En 2021, face à Sassou, même un hibou ou un crapaud sera élu président

Depuis 2013, lorsque les premiers signes indiquant que Sassou allait changer la constitution pour briguer un troisième mandat interdit sont apparus, ma position est restée constante. Malgré tout le mal qu’on lui reproche à tort (pour les uns) ou à raison (pour la majorité), le Congo gagnerait à voir ce monsieur quitter le pouvoir par la grande porte. Pour le peu de temps qu’il lui reste sur cette terre, quelle serait la plus-value pour le Congo, de sombrer dans un chaos annoncé et programmé, juste pour voir un humain traîné comme un chien dans la rue ? Oui, je le sais, pour de nombreux compatriotes, Sassou a longtemps perdu toute trace d’humanité. Pour ma part, je reste persuadé que le divin résidant en chacun de nous est capable de se réveiller au fond de son cœur et lui inspirer la meilleure conduite possible : Eviter au Congo un nième drame inutile.

Sassou n’a pas su quitter les choses en mars 2016, au moment où la disparition de 20 milliards d’euros du Fonds des générations futures n’était pas encore révélée. La crise n’avait pas encore connu l’ampleur actuelle. Depuis sa réélection contestée, il y a eu la guerre du Pool, aux conséquences dramatiques, les scandales financiers à répétitions impliquant son entourage, jusqu’à la dernière révélation concernant l’appartement qu’aurait acheté sa fille à coup de millions dans la prestigieuse Trump Tower à New York. La popularité des Nguesso est à un point tel que même les fidèles parmi les fidèles commencent à douter. Sassou est usé par le pouvoir et vomi par l’immense majorité des Congolais. Il ferait un énorme plaisir à son peuple en ‘’abdiquant’’ comme l’ont fait Mugabe, Dos Santos, Bouteflika ou tout récemment (et élégamment) l’empereur japonais avant lui. Oui, il y a plus d’honneur à abdiquer qu’à terminer sa vie dans un trou de rats comme Saddam Hussein ou dans un égout comme Kadhafi.

Comme le disait Sinouhé l’Egyptien dans le roman éponyme de Mika Waltari : « De demain, nul n’est certain ». Ainsi, en 2021, s’il est encore en vie, Sassou osera-t-il se présenter devant son peuple alors que son bilan est pire qu’en 2016 ? Sachant le drame engendré par sa réélection contestée, osera-t-il défier le peuple congolais ? Après l’Algérie et le Soudan, aura-t-il l’arrogance de briguer un mandat inutile ?

Au fond de lui, Sassou sait que dans une élection libre, transparente donc démocratique, il ne pourra pas obtenir la confiance d’un peuple désabusé. Contraint de choisir entre Sassou, un hibou et un crapaud, les Congolais donneront leur suffrage de préférence au hibou ou au crapaud. Et pour éviter cette honte, les élections de 2021 ne seront ni libres ni démocratiques. Alors, à quoi servent des élections dont on connaît d’avance le résultat ?

Sachant ce que coûtent les élections au Congo, j’ai une suggestion qui me parait judicieuse. Les retraités ne sont pas payés depuis des années, les étudiants sont sans bourses depuis belle lurette, les malades sont abandonnés à leur sort depuis des lustres, faisons l’économie de la parodie d’élection et distribuons l’argent ainsi épargné aux Congolais dans le besoin. A défaut de surprendre ses ‘’sujet’’ par son abdication, l’empereur Sassou fera au moins quelques heureux dans sa population misérable avant que le FMI ne renfloue les caisses vides d’un Etat au bord de la faillite.

Pascal Malanda

LE CONGO ETERNEL

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à En 2021, face à Sassou, même un hibou ou un crapaud sera élu président

  1. Anonyme dit :

    Vive le crapaud à bas lucifer

  2. Reto dit :

    Si je comprends bien, ce texte demande aux braves résistants (il y’en a évidement) de laisser tranquille Lucifer dans son envie de mourrir au pouvoir.

