INTERVIEW DE MINGWA BIANGO : Coup d’état militaire ; Révolution pacifique ; Transition politique « sans Denis Sassou-NGuesso » ; Rencontre avec la Diaspora des USA ; l’inutilité de l’institution Présidence de la République responsable du malheur des Congolais…

Mingwa BIANGO est le fondateur de congo-liberty.com , et un acteur de la Société civile congolaise.

Dans cette interview sans concession, Mingwa BIANGO affirme que Sassou-NGuesso est arrivé au pouvoir par la force, il repartira par la force . Il invite les Congolais à participer au Débat sur une Transition Politique et Pacifique « sans Denis Sassou-NGuesso » qui est l’unique voie pour une Réconciliation nationale sincère, le Dévéloppement intégrale, la Justice et la Paix…

Diffusé le 29 septembre 2019, par congo-liberty.com

MINGWA BIANGO ET CONGO-LIBERTY A LA RENCONTRE DE LA DIASPORA CONGOLAISE AUX ETATS-UNIS DU 10-15 OCTOBRE 2019 (NEW-YORK, WASHINGTON DC, RALEIGH / CARY)

THÈME : L’IMPÉRATIF D’UNE TRANSITION POLITIQUE AU CONGO-BRAZZAVILLE

Inscription et Renseignements : minguabiango@gmail.com

Téléphone : +336 99 43 32 46

INTERVIEW  

(Modalités et réservation avant le 07 octobre 2019)

Programme des rencontres avec la diaspora du Congo-Brazzaville aux USA

– RALEIGH / CARY (NORTH CAROLINA)

Date : Vendredi 11 octobre 2019

Lieu : SHERATON RALEIGH HOTEL

421 South Salisbury street-Raleih North Carolina 27601 USA

– WASHINGTON DC

Date : Dimanche 13 octobre 2019

Lieu : SHERATON PENTAGON CITY HOTEL

900 South orme street , Arlington Virgine 22204 USA

– NEW-YORK / NEW JERSEY

Date : Mardi 15 octobre 2019

Lieu : HILTON NEW YORK HOTEL MIDTOWN

1335 Avenue of Americas, New York, NY, 10019 USA

CONTACT : minguabiango@gmail.com ; Téléphone : +336 99 43 32 46

TOGETHER FOR PEACE, JUSTICE AND DEMOCRACY

********************************************************

GRAND DÉBAT SUR LA TRANSITION POLITIQUE ET PACIFIQUE – SAMEDI 26 OCTOBRE 2019 À PARIS 14H00-20H00( Places limitées )

Inscription obligatoire : minguabiango@gmail.com

Téléphone : +336 99 43 32 46

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à INTERVIEW DE MINGWA BIANGO : Coup d’état militaire ; Révolution pacifique ; Transition politique « sans Denis Sassou-NGuesso » ; Rencontre avec la Diaspora des USA ; l’inutilité de l’institution Présidence de la République responsable du malheur des Congolais…

  1. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    Merci beaucoup ! Cher Mingwa maintenant c’est officielle tous qui veulent le dialogue et accompagnés le diable sassou à la parodie d’élection 2021 sont corrompus ,révélation de la petite Ines Ingani , membre du gouvernement Mbochi . Tsaty Mabiala furieux à demander son éviction à sassou et la obtenu d’ailleurs ce dernier s’en félicite dans un communiqué à télé sassou . Seule une révolte peut mettre fin à la barbarie mbochi du mwéné Sassou . Pour ce faire nous devons conscientisés les populations de Brazzaville , Pointe -noire , Dolisie de braver la milice de sassou .Car les parfait kolélas , Tsaty Mabiala , Munari Mabondzo , et maintenant Paulin Makaya roulent pour sassou .

  2. Anonyme dit :

    Sassou est un dictateur et un mafieux c’est une évidence, ceux qui tergiversent sur ce sujet sont à écarter, voir à combattre. Le Congolais dans sa grande majorité est trop complaisant c’est ce qui nous à conduit notamment à cette situation suite au fameux ‘lavement des mains’. Face à une dictature on est POUR ou on est CONTRE, il n’y a pas de demi-mesure à avoir sur le sujet.

    Si vous êtes neutre dans les situations d’injustice, vous avez choisi le camp de l’agresseur.
    Desmond Tutu

  3. Val de Nantes dit :

    Aaaaaah l’inutilité de la fonction présidentielle.
    Enfin..Je suis Galilée ,peut-être..
    Merci, frangin.

