CONGO-BRAZZAVILLE, UNE PSEUDO-DÉMOCRATIE EN PERDITION . Par Albert MPAKA

Le régime politique congolais est encore en survie grâce aux pratiques décriées (corruption, clientélisme, népotisme, gabegie, détournement des deniers publics, etc.), érigées en mode de gestion de l’État. L’objectif est de préserver ses privilèges économiques ainsi que les intérêts pétroliers de la France, qui tire toutes les ficelles pour protéger le despote congolais. Après le discours de La Baule, les Congolais s’interrogent encore aujourd’hui si on peut parler d’une véritable démocratie ou tout simplement d’une « pseudo-démocratie ». En réalité, ils assistent plutôt impuissants à une « démocrature » qui leur est imposée par les armes.

Albert M’Paka, ancien inspecteur principal des douanes, diplômé de l’École nationale des douanes (Neuilly-sur-Seine), est titulaire d’un doctorat d’anthropologie et d’une maîtrise de droit. Spécialiste des questions touchant la démocratie, l’État de droit et le pouvoir politique en Afrique, il est l’auteur de nombreux livres sur l’Afrique noire et le Congo-Brazzaville.

Cliquer sur le lien pour commander l’ouvrage

Ce contenu a été publié dans LIVRES A LIRE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à CONGO-BRAZZAVILLE, UNE PSEUDO-DÉMOCRATIE EN PERDITION . Par Albert MPAKA

  1. Kassava de Tsibakala dit :

    Chers compatriotes,

    Un président de la république qui se fait des insomnies pour trouver le financement des salaires de 88000 congolais prouve à suffisance que cet homme est sérieusement malade. Imaginez-vous un seul instant, qu’un dirigeant à la tête d’un pays de 4.500.000 d’habitants, puisse zapper 4.412.000 de ses compatriotes ? Il vient devant nous avouer, que ses facultés intellectuelles ne lui délimitent qu’à ne pouvoir résoudre avec foi, dévouement et abnégation que le paiement des salaires de quelque 88.000 heureux d’entre nous et que le bon dieu puisse s’occuper du reste…

    Les congolais doivent dire Amen !

    C’est ça gouverner tout un pays ?

    Qu’on ne vienne surtout pas lui demander de faire plus que ça… Sassou n’aime surtout pas le discours du FMI, qui semble très souvent abonder dans ce sens. Le social n’est pas son dada…

    Quelle drôle de minable créature en politique, ce Sassou Denis NGUESSO ?

    Il est désormais urgent du côté du peuple dans sa globalité, de nous poser la question de savoir comment devrons nous réussir à faire intégrer les autres 4.412.000 congolais oubliés dans les prochains rêves de Sassou. Monsieur le président de la république n’arrive plus à dormir pour 88.000 congolais, que fera-t-il alors avec ce surplus en soucis et problèmes multiples détenus par les autres 4.412.000 ?

    Ce seront des cauchemars de plus au palais de M’Pila à coup sûr ….

    Je sais que certains médecins d’entre nous qui visitent ce site nous le déconseilleront formellement, afin de faire éviter un AVC à Sassou. Rien à faire de ce côté chers amis, nous ne respecterons ni vos indications et non plus vos consignes.

    Sassou sera mis dos au mur et sera poussé vers la sortie avec une ardoise géante par les congolais.

    Le dynamisme du cycle des ristournes organisé par les ressortissants d’Oyo dont il a parlé dans son briefing de Moscou va vers sa fin. Les réserves en FCFA cachées dans le cimetière de Kona Kona à Oyo ont atteint une masse critique. Les indiscrétions qui me sont parvenues de Washington du côté du FMI, ne font que conforter ce présage. Pire, les nuages au-dessus du régime sont passés subitement au gris noir d’un cran lors du récent séjour de Sassou en Turquie.

    Effectivement, chers compatriotes, lors de son séjour en Turquie, Mr Erdogan, le président Turc lui a livré une information ultra secrète qui fait état d’une intrusion du « Tutsi power » au sein de la milice congolaise. Forces armées congolaises pour les intimes de Sassou et son régime.

    Sassou risque d’être renversé par un putsch militaire commandité depuis le Ruanda… C’est du sérieux !

    Vive le Congo !

  2. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    Merci beaucoup au frère Albert Mpaka pour son coup de gueule , car nous devons sans cesse dénoncer la barbarie Mbochi . Kassava de tsibakala parle de 88000 fonctionnaires c’est que les 3/4 sont Mbochis les recrutements se font dans la rue Foura à talangaï chez Jean dominique Okemba .A cela il faut ajouté 95% des effectifs Mbochis à la SNPC , et 20000 Mbochis de la DGSP . Dans la salle en Russie sassou s’adresse en majorité aux jeunes Mbochis qui ont faim . Sassou le président des Mbochis fait preuve de sa compassion en famille . En France sassou à nommé deux ambassadeurs comme par hasard ils sont Mbochis Rodolphe Adada et HENRI Ossebi à l’unesco .

  3. Anonyme dit :

    Plus que jamais il faut une rencontre au congo de tous les fils de ce pays pour redéfinir les contours des régions ethniques qui serviront de base de construction d’un État fédéral du congo. Le vivre ensemble est vraiment impossible dans ce pays sans ce consensus.

  4. Val de Nantes. dit :

    @anonyme ,
    Grooooosse validation .
    Frérot ,passe à Cologne , je t’y attends .Champagne au programme .

  5. Tsoua dit :

    Chez les bonobos, la solution finale c’est l’extermination du peuple LARI, et chez nous peuple évolué la solution finale c’est la scission, pas le federalisme . Dans livre théophile obenga écrit noir sur blanc, si les LARIS ne soumettent pas , il faut aller vers la scission . Nous sommes fatigués de la mbochinie, nous voulons une république avec des lois, des droits et des devoirs. Débarrassons nous une fois pour toute de la médiocrité mbochie ,nous qui avons connu un royaume organisé, hiérarchisé et allons vers la scission, la vraie solution à tous les problèmes que posent la mbochinie

  6. Tsoua dit :

    lire : son livre, et ne se soumettent pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.