NOS PRÉCISIONS FRATERNELLES SUR L’EXPRESSION : « Noël Magloire NDOBA, le Monsieur FMI de l’opposition congolaise »

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

44 réponses à NOS PRÉCISIONS FRATERNELLES SUR L’EXPRESSION : « Noël Magloire NDOBA, le Monsieur FMI de l’opposition congolaise »

  1. louamba georges dit :

    Bravo les Gars ! Ayez sur vous toutes les grâces de Dieu pour 2019 et les années à venir ! A Vous ,Dignes Fil (le)s du Congo, la Patrie Reconnaissante.

  2. Congolais Zoba dit :

    Bon! J’accepte vos explications, mais j’aurais aimé que les oreilles de Bakima soient bien tirées. Cet individu a dépassé les limites du savoir-vivre. Cet enfantillage n’aurait jamais dû être publié pour servir de repas aux rapaces et autres charognards de l’acabit de Mutu Nkombo qui sauta sur la fausse affaire comme un chien affamé rongeant un os décharné.

    À vous autres congolais , aucun d’autres vous ne possède la science infuse. Tout le monde est intelligent. Il n’y a personne pour relever à lui seul ce pays même s’il est doté d’une force herculéenne. Je m’adresse à vous les know all de Washington, surtout ce Bakima là.

    Les cimetières sont peuplés des gens qui se croyaient indispensables. Pourtant le monde tourne sans eux. Aussi, soyez humbles et respectueux des autres. L’irrespect et la vanité de Sassou dénis ont détruit ce pays. Apprenez à tirer les leçons de ses péchés au risque d’être comme lui une fois arrivés au pouvoir.

    Le mot de la fin, c’est bien que vous ayez rappelé que tout le monde participe à sa façon et selon ses moyens a rebâtir ce pays en rapportant l’information à qui de droit. Aussi, ne soyez pas comme l’armée congolaise où il y avait plus d’officiers que de soldats.

    Souvenez-vous des intellectuels qui reconnaissaient la qualité de leader au simple instituteur qu’était Massambat Débat. Un de ses intellectuels a signé cette mise au point à savoir MR Sathoud. Les autres intellectuels étaient Pascal Lissouba , Thysthere Tchicaya et Lopès Henri. Voyez-vous la classe et l’élégance? Malgré leurs diplômes , ils respectaient Massambat Débat. Suivez l’exemple chez Misters Know All.

    Votre résolution pour 2019: l’humilité .

  3. Anonyme dit :

    La vache folle, pardon la vache qui rit a écrit :
    “ La Vache Qui Rit dit :
    23/12/2018 à 16:34
    Laissez-le pourrir dans sa haine. Navré, mais avec une telle fixation obsessive qui revêt vraissemblablement un caractère de pathologie psychiatrique, c’est tout simplement pathétique. Ce genre de « colosse académique » rumine sans cesse une rage interne assez vive, une sorte de courroux latent, parcequ’au fil des réactions antérieures, eux-mêmes ou leurs « champions » sont très souvent copieusement désahabillés…

    Dommage que le délire de jalousie est très fréquent chez les personnes schizophrènes.

    Ciao“

    Aujourd’hui, tu dis quoi zozo? La zozologie ce n’est pas bon. Il faut soigner ton coco car ton propos insensé et irréfléchi laisse apparaître chez la VACHE QUE TU ES, selon ta propre description, les signes avancés d’une vache atteinte de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), également appelée « maladie de la vache folle qui est une infection dégénérative du système nerveux central des bovins.

    L’histoire t’a confondu dans ta zozologie et surtout montré la projection fausse que tu fais sur autrui pour tenter de masquer la pathologie dont tu souffres.

    Ciao, la vache folle, pardon la vache folle.

  4. VAL DE NANTES dit :

    Vous m’excuserez de ne rien comprendre à cette histoire de TOBA ..
    Ai- je pris le train à petites enjambées ?.
    Bien que j’aie lu ces différents posts y afférents,je n’y vois goutte .

  5. Congolais Zoba dit :

    Val de Nantes
    En que fédéraliste , tu rencontres un média bavarois. Le journal sort un article sur le mouvement fédéraliste au Congo en te présentant comme le chef des fédéralistes. Un baveux fédéraliste puéril fieffé mytho, en mal de reconnaissance, sort un papier avec la bénédiction de ses associés en attaquant ton intégrité avec des faits erronés sans mentionner ton rôle dans les instances fédéralistes et ce, en te présentant comme un imposteur.

    Voici la fesse du problème. Ces gens, qui ne maîtrisent que du vent , croient diriger demain ce pays mis plus bas que terre par Sassou dénis avec leurs comportements de gamins qui se disputent le rôle de leader dans la cour de récréation. Pouahhh, comme dirait l’autre.

    Malgré ses imperfections , les Assises Nationales ont battu un travail énorme contre ce régime de Dénis Sassou. Il faut le reconnaître. Ce n’est pas au nom de gaminerie que l’on peut décider de jeter aux chiens l’honneur de cette association pour mieux paraître dans sa propre tête surdimensionnée.

    C’est inadmissible le papier Q de ce Bakima. Il y a des gens qui ont écrit sur : structural adjustment and economic growth in Senegal and South Africa between 1980 and 2000. Ce travail a tellement fait makéléleé que c’est une référence à la bibliothèque de Harvard pour ceux qui étudient les questions des politiques du fmi et de la banque mondiale. Je ne cite pas de noms, mais c’est le travail d’un congolais qui communique avec des gens influents et qui a une autorité pour parler de ce sujet. Voyez-vous, il y a des congolais qui savent, mais préfèrent la discrétion. Donc quand on lit des zigoto du genre Bakima qui ose dire qu’ils maîtrisent le dossier et ont développé une expertise unique sur le sujet, il y a de quoi sauter sur sa chaise. Ce sont des mystificateurs qu’il faut dénoncer. À défaut qu’ils fassent comme les fédéralistes i.e. qu’ils publient leurs travaux pour que le débat s’engage.

