Congo-Brazzaville : De la démocratie avortée au culte de la personnalité.

L’année 2019 s’est terminée sur un drôle de spectacle au Congo-Brazzaville avec le congrès d’un parti qu’il ne faille même pas nommer tant il est la racine du mal que vivent les Congolais.

Le ridicule ne tue pas, mais avec ce spectacle les Congolais sont morts de rire à défaut de crier famine.

Après une parenthèse mi-figue, mi-raisin de 5 ans (1992-1997), voilà que resurgissent les vieux démons du monde communiste qui n’existent plus que dans au moins trois (3) pays dans le monde à savoir le Congo-Brazzaville, la Chine et la Corée du Nord.

Nos illusions se sont envolées. Tout s’effondre comme un château de cartes. Les consciences sont rangées dans les placards, et seuls comptent les chants de louange, les remerciements, les appels à candidature de celui qui règne dans notre pays comme un despote. Le cumulard s’est vu confier par ses partisans l’autorisation de briguer  un énième mandat supplémentaire annihilant de fait le renouvellement de la classe politique. Le clair obscur auquel nous sommes habitués empêche l’émergence de nouveaux talents.

Tout ce que les Congolais possèdent vient de lui. Aucune nomination, aucun discours, aucune allocution, aucune inauguration ne peut se faire sans remercier cet homme si immense qui a coulé le Congo-Brazzaville.

Le paradoxe dans cette histoire, c’est que s’y trouvent dans ces groupes folkloriques, des femmes et des hommes vils du premier gouvernement démocratiquement élu après une Conférence nationale souveraine qui avait été un coup d’état de palais avec la fleur au bout du fusil. Point d’alternance !

Cette démocratie naissante à l’épreuve de la boulimie des nouveaux maîtres exacerba les frustrations au lieu de les calmer. Leur tour n’était-il pas venu comme si le Congo était un gâteau pour lequel tout homme politique devait avoir sa part. A cette allure, ils mangèrent tout le gâteau en un temps record, tout en oubliant l’essentiel qui était la constitution et les institutions qui leur avaient permis de passer du kwashiorkor à l’obésité morbide.

Le prédateur à l’affût, outillé  à la manigance politique poussa les novices à la faute et récupéra sa proie qu’il garde jalousement jusqu’à ce jour. Sa traversée du désert sans applaudissement ni révérence le plongea dans un état de dépression qu’il jura que tout ceux qui dorénavant devaient profiter de son pouvoir, devraient tout au long de leur vie lui faire allégeance par tous les moyens nécessaires. Certains hommes politiques congolais sont devenus des griots et c’est à celui qui chantera le mieux qui sera récompensé. Mêmes les enfants s’y mettent à la mendicité politique ce qui fait de notre pays un cirque. Ce spectacle de foire n’est là que pour nous rappeler que seuls comptent pour ces courtisans leurs intérêts personnels au détriment du bien commun que nous sommes censés promouvoir.

Telles des feuilles mortes, sans âme, ils sont tous dans le vent, flottant au gré des bourrasques pour finalement s’échouer dans le brasier d’Oyo. Point de conscience, point de vision, nos chers intellectuels militants se complaisent dans le vice devenu la boussole de tout un pays.

Annus horribilis 2019 ! Et qu’en sera-t-il pour l’année 2020 ? A défaut de cette voyante qui regarde dans sa boule de cristal, personne n’en sait rien tant l’espoir semble nous quitter, les forces avec la famine viennent à manquer, la vue baisse et le cerveau est sur cale car peu stimulé par des influences positives.

Certains se gargarisent de leur récompense de fin d’année 2019, quand la majorité du peuple congolais a les yeux hagards, vides de larmes, tel ce lac séché dans le désert dont on sait que l’eau ne reviendra plus jamais.

Qu’à cela ne tienne, tout ce tableau noir ne saurait être notre destinée car les Congolais, les compatriotes ont décidé contre vents et marées que la lutte devait continuer jusqu’à la libération totale de la dictature qui nous assaille.   

Le Congo-Brazzaville est le seul pays de l’éternel recommencement avec les mêmes personnes, les mêmes méthodes, et l’on espère que tout changera.

Puisse l’année 2020 être celle de la lucidité, du partage, du retour aux sources et de la prise en compte de toutes et tous pour un Congo uni, apaisé et prospère. Il ne tient qu’à nous de changer notre paradigme politique. De notre conscience collective découlera une nouvelle ère.   

