Présidentielles de 2021 : Sassou face au dilemme : Après le mandat de trop, le mandat fatal ?

Trois ans déjà ? Oui, le temps passe vite, très vite, trop vite. A peine Sassou a-t-il été élu de façon controversée et occasionnant au passage la plus grave crise postélectorale de l’histoire du pays, que le voici de nouveau face à l’histoire. Faut-il ou non participer à la présidentielles de 2021 ?

Si pour les républicains congolais la réponse coule de source, qu’en est-il dans le chef de Sassou ? En 1997, revenu au pouvoir par la petite porte de la force en enjambant des milliers de cadavres congolais au prétexte de défendre la démocratie violée par Lissouba, Sassou avait l’opportunité royale d’entrée dans l’histoire en quittant le pouvoir par la grande porte. 2016-2021 aura été pour Sassou le mandat de trop. Face à l’état de délabrement avancé de l’économie nationale, au désastre de la dette et à la pression sociale croissante, je me demande si Sassou ne regrette pas de s’être présenté en 2016. Parti en 2016, le scandale de la dette à 120% du PIB (en réalité plus de 200%) aurait éclaté en son absence. Il aurait eu l’occasion de se débiner sur ses successeurs. Malheureusement pour lui, tous les cadavres sortent aujourd’hui des placards à une allure vertigineuse. S’il a réussi le tour de force de faire avaler à 5 millions de Congolais la disparition des 20 milliards d’euros du fonds des générations futures, arrivera-t-il à calmer la révolte qui gronde et qui commence par le biais des étudiants congolais à l’étranger ? Ces clameurs lointaines ne seront-t-elles pas amplifiées sur place par les salariés impayés depuis des mois, par les retraités maltraités depuis des lustres, et même jusqu’à ses propres députés qui exigent leurs émoluments ?

Al Bachir vient de chuter pour avoir triplé le prix du pain. La situation du Congo est beaucoup plus grave que celle du Soudan. Toute l’énigme congolaise réside dans la question suivante : Comment un peuple martyrisé et humilié comme le peuple congolais, un peuple nargué par l’opulence étalée par quelques compatriotes sans cœur, arrive à supporter l’intolérable ? D’aucuns parleront de fétiches qui auraient ramolli les ardeurs vindicatives d’un peuple prompte à la révolte comme en aout 1963 ou en juillet 1968. Cartésien jusqu’à la moelle des os, je n’y crois pas un seul instant. J’entrevois en revanche un début d’explication dans la terreur et la division dans lesquelles sont plongés les Congolais depuis des lustres. Combien de temps Sassou arrivera-t-il encore à maintenir le couvercle sur le chaudron congolais ? N’est-il pas temps d’ouvrir les soupapes et faire baisser la tension de plus en plus palpable ? N’est-il pas temps de trouver une solution réellement consensuelle et enfin favorable à l’épanouissement de ce pays béni de Dieu, mais maudit par l’incompétence et la méchanceté de sa classe politique ?

En l’espace de quelques mois, 5 autocrates africains ont quitté le pouvoir. Mugabe, Bouteflika et hier El Bechir ont été contraints par la rue à faire leurs valises. Kabila a choisi de bricoler une alternance électorale qui lui permettait de sauver sa peau. L’Angolais Dos Santos a préféré quitter le pouvoir avant que le pouvoir ne le quitte et, malgré les tracasseries imposées à ses proches, il continue de jouir d’une relative retraite paisible pour ‘’loyaux’’ services rendus à la nation. Les autocrates africains, jadis cramponnés au pouvoir, semblent donc atteints, l’un après l’autre, par le virus de l’usure du pouvoir et de la débâcle économico-financière. Si les pays arabes ont eu leur printemps politique avec effet de dominos, les pays africains semblent donc avoir choisi la voie de la contagion sournoise qui balaie les autocrates à intervalles réguliers.

La chute d’Al Bachir a dû provoquer des insomnies et des cauchemars au palais de Mpila. Je vois d’ici, les conseillers-courtisans s’agiter autour de leur chef afin d’essayer de le rassurer. Les uns avec les sempiternelles ‘’ pas de panique, le Congo n’est pas le Burkina ni le Soudan’’, les autres, plus lucides essaient de mettre en place une cellule de réflexion pour trouver la meilleure parade, le nième enfumage du peuple par un tour de passe-passe. Mais le ‘’patriarche’’ sait que la décision ultime lui reviendra et il l’assumera jusqu’au bout en buvant le calice jusqu’à la lie. Sauf à se ressaisir et à regarder la vérité en face comme le fit une fois Marien Ngouabi.

