Quelles sont les forces extérieures qui ont contribué à la destruction de l’Etat Somalien ?

Par Dr. Mehenou Amouzou

La Somalie était un pays prospère et auto-suffisant dans le domaine de l’agriculture dont l’économie a été sabotée au début des années 1980. Cette hécatombe a été accentuée par les dix ans de présence du Fonds Monétaire International (FMI) qui, à travers son Programme d’Ajustement Structurel (PAS) a largement contribué aux problèmes socio-économiques et à la famine des années 1980 et 1990. C’est ainsi que la Somalie s’est disloquée dans ce chao social général.  

Selon le journal Le Times, avant le coup d’état qui a chassé du pouvoir le Président Mohamed Siad Barre en 1991, quatre grandes compagnies pétrolières américaines: Conoco, Amoco, Chevron et Phillips étaient en liste et contrôlaient les 2/3 du pétrole Somalien.

Bien que l’Administration et le Département d’Etat Américain n’aient eu de cesse d’affirmer que la présence des militaires Américains en Somalie était strictement justifiée par des raisons humanitaires, les documents officiels et les compagnies pétrolières américaines ont largement prouvé que les contingents Américains étaient là pour garantir la sécurité des  exploitations américaines.  

Selon Michel Chossudovsky,Professeur émérite d’économie à l’Université d’Ottawa, l’expérience de la Somalie montre que la famine à la fin du 20ème siècle n’est pas la conséquence d’un manque de nourriture, mais au contraire que les famines sont le résultat d’une surproduction mondiale de céréales de base.

Depuis les années 1980, les marchés céréaliers ont été déréglés par les excédents céréaliers de la Banque mondiale et des Etats Unis qui n’hésitent pas à utiliser cet excédent, comme dans le cas de la Somalie, pour détruire la paysannerie locale et déstabiliser l’agriculture alimentaire nationale. Cette dernière devient, dans ces circonstances, vulnérable aux aléas de la sécheresse et à la dégradation de l’environnement.

Sur tout le continent africain, le modèle de « l’ajustement sectoriel » dans l’agriculture sous la tutelle des institutions de Bretton Woods a entrainé la destruction de la sécurité alimentaire. La dépendance vis-à-vis du marché mondial a été renforcée, «l’aide alimentaire» à l’Afrique subsaharienne a augmenté de plus de sept fois depuis 1974 et les importations de céréales commerciales plus que doublées. Ces importations sont ainsi passées de 3,72 millions de tonnes en 1974 à 8,47 millions de tonnes en 1993. L’aide alimentaire est passée de 910.000 tonnes en 1974 à 6,64 millions de tonnes en l993 et n’a de cesse d’augmenter.

En 2009, les Nations Unies et l’Administration Américaine avaient accusées le groupe Al Shabab d’imposer « une interdiction sur l’aide étrangère dans leurs territoires » mais ce qui n’a pas été dit ou mentionné dans ce rapport est que Harakat al-Shabaab al-Mujahideen (HSM) est financé par l’Arabie Saoudite et soutenu secrètement par les services secrets de l’Occident.

Le soutien de la milice Islamique par les services secrets occidentaux fait partie d’un modèle historique de soutien clandestin plus large à Al-Qaida et à ses branches affiliées dans certains pays comme la Libye, la Syrie. On peut valablement penser que ce soutien s’étend également à Boko Haram.

Qui aurait pensé qu’en 2009, les Gouvernements des Etats-Unis, de l’Europe et de la Chine déclareraient la guerre aux pirates ? La marine royale Britannique soutenue par les navires de plus de deux douzaines de pays naviguent dans les eaux territoriales somaliennes à la recherche des pirates Somaliens, avec pour objectif de les combattre. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à les poursuivre jusqu’à l’intérieur des terres Somaliennes.

Un jeune homme britannique pirate appelé William Scott, a dit juste avant d’être pendu à Charleston (Caroline du Sud): « Ce que je faisais me permettait de survivre et j’étais obligé de pirater pour vivre».

En 1991, l’effondrement du gouvernement de la Somalie a entrainé une déstabilisation générale du pays.  La famine s’est instaurée. Néanmoins, certains pays Occidentaux ont trouvé grâce à cette situation, l’opportunité d’exploiter gratuitement les ressources naturelles du pays tout en déversant des déchets nucléaires et autres déchets toxiques dans la mer.