  3. l'ignorance est la pire des soufrances, le savoir et la connaissance libèrent dit :

    POURQUOI SASSOU NGUESSO DROGUENT-ILS LES CONGOLAIS? POUR NE PAS QU’ILS SE REBELLENT. NOUS SOMMES DONC EN PRÉSENCE DES AFFAIRES POLITICO-CRIMINELLES QUI SE DÉROULEMENT ACTUELLEMENT A L’INSU DES CONGOLAIS.
    Les congolais sont drogués par des substances de la soumission chimique injectées une fois par semaine dans les boissons (l’eau empoisonnée, la bière) et dans certains médicaments de masse… Les molécules incorporées sont de la catégorie de benzodiazépines agissent d’un coté sur le système central et de l’autre sur le neuro-végétatif des congolais victimes (90% de la population de Brazzaville et de Pointe Noire). Ces substances ont pour effet d’abaisser fortement les réactions conscientes de type motivation, révolte, etc. Elles ont effets sur les subconscient des congolais (agressivité, hostilité, soumission, courage, colère, etc). C’EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ

  4. Jean OKOMBA dit :

    Il faut qu’on se le dise, sassou nguesso a perdu assez de temps et beaucoup d’argent aux congolais. Il a brisé le rève de la majorité des jeunes Aujourd’hui le congo est un état failli.

  5. Kassava de Tsibakala dit :

    @Cher M. Malanda,
    Chers compatriotes,

    Nous devons nous regarder en face et se dire les vérités dans les yeux. Quel a été l’impact du point de vue « retombées positives » du travail du gouvernement de Sassou et ses ministres envers le peuple congolais depuis les nombreuses années à la tête du pays.

    Je vous dirai : Rien du tout !

    Désormais, mon slogan sera : le peuple d’abord !
    Nous devons cultiver la culture du « BON SENS » et désavouer les gens qui ne pensent qu’à leur propre ventre.

    Que doit retenir le peuple congolais du passage de Sassou à la tête du pays ? Pouvez-vous, vous imaginer à quel niveau se situe le quotient d’effectivité du rendement de la gouvernance de Sassou sur la prise en charge du social de la population congolaise ?

    Ce quotient est estimé à -0,000000000117

    Voici la vérité des chiffres :
    Un pays avec une superficie de : 342000 km²
    Population : 4.500.000 ,00 hbts
    Budget mensuel pour les charges salariales du secteur public : 45 Milliards de FCFA
    Effectif des bénéficiaires : 88.000

    Dont :
    La présidence du Congo
    Le gouvernement
    L’Assemblée nationale
    Le Sénat
    L’armée et la police
    Les représentations diplomatiques
    Et enfin quelques heureux fonctionnaires…

    Pour bien élucider les rapports de ces chiffres avec nos réalités sur le terrain, je vais vous établir l’autopsie de la tragédie congolaise.

    Il s’agit des aveux d’un gouvernement fantôme, les déficits sont désormais criards. En réalité tous les efforts régalien du gouvernement congolais ne se résument plus qu’à collecter des sous à gauche et à droite pour payer les salaires de 88.000 personnes.

    Quelqu’un voudra bien que nous applaudissons et disions: Amen ! Et que nous qualifions cette distraction de prouesse ?

    Si seulement 88.000 personnes sont régulièrement prises en charge par l’Etat d’un pays, qui est sensé superviser le destin de 4.500.000 hbts, nous devons avouer qu’il y a un sérieux problème au Congo.

    Que font alors les 4.412.000 autres congolais avec leur misère ? Ne sont-ils pas suffisamment congolais afin que le gouvernement ne consacre des moyens pour les assister aussi ? Mais de quoi parle-t-on au Congo lorsqu’on parle du gouvernement ou bien de l’Etat?

    Quelle est la réponse de l’état congolais aux déboires des congolais?

    Et ces gens-là, veulent de nouveau diriger le Congo. Ils ont toutes les ressources du pays, ils ne sont même pas perturbés par des revendications ni par de troubles sociales, ils nous produisent ce minable résultat.

    Ceci rappelle à une épicerie familiale qui ne se suffit qu’à s’offrir à la fin de chaque mois de quoi manger à la famille et on repart à 0.