Comme dit le proverbe danois : « Si vous n’êtes pas assis autour de la table, vous ferez partie du menu. »

—-

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

TABLE RONDE THÉMATIQUE SUR « LA JUSTICE TRANSITIONNELLE : QUELLE JUSTICE POUR LES CRIMINELS ET QUELLES RÉPARATIONS POUR LES VICTIMES ? SAMEDI 21 JANVIER 2020 – 11h30-20h00 ( Paris – France)

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Congo-Brazzaville : De la démocratie avortée au culte de la personnalité.

  1. Anonyme dit :

    Le Congolais se complait dans la médiocrité et la soumision.
    Allons seulement.

  2. Konguni dit :

    Voyez-vous, nous avons cru bon dès l’aube des indépendances de faire allégeance aux doctrines germaniques et slaves qui ont finalement montré leur limite avec la chute du mur de Berlin: le rêve communiste était mort de sa belle mort. Pourtant, nombreux parmi ceux qui se sont dit et se disent démocrates aujourd’hui, ont acclamé le président NGOUABI dans sa phobie des doctrines libérales de l’occident dont il dénonçait à longueur des discours soit disant révolutionnaires. le PCT a été une responsabilité historique et collective de tous les congolais qui s’y sont embarqués quelque 10 ans après l’indépendance de notre pays. Nombreux de nos compatriotes éclairés y ont payé de leur vie pour s’être insurgés pour dénoncer cette ignominie culturelle contre notre peuple. Mais nul n’a jamais pensé à rien dans notre pays pour s’en débarrasser, même lorsqu’il s’est présenté l’occasion. la Conférence Nationale Souveraine fut le moment où il aurait fallu faire disparaître le PCT, car il n’était ni le parti des Mbochi comme on aime à le clamer haut et fort partout, ni le parti de Denis SASSOU NGUESSO. Ce fut le parti de tous les congolais que nos compatriotes du Nord Congo par malice s’en sont approprié par stratégie pour la conservation du pouvoir. A la conférence Nationale Souveraine, on dissolvait le PCT, cause de tous nos malheurs, pour repartir d’une situation ex-nihilo nihil. On aurait dû jauger l’esprit de créativité des uns et des autres à l’image de tous les leaders qui ont pu tirer leur épingle du jeu en créant des dynamique nouvelles de conquête du pouvoir. Mais on a laisser entre des mains de criminels, de desperados, un instrument chargé d’un aura collectif, marqué des particularismes identitaires frisant la haine et le mépris dans des luttes internes de conquête du pouvoir. A ce moment là, le PCT ne pouvait plus exister pour être utile à l’ensemble du peuple congolais, car il devenait un instrument démoniaque dont le but devenait celui d’asservir les autres peuples du Congo. On a raté une belle occasion, et le Parti qui devrait être tué de sa belle mort, s’est servi de ses alliances machiavéliques avec ses anciens associés du RDPS et aussi du MCDDI – même si Monsieur Bernard Koléla ne portait pas la marque satanique du PCT- pour renaître malicieusement de ses cendres tel le Sphynx. Et on est là, dans cette absence d’alternance, et on nous rabat les oreille chaque jour pour une démocratie qui n’existe nul par ailleurs: Dans un pays composé de plus de 80%
    des jeunes on retrouve encore des Pierre MOUSSA d’un autre âge, à la tête d’aussi grande dynamique que le PCT qui devrait avoir besoin de la fraicheur des jeunes qui malheureusement se plaisent à la facilité. Mais le temps est proche où toute cette vieille classe oligarque sera emportée par le nouveau vent de la liberté qui donnera définitivement cours à la jeunesse, non pas oligarchique mais à une jeunesse patriotique de prendre en main son destin. Les hommes et les instituions passeront, mais le Congo sera à jamais éternel.

  3. Anonyme dit :

    Décidemment, les congolais ont décidé le prolongement de la souffrance, un nouveau mandat au PCT. Tiadi mingi!

  4. Anonyme 5 dit :

    Après la conférence nationales souveraines on assisté à la naissance des partis identitaires le mcddi , le parti de Jean Pierre Thystère Tchicaya et un parti multi identitaire représentant 3 régions du sud Congo l’upads qui a fait alliance au début de l’élection présidentielle avec le pct parti qui était censé représenter tous les natifs du nord du pays ; et c’est à partir de ce moment qu’a commencé la débandade et le chaos avec son corollaire de misère d’injustices et de crimes .
    Les congolais ont simplement oublié qu’un état dit démocratique n’est pas compatible avec des partis politiques identitaires ce qui est vraiment regrettable c’est que des personnalités dites intellectuelles ont adopté des attitudes anti démocratiques ,
    ont revendiqué leur appartenance tribale et se sont comportés comme des personnes sans éducation .
    La suite on la connait le pct n’attendait que son heure pour revenir au pouvoir par la force et faire la démonstration de toute l’étendue de sa barbarie.