La guerre civile ayant eu pour conséquence de supprimer le pouvoir central (Président, Gouvernement et différents cabinets en charge des affaires du pays), dès qu’elle a commencé, de mystérieux navires européens sont apparus au large des côtes somaliennes et ont déversé dans l’océan des barils de déchets nucléaires. La population côtière a commencé à tomber malades. Au début, c’était des éruptions cutanées étranges, des nausées et des bébés malformés. Puis, après le tsunami de 2005, des centaines de barils ce sont retrouvés sur la côte de Mogadiscio et d’autres liquides douteux sont sortis des barils.  La population a commencé par souffrir de la radiation et on a dénombré plus de 300 morts. M. Ahmedou Ould-Abdallah, l’envoyé de l’ONU pour la Somalie, disait: «Quelqu’un est entrain de décharger des déchets nucléaires sur la côte, il y a aussi du plomb et des métaux lourds tels que le cadmium, le mercure et d’autres encore. » Une grande partie de ces déchets peut être retracée dans les hôpitaux et les usines européennes, qui semblent avoir mis à la « disposition » de la mafia italienne ces matériaux. La question a été posée à M. Ould-Abdallah de savoir ce que les gouvernements européens faisaient à ce sujet. Il a répondu avec un soupir: « Aucun nettoyage, aucune compensation, prévention et ou traitement n’a été fait ». En même temps, les médias européens n’hésitent pas à montrer des images des enfants et des femmes souffrant des maladies dont leurs Etats sont responsables. 

Plusieurs navires européens, mais aussi asiatiques ont pillé la plus grande ressource des mers somaliennes : les fruits de mer. Ainsi, l’Europe après avoir détruit ses propres stocks de poissons par la surexploitation s’est à présent tournée vers l’Afrique,  spécialement vers les pays qui n’ont plus de souveraineté comme la Somalie. Dans les medias Occidentaux, la Somalie « est l’un des pays les plus pauvres au monde mais aussi l’un des pays les plus barbares ». Seulement, ce pays fournit plus de 500 Millions de Dollars de thons, crevettes, les homards et autres fruits de mer chaque année. Ces richesses naturelles sont prélevées par de grands chalutiers naviguant illégalement dans les mers non protégées de la Somalie. Depuis que la guerre civile a été déclarée en 1991, la Somalie subi une perte de revenus annuelle de 500 millions de dollars seulement au niveau de la pêche. Donc pendant 24 ans, la Somalie a perdu un minimum de 12 Milliards de dollars. On comprend donc pourquoi la Somalie est toujours dans cette situation désastreuse.  Est-ce que la Somalie a réellement besoin d’aide? Est-ce que l’Afrique a besoin d’aide? Qu’est-ce-qui se cache derrière cette aide? Ce qui entraine que les pêcheurs locaux ont soudainement perdu leurs moyens de subsistance et ils sont affamés. Mohammed Hussein, un pêcheur vivant dans une ville située à 100 km au sud de Mogadiscio, a déclaré à Reuters: « Si on ne fait rien, il n’y aura bientôt plus grande chose dans nos eaux côtières. »

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Quelles sont les forces extérieures qui ont contribué à la destruction de l’Etat Somalien ?

  1. Lucien Pamboum kaya m voka dit :

    A tous

    Qui vous a dit que l occident voulait lebonheur des negres et des dominés fichiers monde?
    La politique de decolonialisation au nom des droits humains et non de l homme a été voulue afin de continuer l exploitation par des moyens et méthodes moins barbares
    C est vrai de la Somalie en guerre et divise pour des motifs politico religieux.mais c est vrai aussi pour des pays comme le Congo brazza qui par sesappartences aux réseaux de la France Afrique et de la franc maçonnerie sé laisse piller et dépecer deses ressources naturelles
    C est vrai aussi des pays comme le Ghana qui ont dit non aux prêts du fmi et qui de façon opportune regarde avec les yeux de chimère les revendications grossières du togolais allemand cette partie du Togo qui avant la première guerre mondiale appartenait à l Allemagne et rattachée aujourd’hui au Ghana pour le morceau anglais.l autre morceau dans sa partie française est le Togo actuel
    En d autres temps les agissements de l occident étaient qualifiés d impérialisme
    N hésitons pas aujourd’hui de qualifier ces actes d esclavagisme volontaire de la part des pays africains souvent avec la bénédiction -soumission de leurs dirigeants politiques trop contents d avoir à traiter en face à face avec le maître d’hier qui aujuordhui est qualifié de partenaire pour le développement
    L occident partenaire sé godole et continue enprive de traiter lors pays africains de negres enfoncés dans un réseau international dont ils sont uniquement les porteurs d’eau comme au bon vieux temps de l esclavage

