquement était proche MBeri Martin de Sassou ou de Lissouba???….
    Y a t’il un lien familial entre Poungui et Sassou???.
    Quelle est la région d’adoption de Sassou ???….
    Moukoueke Est il oui ou non ancien Pctiste????
    Tamba Tamba et Mouamba d’où viennent ils ???.
    Ces politiques ,nous nous en convenons ,ne sont pas des laris ,mais leurs rôles respectifs sous Lissouba furent déterminants dans le retour de Sassou au pouvoir …
    Laris ,mbochis et autres ethnies ,frérot ,je n’en ai rien à cirer .
    Nous voulons d’un Congo géré avec toutes les intelligences du pays.
    Réduire ce débat à l’apologie du tribalisme,me laisse de marbre,,…
    Que vous vous liguez avec les mbochis ,pour achever le pool ,c’est votre problème.

  51. Val de Nantes , dit :

    lire ..nous en convenons.

  52. Keba na camara dit :

    Le Pool qui est bombardé c’est celui des Laris et des Bakongos pas celui des tékés donc faites attention avec ce que vous dites et pas d’amalgames
    de plus sur wikipédia il est bien précisé que le nibolek est bien une création des nibolek eux même un lien vous a été envoyé sur un autre article
    Je vous invite a taper nibolek dans google vous aurez la vidéo d »Aya Tonga et du Ché Africain qui font la génèse du nibolek
    Alors cultivez vous et arrêtez de raconter des bêtises et de divertir les gens sur ce site

  53. Keba na camara dit :

    Bravo Val de Nantes t’as raison sur toute la ligne

  54. Lucien Pambou dit :

    A TOUS ET AUX INCORRIGIBLES CONGOLAIS ET SURTOUT AUX ELITES CONGOLAISES DEPASSEES PAR LES EVENEMENTS INTERNES ET INTERNATIONAUX

    Vous devrez avoir honte , et on devrait avoir honte collectivement

    Passer beaucoup de temps inutile à ressasser les sentiments tribaux de division que le francais nous a laisse en heritage esclavagiste et surtout colonial pour mieux asseoir sa domination et favoriser la haine entre nous est une facon de nous infantiliser nous memeseen laissant la voie à d autres africains , a des chinois , a des occidentaux de mieux nous exploiter en s occupant des questions de developpement à notre place

    Elites noires congolaises qu ‘avez vous dans le crane?

    Elites noires pourquoi accepter vous d etre prises pour des mineurs intellectuels et des incapables par d autres elite?
    ,
    Elites congolaises pourquoi etes vous responsables d’une tribalisation accrue de la societe congolaise pour satisfaire vos interets financiers particuliers en recherchant systematiquement votre entree dans le reseau que vous refusez mais que vous recherchez en cachette

    Elites congolaises pourquoi les problematiques techniques et scientifiques pour le developpement au congo vous fontt peur?

    .De deux choses l ‘une soit vous n avez rien à dire parceque incapables malgre vos brillantes etudes qui finalement ne vous servent à rien car vous n avez exerce nulle part la ou vous etes, soit vous acceptez platement que des etrangers organisent economiquement votre pays et à votre palce

    DE GRACE ARRETONS DE BAVASSER A L INFINI SUR LE TRIBALISME

    .JE NE SUIS PAS NAIF . JE SAIS QUE C EST L ALIMENT PREMIER DU DEBAT CONGOLAIS
    PASSONS AUX CONSIDERANTS RELEVANT DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE PERMANENT ET SURTOUT A LONG TERME POUR LE PEUPLE CONGOLAIS

  55. anonyme dit :

    parle pour toi

  56. Olo Tara dit :

    Les autres congolais envient les Laris Bakongos ils se sentent complètement dépassés par eux regardez pour bien comprendre ce qui s’est passé entre les hutus et les tutsis c’est le même cas de figure au Congo Brazzaville
    Je ne suis pas Lari ou Bakongo je parle en mon âme et conscience 100% neutre je plains la situation de mes compatriotes et je comprend leur désir de s’émanciper
    Pas d’invectives pas d’insultes svp il s’agit du point de vue d’un citoyen non partisant

