Congo-Chine : restructuration de la dette dans l’opacité

Dans la perspective de la conclusion d’un appui budgétaire avec les institutions de Bretton Woods, le Congo-Brazzaville a signé le 29 avril 2019 avec la Chine un accord sur la restructuration de sa dette dont l’encours représente 110 % du PIB en 2017, dont plus d’un tiers en mains chinoises, soit environ 3,15 milliards de dollars (quelque 2,8 milliard d’euros), selon les sources.

Soutenabilité

L’objectif de cet accord tant attendu est de rendre soutenable la dette du Congo-Brazzaville envers l’Empire du milieu représentant environ 35 %. C’est une condition sine qua non dans les négociations entre le Congo-Brazzaville et le Fonds monétaire international (FMI). La soutenabilité de la dette n’est autre que la capacité d’un Etat de rembourser ses emprunts et donc sa solvabilité. Elle est liée aux recettes prévisibles qui permettront de rembourser, à moyen terme, la dette et l’ensemble des frais associés, ainsi que les intérêts qui s’y rattachent.

Cet accord, déterminant pour notre pays, est une longue marche, la résultante de deux ans de négociations avec les partenaires financiers, techniques et politiques chinois et augure des perspectives intéressantes quant à la suite des négociations avec nos partenaires techniques et financiers, notamment le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, note le compte-rendu du Conseil des ministres (Les Dépêches de Brazzaville, 2 mai 2019).

Toutefois, il y a un hic. Les termes de cet accord n’ont pas été rendus publics. Un allègement d’une partie de la dette du Congo-Brazzaville et un moratoire c’est-à-dire l’étalement de son solde sur le long terme ont été concédés par la Chine. Sous quelles conditions ? Le pays de Mao ne fait pas de la philanthropie. Il fait du business. Comment et pendant combien de temps la Chine va-t-elle se faire rembourser ? A quel taux d’intérêt ? A un taux variable ou un taux fixe ? En titres miniers ? Les crédits chinois aux pays d’Afrique producteurs de matières premières sont remboursables en titres miniers. Ce troc est connu sous le vocable « d’infrastructures contre matières premières. » Cette pratique qui a cours dans les pays à économie de rente s’accompagne d’un manque de transparence. Pendant combien d’années le pétrole du Congo-Brazzaville va-t-il être pompé ? Et, combien d’années les forêts vont-elles être dévastées par la Chine ? Le Congo-Brazzaville risque-t-il de se retrouver dans la même situation que celle du Sri Lanka sous le poids de la dette, qui a lâché la gestion de son port maritime pour 99 ans à la Chine ?

Renards dans le poulailler

L’accord avec la Chine du 29 avril 2019 a été paraphé pour le compte du Congo-Brazzaville par Calixte Nganongo assisté de Jean-Jacques Bouya. Comment faire confiance aux hommes, véritables prédateurs, qui sont les responsables de cet énorme endettement et qui ont participé à la dilapidation des fonds ? L’équipe technique du Congo-Brazzaville chargée de mener les négociations avec La Chine d’une part et les experts du FMI d’autre part regorge en son sein les auteurs de l’évasion fiscale révélée par les « paradis papers » et cités dans l’affaire dite de « Panama Papers »

Opacité

La Chine, partenaire stratégique, a pris en charge la dette des entreprises chinoises évoluant au Congo-Brazzaville. Plusieurs d’entre elles exerçant dans le secteur du BTP dans le cadre de la municipalisation accélérée de Jean-Jacques Bouya appartiennent aux membres du clan Sassou. Quel est le montant exact de la dette intérieure ? Quelles sont les conclusions de l’audit de la société pétrolière du Congo-Brazzaville, la SNPC dirigée autrefois par le fils du chef de l’Etat Denis Christel Sassou Nguesso ? Où en sont les pourparlers entre le Congo-Brazzaville et les traders pétroliers Gunvor, Glencore, Vitol, Mercuria et Trafigura ? Une mafia autour de la dette du Congo-Brazzaville s’est mise en place. Tout se passe dans l’opacité.

Flou artistique

Chassez le naturel, il revient au galop. Alors que les cours de l’or noir grimpaient et tutoyaient les sommets, Brazzaville continuait de gager ses barils. Qu’en est-il aujourd’hui avec le retournement de la conjoncture à la baisse ? A quel prix le rééchelonnement de la dette du Congo-Brazzaville vis-à-vis de la Chine a-t-il été arraché ? Quel est le montant total de la dette du Congo-Brazzaville ? Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup.