  4. Val de Nantes dit :

    Donner la possibilité à un compatriote d’escalader la pyramide de Maslow, en une fraction de seconde, c’est d’une naïveté pathologique…
    Il faut stopper les conneries coloniales..
    Président ,pourquoi faire ?..

  5. Rabbi dit :

    Val de Nantes
    Je reste à ce jour, assez rétif à l’idée d’un fédéralisme dans un coin malfamé du monde tel que le Congo, bien que riche en ressources, et qui plus est, sous-développé. Il faut une union sacrée des dignes fils de la nation toute entière pour relever les grands défis. Je parlerais à ce titre de fédération africaine bien que n’étant pas le premier à en soumettre l’idée, mais elle demeure prometeuse face aux défis mondiaux d’union des forces. Au moment où se consolident de grandes communautés d’intérêts communs, nous, depourvus de vison mondiale, avançons à reculons voire à tâtons. Le fédéralisme tropical qui, on ne le dira pas assez, aura du mal à s’implanter dans le décor congolais tant le mal qui règne est multiforme ; ne pourra eradiquer tous les fleaux cumulatifs qu’ont subis les congolais . Les défaillances desquelles elles émanent par voie de conséquence, ne sont pas toutes de nature politique; elles sont aussi d’ordres social, économique, culturel, sociologique, environnemental etc. C’est économiquement contre-productif que d’instaurer le federalisme sans, au préalable régler toutes les tares subconsequentes aux différentes causes cités en sus. On ne peut pas non plus envisager ce process dans une économie à terre. Peut-être vaudrait-il mieux, dans une phase de transition relever l’économie avant d’y songer? Cela me paraîtrait encore plus rationnel (…) Après tout, ce n’est que mon point de vue qui reste appréciable du reste.
    Vous n’allez pas tout régenter en imposant à tous le fédéralisme qui peine à faire l’unanimité de façon globale, de toute évidence vous la soumettrez à un référendum. En matière de politique, on ne peut faire que la politique de ses moyens (propres ou empruntés ); dans le cas d’espèces, avez-vous constituer les vôtres? Je pense que si fédéralisme il y aura, cela se fera de manière procédurale donc progressive et pas d’un seul coup.

    Bon, eu égard à votre précédent post en particulier, lequel ne m’a pas laissé indifférent, je dirai ceci volontiers, pour autant que faire se peut, tenter de renchérir en partage : « celui qui est cause qu’un autre devienne puissant s’effondre et court de sérieux risques , car cette supériorité, cette puissance est causée par lui soit par habileté, soit par force (coup de genie); et l’une et l’autre seront suspectes à qui deviendra puissant. Ce sont des expériences éternelles. Pour autant le fédéralisme n’est pas la panacée.

  6. Rabbi dit :

    lire:: …tant le mal qui y règne…

  7. Val de Nantes dit :

    @rabbi
    La peur et la résignation sont des tares de régression pour une société qui se veut dynamique…
    Ne pas tenter, c’est accepter l’inacceptable..
    Le fédéralisme est une doctrine universelle, je ne pense pas qu’il faille la caricaturer quand il s’agit de l’appliquer au niveau africain et notamment au Congo.
    Les règles qui s’y rapportent sont universellement mieux définies pour nous éviter des aventures politiques..
    Le fédéralisme a l’avantage de rapprocher le citoyen lambda des décisions économiques capables de répondre à ses préoccupations sociales et sociétales..
    Le cas des camerounais anglophones illustre la nécessité de territoraliser la gestion des ressources .
    Le centralisme d’État est un cul de sac et ne saurait résoudre toutes les problématiques auxquelles peut faire face un pays..
    Nous allons pédagogiser là-dessus pour que l’avion fédéral atterisse sur un tarmac bien balisé permettez cette métaphore qui en dit long sur notre détermination à nous particulariser des modèles économiques d’État,,qui ont plus semé de désolation que du bonheur…
    Excusez nous d’utiliser notre intelligence à des fins de transformation sociale.
    Une vie sans espoir ,n’est pas une vie..
    Le fédéralisme se veut une solution et non une fin en soi .
    Quand avez-vous vu un bébé marcher aussitôt nė ?.

  8. A SUIVRE dit :

    Après la mort de Jacques Chirac, l’ami du tueur en série Sassou Nguesso ; la Francafrique va-t-elle être confronter à la pénurie d’évocation dictatoriale antisociale et criminogène des Noirs contre leurs peuples et contre leur propre continent? https://www.youtube.com/watch?v=wriSMVFoSJQ

  9. Val de Nantes dit :

    Cette fonction présidentielle est bien responsable de toutes les dérives criminelles , sous lesquelles ploie notre pays depuis la mort de Marien..
    Sa justification institutionnelle au sommet de l’État tiendrait du masochisme..
    L’intervention de Mingwa sur le sujet doit réveiller le landerneau parisien qui reste aveugle des nuisances que contient cette pourriture institutionnelle..
    On peut vivre sans président.
    Encore une fois ,Gros Bravo, frangin. ….

