Maroc : des étudiants congolais dorment devant leur ambassade pour réclamer trois années de bourses impayées

Autre problème : l’État congolais n’a pas versé nos bourses depuis 2016, alors que nous sommes censés recevoir l’équivalent de 730 euros par semestre. En tout, il nous manque 32 mois de bourse.

Plusieurs dizaines d’étudiants originaires du Congo-Brazzaville campent devant l’ambassade de leur pays à Rabat, au Maroc, depuis le lundi 22 juillet. Étudiants à Marrakech, ils réclament notamment le versement de leurs bourses par l’État congolais, qu’ils attendent… depuis 2016. Une situation que connaissent également leurs compatriotes étudiants dans d’autres pays.

Ces jeunes Congolais étudient tous à l’Université privée de Marrakech, dans les filières techniques : génie civil, nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), agro-industrie et management. Tous sont arrivés au Maroc entre 2014 et 2017, après avoir été orientés par la Direction de l’orientation, des bourses et aides scolaires (DOBAS), de l’État congolais 

« Il nous manque 32 mois de bourse »

Originaire de Brazzaville, Roland (pseudonyme) étudie les NTIC à l’Université privée de Marrakech depuis 2016. Il explique pourquoi il s’est rendu à l’ambassade de son pays à Rabat, lundi 22 juillet, avec ses camarades.

L’État congolais n’a jamais payé nos frais de scolarité à l’université, comme c’est pourtant prévu [pour les étudiants dépendant de la DOBAS, NDLR]. Du coup, l’université ne nous délivre plus d’attestations de scolarité depuis 2016, ce qui complique l’obtention de la carte de séjour : certains étudiants sont restés sans papiers durant plus d’un an. En mai, nous avons donc fait grève à l’université : heureusement, elle a fini par s’occuper de nos papiers.

Cela dit, comme nos frais de scolarité n’ont toujours pas été payés, l’université refuse actuellement de nous délivrer des conventions de stage, alors que nous devrions tous faire un stage en ce moment. Et sans stage, nous ne pourrons pas valider notre année, donc nous risquons de redoubler.

Autre problème : l’État congolais n’a pas versé nos bourses depuis 2016, alors que nous sommes censés recevoir l’équivalent de 730 euros par semestre. En tout, il nous manque 32 mois de bourse.


Sans bourse, il est difficile de vivre. Heureusement, durant l’année, nous sommes logés dans une cité universitaire et nous pouvons manger au restaurant universitaire. Mais en ce moment, pendant les vacances, le restaurant est fermé, donc c’est encore plus difficile. Certains sont aidés par leurs parents, comme moi, mais tout le monde n’a pas cette possibilité. D’autres ont des petits boulots, dans les centres d’appels par exemple, mais c’est difficile à concilier avec les études…
Au cours des derniers mois, nous avons envoyé des lettres au gouvernement congolais et à l’ambassade. Quelques représentants étudiants se sont même déplacés à l’ambassade, mais cela n’a rien donné.
« Nous nous sommes déplacés pour réclamer ce qui nous était dû »
Nous avons donc décidé de nous rendre nous-mêmes à Rabat, à l’ambassade, où nous sommes arrivés lundi matin. Mais nous n’étions qu’une trentaine ce jour-là, alors que nous sommes plus de 200 à l’Université privée de Marrakech, car tout le monde n’avait pas les moyens de venir. Nous nous sommes déplacés pour réclamer ce qui nous était dû, mais également car nous savons que c’est l’endroit où il faut aller en cas de problème : c’est le cas actuellement, car nous ne pouvons plus manger, puisque le restaurant universitaire est fermé.
Quand nous sommes arrivés, nous avons pu entrer à l’intérieur de l’ambassade. L’ambassadeur était là, il nous regardait… Puis quelqu’un nous a dit qu’il était d’accord pour recevoir quelques-uns d’entre nous : nous avons alors répondu que nous étions d’accord s’il parlait avec tout le monde. Mais nous n’avons plus eu de nouvelles par la suite.
« Des agents des forces de l’ordre marocaines nous ont mis dehors »
Vers 21 h, deux agents des forces de l’ordre marocaines sont entrés dans l’ambassade et nous ont dit de sortir. Nous avons protesté, mais ils ont menacé d’appliquer la force. Ensuite, ils sont revenus avec d’autres agents, qui nous ont poussés dehors. Puis l’ambassadeur est sorti du bâtiment, sous escorte, sans rien dire. Lire la suite sur France 24.fr

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Maroc : des étudiants congolais dorment devant leur ambassade pour réclamer trois années de bourses impayées

  1. Ku Ibiti dit :

    Aaah Kongo. Buala ke na kuenda wapi hein ?!!!