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Congo-Chine : restructuration de la dette dans l’opacité

  1. CONGO EN DANGER dit :

    OPACITÉ/ACCORD/RESTRUCTURATION DETTE PUBLIQUE: SASSOU ET LA FRANCE VENDENT LE CONGO A LA CHINE…
    LA RESTRUCTURATION DE LA DETTE PRIVÉE DE SASSOU NGUESSO AVEC LA CHINE = STRATÉGIE CONSENSUELLE FRANCO-CHINOISE POUR LE MAINTIEN DE SASSOU AU POUVOIR = SURENDETTEMENT A 250 % DU P.I.B DU CONGO = VENTE A LA DÉCOUPE DE NOS RESSOURCES NATURELLES A LA CHINE ET A LA FRANCE = DESTRUCTION TOTALE DES ÉCOSYSTÈMES NATURELLES CONGOLAIS = CHINE ET FRANCE CO-PROPRIÉTAIRES CHACUNE DU CONGO JUSQU’EN 2050 = AVENIR DU CONGO HYPOTHÉQUÉ. EXPLICATIONS : https://www.youtube.com/watch?v=j1SyrGdWy9c&feature=youtu.be

  2. SAMBA DIA MOUMPATA dit :

    Sassou fait du bricolage , on ne triche pas avec la réalité financière . Sassou doit en tirer les conséquences et dégager , car cette dette est insurmontable , sinon c’est la population qui paient le prix fort d’une folie furieuse du vieux Mbochi qui se maintient malgré le manque abyssal d’argent infectant ainsi le pays dans un désastre sans précédent .

  3. Congolais Zoba dit :

    Si ce que cet article dit est vrai, alors le travail des congolais auprès du fmi vient de commencer. Car, ça sent du roussi,et ce roussi va sentir pour de longues années. Pour les gens avisés, cette situation était prévisible pour une raison simple: qui a bu, boira.

    Sassou a atteint son niveau d’incompétence dès l’époque de Sassou 1. C’est pour cette raison qu’il fut viré dès le 1er tour de l’élection de 1992. Aussi que pouvait on attendre d’un tel individu? Mais, il n’y a que le congolais pour ne pas comprendre cette limite atteinte par Sassou et que l’on appelle le syndrome de Peter. La raison en est que le congolais est miné par la haine gratuite de l’autre. Cette haine a fait qu’il est allé chercher Sassou à maya maya pour l’installer au pouvoir en faisant la guerre contre lui-même. Est-ce que l’on peut s’apitoyer sur le sort d’un sadomasochiste souffrant du syndrome de Stockholm et guidé par la haine?

    La haine n’est pas une bonne conseillère. La haine du Congo pour Lissouba a accouché d’un monstre que le congolais feint de découvrir. Ndoko!!! Ne savez-vous pas qui est Sassou pour vous plaindre aujourd’hui de ce qu’il est capable?

    L’accord avec la Chine n’augure rien bon pour le Congo aujourd’hui et pour les années à venir. La Chine en reprenant la dette des entreprises des congolais immatriculées en Chine participe à une association de malfaiteurs pour commettre un crime économique en bande organisée au détriment des congolais. La Chine sait que Sassou, bouya et cie ont créé des entreprises immatriculées en Chine pour réaliser des travaux d’infrastructure sur facturées au Congo, lesquelles entreprises sont gérées par des figurants chinois, dont un avait viré 48 millions de dollars à bouya à la veille de leur référendum de 2016. De qui se moque-t-on quand ces informations sont connues de tous?

    Non, les congolais doivent mettre leur haine légendaire de l’autre de côté et surtout leur matalana mesquin pour faire front afin de défendre le pays et surtout les nôtres qui vivent dans cet enfer qu’est devenu notre pays sous Sassou.