  6. LE WEBMASTER dit :

    Chers internautes,

    La qualité d’un site et d’un forum dépend de la qualité des interventions. Nous pensons que nous sommes des hommes civilisés, et que nous pouvons mener nos contradictions avec passion, et sans injures. Veuillez prendre en compte nos doléances svp, faute de quoi, nous serons dans l’obligation de bloquer les posts des contrevenants.
    Merci pour votre compréhension et Bwanana à tous.

  7. Congolais Zoba dit :

    Oui Mingwa. C’est vrai, mais avant d’accepter n’importe quel article je crois que la déontologie journalistique exige que l’on vérifie l’info véhiculée à la source avant toute publication. A votre avantage, je note que vous avez offert une sorte de droit de réponse à l’institution gratuitement attaquée . Dont acte.

  8. Mouyanga dit :

    @ Webmaster
    Autant je suis de concert avec vous pour que nous tous produisons un débat plus civilisé et plus constructif, autant je ne suis pas d’accord sur le blockage des interventions des internautes sur ce sujet (sauf pour des interventions injurieuses et sans interêts.) car le 1er article (publié par vous le 21/12/18) a fait l’objet d’un petit debat via ce website. Bien que moi meme je ne sais que un spectateur dans ce debat. Debat qui avait ete en quelque sorte conclu paf une mise au point personenlle de monsieur Bakima Baliele.
    Alors, de grace et par sagesse, laissez le debat ouvert et supprimez l’insulte et le non sens !

  9. Mouyanga Ossiba dit :

    @ Tous et Toutes
    Que tout ceci est ATTRISTANT, DESOLANT, PITOYABLE !
    De la parution de l’encart sur Mr. Magloire Ndoba pary dans La Lettre du Continent (sans faire leur publicité, ils n’ont pas besoin de ça!) en passant par la mise au point du groupe de Whashington aux USA et maintenant le droit de réponse signé par les Assises Nationales basées en France.
    Que tout cesi est navrant, improductif, vide, vanité !
    Je voudrais ici rappeler a tous et toutes que les resultats les plus significatifs de toute oeuvre humaine sont d’abord les fruits d’un travail méné dans le silence … donc loin de la pédanterie habituelle aux congolais.
    Je ne voudrais porter aucun jugement sur les interventions des uns et des autres (depuis le 1er article du 21/12/18.) En dehors peut-etre des commentaires ici postés par un certain « Anonyme » avec ces histoires des « vaches folles ou qui rit » auxquelles je ne comprends absolument rien. Je suis un idiot !
    Mais beaucoup d’interventions sur le sujet ont ete de qualité, comme celles de David Londi, Congolais Zoba ou M, Bakiema Balièle.

    Je vous enfin terminer pour souligner avec force que si une personne ou un groupe de personnes croient que à seuls, ils réussiront à vaincre et déboulloner une dictature criminelle comme celle qui sevit au Congo depuis 22 ans, he ben, ils peuvent commencer à preparer leurs enfants et leurs petits-enfants pour continuer le même combat qu’ils n’auront pas pu gagner à cause de leurs egos.

    Pour paraphraser un internaute qui a dit « les cimetières sont peuplés de tant de personnes qui se croaient indispensables; mais la réalité est que le konde tourne sans ces personnes ».
    Donc, auncune peronne toute seule, aucun groupe tout seul ne reussira a défaire cette dictature et tous les vices qui y sont liés et tant enracinés dans ce pays.

    Comme nous le savons tous, Sassou Nguesso, pour assassiner la jeune démocratie naissante au Congo, n’avait pas eu seulement recours à ses seuls parents mbochi ou de la Cuvette. Il s’était entouré de tous les services et competences possibles: ses amitiés d’avec les francais, Chirac en tête, de Elf, les services des congolais comme les Mberi Martin, Mounari Claudine, Tsourou Clement, Mvouba Isidore, Boukadia Modeste , Massengo Tiasse (aujourdhui dit-on opposant!), Kolelas Bernard, Koumba Justin, Boussoukou Mboumba, Nguimbi mIchel, Mabiala Pierre, Thicaya Thistere, etc, etc, est surtout de l’appui de l’armee natioanke et officielle angolaise, de la logistique donnee par Omar Bong du Gabon, et de tous les services des mercenaires rwandais, zairois, tchadiens, francais, centrafricains , ukrainiens et autres.
    C’est avec tous ceux-là qu’il avait reussi à tuer des centaines de milliers de citoyens congolais et ainsi tuer la démocratie au Congo, et réinstaller une dictature de fer.

    En somme, et pour la reinstauration d’une certaine untie nationale au Congo et d’un vivre-ensemble, il faudra travailler dans le sens de l’unité et non de la division.
    Bonne et Heureuse Annee 2019 a tous et toutes. Laassons le débat constructif ouvert !

  10. Mutu Nkombo dit :

    No comment!

    C’est plus que pitoyable lorsqu’on a constamment l’injure à la bouche.

    Désolant!

  11. Congolais Zoba dit :

    Mutu Nkombo a écrit :
    “ Mutu Nkombo dit :
    22/12/2018 à 15:53
    Bonjour Mathieu,

    Je prends toujours un grand plaisir de te lire comme du temps de ton journal »La Rumeur », devenu plus tard »La Rue meurt » avec ton ami et frère Mbongolo.

    Je ne comprends pas le torrent de haine déversée ici contre toi par un intervenant au pseudo très farfelu et idiot. Il se targue le droit de donneur de leçon, mais lui-même dans son post soutient un débat de très bas étage.
    Est-ce qu’on peut discuter, échanger…sans utiliser un langage vulgaire et sexuel“

    Tu parles de haine, de très farfelu et idiot en t’adressant à moi en date du 22 décembre 2018.
    Une mise au point a été faite par les Assises Nationales. La haine est toujours de mon côté?