La chute d’Al Bachir doit aussi avoir agité les trois officines actuellement en pole-position pour succéder à Sassou : JDO, Kiki et Pierre Ngolo. En effet, sauf quatrième larron qui surgirait de l’armée ou de nulle part, le successeur de Sassou se trouve dans ce trio mbochi, gestion clanique et familiale oblige. Le drame de Sassou est de ne pas pouvoir s’appuyer sur l’un des trois sans déclencher la bérézina dans ce nid de vipères. Kiki qui avait tenté de se démarquer l’année dernière par une campagne avant l’heure a été très vite rappelé à l’ordre par Pierre Ngolo au nom du respect des règles du parti. Ce faisant, Ngolo a affiché (sans le savoir ?) ses propres ambitions, sous le prétexte de jouer au gardien du temple et de calmer les ardeurs juvéniles d’un rival qu’il méprise probablement. Cela n’a pas échappé à une frange du PCT qui s’est cachée derrière Nonault-Soudan pour sonner le tocsin et tirer à boulets rouges sur le secrétaire général par intérim (on feint de découvrir aujourd’hui que son intérim dure déjà des années au mépris des règles du parti ?). Histoire de lui rappeler la précarité de son statut. Ses deux casquettes de président du sénat et de secrétaire général du PCT, lui sont certainement montées à la tête au point de se sentir pousser des ailes de présidentiable ou en tout cas de peser sur la désignation du candidat du PCT en 2021. Ses détracteurs, Nonault en tête, ont vite fait de lui rappeler une hypothétique interdiction de cumul de mandats. Prétexte bien trouvé pour lui arracher une des béquilles, sinon les deux. Rappel bien sélectif, car en matière de cumul, Sassou non plus ne serait exemplaire, lui qui est même temps président du PCT et président de la république. Guéguerre de positionnement donc qui se passe sous l’œil vigilent de JDO qui avance masqué en essayant de cacher finement son jeu.

Et Sassou dans toute cette affaire ? Maître du jeu ou pauvre animal pris dans son propre piège de régime clanique prêt à le sacrifier pour se perpétuer. A moins qu’il ne choisisse de confier son destin au peuple en ouvrant le jeu, en aérant une arène politique étouffante et morbide. Dans tous les cas, les mois qui viennent nous promettent un spectacle politique passionnant. Une chose est sûre, pris entre le marteau de son entourage cupide, et l’enclume d’un peuple à bout, Sassou devra faire preuve d’ingéniosité pour se tirer d’affaire sans céder à la tentation d’un nième mandat forcément fatal.

Pascal Malanda

LE CONGO ETERNEL

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Présidentielles de 2021 : Sassou face au dilemme : Après le mandat de trop, le mandat fatal ?

  1. COCKTAIL MOLOTOV dit :

    CETTE FOIS CI ON NE LE RATERA PAS

    Toutes les théories et stratégies pacifiques élaborées ne valent que dalle !
    L’histoire récente nous a démontré et nous démontre encore que quelque soit la marche suivi par l’opposition face à un TYRAN comme sassou nguesso RIEN NE PEUT ET NE POURRA ABOUTIR.
    – La chaise vide permettrait au monstre de l’Alima de s’accommoder des scores à la soviétique en se déclarant élu entre 95 à 99 % des voix comme unique candidat.
    – La participation à l’élection par les opposants pour battre sassou nguesso à son propre jeux a aussi failli, avec l’inconvénient majeur d’avoir participé indirectement à sa légitimation comme élu démocratiquement.
    En adoptant ce deuxième choix de la participation aux élections, il fallait aussi en cas d’échec, avoir un plan B pour renverser sassou nguesso.
    ALORS : – Quelle solution pacifique existe t’il encore aujourd’hui face au préfet de la France dont la DGST espionne tous les opposants intérieurs et extérieurs et transmet toutes les bandes de ses écoutes téléphoniques à sassou nguesso pour anticiper et parer à toutes les solutions élaborées pour le renverser ?
    ON NE FERA JAMAIS D’OMELETTE SANS CASSER DES ŒUFS.
    Vue la conjoncture actuelle et en l’état actuel de la terreur organisée par sassou nguesso pour terroriser et taire TOUT SOULÈVEMENT POPULAIRE,
    – la seule solution possible et imaginable pour renverser le dinosaure d’Oyo ne peut être que radicale et définitive.
    Le dictatueur doit être éliminé par un petit comité très restreint et sans scrupule. Nul n’est besoin d’être une dizaine. Trois ou quatre personnes oeuvrant dans le secret absolu devraient pouvoir y arriver.
    – Les solutions collectives et pacifiques n’ont pas accouché des résultats escomptés.
    – Les montages de solutions militaires ne donneront rien puisque la DGST française écoute aux portes et participe à leur neutralisation.
    IL NE RESTE EN CONCLUSION QUE DES SOLUTIONS INDIVIDUELLES RADICALES.
    Le Congo est comme une équipe de foot où le jeu collectif reste inefficace. Dans ces conditions, il ne reste plus que l’émergence des individualités de génie à la Ronaldo, Messi ou Killian Mbappé pour en finir.
    Cocoyes !
    Aubevillois !
    Mambas de guerre !
    Ninjas !
    Cobras d’Okombi de la CADJ !
    Cobras déçus par « Tonton partout, partout »
    Astiquez vos armes cachées.
    Cette fois ci pas de débats.
    Tous les opposants Congolais devraient donc aujourd’hui rivaliser d’intelligence pour monter des opérations de nettoyage de la merde sassouiste. Qu’on se le tienne pour dit.
    Le reste n’est et ne sera que bla bla et lettre morte dans le forum de l’avenir du Congo et des Congolais.
    A bon entendeur……

