15 aout 2019 : Sassou dans l’impasse ou déjà dans la nasse ? Il a refusé de prendre la grande porte en 2016, qu’il prenne au moins la petite en 2021

Par Pascal Malanda

Bravo, monsieur Sassou, vous avez enfin reconnu qu’il y a un CONGO ÉTERNEL qui nous unit et nous survivra à vous et à nous tous. Je vous croyais plus sourd que celui qui ne veut entendre, mais là, par le biais d’un clin d’œil, vous avouez (si ce n’est vous-même, du moins les rédacteurs de vos discours) accorder une attention à ce qui se dit et s’écrit sur les réseaux. Cependant, reconnaître ne suffit pas, encore faut-il comprendre que le CONGO ÉTERNEL est notre bien commun que nous devons léguer à la postériorité en bien meilleur état que celui où nous l’avons trouvé.

Oui, LE CONGO ETERNEL vous survivra, nous survivra, mais au moment de votre très prochain bilan final devant l’Architecte de l’univers, aurez-vous le courage d’affirmer que le CONGO de 2019 était plus prospère que celui dont vous prîtes les rennes en février 1979 ? Vous avez eu tout pour faire du CONGO un Koweït ou une petite Suisse (même si vous détestez copieusement l’expression) : Deux booms pétroliers et une remise quasi-totale de dette. Quel CONGO laisserez-vous sous peu aux générations futures ? Non seulement vous les privez des 14.000 milliards de CFA, (20 milliards de dollars) qui leur revenaient de droit, mais vous leur volez leur avenir en les lestant du boulet d’une dette odieuse dont les produits sont des fantômes et des éléphants blancs.

Oui, le CONGO ETERNEL vous survivra, nous survivra. Vous avez cru tronquer et surtout tromper l’histoire en 2016. Vous auriez pu partir la tête haute en sortant par la grande porte. Que nenni, vous avez choisi de vous cramponner au pouvoir. Vous seul savez le goût de ce quinquennat de trop, obtenu au prix du sang et des larmes des autres, au prix de la liberté de vos fidèles disciples. Mandat de trop qui vous conduit à la petite porte de 2021. Il n’y a pas de honte à prendre la porte arrière de service quand la porte donnant sur le parvis est en flammes.

Vous savez mieux que tout le monde : 2021 est une impasse. Et vous savez bien que l’impasse se transforme facilement en nasse. Vous à qui on prête l’expression selon laquelle le pouvoir est un gibier pris dans la nasse, accepteriez-vous de devenir prisonnier du pouvoir et de votre propre nasse ?

Vous dites : « La multiplication de signaux cumulatifs et rassurants légitime, à juste titre, notre appel renouvelé à l’espérance et à l’optimisme, au bénéfice du CONGO ETERNEL » Oui, au-delà de nos divergences, nous partageons cette profonde espérance et ce contagieux optimisme qui nourrissent le CONGO ETERNEL que nous avons, malheureusement et temporairement, réduit à l’état de champ de ruines où coule des torrents de haine. Vous avez (pour combien de temps encore ?) les clés de la maison CONGO, ce pays si beau et si riche qui n’a pas du tout besoin du FMI pour se reconstruire, mais de l’intelligence de tous ses enfants réunis par le PARDON et la réconciliation pour se relever de ses cendres comme un Phoenix. Ecoutez le Divin silencieux en vous que le Divin affligé en moi salut au nom du CONGO ETERNEL

Pascal Malanda

LE CONGO ETERNEL

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à 15 aout 2019 : Sassou dans l’impasse ou déjà dans la nasse ? Il a refusé de prendre la grande porte en 2016, qu’il prenne au moins la petite en 2021

  1. Anonyme dit :

    Dans son discours sassou dit ceci : »nous ne devons plus être à chaque fois,comme aujourd’hui et par le passé,victimes des fluctuations des matières premières fussent elles stratégiques « .
    Ce qu’il ne dit pas c’est que nous sommes victimes de la dilapidation éhontée de nos richesses par lui et sa famille . C’est la fluctuation des matières premières qui a volatilisé les 14 mille milliards des générations , les 70 millions de dollars du trésor public ? Etc.
    Tout un discours,rien sur la corruption qui gangrène le pays .Comment fera-t’il pour espérer s’en sortir .?

