LES AVENTURES DE BONAVENTURE MBAYA

Par Benjamin BILOMBOT BITADYS

Pour mettre un terme à la guerre permanente dans le Pool, demander l’arbitrage de Sassou comme le fait Bonaventure Mbaya serait comme une biche qui demande le soutien du lion le prenant pour un végétarien.

La région du Pool serait-elle devenue le lieu de prédilection des intrigues politiques du Congo-Brazzaville ? Serait-elle la thèmatique indiquée pour les hommes politiques en mal de célébrité et de popularité pour se refaire la cerise ? Le terrain de compétition des enfants du Pool pour le leadership ? Entre les fils originaires du Pool qui s’adonnent à une concurrence sans merci, c’est : « Ôte-toi de là que je m’y mette  ». Le poste de leader de la région du Pool laissé vacant par Bernard Kolelas reste à pourvoir et suscite des convoitises. Comme l’hirondelle annonce le printemps, l’échéance présidentielle de 2021 présage-t-elle la guerre dans la région du Pool ?

Prémisses

Les manœuvres politiques pointent à l’horizon dans un silence assourdissant. La région du Pool ne s’en laisse pas conter. Lire in congopage.com, 14 juin 2020 , « Déclaration des fils et filles du Pool sur le déploiement massif des troupes armées dans le département du Pool. »

Les expéditions militaires meurtrières à bas bruit de Denis Sassou Nguesso dans la région martyre du Pool ne suscitent aucune indignation de la classe politique du Congo-Brazzaville ni de la communauté internationale. Pourquoi ? Et, pourquoi redoute-t-on la perspective de voir la locomotive du Congo-Brazzaville (métaphore du développement ) se remettre sur les rails depuis l’accident politique de 1969 provoqué par le marxisme de Marien Ngauabi, la guerre de 1998 et les bombardements de 2016 ? Car il faut bien que cette région et partant ce pays émerge réellement un jour.


Mvouba Isidore et son maître en 1997

Devrait-on se rendre à l’évidence que les populations du Pool sont les « Bala ban sana » (orphelins) ? Ici, on peut parler de corruption et d’anathème. Pourquoi aucun Periclès du Pool à l’instar de Louis Bakabadio, Isidore Mvouba, Guy Brice Parfait Kolelas, Anatole Milandou, Bienvenu Manamika, Claude Alphonse Nsilou, Adelaïde Mouhani, Rosalie Matondo, Bernard Tchibambeléla, Landry Euloge Kolelas, Théodorine Kolelas, René Boukaka, Prosper Nkonta Mokono ne montent au créneau pour décrier ce qui se passe sous nos yeux ? Pascal Tsaty Mabiala, le chef de file de l’opposition officielle, et Aimé Emmanuel Yoka, le député de Vinza, sont aphones.


Bonaventure Mbaya et son camarade politique Félix Antoine Tshisekedi au congrès du PS à Poitiers en juin 2015

Même pas peur

La région du Pool a-t-elle retrouvé en la personne de Bonaventure Mbaya l’incarnation de André Grenard Matsoua, Bouéta Mbongo, Mabiala ma Nganga, Bernard Kolelas qui ont guerroyé contre l’occupation coloniale et croisé le fer avec le régime marxiste ?

Comme s’il avait mangé du lion, à visage découvert, Bonaventure Mbaya a accusé deux officiers militaires en particulier le général Jean Dominique Okemba, patron du Conseil national de sécurité (CNS) et le colonel Didace Bangui, (chef du commissariat de Makélékélé) d’avoir avoué les bombardements du Pool, le 20 mars dernier à Oyo, lors d’une réunion avec les sages. « Rongé par le virus du tribalisme et ivre de haine et de préjugés contre les bakongos, ces officiers militaires ont déclaré ce qui suit : Nous avons bombardé le Pool et le ciel n’est pas tombé  », a dit B. Mbaya dans sa déclaration (Les dépêches de Brazzaville, 10 juin 2020).

Naïveté

Bonaventure Mbaya n’est pas né de la dernière pluie. Il y a belle lurette qu’il navigue dans le marigot politique du Congo-Brazzaville. Bonaventure Mbaya appelle, alors, Denis Sassou Nguesso le chef de l’Etat et la justice à faire toute la lumière sur les bombardements supposés, entrepris dans le département du Pool afin que les auteurs de ces actes soient sévèrement punis conformément à la loi.

« Nous nous en référons au chef de l’Etat et à la justice pour faire la lumière sur les bombardements du Pool signalés et reconnus par un amiral et un colonel, ainsi que sur les armes qui seraient détenues par les fils du Pool, notamment par Ntoumi, Pablo et Indien  » a poursuivi Bonaventure Mbaya. Comment Bonaventure Mbaya peut-il croire que la solution pourrait venir de Sassou Nguesso ? Denis Sassou Nguesso faiseur de guerre et faiseur de paix ? Au Congo-Brazzaville, il y a trois bandits : Denis Sassou Nguesso, Frédéric Bintsamou alias Pasteur Mtoumi et Annicet Pandzou alias Willy Mantsanga. Un bandit est décédé. Deux sont encore en vie.

« Mbaya » au Pool

Jean Dominique Okemba est d’autant plus craint que redouté. Bonaventure Mbaya n’a pas pris de gants pour fustiger et accuser nommément le conseiller occulte de Denis Sassou Nguesso tout en omettant volontairement le rôle de ce dernier. Qui est derrière le président de la « Convergence citoyenne  » ? Bonaventure Mbaya serait-il en service commandé ? Bénéficierait-il de la protection du khalife d’Oyo que Bonaventure Mbaya ménage allégrement ? Bonaventure Mbaya peut-il attaquer frontalement Jean Dominique Okemba sans craintes de représailles de ce dernier ? Que cache la sortie publique de Bonaventure Mbaya ?

Quid de la responsabilité de Denis Sassou Nguesso dans la tragédie de la région du Pool ? Bonaventure Mbaya n’en pipe mot. Pourquoi ? Qui tire les ficelles ? Pourquoi cette mansuétude de Bonaventure Mbaya à l’égard de Denis Sassou Nguesso ? Peut-on évoquer le drame du Pool sans pour autant pointer du doigt la responsabilité de Denis Sassou Nguesso ? Pourquoi Bonaventure Mbaya élude-t-il cette question ? Jean Dominique Okemba peut-il bombarder le Pool sans s’en référer à Sassou Nguesso ?

Au Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso seul est le chef, le gourou, le tout-puissant. Les bombardements dans le Pool que Jean Dominique Okemba a évoqués dans une vidéo devenue virale en mars 2020 , ne sont uniquement que l’expression de la volonté du fils de «  Mama Mouébara  ». Au Congo-Brazzaville, il n’y a que Bonaventure Mbaya pour ne pas le savoir. A dessein ?

