Félix Tshisekedi victime du syndrome Sassou/Lissouba

On pourrait regarder la situation en RDC sous l’aune de la Russie de Vladimir Poutine, acteur qui revint au pouvoir après avoir fait semblant de le quitter. Mais on regardera la problématique de la transition en RDC sous le modèle politique de sa petite voisine, le Congo de Sassou, où une mauvaise alliance déboucha sur une terrible guerre civile en 1997. C’était dur.

Artiste aux côtés de Jeannot Bombenga (Vox Africa) à Léopoldville et dans Cercul Jazzà Brazzaville, Franklin Boukaka qui a évolué entre les deux rives du majestueux fleuve Congo qui arrose Brazzaville et Kinshasa n’avait pas si bien été inspiré en intitulant sa chanson « Pont sur le Congo ». En effet, les capitales les plus proches du monde fonctionnent comme des vases communicants. Il n’est d’événement sociologique qui apparaît dans une capitale sans qu’il n’y ait une réplique dans l’autre. Il en est de même des dynamiques politiques. Brazzaville et Kinshasa vivent par mimétisme comme en témoigne, entre autres, la mobutisation du pouvoir par Sassou-Nguesso.

La difficile formation d’un gouvernement

Un mois après sa prestation de serment le 24 janvier 2019, Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo, le nouveau Président de la République Démocratique du Congo (RDC) , qui a fait de la lutte anti-corruption l’une de ses priorités, et qui a marqué le coup en reversant au Trésor Public 163 300 dollars, selon un document de la Banque Centrale de la République Démocratique du Congo, peine à former le gouvernement. Les causes de ce blocage résident-elles dans l’alliance scellée par Félix Antoine Tshisékédi Tsilombo avec le Président sortant Joseph Kabila ? Un mariage de la carpe et du lapin qui rappelle l’accord signé en 1992 au Congo-Brazzaville entre Pascal Lissouba et Denis Sassou Nguesso.

Pascal Lissouba et Denis Sassou Nguesso ayant échoué à constituer le gouvernement, l’alliance avait volé en éclats et avait rapproché Denis Sassou Nguesso de Bernard Kolelas. Ce fut le début de la descente aux enfers de Pascal Lissouba qui aboutira au coup d’Etat du 5 juin 1997. A Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC), Félix Antoine Tshikédi Tshilombo subira-t-il le même sort ? Il rechigne à prendre ses marques et à marquer son territoire. Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo satisfaira-t-il les exigences surréalistes de Joseph Kabila ?

Milices

Joseph Kabila, agent politique à l’ego surdimensionné ayant placé la barre très haut, laissera-t-il les coudées franches à son successeur ? Joseph Kabila semera-t-il des cailloux sur le chemin de Félix Antoine Tsisékédi Tshilombo ? Denis Sassou Nguesso n’avait pas fait de quartier quand il fut question de croiser le fer avec Pascal Lissouba. Les milices cobras de Denis Sassou Nguesso, ninjas de Bernard Kolelas et zoulousde Pascal Lissouba ont vu le jour et se sont affrontées en pleine ville. Sur le plan financier, le mastodonte pétrolier Elf, allier de Sassou Nguesso, a asphyxié Pascal Lissouba. Paris avait multiplié les croc-en jambes à l’endroit du Président élu.

Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo qui a pactisé avec le diable s’alliera-t-il avec Martin Fayulu en vue de contrecarrer les visées hégémoniques de Joseph Kabila ? Equipée d’une tradition de la rébellion, ce sera un jeu d’enfant pour la RDC de voir ses familles politiques de se doter de bras armés. Or, dit l’adage, pour dîner avec le diable, il faut se munir d’une longue cuillère, au risque de se brûler les ailes. Les géants industriels des minerais, prompts de diviser pour régner, voleront-ils au secours de Joseph Kabila pour mettre à genoux le récalcitrant Félix Antoine Tshisékédi Tsilombo susceptible de mettre en cause les contrats géostratégiques comme Lissouba avec ELF dès son arrivée au Pouvoir en 1992 ?

