CONGO-BRAZZAVILLE : CORRUPTION ET VOL ÉLEVÉS EN VALEURS CARDINALES, le FMI en petit sauveur !

Note : Ce texte est en quelque sorte une suite à celui publié Vendredi 5 Juillet et écrit par Rigobert Ossebi sur Congo-Liberty.

Donc, ça y est ! La fête a déjà presque commencé dans certains « bons coins » de Brazzaville et dans certaines régions du Congo. Mpila et Oyo en tête.

Le Jeudi 11 Juillet 2019, les administrateurs du Fonds Monétaire International (FMI) – avec l’américain David Lipton comme directeur par intérim – vont donc se réunir à Washington DC aux USA pour décider d’accorder des facilités de crédit et donc d’argent frais au régime du Congo Brazzaville, pays dit-on très pauvre et déjà très très endetté.

Certains observateurs non-initiés aux questions capitalistiques voudraient encore croire à un sursaut du « bon sens des hommes et femmes du FMI – en majorité Blancs », hommes et femmes sensés et bien éduqués  pour faire valoir leur sens de l’humanisme profond et leurs valeurs et ne pas octroyer cet argent aux dirigeants « rapaciers » du Congo Brazzaville. Mais la réalité des faits est hélas toute autre. La logique réelle du capitalisme qui régit le fonctionnement du Fonds Monétaire ne rime pas avec les aspirations des peuples pour lesquels ces crédits sont sensés sortir de la pauvreté. L’essence du capitalisme est le PROFIT. On investit le CAPITAL pour espérer en tirer profit de façon substantielle, peu importe les conditions de génération de ce profit.

Avant de continuer, voici quelques questions de bon sens que nous voudrions bien poser aux administrateurs du FMI.

Depuis plus de 40 ans, le Congo-B est un pays où la CORRUPTION et le VOL des deniers publics ont été élevés en valeurs, surtout par les dirigeants politiques et donc par voie de conséquence par toutes les couches sociales de ce pays.

Question 1 : Quel est le changement opéré par les dirigeants politiques du Congo ces derniers mois pour prouver que les valeurs de CORRUPTION et de VOL ont été diminuées – même à hauteur de 5% de ces niveaux hautement insoupçonnés ? (Le catalogue des bonnes intentions présenté par le régime pour la bonne gouvernance est un bluff connu de belle lurette dans ce pays.)

Question 2 : Quelles sont les garanties données par les dirigeants politiques du Congo-B que ces fonds qui seront versés à eux sous peu seront gérer dans le sens de soulager les conditions de vies misérables des populations du Congo ?

Question 3 : Quels sont les projets réels et sincèrement évalués et présentés au FMI par le pouvoir de Brazzaville pour permettre le décaissement de ces fonds ?

Ou pourrait multiplier des questions du même genre, mais aucune réelle et concrète ne viendra soulager les consciences de la grande masse des populations pauvres de ce petit pays.

Revenons donc au PROFIT. Le Congo-B est un pays naturellement riche et encore physiquement non exploité dans sa grande partie. Donc un pays potentiellement viable et rentable. Les capitalistes du monde entier, et donc du FMI, le savent. Donc accorder du crédit au Congo-B pour les administrateurs du FMI est un jeu d’enfants car ils savent que tôt ou tard, le profit se générera de ces crédits.

Pour faire bref, le régime de Brazzaville aura bientôt des milliards de dollars, donc des tonnes de milliards de francs CFA à sa disposition dans quelques semaines ou mois. Au vu de la crise multi-dimensionnelle (financière, politique, sociale, etc.) qui plombe ce pays depuis des années, le clan Sassou et leurs affidés attendent avec impatience cet argent frais – comme une fiancée attend son fiancé – pour colmater certaines brèches et pour enfumer une fois de plus les Congolais ; Et surtout pour continuer à voler et à corrompre en utilisant cet argent frais. Peu importe les conditionnalités que pourront imposer les décideurs du FMI.

Et pourquoi ce régime se soucierait-il des conditions du crédit, puisque ni la tête du régime ni les bandes autour ne seront là, au moment où les capitalistes exigeront le remboursement de l’argent. Les fardeaux du remboursement de ces dettes – comme celles contractées auprès des partenaires bilatéraux (Chine, France) ou multilatéraux (FMI, Banque Mondiale, Club de Paris ou de Londres, BAD, etc.) – seront transmis de façon cynique aux générations futures.

En 2017-2018, une équipe de compatriotes congolais vivant en France, aux USA, et Canada avait fourni des efforts louables pour dire aux administrateurs (les mêmes qui vont se réunir le 11 Juillet) les dommages – ô combien nombreux – d’accorder des facilités de crédits au régime de Brazzaville. Ils avaient été en partie entendus. Ces frères et sœurs n’ont certainement pas baissé la garde, mais les moyens lourds de tous types (y compris de « séduction physique ») dont les dirigeants de Brazzaville disposent pour faire courber la balance en leurs faveurs face aux décideurs du FMI sont à la manœuvre. Ces crédits tant attendus seront donc bientôt à leur portée.