Benjamin BILOMBOT BITADYS

************************************************************************************

A la très haute attention de l’opinion nationale et internationale – Congo-Brazzaville Déclaration des fils et filles du Pool, cadres civils et militaires sur le déploiement massif et injustifié des troupes armées dans le Département du Pool

La question du Pool est identique à la question juive de Marx. Elle n’est pas ethnique ; elle est philosophique. Sassou en veut au Pool qui selon lui, en veut à son pouvoir. Sassou a un coup de sang à l’idée qu’on fomente un coup d’Etat contre sa personne. Il aime les coups d’Etat sauf ceux qui sont faits à ses dépens. Comme il veut légitimer la solution finale des Kongo-Lari, il les accuse de velleités putschistes.

Brazzaville, le 05 mai 2020

Historiquement, Région d’origine des grands héros nationaux de la lutte anticoloniale, (Mabiala Ma Nganga, André Grénard Matsoua, Boueta Mbongo, Mbiemo, etc.) le Pool est, depuis très longtemps, le département souffre-douleur des soubresauts politiques, en République du Congo.

Pour mémoire, depuis les événements de Kinganga Sirocco en 1970 et de Ange Diawara en 1972, en passant par ceux des Andzimba (1974) et des pseudos angolais (1975) ; depuis des psychodrames plus récents, des périodes 1998-2003 et 2016-2017, imputés au Pasteur Frederic Bintsamou Ntoumi et ses Ninjas Nsilulu, le Pool et ses populations ont toujours payé le prix fort en comparaison aux autres régions.

Tout se passe comme si la responsabilité, supposée ou établie, d’un ou de quelques fils du Pool, devrait systématiquement être payée par le Pool et ses populations. Selon le pouvoir en place, les populations du Pool par leur seule appartenance à ce Département, ont fait collusion, entre elles, et créée des rebellions ou des groupes armés, pour nuire aux institutions et chercher ainsi à s’emparer du pouvoir, un pouvoir, soit en passant, n’ayant aucune légalité. De même, jamais, de mémoire d’homme, aucune déclaration sécessionniste n’a jamais été faite par les populations de ce département. En revanche, le Pool a toujours subi les violences de toutes sortes, fruits des manipulations politiciennes de quelque apprenti sorcier politique cherchant à conquérir le pouvoir ou à le conserver, coûte que coûte.

Voici donc déjà vingt deux ans (1998-2020) que les populations du Pool vivent, dans leur Département, une guerre quasi permanente entre le pouvoir de Brazzaville et Ntoumi. Cette guerre a été ponctuée par deux semblants d’accords de paix et de cessation d’hostilités, inachevés et sabotés, laissant l’opportunité de jouer à la reprise des hostilités à tout moment ; c’est ce qui arrive en ce moment précis.

En effet, hier encore, a été signée la fin supposée des violences de la période 1998-2003, de présumés accords de cessez-le-feu et de cessation des hostilités, entre Ntoumi et le pouvoir, ayant abouti à un processus de désarmement et de réinsertion des ex-combattants qui a, du reste, été saboté dans sa réalisation. Les laissés-pour-compte de ce sabotage ont par la suite, été recoupés, en 2016, pour justifier des nouvelles violences militaires dans le Pool, jusqu’en décembre 2017, où de nouveaux accords ont, cette fois-ci, été signés à Kinkala, consacrant, une fois encore, la réinsertion des ex-combattants. Depuis, à ce jour, ces nouveaux accords, ce volet réinsertion est toujours resté lettre morte, constituant ainsi un réservoir, si ce n’est un alibi facile, manipulable et corvéable à volonté.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, voilà qu’on parle, aujourd’hui encore, de bruits de bottes dans le Pool. En effet, depuis quelques mois, la région est, de nouveau, accusée injustement par certains Services spéciaux de la Force publique. Elles utilisent des prétextes fallacieux, juste pour poursuivre la concrétisation des ambitions et stratégies du pouvoir exposées dans le document de « Opération Mouebara  » (réf. 019/2000 du 07 janvier 2000), signé Dénis Sassou Nguesso, adressé aux membres « Comité Mixte d’Action Spéciales » (CMAS).

En effet, comment donc, comprendre que pendant qu’aujourd’hui, l’humanité toute entière lutte contre la pandémie du Covid 19, on assiste, concomitamment au Congo, à un déploiement massif injustifié, de troupes militaires dans le Département du Pool ?

Nous, citoyens congolais, cadres civils, politiques ou militaires, Bakongos et fiers de l’être, originaires du Pool et des autres Départements du Sud Congo ; avec tous les citoyens congolais de tous pays, épris de paix, de justice, de solidarité et de liberté, constatons, avec indignation, qu’au moment où les intérêts vitaux de la coronavirus (et la crise multidimensionnelle qui frappe le Congo depuis plusieurs années), voilà que refait surface, un autre virus bien connu des congolais : le tribalisme, que l’on combat depuis longtemps et que nous voudrions vaincre à jamais.

Hélas, à ce jour, deux agents vecteurs de ce virus, formellement identifiés dans l’entourage du Président de la République, en assurent la propagation : l’amiral Jean Dominique Okemba et le colonel Didace Bangui.

En effet, en mars 2020, à Oyo, en présence de Monsieur Maurice Nguesso et devant une assemblée de Sages supposés ou réels, Jean Dominique Okemba, rongé par le virus du tribalisme et ivre de haine et de préjugés contre les Bakongos, a déclaré, entre autres insanités, ce qui suit : « Nous avons bombardé le Pool et le ciel n’est pas tombé »
Un mois après, en avril 2020, rongé par le même virus, le colonel Bangui, lui aussi ivre de haine et de préjugés contre le Pool, a emboité le pas, au vice-amiral Jean Dominique Okemba, en improvisant à Makélékéle, devant quelques vendeuses du marché Bourreau, toutes Bakongos, un meeting au cours duquel il a proféré des menaces contre le Pool et les Bakongos dont les enfants auraient, selon lui, perçu de l’argent et reçu des armes, pour fomenter un coup d’Etat contre le pouvoir en place, avec l’appui des éléments qui, toujours selon ces deux officiers accusateurs, seraient originaires de la RDC.

Et pourtant le coup d’Etat est un procédé que l’oncle d(Okemba Jean-Dominique connaît bien.

