Etats généraux du clergé congolais : L’abbé Prosper-Mesmin Massengo est-il le fossoyeur de l’Eglise catholique ?


L’Abbé Mesmin Prosper Massengo

L’Archevêché de Brazzaville face à la sorcellerie et à la corruption ! Par Rigobert OSSEBI

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Etats généraux du clergé congolais : L’abbé Prosper-Mesmin Massengo est-il le fossoyeur de l’Eglise catholique ?

  1. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    Certes la tentation est grande pour ces prêtres qui confondent vocation sacerdotale et promotion sociale . Mais la docilité de ya Milandou Anatole pose un sérieux problème . Tenez Après l’éviction brutale du père Joseph Yongolo Nkéoua à la paroisse saint -anne de poto -poto qui était en travaux au sortir de la guerre civile . Comme par hasard c’est le duo Mesmin Massengo , colonel Remy Ayayos prennent la relève des travaux de la basilique de saint-Anne avec un Budget d’un milliards des CFA . Est ce que Ya Milandou ne serait pas un véritable voyou mafieux ? Tous ces prêtres escrocs bénéficient de sa bienveillance parce que simplement Ya Milandou Anatole est aussi dans le charnel , ce dernier à fait voeu de célibat , mais pas de chasteté puis qu’ il est père d’une grande fille dont la mère est originaire du village NGuéla . peut-être qui voudrait laissé beaucoup d’argent à sa progéniture ,il n’a n’en plus fait voeu à la pauvreté .

  2. Jules Jules Sita dit :

    Mesmin Prosper Massengo est un prêtre véreux encourager par certains evêques du Congo, en particulier Mgr Louis Portella Mbouyou, evèque de Kinkala et Mgr Anatole Milandou Archevêque de Brazzaville. Ce prêtre véreux, escros, franc maçon et aux moeurs doteuses est pour ces deux evêques, ce le pêre Annibal Bougnini était pour le Pape Paul VI. Il a orchestré le départ du père Jospeh Yongolo, curé recteur de Sainte Anne qui voulait mettre de l’ordre dans la gestion des finances de la basilique Sainte Anne du Congo. Malgré une vie sacerdotale qui ne correspond pas avec éthique liée au sacerdoce, le père Mesmin Prosper qui s’entoure des dames et de bonnes soeurs assimilées à ses maitresses, est le candidat des deux evêques ici cités à promettre à l’épiscopat! Ces prêtres fils de parents pauvres devenus millionnaires ou milliardaires avec de l’argent volé aux fidèles. Tout ceci à la grande joie Denis Sassou Nguesso qui tournera en derision le discours de cette Eglise du Congo. Pour preuve, un conseillé du dictateur Sassou Nguesso se moquait bien d’un pretre du Diocèse de Pointe Noire qui n’avait pas été claire dans la gestion des fonds alloués pour un voyage des chretiens congolais à rome (Italie) pour prendre part à une grande cérémonie place saint Pierre. L’Eglise du Congo fait effectivement honte aux chretiens avec le vole de grosse sommes d’argent des fidèles pour permettre à ses religieux vereux d’entretenir maitresses et enfants. Un jour viendra et peut etre il est deja là où ces pretres devraient être denoncé comme un pretre du diocese d ‘owando qui à la fin du mois d’avril a éte mis en examen a lille en france pour affaire de moeurs.