    Est-ce que notre pays mérite cette médiocrité ? Nous devrons interdire au PCT de briguer à nouveau la magistrature du pays. Le peuple n’existe pas dans leur agenda…

    Pitié le Congo

  6. Mallick dit :

    Super post de Kassava. En quelques phrases il a tout dit sur les éléments qui fondent ou non la gouvernance d un pays.

  7. Val de Nantes. dit :

    Notre pays est un ,où le coq s’en donne á coeur joie .
    Comment gérer un pays , quand la viralité a atteint ceux qui sont censés dire la vérité sur la gouvernance du pays sont dans un langage orwellien.
    En plus de la déroute financière ,il y a la déroute morale au sommet ,ce qui donne au Congo l’image d’une personne éméchée .

  8. Jean de Dieu Etoumbakoundou dit :

    Kassava de Tsibakala, vous avez bien raison, les chiffres parlent d’eux mêmes, Mais le congolais sont trop tribaux et sentimentalistes. Il nous faut elever notre raisonnement bien au dela du cercle de la tribu de l’ethnie. Aujourd’hui à plus de 20ans depuis la prise de pouvoir par effraction, Sassou nguesso a de nouveau replonger le congo dans le précipice.C »est un fait indiscutable.On parle même de la dette chinoise, ce que la CNS n’avait pas evoqué. Donc une dette contractée par sassou nguesso on ne sait pour faire quoi?

  9. tebola dit :

    Pascal Malanda, oui et non car les choses peuvent ne pas être si simple que ça!
    oui il sera élu peu importe le candidat car tout le monde sait que cette élection sera un simulacre.
    Cette thèse est vérifiable si et seulement si le choses restent en l’état.
    Si l’opposant faisait preuve d’imagination, les choses peuvent quand même se compliquer.
    Sassou Nguesso peut être pris au piège à son propre jeu à condition que Parfait Kolélas et Tsaty Mabiala joue eux aussi de leur coté leur jeu. On dit que à malin malin et demi. Il faut faire preuve d’imagination pour mettre Sassou Nguesso sur un fait accompli. Car son pouvoir vieillissant a besoin d’un déambulateur pour avancer. ET les quatre pieds de ce déambulateur son représentés par Kolélas et Tsaty. Il faut donc lui ôter ce déambulateur.
    En quoi faisant?
    il faudrait que Tsaty et Kolélas aient une attitude patriote et qu’un d’entre eux accepte de ne pas être candidat et de soutenir l’autre. En clair, il faudrait que le chef de l’opposition nommé soit candidat soutenu par Kolélas et que le reste de l’opposition l’accepte et soutiennent cette stratégie et ceci dès à présent. A compter de maintenant le rôle de Tsaty comme chef de l’opposition ne devrait plus être contesté et même la diaspora devrait s’aligner pour donner de la force et du courage à Tsaty (en reprenant la fameuse phrase célèbre de Nicolas Mvouénzé à Sassou si tu avances Tsaty, nous avançons avec toi, si tu te dégonfle nous prendrons acte et si tu recules, nous règlerons ton compte).
    Dès à présent, le chef de l’opposition devraient prendre la posture du vrai leader de l’opposition accepté et respecté par toute l’opposition.
    Sassou sera surpris par la tournure des événemants car en le nommant, son but n’était pas de faire de lui un leader mais plutôt diviser l’opposition. Il oublie que ce qu’il a fait est une forme d’adoubement. c’est ce que j’appelle prendre sassou à son propre jeu ou à malin main et demi.
    Je pense que ça peut être une stratégie à ne pas trop dévoiler. Mais pour cela tout le monde doit jouer le jeu pour l’intérêt du pays en commençant par les autres leaders de l’opposition et en persuadant Kolélas de jouer le jeu en acceptant de former un ticket avec Tsaty.
    Le jour de la proclamation des résultats du simulacre d’élection, si l’opposition conteste les résultats en annonçant la victoire de Tsaty, Sassou Nguesso peut être coincé par le fait qu’il avait adoubé son successeur et nos partenaires peuvent le laisser tomber en soutenant Tsaty car faisant partie du sérail.
    voilà

  10. Val de Nantes. dit :

    Un divin logé en Sassou est une métaphore ,mon frangin de potal .
    Combien des supplices de Tantale aux congolais ,pour oser trouver chez cet ersatz d’homme une espèce de divinité ?
    Cet homme ,en qui j’avais ,par promixité résidentielle ,placé mon estime patriotique nous aura mortellememt déçus .
    Tu en conviendras ,cher Malanda@ , Sassou est perdu ,ceteris paribus.

