HOMMAGE DU GÉNÉRAL MOKOKO A MARC MAPINGOU

DÉCÈS DE MARC MAPINGOU : LA FAMILLE MET UNE CAGNOTTE EN LIGNE POUR LES CONTRIBUTIONS FINANCIÈRES

Message du Général Jean Marie Michel MOKOKO à la famille MAPINGOU. Suite au décès de son frère et Ami Marc,

A notre Cher Aîné L’Ambassadeur Paul MAPINGOU ET LA FAMILLE MAPINGOU,


Mon ‘’Grand ’’,
Marc et moi lorsqu’il nous arrivait de nous rappeler à votre souvenir, nous appelions affectueusement ainsi. Dans cette épreuve que nous traversons, j’aimerais que vous transmettiez le message que je vous adresse à toute la famille MAPINGOU.

C’est ce matin qu’avec une grande tristesse, j’ai appris le deuil qui vient de nous frapper. Marc, mon cadet et mon Ami s’est éteint, alors que les nouvelles qui m’étaient parvenues il y a quelques jours sur son hospitalisation incitaient à l’optimisme.

Je sais que la famille et vous-même êtes dans un état d’incompréhension et de stupeur, que tout être humain connait dans ces moments là.

Dans l’état de prostration que m’a causé cette terrible nouvelle, bien que plongé dans un état second, il m’est revenu en mémoire, le contenu du livre de la vie, livre suprême qu’on ne peut ni fermer, ni ouvrir à son choix. On voudrait revenir à la page que l’on aime et la page de chagrin est déjà sous vos doigts.

En vérité, je ne trouve pas les mots pour exprimer ma tristesse et mon désarroi, à telle enseigne que devoir lever un coin du voile du répertoire dense de ce qui nous liait est douloureux et insupportable. Il faut bien, puisque les usages en pareille occurrence commandent de témoigner. Je me contenterai de rappeler que c’est dans les couloirs du Palais des Congrès, pendant la Conférence Nationale Souveraine que nos routes se sont croisées. Depuis les liens ainsi tissés n’ont cessé de se consolider. Il nous a fallu à cette époque que de quelques moments, de rencontres furtives, pour que nos esprits s’accommodent. Tout se fit naturellement, et depuis, nous ne nous sommes plus quittés.

Notre cheminement, à travers les vicissitudes auxquelles nous a contraint la vie est comparable à celui que décrit Christian JACQ, dans son étonnant roman ‘’ Le Moine et le Révérend ‘’, qui retrace l’itinéraire de la naissance et l’aboutissement d’une amitié – dont les apparences trompeuses vouaient à l’improbabilité -, entre deux personnages aux aspirations diamétralement opposées. Cet ouvrage qui m’avait été recommandé par Marc, est quasiment devenu mon livre de chevet, tant la description de la Condition Humaine y est fortement cernée.

Mon ‘’Grand ‘’, il m’est difficile d’accepter le nouveau coup du sort qui nous accable une fois de plus. Dans des conditions de confinement imposées par les autorités, il ne sera probablement pas possible aux Amis et proches de Marc de lui rendre l’Hommage qui sied à cet Homme ouvert, cet intellectuel Humaniste dont le désir obsessionnel était toujours de construire les ponts entre les personnes d’horizons variés et divers. Admirés des uns, il était parfois à tort incompris de ceux qui n’acceptaient pas son élégance holistique tant dans son maintien que dans ses manières, parce qu’ils se contentaient de le scruter plutôt que de chercher à connaître l’homme qu’il était. Ces contempteurs mal avisés, laissaient libre cours à l’expression de leur envie et jalousie qui est le propre des incultes. Pour nous qui le connaissions et avions cheminé avec lui, nous admirions parmi tant d’autres qualités : son entregent discret ayant grandement contribué à construire des passerelles qui, à son corps défendant, ont permis de réduire des fractures nées des antagonismes farouches, dont l’évolution aurait pu conduire à des errements dommageables pour notre pays. Ces belles actions ne sont connues que de d’une infinie minorité de ses proches, car il n’était pas homme à se couvrir de lauriers. L’essentiel à ses yeux était d’œuvrer, à son niveau, au RASSEMBLEMENT, à la Réconciliation et à l’unité de Notre Nation.