  10. Rabbi dit :

    L’interview de Mingwa est d’un penchant cohésif . Le repli identitaire , lentre-soi repulsif, la défiance intra, et inter communautaire, l’exclusion sous toutes ses formes doivent radicalement s’estomper. L’enseignement que j’en tire me conforte à l’idée que jai toujours defendue bec et ongle, selon laquelle tous nos dirigeants, des indépendances à nos jours, ont lamentablement échoué sur quasiment tous les plans (…). Les causes de ces echecs successifs trouvent leur source dans ce que j’appelle lentre-soi repulsif ou le repli identitaire (autrement dit le tribalisme).
    Il faut un rassemblement trans-communautaire de tous les dignes fils du pays, une posture et un discours unionistes pour la planification d’un plan politique à court et\ ou moyen terme, comme semble l’implorer Mingwa.
    Le passé du congo est la source de son présent et l’horizon de son avenir! Belle interview!

  11. Jean de Dieu BASSILA dit :

    L’ancien président de la république française et ex président des présidents et dictateurs africains, Jacques Chirac décédé le jeudi 26 septembre dernier sera interré dans quelques instants après la messe des obsèques à Saint Sulpice. La naissance la vie et la mort constituent le dénominateur commun de tout homme. Or quand on vit dans monde, il y en a ceux qui oublient cette réalité incontestable et se livrent aux crimes à grande échelle comme s’ils ne mourriront jamais. Bongo est parti et 10 ans après, Jacques Chirac vient de le suivre, combien de temps reste t-il pour le dicateur congolais, Denis Sassou Nguesso qui formait un trio avec les deux président defunts pour quitter la terre cette terre des vivants?

  12. Val de Nantes. dit :

    On ne sait pas gérer ce ovni institutionnel ,alors qu’on s’en débarrasse.
    Même ,Nicolas Machiavel aurait fait mieux á l’en croire : »Le but de la politique est la tranquillité de l’Etat et le bonheur des sujets  »
    Il assigne á la politique un but moral : Le bien de tous .
    Prenez Sassou ,filez nous tonton Machiavel.
    Merci .

  13. Jean OKOMBA dit :

    Dans son homélie prononcée ce matin à l’Eglise Saint Sulpice lors de la messe de requiem de l’ex dirigeant français, Jacques Cnirac Monseigneur Aupetit, archévêque de Paris, a rappelé ceci: «Le président Jacques Chirac avait axé sa campagne de 1995 sur le thème de la fracture sociale, portant ainsi son regard sur ceux qui restent sur le bord de la route. La fracture sociale est un mal qu’il est sans doute difficile de traiter puisque, aujourd’hui encore, certains se ressentent comme exclus. Un des rôles de l’Église est de construire la fraternité, cette fraternité qui constitue un des trois piliers de notre République et qui permet d’édifier une véritable unité entre nous. Cette fraternité est évidente pour les chrétiens puisqu’elle se réfère à l’unique Paternité de Dieu. C’est au nom de cette Paternité que Dieu, dès le commencement de l’humanité fracturée, demande à Caïn qui vient de tuer son frère Abel : « Qu’as-tu fait de ton frère » ?

    L’attention aux plus petits, aux plus faibles, aux laissés-pour-compte est une caractéristique du christianisme. Nous l’avons entendu dans cet évangile choisi par la famille : « J’avais faim, tu m’as donné à manger, j’avais soif, tu m’as donné à boire, j’étais nu et tu m’as habillé, j’étais un étranger, tu m’as accueilli, j’étais malade et tu m’as visité, j’étais en prison et tu es venu jusqu’à moi ».