En début du mois de mai de cette de cette année, l’accord entre le FMI et le Congo était déjà sur les rails. La condition principale – à savoir le quitus de la Chine qui a accepté la restructuration de la dette congolaise – alors les rêves et fantasmes des dirigeants de Brazzaville vont se concrétiser.

Lire ici : http://www.rfi.fr/afrique/20190510-congo-brazzaville-vers-accord-fmi-dette

Avant de terminer, nous voudrions reformuler une des questions ci-haut posée aux décideurs du FMI : quelles sont les garanties que donnent ce régime pour la bonne gouvernance et par voie de conséquence la bonne gestion de ces fonds ?

Ce régime à la tête duquel est monsieur Sassou Nguesso a littéralement échoué dans les domaines clés de construction d’un pays, et ce depuis toujours. Le Congo-B a eu des entrées financières en pic (1997-1994) grâce à la rente pétrolière jamais connues depuis les années des indépendances. Les administrateurs du FMI peuvent-ils questionner le régime pour savoir où est cet argent ? Les enquêtes (relatives au Panama papers) menées par des consortiums de journalistes internationaux ne sont pourtant pas des secrets d’Etat (lire ici https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/090518/congo-brazza-les-comptes-secrets-du-clan-sassou) et personne au FMI ne nous dira que toutes ces informations sont des inventions fortuites pour nuire aux « bons dirigeants » de ce pauvre pays. (voir aussi https://mondafrique.com/congo-les-panama-papers-publient-les-comptes-des-congolais/)

En 2009-2010, alors que le Congo encaissait des sommes colossales d’argent grâce aux pics des prix du pétrole brut, le FMI, sous la houlette du corrompu administrateur Moussa Yaya et de son directeur français Strauss-Kan Dominique (devenu « ami » de Sassou Nguesso), accordait un effacement de dette du Congo-B. Dix ans après, le FMI a-t-elle demandé des résultats probants de cette opération ?5On voudrait que les équipes que dirigent aujourd’hui le directeur intérimaire du FMI, l’américain David Lipton, répondent à ces questions basiques, même si nous savons que nos questionnements ne vont pas arrêter la logique du capital à s’imposer.

Bissa Bô.

Diffusé le 06 juillet 2019, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à CONGO-BRAZZAVILLE : CORRUPTION ET VOL ÉLEVÉS EN VALEURS CARDINALES, le FMI en petit sauveur !

  1. Adoua Edouard dit :

    Cet argent, s’il est effectivement décaissé par le FMI – avec ses fonctionnaires – à la dictature de ce pays, finira comme nous le savons tous:
    – une partie à payer les salaires des fonctionnaires te militaires,
    – une partie a acheter des armes a la Chine et a la Russie,
    – une partie ira dans leurs maisons personnelles (coffre-forts, maitresses, villas, voitures personnelles, )
    – et le reste pour continuer à corrompre, corrompre et encore corrompre (lobbies internationaux, fausse diplomatie,diaspora congolaise encore non alignée, etc.)

    Et ils n’ont jamais été inquiétés.

  2. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    Sassou envoie son neveu Nganongo au FMI pour contracter le neuvième crédit revolving depuis son coup force très meurtrière de 97 . C’est la fête dans les mieux des voyous Mbochis . Une grande fête Mbochi se déroule en moment dans la rue kouyou à poto poto hôtel AFRICA chez Evariste Odongo l’éternel directeur de la CNSS aux cris notre pouvoir est sauvé en dialecte Mbochi .

  3. Bakala dit :

    Leur pouvoir n’est pas sauvé. C’est le franc cfa qui est sauvé par la France pour éviter l’implosion de la zone beac. Le Congo est le seul canard boiteux qui met à mal le compte des opérations de la beac auprès du trésor français. L’argent du fmi servira à reconstituer le compte des opérations, à payer les intérêts des dettes antérieures. Point d’argent pour les investissements. Bref : emprunter pour rembourser des dettes. C’est la politique des Sassou & Nguesso qui ne savent pas créer ou stimuler la croissance des richesses.

    Pour finir, attendons de voir combien de temps ces handicapés intellectuels tiendront leurs promesses. Dans les années 90, ils n’avaient même pas tenu trois mois tant sont des kleptocrates nés. Rien à changer aujourd’hui. Ils sont et resteront kleptocrates friands du vol des deniers publics. Cette manie les condamne à l’échec tant ils diront qu’ils n’ont pas l’argent pour rembourser les dettes.