Mon « Grand » ! De là où je suis je ne cesserai de penser à mon frère Marc. Lorsque l’occasion me sera offerte, comme me l’avait suggéré un de nos amis communs, dans le réconfort qu’il m’avait apporté dans un récent deuil qui m’a frappé : je regarderai le ciel tous les soirs pour contempler les étoiles, dans l’espoir de voir Marc nous faire un signe pour nous dire simplement : qu’il a rejoint tous ceux des nôtres qui l’ont précédé dans un monde sans haine, sans injustice et sans méchanceté.

Marc ne sera pas là pour voir comme nous l’espérions, se lever l’aurore resplendissant d’un Congo se relevant de ses cendres, mais nous lui resterons reconnaissants pour sa contribution inestimable destinée à servir ce dessein.

Mon cher Grand-Frère, dans notre chagrin, comme aimait le dire Marc, peut-être serions-nous tentés d’imiter Job de la Bible en nous interrogeant sur la cruauté du destin ; en ce qui concerne Marc, nous pouvons nous consoler car bien que parti, il a semé et partagé avec tant d’autres convertis sa foi en un Congo beau, fort et uni, qui naîtra de ses centres.

Que nos prières l’accompagnent afin que Notre Père Divin, dans son immense bonté l’assiste de ses grâces et l’accueille dans son Royaume.

Merci cher Grand-Frère, et je vous prie de recevoir nos condoléances les plus émues que vous voudrez bien transmettre à toute la famille Mapingou.

Général Jean Marie Michel Mokoko 

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à HOMMAGE DU GÉNÉRAL MOKOKO A MARC MAPINGOU

  1. Val de Nantes dit :

    Cette lettre et cette photo doivent interpeller chacun de nous .Le Congo n’est pas une addition des meurtres entre congolais ,mais une promesse de vivre ensemble, afin de trouver inlassablement des solutions aux problématiques sociales et sociétales que connaît le Congo……
    L’histoire du Congo bégaie ,du fait de l’intrusion en son sein d’un virus ,à l’instar du covid chinois , qui détruit ,au moyen de sa charge virale ,l’unité nationale .
    J’ai parlé de Sassou ,dont la simple évocation de son nom ,nous confine dans nos maisons ,depuis plus de 40 ans ….
    La quête du bonheur national prime sur des réflexes tribaux .Aussi j’inviterai nos compatriotes à dépasser l’horizon tribal pour celui de la modernité assimilé à celui de l’horizon intelligible …
    Se projeter dans un Congo économique ,c’est faire le pari de la dynamique économique des régions ,seul principe actif contre les anti – valeurs qui gouvernent le Congo actuel ….
    Imaginez un seul instant que le pool se dilue ,pour des raisons économiques ,dans un bloc centriste ,afin d’assurer une richesse partagée et de ,mécaniquement ,solder la question des réflexes identitaires .
    Une région isolée n’a pas la science infuse pour la résolution des objectifs économiques qu’elle peut d’assigner ….
    Entre l’économie prospère ,facteur d’insouciance économique et financière ,et le repli ethnique , je devine ,sans peine ,les frontières tribales ne peuvent résister aux frontières économiques ,source de richesses pour tous ….
    Le dépassement de soi est la découverte de l’autre par la mutualisation des convergences des intérêts économiques et financiers ..
    Oui ,accepteriez vous que votre région soit un sous ensemble d’un ensemble compact pour son envol économique ?
    De la réponse à cette question dépendra l’avenir économique de notre pays …

  2. Lucien Pambou dit :

    Hommage à Marc Mapingou et réponse au Général Mokoko

    Général, je ne vous connais pas, mais, lors d’un voyage de retour de Brazzaville à Paris, je vous ai dit bonjour dans l’avion qui nous ramenait à Paris car vous m’avez été présenté par un ami au moment où vous occupiez vos fonctions de conseiller du Président Sassou et représentant spécial dan,s la crise politique en Centrafrique.

