COVID-19 : SASSOU-NGUESSO INSTALLE L’ETAT DE SIÈGE AU CONGO-BRAZZAVILLE…RÉVOLTONS-NOUS !

Encouragé par le préfet d’alors François Hollande de modifier la Constitution pour se présenter à l’élection présidentielle que lui interdisait la Constitution initiale votée majoritairement par le peuple congolais, le sous-préfet Sassou-Nguesso Denis est fâché avec sa propre Constitution illégale de 2015.

Dans une lettre datée du 16 avril 2020 adressée au président de son Assemblée Nationale nommé par lui, le dictateur se prévaut de l’article 119 de sa Constitution illégale de 2015 pour lui demander de convoquer l’Assemblée Nationale en session extraordinaire ce samedi 18 avril 2020 « pour examiner les projets de loi dont la liste est jointe en annexe »(voir document).

En procédant ainsi, habitué à la confusion, entouré des juristes au rabais de sa région, Sassou-Nguesso fait une mauvaise lecture de l’article 119 de sa Constitution illégale de 2015.

Cet article 119 de sa Constitution de 2015 stipule clairement: « Chaque chambre du parlement est convoquée en session extraordinaire par son président sur un ordre du jour déterminé à la demande du président de la République ou de la majorité absolue de ses membres ».

Dès lors, trois remarques de bon sens s’imposent.

1) Sassou-Nguesso, à moins de l’avoir oublié, n’aurait pas dû adresser son courrier au seul président de son Assemblée Nationale. L’article 119 de sa Constitution illégale de 2015 parle de chaque chambre du parlement. Le parlement du dictateur Sassou-Nguesso, sous-préfet français, est composé de deux chambres: l’Assemblée Nationale et le Sénat. Par voie de conséquence, son courrier daté du 16 avril 2020 aurait dû être adressé à la fois au président de son Assemblée Nationale et à celui de son Sénat.

2) Aux termes de l’article 119 de sa Constitution illégale de 2015, l’initiative de convoquer chaque chambre en session extraordinaire échoit aux présidents de l’Assemblée Nationale et du Sénat, et non au dictateur Sassou-Nguesso.

N’ayant pas été régulièrement convoqués par le président de leur chambre, les « parlementaires » devraient boycotter la tenue de cette session extraordinaire. 

3) Un projet de loi est un texte qui est destiné à devenir une loi et qui émane du gouvernement. Après avoir été adopté en conseil des ministres, il est soumis au Parlement en vue d’être voté par celui-ci.

Donc, convoquer l’Assemblée Nationale en session extraordinaire pour examiner un projet de loi qui détermine les conditions de mise en oeuvre de l’état de siège dans notre pays est une anomalie juridique.

Nestor Makoundzi-Wollo et Grégoire Mavounia doivent se retourner dans leurs tombes!

Le Congo notre pays ne connaît pas de péril imminent(insurrection armée ou invasion étrangère). Vouloir instaurer un état de siège suscite beaucoup d’interrogations.

En temps de paix, l’état de siège est un régime exceptionnel et temporaire proclamé par un gouvernement pour faire face à un péril imminent en vue du maintien de l’ordre public. L’armée remplace la police pour la sécurité publique; les tribunaux civils sont remplacés par les tribunaux militaires; surveillance accrue de la population…

En voulant instaurer un état de siège, le dictateur Sassou-Nguesso a dans sa ligne de mire l’élection présidentielle de 2021. Il envisage de nommer les militaires acquis à sa cause aux postes de préfets, sous-préfets et maires pour mieux organiser la prochaine fraude électorale dont les contours se dessinent sous nos yeux.

Ne pouvant chasser un tyran avec un bulletin de vote, les congolais doivent s’unir et s’organiser pour se débarrasser de Sassou-Nguesso Denis et de son système stalinien. Chaque jour qui passe nous montre ses lacunes.

Incapable d’interpréter l’article 119 de sa propre Constitution illégale de 2015, que faut-il de plus aux congolais pour mettre fin à leur cauchemar?

Olivier Mouebara

****************************************************************************

Oyo : Hôpital général Edith-Lucie-Bongo-Ondimba, le personnel appelle à la grève illimitée et réclame 7 mois de salaires impayés

Le personnel soignant de l’hôpital général Edith-Lucie-Bongo-Ondimba (fille aînée de Sassou-NGuesso) et situé dans son village natal (Département de la Cuvette Nord), est appelé à la grève illimitée, malgré la crise sanitaire liée à la propagation du Covid-19 au Congo, à partir de ce jeudi 16 avril 2020 Le président de la section syndicale des travailleurs, Kether Itoua Onianguet Assoba réclame le paiement de 2 mois de salaires sur les 7 impayés avant le 15 avril 2020.

