Comprendre le projet de transition réparatrice sans Denis Sassou Nguesso – Invités: Alexis Miayoukou, Jean Cyriaque Babelhat, WIlfrid Dandou ( Interview ZIANA-TV )

SAMEDI LIVE. Comprendre le projet de transition réparatrice sans Denis Sassou Nguesso – Invités: Alexis Miayoukou, Jean Cyriaque Babelhat, WIlfrid Dandou

SAMEDI LIVE. Comprendre le projet de transition réparatrice sans Denis Sassou Nguesso – Invités: Alexis Miayoukou, Jean Cyriaque Babelhat, WIlfrid Dandou

Posted by ZIANA TV on Saturday, November 2, 2019

TABLE RONDE SUR UNE TRANSITION « EXCLUANT SASSOU-NGUESSO » DU 26 OCTOBRE 2019 – FILM INTÉGRALE

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Comprendre le projet de transition réparatrice sans Denis Sassou Nguesso – Invités: Alexis Miayoukou, Jean Cyriaque Babelhat, WIlfrid Dandou ( Interview ZIANA-TV )

  1. Arno dit :

    Il ya a eu beaucoup d’ erreurs dans le passé. Oui cela est une évidence. Nous devrons sérieusement l’a dessus pour que les problèmes tragiques qui ruinent le Congo ne se répètent plus avec tant de forces. Beaucoup parlent. Mais il y a une chose qu’ on ne veut pas pas parler ouvertement: Sassou Nuesso et son régime sont ‘a la source des problèmes du Congo. Et nombreux Congolais par leur coopération avec Sassou Nguesso et son régime sont les vrais responsables. Nous devrions nous tous prendre conscience. Que tous ceux qui sont pour la paix, l’unité , le progrès s’unissent autour de ce projet pour enfin repartir sur les bases nouvelles et solide après le départ du dictateur sanguinaire et son régime mafieux qwue nous devrons nous atteller à combattre de toutes les force.

  2. Anonyme dit :

    Je vous dénie le monopole de représidentialiser le pouvoir sans en référer au peuple congolais .
    Aux congolais ,par voie référendaire ,de se prononcer sur l’utilité de cette fonction .
    Que personne n’assouvisse ses ambitions oniriques au nom d’un pseudo patriotisme . L »economie des vies congolaises transcende tout hédonisme démesuré .
    @val de Nantes.

  3. Massamba Ciceron dit :

    On est dans l’auto-satisfaction.Comme d »habitude,on se congratule sur la « réussite » de la table ronde. Comme si ,on en était à notre premier essai.Sait-on seulement que le Congres donnant naissance au MRLC,fut une réussite! sans omettre le succès engrangé par les « Assises du Congo » à leur naissance. Preuve en est que les congolais sont pleins de ressources.C’est à la fois un trait de caractère d’un peuple non dépourvu d’initiatives certes,mais qui se gâchent les unes après les autres,à la fois par le cloisonnement des luttes,de ces initiatives et surtout par absence de projections pour voir fleurir ce qu’ils auront ensemencé.
    Ceux qui se frottent les mains,ont-ils réfléchi sur la suite à donner?
    Comment pensent-ils avancer? ont-ils réfléchi sur les lendemains! car celui qu’ils prétendent combattre est encore là,reste droit dans ses bottes.
    Nous sommes tous d’avis qu’il faut une transition.Mais poser un acte sans réfléchir sur la continuité de l’action,n’est ce pas faire dans du chimère. Je convie mes « amis » à axer prioritairement leur action sur le comment faire pour se défaire d’un régime crapuleux qui n’a que trop duré.
    N’oublions pas que la révolution de 1789 n’aurait pas abouti si le Roi n’était pas tombé.On en serait resté à une simple monarchie constitutionnelle,au mieux.Bien que la constituante fut déjà écrite dans la salle du jeu de la pomme,la révolution fut étouffée dans l’œuf avec la répression du champ de Mars que l’on connait,alors conduite par Layette. Souvenez de ces propos de Robespierre qui disait que Louis,entendu Louis XVI n’est pas »coupable »car nul besoin de procès ,mais Louis doit mourir car sa mort est une mesure de salut public.Elle est une mesure de salut pour la providence de la nation.Cela ne sut tarder avec le soulèvement du 15 août grâce à la commune de paris.Car,louis maintenu vivant aurait constitué un obstacle. Louis complotait avec les armées ennemies .L’armée prussienne était à quelques encablures de portes de Paris.Louis fut exécuté en Décembre et s’accomplit la révolution. Le peuple souverain trouva par cette déchéance,l’occasion d’asseoir sa volonté, qui était celle d’asseoir la République.
    Autrement,il est certes beau et même alléchant d’ouvrir un cahier de doléances au Congo ,Mais aussi longtemps,qu’on n »aura point réfléchi sur le comment faire,sur la dimension de l’action à mener pour porter l’ estocade finale,on aura prêché dans le désert. Ne tombons pas dans l’autodérision en croyant voir juste,alors que l’on est hors sujet!