    Je n’ai pas à juger, ni à prendre part de vos choix et décisions politiques et encore moins à juger de la légalité ou légitimité de votre incarcération. Néanmoins, en laissant de côté les choix politiques et les violences arbitraires ou non qui déchirent notre pays, je veux saluer l’hommage que vous rendez à Marc Mapingou qui n’était pas un ami, mais un contradicteur de haut niveau avec lequel j’ai eu des rares occasions de débattre. Malgré nos oppositions, nous étions d’accord sur un point: l’unité, la cohésion, la solidarité, la fraternité de tous les citoyens congolais, quelles que soient leurs origines au sens ethnique du terme.

    Marc Mapingou, à la différence de moi, était dès sa naissance versé dans la politique par son père. Je suis venu à la politique par mes études à Sciences Po Paris et il me disait en me se moquant de moi « Tu es un politicien, uniquement par la plume et les livres ». Et je lui répondais « Ta naissance, par ton père, t’a inscrit dans les choix politiques de terrain que tu devrais compléter par l’analyse politique livresque, ce qui t’aurais permis de voir que les hommes politiques sont faux. Ils ne suivent que leurs intérêts quand tu es à leur service. Ils sont prêts à t’abandonner dès lors que tu ne leur apportes rien. »

    POUR QUE LA MEMOIRE ET L’ACTION DE MARC MAPINGOU RESTENT, JE DEMANDE, AU NOM DE LA SOLIDARITE, DE LA FIDELITE A SA MEMOIRE, QUE TOUS LES MINISTRES, TOUS LES DIRECTEURS DE CABINET, TOUS LES DIRECTEURS ADMINISTRATIFS QUI ONT ETE NOMMES ENTRE 1993 ET 1997, PENDANT LA MANDATURE DU PRESIDENT LISSOUBA, APPORTENT UNE CONTRIBUTION FINANCIERE SIGNIFICATIVE POUR L’INHUMATION ET LE RETOUR DE MARC MAPINGOU AU CONGO. MARC MAPINGOU ETAIT POUR MOI UN PING-PONG POLITIQUE AVEC LEQUEL JE DISCUTAIS, MEME SI POLITIQUEMENT NOUS ETIONS OPPOSES SUR LA SITUATION POLITIQUE AU CONGO. MAIS QUE D’AUTRES RESPONSABLES POLITIQUES ET AUTRES CITOYENS QUI ONT CONNU MARC, N’HESITENT PAS A METTRE LA MAIN A LA POCHE POUR SA FEMME ET SES ENFANTS.

    Je ne suis pas en mission, cette adresse épistolaire est le minimum que je puisse faire pour un citoyen marqué par des convictions fortes et épris de débats contradictoires.

    Cher citoyen Marc Mapingou, repose en paix et que la terre te soit très légère de façon éternelle.

  3. CD JUMEAU dit :

    Merci mon Général pour ce vibrant hommage à votre frère, Mr MAPINGOU, le vaillant homme politique. Et comme toujours, vous restez debout et gardez espoir. Tenez bon mon Général! La vie semble si INJUSTE parfois. Pendant ce temps, les criminels sans scrupules sont au grand complet à Brazzaville. Leur gouvernement illégitime, leur président usurpateur/terroriste échappent, eux, au Coronavirus qui aurait pu être un virus libérateur en sol congolais s’il nous débarrassait, one by one, de ces voleurs assassins qui prennent plaisir à nos souffrances. Certains canailles se vantent même d’avoir tuer le peuple dans le Pool et que le ciel n’est jamais tombé.

  4. maclintoch dit :

    Bien dit Val de Nantes, totalement d’accord

  5. CD JUMEAU dit :

    Lire: virus libérateur sur le sol congolais… se vantent même d’avoir tué… etc

  6. CD JUMEAU dit :

    Le bourreau, même en avouant le crime contre l’humanité, peut se pavaner libre comme l’air, il n’est inquiété par aucune justice ni au Congo ni ailleurs. Tandis que, le Général du peuple paye de vingt (20) ans de sa vie pour des simples propos qu’il avait tenu plusieurs années en arrière, sans avoir jamais tiré un seul coup de feu ou créer le moindre désordre dans les institutions de l’époque. Le Général du peuple à été jugé et condamné pour soi-disant atteinte à la sûreté de l’état, sous le silence du peuple déjà traumatisé mais aussi, sous le silence de la soi-disant communauté internationale (la France & Co).