  57. Val de Nantes , dit :

    @Lucien …N’exercez nulle part … Je rigole ..Peut-être ,pour les autres ,mais il faut les aider à intégrer des structures pour qu’ils s’épanouissent et que ces intelligences servent à sauver le pays du marasme miséreux …
    Lancer de telles phrases pateuses font le lit de Sassou et cie ,car ils en concluraient à la réussite de leur maccabre mission ,celle d’inhiber les intelligences qui ne sont pas sous leur magistère moral.
    Mon père m’a appris à ne jamais insulter toute intelligence….
    Et ,plus grave , mon grand Lucien ,méfiez vous de nos écrits ,car on ne se connaît pas….

  58. Val de Nantes dit :

    @OloTara ,Vous me rappelez mon grand ,ce militaire vivant à mpila ,paix à son âme .
    Oui ,Olo ,vous avez déniché ce nid d’où se cache l’animosité contre les gens du pool ..
    Quelqu’un traita ,ces gens du pool des juifs congolais !!!!!!.
    Les gens sur lesquels se concentreraient toute la rancœur nationale ..
    Olo, il doit y avoir quelque part une explication ,non ?? .Pouvez vous éclairer la lanterne que nous sommes ????….
    Votre diagnostic sociologique est édifiant à plusieurs aspects ,on veut en apprendre davantage..
    Votre neutralité proclamée Vous protége de toute attaque tribale ..Rassurez-vous ,L’ONU y veillera ..

  59. Olo Tara dit :

    Cher Val de Nantes le malheur du Pool Lari Bakongo c’est d’être trop en avance par rapport au reste de la population vous êtes en fait décalé par rapport aux autres et le problème vous ne vous en rendez pas compte et vous ne savez pas vous mettre au niveau des autres d’où l’animosité
    C’est une des explications je ne saurai vous en dire d’avantage hélas cher Val de Nantes peut être dans une autre configuration ce peuple vivrait en paix ce que je souhaite de tout coeur

  60. Val de Nantes , dit :

    Nous mettre au niveau des autres ????….
    Il est des prédispositions mentales qui ne se négocient pas ..
    Dommage ,….
    Le fédéralisme saura y apporter des solutions d’amour fraternel basées sur le partage du bonheur local et national ..
    Le pool n’a rien à gagner dans les confrontations qu’on lui impose avec les autres composantes régionales de notre pays ….

  61. Olo Tara dit :

    Je sais cher Val de Nantes c’est une équation très difficile pour Le Pool d’où une incompréhension avec le reste de la population l’idée dune autonomie avec un statut particulier pour cette région à mon sens peut être envisagée dans tout les cas cela profitera d’une manière ou d’une autre au pays tout entier
    Je demande pour finir que les point de vue des uns et des autres soient respectés sans parti pris sans invectives et insultes les derniers échanges ont été assez déplorables je trouve et c’est bien dommage

  62. Olo Tara dit :

    Et je parie si le Pool obtient ce statut particulier que tous les congolais voudront être du Pool juste un clin d’oeil merci de votre compréhension

  63. Dunguefo dit :

    Val de Nantes a écrit le 13 juillet 2018 a 23:15
    “ Depuis ,quand ,un mbochis est plus intelligent qu’un homme du pool???…
    Baniama. bantou. banéna mou mamba…”

    C’est un Lari, val de Nantes, qui a tenu de tels propos sur les Mbochi. Avant, il disait des Yaka de la Lekoumou qu’ils étaient un petit peuple parce qu’il n’appréciait pas ce que Clément Mouamba faisait. Tous ces supporters Laris du site l’applaudissaient.

    Et vous allez dire que ce genre d’individus sont pour un Congo où tout le monde aura sa place. J’ai oublié, il avait aussi dit qu’ils allaient castrés les Mbochi pour qu’ils ne se reproduisent plus et que prenne fin leur comportement animalier.