    Quand on ne sait pas, on s’abstient de dire n’importe quoi. Ce que j’ai dit a été confirmé par les Assises Nationales et bien avant par Djess. Je savais exactement ce qui se passait. Pour ne pas mettre de l’huile sur le feu et par respect aux sacrifices faits par nos compatriotes qui se battent sur le terrain, je m’abstiens de révéler certaines choses.

    Respectons le travail des autres qui sacrifient parfois leur vie de famille pour la cause commune des congolais. C’est ce manque de considération et d’opportunisme qui m’énerve par dessus tout chez les congolais. Il n’y a plus d’éthiqu, plus de civilité dans les échanges. Pour peu que l’on déteste une personne, on se jette sur la première occasion pour casser du sucre sur son dos.

    Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Ndoba, il ne faut rien dire sur lui. Ce monsieur m’avait offert la bourse pour les USA sur la base de mes résultats académiques dans un pays gangrené par le tribalisme et l’ethnicisme. Je ne le connaissais pas encore moins un membre de sa famille. C’est dire le genre d’individus qu’il est. Donc quand on lit des salades sur lui, on ne peut que s’étonner de ce torrent de boue jeté sur sa personne.

    Maintenant que son rôle et celui des autres ont été précisés, je souhaite que vous aurez le courage de vous raser le matin comme disait Jean-Marie Lepen à un maire qui lui refusa son parrainage aux élections présidentielles de 1988.

    Vous qui aimez être informé par Bakima, comme du temps du journal La Rue Meurt, demande si l’information donnée par les Assises Nationales est fausse.

    Pour ce qui est de l’injure, je réponds du tic au tac. Je ne suis pas Saint-Bernard. Tu m’insultes, je t’insult » ce n’est pas compliqué.

  12. The Laughing Cow dit :

    ENVIEUX !
    Tant pis pour le petits jaloux rancuniers aux masques translucides.

  13. Congolais Zoba dit :

    ESB

    Voilà encore une …ille molle qui n’a pas le courage de s’assumer en changeant de camisole. Il aligne des mots sans savoir leur signification.

    Envieux, écrit-il. Mais de quoi et de qui? Rancunier, mais de qui et pourquoi? Je ne vous connais ni d’Adam ni d’Eve. Aussi comment puis-je vous envier? Sur quel plan? Financier? Intellectuel? Je ne vois pas sur quel plan je peux envier des individus précipités de votre genre.

    Incapables qu’ils sont de reconnaître qu’ils ont diffamé gratuitement Mr Ndoba et les Assises Nationales sur un travail collectif . Voilà que les Assises Nationales ont apporté des précisions sur les rôles et responsabilités de chacun, ils sont incapables de maintenir leur mystification. Dites encore que MM Ndoba et Bayimina n’ont rien à avoir dans le travail de lobbying des congolais auprès du FMI, de la France et d’autres pays et institutions.

    Mieux, apportez votre projet pour qu’on en discute. Je vous ai donné les références d’un travail académique. Allez-y le consulter. Toujours l’insulte dans la bouche.

    Ayez le courage de reconnaître que vous n’êtes pas les initiateurs du travail de lobbying auprès du FMI encore moins les principaux contributeurs. Plusieurs congolais font ce travail . Pour ton information gugus, mon ancienne secrétaire générale, pour qui je travaillais directement, vient d’être nommée Administratrice du FMI.

    La vanité n’est pas bonne.
    Mingwa, que faites-vous des propos de . Deux poids, deux mesures?

  14. The Laughing Cow dit :

    Voyez-vous ce qui arrive lorsque l’on décide partiellement de publier un paragraphe ou une suite hors de son contexte!
    Allez plutôt sur Zenga Mambu pour éclairer votre lanterne.
    Nous n’épargnerons JAMAIS une fraction de seconde pour se plaindre sur des vacheries et encore moins sur l’imaginaire des petits lâches bornés aux tactiques de faux guerriers provocateurs.

    Que « l’anonyme » qui se sent morveux, se mouche.

  15. The Laughing Cow dit :

    Ah, pour l’éducation gratuite des ‘francofolles’:
    The Laughing Cow = La Vache Qui Rit

    Creamy Swiss Original

  16. Congolais Zoba dit :

    Mingwa,
    Nous assistons au nivellement par le bas de la qualité des débats sur ce site par des visiteurs du dimanche minés par la lâcheté de s’assumer en reconnaissant leurs fautes politiques et manque de collegialité tellement ils se voyaient deja chausser les chaussures plus grandes que leurs petits souliers.

    Le Congo a coulé pas tant parce que sassou est le plus fort, mais plutôt du fait que tout le monde a accepté de courber devant la vanité, la mesquinerie, l’etroitesse d’esprit et l’intolerance incarnées par cet individu. Quand bien même tout le monde voyait le vide sidéral de cet individu imbu de sa personne et son incapacité à gérer une cité, personne n’a osé lui montré la ligne rouge à ne jamais franchir. Résultat : la médiocrité est devenu un etalon chez les congolais. Avec le spectacle que nous offre RV-ESB, nous sommes dans le bis repetita avec des agitateurs nés formatés en véritables profito-situationnistes qui croient, qu’en visitant la demeure du prince au cours d’une journée porte ouverte, on devient un familier des lieux.

    Le Congo a perdu beaucoup de temps avec ces aventuriers, amateurs gonflés à l’helium de la vanité pour que nous faisons l’économie de leur dénonciation et leur barrer la route. Youlou pointait deja ce manque de clairvoyance chez nous autres congolais tellement nous sommes enclins à suivre les diseurs des histoires du lit vertical comme celui qui nous a fait crier sur Yhombi l’acheteur d’un simple lit Conforama alors qu’au même moment il s’offrait un hotel particulier au Vesinet.

