AFRICAINS EN CHINE : NON A L’APARTHEID SANITAIRE ! (Par Aliou TALL)


Nous ne sommes ni vos pangolins, ni vos chauves-souris. La Chine gagnerait mieux à suspecter les animaux sauvages porteurs de virus dont raffole sa population, et non les immigrés africains qu’elle maltraite pour éviter une nouvelle vague de l’épidémie du Coronavirus. L’Apartheid sanitaire qu’elle inflige à des immigrés africains n’est-il pas un bourgeon du racisme sournois qu’entretiennent des chinois contre les africains ? Serait-il la manifestation institutionnelle d’un mépris de l’homme Noir, parfaitement illustré par les propos d’un immigré chinois en Afrique ? : « Tous les Kenyans sont comme des singes, même le président Uhuru Kanyatta ».

Le problème ce n’est pas la couleur de peau des africains, mais l’estomac des chinois.

Les chinois feraient peut-être mieux d’arrêter leur appétence à la consommation de viande d’animaux sauvages, réservoirs et transmetteurs de virus, tels le pangolin, la chauve-souris et la civette. Une agence étatique chinoise a démontré que les génomes d’un virus prélevés sur des pangolins sont identiques à ceux du Coronavirus dépistés chez des patients chinois. On a tous été choqués par les images de mammifères sauvages vivants, vendus dans un marché de Wuhan à des consommateurs qui vont s’en délecter, et faire des cocktails nauséabonds avec leurs organes, leurs boyaux, leurs écailles, et leurs os, pour se soigner.  Et c’est à Wuhan qu’est partie cette pandémie qui décime une partie de l’humanité. C’était aussi par l’intermédiaire de la civette, un petit mammifère sauvage dont les chinois savourent la chaire, que s’est répandue l’épidémie du Sras en 2002 et 2003.

 Les chinois devraient donc s’attaquer à eux-mêmes et à leurs habitudes alimentaires décriées un peu partout dans le monde, au lieu de maltraiter et de faire subir un Apartheid sanitaire aux africains. C’est à eux d’arrêter de se régaler avec des soupes de rats et de serpents ; des grillades de chauve-souris, de porcs-épics et de salamandres ; des barbecues de renards et de louveteaux.  Les africains en Chine ne sont ni des adeptes, ni des acteurs de ces extravagances alimentaires propices à la propagation de virus létaux. C’est aussi à la Chine d’assumer sa responsabilité sur les dizaines de milliers de morts que déplore le monde, pour avoir dissimulé, selon les Américains et une partie de la communauté internationale, l’existence et la gravité de la pandémie du Coronavirus.

Du racisme sournois en Afrique à l’Apartheid sanitaire décomplexé en Chine.

Nul besoin de faire des lapalissades sur le racisme que subissent  les Noirs dans tous les pays du monde. Mais c’est choquant de voir des chinois culottés qui, de surcroit,  tirent leurs moyens de subsistance en Afrique, y faire des actes de mépris et de racisme virulent envers les africains. En 2018 un immigré chinois au Kenya, dénommé  Liu Jiaqi, était filmé en train de vomir sa bile sur les Noirs. Il affirmait fougueusement  que tous les Kenyans sont des singes, même leur président. Qu’il n’aimait pas ce peuple de singes, pauvre et qui sent mauvais. Il a été expulsé par les autorités kenyanes, à juste titre. Quand on est raciste, on reste chez soi pour y souffrir de sa haine. Les africains ne doivent pas se laisser affecter par les vils propos de lamentables racistes qui essayent de blesser leur  amour propre et de les déshumaniser. L’inhumain ce n’est pas eux, c’est le raciste. Son âme est tellement vaine qu’il a besoin d’injurier, de diffamer, et de ségréguer  pour justifier son existence.