  4. Julien Justin Jourdain dit :

    Cher Grand Frère Miayoukou,
    D’abord, je loue les initiatives que nous avez prises pour essayer de repenser un autre Congo qui est sans doute possible. Je pense aussi qu’en votre qualité de conseiller du 1er ministre de transition André Milongo, vous êtes aussi une des figures politiques congolaises capables de mieux comprendre les difficultés que le pays a connues juste au sortir de la CNS. J’ai deux choses à vous dire: Le système qui jusqu’ici a permis de manipuler les congolais, c’est le tribalisme. Les acteurs politiques congolais ont profité de l’ignorance des congolais pour abuser d’eux en se posant comme leur défenseur légitime, on ne sait contre qui? En 1997 dans un meeting à Mikalou Mr Sassou Nguesso pour faire peur aux congolais du nord disait s’il lui arrivait de mourrir a 11h, toute la population du nord sera décimée à 14heures. Il n’ y a pas longtemps lors du procès Dabira, un certain géneral Nianga mbouala nous parlait de l’avenir des mbochi! Sassou Nguesso est au pouvoir depuis plus de trois decennies qu’est ce qu’il a fait des mbochi en question? Ces mbochis sont aussi des pensionnaires, fonctionnaires, étudiants et autres qui croupissent dans la misère privés de tout service comme les autres compatriotes du pays. J’ai travaillé dans le nord à Ewo, Kellé, à Owando et Ouesso. A Kellé j’ai connu le docteur Nkoukou qui travaillait au dispensaire de la localité. Les conditions de travail tres déplorables etaient sans doute identiques à celles des autres medecin évoluant à l’intérieur du pays. Le CHU de Brazzaville est le miroir hospitalier du pays. Ce grand mouroir conduit à la mort tous les congolais sans distiction tribale ou etnhique. Il ya des veillées à Bacongo, Plateau de 15 ans, Diata, Makelekele, talangai, Mikalou, ouenze moukondo etc partout dans le pays. Il faut montrer aux congolais que Sassou a proné le tribalisme, et la conséquence la misère est dans toutes les portes des congolais. Alors vous qui venez pour mettre à plat le système sassou nguesso, mettez la RAISON au coeur de votre projet. AVEC LA RAISON si Mbemba, Makaya, Okombi, itoua, Mboualé, Mbou, Louamba etc mérite, il/ elle mérite sans d’autres formes de procès. Id pour des échecs si ces gens là ne méritent pas, il ne méritent pas. Autrement l’opportunité des chances est égale pour tous. C’est la RAISON QUI GOUVERNE LE MONDE COMME DISAIT HEGEL. Dons on doit laisser a Sassou Nguesso et Senghore le monde des emotions qui fomente le tribalisme et la médiocrité. Les resultats sont là.
    D’autre part, le probleme aussi ce sont les acteurs politiques français. Le congo a besoin de la stabilité. Il faut garantir les intérets des colons en acceptant subtilement et intelligemment d’être même leurs esclaves, juste le temps d’enraciner le système pour que les génerations futures déscendants des nous autres aujourd’hui esclaves volontaires des maitres français bien formées et assises puissent profiter de notre système pour renverser les rôles et sortir de l’esclave pour devenir les maitres des maitres et les maitres devenir les esclaves des descendants des esclaves. Un peut pratiquer la philosophie de Hegel.