  7. Anonyme dit :

    MONSIEUR pambou vous dites: « Je n’ai pas à juger, ni à prendre part de vos choix et décisions politiques et encore moins à juger de la légalité ou légitimité de votre incarcération. »
    Pour ce qui est de la première phrase sur la politique elle est recevable et vous auriez pu en rester la, mais chez MONSIEUR Pambou le naturel revient vite au galop quand vous dites, en parlant de Jean Marie Michel MOKOKO « et encore moins à juger de la légalité ou légitimité de votre incarcération. » Je trouve que vous poussez le bouchon un peu loin et auriez pu au moins vous retenir. Surtout en cette période d’hommage au frès Marc Mapingou ceci est totalement déplacé. Malgré ce que vous affirmez vous savez très bien juger et vous en privez pas quand cela vous intéresse et que ça ne touche pas VOTRE président, mais dès que cela peux avoir un lien ou qui peut voir une incidence avec VOTRE président alors il faut que vous montiez au créneau. Cette propension obsessionnelle à tout faire pour lisser l’image de VOTRE président est absolument aberrante mais réflète bien votre personnalité et de l’estime profonde que vous avez pour sassou.

  8. KABAYE dit :

    Mes chers amis,
    J’ai parcouru plusieurs sites internet de la diaspora, suite au décès de notre compatriote Marc MAPINGOU et je suis très peiné de constater le SILENCE de MWINDA sur Marc…
    Comment l’expliquer vous? MWINDA ne fait aucune brève sur la disparition de cet illustre personnage qu’était MARC.

  9. Lucien Pambou dit :

    Pour une épitaphe sur la tombe de Marc Mapingou à Brazzaville ou à Zanaga

    Sans être un membre de la famille à laquelle il revient le plein droit de choisir l’épitaphe concernant Marc Mapingou, le citoyen et débatteur avec Marc Mapingou que je suis, propose que sur sa tombe soit écrit ces mots: DEMOCRATE, LIBRE, CONTRADICTEUR et CITOYEN DE LA LIBERTE ET DU DROIT.
    Enterré à Brazzaville ou à Zanaga (mais je pense que ce sera à Zanaga auprès des siens), la tombe de Marc Mapingou doit être un lieu de recueillement permanent pour toutes les générations qui vont nous succéder (car j’appartiens à la génération de Mapingou, quasiment au même âge).

    Repose en paix démocrate et certains continueront à se demander pourquoi Lissouba n’a pas fait appel à ton intelligence et à ta méthode d’organisation une fois devenu Président. C’est une énigme pour eux mais je suis sûr qu’au fond de toi, la certitude de tes convictions était difficilement monnayable pour un poste de ministre, ce qui n’est pas le cas pour d’autres qui se reconnaîtront.

  10. OYESSI dit :

    Val De Nantes,
    Merci pour votre post.

  11. Delbar dit :

    Magnifique lettre rédigée par un homme de bien que je voudrais un jour serrer dans mes bras.
    Je voudrais dire à Mr Pambou que la condamnation du général est évidemment illégitime rendue par une justice aux ordres.
    Je lis avec attention vos écrits mais à un moment donné, il faut savoir passer un cap.
    Je pense que vous n’êtes plus très loin d’écrire que le Congo n’est pas un état de droit.

  12. 'Fingeriste' Crazy Joe Biden alias 'Fingerful' dit :

    Ah ba pangui ya Vincent!

    « Sentiment Awa »: (C’est pas la peine kobomba bolingo ekomi na point carré, Awa eh eh eh, eh-eh-eeehhh…)

    Comme prévenu jadis, un à un depuis s’écroule de façon anodine jusqu’au tombeau. Pour eux le bal est terminé, purement et malheureusement.