    Avec ce torchon diffamatoire, on a vu des congolais en mal de reconnaissance aboyaient avec les lous et autres rapaces croyant trouver quelque chose à se mettre sous la dent. Apres la mise au point des Assises Nationales, ills n’ont pas le courage de faire leur mea culpa. On nous dit qu’ils ont été cités hors contexte; qu’ils sont l’objet de jalousie, d’envie et de rancune. Pas un seul instant Ils ne reconnaissent leur faute. C’est le propre même de leur maître qui n’a jamais assumé le tort qu’il a fait aux congolais. Pour lui et pour eux, c’est toujours la faute des autres.

    Chères Assises Nationales, appropriez-vous ce que Stromae dit dans une de ses chansons: « maman me dit toujours qu’il est preferable d’ être seul que d’être mal accompagné ». Il faut arrêter de fricoter avec l’incarnation de l’amoralité au risque de perdre son âme. Les individus dépourvus de moralité ont détruit ce pays. Une des caracteristiques de ces individus est qu’ils souffrent de blessures émotionnelles qui font qu’ils refusent de grandir…. des bébés rv lala.

  17. Congolais Zoba dit :

    Mingwa, il faut publier mon article.

  18. Civilisé dit :

    Présentez déjà des excuses à The Laughing Cow. A moins de prendre aussi et ouvertement la paternité du pseudo Anonyme.

  19. Manangwa Albert dit :

    Mingwa
    Envois un VIRUS INFORMATIQUE sur les claviers de ces types-là ! Au moins ils vont nous foutre la paix.

  20. HIV dit :

    Toi dictateur, pas démocrate.
    Soni pe Somo.

  21. Congolais Zoba dit :

    De haineux, farfelu, très idiot, envieux, jaloux, rancunier, on passe à citation hors contexte. On voit l’évolution chez ceux qui diffament.

    Non , ce n’est Pas du hors contexte. Votre texte du 21 décembre 2018 a pour titre: Ndoba n’est pas le monsieur FMI de l’opposition.

    On parle de votre mystification voulant que vous soyez les monsieurs fmi de l’opposition alors que c’est faux comme le prouve la mise au point des as#ises Nationales qui précise la genèses du travail de lobbying de plusieurs congolais auprès non seulement du fmi, mais aussi en direction d’autres pays et institutions internationales.

    Pris la main de le pot de confiture comme des gamins dans leur gaminerie, vous êtes incapables de contredire les Assises Nationales. C’est de l’imposture et de la mystification de votre part. Comme vous aviez écrit votre article diffamant , RV-ESB, ayez le courage d’écrire un autre dans lequel vous devez présenter vos excuses.

    Arroseur arrosé. Et dire qu’ils prétendent diriger le Congo avec de tels comportements puérils consistant à vouloir s’approprier le travail de tout le monde.

    Soni ikélé vé RV-ESB

  22. Lucien P. Lupi Zoba-Zoba dit :

    La cécité a atteint son paroxisme. Il y en a bien un qui rigole en manipulant virtuellement un dindon. La farce est consommée toute crue. Il doit s’y complaire. On s’aperçois facilement pourquoi les tintins sauvages éberlués ont le chef imposteur qu’ils méritent au Congo.
    A bon minable, abominable.
    Aveugle!

  23. Lucien P. Lupi Zoba-Zoba dit :

    Correction: (on s’aperçoit)

  24. Pantalon de Moriba dit :

    A qui vous adressez-vous exactement, monsieur Zoba?
    A Bakima? A Mutu Kombo? A Anonyme? A The Laughing Cow? A Mingwa?
    Ou bien à vous-même?

    Il était une fois, un villageois africain qui s’appelait Moriba. Moriba était paysan. Il cultivait un tout petit lopin de terre. C’était un travail pénible…

  25. Noël Magloire NDOBA Mufuka dit :

    Commentaire de Noël Magloire NDOBA . Quelques impressions et quelques observations pour qu’un vrai débat ait lieu dans l’espace public sur. »le comment » de la lutte contre le système de Sassou sur ce terrain des négociations avec le FMI, étant entendu que sur internet l’essentiel ne peut pas être dit.
    jusqu’IMPRESSIONS . Ma première impression est que certains compatriotes aimeraient malheureusement que l’on stérilise le débat en systématisant le nivellement par le bas et en sombrant dans le subjectivisme. Et voici que tel ou tel compatriote devient un « cow boy » pour nous amener à suivre un « western ». Rions un peu. Cela nous détendra. Et laissons les passions négatives car le sujet n’st autre qu’une déclinaison politique nouvelle de la guerre que Sassou Nguesso mène contre les Congolais. N’oublions pas Clauzewitz.
    Je me permets de rappeler à tous et à toutes une formule qui devrait avoir tout son sens pour les diplômés et autres dont les commentaires ont été publiés jusqu’ici aussi bien après la « mise au point » du NDC que suite aux « Précisions fraternelles » des Assises. C’est la formule suivante, un slogan en quelque sorte: « NON A LA GUERRE CIVILE AU CONGO BRAZZAVILLE. SOYONS CIVILISES! ». Entre mi- août et mi- octobre, en 1997, ce slogan avait pu être entendu sur les ondes de la radio Africa numéro 1 dans une ou deux interviews que j’avais alors accordé au jeune journaliste qu’était alors le toujours brillant Bienvenu BIDIMBU. Ce slogan exprimait la philosophie d’une pétition signée par plusieurs universitaires et cadres congolais à Brazzaville, pétition lancée vers le 15 août dans l’amphi de la Faculté de Droit à Bacongo. J’en étais l’initiateur dans le cadre du Programme Universitaire de Recherche-Action pour la Démocratie, le Développement et la Paix ( PURADDEP). J’avais alors conduit une délégation pour remettre cette pétition au Médiateur National qu’était alors Bernard KOLELAS, lequel l’avait transmise au Médiateur international , le Président BONGO. Je me souviens de la solidarité agissante de mes proches compagnons de l’ERDDUN de l’époque, parmi les jeunes ( Landry et Parfait Kolelas, Helot Mampouya, Paulin Makaya ainsi que Maître Amédée Ganga , dans la cour du Président du MCDDI qui était alors véritablement debout contre le projet de coup d’état de Sassou).
    J’évoque cela que les jeunes et vieux cadres congolais qui aiment sincèrement leur pays devraient savoir qu’il y a longtemps que les échanges devraient rester « civilisés » entre nous. Ne disons pas qu’internet et les réseaux sociaux rendent cela impossible. Le fait est que déjà, à l’époque, j’avais mis en ligne une première pétition ( contre la guerre civile au Congo) à l’occasion d’un séjour à Dakar, une pétition que Mayemba Mbemba ( que je ne connaissais pas et qui habitait en France) avait diffusée tout en m’adressant un mail.
    Nous avons un passé commun qui devrait nous permettre d’éviter le nivellement par le bas. Ma première impression concerne donc la qualité de ce qui doit être des échanges entre « patriotes sincères » ( pour reprendre les termes des « Précisons » des Assises.