  5. Anonyme dit :

    L´économie des vies congolaises est plus précieuse que la bataille présidentielle ,post Sassou .
    Qu’ aucune vie ne soit détruite sur l’autel d’une hypothètique présidentielle dont on connaît d’avance le danger.
    Evitons l’éloge de la folie.Évitons de créér un autre Dieu Zeus ,après Sassou .
    @val de Nantes.

  6. MPC dit :

    Cisseron une fois encore tu es juste et parfait, que dire de plus. Chevaucher un gué sans sauter est un vœux pieu.

  7. Cicéron Massamba, dépêchez vous et faites le travail de Sassou à sa place dit :

    Cher Cicéron,
    Pathétique et pitoyable !
    Bonne chance pour le 14 décembre, toi-même tu sais !

  8. Massamba ciceron dit :

    pauvre type,tu ferais mieux de t’afficher;C’est argument contre argument.Et quand on a rien à dire,on la boucle!!!
    Qu’est ce qui est pathétique,selon toi, dans l’argumentation développée;Peux tu me dire,le préciser!tu es carrent, à tout point de vue.
    Tu cherches refuge dans l’injure au lieu d’alimenter le débat. je te plains.pauvre analphabète,tu es incapable d’argumenter.
    Le 14 décembre,c’est quoi ? vas tu me taper dessus.Que veux tu insinuer par là?
    Tu peux être sûr, que du haut de mes 65 ans,je ne te louperais pas,je te rendrais en compote.
    C’est quoi pour toi,faire le travail de Sassou? J’ai donné un point de vue,en apportant un éclairage.point à la ligne. Qui plus est, fort utile.Je t »enjoins de relire mon texte.Peut être ,as tu besoin d’un décodeur pour mieux appréhender le texte.
    Si,tu travaillais pour la bonne cause,au contraire,tu ferais sienne cette critique bienveillante et enrichissante, somme toute objective et bien pertinente. Mais comme tu es habité par l’esprit de clocher,tu tires à l’aveuglette.Que ton aveuglement ne conduise point dans l’abime. Traiter tout le monde de sassouiste,est bien un raccourci. Honte à toi.

  9. Que le régime Sassou soit la cause de nos malheurs est un truisme. Qu’une transition excluant DSN puisse etre envisagée pour le Congo est une bêtise. Bonsoir.

  10. Sordides Etourdis dit :

    Tiens, la guéguerre froide maintenant enveloppée entre Lucy, L’amour et autre Anome continue proprement en sourdine; paradoxalement.

    Délit SansSou GaiéSot s’est condamné à mort lui-même depuis.

    Attention aux confusions et aux fumistes.

  11. Bopaka Gilbert dit :

    Bravo,Cicéron ;tu es pertinent.Une analyse admirablement effectuée.Plus pertinent que ça,j’en trouve pas !

  12. Mieré Paul dit :

    La composition du plateau pose problème.Si tant est que l’initiative vise à ouvrir la réflexion nécessaire et donc éveiller les consciences sur le futurible.Comment comprendre la composition du plateau!!!
    Comment voulez vous percuter et rendre audible et donc recevable votre discours dans un environnement empli de défiance des uns et des autres,un pays communautarisé où les tribus se regarderaient en chiens de faïence,faisant penser à l’image du juif allant prêcher auprès des arabes et vice versa.
    Si le tribalisme a divisé,ne faut-il se servir de ce même tribalisme comme levier pour faire de l’entrisme,j’entends,il n’y a qu’un m’bochi pour parler aux mbochis ,un téké aux tékés,un bémbé aux bembés.
    Il faut peut être et très certainement et donc malheureusement s’appuyer sur cette même filiation ethnique,autrement les ressortissants de ces mêmes tribus pour réussir sa prêche. Or sans mettre en cause les propos tenus,il ya un problème de méthodologie et même de tact.Car par,Miayoukou,Dandou,Babela,on croit ne pas voir le Congo mais une région.un échantillon loin d’être représentatif .
    On fait ainsi du tort à la cause,en faisant penser qu’il n’y a que les laris qui en veulent à ce pouvoir .De ce point,les exposants auront failli ;et lourdement.A bon entendeur salut.Et ,on peut pas se substituer à la nation ,pour dire que vous refleurissez à la place des autres.Ce devra être une contribution au grand chantier que seront les états généraux de la nation.je cois déceler une pointe de présomption de la part des exposants qui veulent se passer des maestros.L’humilité oblige

  13. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    A tous les Congolais qui réfléchissent sur le changement des institutions au Congo,

    Soyons pragmatiques et non hors sol.