Outre-fleuve

La République Démocratique du Congo (RDC) a connu sa première passation pacifique de pouvoir depuis son indépendance, le 30 juin 1960 avec la proclamation de Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo comme vainqueur de la présidentielle. Succédant à Joseph Kabila qui avait repoussé la date du scrutin à plusieurs reprises, le fils du leader historique Etienne Tshisékédi wa Mulumba devenu Président traîne les pieds. Pourquoi, un mois après, ne parvient-il pas à nommer un Premier Ministre chargé de former un nouveau gouvernement ? Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo est-il victime du syndrome de Brazzaville ?

En visite en Namibie, Félix Tshisékédi Tshilombo a reconnu l’existence d’un deal avec Joseph Kabila pour une transition pacifique du pouvoir. Aurait-il les poings et pieds liés par ce deal qui réduirait sa liberté de manœuvre comme jadis Pascal Lissouba ? Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo serait-il otage du système Kabila ? Joseph Kabila a toujours le contrôle de l’armée, de la police, des Affaires étrangères, de la Justice et des finances. Tshisekedi servirait-il juste d’inaugurer les chrysanthèmes ? Pire : faut-il craindre pour la vie de Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo ? Sera-t-il le « Marien Ngouabi de la RDC » sacrifié pour conserver le pouvoir menacé de passer au camp adverse mais surtout écrasé comme une souris par l’inénarrable ELF ?

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

27 réponses à Félix Tshisekedi victime du syndrome Sassou/Lissouba

  1. Jean OKOMBA dit :

    « Les pouvoirs constitutionnels du Président élu de la République Démocratique du Congo : Félix Tshisékédi dispose-t-il d’une marge de manœuvre pour appliquer son programme ? » C’est le titre d’un d’un article publié le 24 janvier dernier sur ce même site par Roger Yenga. On peut encore le lire sur le lien suivant http://congo-liberty.com/?p=21269 .Nous étions nombreux à faire des commentaires appuyant l’argumentaire de l’auteur qui, à la lumière de ce qu’il sait bien de nos pays et surtout des manoeuvres politiques scabreuses de certains dirigeants africains assoiffés du pouvoir, attirait la sonnette d’alarme sur l’avenir de la RDCongo dont les président n’a pas les moyens de gouverner. Il était seul ou presque, Pascal Malanda à mettre tout ce qui s’est passé au Zaïre sur le chapitre de l’apprentissage progressif des changements pacifiques chez les bêtes sauvages. Depuis plus d’un mois, le pays est sans gouvernement, Pascal Malanda peut il nous expliquer pourquoi’?

  2. Anonyme dit :

    Tant que les Africains et surtout les Congolais en particulier ne seront pas plus intransigeants sur le respect de leurs droits élémentaires nous resterons à la porte de l’évolution de ce monde.

  3. OYESSI dit :

    Les mariages mal scellés se terminent toujours mal. La comparaison faite avec ce qui s’est passé entre Lissouba et Sassou n’a pas la même configuration comme ce qui vient de se passer en RDC.
    Au Congo, l’élection s’est passée en deux temps. Pour sa survie politique, Sassou éliminé au premier tours avait passé une alliance avec Lissouba qui s’est fait élire avec les voix de Sassou au deuxième tours. Ce n’est pas le cas en RDC où l’alliance a été scellée depuis que Tshisékedi avait dynamité l’opposition en reniant sa signature opposée sur le document élaboré en Suisse. Le candidat de Kabila et Tshisékedi sont allés à l’élection sans que leur accord ne soit dévoilé Kabila qui savait d’avance que son candidat ne passera pas.

    Et le coup, Kabila l’a bien préparé en faisant nommé beaucoup des candidats FCC au parlement pour le verrouiller et le contrôler pour faire de Tshisékédi un président sans pouvoir après l’avoir nommé selon leurs accords. D’où le blocage que nous observons, Tshisékédi ne pouvant nommer ni un premier Ministre et difficilement un facilitateur pour dégager une majorité avec d’autres partis, conséquence Tshisékedi est sans gouvernement et tourne avec celui de Kabila, se contente de faire des annonces qui demandent d’être bien appliquées que si et seulement si il a le contrôle du gouvernement. Ce qui n’est pas le cas.