Outrés par les bravades de gamin du vice-amiral Jean Dominique Okemba et les propos irresponsables du colonel Bangui, auxquels nous ajoutons ceux hautement tribalistes tenus par des éléments de la Force publique lors de l’incident dont a été victime, en présence du Directeur Général de la Police, le Professeur Médecin Jean Louis Nkoua, Conseiller à la Santé du Premier Ministre, à qui on a reproché son appartenance à l’ethnie Téké, face à tous ces comportements et propos dignes de Radio mille collines du Rwanda, de triste mémoire, nous tenons à faire observer à ces deux officiers et au pouvoir en place, ce qui suit, qui est, du reste, valable pour toutes les sociétés et Nations pluriethniques africaines du sud du Sahara :
 Là où des tribus se croient supérieures, les unes aux autres ;
 Là où les choix publics, économiques et socio-culturels sont subordonnés aux préjugés de telle ou telle autre tribu ;
 Là où, enfin, pour la faute d’un seul ou de quelques uns des membres d’un groupe, on punit la multitude ;
Là se trouve, alors, le paradis de l’intolérance, de l’exclusion, de l’injustice et, au bout du compte, des crimes de masses.

Pour l’avoir compris, les pères de l’indépendance avaient voulu faire du Congo une République, certes plurielle, mais résolument laïque, une et indivisible.
Plurielle, une et indivisible, en ce que les communautés ethnolinguistiques, qui la composent, participent à la souveraineté nationale, à la consolidation de l’indépendance et à la sauvegarde de l’intégrité territoriale.
Laïque, parce que la conscience d’appartenance à une communauté ethnique et le sentiment national n’y sont pas antagonistes, mais plutôt complémentaires, tout en consacrant la primauté du sentiment national.

Par ailleurs, nous tenons à rappeler au pouvoir actuel, et notamment à l’amiral Jean Dominique Okemba et le colonel Bangui, que la Force publique se doit d’être et apolitique et républicaine.
Ainsi, soucieux de restaurer la concorde nationale pour préserver l’unité nationale, suffisamment mise à mal par les expériences vécues à travers les différents régimes qui se sont succédés, et, en conséquence de tout ce qui précède ; nous, nous en référons au chef suprême des Armées et à la justice nationale pour faire toute la lumière sur les bombardements du Pool signalés et reconnus par l’amiral Jean Dominique Okemba, ainsi que sur les armes qui seraient détenues par les fils du Pool, notamment par Ntoumi, Pablo et Indien tous résidents dans ce département du Pool qui est également la zone de défense militaire numéro 8 de notre pays.

Par la voix de ces cadres et de ses populations, le Pool sollicite, voire exige, de Monsieur le Président de la République chef des armées, l’éviction voire l’expulsion, sans condition, de Monsieur Ntoumi et tout son spectre (église, annexe, etc….), du département du Pool où, il s’est installé avec une ambition, inconnue par le Pool et ses cadres, mais qui semble concertée en accointance avec ses commanditaires.

Nous exigeons, par ailleurs, que Pablo et Indien, accompagnés, bien sûr et logiquement, par leur chef Ntoumi, viennent s’innocenter officiellement à Brazzaville, dans les médias, si et seulement si, ils ne sont pas de mèche, avec des animateurs du pouvoir, dans ce projet de destruction du Pool dans les prochains jours. Au cas contraire, ils devront en tirer toutes les conséquences prévues par les ressortissants de cette région du Pool.

Une fois encore, le Pool n’est pas un champ de bataille, ni un champ de tir ou d’entrainement. Cette fixation de la violence politico militaire, dans le Pool, n’exprimerait-elle pas tout simplement le triomphe de l’aile tribalo-régionaliste du pouvoir actuel ?

Ce déploiement massif et injustifié des troupes, ne serait-il, tout simplement, que le signe précurseur d’un état de siège au Pool qui ne dit pas son nom et qui serait dégoupillé à l’ombre du coronavirus ?

Nous, ressortissants du Pool, victimes des violences militaires, refusons de croire que les Forces Armées Congolaises (FAC), avec leur personnel formé, leurs armements et leur logistique, soient si faible pour venir à bout d’un Ntoumi, un simple Pasteur. Manifestement le pouvoir congolais n’a jamais voulu conclure définitivement son conflit annoncé avec Ntoumi. Il a préféré le laisser dans le Pool pour l’utiliser à tout moment. Cette fois-ci, voyant venir les élections présidentielles de 2021 pour lesquelles aucune condition crédible n’est remplie, le pouvoir de Brazzaville, à l’ombre de la pandémie du covid 19, cherche à recourir à son prétexte Ntoumi, par le biais de Pablo et Indien. Ainsi, comme il y aura une nouvelle guerre au Pool, le pouvoir de Brazzaville pourra agir à sa guise.

Maintenant que les preuves de la manipulation de Ntoumi et ses éléments par le pouvoir de Brazzaville, sont évidentes à travers les Willy Mantsanga hier et les douze apôtres, preuves qui ont, par ailleurs, été confirmées par le procès des Généraux : Norbert Dabira et Nianga Mbouala, qui a révélé d’où Ntoumi tire sa logistique et sa fortune. Le Pool et ses populations demandent qu’on cesse donc de les importuner avec le scenario envisagé par le fameux colonel Didace Bangui.
Quoiqu’il en soit, et en guise de conclusion générale, nous, habitants et cadres ressortissants du Pool, de toutes les conditions :

1-Dénonçons, avec fermeté, cet énième épisode de violences, programmé dans le Pool, qui ne participerait, qu’à enfoncer davantage ce Département dans la misère et le chaos ; mais surtout, qui contribuerait à masquer l’échec des pouvoirs et des politiques publics.
2-Prenons à témoins, l’opinion nationale et internationale, sur toutes ces velléités de déstabilisation et de destruction du Pool, département encore fragilisé par les derniers événements de 2016 dont les signataires ne sont encore cicatrisés ni disparus.
3-Interpelons, vivement, les pouvoirs publics, ainsi que la communauté internationale, pour tout mettre en œuvre afin de faire échec à toutes ces manœuvres machiavéliques, d’un autre âge, qui n’ont pour but inavoué que de faire du Pool, le bouc émissaire idéal, dans la réalisation de sombres desseins ;
4-Invitons les autres Départements du Congo à ne jamais plus se laisser charmer par les sirènes du tribalisme, en faisant preuve de solidarité, en vue d’un Congo fort, certes pluriel mais résolument, un et indivisible, dans la paix et la concorde nationale ;
5-Demandons l’application intégrale des accords de Kinkala, de Décembre 2017, ayant mis un terme aux hostilités avec, entre autres clauses, celles liées au statut du pasteur Ntoumi, en vue de son retrait définitif du Pool ainsi que du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion des ex-combattants ;
6-Exigeons le désengagement, sans condition, des unités militaires subsidiaires à celles initialement et normalement installées dans le département, sous l’autorité du Commandant de la zone de défense militaire numéro 8.