  2. Bakala dit :

    Malanda,
    Ne perdez pas votre temps avec le vieux Niongo. C’est un cas irrécupérable que vos beaux discours ne changeront jamais.

    Bakala qui vous salut au passage.

  3. Bakala dit :

    En cette journée anniversaire, je demande aux congolais et congolaises de cultiver l’amour de leurs compatriotes. C’est l’amour qui pourra sauver ce pays. J’ai eu été de n’être dans un Congo où l’amour régnait non seulement dans les familles, mais aussi dans les quartiers, à l’école et aux lieux de travail. Aujourd’hui, la difficulté rend égoïste et parfois méchant. Mais ces maux sont malheureusement des valeurs chez certains dirigeants politiques qui sont égoïstes et méchants par nature. Ce ne sont pas des bons exemples. Regardez les photos de Massambat Débat assis avec des enfants, écoliers. On voyait l’amour qu’il avait pour son peuple. Regardez Ngouabi qui faisait son jogging entouré des élèves ou qui mangeait avec la population quand il faisait des tournées à l’intérieur du pays. On sentait des présidents qui aimaient leur peuple qui le leur rendait bien.

    Aimez vos compatriotes et nous construirons un nouveau Congo éternel ! Rejetez les valeurs du vieux Niongo.

  4. Val de Nantes. dit :

    Qu’il prenne la potence en 2021.

  5. MOUTI BAKOUTA dit :

    Sassou dit ce que le commun des mortels pense.

    Mais Sassou ne pense PAS ce qu’il dit. Donc il ne peut CROIRE ce qu’il dit s’il ne le pense PAS.

    C’est aussi simple que cela.

    LA PREUVE : Tous ses slogans depuis le début de son règne ne sont que des entourloupes, de la supercherie, de l’enfumage du peuple Congolais.

    Où sont, je cite :  » LES GROS ET LES PETITS POISSONS DANS LA NASSE  » dont il parlait il y’a moins d’un an ?

    Alors « CROIRE » encore aux paroles de Sassou, c’est être d’une naïveté insondable, d’une bêtise sans nom et d’une idiotie indécrottable.

  6. Anonyme dit :

    Incroyable !
    Vous insistez toujours sur les 14 milliards des generations futures. Mais cet argent n’a jamais existe’. C’est de la pure diversion.

  7. Anonyme dit :

    Pascal Malanda l’infatigable rêveur.

  8. Revelino dit :

    @ Au Grand frère,

    Toujours la même constance dans tes écrits. Respect. Très honnêtement, c’est une perte de temps que d’essayer de convaincre ce monsieur. Monsieur Sassou est incorrigible. Il ne changera jamais. 35 ans au pouvoir de pure perte.

  9. VAL DE NANTES . dit :

    Voilà ce qu ‘aurait pu dire ,J J ROUSSEAU s’il était encore de ce monde : » Les congolais n’élisent leurs présidents que pour devenir esclaves « .Ils s’asservissent eux mêmes .
    Une élection présidentielle post SASSOU est une invite au supplice national .
    STOP , à la sujétion moutonnière héritée des atavismes néo colonialistes .Les solutions aux iniquités ancestrales dont souffre notre pays ne surgiront point d’un président élu au CONGO BRAZZA .
    Les RDCéens , avec FATSHI en mesurent déjà l’escroquerie nationale .
    Le blanc ,en partant du congo , avait ancré dans l’esprit des congolais immatures et sauvages que l’espoir passait par l’élection d’un gourou au sommet du gîte ,c’est qui est faux .

  10. Pascal Malanda dit :

    Anonyme dit:
    “Ce qu’il ne dit pas c’est que nous sommes victimes de la dilapidation éhontée de nos richesses par lui et sa famille . C’est la fluctuation des matières premières qui a volatilisé les 14 mille milliards des générations , les 70 millions de dollars du trésor public ? Etc.”

    Il ne le dit pas, mais tout le monde le sait, à commencer par lui-même et son entourage.