La coopération entre la Chine et l’Afrique est irrémédiablement maculée par les images des vidéos qui montrent des africains expulsés dans la rue comme des pangolins pestiférés, des ségrégations dont ils font l’objet dans la ville de Canton, et des  confinements discriminatoires.  Des pratiques qui rappellent les heures noires de l’Apartheid en Afrique du Sud, et de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Il faut ressusciter Rosa Parks et Nelson Mandela, et, s’il y a lieu, réinventer l’ANC, signifiant cette fois ci : l’Afrique dit Non à la Chine. L’OMS devrait dénoncer ouvertement l’Apartheid sanitaire qu’inflige la chine aux africains sur son sol. Elle aura donné raison à Donald TRUMP, si elle faisait la politique de l’autruche ou se murait dans un silence bruissant de complicité, le temps que les indignations passent.

Il faut boycotter les produits et commerces chinois et appliquer la réciprocité.

Même s’ils n’ont pas totalement confiance aux produits chinois, les africains aiment se les procurer avec l’attrait des prix bas. Mais beaucoup de produits chinois vendus en Afrique sont d’une qualité médiocre, voire dangereuse pour la santé et la sécurité. Toutefois, la pauvreté amène beaucoup d’africains à les plébisciter. Pour la dignité de nos frères et sœurs en Chine, les africains devraient boycotter les produits et commerces chinois en Afrique et ailleurs, jusqu’à ce que la lumière soit faite sur ces actes odieux, et la sécurité des Africains assurée en Chine.

Le respect ça ne se négocie pas, ça s’impose. Dans les relations internationales la réciprocité est la seule arme efficace pour se faire respecter. Les gouvernements africains ne doivent pas se contenter de convoquer des ambassadeurs chinois pour des explications convenues. Ils vont leur servir des déclarations diplomatiquement stéréotypées, et vides de sens, du genre : la Chine est l’amie de l’Afrique et regrette ces incidents. Elle aidera l’Afrique. Les gouvernements africains doivent refuser cette infantilisation et prendre des mesures de rétorsions : sanctionner puis expulser les chinois qui sont auteurs d’actes ou de propos racistes ; qui font de l’esclavage moderne dans nos pays ; qui font du commerce dans nos pays sans droit au séjour ni sociétés dûment enregistrées ; qui fraudent massivement à nos fiscalités. Un gouvernement qui ne se fait pas respecter met en danger ses ressortissants à l’étranger. Les chinois n’auraient pas ainsi traité des ressortissants américains, français ou anglais. Car ils savent que leurs gouvernements réagiraient illico pour les protéger. Faisons-nous respecter !

Aliou TALL,

Président du RADUCC.  

Email : raducc@hotmail.fr

Diffusé le 17 avril 2020, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à AFRICAINS EN CHINE : NON A L’APARTHEID SANITAIRE ! (Par Aliou TALL)

  1. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    BRAVO MONSIEUR TALL

    Merci Monsieur Tall,

    A tous les Africains qui n’ont pas compris la géopolitique de l’exploitation de la Chine et des Chinois en Afrique,

    Tout est dit dans votre papier et bravo. Malheureusement les Nègres que nous sommes et avec les dirigeants que nous avons, incapables d’indignation claire et de réaction pratique sur le plan diplomatique, nous allons continuer à supporter les quolibets du monde entier car nous nous sous-estimons, nous ne sommes fiers que par les mots et non par les actes. Volontairement l’Afrique tend la main à la Chine qui le sait et qui frappe nos ressortissants à Canton et à Guandzu. Que vaut un ambassadeur africain en Chine ? Rien. Vous rappelez à juste titre le reportage d’un Chinois expulsé du Kenya après avoir traité leur président de singe ainsi que les populations kenyanes. Vous avez tout dit. Merci Monsieur Tall. Dommage pour une Afrique courbée et mendiante.