    C’est Kabila qui est aux commandes du pays. Mais pour combien de temps? C’est la question que tout le monde se pose même dans le camp de Kabila.
    A bien regarder tous les ingrédients politiques, Kabila est entrain de jouer avec le feu. Et ce ne serait pas la même situation comme au Congo d’en face quand Sassou et Lissouba se sont affrontés. Elf et la France avaient pris fait et cause pour Sassou aidé en cela par les Angolais et autres Zaïrois de la DSP de Mobutu ainsi que des Tchadiens et mercenaires venus de partout.

    Pourquoi Kabila joue avec le feu? Il y a plusieurs raisons. Ce pays était tenu de mains de maître par Mobutu homme des Américains qui l’ont lâché au moment où devenu malade il ne pouvait continuer à servir leurs intérêts sauf qu’ils n’avaient pas sur le coup un Chérif pour remplacer Mobutu.
    Avec l’aide de KAGAME un autre Chérif des américains dans la zone il fallait palier au plus pressé. Se souvenant d’un certain révolutionnaire au nom Joseph Kabila ancien compagnon de LUMUMBA c’est l’homme que les Zairois pouvaient accepter pour remplacer Mobutu l’indésirable en attendant de voir un peu plus clair.
    Joseph Kabila est tiré de son business de trafiquant des diamants pour faire un guerre éclair en traversant le Zaïre continent en un temps raccord pour être Président mais il ignorait qu’il n’était qu’un faire valoir puisque le pouvoir était rwandais avec les Américains au contrôle.
    Et quand, en bon révolutionnaire et patriote il se rends compte que ce n’est pas lui qui avait le vrai pouvoir et qu’il a mis les Rwandais dehors, il s’est fait tué mais le vers était dans le fruit. Son fils adoptif le remplace avec l’aide de ses mentors Rwandais.

    Pourquoi KABILA joue avec le feu? Les Congolais sont allés à cette élection pour deux raisons principales.
    1- Mettre les Rwandais qui sont au pouvoir dehors. et reprendre leur pays en mains.
    2- Élire un président sorti des urnes.
    Ces deux objectifs n’ont été pas atteint à leur yeux d’où la popularité de Fayulu et son LAMUKA.
    Kabila qui joue au chat et la souris n’ira pas très loin parce qu’en face de lui il a un peuple déterminé à ne pas se laisser compter.
    Outre le fait d’avoir nommé Tskisékédi qui s’est déjugé aux yeux de la grande majorité du peuple Congolais qui ne le porte plus au cœur, KABILA devrait réfléchir par deux fois s’il rentre en conflit avec Tshésékédi car il aura non seulement les Américains, les Belges, les Français qui n’acceptent pas qu’il ait livré toute la RDC aux Chinois. C’est le véritable enjeu de la confrontation à laquelle nous risquerons d’assister d’ici là.

    Il comptera surement sur l’armée commandée par ses hommes de mains pour la plupart des Rwandais et des mercenaires, mais il ne faut pas qu’il oublie que KAGAME homme des Américains qui a déjà demandé qu’on recompte les voix lors de l’élection en RDC l’a lâché depuis et il n’est pas en bon terme avec l’Angola.
    C’est dire que la situation de la RDC ne peut être la même que celle du Congo sous Lissouba et Sassou en 1997 où Lissouba était seul contre tous. En RDC, KABILA risquera d’être seul contre tous.

  4. JP Embana dit :

    OYESSI , merci pour votre synthèse, mais en lisant le texte on s’aperçoit que vous avez confondu le trafiquant de diamant que les rwandais et les américains ont utilisé pour remplacer Mobutu avec son fils adoptif qui est joseph kabila l’ex président de la RDCONGO son père assassiné n’était autre que Laurent Désiré Kabila.