Fait à Brazzaville, le 05 mai 2020

LES SIGNATAIRES

Images sous titrage de cette communication tirées de la base d’archives de l’IC-Press ( International Congo-Press, cette plateforme des médias, journalistes indépendants et blogueurs , originaires du 242) :

JPEG

Sur la première, l’on voit :
le Président de L’Alliance Social-Democrate du Congo
Membre de l’Alliance Progressiste d’Afrique Centrale (APAC)
Membre de l’International Socialiste,
Ancien Ministre de la République
Bonaventure MBAYA
Président de la Convergence citoyenne
Un Parti de l’opposition congolaise , en pleine concertation off en compagnie d’hommes d’Etat de la République du Congo, ayant choisi la vie d’exil hors du territoire national congolais pour de raisons de sécurité, et d’un résistant , membre de la Résistance citoyenne Patriotique Congolaise et des amis du Congo sur les volets sécuritaire et politique de la crise du département du Pool en particulier et la crise multidimensionnelle que traverse le Congo en général .

JPEG

Sur la seconde, l’on voit le Secrétaire Général de l’Ic-Press , Autorité morale du concept ‘’ Devoir de mémoire, le sang des martyrs et des héros de la République réclame vérité, justice et réparations pour une nation réconciliée, et qui se traduit littéralement par « Nsimou ni mayela » Coordonnateur de la Dynamique d’Actions d’Analyses, et de Réflexions Pour une Autre Gouvernance du Congo-Brazzaville

Jean Richard Amédée SAMBA DIA NKOUMBI
2e du nom
Ce concept et cette structure sont les accompagnateurs et soutiens affichés de la déclaration. Il est en plein échange avec deux anciens, des notables du département du Pool, eux aussi ayant choisi la voie de l’exil pour des raisons de sécurité, à l’issue d’un des nombreux échanges du passage de témoin dans l’engagement de se mettre au service d’un idéal

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à LES AVENTURES DE BONAVENTURE MBAYA

  1. Samba Axel dit :

    Je pense que l’auteur de cet article M. Bilombot, a fait une mauvaise lecture de cette déclaration de Mbaya. Il est écrit noir sur blanc que « Sassou en veut au Pool, qui selon lui, en veut à son pouvoir ». À travers cette phrase, et bien d’autres phrases, nous comprenons que Mbaya et sa clique dénoncent la culpabilité de Sassou et sa bande. Si Mbaya accuse Okemba dans le texte explicitement, il veut simplement dire que Sassou est impliqué dans ces supposés bombardements et le fait qu’il appelle à Sassou à faire de la lumière, c’est juste une figure de style ironique, pour simplement dire que Sassou reconnaisse sa responsabilité, car il faut dire que Mbaya aussi bénéficie des largesses du pouvoir comme Tsaty Mabiala et autres opposants de façade, donc il peut pas attaquer Sassou frontalement. Sans avoir un parti pris pour Mbaya, nous comprenons que Sassou et sa bande sont impliqués, et Mbaya aussi lui même a une part de responsabilité dans cette polítique guerrière de Sassou au Pool.
    Quant aux autres cadres fils et filles du Pool cités dans le texte, ils sont à la mangeoire, ils ne peuvent non plus dénoncer même du bout de lèvres comme le fait Mbaya.
    Nous devons comprendre que le Pool a été toujours ce département vaillant depuis la pénétration coloniale et pendant la colonisation, c’est un département clé dans la polítique, l’Histoire du Congo, et ça même à l’exterieur du Congo, on le sait, il attise et effraie le pouvoir de Brazzaville. Locomotive du Congo, grenier de Brazzaville, département de transit entre les voies terrestres, ferroviaires et fluviales, et département mystique, le Pool fait peur au pouvoir despotique de Sassou, d’où à chaque simulacre d’élection, c’est la même stratégie, l’histoire se repète: terroriser le Pool en complicité de certains fils et filles vipères du Pool. Mais on a beau terroriser le Pool, l’enfant du Pool, résilient qu’il est, se levèra , marchera, et fera ce qu’il faut. On peut casser, briser, dans le Pool, mais on ne casse pas le génie créateur, l’âme, le savoir faire, l’intelligence de l’enfant du Pool. Enfin, sachez ce n’est plus pour longtemps ce terrorisme tribal de Sassou, il est sûr la route vers la tombe, et quiconque s’acharne sur le Pool, Petit, Ngouabi et ses militaires avaient perit làbas lors des traques contre Diawara, Obami Itou voulait devenir fou après avoir fait deboulonner la statue de Matsoua quand il était prefet du Pool, etc… Sassou de même finira mal.

  2. Mascad dit :

    Au lieu de lire en diagonale le document collectif porté par Bonaventure Mbaya par lui incriminé, il serait plus judicieux à M. Bilombot-Bitadys de le lire intégralement, horizontalement et de haut en bas. Ce qui lui éviterait d’avoir des réactions épidermiques.

  3. Bedel Baouna dit :

    Congo-B-Politique : Bonaventure Mbaya s’autoproclame porte-parole des « natifs du Pool »
    Ce mercredi 10 juin à Brazzaville, Bonaventure Mbaya a convié la presse pour un échange politique sur le Congo et, surtout, sur le… Pool. Il s’est exprimé « au nom des natifs du département du Pool », rapporte l’agence Adiac. Coup de griffes !

    La limite ! L’unidimensionnalité ! A défaut de stratégie, on flatte le bas instinct. Bonaventure Mbaya, c’est « l’homme unidimensionnel » (Herbert Marcus), celui-là dont « le mouvement de la pensée est arrêté par des barrières qui apparaissent comme des limites de la raison elle-même ». Depuis quelque temps, il s’agite ; il se fait photographier avec Monseigneur Portella et son successeur, il s’autoproclame porte-voix des « natifs du Pool ». Propos d’estrade ou de café de cmmerce ! Qui est natif du Pool et qui ne l’est pas ? Brazzaville a longtemps été dans le Pool : ceux des Congolais d’ethnie Mbochi, Vili, Téké, nés à Brazzaville, sont aussi « natifs du Pool ». Les pend-il en compte, ceux-là ? Oh !… Il a le droit de s’autoproclamer porte-parole de Kindamba ou de Boko. Après tout, Sassou – qui doit le manipuler – ne fait que ça : s’autoproclamer président du Congo, médiateur de haut-niveau, écologiste, humaniste, etc. En revanche, personne n’a donné mandat à Bonaventure Mbaya de s’exprimer au « nom des natifs du Pool ». C’est un exercice nauséabond auquel il se livre, Bonaventure Mbaya. Il est chef de parti, d’un pseudo-parti ! Pourquoi n’intervient-il pas au nom de son parti fantôme ?