  11. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    Cher Malanda nous avons affaire à un psychopathe , qui brade toute les richesses du pays pour continuer à financier sa barbarie dite Mbochi . Mais la dispora porte une lourde responsabilité sur le retour de ce diable au pouvoir honte à ces idiots de la cellule Magenta sur paris . Tout en félicitant nos jeunes des indignés 242 qui ont empêchés Mboulou et Bowao d’assistés à la fête de mariage de leurs enfants au château du Lieutel . Cher Malanda il faut d’avantage rendre impossible les visites des criminels Mbochis en France.

  12. OYESSI dit :

    Nous pouvons faire tous les calculs possibles avec Sassou. Ce serait peine perdue. Sassou n’a jamais gagné une élection au Congo. Ce sont ses armes et sa milice tribale qui le votent et le maintiennent au pouvoir aidé en cela par les mendiants du PCT qui continuent à croire que Sassou est avec eux alors que depuis 2002 ce dernier se présente à la présidentielle avec le logo éléphant. Au lieu d’avoir leur propre candidat, le PCT en parti mendiant s’agrippe à Sassou qui sait très bien que ce n’est pas le PCT qui le vote mais ses armes.
    Les passes d’armes entre Kiki et Ngolo au PCT font partie de cette guerre ouverte entre Sassou qui veut placer son fils à la tête du PCT pour en faire son candidat et l’aille Ngolo qui ne veut pas entendre parler de KIKI comme candidat du PCT mais n’a pas le courage de se départir des prébendes de Sassou et son clan.
    Bien au contraire il appelle à ce que Sassou ne perde pas le pouvoir en 2021parce que le PCT leur fond de commerce perdra sa tirelire.

    Pour penser un instant faire partir Sassou du pouvoir en 2021 deux choses me semblent importantes:
    1- Qu’il y ait un seul candidat à l’opposition contre Sassou,son éléphant et son PCT, ce qui ne me semble pas évident avec des Partis ethniques leur fond de commerce qui ne trouvent leur seul écho que dans leur habitat ayant à leur tête des adeptes de la tribu classe.
    2- Que la milice de Sassou redevienne une armée Républicaine,mais dans sa configuration actuelle où tous les postes de commandement sont dans les mains de l’axe Ollombo-Oyo, Tchikapika-Boundji, je ne vois pas comment cela changera comme une baguette magique.

    Même si le frère Malanda pense que « le Congo gagnerait à voir ce monsieur quitter le pouvoir par la grande porte »
    je voudrai lui dire humblement que cette façon de laisser pour perte et profit tous les crimes de Sassou ne me sied pas. Ce serait trop facile de croire que ce qu’il a fait dans le Pool et avant dans la Cuvette pour chercher Anga n’est rien et qu’il faille le laisser tranquille au motif que le congo y gagnerait. Non mon frère il paiera pour ses crimes et si extraordinaire il est parti comme tout homme sur cette terre, ses complices le paieront à sa place, au besoin sa progéniture. Tout Sassou Nguesso aura des comptes à rendre comme héritier de leur assassin de père.
    La nouvelle République telle que nous la voulons ne doit pas se construire avec des diables vivants autour de nous. Il faut leur enlever tous les oripeaux de nuisance possible. Tout ce qu’ils ont gagné malhonnêtement devra revenir dans le patrimoine de la république sans discussion aucune.
    Nous ne referons plus les erreurs de la Conférence Nationale où nous avons tuer le serpent sans lui couper la tête pour le voir se réveiller pour tout détruire sur son passage.

  13. val de Nantes dit :

    lire …Notre pays est un  » rogue state « ….

  14. Jules Jules Sita dit :

    Avec la Banque d’Oyo, ce village de pecheur est devenu un autre paradis fiscal, permettant aux clan sassou et ses amis de la Françafrique de blanchir en toute impunité l’argent volé au misérable peuple congolais

  15. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher frère P. MALANDA,

    Je n’arrive pas à croire que toi tu puisses écrire un tel « Article ».