  5. Anonyme dit :

    Au moins en RDC il n’ y’a pas eu de bain de sang comme chez nous
    et Kabila père et fils n’ont pas instrumentalisé le tribalisme comme on peut le constater au Congo Brazzaville
    Il y’ a un minimum de considération pour la vie humaine
    Le Congo Brazzaville est devenu un dépotoir de la barbarie de la dictature et de la sauvagerie

  6. Anonyme dit :

    De plus il n’y a pas eu de coup d’état sauf erreur de ma part ce ne sont pas de pseudo militaire au visage décoloré qui sont aux commandes

  7. Anonyme dit :

    Faut croire que les Ngalas de la RDC sont très différents de ceux du Congo Brazzaville

  8. Lucien Pambou dit :

    A Benjamin BILOMBOT BITADYS et à tous mes compatriotes congolais,

    la victoire de la théorie du réseau comme méthode et explication de ce qu’il se passe en Afrique centrale. Certains de mes compatriotes sur ce site se sont moqués de la théorie du réseau que je n’avais pas créée mais que j’utilisais comme modèle de raisonnement et d’explication de ce qu’il se passe en Afrique centrale avec l’adhésion complète des puissances coloniales.
    Nous sommes au coeur de la théorie du réseau mise en place par les Occidentaux pour sauvegarder leurs intérêts. Je pourrais me vanter en disant que j’ai réussi à vous démontrer ce que la plupart d’entre vous n’avaient pas perçu malgré vos existences en Occident, pour certains depuis plus de 40 ans comme vous, pour d’autres moins. Je dépasse ce schéma facile, j’ai honte et je ne comprends pas pourquoi la plupart des nègres africains, dont moi, n’arrivons pas à comprendre ce qu’est l’occidental et plus particulièrement le Français alors que nous vivons dans ce pays France depuis des années.

    Le problème est que le Congolais est autocentré, orgueilleux et inutile, communautariste, vivant replié sur lui-même dans sa communauté ethnique en France. On boit, on mange, on baise, on participe à des fêtes, on médit sur les uns et les autres, on critique les pouvoirs politiques en place, on attend une révolution éventuelle pour le changement de régime qui ne vient jamais, on reste aigri avec des cheveux blancs, on collabore avec le régime politique en place pour essayer de se sauver, on construit des raisonnements alambiqués vis à vis des régimes en place, on félicite (car c’est vrai ça existe) les résistants et les associations sur la place de Paris qui disent non au régime politique au Congo Brazzaville et dans le même temps on trahit ces résistants et ces associations en s’acoquinant avec le pouvoir en place.

    On s’émeut, cher Benjamin, de ce que Félix Tshisekedi soit aux mains de Kabila et en faisant allusion à Lissouba qu’il a été aux mains de Sassou avec la bénédiction de la France. Nous sommes au coeur de la théorie du réseau. Kabila et Sassou sont les points nodaux de leur réseau. Tshisekedi et Lissouba ne sont que des sous-traitants des points nodaux aux motifs qu’ils n’ont ni la puissance financière , ni l’accord des puissances occidentales pour diriger les réseaux d’Afrique centrale inféodés par la franc-maçonnerie que dirigent directement les puissances occidentales. Il faut que l’on sorte de l’alcool, des femmes et des beuveries aux veillées pour raisonner de façon concrète avec des stratégies claires.
    Tout est possible avec une organisation dans le reste de l’Afrique de l’Ouest et de l’Est et pas en Afrique centrale. Réfléchissez. Nous sommes diplômés en Afrique centrale mais bavards et incompétents et le réseau continuera d’exister quoique vous disiez, malgré vos récriminations et vos hurlements emportés par les Hurlevents. J’avais décidé de prendre du recul mais je m’aperçois qu’on reste toujours nase et je vous demande de grâce de réfléchir à la théorie du réseau pour espérer entrevoir les questionnements et les solutions des alternances politiques en Afrique centrale.

    Bonne nuit à tous, pas de cauchemars et valorisation de la réflexion réseautale pour une action globale.

  9. Anonyme dit :

    Le retour du petit professeur donneur de leçons MONSIEUR pambou, toujours autant en mal de reconnaissance et totalement imbu de sa personne. Encore et toujours dans la critique permanente envers l’ensemble des compatriotes qui pour lui ne peuvent être que nuls et idiots car ne se focalisant pas seulement sur « l’analyse du réseau ».
    MONSIEUR Pambou, votre théorie du réseau vous nous l’avez expliquez en long, en large et en travers, rien ne sert de le répéter à longueur de post nous sommes à la limite de l’overdose. Ce que l’on attend de vous maintenant c’est la solution que vous seul semblez détenir, n’hésitez surtout pas à nous éclairer de vos lumières nous les idiots de service n’ayant pas votre haut niveau d’intelligence et de modestie.