    Le modèle fédéraliste est tout à fait possible pour un pays comme le Congo structuré autour d’un Etat de droit et avec lui des institutions fortes et une conscience démocratique des populations. Pour l’instant il n’en est rien. Il faut donc rester pragmatique, partir d’une situation existante pour la modifier. On peut avoir un collège présidentiel tournant. On peut aussi avoir un modèle institutionnel articulé autour du premier ministre qui permet de bâtir la fédération, mais on ne peut sortir de ce que d’aucuns considèrent comme un chaos institutionnel pour aller vers un modèle, innovant certes, dont les seules élites profiteraient.

    On peut construire un modèle fédéral, avec une décentralisation des régions et une responsabilisation de celles-ci; encore faut-il définir de manière précise le nombre de régions (Londi en a fait un descriptif), les budgets qui sont affectés à chacune de ces régions, l’attribution des compétences régionales concrètes, leurs marges de manoeuvre.

    Il faut éviter, cher frangin, de réfléchir hors sol. On n’est pas intelligent tout seul. Il faut partir du connu, de l’élection présidentielle et inscrire dans la nouvelle constitution à bâtir que la fédération doit être dans un délai à préciser le modèle à atteindre. Pendant ce temps, il faudrait donc faire la pédagogie du modèle fédéraliste. Quand on t’écoute et quand on te lit, on a l’impression que tu es à toi tout seul le modèle fédéral, non pédagogisé et non expliqué.

    Concernant un autre problème, quand je parle du réseau, les faits politiques m’ont donné raison car depuis les indépendances la classe politique fonctionne en connexion réseautale formée par la mouvance présidentielle et l’opposition actuelle. La plupart d’entre vous, dont toi, n’avaient pas compris cette notion de réseau avec ses prolongements internationaux que d’aucuns qualifient comme étant la Françafrique. Le réseau congolais est tenu par la France, que vous le vouliez ou non, c’est la réalité. Est-ce une bonne chose ? Réponse: non. Comment fait-on pour en sortir ? La reconsidération et la nature du mandat présidentiel dans son fonctionnement, pourquoi pas une duopolisation (un président et un vice-président avec un mandat non renouvelable et une perspective de rénovation institutionnelle, la fédération. Mais entre temps, on n’aura pas mis la charrue avant les boeufs, il faut pédagogiser les élites congolaises corrompues, les populations, les partis politiques, la société civile.

    Voilà chers compatriotes le boulot qui nous attend si on veut être crédible à l’intérieur du Congo et vis à vis des partenaires du réseau Congo, dont la France et de plus en plus la Chine et la Russie. C’est bien de discourir, c’est mieux d’être pratique et compétent professionnellement pour exploiter nos richesses. Pour l’instant nous sommes des incompétents professionnels. Il faut s’organiser et le temps économique n’est pas toujours le temps politique. Il faut choisir et faire des choix souhaitables et non normatifs car la politique est le domaine du souhait, du possible et non pas de la norme. Même les Etats-Unis finissent par se plier à la réalité de la vie.

  14. Bavindi philippe dit :

    Il y a un coté démonstratif,présomptueux,car les auteurs disent vouloir réfléchir pour le Congo.La remarque de mon prédécesseur Pambou Mkaya Mvoka est plus que juste lorsqu’il dit,je cite: »quand on t’écoute et quand on te lit,on a l’impression que tu es ,toi ,tout seul le modèle fédéral…. ».
    L’humilité est mère des vertus.Vous devriez plutôt dire que vous apportiez votre pierre dans ce qui sera le grand chantier de demain.
    Or tel ne semble nullement le cas.Le reproche de Pambou est plus que recevable.En amont de cette initiative,les congolais n’ont jamais tari de réflexions quant au devenir de leur pays.Ils n’ont pas attendu cette « petite retrouvaille » de paris pour valoir leurs idées , penser leur avenir.Et en aval s’ajouteront immanquablement d’autres .Alors chers compatriotes,un peu de modestie!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.