    Il y a un proverbe Teke qui dit que l’on ne trompe que celui qui fàit un mauvais usage de son regard.

    Vous n’aimez personne au Congo. Tout le monde est mauvais , tout le monde est contre vous. Bizarrement, vous êtes de toutes les histoires où le sang des congolais coulent.

    Vous devez changer de discours.

    Pour finir, ton propos prouve que tu n’es jamais sorti de Brazzaville et de ton village pour savoir que le Kouilou, le Niari, la Bouenza et la Lekoumou ont toujours été unis. Lissouba n’a jamais créé un état fédéré de ces régions. Car n’oubliez pas que les supporters de Lissouba sont majoritaires à Pointe-Noire.

    Vous devez faire votre introspectio. Autrement, vous n’avancerez jamais. Vous aurez toujours les problèmes avec les autres à cause de votre manque de savoir vivre.

  64. Dunguefo dit :

    Ah j’oubliais, enfants on entendait cette chanson que vous avez inventé pour vous moquez des Teke: safari munzaka batéké, eh yayé connais pas…..

    Voilà toujours ce mépris des autres qui continue jusqu’à aujourd’hui.

    Jamais aucun autre peuple que les Laris ont eu de tels comportements vis à vis des autres.

  65. Val de Nantes dit :

    Sortez de cette soumission tribale ,envers les laris ,.T’avais je dit . un jour que j’étais lari???.
    Sortez de cette fixation maladive sur les laris ,et vous aurez réalisé des grands progrès sur le plan psychologique …..
    Les tekes n’ont plus de salaires et retraites avec des moqueries des laris???..
    Des plaisanteries, bon enfant de l’époque ,deviennent des arguments politiques, à croire que tu es à bout de reproches saillants sur tes ennemis laris..
    S’il n’y a que ça que tu as trouvé dans la poubelle des laris ,ce serait un peu court ..
    Au fait ,ce sont pas des laris qui auraient détourné l’argent du pétrole ??.
    Bouya ,Odongo et KiKi ne seraient ils pas laris ,par hasard .????
    Vous n’auriez pas des info ,là dessus ???….
    Enfant ,tu entendais les moqueries lariennes ,et maintenant que tu as grandi ,tu entends quoi???..
    Les chansons à la gloire de Sassou????……

    Le fils adoptif du grand Niari….
    Apparemment ,tu as eu maille à partir avec des laris ,au point que tu en deviennes troublé à vie ..
    Ma citation du juillet 2018 ,est la conséquence de la très mauvaise gestion des finances publiques ,qui auraient pu nous préserver de la honte auprès du FMI…Et ,j’en assume la portée..
    Pour le reste ,Olo Tara ,en a succinctement brossé les raisons …
    Frérot ,un effort ,soigne toi du lari ……

    Se prélasser sur un divan psychologique ,afin de vider votre sac sur les laris ,te ferait du bien ..
    Le pool n’est pas que peuplé des laris ,c’est faire injure aux autres ethnies qui y habitent
    Pourquoi ne serais je pas bateke du pool ??
    Bakongo du pool??.
    Badondo ???’
    etc..
    ..Demande un peu ,à olo tara ,quand je dis ,que je rendais hommage à mon grand ,au nom d’olo tara ,militaire, vivant à Mpila ,Tara a dû comprendre d’où je viens ..
    Rappel…Olo Tara fut un militaire capitaine ,vivant à Mpila ,je l’y ai rencontré en 1980….
    Olo Tara ,du site peut en témoigner…

    Pour les initiés ,il y a aucun doute Val de Nantes est de naissance Brazzavilloise..
    Parlons d’autres choses que de Brazza ,car plus Brazzavillois que moi tu meurs ..
    Pardon ,frérot ,sur ce sujet d’où je viens ,tu risques de provoquer un incendie ..que tu auras du mal à éteindre….
    Tiens ,frérot ,gamin, je m’amusais au sans fil ,près de la maison de Sassou ….
    Tu connais le quartier où vivait ,le grand bandit de la république à l’époque de Ngouabi???.
    Et,quel était son nom ???…..
    Comme ,tu es un abonné à mes écrits ,tu y trouveras les réponses ..
    Laisse ,frérot ….Pardon, Pardon …Tu t’attaques au monument de Brazzaville.
    Tika……