  3. David Londi dit :

    Je me rappelle encore du jour où je mettais les pieds dans une institution qui dispensait un enseignement de qualité dans tous les domaines : éducation, probité et intégrité …
    J’avais 12 ans quand j’entrais à Mbamou. L’église était une institution respectée et le clergé catholique n’hésitait pas à défendre, au péril de leur vie, les libertés fondamentales des populations. Cela a été le cas de l’abbé Badila, défendu par un archevêque, Mgr Mbemba, qui n’avait rien cédé au pouvoir.
    Je me rappelle encore de Mbappé, mgr Milandou, notre aîné et professeur, grand séminariste, avec qui nous avions des débats dans tous les domaines et était un de nos modèles jusque dans le foot. Nous avions des repères et des principes.
    Qu’en est-il actuellement ?
    Dépités, bcp de prêtres intègres se sont exilés un peu partout dans le monde et vivent avec nostalgie le fait d’avoir abandonné leur troupeau en tant que bergers. Le fameux Massengo est plus affairiste que prêtre qui s’est arrogé les pouvoirs au sein de la curie congolaise qui lui permettent de vendre l’âme de l’église au diable.
    Par ailleurs, le tribalisme s’est insidieusement infiltré au sein de l’épiscopat (La Croix, 2015). Les prêtres s’entassent dans des églises quand le dictateur est dans la place pour des miettes tombées de sa table.
    Là où leurs homologues, les episcopats sud-americains inventaient le concept de la « Théologie de la libération » pour servir les pauvres et être près d’eux dans les temps forts des dictatures, l’église congolaise se prosterne devant le veau d’or.

  4. Jules Jules Sita dit :

    Avec ces comportements contraire à l’évangile, on peut bien se demander si c’est cette Eglise qui doit affronter le dictateur Sassou Nguesso. Mesmin Massengo qui se croit le super prêtre du Congo Brazzaville qui cherche l’épiscopat a été et demeure un danger pour l’eglise du Congo. En dehors d’une vie sacerdotale peu exemplaire, ce prêtre courreur de juppons, n’a jamais rendu compte convenablement aux evêques de l’ACERAC de sa gestion sur la construction d’un batiment devant abriter le siège de la cette institution à Brazzaville. Alors que toutes les Eglises d’Afrique membres de cette institutions avaient fait des cotisations pour contruire ce batiment, mesmin prosper a profité de la construction de ce batiment par le dictateur Sassou Nguesso pour détourner les fonds que les autres conferences épiscopales avaient cotisés. Ce qui a irrité pas mal d’evèques aussi bien au Congo que hors du pays qui ont fini par viré ce clerc aux ambitions très démesurées.
    Mais il y a d’autres pretres comme lui qui détournent des fonds des projets que les autres Eglises européennes ou américaines mettent à la disposition de ces dioceses incapables de s’autofinancer pour une reelle autonomie. D’autre encore, comme le sulfureux ancien jésuite Abraham qui collaborent avec le fils du dictateur Kiki sassou nguesso impliqué dans les grands scandales financiers et moraux.

  5. Abbé Luc Itoua Ngambolo (Historien) dit :

    « Quand sont ruinées les fondations, que peut faire le juste ? » (Psaume 10,3).
    Le problème de l’Eglise du Congo vient des spiritains, les premiers missionnaires, collaborateurs des colons, franc maçons et commerçants au service de la France, et de la mafia romaine (loge P2, dont faisait partie De Brazza). Le premier spiritain congolais, le père Paul Ondia était FM. Le père Christian le barbu est FM et agent des services français. Donc Il n’est pas juste d’affirmer qu’avant tout était bien, Non.
    L’adhésion à la franc maçonnerie est devenue la condition pour être évêque au Congo, depuis 1997. Aujourd’hui, tous les évêques sont FM. Et Massengo est plus gradé que Milandou dans la loge, voilà le malheur de Brazzaville.
    Le problème aujourd’hui est que le Vatican est aussi pourri que l’Eglise du Congo. En effet, comment le Vatican peut-il signer un accord cadre avec le régime sanguinaire de Sassou, pour étouffer la cause de béatification de Biayenda, tué par Sassou?
    Et parmi les canonistes qui ont participé à la rédaction de ce texte, il y a Massengo.
    Il faut donc comprendre que nous avons affaire à une bande de criminels mafieux qui a pris toute l’Eglise du Christ en otage.
    Les jours viennent, avec la chute du régime Sassou, où il faut un tribunal spécial, avec compétence universelle, pour juger tous les membres du clergé collaborateurs de Sassou, de Brazzaville à Rome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.