    Si en France ces deux paragraphes soulignés le prélat français ne peuvent en aucune manière poser aucun problème et s’entendent aisément, au Congo Brazzaville dès la fin de le prédication de l’évêque, cette phrase:
     » La fracture sociale est un mal qu’il est sans doute difficile de traiter puisque, aujourd’hui encore, certains se ressentent comme exclus. Un des rôles de l’Église est de construire la fraternité, cette fraternité qui constitue un des trois piliers de notre République et qui permet d’édifier une véritable unité entre nous. Cette fraternité est évidente pour les chrétiens puisqu’elle se réfère à l’unique Paternité de Dieu. C’est au nom de cette Paternité que Dieu, dès le commencement de l’humanité fracturée, demande à Caïn qui vient de tuer son frère Abel : « Qu’as-tu fait de ton frère » ? aurait fait coulé beaucoup d’encre et de salive. Et pour moi, il n’y a pas de doute que l’évêque l’ayant prononcé serait immédiatement arrêté si ce n’est pas pendant la messe, du moins après l’office et accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat! Je n’ai pas de doute en cela. On s’en souvient tous encore de l’homélie de Mgr Ernest Kombo, à la Place Mariale de la cathedrale de Brazzaville, lors de la messe des funérailles de Mgr Barthelemy Batantou, archevêque émerite de Brazzaville, c’était en 2004. Le PCT et Thierry Moungala allaient trouver des motifs pour en faire du prelat la proie de celui qui fait couler le sang de ces frères et soeurs depuis des decennies. Dans les pays civilisés il n’en est pas question de cette barbarie.

    Les dirigeants africains dont Sassou Nguesso qui participent à cette messe pourraient ils se resaisir un peu pour changer leur vision de la vie politique après avoir entendu cette belle homélie prononcée par l’Evêque français, Mgr Aupetit?

  14. Bulukutu dit :

    Nul ne sait à l’avance, ce qu’il peut y avoir dans le cerveau d’un supposé digne fils du pays. La transition post dictature sera le lieu de toutes les tractations, tous les trafics d’influence, toutes les ingérences en vue de faire échouer la mise en place de nouvelles institutions démocratiques et fédérales. À bon entendeur…

  15. Val de Nantes. dit :

    @buluk.
    Doute cartésien ou nihilisme ?
    Je préfère le bon sens théorisé par Pascal , qui est « la denrée la mieux partagée au monde ».
    Il ne pourrait y avoir une initiative politique de portée hautement nationale ,qui ne soit pas le résultat d’un assentiment populaire .
    L’homme providentiel ayant la (plenutidia protastis) n’existera plus ,seule comptera la souveraineté gouvernementale ,au sens Rousseauiste.
    Plutôt une digne trame institutionnelle qu’ un hypothètique digne fils.
    En me servant du raisonnement hypothètico -déductif ,je me protége ,car nul n’est parfait .

  16. Rabbi dit :

    L’avènement de nouvelles institutions n’est pas antagonique à la vertu de l’homme si ce n’est des hommes; par dignes fils, on peut aisément déduire qu’il s’agit des hommes et des femmes vertueux, démunis de tous vices. Les vicelards nous les réprouvons tous avec fermeté . L’Homme restera l’aplha, le bêta et l’oméga dans tous les circuits de développement dans le monde. Faire appel à ses vertus c’est s’assurer du succès immédiat et bénéfique à l’ensemble du pays.
    C’est être dans le déni permanent que de nier une telle existence, celle des hommes vertueux, qui par ailleurs n’attendent que les moments propices pour mettre leurs diverses qualités au service des leurs; y incluant les vertus nécessaires. La trame institutionnelle est conçue par des hommes et des femmes qui se veulent à la fois vertueux et compétents. Aucune hypothes en vigueur, tout y clair (…)

  17. Val de Nantes. dit :

    @Rabbi.
    Grosse validation .
    Mais voilà ,mon rabbi national .
    J’ai vu Nietzsche passer ,il est en toi.
    Tu m’as servi de l’ouvre -boite pour comprendre le nihilisme .Et il ajoute sadiquement : « si l’on a un mauvais père ,il faut s’en donner un  » puréeeeeeeeeee.
    Par analogie , si l’on a une institution bancale ,il faut en changer.
    Ce penseur Allemand , il a fallu qu’ il en devînt fou .
    Merci ,

  18. VAL DE NANTES dit :

    lire ;;la plénitudo postestatis ,ce qui veut dire ,la puissance publique de commandement .Après DIEU ;C’EST SASSOU .
    C’est ce que nous voulons plus voir au CONGO En démocratie ,le » summa postestas « ,c’est à dire ,le pouvoir de décision ultime est du ressort du peuple .
    La ( vertu ), @rabbi ,est une des valeurs cardinales en démocratie ,car elle est inviolable ,de par la rigueur morale ,qu’elle impose .
    Comme toute posture est une imposture pour l’homme ,la loi de la majorité pourra l’emporter sur la minorité ,en évitant le caractère tyrannique que contiendrait une telle relation .
    DEMAIN EST UN AUTRE JOUR ,bien que DAVID HUME en conteste le sens .