  5. Lucien Pambou mKAYA mVOKA dit :

    Enfin mes chers compatriotes je vous suis reconnaissant de votre accord sur la notion de reseau

    Vous avez depense des energies enormes – au nom de votre bavardage traditionnel et de la pollution dialogique negre a laquelle j appartiens- pour dire que le réseau etait une affabulation de ma part.Le PCT VOUS DEMONTRE LE CONTRAIRE ET ME DONNE RAISON
    j ‘ai tenu bon et vous me donnez raison malgres vous.Regarder vos reactions a la suite de l ‘article de MIACKASSISSA

    je sais que cela vous fait mal mais c’est ainsi .Nous autres congolais sommes trop bavards sur l instant car semoulaurds et inconstants

    .Le President Sassou le sait et il nous tient nous les intellectuels bavards et peureux derriere vos claviers d ‘ordinateurs

    La France le sait aussi car nous sommes les mendiants de premier ordre incapables de se revolter sur le terrain car trop bavards semoulards et trouillards.si ce n’est pas le cas soyons courageux de partir de France et d aller vivre ailleurs. bien entendu on est trop laches et on ne bougera pas
    je dis tout haut ce que la France pense de la diaspora congolaise en france
    BREF MON HYPOTHESE DE CONGO RESEAU PAYS QUI DEVIENT RESEAU PAYS SYSTEME EST VALIDE PAR L RATICLE DE PATRICE ET PAR VOUS MEME SI HYPOCRITES QUE VOUS ETES VOUS ALLEZ DIRE QUE QUE PAMBOU SE TROMPE
    Moussa elu secretaire general du pct prepare la reelection du President Sassou en 2021 et vous n avez pas compris pourquoi son fils christel a dit tres TOT qu il n ‘etait pas candidat en 2021
    REFECHISSEZ DANS LE RESEAU CONGO 2021 EST ENCORE LOIN LES CHOSES PEUVENT SE MODIFIER.ET LES CHOSES VONT SE MODIFIER

    JE POURRAI TRIOMPHER
    j ‘en ai pas la force et je suis triste

  6. Anonyme dit :

    MONSIEUR pambou toujours dans la même litanie, personne n’a dit que le réseau n’existait pas au sein du système Congolais, nous avons à faire à une mafia et une mafia par nature fonctionne en réseau. Donc une fois que cela est dit, qu’avez vous à nous dire.
    Ce qui vous est reproché est de nous lanciner à longueur de post que personne n’y comprend rien (sauf bien sur MONSIEUR pambou) parceque nous ne comprenons rien au réseau, mais à part nous répéter cela qu’avez vous à apporter vous MONSIEUR pambou, vous qui avez la science infuse et une très haute opinion de vous même dénuée de toute modestie.
    Du HAUT de votre très grande intelligence vous allez bien nous trouver des solutions à mettre en oeuvre pour changer ce système pourri diriger par VOTRE président qui règne en despote sur le pays.

    Le Congolais trop bavard, semoulaurd et inconstant vous salut bien.

  7. Jean OKOMBA dit :

    Le vieux Pierre Moussa, nouveau secretaire du PCT, parti communiste congolais n’est autre qu’un idiot utile, comme les communistes aiment bien le dire pour des sujets nommés à jouer de tel rôle où d’autres sont presentis pour gerer les vraies affaires. A 78 ans et plusieurs fois ministre, on n ‘a toujours pas pu rassembler suffisamment d’argent pour s’assurer une autonomie financière et vivre heureux? Non, il faut continuer à crampronner cette vieille machine immorale appelée abusivement PCT qui n’a cessé de distribuer la mort où les hauts responsables n’ont cessé de destabiliser les foyers de leurs collaborateurs en faisant de leurs femmes, enfants, nièces et autres tantes, cousines etc, des véritables prostituées. Avec le PCT le milieu politique congolais est un veritable capharnaum. Tout ça pour exiber la puissance avec de l’argent volé! Pierre Moussa un idiot utile, il n’ y a pas de doute! Mr Sassou Nguesso a repris la même stratégie, en positionnant son fils kiki, un autre voleur avec d’énormes pouvoir pour le pousser vers la presidence du Congo. Moussa comme tous ces kouyous qui ont vendu Ngouabi en 1977 sur l’autel de la françafrique pour les intérets de la France et du clan nguesso n’est autre qu’une marionette qui sert de piedestal pour sassou nguesso fils. Bernard Pongui dans une de ses video sur la nomination de moussa à ce poste est très clair. J’approuve ce qu’il a dit et je pense que les mois ou les années avenirs nous en diront plus et confirmeront notre approche.