  2. Anonyme dit :

    le peuple bois le pipi et mange le kaka

  3. Pascal Malanda dit :

    COCKTAIL MOLOTOV dit :

    « Le dictatueur doit être éliminé par un petit comité très restreint et sans scrupule. Nul n’est besoin d’être une dizaine. Trois ou quatre personnes oeuvrant dans le secret absolu devraient pouvoir y arriver. »

    Très cher compatriote. Je comprends entièrement votre colère et votre désespoir que partagent des millions de Congolais.

    Ai-je bien compris aussi que vous comptez sur un petit nombre de Congolais SANS SCRUPULE pour libérer le Congo? Etes-vous convaincu que ces compatriotes SANS SCRUPULE, une fois qu’ils auraient libéré le Congo, le remettraient SCRUPULEUSEMENT au peuple congolais?

    Je respecte votre point de vue qui a le mérite de la clarté et surtout d’être. Je ne saurais toutefois pas y adhérer car à mon humble avis, cela ressemble à creuser un trou pour en fermer un autre.

  4. LE POOL QUI NE LACHE PAS dit :

    Les étudiants envoyés à Cuba, 27 mois sans bourses, où est passé l’homme des actions concrètes? Les congolais dépourvus de tout, ni argent, ni service de santé, ni routes, ni électricité, ni eau, sassou nguesso l’homme des masses et des actions concretes se cachent dans quelle forêt ou ville?

  5. COCKTAIL MOLOTOV dit :

    A Pascal MALANDA

    Vous semblez ne pas connaître l’histoire du Congo.

    EXEMPLE = JERRY RAWLINGS au GHANA et les Commandants MOUNTSAKA et MOUZABAKANI au Congo.

    NE FAITES PAS SEMBLANT DE NE PAS COMPRENDRE.
    Je comprends que vous ne puissiez adhérer à ma théorie déterministe et que vous interprétiez mal le terme « SANS SCRUPULES ».

    SANS SCRUPULES s’entend ici du comportement à afficher dans cette action précise d’élimination du dictatueur.

    Sassou Nguesso « TUE LES CONGOLAIS TOUS LES JOURS », donc aucun Congolais ne devrait avoir le moindre SCRUPULE à abattre Sassou NGUESSO. C’est dans ce sens là que j’entends l’affirmation SANS SCRUPULE.

    JERRY RAWLINGS n’a t’il pas agi militairement dans le bon sens du terme.

    Même au Congo, les Commandants MOUNTSAKA et MOUZABAKANI n’ont-ils pas démis YOULOU de ses fonctions pour les confier à MASSAMBA-DEBAT un civil ?

    L’armée Algérienne n’a t’elle pas lâché BOUTEFLIKA ?
    L’armée Soudanaise n’a t’elle pas lâché BECHIR ?

    Sauf qu’au Congo, on est pas en face d’une armée patriote.

    Alors seule la solution radicale s’impose. Et cela pour la bonne et simple raison qu’au Congo nous sommes en face d’un ASSASSIN NOTOIRE qui tue les Congolais sans scrupule. POURQUOI LES CONGOLAIS AURAIENT ILS DES SCRUPULES A LE BUTER ?

    SASSOU VOUS TUE NUIT ET JOUR…. A BOMA AWA, A BOMA KOUNA…. et cela sans compter. Depuis les massacres de NGOUABI, MASSAMBA-DEBAT, Le Cardinal BIAYENDA, KIMBOUALA-NKAYA, MOTANDO, KATALI, ICKONGA, ANGA, ADOUA, NTSOUROU……

    Sans oublier les disparus du beach, les 400 000 morts dans le Pool (1999- 2002), les morts des explosions du 04 mars 2012, les récents massacres des bombardements du Pool, les assassinats de CHACONA…… on en passe et des meilleurs.