  26. Noël Magloire NDOBA Mufuka dit :

    Ma deuxième impression est que l’optimisme est justifié pour continuer la lutte. Cela se voit dès le tout premier commentaire suite aux « Précisons fraternelles » des Assises: l’exhortation de Monsieur LOUAMBA.. Et il y a mieux. Tout particulièrement cet appel téléphonique que j’ai reçu des Etats-Unis le 24 décembre de la part de mon ami et grand-frère l’immense écrivain Emmanuel DONGALA, lequel était scandalisé par la fameuse « mise au point » du NDC. Une expression pertinente de lui et qui désigne ce que nous devrions éviter:: être dans « la Congo-lie ». L’orthographe est mienne. Dans ce même sens, sur ma page Facebook, des anciens et actuels camarades de lutte m’ont personnellement exprimé leur solidarité face à la diffamation dont j’ai été l’objet à travers la fameuse « mise au point » du NDC. On peut lire sur mon mur des posts de gens de ma génération avec lesquels je n’ai pourtant pas eu une trajectoire politique face à Sassou après notre jeunesse dans l’Union Générale des Elèves et Etudiants Congolias ( UGEEC), et c’est le cas de mon camarade de l’UGEEC Maître Massengo Tiassé. Et il y a ceux qui, jusqu’à présent et depuis l’UGEEC , ont continué à faire valoir une pratique militante dans la ligne de l’autonomie , de l’indépendance et du combat par rapport à Sassou comme moi. Cas d’ Eugène-Fernand LOUBELO et de Benoît YOULOU. Ne serait-ce pas utile que nos cadets charchent à mieux nous connaître politiquement, c’est-à-dire également au sujet de la défense des valeurs à travers nos itinéraires? Sur une telle question je sais que parmi nos compatriotes du NDC certains ne peuvent pas jouer à la « diabiolisation » à mon égard. Au premier rang je peux certes citer d’autres noms ( mais il faut aussi se protéger les uns et les autres). Je me limite à Hervé TELEYMA MIABEY lui-même, qui lors d’une de nos vidéos conférences m’a très fraternellement ému en évoquant ses liens de parenté avec un homme qui est resté un grand-frère pour moi depuis l’UGEEC malgré les débats contradictoires que ce dernier (et moi avions pu avoir au sujet notamment de « l’entrisme », c’est-à-dire au sujet de la question historique de l’autonomie et de l’indépendance par rapport au PCT, entre 1070 et le coup d’état raté du 22 février 1972. Du reste, j’espère que le défunt KOUKA MALEKA, député de l’UDR Mwinda et proche , s’il en fut, d’André MILONGO, , ce député regretté n’est certainement pas parti ( paix à son âme) sans avoir dit à des cadets, ce que nous étions ensemble aussi dans l’UGEEC à Pointe-Noire que dans l’Associarion des Etudiants Congolais (AEC) en France, précisément à Grenoble.
    J’ai une raison singulière d’être encore plus optimiste. C’est le fait de découvrir que le pseudonyme de « Congolais Zoba » est celui d’un vrai économiste issu des efforts que nous avions alors fournis à Bayardelle. J’étais alors jeune chef de l’unique département d’économie (1985-1988) et Hilaire BABASSANA puis Nestor MAKOUNZI WOLLO, qui me comprenaient bien avaient tous les deux accepté que je négocie directement avec l’ambassade des Etats-Unis pour obtenir des bourses afin que les meilleurs étudiants puissent être présentés comme candidats. Une belle aventure qui avait donné au moins 2 MBA et 1 Ph D en économétrie. Peut-être que j’en oublie. Aujourd’hui, quel Congolais sérieux ne peut pas reconnaître les mérites de ce cadre qui a raison, pour des raisons de sécurité, de se présenter sous un pseudo? Qui peut lui reprocher son sens de l’éthique professionnelle quand on lit ses commentaires? Le souci de l’honneur d’autrui, n’est-ce pas une valeur, qui devrait tous nous rendre optimistes quand il existe dans un pays? Précisément,, le Congo n’est-il par dans le trou parce que Sassou et son système développent ce que Anthyme BAYIMINA et son ONG le Mouvement Congolais pour la Culture Citoyenne ( MCCC) ont été les premiers à appeler les « antivaleurs »?
    Aux Etats-Unis, le National Democratic Institue ( NDI) financent un projet du MCC, et c’est une bonne chose.. Autant de raisons de rester optimiste,. Surtout que, depuis hier 3 janvier 2019 nos réseaux nous apprennent que le 2 janvier un drame effroyable a failli se produire à Madingou, du fait des « anti valeurs  » des hommes de main de Sassou Nguesso et de ce que les « Précisions fraternelles » des Assises appellent une « dictature tribale et prédatrice »/ Monseigneur MINZONZO, Président de la Conférence Episcopale du Congo a failli être assassiné par deux gendarmes armés se présentant , comme des membres de l’ethnie du tyran. Souvenez-vous que le « Mémorandum de mai 2018 » comporte en annexe la « Déclaration des Evêques du Congo », un texte signé pour la première fois par tous les évêques au sujet des questions politiques ( gestion du pays) et sous l’impulsion de Mgr Minzonzo.
    Après mes deux impressions, j’en viens à quelques observations.