  8. Jean OKOMBA dit :

    Toutefois Pierre Moussa inaugure son office du SG du PCT avec le corps de son petit frère, Doukaye, le deputé de Ouenze II, dans les bras. Qui vivra verra,

  9. louamba georges dit :

    Le Congo ressemble de plus en plus à un village d’Oyo où les mbochis habitent,occupent tout ce village ,et les autres Congolais comme les autochtones doivent se partager la forêt ! Voilà comment le roi fou,l’idiot du village,voit le Congo de demain ! Le fait que la Capitale du pays continue à porter le nom du bon « colonisateur » n’arrange pas vraiment les choses car les Congolais aiment se sentir sous les ailes de la France et continuent à penser que la solution à leurs problèmes ne viendra que de la France ! Erreur fatale ! Le général de Gaule lui-même n’avait-il pas dit que la France n’avait pas d’ami(e)s et qu’elle n’avait que des intérêts ? Comprenne qui pourra. Mais dimanche dernier ,nous avons assisté à l’enterrement de première classe du parti congolais du travail (pct) ! Ils ont tué de leurs propres mains leur poule aux œufs d’or ! « Tout pour le peuple,rien que pour le peuple » les mettait en porte-à-faux avec leurs consciences (!) tellement la misère du peuple est grande ! « Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin,elle se casse »dit-on.Dimanche,c’était la fin du pct pour défaut d’idées nouvelles. Il ne faut pas aussi oublier que chaque jour qui passe avec ce « Doctor honoris causa » à la tête du pays, le Congo s’enfoncera de plus en plus dans les abîmes de l’histoire. Sassou et Mouamba sont incapables de vous faire le bilan économique et financier de leur action depuis 2016,date de la mise en place de la nouvelle constitution censée apporter bonheur et bien-être au peuple Congolais qui,bon an mal an,continue à broyer du noir !

  10. SAMBA DIA MOUPATA dit :

    Merci cher patrice de reprendre la plume , sinon ton silence te rend complice de ces voyous Saboteurs et Voleurs ! Cher frère les grands penseurs disent que l’argent c’est le résultat d’un travail . Cependant dans la république d’OYO l’argent est devenu le résultat d’une mafia . La preuve tous ces mafieux étaient conviés de remplir cette salle de kiki sassou à Parfait kolélas . D’ailleurs à Brazza , une phrase en lingala TOSSA O LIA . C’est si tu accepte la médiocrité de sassou ,on te donne à manger .

  11. patana dit :

    Cela est réellement le cas de le dire que » l’année 2019 s’est terminée sur un drôle de spectacle au Congo-Brazzaville avec le congrès du parti mafieux PCT »,le dictateur sanguinaire Sassou Nguesso et sa clique, gouvernement se sont lamentablement fait ridiculiser aux yeux du monde entier. Mais « nos illusions ne doivent pas du tout s’envoler. Il n’y a pas de raison réelle que nos consciences soient rangées dans les placards contre les chants de louange, les remerciements, les appels à candidature du président illegal, illégitime génocidaire, chef de Mafia qui règne dans notre pays le Congo ».Tous les crimes contre l’humanité, les crimes écomiques, du sang , les massacres , génocides commis par Sassou Nguesso et sa clique ne vont plus cette fois se terminer par le simple pardon de lavement de mains.Tout ce qui est construit sur le mal se termine toujours en catastrophe, en mal.La « Journée TABLE RONDE THÉMATIQUE SUR « LA JUSTICE TRANSITIONNELLE du SAMEDI 18 JANVIER 2020 ,par contre est à la vocation de s’imposer comme l’un des évènements les plus extraordinaires de l’année que nous venons de commencer de cette nouvelle décennie 2020, en réponse au congrès de la honte du parti PCT qui tient encore à travailler à la conservation des circonstances très négatives qui gâchent la vie du peuple Congolais.L’heure est arrivée où tous ceux qui veulent le changement, l’altenance au Congo, et contre la domination, les génocides, lescrimescontre l’humanité s’unissent pour cette journée de la table ronde et pour les autres initiatives, projets louables qui vont sans cesse aller dans ce sens. Nos engagements doivent œuvrer au changement positif, pour un Congo meilleur et offrir enfin de l’espoir et de la joie aux futures générations en ce début de décennie. Participons en masse à la table ronde. Multiplions en ordre soudée au Congo, en France, USA,UK des initiatives les plus inattendues contreladictature génocidaire,mafieuse deSassou Nguesso. Notre lutte finira par marquer le début d’une période très positive contre les forces du mal. Aucune dictature n’a été capable d’aller contre la lutte de libération du peuple dans ce monde.Nous vaincrons car notre cause est juste. Seule la lutte libére

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.