  2. Jean de Dieu Etoumbakoundou dit :

    Saassou Nguesso internationalise son incompétence. C’est le chaos total. mème à l’ambassade du congo à paris, c’est le désordre, trop d’ancien pecheur elevé au rang de diplomates qui viennent brouiller les quelques rares cadres qui veulent bien travailler pour leur concitoyens,

  3. Anonyme dit :

    Malgré ses milices et ses armes,ce type aura-t-il encore le toupet de venir parler en public.? Que peut-il encore ? C’est vrai que tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute.

  4. LA HONTE dit :

    POURQUOI LE DICTATEUR SASSOU NE FAIT QU’A SA TÊTE CONTRE LES ETUDIANTS CONGOLAIS ET LEURS PARENTS? https://www.youtube.com/watch?v=tvdt3Cx8jY4

  5. VAL DE NANTES dit :

    Le despotisme n’a point d’âme ,donc d’humanisme .On feint de diriger un pays ,alors que l’objectif principal est la maximisation des profits financiers en faveur de sa progéniture .
    La faillite de la pensée néo coloniale matérialisée par une inadaptation des institutions surannées ,lesquelles font des choux gras à un dictateur a – patriotique .
    La présidence de la république au CONGO est le graal pour ceux dont l’échec scolaire créa un traumatisme freudien .

  6. IDIOTS DU PCT, MABOLO YA BA MAMA NA BINO ! dit :

    Sassou ndoki ! libolo ya mama na yo !

    Mvouba moundjioula mvoumbi ! mboula mama kou !

    Kolelas tchizoba ! ngué mpé mboula mama kou !

    Ntsatou mabiata yéza ! loundindi ya mama ngué on dirait mbala !

    Mouamba mbombo imbi ! figure on dirait ngoulou ! mboula mama ngué !

    Mbouya zoba, liboumou touffi ! libolo ya mama na yo !

    Thierry Moungala albinos nauséabond ! puant comme une hyène ! founia mama ngué

    Tchystère Tchicaya tête de guinarou, visage de gargouille, idiot, tchissondo tchi ngoulia kou !

    Ngakosso elongui mabakou ! vilain comme un chimpanzé ! libolo ya mama na yo

    Ondongo monoko lokola libolo ya mboua ! libolo ya mama na yo !

    Ayessa papa zoba ateka mwana ba passola libolo ! lidoussou ya mama na yo !

    Okemba assassin, youma, elongui lokola mossomba ! libolo ya mama na yo !

  7. VAL DE NANTES; dit :

    Et dire ,qu’ il y a certains crétins qui se précipitent à aller à la dolce vita présidentielle sans ,au préalable ,faire un toilettage profond de ces institutions toxiques qui esclavagisent l’homme congolais .

    Pourquoi pas ,une pause de cette merdique de fonction pour mieux calibrer la formule institutionnelle qui conviendrait au pays sans égratignures ?

    LE CYNIQUE homo politicus congolais se noie dans son vieux patchwork institutionnel pour mieux assouvir ses instincts criminels .

    Quel est l’intérêt de la fonction présidentielle ,au demeurant ,criminogène et budgétivore ,si c’est pour nous offrir des images d’outre tombe ?

    Le CONGO A MAL AVEC CETTE FONCTION ,qui crée plus des cadavres qu’il n’ en soigne ….
    Le temps de trouver l’homo politicus congolais épicurien ,nous serons tous morts .

    Et le CONGO pourrait disparaitre des radars des nations unies ,de la planète ,sans que personne ne s’en rende compte ,sauf le FMI pour sa dette tisanique .
    Incapables de gérer cette fonction ,avouons le !
    On a fait du pouvoir politique la réussite sociale sur le modèle du grand prédicateur A .MASLOW

    Chers compatriotes ,

    Ce costume institutionnel emprunté, par étourderie , aux français nous semble trop large .Le compte n’y est pas .A MOINS D’ALLER RÉVEILLER MASSAMBA DEBAT , encore faudrait il débusquer sa tombe …
    Incapables de gérer des milliards obtenus sans le moindre effort cérébral .