    “Tout un discours,rien sur la corruption qui gangrène le pays .Comment fera-t’il pour espérer s’en sortir ?”
    La seule voie de sortie acceptable est de renoncer à se représenter en 2021. Ce serait déjà un immense soulagement pour le peuple qui lui pardonnera à moitié, de ce simple fait son aveu d’échec. Ne dit-on pas qu’une faute avouée est à moitié pardonnée? Pour l’autre moitié, il pourra négocier un allègement avec le peuple comme au Zimbabwe ou en Angola. C’est cela, sortir par la petite porte, quand on n’a pas voulu le faire par la grande porte constitutionnelle. Sassou a le loisir d’écouter le peuple congolais qui est fatigué de sa gestion ou sa famille et ses courtisans qui le poussent à la catastrophe. La décision suprême lui appartient souverainement.

    Bakala dit :
    16/08/2019 à 05:14
    « Malanda,
    Ne perdez pas votre temps avec le vieux Niongo. »
    Chez moi au village, on dit : « C’est dommage, le fou est dans votre famille et le sage dans la famille des autres » ou encore « Le fou qui vagabonde a une famille » Si nous considérons le Congo comme une famille et le Vieux Niongo comme un irrécupérable pour la famille, par humanisme, je continuerai à parler à ce vieux. La sagesse traditionnelle nous recommande de parler à l’homme jusqu’au moment de jeter la dernière terre sur son cercueil.

    « C’est un cas irrécupérable que vos beaux discours ne changeront jamais. »
    Dans la vie commune que nous impose le CONGO EERNEL, il faut des optimistes indécrottables et je fais partie de cette race. Nos beaux discours ne le changeront pas, mais qu’il emprunte le concept de CONGO ETERNEL est la preuve tangible qu’il nous lit. En linguistique, accepter un mot, c’est déjà subir sa magie qui opère souvent de façon insidieuse. Le Sassou qui a prononcé LE CONGO ETERNEL est sous l’emprise positive de ce vocable et il ne pourra plus être le même qu’avant. Il sait désormais que LE CONGO lui survivra et il a intérêt, pendant le petit temps qui lui reste sur cette terre des Hommes à réparer au maximum le mal qu’il a fait pendant des décennies.

    « Bakala qui vous salut au passage. »
    Salut à toi aussi, frère, dans l’espérance que tu acceptes mon tutoiement.

    Bakala dit :
    « En cette journée anniversaire, je demande aux congolais et congolaises de cultiver l’amour de leurs compatriotes. C’est l’amour qui pourra sauver ce pays. »
    Et la bible ajoute : « Quel mérite avez-vous si votre amour se limite à vos amis ? » Nous devons aimer nos adversaires et nos ennemis pour les désarmer. C’est ce que recommande Martin Luther King dans son merveilleux livre : « La force d’aimer »

    « J’ai eu été de n’être dans un Congo où l’amour régnait non seulement dans les familles, mais aussi dans les quartiers, à l’école et aux lieux de travail. »
    Oui, cher Bakala, enfant de Potal, j’ai connu ce Congo-là. Battons-nous pour remettre le vrai vivre ensemble au centre de nos démarches individuelles.
    « Aujourd’hui, la difficulté rend égoïste et parfois méchant. Mais ces maux sont malheureusement des valeurs chez certains dirigeants politiques qui sont égoïstes et méchants par nature. Ce ne sont pas des bons exemples. »

    Heureusement, ces maux sont passagers. Le peuple est condamné à retrouver les valeurs cardinales d’une société harmonieuse.

    « Regardez les photos de Massambat Débat assis avec des enfants, écoliers. On voyait l’amour qu’il avait pour son peuple. Regardez Ngouabi qui faisait son jogging entouré des élèves ou qui mangeait avec la population quand il faisait des tournées à l’intérieur du pays. On sentait des présidents qui aimaient leur peuple qui le leur rendait bien. »
    Tout cela reviendra beaucoup plus vite que tu ne le crois. Soit dit en passant, Massamba-Débat et Ngouabi sont pour quelque chose dans nos malheurs actuels. Ils ont dû fausser quelque chose dans leurs actions, ce qui a permis l’infiltration progressive des valeurs négatives. Ces valeurs dominent notre vie commune, mais le bien finit toujours par triompher. Mais pour cela, il nous faut aspirer au bien commun.