  2. Val de Nantes dit :

    La Chine ,atelier des produits mondiaux ,et l’atelier des virus divers .Partant de cette assertion ,on peut en conclure que la Chine est l’empire des contrastes les plus ignobles que le monde ait jamais imaginés .
    Quand à leur attitude anti africaine ,elle est le résultat d’un mariage d’interets purement léonins dont la Chine tire une substance vitamine .
    Quelle est l’empreinte intellectuelle ,scientifique et technologique de la chine aux processus de développement africain ?
    Quelles sont les infrastructures que les africains ne seraient pas capables de réaliser dans leurs pays respectifs ?.
    Que l’ambassade du Congo en France nous décline les offres d’emploi techniques et scientifiques dont le Congo avait eues besoin au cours des 10 dernières années ?
    L’infantilisation maladive teintée de corruption de nos supposées autorités est l’alliée indispensable à la pérennisation de cette forme d’esclavage sino _ africaine……
    Pour l’instant ,je ne vois nullement la dette intellectuelle de l’Afrique vis à vis de cette nation racialement émergente .

  3. Val de Nantes dit :

    Lire. Une vitamine substantielle .

  4. Val de Nantes . dit :

    Voir ces chinois manifester une certaine aigreur à l’égard de ces africains quemandeurs de formations inutiles me senghorise davantage .
    « L’émotion est négre « . Et les chinois se sont héllenisés .
    L’africain continue à porter la valise du supérieur homo blanc et jaune .
    Une fois de plus ,de ces chinois ,je vais en dire un mot et notamment à l’adresse de nos complexés dirigeants politiques au rang desquels Sassou ….
    J’ai eu la chance d’en croiser dans mon parcours intellectuel ,je puis vous assurer qu’ils ne sont pas aussi ingénieux que les étudiants africains .
    La différence réside dans la maîtrise de l’expertise en matière d’ingénierie c’est à dire l’environnement où s’eprouvent ces connaissances acquises sur les bancs de nos temples du savoir ….
    La chine est devenue l’atelier du monde en misant et sur ses cerveaux et ses divers laboratoires ..
    Le miracle chinois est l’audace de laisser exprimer le cerveau éduqué .
    Le laboratoire est le premier essai de l’épreuve du savoir à priori .L’expérimentation est l’épreuve du savoir à posteriori .La coordination de ces deux savoirs est la condition de l’étude scientifique de tout objet ..
    Sachant que l’objet est l’élément primordial de la pensée . Une pensée n’est pensée
    qu’au moyen d’un objet .
    Si j’imagine un vaccin ,ce vaccin est un objet de ma pensée .Sa réalisation dépendra des facteurs extérieurs préétablis pour que je l’eprouve.
    L’Afrique , à la différence culturelle de la chine ,souffre ,quelles qu’aient été nos formations techniques et scientifiques ,du manque des lieux d’éclosion d’intelligence .
    Je suis consultant international de formation aux risques industriels .Les instituts techniques où je dispense mes cours en mathématiques industrielles sont tellement équipés que ces étudiants sont opérationnels dés la fin de leur formation .
    Ces centres de formation situés à Cologne et en région parisienne ont des partenariats avec les grands groupes européens ..
    Une chose fait défaut en Afrique ,!e faible niveau d’investissement en matière des équipements ….Le centre de Cologne est un modèle d’équipements de formation des futurs techniciens et ingénieurs …
    L’Allemgne privilégie plus la pratique que la théorie dont la France est friande .
    Cette différence se voit sur le terrain technologique entre les deux nations .
    Le solde technologique est en faveur de l’Allemagne ..
    On peut faire l’impasse sur les formations en Chine , à la seule condition de sacrifier un pourcentage du PIB à la formation du capital humain …
    Vouloir ,c’est pouvoir ..
    Ingénieur multi risques et philosophe , Val de Nantes .

  5. Maclintoch dit :

    Bravo Mr Tall pour ce bref apercu de la barbarie de l homme a l endroit de l’autre. « Homo Hominis Lupus » disait Thomas Hobbes. C est vraiment pitoyable.