    C’est le franc cfa de la beac qu’il faut sauver au moment où les ouest africains s’émancipent de la tutelle française.

  4. LA DESCENTE AUX ENFERS COMMENCE dit :

    LES DÉMOCRATIES COLONIALES NE VEULENT TOUJOURS PAS PARTAGER LE GÂTEAU MONDIAL. ELLES ESTIMENT QUE C’EST LE LEUR. ELES FONT CE QU’ELLES VEULENT AVEC DES PEUPLES QU’ELLES ONT ÉLOIGNÉS DU POUVOIR PAR DES MÉCANISMES SUBTILS, MAIS VISIBLES.
    DANS NOS PAYS, ELLES ONT TROUVÉ DES IDIOTS À TOUT FAIRE (IDIOTS DE SERVICE COMME sassou).
    CONCLUSION : UNE ATTENTE INUTILE SUR UN DOSSIER FMI VIDE QUI NE NÉCESSITE, SIMPLEMENT, QU’UNE RÉPONSE JUDICIAIRE.
    EN PLUS, L’IDIOT EST UN FRANC-MAÇON, IL VA ÊTRE SAUVÉ PAR TOUS LES MOYENS, PRÊT OU PAS DE PRÊT. IL EST « TROP BON » DANS SON RÔLE D’IDIOT, DIRAIT MON ENFANT.
    FACE À DES PERVERS, IL N’Y A PAS MILLE SOLUTIONS. IL FAUT LES JUGER ET LES ÉLOIGNER DE LA CHOSE PUBLIQUE POUR UNE GUÉRISON SI POSSIBLE.
    ESSAYONS DE CONSACRER NOS FORCES SUR LES PRISES QUI SONT À NOTRE PORTÉE.
    PAS DE DIALOGUE À LA CON, PAS D’ÉLECTIONS À LA CON, PAS DE PRÊT DU FMI À LA CON. IL FAUT ANTICIPER SI SES TROIS ERREURS SE RÉALISENT.
    AIDE-TOI, LE CIEL T’AIDERA.
    JUSTICE D’ABORD!

  5. Mountou dit :

    Sassou Nguesso n’es qu’ un grand criminel, un génociidaire quiu s’est placé comme président du Congo par la force etles intrigues. Le pouvoir du Congo république dirigé par Sassou Nguesso est illégime, illégal. Il faut le combattre sans relache. Sassou Nguesso et sa clique, ainsi que Moussa Yaya, Strauss-Kan Dominique , Fancois Soundan, Picasse etc qui se se sont fait complices du vol des richesses du Congo et des génocides du Congo sont à traduire devant la justice. Les Congolais doivent se mobiliser pour lancer une plaintre contre tous ces gens.

  6. val de Nantes dit :

    Le Congo ne peut être sauvé qu’au départ de SASSOU du pouvoir .La monnaie n’est forte que lorsque l’économie est verdoyante .
    Ce chapitre monétaire fera l’objet d’un mémorandum au sein des fédéralistes …;

  7. Tsoua dit :

    Encore une fois la seule solution au Kongo c’est la scission, parce que cet argent partira en fumée, placé dans les paradis fiscaux . Que les vrais Kongolais, KONGO, sachent que les mbochis jouent leur rôle à la perfection, faire du Kongo un pays très endetté. L ‘ Occident malgré les présidents comme sassou, ouattara et consorts, ont programmé une recolonisation de l’ AFRIQUE . Nous serions comme jadis en Afrique du sud, les Blancs seront en possession toutes les richesses de notre continent.Voilà pourquoi le Fmi lui a accordé cette aide .
    Le GHANA pays bien géré subira bientôt les foudres de l’occident, parce que ne voulons pas s’endetté auprès de cette organisation mafieuse .