  10. Lucien Pambou dit :

    A ANOnyme

    Ta reponse enceinte de haine et de jalousie intellectuelle sans analyse ni argumentation expliquent pourquoi les gouvernements satrapes en Afrique C entrale vont continuer à avoir des beaux jours grace aux successions héreditaires

    Les choses sont en place pour le CONGO BRAZZA de facon subtile et avec la benediction du reseau international qui structure l ‘existence du congo au nom de la geopolitique des territoires et des interets melés

    Tu vas vieillir et mourir soit en France soit au Congo aigri la morgue et l insullte à la bouche.Je ne donne de lecons à personne

    Mais comme d habitude les congolais que nous sommes morveux et bavards instruits par nos maitres francais et leur culture de magouille nous preferons l anonymat pour les coups bas comme toi
    moi j assume en mon nom je dis a ciel ouvert ce que je pense

    la theorie du reseau c’est chiant mais explique pas mal de choses de ce qu il se passe en afrique Centrale

    Alors anonyme tu peux continuer de baver dans l anonymat .tout le Monde s’en fout

  11. Lucien Pambou dit :

    Alors anonyme coco
    Tu attends üne solution de ma part?suis je dieu c est de l humour pour t en donner une?en mal de reconnaissance dis tu de moi.je crois qu’ entre toi et moi je pense être plus connu que toi en france et au congo.tous mes écrits sont visibles sur Google.toi anonyme personne ne sait qui tu es.je blague si on sait qui tu n es pas un homme visible et couillu.ce n est pas une insulte mais une remarque de bon sens.je continuerai à dire et faire et le livre sur le resau qe termine.je t inviterai dans une salle parisienne pour en parler comme je sais le faire avec complexité oratoire.tu as du voir qui est pambou quand j officiel sur africa 24et dont j ai été évincé parcque trop fort selon certains amis et parlant d sans accent il paraît.mais de tout cela je m en fous .ce qui m intéresse c est apporter ma pierre a une communauté intelligible et naissante de penser politique contradictoire congolaise en France.ne peut y participer que des congolais visibles et non des baveux jaloux et anonymes

  12. Ollongo tsenguet dit :

    Anonyme , le silence est la seule réponse à donner aux imbéciles, il ne sert à rien de perdre son temps avec des explications ils ne comprendraient pas .

  13. Mpembe dit :

    TOUT A FAIT

  14. Anonyme dit :

    MONSIEUR Pambou
    Pour ce qui est des insultes il me semble que vous inversez les rôles, il faudrait vous relire.

    Oui je persiste et signe vous êtes en mal de reconnaissance, la moitié de vos commentaires est consacré à votre propre personne, à vos états de service et diplômes comme si il était besoin de le rappeler à chacun de vos posts, quel est ce besoin d’étalage permanent. Ou peut-être êtes-vous comme le ‘sapeur’ ou l’étiquette du couturier est plus importante que la veste.
    Une citation de Françoise SAGAN:
    « La culture c’est comme la confiture moins on en a plus on l’étale »

    Pour ce qui est de l’anonymat, contrairement à vous, MONSIEUR pambou, je ne dispose pas d’entrées privilégiés à Mpila et le fait de m’afficher m’empêcherait de revenir régulièrement voir la famille au pays et pourrait mettre celle-ci en danger, alors sur ce point vos remarques vous pouvez vous les garder.

    A part le fait qu’il faudrait, comme vous le préconisez, passer notre temps dans l’analyse du réseau qui n’a d’ailleurs plus beaucoup de secret pour personne car ce régime est une mafia et une mafia comme il se doit fonctionne en réseau.
    Une fois que l’on a dit cela, je vous pose cette simple question: Qu’attendez vous des compatriotes qui viennent écrire des commentaires sur ce site. Qui je vous le rappelle, s’intitule
    « POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE: SASSOU NGUESSO DOIT PARTIR »

  15. Mpembe dit :

    Un bien triste personnage

  16. Anonyme dit :

    Ne faisons pas trop vite de procès à Tshisekedi .

    Le pauvre a hérité d’une situation impossible, tellement kabila a posé des mines partout.dans le but de nuire, de ralentir, voire de saboter l’alternance.