  66. Val de Nantes , dit :

    lire… à cause des moqueries des paris

  67. Dunguefo dit :

    Val de Nantes,

    Tu es un Lari intégriste et tribaliste qui a dit:

    “ Depuis ,quand ,un mbochis est plus intelligent qu’un homme du pool???…
    Baniama. bantou. banéna mou mamba…”

    Tu ne pourras tromper personne.

    Au Pool, nous savons qui sont les intégriste.

  68. Val de Nantes , dit :

    SANS OBJET!!!!!.FRÉROT.,,,,

  69. Dunguefo dit :

    Val de Nantes,

    je n’ai pas de problème avec les Laris. Mon problème c’est toi et tes amis intégristes Laris. Je ne vous supporte plus. Chaque fois que vous allez raconter des conneries sur les autres congolais, je vous ferais la fête. Trop, c’est trop!

    Tu parles de Mberi, Tamba Tamba et Moukouekeke. Insinues-tu que ces Béembé ont fait perdre le pouvoir à lissouba?

    Je croyais que c’étaient elf Aquitaine, les armées angolaises et tchadiennes. Là tu nous apprends une nouvelle que seul toi a le secret. À moins que ton propos cache encore ton tribalisme en voulant opposer les ressortissants du Grand Niari en indexant les Béembé. On vous connaît avec vos manipulations. Tout chez toi et tes amis intégristes Laris est haine d’autrui.

  70. Val de Nantes , dit :

    Sans objet …Frérot.

  71. anonyme dit :

    Taper nibolek dans google et vous aurez des liens instructifs sur cette appellation

  72. anonyme dit :

    Les Laris sont des mangeurs de chenille au Congo tout le monde se moque d’eux pour cela mais ont ils pour autant chercher à exterminer les autre groupes ?
    Qui est véritablement tribaliste et intolérant au fond ?
    On se moque tout les jours des Africains en Europe pour quelle raison ceux qui justifient l’extermination contre Les Laris ne prennent ils pas les armes contre les Européens ?

  73. Dunguefo dit :

    Anonyme,
    Personne sauf Sassou veut exterminer les Laris. Le reproche fait à Val de Nantes et aux intégristes Laris est de faire croire que personne ne les aiment au Congo. Ce n’est pas bien ce qu’ils font. Ils divisent.

    Val de Nantes attaque tout le monde. À la fin on dit quoi? Ce type et ses amis intégristes Laris n’aiment personne. À quoi bon maintenir une relation dans laquelle l’autre te dit tous les jours que personne ne nous aime. En psychologie, on appelle cela de la projection. On reporte à l’autre ses propres projets.

    Tout chez Val de Nantes et ses amis intégristes Laris tourne autour de la haine.

  74. anonyme dit :

    Val de Nantes n’attaque pas tout le monde sauf si vous réussissez à me prouver le contraire c’est pas par ce que certains ont des dérapages verbaux que tout le groupe ethnique doit en subir les conséquences
    Les Laris ne disent pas que personne ne les aiment ils subissent un génocide pas un seul mais plusieurs que voulez vous qu’on fasse la communauté nationale ne se lève pas il y’a vous en conviendrez un malaise
    Ce que subit ce groupe aujourd’hui a été vu en ex Yougoslavie est ce que ce pays existe encore ?
    Vous attaquez les Laris tout azimut vous voulez leur faire la peau c’est que vous laissez entendre mais en retour on ne connait pas votre ethnie à vous là aussi il y’a un malaise
    Une conférence internationale doit être organisé sur le Congo sous l’égide de l’onu toutes les vérités seront dites devant témoins cela me parait de plus en plus évident

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.