    « Aimez vos compatriotes et nous construirons un nouveau Congo éternel ! Rejetez les valeurs du vieux Niongo. »
    On peut rejeter les valeurs d’un vieux sans le rejeter lui-même, surtout qu’il commence petit à petit à adhérer au CONGO ETERNEL.

    Val de Nantes. dit :
    « Qu’il prenne la potence en 2021. »
    C’est le meilleur moyen de le condamner à s’accrocher au pouvoir. Il est déjà dans l’impasse ou la nasse, pourquoi le pendre aux crocs du boucher ? Au contraire, il faut le sortir de l’impasse ou de la nasse par le PARDON. Oui, le pardon viendra de lui aussi, de lui d’abord, ce n’est qu’une affaire de temps. Il ne lui en reste pas beaucoup.

    MOUTI BAKOUTA dit :
    « Sassou dit ce que le commun des mortels pense.
    Mais Sassou ne pense PAS ce qu’il dit. Donc il ne peut CROIRE ce qu’il dit s’il ne le pense PAS.
    C’est aussi simple que cela.
    LA PREUVE : Tous ses slogans depuis le début de son règne ne sont que des entourloupes, de la supercherie, de l’enfumage du peuple Congolais. »

    ‘’Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.’’

    C’est le prologue du puissant évangile selon Saint-Jean. Ce que nous prononçons peut nous entraîner très loin. Puisse le CONGO ETERNEL nous réunir, en dépit de la diversité de nos opinions.

    « Où sont, je cite : » LES GROS ET LES PETITS POISSONS DANS LA NASSE » dont il parlait il y’a moins d’un an ? »
    La patience est la longueur du temps divin. En violant la constitution en 2016, Sassou savait-il que son quinquennat allait être amer à ce point ? Gros poissons et menu fretins qui frétillent dans les cours d’eau sont loin de savoir qu’ils finissent souvent dans la casserole.
    Gamin, je chantais à l’école primaire :
    « Un petit poisson disait clairement
    A ses deux amis, soyez bien prudents.
    Puisque là à côté, il y a un pêcheur,
    Si vous vous en doutez, vous serez capturés. »
    Les gros poissons et le menu fretin sont bien prudents, mais le peuple-pêcheur a déjà jeté l’hameçon. Un peu de patience.

    Vous dites : Alors « CROIRE » encore aux paroles de Sassou, c’est être d’une naïveté insondable, d’une bêtise sans nom et d’une idiotie indécrottable.
    J’assume ma naïveté, vous pourriez m’épargner les injures, sauf si c’est plus fort que vous, alors je vous les consens.

    Anonyme dit :
    « Incroyable !
    Vous insistez toujours sur les 14 milliards des generations futures. Mais cet argent n’a jamais existe’. C’est de la pure diversion. »
    Cet argent a bien existé sur les livres comptables de la république. Quelqu’un devra bien en répondre un jour.

    Anonyme dit :
    « Pascal Malanda l’infatigable rêveur. »
    Je l’assume totalement, même si le Congo ne fait plus rêver. A la base de tout grand projet, il y a un rêve. Connaissez-vous le rêve américain ? L’American dream est cet état d’esprit qui habite ceux qui aspirent à la prospérité et à la liberté en pensant à l’Amérique comme cet endroit sur terre.
    Au cœur des ténèbres du racisme américain, Martin Luther King prononçait ce discours historique : I have a dream https://www.youtube.com/watch?v=vP4iY1TtS3s
    Je rêve qu’un jour très prochain, le Congo redeviendra un pays qui fait rêver l’Afrique, comme il l’a fait dans les années 60-70, années où le petit et intrépide Congo pouvait gagner la coupe d’Afrique des Nations, produire des intellectuels de grande valeur, et construire une société juste et équitable. Un Congo dont nous étions tous si fiers. Ce rêve-là, vous ne pouvez pas me le voler.

    Revelino dit :
    Toujours la même constance dans tes écrits. Respect. Très honnêtement, c’est une perte de temps que d’essayer de convaincre ce monsieur. Monsieur Sassou est incorrigible. Il ne changera jamais. 35 ans au pouvoir de pure perte.