    Soyons clair. Etant donné la situation je ne vois pas de quelle autre marge de manœuvre Fayulu aurait pu avoir si jamais il avait été Nommé president comme vous dites.

    Si faute il y a c’est bien celle de kabila SEUL qui n’ a pas voulu faire des élections transparentes. Dans ces conditions, Nommer Thsisekedi ou Fayulu n’aurait rien changé à mon avis, sur la difficulté de l’un ou de l’autre de commencer son exercice.

    L’essentiel avait été de réaliser une alternance démocratique.
    La deuxième étape consiste désormais à conquérir le pouvoir réel. ( je repète Fayulu n’aurait pas fait mieux car il n’a pas non plus ni l’arméee, ni députés, ni parti).
    En cela tshisekedi est obligé de marcher sur des œufs : pas d’effusion de sang, éviter le chaos, pas de procès staliniens, etc.

    Certainement va t-il louvoyer jusqu’à la dissolution, inévitable, de l’Assemblée.

    Comme il aura pris quelques mesures certes symboliques mais assez marquantes pour le changement, kabila n’aura plus de majorité cette fois-là.

    Donc on ne peut pas avoir vu un Etat détruit patiemment pendant des décennies et vouloir le reconstruire en un clin d’œil.

  17. Anonyme dit :

    Anonyme
    mon cher anonyme. Nous sommes nombreux à nous cacher derrière cet anonymat .LP a raison. Lui, il ne se cache pas.Vous savez que ce qu’il dit est vrai. Nous voyons nos cheveux blanchir et nos peurs grandir tous les jours que Dieu fait. Tu as tort. Tu vois, tu crains pour ta famille. Au Congo comme en France, ce sont nos propres femmes et copines , frères et soeurs qui sont nos espions au profit du pouvoir en place. Elles se sont introduites dans nos vies pour nourrir le renseignement sur les parents et familles. Nous vivons et fêtons en clans. L’exemple est donné par le pouvoir qui nourrit le clanisme. ADI MORA BISI .. Pendant ce temps, le régime vit et assassine. Pouviez vous penser qu’AOS pouvait- il faire l’objet d’écoutes téléphoniques? Lui qui tenait le front antidémocratique surnommé F 400. dont la base se trouvait au Rond point de Poto Poto?
    Vous aviez oublié que LP argumentait sur la RDC. Vous n’aviez pas voulu ni bien le lire ni le suivre dans sa démarche. IL était fasciné par ce nationalisme Rdcén qui en ressort comme désiré par plus de 80 millions d’âmes dont la volonté est de bâtir une nation.et sortir des cycles infernaux des guerres et luttes inter claniques
    Vous savez, le Zaiire est un grand pays. Peut etre que cette forme de gouvernance post électorale, peut apporter plus de cohésion et de paix..Les peuples sont fatigués des guerres tribales surtout lorsqu’elles sont larvées et insoupçonnables comme cela se passe au Congo Brazza.
    Les bochis ont peur des autres.Les laris se reconnaissent rejetés ici et là les bembés idem.. Dites nous le nombre de congolais du sud qui ont des résidences à Boundji,OYO,MAKOUA, OLLOMBO, DJAMBALA, ABALA ?
    Les Bochis ont ,aux dires du Général NIANGA GATSE MBOUALA un AVENIR DISTINCT ET PARTICULIER. Pas faux. Rappelez vous de la volte face de deux Eveques du nord après les décisions prises par le Conseil Episcopal en 2015 au CONGO BRAZZA.
    A Contrario,