    Et cela sans compter les morts informelles que Sassou provoque TOUS LES JOURS par son incompétence. Tous les jours dans les morgues de Brazza et Ponton, on dénombre pas moins de 100 morts.

    Pas moins de 150 enterrements tous les week-end dans la seule ville océane. Des femmes qui meurent après accouchement par manque de sang, des enfants, des vieillards…. Tous ces morts provoquées par Sassou mais qu’on ne compte pas.

    SAVEZ vous combien de retraités sont morts par manque de pensions depuis ces 2 dernières années ?

    Nous parlons ici d’une VRAIE CRAPULE, d’un MONSTRE qu’il faut absolument abattre sans la moindre pudeur. Sassou doit être ANÉANTI comme la PIRE PESTE du Congo.

    Combien de personnes voulez vous encore que Sassou tue pour admettre l’évidence ? ET NOUS NE PARLONS MÊME PAS DES MULTIPLES CRIMES ÉCONOMIQUES.

    PASCAL MALANDA, A MOINS D’ÊTRE UN COUARD, DITES MOI :

     » VOUS N’EN AVEZ PAS MARRE QU’UNE SEULE PERSONNE PUISSE TUER AUTANT DE CONGOLAIS TOUS LES JOURS DEPUIS 40 ANS, SANS QU’ON PUISSE LE TUER A SON TOUR ?  »

    TROP C’EST TROP !

    IL FAUT QUE CELA CESSE. ET JE NE SUIS PAS LE SEUL A LE PENSER

    MAIS CETTE FOIS CI ON NE LE RATERA PAS !

  6. Pascal Malanda dit :

    Cher COCKTAIL MOLOTOV

    Encore une fois, je respecte sans la partager votre démarche. De toute façon, par quel moyen pourrais-je m’opposer à vous si vous décider de tuer Sassou?

    Je reste convaincu que la vie est sacrée au point qu’aucune mort, qu’aucun crime programmés ne peuvent justifier une démarche politique et sociale. Les Algériens ont obtenu le départ de Bouteflika sans programmer sa mort. Sommes-nous moins déterminés que les Algériens pour nous résigner au crime fondateur?

    Je vous rappelle un passage du texte que j’ai publié:

    La chute d’Al Bachir a dû provoquer des insomnies et des cauchemars au palais de Mpila. Je vois d’ici, les conseillers-courtisans s’agiter autour de leur chef afin d’essayer de le rassurer. Les uns avec les sempiternelles ‘’ pas de panique, le Congo n’est pas le Burkina ni le Soudan’’, les autres, plus lucides essaient de mettre en place une cellule de réflexion pour trouver la meilleure parade, le nième enfumage du peuple par un tour de passe-passe. Mais le ‘’patriarche’’ sait que la décision ultime lui reviendra et il l’assumera jusqu’au bout en buvant le calice jusqu’à la lie. Sauf à se ressaisir et à regarder la vérité en face comme le fit une fois Marien Ngouabi.

  7. Anonyme dit :

    Oui !

    Pascal Malanda a dit « . J’entrevois en revanche un début d’explication dans la terreur et la division dans lesquelles sont plongés les Congolais depuis des lustres. »

    j’ai presqu’envie de dire à mr Malanda, enfin ! enfin, enfin, Mr Malanda qui a toujours trouvé des circonstances atténuantes à dsn, en diluant la faute à l’ensemble des présidents passés, visant particulièrent youlou, a enfin ouvert les « bons » yeux.

    On a eu beau dire que dsn avait eu tous les moyens (en durée, en moyens humains et ressources économiques) et qu’il avait préféré cassé cet proto-Etat nation. avec le constat que tu reconnais toi-même très tardivement.

    La conséquence c’est forcément le renforcement ou la polarisation du peuple dont une grande partie (le nord) en profitait joyeusement hélas. via leurs elites faites de grands, tres grands prédateurs socio-economiques, et soutenues par la masse des nordistes gravitant autour en prenant tous les autres postes à responsabilité. sans vergogne.

    oui Pascal ton explication est celle là. la division que tu as toujours niée, s’impose.

    l

  8. LE POOL QUI NE LACHE PAS dit :

    Cher COCKTAIL MOLOTOV, je pense que votre réaction est bien judicieuse et une large partie des congolais la partageront sans aucun doute:Ce que nous vivons aujpurd’hui avec ce même Sassou Nguesso, vomi par les congolais en 1991 pendant la CNS et chassé du pouvoir par les urnes en 1992, c’est en partie la conséquence du pardon que lui concéda Monseigneur Kombo. Je ne peux pas etre étonné des propos de Pascal Malanda et de sa diplomatie. Diplomatie avec Sassou Nguesso? Il n’entend que le langage de la force et c’est par la force qu’il doit sans doute être cette fois ci chassé du pouvoir.