  27. Congolais Zoba dit :

    Moriba,

    Mon poste s’adresse à leur chef, RV-ESB, qui croit être plus malin en se cachant sous un sobriquet translucide avec le verbe haut dans la bouche. Aujourd’hu, il est tombé sur un dur à cuire.

    En tout cas, j’attends qu’ils nous publient le fruit de leur expertise au lieu de nous servir leurs vacheries susceptibles de nous transmettre la maladie de la vache loca. Qu’ils viennent nous expliquer comment vont-ils sortir le Congo de la crise et le développer avec leur expertise dont nous parle Bakima dans son article diffamant.

    Je n’ai jamais fui un débat même truffé de noms d’oiseaux. Je réponds toujours présent.

  28. Congolais Zoba dit :

    Mr Ndoba,
    Vous n’étiez pas obligé de prendre la plume, mais je suis ravi que vous l’avez fait. J’ai réagi à ce torchon de RV-ESB sous la plume de Bakima parce que je sais le travail que les Assises Nationales font. D’où ma stupefaction totale face à ces gamineries.

    Bref, je dois m’arrêter là de peur que Mingwa bloque mon propos. Je vais revenir sur vos impressions plus tard car, le congolais doit savoir que c’est vrai le manque d’humilité et l’amoralité qui ont détruit ce pays via son agent Sassou dénis.

  29. Noël Magloire NDOBA Mufuka dit :

    OBSERVATIONS
    1- Selon moi, et étant donné ce qui est indiqué dans les « Précisions fraternelles » des Assises , l’article de presse de La Lettre du Continent a permis de savoir que des Congolais de l »opposition » travaillent sérieusement sur les relations entre le FMI et le Congo aujourd’hui. Certains comme moi se réclament de « la Résistance ». Retenons ce que clarifient les « Précisions fraternelles » au sujet de l’utile dynamique des synergies entre acteurs individuels et collectifs. Je puis ajouter que j’observe un dévouement et sens patriotique admirables dans l’activité du Comité de suivi du « Mémorandum de mai 2018 ». La dynamique en termes de Société Civile Congolaise Libre devrait être renforcée. Voir à ce sujet mon article de juin 2018 sur Congo-liberty.com sous le titre: « Nous devons sauver le Congo: Comment utiliser le mémorandum de mai 2018 que le FMI a reçu? »..
    Les acteurs individuels et collectifs qui travaillent devraient mettre en avant certains thèmes pour avancer dans leur « diplomatie ».
    2- L’un des hèmes prioritaires aujourd’hui est le suivant: Puisque grâce à ses lobbies grassement payés et grâce à l’intervention du gouvernement français qui se soucie du Franc CFA, il est semble acquis que le pouvoir de Sassou va signer un accord avec le FMI en 2019, comment peut-on faire qu’il ne s’agisse pas d’un accord de Facilité Elargie de Crédit ou de Mécanisme Elargi de Crédit, mais d’un accord de Programme de référence? Le dernier Rapport de la Zone Franc ( octobre 2018) fournit des indications éclairantes qui nous peuvent nous permettre de mieux justifier cette option.
    3- Un autre thème prioritaire est celui du « mensonge d’Etat » en matière de données sur la dette du Congo., pays classé parmi ceux qui sont en situation de « debt distress ». Pourquoi ,selon les données fournies le 1er novembre 2018 , le Congo est-il classé sur la base de ses statistiques de 2015, c’est-à-dire les mêmes statistiques d’avant la découverte faite en 2017 , découverte qui a établi l’existence d’une « dette cachée » ( comme la presse et les spécialistes l’ont répété).?
    Cliquons Google  » Debt distress » et nous voyons que le pouvoir à Brazzaville continue de mentir. Chose étrange en effet:, , à la date du 1er novembre 2018 , le Congo n’est que l’un des 27 « pays à risque modéré » de détresse du fait de la dette ( statistiques de 2015 sur le Congo) alors que dans le Rapport de la Zone Franc ( octobre 2018) il est dit que le Congo est le seul des 8 pays au monde à être en « debt distress ». Et dire que dans ses données du 1er novembre le FMI ne compte plus que 7 pays en debt distress. Du coup, le FMI accepterait-il à son tour de « cacher » la dette du Congo sur la période 2015-2018 pour que ce pays ne soit plus le 8ème au monde en debt distress, le seul de la Zone Franc qu’identifie bien le Rapport de la Zone Franc?
    4- En décembre 2018 le dernier examen de la situation de la CEMAC par le Conseil d’administration du FMI a abondamment indexé deux canards boiteux, en l’occurrence le Congo et la Guinée Equatoriale. En octobre 2018, à Ndjaména, le Sommet des chefs d’Etat de la CEMAC avait particulièrement ciblé Sassou Nguesso comme empêcheur de tourner en rond et comme possible faiseur d’une nouvelle dévaluation.
    Serait-il institutionnellement justifiable pour le FMI d’accorder une Facilité Elargie de Crédit au Congo alors que la Guinée Equatoriale reste clouée sur un Programme de référence, c’est-à-dire sur un programme d’assistance technique sans un seul financement visant l’équilibre budgétaire et l’équilibre des paiements extérieurs?
    5-Les Congolais peuvent-ils être dignes des valeurs des premiers bâtisseurs du pays s’ils ne donnent eux-mêmes aucune suite à la « Déclaration des évêques du Congo » qui date de mai 2018?Sur ce point, par exemple, s’agissant de la recommandation qui consiste à demander aux pays du nord de tout mettre en oeuvre pour soit rapatriés au Congo les fonds placés dans des comptes relevant de la criminalité économique, ne revient-il pas aux associations des Congolais de la diaspora de poursuivre davantage leurs efforts et de prolonger activement les la demande des évêques? Et pourquoi des associations des catholiques et patriotes sincères ne verraient -elles pas le jour pour faire avancer une telle cause spécifiquement?
    6- Comment le Réseau de la Société Civile Congolaise Libre peut-il faire mieux sur la question de la corruption, cette question au sujet de laquelle Sassou Nguesso veut faire croire , d’après son discours du 30 décembre 2018, qu’il a changé et qu’il ne distinguerait « ni retins , ni gros poissons », quand bien même son « chef de file de l’opposition » lui répond publiquement sur Télé Congo que ce changement est plutôt un leurre?
    Il est vrai que le FMI semble aimer succomber au leurrage du chef de l’Etat de facto du Congo. Il en était ainsi en 2010 pour obtenir l’éligibilité au statut de PPTE. Il en est donc également ainsi pour obtenir l’éligibilité à un accord au titre de la Facilité Elargie de Crédit,? Et si nous pouvions convaincre les acteurs stratégiques internationaux de ce qu’est la vérité?
    Telles sont mes observations. Des questions ouvertes donc pour que , de manière constructive, nous puissions trouver les bonnes réponses . Il y va de l’intérêt de notre peuple , un intérêt qui n’est pas celui de l’oligarchie affairiste, militaire et tribaliste.. . Un dernier mot: Congolais Zoba et celles et ceux qui le désirent peuvent me ( re) contacter par l’adresse mail suivante: congomag@yahoo.fr
    MERCI.