    Notre mort collective ne sera suivie d’aucune larme ,car nous aurons été idiots sur toute la ligne .
    Notre vie sur terre aura été un véritablement divertissement ,car nous aurons longtemps contemplé les figures magiques que SASSOU aura fait miroiter sur le ciel congolais .

  8. EMBOULOUMOKOUE dit :

    Hier contre Marien Ngouabi, les ´étudiants étaient toujours au pied de guerre. Pourquoi aujourd’hui se terrent ils a accepter l’inacceptable? Changement d’époque? Ayo Tonga et son ami Bernard Ponguy les activistes anti Sassou Nguesso pouvaient bien nous décripter ce sujet:

  9. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    C’est très triste de voir ces images qui n’honore mon pays . Mais cela va humaniser la population Mbochis qui a longtemps bénéficier des beaucoup de privilège , pendant le règne de sassou . Car 80% de ces étudiants sont du groupe Mbochis . Nous au pool la crise est un non événement ,c’est depuis longtemps que nous subissons le génocide bien planifier de sassou . c’est impossible qu’un jeune Kongo puis se voir octroyer une bourse . Mais j’en sûr que cette barbarie ne survivra pas sans argent .

  10. Anonyme dit :

    Bien qu’il s’agit à 98% d’une probable opération de déstabilisation, j’estime que les compatriotes sont dans le droit de défendre leurs intérêts. Ce sont des revendications légitimes. Ceci étant dit, ces derniers ne risquent ils pas de devenir à leur insu les instruments d’officines étrangères qui conspirent contre le Congo, avec le concours vichyste des forces endogènes ? Je soupconne ce média tendancieux qu’est france24 (quid de la branche estudiantine des Gilets Jaunes révolutionnaires ? la récréation néocoloniale est terminée) d’œuvrer à ternir l’image d’un Etat africain francophone, certes ami, mais qui lutte activement contre le maintient du FCFA et l’imposition de son nouveau clone l’ECO ouattaro-voltaïque (la nouvelle trouvaille franco-macroniènne pour mieux enfumer l’opinion diasporique qui est En Marche somnambuliste) de pacotille. C’est peine perdue pour les ennemis de la paix en Afrique, nous sommes au 21ème siècle, la jeunesse panafricaine éveillée constitue aujourd’hui la majorité active et celle-ci a pris le pas sur la minorité communautariste vendeuse d’illusions. Enfin, je réitère le soutien citoyen aux jeunes étudiants, quelles que soient les manipulations dont ils sont peut être l’objet.

  11. RENE MAVOUNGOU PAMBOU dit :

    CECI EST SYMPTOMATIQUE DE L’UNE DES ACTIONS CONCRETES DU TYRAN DES BORDS DE L’ALIMA AYANT FAIT DES ETUDIANTS CONGOLAIS ET DES JEUNES EN GENERAL DES LAISSES-POUR-COMPTE

    AINSI SASSOU NGUESSO N’A DE CESSE DE TRAINER LE CONGO DANS LA BOUE!

    QUAND LES POUVOIRS PUBLICS SE DESENGAGENT DE L’EDUCATION DES JEUNES ON NE PEUT ENTREVOIR UN AVENIR POUR LE PAYS.

  12. Uppercut! dit :

    Les « autorités » de Brazzaville attendent qu’il y ait un drame devant l’ambassade du Congo pour réaliser que ces jeunes sont vraiment en danger.

    Quand on pense qu’au moins deux ministères (Education supérieure et Affaires étrangères) sont concernés et que personne ne dit mot, no mesure alors l’étendue de l’IRRESPONSABILITE dont fait montre le gouvernement congolais.

    Ces enfants sont loin du pays bordel de merde ! Pourquoi le grand NYONGOLOGUE qui possède des ranchs, des usines,un abattoir ultra-moderne, des plates-formes pétrolières et des banques dans son village, reste t-il de marbre devant la détresse des étudiants congolais au Maroc ?

    SASSOU-NGUESSO A L’OBLIGATION DE PAYER LES BOURSES DES ETUDIANTS CONGOLAIS AU MAROC OU DE LES RAPATRIER AU CONGO…AVANT QUE L’IRREPARABLE NE SE PRODUISE.