    Mon cher et bien-aimé Revelino
    Sassou est peut-être incorrigible comme une pierre, mais j’ai la constance de l’eau qui goûte à goûte arrive, après des millions d’années à percer la roche la plus dure. Dans LE CONGO ETERNEL, Sassou, toi et moi, sommes d’infimes portions de temps qui ont besoin de comprendre la vanité de nos oeuvres sur terre. Et dans le CONGO ETERNEL que nous avons en partage avec Sassou, “ il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour.” 2 Pierre 3-8

  11. Kassava de Tsibakala dit :

    Chers compatriotes,

    C’est vraiment lassant de lire cette phraséologie, qui d’ailleurs se peine à dissimuler les éloges distillés à pas feutré en l’endroit du plus grand criminel que la terre congolaise ait connue de nos jours.

    De mon vivant, je n’accorderai jamais à Sassou une sortie honorifique au firmament de sa médiocrité à la tête de notre pays. Le Nyongologue Sassou a réussi à jouer au démolisseur du tissu social congolais, il a réussi à avilir tout un peuple jadis très fier. Il s’est bien moqué de nous tous, sans exceptions.

    C’est un vulgaire crétin et il ne mérite aucun égard. Toute personne éprise de bon sens ne peut qu’éprouver une forte nausée en le regardant mentir ouvertement le peuple congolais. Ses discours sont devenus des séances de tortures pour le peu de rescapés congolais qui sont encore intellectuellement immunisés. Son entêtement à vouloir diriger le Congo, bien qu’il soit en manque de capacités intellectuelles le ridiculise de plus bel. Il le fait cyniquement pour voir ce peuple souffrir, il vit très bien de nos malheurs ce cancre et il ressent des pulsions à répétition d’extase.
    C’est un homme, dont les médecins ont d’ailleurs abandonné depuis des lustres…

    S’il a réussi à s’éterniser aux commandes de la république, c’est grâce à un montage mafieux entretenu dans son système que nous appelons le Mbochiland. Le mal dont le Mbochiland nous a infligé ne pourra être éradiquer que si nous détruisons à 100% ce système.

    La destruction du Mbochiland exige une détermination constante de ses activistes. Le principe ‘’ Zéro tolérance sera notre doctrine ‘’ car Sassou ne peut se prévaloir avoir été plus congolais que le reste des congolais durant 36 ans de pouvoir sans partage.

    Le Congo lui a tout donné et il a maltraité les congolais. Le salaire du péché est la mort chez les chrétiens. Lorsqu’on s’est comporté manifestement en bourreau toute sa vie, la pendaison reste l’issue le plus probable.

    Nous mettons sérieusement en garde, pour les Tshisekediens du Congo-Brazzaville qui accorderont une circonstance atténuante au Nyongologue.

    La corde du Nyongologue qui l’accompagnera chez son géniteur ‘’ Belzébuth’’ est déjà prête…

    Mon cœur crie Vengeance !

    Vive le Congo !

    Kassava de Tsibakala

  12. LA DESCENTE AUX ENFERS COMMENCE dit :

    PERSONNE SUR CETTE TERRE N’A REÇU UN MANDAT POUR PRENDRE DES GENS POUR DES CONS.
    CE sassou EST UN IDIOT. QU’IL L’ASSUME JUSQU’AU DERNIER JOUR.
    À CEUX QUI ONT LU LA BIBLE, JE NE SAIS DANS QUELLES CIRCONSTANCES, JE DIS RELISEZ LÀ ENCORE PLUSIEURS FOIS. NE NÉGLIGEZ AUCUN DÉTAIL.
    IL Y A D’AUTRES LIVRES À LIRE.
     » UNE CHAMBRE SANS LIVRES EST UN CORPS SANS ÂME « 

  13. Obstinément - 'Give Me Just...' dit :

    …’One More Night’

    Hey Ntoumi, t’as droit à un tapis rouge aussi, en tant que congolais au dessus de la loi comme Takou.
    Et toi le grand voleur de boeufs de Kombé, tu en mérites autant un…

    A bas le système judiciaire, vive la jungle!

    OOOOOUUUUFFFFF,

    POUAH !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.