  30. Pape 1er dit :

    Moi, je suis pour moi Saint-Pierre, un dur à la prière.
    Je te juge comme tu t’es jugé toi même. Tes propres actions t’on fait frémir de dégoût quand tu les as vues chez autrui. Si l’enfance donne sens à une vie l’issue fait frémir tel que le violon frémit comme un coeur qu’on afflige.
    Oh, petite valse mélancolique et langoureux vertige.
    Feu de paille.

  31. Mutu Nkombo dit :

    To leka, eloko ezali té!

    Bruit de tam-tam, le fond est ouvert.

  32. Anonymous dit :

    Mutu Nkombo
    C’est ce que tu as appris au cours de ton cycle court à l’avenue de l’observatoire? Avec un tel vocabulaire, je comprends pourquoi le cycle t’avait été refusé ‍♂️.

  33. Moleki Zela dit :

    C’est bizarre ce silence. Il n’y a plus de beuglement, ni de bêlement encore moins d’hurlement de ces derniers jours. A-t-on fait un tour du côté des nouveaux abattoirs d’Oyo pour disparaître à l’anglaise du decor.

  34. Retardataire dit :

    En retard!
    Et j’entends siffler le train, c’est bien triste un train qui siffle dans la nuit.
    J’entendrai siffler ce train, sans aurevoir.

    Et pip pip pip, hooray!

  35. Mutu Nkombo dit :

    On use de subterfuges pour…tirer les vers du nez d’une personne que l’on connait point. L’on me parle de l’Observatoire que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam.

    Je n’ai point filé à l’anglaise ou quitté le décor: j’y suis toujours. Mais est-il nécessaire d’être de sortie et de s’afficher juste pour embellir ce fameux décor? Je pense que non.

    J’ai pour habitude de participer aux grands débats, pas aux petits! Pour le reste, ce n’est que du pipi de chat. Sans valeur.

  36. Congolais Zoba dit :

    Mr Ndoba écrit:
    “ 2- L’un des hèmes prioritaires aujourd’hui est le suivant: Puisque grâce à ses lobbies grassement payés et grâce à l’intervention du gouvernement français qui se soucie du Franc CFA, il est semble acquis que le pouvoir de Sassou va signer un accord avec le FMI en 2019…”

    Voilà ce que nos amis refusent d’admettre i.e la solution passe par Paris et non Washington. Je l’ai dit ici avant , mais ils ne cessent de me réciter leur mantra. Vous avez beau vous agitez sur Mars, quand Paris dit non, c’est non. Quand Paris dit, c’est oui.

    Ce que nous pouvons faire, de façon patriotique, c’est de faire front contre les autres pays de la zone franc et contre la France pour que la contribution aux comptes des opérations au trésor français se fasse au prorata de la taille de l’economie de chaque état membre.

    Pendant plus de 10 ans, les autres pays de la zone cfa, y compris ceux de l’Afrique de l’Ouest, ont profité des largesses des dépôts du Congo , de la Guinée équatoriale , et dans une moindre mesure des dépôts du Gabon et du Cameroun. La France aussi en a profité de notre argent pour financer à taux zéro ses projets et ceux des autres pays africains.

    Oui, Sassou a volé; mais où est la solidarité des pays membres de la zone cfa? Si on faisait les comptes, le Congo et la Guinée équatoriale ont le droit de dire aux autres pays c’est votre tour de contribuer à la stabilisation de la zone monétaire commune comme nous l’avons fait pendant plus d’une décennie .

    Pourquoi le Congo et la Guinée équatoriale devraient continuer à avoir des avoirs dans le compte d’est operat supérieurs au double des dépôts du Cameroun qui a un PIB supérieur à ces deux pays?

    Le moment est venu de redéfinir les règles du jeu de la zone franc. Mettre une partie de ses réserves monétaires dans le compte des opérations du trésor français ne doit plus être une automaticité. Nous devons tenir compte de la structure de chaque économie , de son poids, son utilisation de la masse monétaire et du crédit.