    Voyez la cohésion et la cohérence de l’ACTION de la CENCO en RDC qui a désiré,imposé, fait imbriquer les idées jadis contraires, initié et mis en chantier un processus politique qui a abouti à cette sérenité en RDC.
    Au Congo Brazza de 2 millions d’habitants ,cette Unité n’est que de façade. Le Pouvoir est du Nord et Tous le savent.Et il fait tout pour le faire savoir
    Ou sont les braves leaders de l’opposition au régime de SASSOU:: MOUANDA MPASSI, Patrice KADIA, JMMM MOKOKO, NNTSOUROU, YHOMBI OPANGO, MOUNGOUNGA KOMBO , JPTT, KOLELAS, MILONGO, , ADOUA le beau blaise, et son successeur immédiat, DZON, MIERASSA, KINFOUSSIA, BOWAO, MOTANDO, AVOUKOU…..SOUKOULATY. BIKINKINTA, le pétrolier qui a conduit au Contrat de Partage de Production MBAOU a failli meme etre assassiné en plein Paris.
    .En RDC, KABILA fils est libre aujourd’hui parcequ’il ne se reproche de rien par rapport aux autres leaders d’Afrique .Entré au Palais à 29 ans, il en sort à 48 ans..
    Vous congolais de la rive droite avez à apprendre. Et, comme le dit PAMBOU, il faut certainement casser ces réseaux et organiser des dialogues inclusifs sincères au sein desquels la critique est tolérée..
    QUE DIEU SAUVE LE CONGO.
    CETTE NATION DEVRAIT ETRE UN PETIT DUBAI en Afrique centrale SI seulement, CES VIEILLARDS ET PROFITEURS EXPERTS ROUGES DU PCT POUVAIENT DEGAGER LE PLANCHER SURTOUT SE REMETTRE EN CAUSE.
    D’abord,ce pays est au stade actuel presque inexploré.et donc possesseur de l’essentiel de ses richesses
    QUE DIEU SAUVE MON PAYS LE CONGO. .

  18. Georges Makosso dit :

    TSHISEKEDI WAPI GOUVERNEMENT ? QUE DIT PASCAL MALANDA DE L’INCAPACITÉ DE MR TSHISEKEDI DE FORMER SON GOUVERNEMENT ? TOUJOURS APPRENTISSAGE?

  19. Lucien Pambou dit :

    A anonyme du 6/03/a20h 57 sur l autre anonyme

    Merci pour votre clairvoyance argumentative et clairvoyants
    Enfin de la lucidité
    Merci monsieur et cher compatriote

    Lpambou

  20. Lucien Pambou dit :

    A anonyme du 6/03a 20h57 sur l autre anonyme peu paume
    Merci cher compatriote pour votre lucidité argumentative et analytique
    Que voulez vous.nous sommes tellement forts individuellement qu ensemble nous ne sommes rien.et ceux qui nous gouvernent en Afrique centrale le savent et en profitent.
    Bravo pour votre exemple sur l absence de propriétaires venait du Sud ou de l est du pays qui seraient propriétaires a abala ou a ollombo
    Tout es dit dans votre remarque éclairante
    De la difficulté au delà des mots d usage et des remarques de principe de construire un vrai congo brazza.saluons même si c est difficile de saluer le renouveau en rdv avec tsisekedi
    Bon début de journée
    Lp

  21. Anonyme dit :

    Il est curieux que ceux qui critiquent l’anonymat, l’utilisent à d’autres fins personnels, beaucoup moins enviables.

  22. Lucien Pambou dit :

    A anonyme
    Je continue de combattre l anonymat cher anonyme et c est lpambou qui cause en m adressant à un écrit venu d une main invisible comme la main invible du marché théoriser par Adam Smith on la commente en économie.on lui reconnaît comme outil de coordination tout en la critiquant.voilà comment je relatise très propos anonyme

  23. Anonyme dit :

    La main n’est peut-être pas aussi invisible que cela ? sinon pourquoi cette réaction ?.

  24. Anonyme dit :

    Pour quelle raison les mbochis ont ils peur des autres est ce par ce qu’ils sont conscients qu’ils sont plus idiots que la moyenne des Congolais ?

  25. Anonyme dit :

    L’habitat au nord est peu accueillant et hostile c’est pour cette raison qu’il y’a peu de sudistes qui ont des propriétés au nord en revanche les nordistes aiment vivre u sud par ce qu’il fait bon vivre et les sudistes ne sont pas comme eux ce sont des personnes civilisées

  26. Anonyme dit :

    Des idiots qui pensent qu’avec tout le désordre et le chaos qu’ils ont amené dans le pays les autres seront de toute façon obligés de leur pardonner par ce qu’il n’y a pas d’autre alternative !