  9. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    Le cas sassou relève d’une psychiatrie lourde ! Ce fou ne comprends pas que les carottes sont cuites . ce dernier à perdu toute crédibilité devant toute les institutions financière Internationale. Le pays vit un désastre sans précédent , au point où les hôpitaux du pays manques de tout , l’expérience de vie est retombé à 30 ans , alors que en Ethiopie la moyenne est de 45 ans . Chers compatriotes sassou veut mourir comme président en exercice , il faut le déloger de force .En dépit de tous les efforts de la population des quartiers sud , saboter par parfait kolélas avec sa phase fétiche NI BETO KUA TU FUAKA pendant lui mène une vie grand train avec l’argent de la mafia Mbochi ;

  10. COCKTAIL MOLOTOV dit :

    A Pascal MALANDA

    Sais tu quelle est la différence entre BOUTEFLIKA et ASSASSIN NGUESSO ?

    BOUTEFLIKA n’a jamais tué un Cardinal ni 2 anciens présidents et encore moins massacré son propre peuple par des bombardements et des guerres à répétition…. on en passe et des meilleurs.

    Sassou Nguesso est une crapule, un monstre froid sans coeur. Pense t’il que tous les gens qu’il a tué ou qu’il tue ne sont pas des hommes.

    Pascal MALANDA sais tu comment Assassin Nguesso a tué ta tante MAMONI ?
    – En la faisant égorgée comme un vulgaire mouton de la tabaski dans une chambre d’hôtel où il lui avait donné rendez vous alors qu’il couchait avec.

    Si on était aux USA où les peines se cumulent, Assassin Nguesso aurait été condamné à passer à la guillotine au moins 10 000 fois.

    Je ne vois vraiment pas où tu trouves des circonstances atténuantes à Assassin NGuesso. Mets toi à la place de tous ceux qui ont perdu des êtres chers, empoisonnés, abattus, massacrés par le satan d’Oyo et tu comprendras.

    C’est à cause du pardon de gens comme vous dont il a bénéficié pendant la conférence nationale souveraine que l’anthropophage Sassou est encore revenu massacré des centaine de milliers d’autres Congolais.

    RÉFLÉCHIS A CELA.

  11. Anonyme dit :

    Laissons le ciel en décider …. C’est pas a nous peuple de mettre notre train de sel .

  12. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    NON. Denis SASSOU NGUESSO n’a jamais été mandaté par les Congolais encore mieux ceux du SUD.

    Après Jean FeliF TCHICAYA entre 1945 et 1957, c’est Fulbert YOULOU qui le succedera entre 1958 et 1963 comme Mandataires.

    Entre temps, il y a les Coups d’Etat entre 1963 et 1991.

    C’est en 1992 qu’un Président est elu au Suffrage universel direct.

    Ce President est Pascal LISSOUBA dont le Mandat n’est jamais arrivé à son terme.

    Ne parlons jamais de mandat pour quelqu’un qui prend le Pouvoir par les Armes.

    NB : Le Congo n’ a jamais eu l’independance.

    Voilà une vérité face à laquelle nous allons avoir à faire.

  13. COCKTAIL MOLOTOV dit :

    @Anonyme

    a dit « Laissons le ciel en décider…. C’est pas à nous de mettre notre train ou grain de sel  » = BALIVERNES, BILLEVESÉES et BOULES DE GOMME.

    Et c’est ce que j’appelle : CONNERIES.

    Arrêter d’endormir le peuple avec de tels propos mon frère. C’est ce que fais déjà l’idiot de Kolelas en retenant les Kongos-Laris avec sa phrase « NI BETO KUA TU FUAKA » alors que lui est bien au lait et au miel de satan nguesso, comme l’a si bien dit SAMBA DIA MOUPATA.

    Le ciel ne décidera rien du tout parce qu’il vous a déjà répondu : AIDE TOI, LE CIEL T’AIDERA.

    Églises conventionnelles au service du Colon et les millions d’églises de réveil n’ont jamais rien apporté aux Congolais.

    L’église catholique va à la soupe SANS HONTE en célébrant en grande pompe les anniversaires de la mort d’Edith Sassou Bongo alors qu’elle oublie même de célébrer la mort du Cardinal Emile BIAYENDA.

    C’EST HONTEUX D’ÊTRE CATHOLIQUE AU CONGO OU LES ÉVÊQUES SE PROSTERNENT DEVANT LE MONSTRE QUI A TUÉ LEUR CHEF BIAYENDA.