    Donc tu n’as rien retenu de la « Finale de la coupe d’Europe 2000 ».

    L’Italie se voyant déjà vainqueur, fût batu par la France avec la But égalisateur de Wiltord à la 90 ème minute et le But de la victoire de David TREISEGUE.

    Dans quel état de pessimisme tu te retrouves ?

    Quoi, c’est parce-que certains que tu connais sont en prison ?

    Mais tu sais bien qui les a mis là.

    Et tu sais bien pourquoi ils y sont.

    Tu le sais très bien Pascal.

  16. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher frère P. MALANDA.

    OUI, les « CRAPAUDS » existent.

    Dans mon village Tchitondi (Holle), nous connaissons l’importance de la présence des « CRAPAUDS » quand ils s’expriment dans la nuit profonde.

    Oui, la présence des CRAPAUDS rassure ceux qui avance dans la nuit profonde.

  17. Val de Nantes. dit :

    Je ne vois pas Sassou aimer la poésie politique ,et le Congo non plus ,car le climat ne s’y prête pas.L’heure est á la recherche d’un molécule capable d’inhiber ce virus national qui s’est enkysté dans le corpus congolais .

  18. Dieu m'a dit. dit :

    Nous rentrons dès à présent dans l’oeil du cyclone nous y sommes déjà mais cette fois çi pour de bon avec la énième guerre civile en préparation et dont le grand seigneur de guerre sera Christel Dénis Sassou Nguesso qui succedera à son père et dont les congolais n’en voudront jamais.

    Croyez moi cette élection présidentielle à venir va sonner le glas de notre pays. Le plan Mouébara généralisé a été déjà activé pour la conservation du pouvoir à tout prix. Tous les ingrédiens sont presque réunis et le timing s’y prête:
    – Les faux opposants qui feront acte de candidature: Tsati Mabiala-Koléla, Dzon Mathias, Moukouéké, Itadi, Bowao…etc.
    – Les pseudos rebelles déjà identifiés et en place: Ntoumi a recouvré ses droits de citoyen il est maintenant en odeur de saintété avec le pouvoir, lévée de suspension de son parti le cnr qui est autorisé à se déployer sur toute l’étendue du territoire.( Et c’est là le piège ou le complot. Cette extension sera considérée plutard comme une rébellion et atteinte à la surété nationale donc combattue férocement par la dictature, Si d’aventure l’élection est contestée par les pseudo rebelles à la solde du pouvoir ). Imaginer le niari, la Lékoumou, les plateaux ou les villes comme Makoua, Kinkala, Brazzaville sud, hostilles à sassou, bombarder pour prétexte qu’ils abritent des cellules du cnr donc des rebelles à la solde de Ntoumi.
    – La force de répression composée d’une milice tribale d’Oyocratie formée pour tuer, d’autres élément sont partis en formation accélérée en Russie et au Cameroun, des mercenaires tutsis, ukrainiens, malien, tchadiens, centraficains, zairois (les anciens faz de Mobutu) et toute la logistique sont entrain de se mettre en place progressivement.
    – La communication et la propagande : Le pct par la bouche de pierre Ngolo a déclaré officiellement garder l’initiative ( c’est à dire le pouvoir) en mettant tout en oeuvre pour conserver l’initiaitive par la mise en place des groupes de soutien et des micros partis sans assise réelle.

    Vous comprennez aisement la célérité du pouvoir à boucler avec la Chine et le Fmi la situation de la dette extérieure du Congo, afin de faire face aux enjeux que répresente la préparation de la conservation de l’initiative (pouvoir autocratique), la mise sur orbite du fils prodige à assumer la fonction suprême, les fraudes à l’élection présidentielle et les conséquences à assumer ( la guerre civile). Les logiciels du pouvoir sont en plein dans le taf pour regler et trouver la solution idoine à leur visée clanico oligarchique et dictatoriale de la conservation du pouvoir.