    Tiens dplacons le problème sur un angle matrimonial qui est un angle de dominton subjectivo-objectif
    Certains chefs d états d Afrique ont épousé des européennes pour être bien vus de la mère patrie
    Dire moi et dans discrination aucune ma part car je reste dans le cadre de l observation explication
    Quels sont les chefs d etaseuropeens qui ont pour épouses de femmes noires?
    Aucun.en revanche des maîtresses et amandes noires cachées oui
    Reflchisses et vous verrez comment le reseau tel un serpent enlace et retardé l émergence tant souhaitée par les états negres

  2. Lucien Pamboum kaya m voka dit :

    Lire dites moi et sans discrimination

  3. Bulukutu dit :

    C’est la théorie du chaos. Il ne s’agit plus de « regime Change », mais de Déstabiliser les pays riches en matières premières, supprimer toutes formes d’état dans ces territoires Et piller allègrement sans avoir à rendre des comptes, saupoudrer quelques subsides aux potentats locaux qui, bien sûr sont priés de la fermer, car c’est cela le deal. C’est le cas du Venezuela (en cours avec Guaido), de la Syrie (1° round perdu grâce à l’intervention de la Russie), de la Lybie, La Rdc, Et j’en passe… Par ailleurs, certains pays riches déstabilisent aussi le système alimentaire des pays autosuffisants, mais considéré comme pauvres, pour ensuite leur envoyer leurs excédents de mauvaises qualité (produits alimentaires, manufacturés,… ), c’est le propos du texte ci-dessus.

    Par ailleurs, les pays riches n’hésitent à nous envoyer leurs ONG pour faire de l’humanitaire dans le but de réparer ou faire semblant de réparer des situations qu’ils ont eux-mêmes créées: des pompiers pyromanes. La question est: nos dirigeants ont-ils les moyens de s’opposer à cet ordre mondial sans prendre d’énormes risques pour leur sécurité? C’est là qu’intervient la notion de courage politique et donc la vision que l’on a pour son pays, son continent. Les présidents ou administrateurs locaux africains qui ont essayé, de privilégier les intérêts africains, l’ont payé de leur vie. Ceux qui durent sur le trône à quelques exceptions près, sont donc de fait, les premiers fossoyeurs de l’Afrique.
    « Ce qui aurait pu être un pays » avec la découverte de nouveaux gisements d’or noir on-shore, est donc voué à une dislocation perpétuelle pour finir de siphonner les ressources naturelles. Ce territoire restera, Si rien n’est fait, un non Etat troublé à perpétuité avec tout ce que cela implique: du sang et des larmes.

  4. La situation du Mexique, veritable eponge de petrole, mais dont la population est contrainte a l’exil pour echapper a la pauvrete est la pour nous faire comprendre que jamais le blanc ne voudra voir un peuple colore (non blanc) avoir un niveau de vie qui avoisine ou depasse le sien. C’est cette facon de voir qui anime l’homme blanc depuis toujours. Aussi, quand il utilise des subvertiges telles : droit de l’homme, democratie etc, il ne pense qu’a creer la diversion au sein des populations non blanches. En effet, tant que le pauvre administrateur local joue son jeu, celui ci devient le sage, l’homme providentiel, etc. que la presse des blancs vantera a longueur de journee et en toutes circonstances. Mais des que l’africain se comporte en Lumumba, Nasser et autres nationalistes et africanistes, c’est la mort qui leur est destinee.

    En consequence, a nous de faire attention; en commencant par redevenir nous memes. N’acceptons plus de regler nos affaires par les armes. Revenons au systeme du mbongui car nous avons besoin de tout le monde pour construire le village congolais et au dela la nation africaine. Hier la somalie, aujourd’hui la libye, a qui le tour demain. Dans toute l’Afrique, on ne parle que de futures elections a risques ( congo, cote d’ivoire, etc.). Pourquoi ne pas prendre les devants pour effacer ces mauvais sorts? J’emets le voeu que les africains se retrouvent pays par pays afin d’adopter des constitutions nationales qui eliminent toute confrontation entre enfants d’un meme pays.

    Trop de soufrances, trop de sang verse, trop de larmes ca suffit

  5. Lucien Pamboum kaya m voka dit :

    A bulukutu et au citoyen libre
    Je suis d accord avec vos analyses
    Mais tout de même pourqoui -même s ils sont manipules-les pays du golfe producteurs de pétrole et créateurs de l OPEP résistent mieux et davantage que les dirigeants des pays africains
    Faut il et doit on penser que la peur et la lâcheté sont l’ADN génétiques des peuples noirs qui critiquent l occident a longueur de journée et qui paradoxalement leur vouent un respect d esclaves a maîtres
    De plus l absence de concience réelle chez les peuples noirs et leurs digeants fait que ces peules s entretient pour être le premier en face du maître.l esclavage en tant qu’ institutiôn a peut être été aboli mais les effets perdurent dans lors têtes des dirigeants negres
    Desolant

  6. Anonyme dit :

    Et tout particulièrement dans la tête du dirigeant pour lequel ce site est principalement dédié, le tyran de l’Alima sassou nguesso.