    Le pacifisme latent mis en avant et valorisé lâchement après tout par les champions froussards et corrompus de tout bord, est une erreur M O N U M E N T A L E en face d’une espèce de dictature menée par des petits VILLAGEOIS barbares supportés par le colon…

    Mokoko et consorts peuvent TOUS aller au DIABLE; point. La pérennisation et l’existence même autrement du Takou-politique est bien sans équivoque le corollaire médiocre de leur sale oeuvre aux dépens du peuple martyrisé depuis toujours. Le diable ne réussit jamais tout seul!!! Et c’est clairement vérifié là-bas, chez les con-go-laids.

    Aaaahhh Con-go Bololo, nani loka ngué ko? Fulbert Youlou?

    « Eh shifty Schiff, le plus Grand MENTEUR de tout le Congrès des USA, avant Harry Mason Reid ». Hi hi hi hiiiiiiii!

    ~ Tembe ezali mabe mingui oh,
    Ma-ma mama eyala… ~

    ~ Mame-eh tembe za kuyoka ngue mama,
    Ngati wa vouma… ~

    finger@pin.com

  13. Val de Nantes dit :

    Voilà une mort dont on pense qu’elle n’aurait pas pu se produire ,si, Marc avait rejoint un Congo reconnaissant les talents de ces signes fils ….
    Peut être , ce fut son fatum ,c’est fort discutable !…
    Oui ,il rejoint la liste des personna non grata morts en exil pour des raisons purement de confiscation de richesses nationales .
    Posons nous , la lancinante question de sa création ……
    Comment créer une richesse partagée sur la base d’une économie efficiente ?
    Avant d’y répondre ,il faudrait nous débarrasser des réflexes anxiogènes ,tribaux ,tristes et enfin égocentriques .
    Place â la pratique de la raison .
    Le plus court chemin ,c’est la vérité ,qui est la manifestation de la raison .
    Pourquoi mettre plus de politique dans une sauce qui se veut économique ?
    La politique de sert de l’économie pour son expansion dans la sphère sociale et sociétale .
    Sans l’économie ,point de politique !.
    Avez vous vu ,un futur président de la république promettre la création de milliers partis pour subvenir aux besoins impérieux de la population ?
    Donc ,notre talon d’Achille est bien sûr la non maîtrise des bienfaits de l’économie .Du Congo ,j’en dirais un mot ,qui m’ereinte le cerveau …
    Je crois avoir trouvé le mot ,qui est porteur d’espoir au Congo .
    C’est l’économie .
    Chers compatriotes ,
    Passons du Congo politico-ethnique au Congo économique …
    Reconfigurons un Congo qui soit à l’image d’un pays dont l’unique but est la maximation de nos besoins primaires et secondaires sous la contrainte financière .
    Une fois qu’on a dit ça , on résout l’équation économique au moyen des variables x et y .
    Si la fonction s’écrit f(x,y) alors ,nos deux variables manipulables à l’intérieur de cette fonction .
    Si vous trouvez la variable ( inconnue ,x ) la variable y inconnue est facilement déductible à partir de x .
    Pour schématiser de façon succinte .
    F = Congo
    x = économie
    y = régions .
    Ce qui donne : F (x,y).
    Explications brèves .
    Le Congo est une fonction de l’économie et de régions .
    Si tu trouves x ,tu déduis y .
    Le Congo se doit d’effacer sa misère ancestrale en posant et en résolvant cette équation économique …
    J’écarte ,à dessein ,la question politique ,bien que je doive reconnaître qu’elle est au départ résolue ,par la mise en oeuvre d’un système fédéral .
    Ce Congo est purement économique expurgé des théories désuetes et dormitives .
    Pour me résumer ,et j’en aurai terminé .
    La soteriologie du Congo passe par une ventilation exponentielle des fonds d’investissements en direction des régions réconfigurées pour répondre aux exigences mécaniques ,économiques et institutionnelles du fédéralisme créateur des richesses locales ..
    Voir nos compatriotes mourir à l’étranger à cause de l’égoïsme économique m’insupporte .
    La mort de Marc est cette goûté d’eau ,qui a débordé le Congo .