    Selon l’agence Adiac, Bonaventure Mbaya s’en est violemment pris au patron du Renseignement, Jean Dominique Okemba, et au Commissaire de police Didace Bangui. La raison de son courroux ? Le premier a, dans une vidéo, « avoué les bombardements du Pool, le 20 mars dernier à Oyo, lors d’une réunion avec les sages » ; et le second, pour sa mise en garde contre le supposé coup d’Etat en préparation dans le Pool. Suivez son regard : « Rongé par le virus du tribalisme et ivre de haine et de préjugés contre les bakongos, ces officiers militaires ont déclaré ce qui suit : Nous avons bombardé le Pool et le ciel n’est pas tombé », rugit Bonaventure Mbaya dans les colonnes d’Adiac. Et de demander au chef de l’Etat et à la justice de faire éclater la vérité sur cette affaire.

    On peut comprendre ses inquiétudes sur la « présence massive et injustifiée des troupes militaires » dans le Pool, on peut comprendre sa philippique contre ce qu’il appelle des « manœuvres machiavéliques visant à faire du département du Pool, le bouc émissaire idéal »’ dans la réalisation de sombres desseins…  » Mais on ne peut comprendre qu’il s’exprime au nom des ressortissants du Pool, non ! Il n’en a pas le droit. Et pour cause : ses accointances politiques, ses analyses tronquées sur la situation du Pool ou son constat biaisé, ne sont pas ceux de tous les « ressortissants du Pool » – pour reprendre ce groupe de mots immonde. Soit dit en passant, il n’y a pas au Congo des « ressortissants du Pool », il n’y a que des Congolais originaires du Pool.

    A moins qu’il ne travaille pour Sassou – il y a beaucoup à dire sur ce sujet et à son sujet -, son intervention grotesque n’a pour finalité que la flatterie. Doit-on lui rappeler que Sassou seul est le chef, le gourou, le tout-puissant ? Les bombardements dans le Pool, dont Jean Dominique Okemba a parlé en mars dernier, ne sont uniquement que l’expression de la volonté de Sassou, pas de Jean Dominique Okemba. C’est soit jouer un jeu dangereux – ce qui est fort probable -, soit être hors-sujet. Mais il n’est pas hors-sujet, Bonaventure Mbaya. Il sait pourquoi il est sorti de sa torpeur politique… Hélas ! Comme en 1997, il n’a rien compris des enjeux politiques en cours au Congo… Et quand on manie la légèreté à ce point, on se tait.

  4. Samba dia nkoumbi dit :

    Connaissant les attitudes très controversées , souvent interagissantes et mêlées de confusion du genre de l’auteur Monsieur Benjamin BILOMBOT, pour les acteurs et entités qui composent le Concept Devoir De Mémoire, le sang des martyrs des héros de la République réclame vérité, justice et réparations pour une nation réconciliée, et qui se traduit littéralement par nsimou ni mayela et de la Dynamique d’Actions et d’Analyses et de Réflexions pour une Autre Gouvernance du Congo Brazzaville, des accompagnateurs et soutiens affichés de la dite déclaration des fils, filles du Pool, cadres civils et militaires , qui est en train de faire couler beaucoup d’eau sous le pont et faire jaser aussi plusieurs milieux socio politique et religieux de notre pays, ce qui prouve à suffisance que le mal existe bien quelque part et qu’ il faut l’éradiquer.
    Depuis Paris , capitale du Congo Libre,tout en regrettant la personnalisation à la première personne du singulier de celle ci, en la personne du Ministre Bonaventure MBAYA , alors qu’il existe une pléiade de signataires sur la place de Brazzaville et qu’un lobbying est en train de fonctionner dans les autres villes de a République et dans certaines diasporas de par le monde , par le biais des contacts humains et les techniques de NTIC, deux attitudes s’offrent à nous, à savoir
    1- Celle d’un droit de réponse , à la recherche peut être d’une justification de l’action ainsi décidée de commun accord avec plusieurs d’entre nous, et peut être aux fins de le rallier à notre stratégie de tentative de résolution de la crise multidimensionnelle que traverse le département du Pool en particulier et la République du Congo en général. Tout ceci avec un risque qui s’avère erroné ou abusif d’une perte de notre temps, de nos capacités et nos réserves d’énergie. Cela ne nous honore point.
    La seconde attitude , celle de faire profil bas devant la virulence de ses propos adressée à l’entre nous, que nous avons désigné de par plusieurs raisons comme le porte voix de notre démarche . Faire prévaloir notre droit au silence, cela pour des raisons évidentes liées au respect que nous accordons à son ascendance familiale , car nous savons quels genres d’affres sa famille , de par son père a été victime par les affres du pouvoir maléfique depuis les années 1970 jusqu’à celle de la décade 1990 – 2000, et celles aussi liées à sa citoyenneté et son combat spirituel et politique ; lié à son engagement pour la sainte cause de la béatification du saint cardinal Emile BIAYENDA, un des martyrs et héros de la république du Congo, pasteur de l’Église catholique romaine au Congo et homme d’État de la république, assassiné au mois de mars 1977 par le régime militaire qui s’est installé au Congo depuis 1968 et qui a conduit le pays dans un gouffre avec plusieurs crimes de sang, économiques et sociaux.
    Ainsi, pour faire bref, nous optons pour la seconde attitude et posons nos genoux à terre en signe de prière adressée au Saint des saints, pour qu’avec le temps , nous arriverons à résoudre ce léger contentieux familial en milieu très privé et réservé ; ne dit on pas que le le linge sale se lave famille.
    L »Autorité morale du concept Nsimou ni mayela
    et Coordonnateur de la Dynamique

  5. Val de Nantes dit :

    Qui ,politiquement ,aime le pool ?.
    Le bal des hypocrites continue ,en y apportant leur eau de consolation ,après y avoir mis le feu …Méfiez vous de celui qui vous essuie les larmes …..
    Si le pool cristallise autant de haine ,c’est qu’il y a anguille sous roche ?…
    Certains éprouvent plus du plaisir à pérorer sur les tribulations téléguidées du pool qu’à exceller dans l’apport aux solutions qu’il requiert ….
    Nous sommes sur des redites ,et je soutiens la perspicacité de @samba Dia nkoumbi sur la recherche de la meilleure gouvernance au Congo …
    La condescendance provisoire est un poison pour le pool ..(baiser de Judas ).
    Ce chapitre mémoriel du pool est une chose ,la lutte pour la survie du pool en est une autre …..
    Seule l’économie territorialisée est le garant de paix entre toutes ces régions ….
    L’instrumentalisation des ethnies est la garantie de consolidation des pouvoirs jacobins ,source des conflictualités tribales ..
    Merci ..

  6. Calpas Bassouli dit :

    Benjamin BILOMBOT BITADYS est un tribaliste notoire et hypocrite.

  7. Lucien Pambou dit :

    Pourquoi l’action de Bonaventure Baya nous intrigue autant ?