  27. Anonyme (le panafricain rassembleur) dit :

    Malgré tout, l’auteur n’a pas tort de rappeler qu’en 1992 une élection démocratique pluraliste avait eu lieu au Congo, au sortir de la grand-messe nationale que fut la CNS inquisitrice (c’est le moins qu’on puisse affirmer au regard de la cacophonie sectaire à la quelle s’étaient livrés des conférenciers botuliens), suivit d’une alternance pacifique dans les règles de l’art républicain. De ce fait, nous congolais n’éprouverons jamais aucun complexe ni n’avons des leçons particulières de démocratie à recevoir, de la part de nos chers voisins, amis et frères de Kinshasa. Au contraire, ils se sont plus tôt inspirés de notre modèle exemplaire, à bien des égards. Le deal fatshisto-kanambiste, si je puis dire connaissant les origines douteuses du présumé taximane rwandais venu dans les paquetages de l’AFDL, n’est pas une exclusivité rdcéènne, pas plus une invention du PPRD kabiliste ni de l’UDPS tshilomboïste. Je re-souligne sous contrôle de l’article ci dessus qu’à Brazzaville le P.C.T avait auparavant permis à l’UPADS d’arriver au pouvoir, en appelant ses électeurs à porter leurs voix décisives sur son candidat au second tour de la présidentielle, aux dépens du MCDDI (l’équivalent toute proportions gardées de la coalition Lamuka à l’époque) sorti perdant. Oui, tout le monde était partis voté de bonne heure, suivant le mot d’ordre. Pourquoi cet acte politique de haute portée n’a t-il pas été reconnu à sa juste valeur à l’issu du scrutin ? Par la suite, faute du non respect des accords électoraux qu’avaient rompus les upadesiens nouvellement installés aux affaires, les pctistes étaient contraint à conclure une alliance alternative sollicitée par les mcddistes plaintifs qui contestaient les résultats du vote, tout en exigeant la vérité des urnes à la manière des fayulistes de l’autre rive du fleuve. Etaient ils réellement les vainqueurs tel qu’ils l’affirmaient ? Une chose est certaine, dans son ouvrage phare intitulé le « Contrat Social » un philosophe français dont je ne suis pas l’adepte acculturé (parce que la philosophie des Lumières a aussi justifiée l’esclavage des noirs et la colonisation de l’Afrique qui se trouvait dans l’obscurité d’après ces suppremacistes blancs déguisés en humanistes) insiste sur le caractère sacré d’une signature apposée dans un document important, à plus forte raison quand l’avenir de tout un pays en dépend. Mais personne de nos jours ne veut reconnaître la réalité de la double trahison historique. Etant donné que les nouveaux alliés avaient également finit par trahir la pensée civilisationnelle de Jean-Jacques Rousseau, poussant ainsi la frange partisane de la diasporat menée par quelques thésards mal inspirés à promouvoir celle de Jean-Baptiste Botul; un penseur imaginaire qui n’existe que dans l’imagination khazar débordante du fameux BHL dit le libyen. Je pense que le dialogue citoyen est nécessaire. Ca donnera à chacun l’opportunité d’exposer son point de vu objectif, par rapport à ces épisodes charnières occultés. Je doute cependant qu’une traîtresse agression soit commanditée par les faucons de la nouvelle administration, jusqu’à déclencher une guerre civile du type des événements de Bacongo en 1993, opposant les combattants « muntwashistes » (allusion au Muntswashi du nom de cette danse diasporique devenue le symbole flamboyant du combat musical… l’énarque FNiste h.de lesquen appréciera les sonorités tribales de la musique congoïde) proches de F.Tshisekedi à ceux des éléments restés fidèles à J.Kabila. Compte tenu la situation déjà précaire dans les régions de l’Est et dans le Kasaï, sans compter les nombreux traumatismes qu’ont durement vécues les populations excédées, durant deux décennies de conflits fratricides. La RDC n’a qu’un seul véritable ennemi aujourd’hui: l’impérialisme occidental BRICSophobe. Nous souhaitons au fraternel peuple de ce grand pays de recouvrer la paix et la stabilité, à toujours dialoguer même avec les groupuscules politiciens prônant le sectarisme qu’incarne par exemple le BDM et son idéologie sécesSionniste transfrontalière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.