TABLE RONDE SUR LA JUSTICE TRANSITIONNELLE AU CONGO-B : Interventions des participants ( 3e Partie )

Dans le cadre du Projet sur une Transition Politique au Congo-Brazzaville  » Excluant Sassou-NGuesso et son système », il s’est tenue une Table Ronde sous le thème : La JUSTICE TRANSITIONNELLE : quelles justice pour les responsables des crimes de sang , économiques… Dans ce 3e extrait, vous suivrez les interventions de plusieurs participants, dont Alexis MIAYOUKOU, Antoine KIHOULOU, Hilaire BAKALA, SAMBA DIA NKUMBI…qui demandent tous, une réconciliation nationale faite sur la base de la Justice et non sur la base de la vengeance, et de la réforme de l’institution judiciaire et de la Police…

Cette rencontre citoyenne, véritable creuset de la réflexion patriotique a été un véritable succès, a montré aux yeux de tous, que la Diaspora congolaise est dans la recherche active de la refondation du pays.

FILM INTÉGRAL – TABLE RONDE SUR LA JUSTICE TRANSITIONNELLE AU CONGO-BRAZZAVILLE : Justice pénal pour les crimes de sang ; Fin de l’impunité ; Non à la vengeance ; Réparation pour les victimes ; Réconciliation et refondation du Congo-Brazzaville…

Ce contenu a été publié dans NOS VIDEOS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à TABLE RONDE SUR LA JUSTICE TRANSITIONNELLE AU CONGO-B : Interventions des participants ( 3e Partie )

  1. Isidore AYA TONGA dit :

    NO COMMENT….

    MERCI ALEXIS POUR TON DÉVOUEMENT DE L’APRES DSN INÉVITABLE…

  2. affaire francafrique en phase terminale dit :

    Macron reconnait enfin que la francafrique est une dictature, Denis Sassou Nguesso est un dictateur…
    Emmanuel Macron : «Essayez la dictature et vous verrez !»
    Coup de gueule.
    «Aujourd’hui s’est installée dans notre société – et de manière séditieuse, par des discours politiques extraordinairement coupables -, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie, qu’une forme de dictature se serait installée», accuse le président Macron dans un entretien que doit diffuser Radio J vendredi matin et que l’AFP a pu écouter. Dans cet entretien enregistré dans l’avion le ramenant d’Israël jeudi soir, il lance également avec véhémence : «Mais allez en dictature ! Une dictature, c’est un régime ou une personne ou un clan décident des lois. Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c’est cela, essayez la dictature et vous verrez ! La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental : le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre.»

    Selon le chef d’Etat, «tous ceux qui aujourd’hui dans notre démocratie, se taisent sur ce sujet, sont les complices, aujourd’hui et pour demain, de l’affaiblissement de notre démocratie et de notre République.» Questionné sur la violence, le présent a jugé que «celles et ceux qui portent cette violence, celles et ceux qui, avec cynisme quelquefois, l’encouragent, celles et ceux qui taisent tout reproche qu’il faut avoir, oublient une chose très simple: nous sommes une démocratie.» https://www.liberation.fr/direct/element/emmanuel-macron-essayez-la-dictature-et-vous-verrez_108203/

  3. Mounkouma dit :

     » Je suis désolé, je ne serre pas la main à ce Monsieur, c’est un criminel… »Boris Johnson refuse de manière demonstrative de serrer la main du dictateur françafricain Sassou Nguesso,auteur des génocides, des massacres ainsi que de la misère des Congolais, de la terreur au Congo. A l’heure où les images, vidéos sur le génocide commis par par Sassou Nguesso et sa clique contre les Laris dans le Pool circulent dans les réseaux sociaux et confirme irrefutablement le dit génocide à l’intar du massacre contre les disparus du Beach, » Boris Johnson pose un acte diplomatique qui fera date :Écoutons bien Boris Johnson qui dit, en anglais :  » Je suis désolé, je ne serre pas la main à ce Monsieur, c’est un criminel… » tandis que Emmanuel Macron l’embrasse sur les deu joues et lui passe l’accolade !
    La dictature du Congo-Brazzaville de Sassou Nguesso est plus féroce, sauvage qui existe encore en Afrique et dans ce monde.Il y a une chose que certaines personnes ont tendance à oublier et à confondre.Il n’ y a pas de démocratie dans un payscomme le Congo où les crimes de guerre,les crimes de génocide, les crimes contre l’humanité,lesinjustices sociale s nesecomptent plus qu’au Congo de Sassou Nguesso et son régime.Ceux qui de loin ou de près collaborent avec Sassou Nguesso et son régime,veulent ignorer, placer aux oublièttes, les grands crimes économiques et de sang qui ne sont ineluctablement à condamner et à punir, seront rattrappés par l’histoire.Sassou Nguesso est un dictateur ultra criminel, corrompu,féroce, génocidaire, est un système Nazi où la terreur, les tueries, les arrestations arbirtraires, les cas de biens mal acquis, les génocides ne se comptent plus. Il ne peut pas tout subir une reforme, ni organiser une élection qui peut favoriser l’alternance.
    « Congo le sang et l’or du génocide »Encore un livre à charge sur Sassou-Nguesso ! Avec une force tranquille, le docteur et révérend pasteur, Dominique Kounkou, avance de livres en livres, dans une marche tranquille de construction d’une œuvre monumentale qui le survivra. À l’ONU, le gouvernement du Congo refuse l’enquête internationale dans le Pool, le pays des Laris. Pendant que les Laris sont en pleine déportation, sur leurs terres, des sociétés explorent et même exploitent des minerais et des terres rares. Claudia Sassou-Nguesso est associée à l’une d’elles.
    La justice est à faire à tout prix. Que ceux qui soutiennent Sassou Nguesso et son une dictature génocidaire, pire que le système Nazi, le comprennent qu’on ne peut pas soutenir Sassou Nguesso et son sytème. Les crimes contre l’humanité, les génocides restent ce qu’ils sont qu’ils sont.Et les auteurs ainsi que les complices zélés sont à punir. L’heure est arrivée où tous ceux qui veulent le changement, l’altenance au Congo, et sont contre la domination, les génocides, les crimes contre l’humanité, la malgouvernance, la dictature s’unissent pour dénoncer énergiquement au Congo, en France, en Europe, USA,UK et partout dans le monde les crimes commis et multiplier en ordre soudée des initiatives les plus inattendues contre la dictature génocidaire,mafieuse de Sassou Nguesso. Il faut porter avant tout plainte contre Sassou et sa bande à la CPI.Aucune dictature n’a été capable d’aller contre la lutte de libération du peuple dans ce monde.Nous vaincrons car notre cause est juste. Seule la lutte libére.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.