    La diaspora congolaise et les intellectuels congolais, de l’intérieur et de l’extérieur, ne sont préoccupés que par une chose, la chose politique, car la politique, comme je le dis dans la théorie du réseau, est le point de convergence, non pas citoyenne, mais maléfique pour accéder aux ressources financières de manière privative.

    On s’en fout de Monsieur Baya. En tant que citoyen, il a le droit de dire et de faire, mais ce qui est grave (et si on reprend Bilombot) est que Baya s’autoproclame porte-parole du Pool. Il peut parler en son nom, il en a le droit et même au nom de son association « Convergence citoyenne »,

    Au lieu d’attaquer de front Monsieur Baya, il serait plus intéressant de voir comment son association peut , par des propositions concrètes aux plans politique et économique, apporter des solutions.

    Bonaventure est-il sa propre voix ou la voix déguisée et intrigante des membres du réseau politique congolais ? Vous vous étonnez qu’il dénonce à haute voix l’Amiral Okemba ou le Colonel Bangui, vous êtes vraiment naïfs. Visitez l’analyse réseautale et vous serez mieux fixés sur les entrelacs et les méandres de la fabrication de la communication politique. Le réseau politique crée ses propres messages, utilise des messagers pour tester l’efficacité ou non de ce type de message en direction de la population.

    Bilombot jette en pâture Baya. Qu’il nous dise pourquoi il le fait, quelle est sa stratégie ? Nous sommes au coeur de la bêtise congolaise, dans toute sa largeur dont le Président Sassou bénéficie avec machiavélisme.

    Quand je le dis, on me dit que je suis sassouiste. Non je suis analyste et je mets en évidence votre bêtise mentale et votre absence d’analyse structurale du réseau politique congolais . Vous parlez du développement sans en connaître les pratiques historiques, sans avoir les compétences professionnelles et la maîtrise des techniques et des sciences. Membres de la diaspora, voyagez un peu en France ou dans les pays où vous résidez. Discutez avec les agriculteurs, avec les industriels et vous saurez que le développement économique ne s’improvise pas. Les Européens le savent, ils vous laissent l’espace politique, là où nous sommes les plus bavards et inefficaces, moi y compris, et ils nous compriment sur le plan de la maîtrise des sciences et des techniques de façon pratique, Sassou ou pas Sassou, notre inefficacité économique est dirimante. Nous sommes bavards intellectuellement comme l’a rappelé Axel Samba et inefficace pratiquement. Le pont de la corniche est tombé, on attend les Chinois pour le remettre en place. Où sont les congolais au-delà du bavardage politique ?

  8. Cotonec Madongo dit :

    Le divertisseur Lucien Pambou N’Voka n’en est est pas moins; un autre hypocrite manifeste et super tribaliste, particulièrement contre le Pool. Bien, c’est juste un rappel, puisque les voyants le savent déjà.

  9. Ndia dit :

    Nous sommes souvent tombé dans le piège.Evitons
    la naivete. Soyons lucides, avertis.Pour ceux qui disent que M. Bilombot a fait une mauvaise lecture de cette déclaration de Mbaya doivent bien reCeci est très louche, enfantin; „fléchir et bien analyser. Le papier de Mr Bonaventure Mbaya est plein de confusions, de contracdictions,de lapsus qui semblent cacher la conspiration.La complaisance de Mr Mbaya pour Sassou Nguesso le tyran, génocidaire qui a semé la haine tribale, la corruption au Congo est pathétique.Le malheur du Congo est bien Sassou Nguesso. Ensuite sa clique, son armée, sa force publique
    que Mr Baya ménagent curieusement.
    S’il a bien commencé son texte en écrivant,“Sassou en veut au Pool qui selon lui, en veut à son pouvoir. Sassou a un coup de sang à l’idée qu’on fomente un coup d’Etat contre sa personne. Il aime les coups d’Etat sauf ceux qui sont faits à ses dépens. Comme il veut légitimer la solution finale des Kongo-Lari, il les accuse de velleités putschistes. »,il y a par contre beaucoup de
    zones d’ombre le long du message livré par Mr Mbaya.
     » Faux: Les laissés-pour-compte de ce sabotage ont par la suite, été recoupés, en 2016, pour justifier des nouvelles violences militaires dans le Pool, jusqu’en décembre 2017, où de nouveaux accords ont, cette fois-ci, été signés à Kinkala, consacrant, une fois encore, la réinsertion des ex-combattants. « Juste:“En effet, comment donc, comprendre que pendant qu’aujourd’hui, l’humanité toute entière lutte contre la pandémie du Covid 19, on assiste, concomitamment au Congo, à un déploiement massif injustifié, de troupes militaires dans le Département du Pool ? »
    Si Sassou Nguesso entant que président, chef détat , garant de l´ordre, de la securité nationale n’était pas complice, ou disant le vrai responsable de ce tribalisme génocidaire, pourquoi n’a t’ il pas pris position, agit  contre les agissements et  les propos irresponsables, dangeureux des auteurs cités?.
    „En effet, en mars 2020, à Oyo, en présence de Monsieur Maurice Nguesso et devant une assemblée de Sages supposés ou réels, Jean Dominique Okemba, rongé par le virus du tribalisme et ivre de haine et de préjugés contre les Bakongos, a déclaré, entre autres insanités, ce qui suit : « Nous avons bombardé le Pool et le ciel n’est pas tombé »
    Un mois après, en avril 2020, rongé par le même virus, le colonel Bangui, lui aussi ivre de haine et de préjugés contre le Pool, a emboité le pas, au vice-amiral Jean Dominique Okemba, en improvisant à Makélékéle, devant quelques vendeuses du marché Bourreau, toutes Bakongos, un meeting au cours duquel il a proféré des menaces contre le Pool et les Bakongos dont les enfants auraient, selon lui, perçu de l’argent et reçu des armes, pour fomenter un coup d’Etat contre le pouvoir en place, avec l’appui des éléments qui, toujours selon ces deux officiers accusateurs, seraient originaires de la RDC. »
    Voici un des points les plus les plus louches de tout ce papiers et qui fait davantage douter de la sincérité de mr Boniface Mbaya.: Et cette position nest pas à prendre à la légère. Monsieur a complèment raison de ce potitionner tel quil la fait. Le mal du Congo est avant tout Sassou Nguesso . Il est lartisant desv génocides appelés guerres dans le Pool.
    « Ainsi, soucieux de restaurer la concorde nationale pour préserver l’unité nationale, suffisamment mise à mal par les expériences vécues à travers les différents régimes qui se sont succédés, et, en conséquence de tout ce qui précède ; nous, nous en référons au chef suprême des Armées et à la justice nationale pour faire toute la lumière sur les bombardements du Pool signalés et reconnus par l’amiral Jean Dominique Okemba, ainsi que sur les armes qui seraient détenues par les fils du Pool, notamment par Ntoumi, Pablo et Indien tous résidents dans ce département du Pool qui est également la zone de défense militaire numéro 8 de notre pays.
    Par la voix de ces cadres et de ses populations, le Pool sollicite, voire exige, de Monsieur le Président de la République chef des armées, l’éviction voire l’expulsion, sans condition, de Monsieur Ntoumi et tout son spectre (église, annexe, etc….), du département du Pool où, il s’est installé avec une ambition, inconnue par le Pool et ses cadres, mais qui semble concertée en accointance avec ses commanditaires.
    Nous exigeons, par ailleurs, que Pablo et Indien, accompagnés, bien sûr et logiquement, par leur chef Ntoumi, viennent s’innocenter officiellement à Brazzaville, dans les médias, si et seulement si, ils ne sont pas de mèche, avec des animateurs du pouvoir, dans ce projet de destruction du Pool dans les prochains jours. Au cas contraire, ils devront en tirer toutes les conséquences prévues par les ressortissants de cette région du Pool. » Ntoumi et les guerres du Pool en passant par les massacres du Beach n’ ont été possible que par la volonté de Sassou Nguesso.
    cela est bien dit: »Manifestement le pouvoir congolais n’a jamais voulu conclure définitivement son conflit annoncé avec Ntoumi. Il a préféré le laisser dans le Pool pour l’utiliser à tout moment. Cette fois-ci, voyant venir les élections présidentielles de 2021 pour lesquelles aucune condition crédible n’est remplie, le pouvoir de Brazzaville, à l’ombre de la pandémie du covid 19, cherche à recourir à son prétexte Ntoumi, par le biais de Pablo et Indien. Ainsi, comme il y aura une nouvelle guerre au Pool, le pouvoir de Brazzaville pourra agir à sa guise. »
    Pour conclure, referons nous aux écris de Mr Bedel Baouna:
    « A moins que Mr Mbaya ne travaille pour Sassou – il y a beaucoup à dire sur ce sujet et à son sujet -, son intervention grotesque n’a pour finalité que la flatterie. Doit-on lui rappeler que Sassou seul est le chef, le gourou, le tout-puissant ? Les bombardements dans le Pool, dont Jean Dominique Okemba a parlé en mars dernier, ne sont uniquement que l’expression de la volonté de Sassou, pas de Jean Dominique Okemba. C’est soit jouer un jeu dangereux – ce qui est fort probable -, soit être hors-sujet. Mais il n’est pas hors-sujet, Bonaventure Mbaya. Il sait pourquoi il est sorti de sa torpeur politique… Hélas ! Comme en 1997, il n’a rien compris des enjeux politiques en cours au Congo… Et quand on manie la légèreté à ce point, on se tait.“