  7. Bulukutu dit :

    @Lucien Pambou! Est ce que vous vous considérez comme étant génétiquement lache et peureux? Pas moi. Il y a des lâches partout y compris en Occident. Mais il y a un ordre mondial que j’ai déjà évoqué plus haut. Cet ordre est issus de notre histoire commune. Elle est la resultante des événements survenus tout au long des siècles passés. N’oubliant pas que durant au moins cinq siècles, nous avons perdus toutes les guerres que nous avons livrées. Les quelques victoires sporadiques que l’on compte dans notre histoire n’ont pas été décisives: la traite arabo musulmane est une guerre perdue (14° siècles). La traite négrière est une guerre perdue (5 siècles). La colonisation est une guerre perdue (2 siècles). La néocolonisation est une guerre en cours, que nous sommes peut-être en train perdre, si nous n’agissons pas (1/2 siècle déjà). De ces défaites successives est née un ordre mondial qui a été en partie scellé lors de la conférence de Berlin au 19° siècle et consolider dans le temps. Certains européens sont fiers de nous expliquer que la traite négrière a permis de stopper la traite arabo-musulmane. Qu’en est-il vraiment ?
    Les vainqueurs ont établi une hiérarchie qui leur permettent de régir le monde selon un modèle pyramidal. Je vous laisse deviner qui est en haut et qui est en bas d’après les vainqueurs? Sur une pyramide, il n’y a qu’un seul chef. Il s’agit de verticalité, d’ordre. Le grenier de la terre ne peut pas être en haut de la pyramide, car cela lui conférerait un trop grand pouvoir. Et puis, pour avoir un accès facile aux matières premières stratégiques dont regorge l’Afrique, il est impératif pour les occidentaux, qu’un etat de chaos permanent soit en vigueur dans ces territoires. Pas d’état constitué et fort = Coût des matières premières bas.

    Sur l’échiquier mondial, on a vu s’affronter les USA et tous ses affidés, à l’URSS. Les occidentaux ne se sont jamais battus contre l’Arabie Saoudite (création britannique), ni contre le Quatar, etc. Aujourd’hui, les occidentaux ont étendu leur bataille pour le leadership mondial, à la Chine. La Chine et la Russie sont aujourd’hui, les deux seuls pays au monde à avoir les moyens de remettre en question l’ordre mondial tel qu’il existe depuis au moins la deuxième guerre mondiale. Les arabes du Golfe sont arrimés a un système politique mondial auquel ils ont fait allégeance en tant que supplétifs des occidentaux (USA). Ce qui leur laisse une certaine marge de manœuvre relativement restreinte. Alors si vous comparer les États du golfe à certains États africains, c’est que pour vous, les pays du golfe représentent l’horizon à atteindre: Un exemple à suivre. Vous supposez donc que les Saoud ou même l’émir du Quatar sont capables de défier les USA? Il n’en ai rien et vous le savez. Vous évoquez l’OPEP. C’est une organisation qui permet aux américains par supplétifs interposés, d’avoir la main sur le marché de l’or noir dans cette région. Ils permettent à l’Arabie Saoudite d’être une puissance régionale pour contrer l’Iran, l’ennemi juré qui ne veut pas faire allégeance.
    Si la comparaison concerne les infrastructures, il s’agit d’un problème de casting et non de génétique. Le chef d’un état vassal, peut investir dans les infrastructures tant que cela ne vient pas perturber l’ordre mondial en vigueur.
    Voilà livré ma modeste contribution à certaines interrogations. Le débat est ouvert et je n’ai pas la prétention d’avoir les bonnes réponses.

  8. Lucien Pamboum kaya m voka dit :

    A bulukutu

    Cet aspect complémentaire et descriptif du monde à partir de l angle géopolitique articulé autour de l institutionnel ,des rapports de force et des territoires me convient parfaitement

    Je n ai pas d arguments supplémentaires a a apporter si ce n’est qu’ a la marge pour dire que dans un monde devenu complexe les dirigeants africains doivent laisser leurs grilles traditionnelles d analyse pour en adopter de nouvelles en tenant compte delà situation biblique de David contre goliath qui a permis a David de surmonter des handicaps physiques face au monstre goliath
    Bonne journee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.