    En l’état la solution du congo ne réside pas en une élection présidentielle à venir, ni en un dialogue quelconque, mais en un soulèvement populaire pour chasser le dictateur et détruire à jamais ce système qui perdure et a conduit le Congo dans les abîmes depuis près de quatre décennies. Et le soulèvement populaire de tous les congolais c’est maintenant.

  19. Anonyme dit :

    Il faut maintenant trouver les moyens nécessaires pour empêcher ce malade mental d’exécuter son plan nous ne devons compter que sur nos propres forces

  20. Exnoga dit :

    Vous nous fatiguez Monsieur Pascal Malanda. Il faut dire les choses comme il le faut. Sassou Nguesso et sa clique doivent partir avant les soit disants élections. Sie les Congolais sont conscients de leurs vie, devoirs, responsabilités, la seule choses à faire sans attendre 2021 est de se mobiliser pour la fin de Sassou Nguesso, le criminel, génocidaire est sa bande.

  21. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher frère MALANDA,

    D’après toi, il suffit de payer les retraités pour que tout le monde se porte bien !

    Tu ne vois que là, tu as très mal résumé les choses ?

    Et ceux qui n’ont jamais travaillé, tu en dis quoi ?

  22. Pascal Malanda dit :

    Robert POATY PANGOU dit :

    “Je n’arrive pas à croire que toi tu puisses écrire un tel « Article ».
    Donc tu n’as rien retenu de la « Finale de la coupe d’Europe 2000 ».
    L’Italie se voyant déjà vainqueur, fût batu par la France avec la But égalisateur de Wiltord à la 90 ème minute et le But de la victoire de David TREISEGUE.”

    Très cher frère Robert

    Apprends à lire entre les lignes. L’avenir est un champ temporel tellement complexe que je ne m’y hasarde très rarement. Et s’il y a une chose dont je suis presque sûre, c’est que toute précision que vous arrachez à l’avenir, vous la payez en portions de votre propre existence stellaire. Cela ne m’empêche pas de faire des analyses de notre situation politique sur le plan tout simplement sociétal.
    Si tu avais pris le temps de t’arrêter, tu aurais pu t’interroger sur le sens de la phrase suivante qui une réponse à ta remarque :
    Comme le disait Sinouhé l’Egyptien dans le roman éponyme de Mika Waltari : « De demain, nul n’est certain ». Ainsi, en 2021, s’il est encore en vie, Sassou osera-t-il se présenter devant son peuple alors que son bilan est pire qu’en 2016?
    Ce qui précède ne signifie nullement que Sassou sera candidat en 2021 ni même qu’il SERA. Le souffle divin qui nous anime est un prêt de Dieu. Il peut le retirer à tout moment. Le roi Salomon l’a compris il y a des siècles. C’est par vanité que nous refusons de nous rendre à l’évidence.

    « Dans quel état de pessimisme tu te retrouves ? »
    Ceux qui me connaissent savent que je suis un optimiste incorrigible. Je crois en la perfectibilité de l’homme et du genre humain. Mon optimiste a souvent été taxé de naïveté ; cela aussi je l’assume.

    « Quoi, c’est parce-que certains que tu connais sont en prison ? »
    Pourquoi parler à demi-mots ? Non, cher Robert, le CONGO ETERNEL se moque de nos petites personnes. Avec ou sans Okombi et Mokoko, nous sommes condamnés à trouver une solution aux maux qui minent le Congo depuis son indépendance. Okombi et Mokoko sont temporairement empêchés, ne personnalisons pas les débats ; regardons l’essence de ce qui nous détruit.
    « Mais tu sais bien qui les a mis là. »
    C’est Sassou qui les y a mis
    « Et tu sais bien pourquoi ils y sont. »
    Parce qu’ils l’ont affronté dans les urnes et contesté sa victoire après avoir été ses très proches collaborateurs. Tout le monde le sait. Est-ce une raison de se taire ?
    A la différence de certains d’entre nous au sud du pays, je ne crois pas qu’il s’agit là d’un problème entre nordistes. Une injustice reste une injustice, malgré le lieu où elle est commise.