  10. Val de Nantes dit :

    L’antipoolisme est plus vendable que les rhétoriques économiques .De ce point de vue ‘j ’emprunte le costume de grd @pambou …
    Ces rhéteurs , propagateurs de haine interrégionale et tribale ne nourrissent qu’une seule ambition , celle de provoquer des juxtapositions narcissiques pour pousser tout le monde à la surdité intellectuelle ..
    Le pool ne peut être un point de fixation politique ,tant le pouvoir politique se
    loge dans une seule région qu’est la cuvette depuis plus de 45 ans ….
    Que notre compatriote ,créateur de ce site ,nous ouvre les archives de ce site pour vous apercevoir du pré -diagnostic que j’avais livré à propos du fameux de pont brisé par une petite pluie ….
    Ce site sera le témoin de nos compétences et connaissances dévoilées au sujet de toutes nos propositions concernant notre pays …
    NB: ce site sera l’arbitre politique et intellectuel de demain !!!!.Témoin numérique ,post Sassou …
    À l’heure du numérique ,il est inconcevable de garder dans les armoires des débris des projets ou des ébauches des projets destinés à la situation de notre pays ..
    Cependant ,le grd @pambou doit modérer sa vindicte à l’égard de ceux qui peuvent ,techniquement ,intetvenir au Congo sur les missions dont les compétences détenues par les compatriotes sont à l’extérieur du pays ..
    Nous rabibocher des Baya et autres est une régression mentale .
    À la limite ,on s’en foutrait un petit peu ..
    La parole d’un MBaya ne pèse pas .
    Ce MBaya a t -il déjà inventé une idée créatrice d’emplois ?

  11. Samba dia Moupata dit :

    Mbaya est passé d’universitaire à un accompagnateur d’un des régimes dictatoriaux le plus violents de la planète . Dites la barbarie Mbochi au congo Brazzaville . Lors d’une rencontre surprise à la gare de Jusisy près de Paris , j’ai parlé de vive voix à mon petit frère Bonna , en lui demandant que ce que tu va foutre ton nez dans une commission de la pseudo municipalisation accélérée du pool qui à coûter 500 milliards des CFA au trésor publique du pays? J’ai dis a Bonna que l’argent c’est le résultat d’un travail . Ce garçon se dit généticien de formation , malheureusement préfère l’argent facile comme les enfants kolélas . Grand Merci au frère Bitadys qui sans cesse dénonce ces esprits vides premières victimes du manipulateur Sassou .

  12. Anonyme 5 dit :

    « Bonaventure en compagnie du patriarche Bernard Kolelas Bakana, Brazzaville 2006 »

    C’est le patriarche de qui ?

  13. Thierry Oko dit :

     » Celui qui osera revendiquer cette dernière part, aura un coup de griffes  » dit le lion à ceux qui étaient venus lui réclamer justice. La Fable dit que lorsque le félin fait son partage, toutes les portions lui reviennent de…droit. Souvenons-nous : « la raison du plus fou… » Mis à part l’illusion de la justice, tout ce que partage le lion lui revient à part entière. Personne ne part chez lui en emportant ce qu’on appelle « la part du lion ». Même végétarien, le lion n’est pas partageur. C’est là son moindre défaut. Même édenté, le roi de la forêt reste coriace et féroce. Que Bonaventure Mbaya prenne cette fable comme base de révolte avant de solliciter la mansuétude du Guide suprême qui veut supprimer les siens.

  14. maclintoch dit :

    Mes chers internautes,

    Qu’est ce qui vous etonne? nous sommes a l’oree des elections presidentielles. Il faut bien qu’il y ait des agitateurs qui font l’appel du pied au pouvoir pour justifier les forfaits qui vont etre commis dans cette region. A ce que je sache toutes les dictatures procedent de la meme facon. Il faut toujours trouver un bouc emissaire pour donner credibilite ou tout au moins se laver les mains sur ce qui va etre fait, dans le but de justifier l’injustifiable. Mais on peut tromper tout le monde sauf soi meme et toutes les injustices commises ici bas se payent ici bas. Le Dieu que nous prions est un Dieu juste et vivant. Tout ou tard cela finira.
    Quand l’homme comprendra que tout est vanite. Ou est ce qu’ils sont les Hitler, Pinochet, Staline, Franco, Mussolini…? ils ont retourne a la terre, et range dans les oubliettes.
    Nous devons marque le monde par des actes positifs. Laisser les pauvres enfants du pool dans leur denuement impose, vivre en paix et dans toute la quietude possible. Le pool n’est pas le maillon faible comme le disent certains, mais plutot parce que l’instigateur trouve toujours des repondants qui sont les fils et filles du coin. Sassou a peur des autres regions parce qu’il ne peut pas fabriquer un Ntoumi dans les autres regions, c est pourquoi il se limite au Pool.