    Les églises de réveil passent leur temps à dire que toute autorité vient de Dieu, même quand elle vient de Satan. Tout ce qu’elles savent faire c’est exploiter les Congolais en divisant les familles sur le thème de la sorcellerie.

    JE LE DIS ET JE LE RÉPÈTE, LES CONGOLAIS DOIVENT ABATTRE TAKOU NGUESSO PAR TOUS LES MOYENS POSSIBLES ET IMAGINABLES…

    POUR CELA NOUS AVONS BESOIN DES CAPORAUX FERDINAND MASSON.

    Cocoyes !
    Aubevillois !
    Mambas de guerre !
    Ninjas !
    Cobras d’Okombi de la CADJ !
    Cobras déçus par « Tonton partout, partout »
    Astiquez vos armes cachées.

    LAISSEZ LE CIEL TRANQUILLE, L’ÉGLISE CATHOLIQUE VOUS A DÉJÀ RÉPONDU EN ALLANT MASSIVEMENT SE PROSTERNER DEVANT ASSASSIN NGUESSO A OYO.

  14. Anonyme dit :

    Toutes celles et tous ceux qui se gargarisent, à longueur des débats, des mots « peuple » et « nation » font preuve, à mon avis, d’une immaturité politique qui fait le lit de la dictature. qu’un peuple est un ensemble humain vivant en société, formant une communauté culturelle, et ayant en partie une origine commune. Cette définition nous fait prendre conscience qu’un peuple ne peut supporter qu’une de ses composantes souffre dans l’indifférence totale sans réaction déterminée des autres membres. Un peuple ne peut accepter que ses enfants qui sont à l’extérieur vivent des drames sans qu’il ne puisse réagir. Un peuple ne peut pas rester indifférent quand une dictature persécute, bombarde toute une région sans protester contre la barbarie ou embastille des citoyens innocents dans l’indifférence totale.

    Ce comportement n’est pas celui d’un peuple. Le peuple congolais n’existe pas comme la nation congolaise est restée à l’état de promesse. Le Congo est une nationalité sans nation mais un conglomérat d’ethnies qui se détermine avant tout en fonction de son origine ethnique. Les différents tableaux (Cuba, Sénégal, Ikongono, le Pool, etc.) qui nous sont régulièrement présentés auraient dû provoquer la colère du peuple congolais si celui-ci existait. N’existant pas, la solidarité est impossible depuis 60 ans. Alors, les différentes portions de la population souffrent, isolées et atomisées. Sans l’unité, la dictature a encore de beaux jours devant elle.

    Tous les hommes politiques congolais le savent. Ils parlent du peuple congolais alors qu’ils pensent très fort éthnie, ils parlent de la nation congolaise alors qu’ils défendent une région. Le seul moment d’unité que connaît ce pays, c’est dans la musique et le sport (équipe nationale) parce que pour les équipes intracongolaises, les congolais organisent même les équipes de foot sur la base ethnique. Dites-moi, où est le peuple congolais ? N’est-ce pas un gros mensonge ?

    C’est bien le problème. Le dictateur ne se déboulonnera tout seul et même si cela était le cas, les démocrates doivent travailler sur l’éradication du système et être prêts pour les institutions relatives à la période de la transition. Le sommes-nous réellement dans un contexte où l’armée est ethnicisée, les partis ethnocentrés et les institutions corrompues ?

    Souhaiter la chute de la dictature, c’est bien, mais réfléchir sur l’installation d’une démocratie durable, c’est mieux. Toute la stratégie du court, moyen et long terme doit être pensée comme un tout pour éviter l’effet « tobogan » qui fait passer le peuple par tous les états : guerre, paix, guerre, paix, ainsi de suite. En prenant conscience que le peuple congolais n’existe pas encore nous pouvons travailler sur la concrétisation de cette fiction. Sans unité, rien n’est possible. La dictature est forte de notre manque de solidarité parce que les populations congolaises sont fortement désunies.

  15. Anonyme dit :

    le post, ci-dessous est de David Londi

  16. VAL DE NANTES dit :

    @DAVID LONDI
    GROSSE VALIDATION ,,,,
    Un peuple hypocrite paie les horreurs de sa stupidité .Le manque de volonté patriotique est le revers de notre souffrance quotidienne.
    Quand certains d’entre nous ,et des non moindres font l’apologie des institutions taillées à la dimension dictatoriale de CHARLES DE GAULLE ,donc surannées et n’y voient pas d’inconvénient à ce notre pays soumis à ces mêmes institutions s’en émancipent ,c’est vous dire à quel point le chemin de croix est encore long .
    Sachez le que ces institutions françaises dont notre pays s’ est inspiré ,créent une monarchie république qui réduit tout un pays à la seule volonté d’une personne .
    Pleurer ,c’est bon ,encore faut il avoir le courage de mettre le pied dans la fourmilière .