  6. Val de Nantes . dit :

    J’ai toujours pensé que l’Afrique n’avait pas intérêt à envoyer ces étudiants se former en Chine ,
    La différence culturelle et historique ne plaide en faveur de cette coopération sinon – africaine .
    À force de vouloir prendre à tout va ,on ramasse inévitablement des pourritures .
    Au risque d’etre redondant et à juste titre ,la formation des cadres tient sur deux gros piliers : La formation des enseignants et les équipements de formation ….
    Un ingénieur est formé par un autre ingénieur expérimenté qui manie la pratique et la théorie .
    Un technicien est un ingénieur en devenir « ,entéléchie « . Son parcours intellectuel est émaillé des acquisitions des connaissances ,par à coups ,afin d’en faire un bon ingénieur ..
    Spinoza parlait à ce sujet de « conatus « .
    L’Afrique doit investir dans le capital technique ,technologique et humain pour casser cette dépendance de formation indigne ..
    Mettre son indépendance sanitaire ,intellectuelle ,technologique entre les mains des chinois est un suicide collectif ; les européens en paient aujourd’hui la taxe en voulant trop externaliser ces précieux services à vils prix …
    La pandémie chinoise « coro  » a mis à nu la naïveté européenne sur cette logique .

  7. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    Le COVID 19 touche l’Afrique. Que faut-il en attendre ? Et pourquoi pas Tidjane Thiam à la tête d’un fonds souverain de développement et de lutte contre les pandémies ?

    On connaît les violences chinoises en direction des populations africaines et l’incapacité forte de l’Union africaine et des chancelleries africaines à Pékin pour s’insurger de façon diplomatico-forte auprès des autorités chinoises. Pour l’Union africaine, on ne coupe pas la main chinoise qui vous donne à manger car le siège de l’Union africaine à Addis Abeba est un don de la Chine. Pour les pays africains, on ne crache pas dans la soupe chinoise de canard laqué qui vous nourrit car la Chine remplace des Occidentaux dans la fausse construction des ponts et des barrages qui ne résistent pas à la moindre érosion. On a vu ce qu’il est advenu du pont construit par les Chinois le long de la corniche au Congo Brazzaville. Malgré cela le COVID ne s’arrête aux turpitudes des relations sino-africaines. Le COVID 19 touche désormais l’Afrique.

    Le FMI estime qu’il manque 44 milliards de dollars pour aider l’Afrique à combattre le COVID 19. Une fois rassemblés ces 44 milliards, de manière collective ou par la banque elle-même, à qui seront versés ces 44 milliards ? A l’Union africaine ? Aux Etats africains ? Quel calendrier et quels critères de sélection pour rendre éligibles les pays africains à ces 44 milliards ? Est-ce une aide déguisée sous forme de prêts ? Autant de questions qui restent sans réponse. Comment contrôler ces 44 milliards pour qu’ils ne terminent pas dans la poche des dirigeants africains trop tentés par une manne qui tombe du ciel ? On a vu récemment ce qu’il est advenu des respirateurs et des masques envoyés par Jack Ma, richissime homme d’affaires chinois et fondateur d’Ali Baba (concurrent d’Amazon dans le monde asiatique). Il ne serait pas étonnant de voir les masques et les respirateurs revendus à titre privé dans les officines de lutte contre le COVID 19 qui commencent à émerger en Afrique et pas simplement chez les praticiens traditionnels de nos quartiers.

    La pandémie du COVID 19 en Afrique introduit un choc d’offre en paralysant les maigres productions africaines et un choc de demande renforcé par le confinement qui va limiter la consommation et les transactions. La promiscuité, la bidonvillisation des quartiers africains sont des facteurs accélérateurs de la diffusion du virus, même si l’âge moyen des populations africaines, qui est de 20 ans, peut être considéré comme une résistance à la propagation du virus (selon les spécialistes et dans ce domaine rien n’est sûr, même certains spécialistes chercheurs africains pensent que la chaleur protège pour l’instant les contrées africaines et que l’accélération de la pandémie se fera en juillet/août au moment de la saison sèche -notre petit hiver à nous en Afrique-),

    Que faire ?