En lieu et place d’un petit hôpital de campagne qui aurait largement couvert les besoins sanitaires de nos compatriotes de la région d’Oyo, Ce caprice sanitaire de Sassou-NGuesso n’en aurait pas été un, si cet hopital général avait été construit à Owando ou Makoua ou Boundji, des localités largement plus peuplées que le village d’Oyo.

L’hôpital général Lucie-Edith Bongo-Ondzimba a coûté la bagatelle de 20 milliards de FCFA au Trésor congolais…pendant que les hôpitaux du reste du pays sont à l’abandon, c’est le fruit de l’apartheid sanitaire au royaume des NGuesso !

Diffusé le 18 avril 2020, par www.congo-liberty.com

https://lesechos-congobrazza.com
Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à COVID-19 : SASSOU-NGUESSO INSTALLE L’ETAT DE SIÈGE AU CONGO-BRAZZAVILLE…RÉVOLTONS-NOUS !

  1. INTÉRÊT GÉNÉRAL dit :

    POURQUOI SASSOU DENIS VEUT-IL INSTAURER UN ETAT SIÈGE MILITAIRE IDENTIQUE A CELUI DE 1977 A 1979 ET 1997 A 2000?
    DEPUIS 50 ANS SASSOU DENIS NA JAMAIS CHANGÉ DE MODE OPÉRATOIRE CONTRE LE PEUPLE CONGOLAIS ET LEUR PAYS. ETAT DE SIÈGE MILITAIRE DE SASSOU DENIS = ATTENTION DANGER = RÉCURRENCE DE LA PÉRIODE SOMBRE DE 1977 A 1979 ET DE 1997 A 1999 = ASSASSINATS DE POPULATIONS INNOCENTES, D’INTELLECTUELS + OPPOSANTS POLITIQUES + PRISONNIERS POLITIQUES = COUPS MILITAIRES + DICTATURE… ENSEMBLE METTONS FIN A CETTE DICTATURE… https://www.youtube.com/watch?v=yazAGtrB1HQ

  2. Val de Nantes dit :

    Ce cinéma Sassouien est digne d’un régime Hitlérien .Pendant que Macky et Ali Bongo multiplient des initiatives d’aide financière à leurs compatriotes ébranlés par le virus chinois ,dont on espère que les chinois feront preuve d’amende honorable dans la responsabilité qui est la leur ,Sassou opte pour une attitude martiale et ridicule envers une population longtemps confinée à la misère absolue .
    Pourquoi montrer des muscles envers un ennemi invisible si ce n’est dans son imagination pathologique ?
    Les congolais ne voient rien des dons ramassés et offerts par les donateurs locaux et internationaux .
    Quelle est la première action publique adressée à nos compatriotes ,depuis le ridicule confinement ?
    À quand la première salve financière en direction de la population doublement confinée ?
    Je vous rappelle que les Congo!ais sont misérablement confinés ,depuis votre horrible règne et le deuxième confinement est la visite inamicale du petit chinois au Congo Brazza .
    Sassou est déclassé dans la gestion de cette pandémie ,car privé des véritables leviers financiers pour répondre aux attentes légitimes de cette population ,il semble découvrir l’existence du peuple congolais par le biais du petit coro …
    Pourquoi theatrialiser une gouvernance obsolète aux fins de résoudre un problème qui dépasse largement les bornes de votre intelligence ?
    N’eût été la bienveillance du petit coro à l’endroit des congolais ,nous aurions déjà compté par paquets les morts coronavirusiens au Congo Brazza ..
    C’est à Dieu que nous devons nous en remettre ,plutôt qu’â Sassou ,pour trouver notre voix de salut face à ce visiteur chinois intriguant …
    Rien n’a changé sous le ciel de Mpila ,le confinement de la population sous la caverne de Platon ,pardon de Sassou ,est toujours en vigueur ,et ce depuis ,,40 ans de règne insipide ..

  3. Samba dia Moupata dit :

    En réalité Sassou est à sa dixième constitutions qu’il viole . La folie de sassou ne fait nul doute . La faute revient à ceux qui l’accompagne dans sa folie . C’est pourquoi je m’en prend souvent à Parfait Kolélas le complice numéro un , qui sans cesse travail pour reculer la révolte , lui en revanche se fait payer par son maître , pour jouir pleinement avec avec sa famille sur paris et Londres .

  4. BAKALA MASSIKA dit :

    C’est une constitution privée qui n’a été imposé aux congolais que pour sassou.pourquoi devrait-il la respecter? le parlement est également à lui,qui lui reprochera quoi? a mon avis,la première des choses à faire c’est de lui arracher le pouvoir.par la suite on pourrait parler de respect de constitution.sous le sassouisme,on ne même pas parler de respect de la loi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.