  8. Anonyme dit :

    SILENCE. LE FMI PARLE
    CONGO BRAZZA mon pays tu as 342.000 Km2.
    Cette fatidique semaine du cruel mois de juillet,
    tes vieillards, tes malades, tes paysans
    ,tes pecheurs qui des nuits durant risquent leurs vies dans les eaux dangereuses et hostiles du bassin qui porte ton nom.
    cette semaine ;
    ,quelque part dans le monde plutôt dans des bureaux climatisés,
    l’on va parler de toi , et de tes bêtises et de tes idioties et de tes incompétences et de tes voleurs
    .. Pourtant Congo,, en 2014, tu as vendu sur le marché mondial 1.061.000 M3 de ton bois .
    Pourtant tous les jours que Dieu a faits ,
    plus de 200.000 barils de pétrole brut sortent de ton sous sol.
    Mais, mais ce pétrole et ce bois ne te rapportent
    ni paix, ni développement, ni santé, ni ‘unité ni considération
    car te voilà debout devant cette porte du FMI.
    Tu quémandes quelques billets.
    Ce que l’on reproche à ton pétrole et ton bois
    Trop d’intermédiaires sur chaque cargaison qui sort de djéno
    et au passage duquel chacun grignote 5 à 6 dollars sur les 60 du baril.
    au final Congo ,lorsque ton créancier qui a signé pour un échange compensé avec toi perçoit sa créance, 35 des 60 dollars se sont envolés
    Tu es devant cette porte avec tes malades, tes prisonniers politiques
    car, ces sous que tu attends derrière cette porte,
    Jésus FMI, te les donnera certainement.
    Alors qu’en feras tu?
    Sortiras tu MOKOKO et OKOMBI de prison?
    Cesseras tu de protéger tes voleurs?.
    Favoriseras tu la tenue du dialogue inclusif?.
    Car, reconnais le CONGO
    il n’y a que les idiots qui ne changent pas
    Tes gestionnaires de la dernière décennie ont été des piètres
    Attention ,les juges du FMI sortent…..

  9. Rabbi dit :

    Le congo pays en faillite donc débiteur, contracte une dette auprès d’un grand créancier qu’est le FMI dans des conditions d’insolvabilité ne pourra s’acquitter de sa dette le moment venu.
    Le FMI aura beau faire, cette creance certaine, liquide et exigible, sera irrécouvrable car ne reposant sur aucun fondement juridique en l’état. Le créancier dispose de très peu de gage dans la mesure où s’il y a changement du régime ou l’avènement de la démocratie, les institutions remettront en cause l’octroi de ce prêt qui s’est fait dans des conditions tres peu conventionnelles et à la faveur d’une dictature qui sévit nuit et jjour. Ce prêt aurait dû être une aide au secours a la dictature et non une démarche conventionnelle qui sort des sentiers battus.

  10. Rabbi dit :

    Lire ci-haut: il ne pourra s’acquitter…

  11. Lukese dit :

    Rabbi,
    Le fmi est la seule institution qui se fait toujours rembourser. Sinon, les portes de l’enfer vous sont illico ouvertes sans même passer par le purgatoire. C’est pour cette raison que certains pays préfèrent ne pas recourir aux emprunts de cette institution au risque de se brûler au bûcher de l’enfer .

  12. David Londi dit :

    Il est insupportable que les congolais paient cette dette contractée dans des conditions qui montrent que ce dossier contient des points de faiblesse manifestes (cf. Questions de notre frère Ossebi). La république a été mise entre parenthèses pendant plus de 20 ans. Cette dette n’engage donc pas la république du Congo mais la dictature qui a volé des milliards (Panama et Paradise papers : 9 milliards de dollars pour un budget de 2,3 milliards). Nous avons donc les faits. Nous les faits. Nous ne paierons pas et poursuivrons cet organisme qui agit avec autant de légèreté !

  13. Rabbi dit :

    Là dessus il y a l’historicité des faits , des rapports bien circonstanciés convergent vers le fait qu’aucun pays du tiers monde n’est parvenu à rembourser sa dette de façon effective sauf quelques rares exceptions, les dettes accumulées par les pays non développés ne sont jamais remboursés. Ces grandes instances bancaires misent, le cas echeant, sur la cession de tout ou partie des actifs nationaux, ce qui en réalité à toujours posé problème.
    Or il y a une deuxième problématique , celle relative au métabolisme économique du pays qui est en pleine déliquescence, pas prête a relever le défi mais aussi à l’état de droit. De telles actions n’ont aucun fondement valable ni juridique et dans des termes que nous souhaitons court et moyen, elles seront soumises au Droit. Les principes essentiels des normes juridiques reprendront le dessus. Ces fonds seront irrecouvrables pour nos créanciers.

  14. Bulukutu dit :

    Aucun pays ne s’est développé en empruntant au FMI.

  15. Val de NANTES . dit :

    @Buluk ;; Tout à fait , c’est un plâtrage sur une montagne de misères .
    En somme ,le refus d’aller de l’avant .
    Vous allez vous endetter ,certes , et comment rembourser ces dettes quand vous disposez d’une économie de rente ,et pire , qui ne produit point des valeurs ajoutées ?
    Ine fine ,c’est un abonnement assuré à la misère absolue ;;;eh oui ,le refus de se développer .
    RENE DUMONT , où es tu ?
    dzoga ,sima ;;;;;

  16. Gabois Mankessi dit :

    @Bululkutu
    Vérité cruelle !

  17. Ondzie Jean dit :

    Bongo élomi ! Merci FMI. Merci tata mokonzi.

    MABINA EPAYI NIONSO !!! SA DANSE PARTOUT A TALANGAI …

Laisser un commentaire