  13. val de NANTES dit :

    Ces petits abandonnés ,seront ils les cadres de demain ?
    Ces formations effectuées dans des conditions inhumaines ne présagent pas des lendemains idylliques .
    C’est une masse du capital humain destructuré ,dont le CONGO doit faire le deuil .
    N’eut été la démocratie en FRANCE ;beaucoup d’entre nous auraient connu la même aventure .C’est une habitude congolaise sous SASSOU de jeter en pâture l’élite en formation ;déjà formée ,congolaise .
    Sassou ne sait que faire du capital humain ,tant le pétrole est une ressource inépuisable pour qu’il se préoccupât du devenir industriel ;économique ,etc de notre pays .
    Une nouvelle forme d’Etat s’impose au regard des errements et incompétences de gouvernance sous le règne despotique du monstre SASSOU ;
    la proposition de féderer le pays se veut l’unique solution aux aventuriers politiques ,qui sont à court d’idées institutionnelles innovatrices .
    Nous nous fondons sur le principe de précaution institutionnelle pour neutraliser la fonction présidentielle et prioriser le poste de premier ministre .

  14. Nokopio dit :

    On a longtemps eu le tord d’avoir porté de la sympathie à Sassou Nguessou,, ce vaut rien, qui , par sa démagogie, son caractére criminels a eu à donner des faux espoir à tant de gens et a brisé au fil de temps l’espoir, la vie de tant de Congolais.et le Congo.
    Que ceux qui continuent à soutenir le montre criminel et sanguinaire Sassou Nguessou et son régime deviennent enfin des humains et comprendre que la place de Sassou Nguessou et de sa bande est la prison à vie.
    Le Congo, l’Afrique, le monde n’a jamais connu de chefs d’état si idiots,médiocres, tribalistes et génocidaires que ce Sassou Nguessou.Autreur de tant d’assassinnats, de génocides, crimes contre l’humaninité, tous ceux qui collaborent avec lui, le soutiennent vont inéluctablement purger leur punition comme ce salopart ainsi que sa bande de malfaiteurs. Congolais! Unissez vous pour en vinir avec ce vulgaire individu et son régime.

  15. CONGOLAIS LAMUKA NA PONGUI SASSOU AZA KO BEBISSA NIOSSO NA MAYELE YA BA JEUNE dit :

    POURQUOI LES PARENTS DE CES ETUDIANTS NE SORTENT PAS DE LEUR SILENCE DE CIMETIÈRE POUR ORGANISER UNE MARCHE INTERPELLANT LE GOUVERNEMENT CONGOLAIS A PRENDRE CES RESPONSABILITÉS. AH BON ILS ATTENDENT QUE LEURS ENFANTS AGISSENT PAR VIOLENCE ET QUAND ILS SERONT REFOULER AU CONGO ALORS ILS IRONT SE COURBER DEVANT LUCIFER DEMANDER PARDON! PARDON!
    QUELLE HONTE POUR NOUS LES CONGOLAIS… CELA FAIT PITIÉ DE VOIR NOS COMPATRIOTES ETRE RÉDUITS AINSI DANS UN PAYS QUI N’EST LE VOTRE….

  16. val de NANTES ,coréens du nord ,d'afrique centrale ,pardon congolais de BRAZZA , réflechissons . dit :

    Féderer le pays pour mieux cibler les dynamiques économiques locales .
    Imaginer un seul instant que les formations soient territorialisées ,et chaque région fédérée prenne en charge les frais de formation ,je ne suis pas sûr que nous soyons dans cette situation de démission étatique ,
    Une région féderée ,ayant une autonomie financière et économique ,n’a plus à recourir à l’Etat central pour assumer les besoins de formation qui rélevent de la dite région .
    On cantonne les charges dans un espace géographique bien borné ,afin d’éviter l’effondrement géneral que connait ce CONGO hypercentralisé .
    Repenser la nouvelle forme d’Etat suppose que l’on se débarasse des avatismes coloniaux qui empiétent sur notre désir irréversible de progrès social .
    On n’avance point ,en gardant le surpoids du legs colonial périmé .
    Ces images des étudaiants SDF font gondoler bon nombre d’africains ,ce qui aggrave le volume de honte africaine qui s’exerce sur nous ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.