  17. VAL DE NANTES dit :

    lire ;;; monarchie républicaine .

  18. Jean de Dieu Etoumbakoundou dit :

    Sassou Nguesso, dit « l »homme des masses et des actions concrètes », en reálité un marchant d’illusion qui vient de ruiner notre pays pour la seconde fois. Incapable d’assurer un minimum vital à ses concitoyens par son incompétence notoire et qui n’est plus à demontrer, il abandonne des etudiants congolais par le monde comme ceux de cuba, qui cumulent deux et demi sans toucher leur allocation.Il est temps que ce cas soit examiner pour le chasser sans menagement

  19. val de Nantes dit :

    Sassou, mandat du suicide collectif..Oui ,c’est le Congo qui rendra son âme.

  20. Caporal Mokoko dit :

    COCKTAIL MOLOTOV = SAMBA DIA MOU’M’PATA = = = = = = = IMPOSTEUR DUPLI = sans petite validation.

    YUMA IGNORÉ

  21. Anonyme dit :

    parmi les leche-bottes de sassou nguesso, un certain jean francois castanou qui pretend avoir ete eleve par anto et dit a qui veut le croire qu’il est conseiller de sassou nguesso mais reside a pointe-noire ou il escroque beaucoup de gens y compris des ouest-africains sous le couvert de ce titre usurpe depuis des annees. Qu’il sache qu’l rencontrera un jour ceux a qui il a cause du tort car justice sera faite tout comme a tous ceux qui pillent, violent et tuent au nom de l’oyocratie.

  22. COCKTAIL MOLOTOV dit :

    @ Caporal Mokocul pourriture

    Caporal de mes couilles ouiiii ! Ne va pas salir un nom aussi prestigieux.

    On t’a reconnu moundélé-ngoulou. Cochon gratté.

    Albinos écervelé, suceur des menstrues de caca nguesso.

    Pédophile incestueux. Exhibitionniste international.

    Déchet de la nature, sale miasme en décomposition.

    Sous merde génétique.

    Ton heure viendra, le goudron chaud et les plumes sont déjà prêts.

    Sinon on te servira en « ngoul mou mako » à tous les chiens de Brazza, minable déjection.

    Sous homme à la peau de porc !

  23. Aspirant Jeanne Marie Mokokoe (nota bene) dit :

    Eh, ye Oyo ba démasquer ye lisusu?
    Mama na moi eeeehhhh, ba démasqua kala.
    Esouwi ye nde penza maaaabe.
    Lela caca, mama, esala RIEN.

    Na sima lia no Coco Ananas Ngayi-ngayi.
    Cocktail Coco Touvi, surhomme ou superwoman à l’épiderme de niama-ngoro niamfouka.

  24. Le Webmaster (@ZM) dit :

    @COCKTAIL MOLOTOUVI,

    « Cher internaute,
    Ce n’est pas parce que vous vous cachez derrière votre clavier du côté de la Résidence Mozart Rue Paul Louis Courier dans la ville de Joué Lès Tours dans la Région Centre en France que vous pouvez vous permettre d’insulter l’auteur de cet article.
    Le site Zenga-Mambu se réserve le droit d’engager des poursuites à votre encontre.
    A bon entendeur salut !
    Le webmaster (@ZM) »

  25. COCKTAIL MOLOTOV dit :

    @LE WABMASTER

    INTIMIDATIONS, MENACES………. METHODES PECETISTES BIEN CONNUES.

    PREUVE QUE VOUS VOUS SENTEZ TOUCHÉ AU BON ENDROIT. Là où ça fait MAL.

    EXPLIQUEZ NOUS D’ABORD QUELS SONT VOS RELATIONS AVEC SASSOU NGUESSO DONT VOUS VANTEZ LES MÉRITES ÉCOLOGIQUES TOUS LES JOURS.

    TOUS LES CONGOLAIS AIMERAIENT SAVOIR POURQUOI VOUS VOUS ACHARNEZ A PUBLIER DES ÉLOGES SUR IGNORANT PEYA QUI CHANTE LES LOUANGES DU NOUVEAU JÉSUS DE L’HUMANITÉ SASSOU NGUESSO.

    C’EST SI SIMPLE QUE CELA.

    POUR LE RESTE QUI SE SENT MORVEUX……………..

  26. Revelino dit :

    Tout ceci montre à quel point les gens sont tendus. La situation du pays est gravissime. Ce dit Cocktail Molotov de la situation sanitaire à Brazza et Pointe-Noire est vraie. On ne compte plus les morts. Nous sommes face à une catastrophe innommable. Tout être humain normal ne peut pas rester insensible. Sassou est un bandit de grand chemin. C’est la cruauté à l’état pur.