    Nous ne devons pas nous réjouir de la mainmise du gouvernement chinois sur la fausse dette congolaise envers les entreprises chinoises de Sassou et bouya. Non!!! C’est la boîte de Pandore qui va conduire la Chine à faire main basse sur les ressources du Congo comme elle l’a fait au Sri Lanka qui lui devait seulement 4,3 milliards de dollars. Coincé comme le Congo l’est aujourd’hui, le Sri Lanka, incapable de rembourser sa dette envers la Chine, a hypothéqué son port pour 99 ans à la Chine en plus d’autres infrastructures et d’accepter des taux d’intérêt usuriers pour rééchelonner la partie de la dette non couverte par le contrat du port.

    Le cas du Sri Lanka a fait que le nouveau gouvernement de Malaisie du docteur Mahatir a annulé plusieurs contrats et prêts signés par le gouvernement précédent avec la Chine. L’indonésie a emboîté le pas de la Malaisie et d’autres pays asiatiques réfléchissent afin d’éviter le piège sri lankais dans lequel se dirige Sassou, les yeux fermés parce qu’il a dit “ jamais de mon vivant, on me pointera du doigt en disant: regardez l’ancien président”.

    Cet accord veut dire que la Chine va déverser des milliers de prisonniers des prisons chinoises au Congo en guise de travailleurs pour raser nos montagnes et nos forêts . Ce que nous voyons à Ewo, avec des forêts et cours d’eau ravagés, ne sont qu’un avant-goût. Tout va être rasé et le congolais ne pourra rien dire sinon subir l’arrogance du petit prisonnier chinois qui lui dira:” je n’obéis qu’à Sassou. Le congolais est zéro pour moi.”

    Bref, le vrai travail commence. Le virement de 48 millions de dollars l’entreprise chinoise de bouya est le point de départ pour démontrer et convaincre que la Chine fait partie d’une association de malfaiteurs et est engagée avec les kleptocrates congolais en vue de commettre un crime contre le peuple congolais.

    La haine n’est pas une bonne conseillère. Regardez où elle nous a conduit. Tchiadi mingui!

  4. OYESSI dit :

    « Cet accord veut dire que la Chine va déverser des milliers de prisonniers des prisons chinoises au Congo en guise de travailleurs pour raser nos montagnes et nos forêts . Ce que nous voyons à Ewo, avec des forêts et cours d’eau ravagés, ne sont qu’un avant-goût. Tout va être rasé et le congolais ne pourra rien dire sinon subir l’arrogance du petit prisonnier chinois qui lui dira:” je n’obéis qu’à Sassou. Le congolais est zéro pour moi.”

    Cet accord est conclu sur la base de ce que Congo Zoba a décrit ci dessus. Sassou et ses parents ont fait du Congo et des Congolais leurs esclaves tant que leur armée les soutiendra pour la vie.

  5. Anonyme dit :

    Les actes posés par cet individu engage son clan lui même ainsi que les fils et les filles du nord
    puisqu’il agit pour leur compte .Eux seuls devront répondre de cette gestion hasardeuse cessons donc de nous émouvoir des actes de gestion posés par le pct et ses sbires.ces actes ne nous engagent pas.
    Voilà

  6. Anonyme dit :

    Ok. Il n’est nullement question que les générations futures supportent la dette chinoise. La dette chinoise est la dette de la famille sassou. Les chinois et les gens du fmi doivent le comprendre . De toutes les façons sassou et sa clique et les chinois ont déjà bouffé cet argent des générations futures (1500 milliards de francs CFA ). Et puis ces chinois qui viennent foutre la merde en Afrique,il est temps de les renvoyer chez eux pendant qu’il est encore temps . Les africains sont trop naïfs . Depuis l’esclavage ils acceptent toutes les conneries d’où qu’elles viennent . N’importe qui peut venir faire la loi et tout le monde est consentant. Avez-vous regardé les ministrons de sassou ? Ya-t’il parmi eux des gens qui ont la carrure d’hommes d’État ? Qu’ ils arrêtent d’enfumer le peuple .

  7. Anonyme dit :

    100% d’accord avec vous Anonyme vous imaginez le tableau 3 idiots qui signent un soi disant accord avec le dragon chinois !!! le dragon a dit aux 3 idiots signez là signez là et puis signez là ce qu’ils ont fait sans broncher.
    Demandez leur d’expliquer les termes de cet accord et vous verrez qu’ils en seront bien incapables
    En aucun cas nous serons tenus par cet accord c’est un gouvernement qui a usurpé le pouvoir suite un coup d’état sanglant les accords signés par ce gouvernement illégitime ne nous engagent pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.