    Le COVID 19 est une chance pour les Africains, ce qui leur permet de réfléchir de façon coopérative en utilisant les structures de l’Union africaine par la création d’un fonds souverain de lutte contre les pandémies. Les Africains doivent faire des pandémies une cause régionale, pas simplement à travers des colloques, mais par des actes précis en créant des mécanismes privés et étatiques d’abondement du fonds souverain. En effet la crise du COVID 19 va entraîner de fortes récessions au plan mondial, ce qui va augmenter les taux d’intérêt pour ceux qui souhaitent s’endetter et ceux qui remboursent la dette. Malheureusement les pays africains à cause d’une mal gouvernance se trouvent dans les deux cas cités en avant. C’est le moment pour les Africains de faire preuve d’intelligence économique et financière en attribuant des missions nouvelles à la banque africaine en termes de développement et en créant un fonds souverain au sein de cette banque ou au sein de l’UA, qui pourrait être pilotée par Tidjane Thiam, franco-ivoirien émérite, polytechnicien de formation, devenu successivement PDG mondial de la compagnie d’assurance Generali et de la banque Zurich en Suisse. Il a été débarqué de cette banque car il a assumé les responsabilités d’un collaborateur qui a entrepris des opérations d’espionnage vers d’autres banques sans l’en avertir. On peut aussi avancer des sombres raisons racistes comme le disent certains journaux, car certains actionnaires ne supportaient pas qu’un « Nègre » compétent dirigeât une structure mondiale comme la banque Zurich de Suisse.

    Tidjane Thiam a les compétences nécessaires et l’expérience et au moment où il s’agit de changer l’actuel directeur africaine de développement à cause d’une gestion contestable, comme le rapporte Jeune Afrique. Tidjane Thiam est peut-être l’homme idoine, capable d’articuler savoir-faire financier et problématiques de développement sanito-économique.

  8. Val de Nantes . dit :

    ,@Pambou
    L’on retrouve ,comme des fleurs printanières ,un Pambou de ,, »Afrique 24 , ».,J’espère vous voir imprimer pour longtemps cet éveil de l’esprit d’analyse dont on a besoin pour avancer sur des grands chantiers spirituels qu’attend le Congo .
    Niveler vers le bas ne fait jamais honneur à celui qui s’y engouffre…..
    L’intelligence est un état acquis et non une occasion provisoire ..
    Socrate ne s’est jamais proclamé le citoyen le plus intelligent de la cité grecque
    , mais ce fut l’oracle du temple de Dieu , Zeus ,qui s’en était chargé .
    La sagesse antique doit fortement nous inspirer .

  9. Lilou dit :

    Les chinois se comportent de cette manière en Afrique aussi, ils violent, tuent sans impunité, détruisent la nature africaine avec la complicité des pseudo-dirigeants. Comment ces pseudo-dirigeants ont pu croire que la Chine est l’amie de l’Afrique, une nation qui a participé à la conférence de Berlin au même titre que la Turquie qui actuellement veut mettre aussi son sceau en Afrique.
    Là c’est le moment de faire oeil pour œil, dents pour dents je suis désolée, ne soyons pas étonnés de ce qui se passe en Chine, c’est révélateur de ce qu’ils pensent des Africains c’est à dire qu’on est des sous-hommes.
    Moi il y a longtemps que je n’achète plus chez le chinois leurs pseudo-produits africains, le chinois aime l’argent il faut attaquer leur porte-monnaie vu que les pseudo-dirigeants ne font rien c’est a la population de combattre. Ces chinois vendent des beignets en Afrique c’est honteux et les africains vont acheter chez eux alors que y’a la maman qui vend pour survivre, changeons de mentalité. En Afrique il y a tout on a pas besoin de manger leurs nems (les restos chinois chinois sont a la mode en Afrique, fréquentaient évidemment par ces pseudo-élites!!)
    Maintenant pour le pangolin, au Congo on en mange et on en est pas mort… Faut faire attention aux manipulations, soit disant me VIH vient du singe alors que les Africains en mangent depuis des siècles donc attention à ce qu’on écrit là l’auteur a péché sur ce point…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.