  19. Samba J.C. dit :

    à Jean OKOMBA
    Vous parlez de l’effet de l’homélie d’un évêque sur Sassou?
    Vous me permettrez de m’étonner de votre naïveté.
    Voici plusieurs mois, plusieurs personnes bien informées affirment dans ce site que Sassou et les évêques catholiques sont dans le même réseau mafieux, maçonnique et criminel.
    Pour vous rafraîchir la mémoire.
    Sassou a tué le cardinal Emile Biayenda, mais en février 2018 l’Etat du Vatican signe un accord cadre avec le régime de Sassou, à l’occasion de la célébration des 40 ans de la mort du Cardinal et du retour de la coopération entre le Vatican et le Congo. Voilà une alliance entre les partisans du mal.
    Il n y’a pas meilleure preuve!
    Concernant Chirac, le fait qu’il bénéficie des obsèques ecclésiastiques est contraire au droit canonique catholique, dans la mesure où il n’a pas brillé par une morale et une foi catholique authentiques.
    Cette messe a donc été la célébration d’une association des malfaiteurs, qui a pris l’Eglise en otage, qui maltraite les peuples.
    Gloire à Dieu, cette bande d’assassin sera balayée par la Justice Divine, encore un peu de temps.

  20. Rabbi dit :

    « Nulla protestas nisi a deo », il n’y a nulle puissance si ce n’est venu de Dieu! Je vous en sais le meilleur gré du monde; d’avoir su remonter aux origines lointaines et séculaires ,- un philosophe des temps de la renaissance -, d’une de mes citations précitées, relative à la « puissance »; qu’on peut par analogie assimiler à la dévolution d’un pouvoir par un tiers. En citant nommément son nom vous faites preuve d’érudition et sans doute d’intérêt porté aux oeuvres gigantesques du personnage. le recours à langue latine dans vos différents posts vient corroborer mon assertion.

  21. Jean Denis Mouele dit :

    Fédéralisme, Autonomie,…? Mais attention aux tares venimeuses du sectarisme au détriment de la solidarité, on peut tirer les leçons de la crise politique actuelle entre la Catalogne et le gouvernement central d’Espagne, avec un poids de 19 % du PIB Espagnol en 2016, la moitié de la population a décidé de se séparer d’Espagne, parcequ’elle pense qu’elle apporte plus qu’elle ne reçoit du gouvernement central, c’est pourquoi il est important d’anticiper et se dire que ce qui semble être stroma panacée politique peut être aussi très toxique.

  22. Bulukutu dit :

    @Val de Nantes. Pas de nihilisme de ma part. Je crois profondément au fédéralisme, mais je sais aussi que la phase de transition, est une période propice aux manoeuvre de déstabilisation. « Ce qui aurait pu être un pays » sera une proie facile pour les groupes d’intérêt étrangers. Dans son interview, Mingwa a brièvement évoqué le sujet. En effet, certains pays étrangers ont déjà un projet politique pour ce territoire et feront tout ce qui est en leur pouvoir pour le réaliser. Il nous faudra avoir une bonne lecture géopolitique des événements pour éviter les écueils. C’est le sens de mon post précédent. Bref ! Une mise en garde.

  23. VAL DE NANTES dit :

    @BULUKUTU
    OK .
    Qui ne tente rien ,n’a rien .Toutes les intelligences seront associées à cette nouvelle pensée institutionnelle ,d’où émergera un Congo intelligible par les congolais .
    Penser ,c’est déjà agir .
    Vu du cameroun ,le fédéralisme est l’ouvre – boîte des misères sociales englouties dans un espace immobile . L’Etat central est une impasse ,car il apparait plus qu’une escroquerie officielle qu’ un distributeur national de bonheur .
    Le salut de notre pays passera par un mouvement de bas en haut . Le haut ne peut exister que si le bas existe ,le contraire relèverait de la pratique psychanalytique de Freud.
    Le renversement des pouvoirs est l’objet du fédéralisme avec lequel nos compatriotes pourront bénéficier des grandeurs économiques de leur territoire ..
    SIBITI est il obligé de vendre son café au JAPON , en passant par l’Etat central ?
    En quoi cette vente directe est contraire à la solidarité nationale ?
    Seule l’intelligence des esprits pourra contenir les tendances séparatistes que souhaitent les déclinologues congolais .
    Dans l’esprit des lois ,de MONTESQUIEU, il dira : l’effet du commerce est de porter à la paix .
    Que chaque état fédéré s’y mette et mieux le CONGO s’en ira .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.