    « Dans mon village Tchitondi (Holle), nous connaissons l’importance de la présence des « CRAPAUDS » quand ils s’expriment dans la nuit profonde.
    Oui, la présence des CRAPAUDS rassure ceux qui avance dans la nuit profonde. »

    C’est toi qui soulèves l’aspect mystique de ce passage. Oui, le hibou et le crapaud sont deux êtres nocturnes dont les cris ont une signification profonde : rassurante pour les uns, angoissante pour les autres. A chacun de choisir son camp. Ceux qui scrutent la nuit pour éclairer les vivants comprendront.

    Val de Nantes. dit :

    « Je ne vois pas Sassou aimer la poésie politique ,et le Congo non plus ,car le climat ne s’y prête pas.L’heure est á la recherche d’un molécule capable d’inhiber ce virus national qui s’est enkysté dans le corpus congolais. »
    Cher frérot de Potal, je comprends ta colère et te souhaite plein succès dans ta recherche de la potion magique. Toutefois, tu sais que je ne crois pas à la nécessité de tuer qui que ce soit pour libérer le Congo. On peut espérer tuer avec les meilleures intentions du monde, mais le sacrifice humain n’a jamais été un bon terreau pour faire pousser une société prospère.

    Dieu m’a dit. dit :

    « Nous rentrons dès à présent dans l’oeil du cyclone nous y sommes déjà mais cette fois çi pour de bon avec la énième guerre civile en préparation et dont le grand seigneur de guerre sera Christel Dénis Sassou Nguesso qui succedera à son père et dont les congolais n’en voudront jamais. »

    Puisque Kiki est contesté jusque dans son propre camp, la logique l’aurait conduit à se raviser pour éviter un calvaire à son pays, s’il l’aime. S’il persiste, c’est qu’il a une lecture biaisée de l’histoire du Congo. Succéder immédiatement à son père est peut-être le meilleur moyen qu’il a trouvé pour effacer le nom des Nguesso du Congo.
    Anonyme dit :
    « Il faut maintenant trouver les moyens nécessaires pour empêcher ce malade mental d’exécuter son plan nous ne devons compter que sur nos propres forces. »

    Je suppose que ces moyens sont violents puisque vous parlez de malade mental. Nous avons un vrai problème au Congo si nous sommes dirigés par un malade. Est-ce à dire que Youlou avait raison ?

    Exnoga dit :
    « Vous nous fatiguez Monsieur Pascal Malanda. »
    Ne comptez pas sur moi, je ne m’arrêterai pas de dire ce que je pense. C’est ça le débat politique.
    « Il faut dire les choses comme il le faut. Sassou Nguesso et sa clique doivent partir avant les soit disants élections. »

    Cela ressemble plutôt à une incantation. Je ne vous demande toutefois pas de me dire comment vous allez le réaliser.

    « Sie les Congolais sont conscients de leurs vie, devoirs, responsabilités, la seule choses à faire sans attendre 2021 est de se mobiliser pour la fin de Sassou Nguesso, le criminel, génocidaire est sa bande. »

    Une fois que vous l’avez dit, quelle est la suite ? Question bien rhétorique, parce que je connais la suite.

    Robert POATY PANGOU dit :
    « Mon très cher frère MALANDA, D’après toi, il suffit de payer les retraités pour que tout le monde se porte bien ! »

    Lis ma pensée jusqu’au fond. Mon raisonnement est simple. Si Sassou organise une élection, est-il capable d’accepter sa défaite ? Si la réponse est négative, la suite est claire : pourquoi organiser une élection si le résultat est connu ? Pourquoi ne pas économiser l’argent prévu à cet effet pour résoudre des problèmes plus urgents ?

    « Tu ne vois que là, tu as très mal résumé les choses ? »
    J’espère que la réponse ci-dessus te satisfait.

    « Et ceux qui n’ont jamais travaillé, tu en dis quoi ? »
    Je dis qu’ils doivent se battre pour mettre fin à ce système et construire un Congo plus juste et équitable.

  23. Anonyme dit :

    Et si le dernier Communiqué des EVEQUES DU CONGO BRAZZA publié à l’issue de leur dernière concertation de mai 2019, pouvait -il constituer un programme d’activités pour les jours qui précédent 2021?
    Il suffit qu’ils soient plus exigeants
    La CENCO est le modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.