    Cher grand frère Pascal, tu connais ma position. La tienne, je l’ai toujours respecté. Mais, Sassou me dérange de ce qui fait de moi un être humain. Sassou est la négation de l’humanité. Il est sadique. C’est pourquoi, je comprends Cocktail Molotov. Rien ne justifie de tuer autant de monde. Rien ne justifie une telle cruauté. 4 décennies de crimes deviennent insupportables. J’espère, cher grand frère, que tu peux comprendre l’exaspération des gens. Trop, c’est trop.

    Au webmaster, vous êtes dans votre rôle. Mais, il faut comprendre les gens sont tendus et ne supportent plus cet état de fait. On devient tous allergique à ce monsieur. À des milliers de kilomètres, ce salopard nous pourrit la vie. Désolé pour cette vulgarité mais nous en sommes là aujourd’hui. Je le répète, je comprends Cocktail Molotov. Il faut inhumain pour ne pas réagir comme lui. Les gens qui soutiennent ce vieux fou devraient réfléchir à deux fois avant de s’engager dans ce sacerdoce nauséabond.

    Il n y’a pas de prescription pour le crime. Je milite pour une vraie justice. Même la guillotine est une justice. La pendaison en est une. L’église pardonne et Dieu pardonne. Mais, nous sommes ni l’une ni l’autre. Qui sème le vent récolte la tempête. Trop, c’est trop.

    Enfin, je suis démocrate et fédéraliste. Chacun doit payer pour ces crimes. Nous ne sommes pas l’église. Donc, il n’y aura aucun pardon pour les criminels. Continuer à soutenir l’indicible et ce vieux fou. Vous en aurez pour vos contributions. Qui vivra verra.

  27. COCKTAIL MOLOTOV dit :

    @RIVELINO

    TOTALE VALIDATION !

    Certains osent aller dans des églises, citer la bible, tout en vantant les mérites de satan nguesso, le plus grand criminel que l’humanité n’ai jamais enfanté.

    Et ça ose se regarder dans une glace. A vomir.

    Les gens de MPANGA sont – ils devenus des traîtres ?

    A eux de scruter leur conscience. Sans mes oncles, sassou vous aurait exterminé pendant la guerre de 1999 avec ses assassins angolais qui avaient envahis Mouyondzi.

    Et c’est ce sassou là dont vous chantez les louanges aujourd’hui comme sauveur écologique de l’humanité.

    Mais vous n’avez pas honte ?

    Nous en savons plus que vous ne croyez sur vous et vos petites combines à la mord moi le zob. Et s’il faut balancer, nous savons aussi balancer.

    Mon frère vit à côté de chez toi. Si tu me cherches, dis lui de t’accompagner directement chez moi.

    Oui toi qui te prend pour le tarzan des buissons.

    CECI N’EST ADRESSÉ A PERSONNE.

    QUE CELUI QUI SE SENT MORVEUX SE MOUCHE.

  28. Le Crapaud Noir Accroupi Ne Ferma Pas Sa Gueule Humide dit :

    Chez les dingues et les zozos, tout est confondu comme chez les enfants du débutant, c’est-à-dire le CP1, soit Cours Primaire Premier…

    Il est toujours plus facile de gueuler dans le vent comme des chiens malingres à longueur de journées, jour après jour, il ya déja près de 40 ans de cela s’il vous plait, que d’attaquer comme des hommes avec des couilles en acier.

    BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA et, eugh:
    BLA BLA BLA; BLABLA !!!

    Hier encore, ils étaient quasiment TOUS des pacifistes TROUILLARDS jusqu’au pénis et frissonnant comme des oiseaux mange-coton. Aujourd’hui lassés et laminés par leur propres utopie et passivité déconcertantes de naguère, ils aboient finalement comme les Chihuahua mexicains qui portent des sombreros très larges et troués de partout.

    Où étiiez-vous au temps chaud lorsque nous demandions de la « main d’oeuvre » pour la cause et martelions justement sans merci ici-même et sur tout ce que vous osez timidement ressasser si tardivement: nous l’avions DIT et REDIT.

    Mais bon, il n’est sûrement ou peut-être pas trop tard pour les peureux gueulards à l’ombre de se ressaisir.

    Sinon les bruyants non-impressionnants, attendez toujours le bon Dieu qui est discret, dans le bavardage inoffensif de moineaux et autres sauterelles, tous le temps!

    Au pays des allongés, les frontières demeurent grandement ouvertes, cependant. Beaucoup qui braillaient ici on s’en souvient bien, se sont tus depuis…

    Eugh, bla bla bla!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.