  14. Val de Nantes dit :

    Lire ,, maximisation .
    La politique se sert .
    qui a fait déborder le Congo .
    Mon clavier me joue des tours .
    Merci.
    Pour compléter cette réflexion axée sur l’économie concernant le Congo ,il suffit de lire et comprendre les grands courants de pensée économique et les deux composantes de l’économie ….(,Micro et Macro).
    La mise en pratique d’une pensée économique nécessite une analyse approfondie des réalités et potentialités que regorge un pays .
    Si Keynes avait opté pour la dépense publique par son multiplicateur kéynesien ,le but était de relancer la consommation des ménages ,laquelle devrait régener un surplus de revenu dont l’Etat était gagnant en impôts .
    C’est un cercle vertueux de l’économie ,sauf qu’on crée du déficit au détriment des investisseurs privés .(Effet d’éviction ,,).
    Cette politique kéynesienne est du ressort de l’Etat ,comme seul recours à la relance économique .
    Mais ,sous d’autres cieux ,il est des politiques économiques ,qui stimulent la production pour répondre à la demande intérieure et surtout au marché international ..(Commerce ).
    Si vous lisez Adam Smith ,dans « richesses des nations  » ,vous vous en approcherez un peu .
    Mais je vous inviterai à lire le grand David Ricardo ,vous trouverez dans sa pensée économique ,le modèle économique qui correspond aux défis économiques qu’attend le Congo …..
    Chers compatriotes ,
    En effet ,il faudrait bien scanner la pensée ricardienne sur la théorie des
    avantages comparatifs et vous avez peut être la clef du bonheur national congolais ….
    Faites un effort d’y réfléchir ,car au bout du parcours ,la récompense vous y attend .
    Que veut dire cette pensée ricardienne à l’échelle d’une nation ?..
    À Bayardelle ,nous demandions à Louis Bakabadio de faire sortir l’économie des livres et nous la faire vivre au quotidien ,c’est qu’il fit ….

  15. Val de Nantes dit :

    Lire …ce qu’il fit , sur le post précédent .
    Oui la mort de Marc doit nous sortir de notre hibernation floutée par excés de tribalisme .
    L’héritage institutionnel est un fardeau qui ne cesse de nous précipiter dans les ténèbres tant notre impuissance intellectuelle demeure notre seconde nature …
    C’est un impensé institutionnel n’a qu’un seul mérite ,celui de collectionner des fils indésirables dans leur propre pays ..
    Autant le modèle politique est inadapté à la sociologie politique de notre pays ,autant son modèle économique est son bras armé pour l’achèvement physique des milliers de nos compatriotes ….
    Le centralisme jacobin n’est autre que l’officialisation de l’égoïsme national au détriment de la majorité territoriale .
    La misère sociale est le premier moteur de la philosophie étatique d’essence jacobine ,car son modus operandi est l’accaparement de la totalité des richesses produites sur l’ensemble du pays .
    Karl Marx n’aurait pas dit mieux ….
    Cette mort est plus qu’un réveil d’esprit pour nous congolais épris de justice sociale ….
    Lorsqu’un pays où le dernier dirigeant s’accapare du revenu marginal produit par une nation , la survivance circule à vitesse grand V …
    Pour l’utilisation de la totalité des ressources humaines formatées ,il faudrait créer des espaces d’exploitation de ces intelligences ,nos régions ,vierges de développement ,pourraient servir de laboratoires de transformations de ces matières grises en actions concrètes ….
    Une fois de plus ,le repli tribal est l’assurance de perdurer dans le misérabilisme chronique ….
    Pourquoi un ingénieur congolais ne travaillerait -il pas au service de sa région ou pour une autre région ,sans passer sous les fauches caudines de l’Etat central ?
    Ce cas de figure n’est possible que dans un système fédéral où le recrutement est opéré par l’administration locale ….
    Quand on voit des talents qui quittent ce monde ,sans avoir mis leur expertise au service de leurs régions autonomes ,il y a de quoi d’aller réfléchir en se posant sur la tombe de Socrate …
    Oui ,il faut des régions dynamiques qui doivent employer , sans passer par l’Etat central ,nombre des congolais diplômés .
    Nb .
    Travailler dans sa région fédérée ,n’exclut pas de travailler pour une autre région .L’essentiel demeure la création de la richesse nationale ,fruit de l’agrégation des richesses régionales .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.