    Aujourd’hui , des petites économies du Congo et de la Guinée équatoriale sont prises dans le piège des règles archaïques de fonctionnement de la zone cfa. Pendant le boom du pétrole , ils étaient des contributeurs nets. Voilà que le prix du baril chute, il leur est interdit d’être des bénéficiaires nets. C’est de l’injustice quand pendant plus de 10 ans les pays comme le Cameroun , la Côte d’Ivoire , le Sénégal et autres ont usé du système du franc cfa pour se financer, surtout la France.

  37. Congolais Zoba dit :

    Il n’y a pas de petits débats ni de grands débats. Les fleuves au départ sont des ruisseaux , pour certains d’entre eux. Idem pour les théories qui partent de simples questions et hypothèses pour aboutir à des grandes théories ou découvertes.

    Le reste n’est que makélélé. Mr Ndoba s’interroge sur la différence de traitement que le fmi pourrait appliquer au Congo et à la Guinée équatoriale qui tous deux mettent à mal l’équilibre du compte des opérations des pays membres de la bceac auprès du trésor français. “ ce petit débat” avait forcé la France a envoyé sur ce site CONGOLIBERTY UN ANCIEN AMBASSADEUR FRANÇAIS pour débattre avec nous. Cet ancien ambassadeur est professeur à Sciences Po Paris.

    Tu vois Mutu Nkombo.

  38. Aloula dit :

    Je connais Ndoba compagnons de lutte d’abord à l’UGEC puis à l’AEC et à la FEANF jamais aucun élan régionaliste ou tribal dans sa pratique politique, ce que je sais c’est que dans les ultimes combats ses amis politiques étaient de tout bord; dans la première grande grève des élèves de 1971 les meneurs ce sont les Ndoba,,Souami, Mokondzi Mobé, Eboudi, tous fils du pays grève saluée au 12è congrès de l’AEC, combattant le régionalisme et le tribalisme rampant instrumentalisés par le PCT, Ndoba a ses défauts mais pas un homme qui cultive le régionalisme et le tribalisme dans les quatre coins du pays ils a des amis politiques; les tribalistes et les régionaliste de tout bord doivent être combattus

  39. Congolais Zoba dit :

    Merci Mr Aloula. Vous ne pouvez savoir la peine que cela fait de voir comment il a été attaqué lâchement par Bakima et sa bande, notamment vache vache, Mutu Nkombo. Depuis, honteux et confus, ils ont tous’fui.

  40. Zoba Congolais dit :

    Pitoyable, poids mouche ou plume?
    Au choix.
    Blah blah blah

  41. Congolais Zoba dit :

    Échec et mat! Tant sur le fond que sur la forme. Bakomi baba. Ba mé kouma bi baba.
    La prochaine fois, choisissez bien votre victime, cher monsieur FMI de l’opposition.

    Le monsieur FMI de l’opposition qui ne sait pas que c’est Paris qui décide, malgré son « expertise » chèrement développée avec son équipe de Washington.

    Pour bien protéger son titre imaginaire qu’il s’est auto-attribué, le voilà qui verse dans la diffamation croyant voir’dans Mr Ndoba un concurrent. Quand celui-ci lui dit en substance que Paris a déjà décidé, Mr Fmi de l’oppo ne dit rien dit tant il croit que son expertise va illuminer les agents du fmi et les membres de son Conseil d’administration. Non, la vérité est qu’il a honte. Mieux, il ne se remet pas de la violence de la vérité qui vient terrasser ses rêves chimériques et puérils.

    Comment peut-on arriver à se mentir à ce point? C’est plus que le déni de la réalité.

    Congolais, vous’avez En face de vous un individu et sa bande qui sont prêts à tout pour du vent. Imaginez si réellement le poste de monsieur FMI de l’opposition existait, qu’est ce qu’ils ne feront pas pour l’avoir ? Pour un poste qui n’existe pas, ils ont sorti le dernier missile supersonique pour tirer sur du vent et pour aucune raison.

    Oui, il faut attaquer et dénoncer ce genre d’individus et ce, avec force. Si sassou dénis avait été dénoncé et combattu à temps, Ngouabi ne l’aurait jamais eu à ses côtés. Mais tout le monde l’a laissé faire.

    Ces mystificateurs bonimenteurs doivent avoir la honte partout où ils passeront dans le milieu des congolais.

  42. En Mal de Popularité dit :

    Nien nien, niais niais.
    Yap yap, yap yap.

  43. Djess dit :

    Le risque de dévaluation de CFA zone BEAC est très élevé. Et comme Noel Magloire NDOBA le signale bien au point 3 de son post, est ce que les autres Etats vont-ils accepter de couler à cause du Congo, ou au contraire vont-ils chercher à de désolidariser du Congo?

    Idriss Déby a été pourtant plus véhément lors du dernier sommet en déplorant le laxisme de ses amis dictateurs. En filigrane, il pointait Sassou qui en mettant en place une structure de lutte contre la pauvreté, n’en a cure des préconisation de cette structure qui pinglait bien BOUYA, l’un de ceux quiont dansgereusement aggravé la dette congolaise.

    Au final, même si Sassou réussissait à signer avec le FMI, est ce que le peuple pourrait se révolter suite aux mésures draconiennes du FMI? Rappelons -le, le FMI c’est pas le resto du coeur. Les conditionnalités inhérentes à ces facilités exigent une certaine orthodoxie financière qui sont à mille lieues du  » Ledza Lenua » de l’Oyocratie.

    Quel serait alors le moteur de cette lame vociferante suscesptible d’emporter tout sur son passage, puisque, au moment où Sassou et ses sbires narguent ce peuple, délibérément plongé danbs une misère effroyable, il y aune espèce de résignation qui semble prendre le pas.

  44. Djess dit :

    Lire  » structure de lutte contre la corruption » au lieu de structure de « lutte contre la pauvreté »

Laisser un commentaire