  15. Samba Axel dit :

    Ndia, je pense que tu as fais aussi une mauvaise lecture de nos commentaires, comme Bilombot l’a fait pour Mbaya.Sois respectueux vis à vis des autres, nos analyses ne sont pas louches ou enfantines, au contraire ce sont tes analyses qui semblent floues, en paraphrasant les commentaires des autres, sans rien expliquer. et Nous disons ceci: que bien que Mbaya n’ait pas affronter Sassou frontalement en l’accusant dans des supposés bombardements du Pool, il accuse Okemba et Bangui explicitement et par ironie, demande à Sassou de faire la lumière sur ces bombardements. Par ce genre de langage qui une figure de style, il veut simplement culpabiliser Sassou, car qui dit Sassou, dit Okemba, dit Bangui. Force est de reconnaître que Sassou donne des largesses à Mbaya, et Mbaya lui aussi est responsable de ce qu’il dénonce, il fait une opposition de façade comme Tsaty Mabiala et autres, de ce fait, il dénonce cela du bout de lèvres. Donc nous savons que Mbaya fait un double jeux, mais au moins il dénonce, ce que les autres de la même categorie que lui, ne dénoncent pas, mais il le fait de manière voilée, sans attaquer Sassou frontalement, tâche réservée aux opposants réels. La politique est faite de l’hypocrisie, comme les présidents africains, qui sont des pions pour l’occident, mais dénoncent le même occident, quand ils ont l’occasion mais de manière voilée, pour éviter des représailles physiques ou politiques. En politique, être radical ne paye point, on fait toujours des concessions, et entre occidentaux, c’est pareil, l’Europe fait la courbette aux Usa, l’Amérique latine le fait aussi, aujourd’hui les Usa semblent se courber à la chine, même le Japon se courbe maintenant devant la Chine. Comprends mieux les commentaires des autres. Cela étant dit, Bilombot ne devrait pas se prendre violemment à Mbaya, sous prétexte, il fait double jeux, car au moins il a dénoncé un mal du bout de lèvres, c’est plus important que de rien dire….
    @Maclintoch, tu fais une analyse erronée, Sassou n’a pas peur des autres régions, d’où il fait rien labas, mais il a peur du POOL, CAR QUE NOUS LE VOULIONS OU PAS, LE POOL A MARQUÉ ET MARQUE L’HISTOIRE DU CONGO, C’EST UN DÉPARTEMENT CLÉ, D’OÙ EST SORTI LES HÉROS ET LES PÈRES DE L’INDÉPENDANCE. LE POOL EFFRAIE À SASSOU, D’OÙ IL ORGANISE TOUTES CES INCURSIONS MILITAIRES, connais bien les faits

  16. Val de Nantes dit :

    C’est cette alimentation des paroles haineuses ininterrompues sur le pool qu »adviennent les massacres récurrents dans cette contrée ..
    Certains natifs du pool se prêtent ,volontiers ,au jeu ,sans en mesurer les conséquences futures …
    L’ennemi active le feu sur le toit de votre maison et vous lui apportez de l’air pour la combustion et donc l’incendie de votre maison …
    Ces idiots du pool qui s’auto,-flagellent par manque de véritables réflexions sur leur région ..
    Que ce Bilombot commence par dépecer sa région d’origine pour nous convaincre de son impartialité intellectuelle ….
    Il n’a pas trouvé mieux à nous vendre que ce chiffon de papier truffé des redites inépuisables …
    MBaya ne saurait être un prétexte pour porter l’estocade à une région qui a tant payé sous sassou . Les gesticulations de MBaya ne peuvent faire l’objet d’une critique généralisée sur l’ensemble de la région du pool .
    La solution aux problèmes du Congo ,c’est trouver le moyen de faire partir le tyran et ses sbires ,au lieu de nous distraire sur le pool ,sujet ,qui nous a tant tympannisés les oreilles ….
    En résumé ,cette musique du pool devient inaudible ….
    Pourquoi pas la lékoumou dont le fils , Mouamba ,cire les chaussures de Sassou ?
    Qui est l’opposant salarié au Congo ?
    Le pool ne peut être le plus souvent l’objet de vos vomissures ,et le Congo n’a pas qu’une seule région .
    Merci .

  17. Samba Axel dit :

    @Maclintoch, tu fais une analyse erronée, Sassou n’a pas peur des autres régions, d’où il fait rien labas, mais il a peur du POOL, CAR QUE NOUS LE VOULIONS OU PAS, LE POOL A MARQUÉ ET MARQUE L’HISTOIRE DU CONGO, C’EST UN DÉPARTEMENT CLÉ, D’OÙ EST SORTI LES HÉROS ET LES PÈRES DE L’INDÉPENDANCE. LE POOL EFFRAIE À SASSOU, D’OÙ IL ORGANISE TOUTES CES INCURSIONS MILITAIRES, connais bien les faits

  18. maclintoch dit :

    Non mon cher Samba, Sassou a autour de 40 ans au pouvoir(combien de guerre au pool? pas touefois qu’il y a eu des elections), si vraiment il avait peur, il se le permettrait pas, plutot il a trouve un lieu fertile pour justifier ses forfaits, avec des rebelles fabriques ( Ntumi en est un exemple), cela lui permet d’attirer l’attention des gens pendant qu’il profite de faire autre chose. Dans les autres regions il a du mal a trouver des manipulateurs qu’il trouve aussi facilement dans le pool. Pour votre gouverne, toutes les rebellions de ces 20 dernieres annees dans le pool sont des rebellions factices, de facade fabrique par lui meme, comme il fabrique ses opposants. Cela ne s’appelle pas peur mais la ruse.
    Vous n’avez qu’a observer comment fonctionne les grandes puissances, elles ont l’habitude de proceder de la meme facon. Elles savent faire diversion, creer des situations parelleles pour detourner l’attention des populations.
    Vous les fils et filles du pool qui faites souffrir nos enfants, nos mamans, nos papas qui n’ont rien n’a avoir avec votre politique bidon, sachez que vos peches sont au meme degre que ceux qui commettent les dites exactions dans cette region. Il n’est pas trop tard pour changer.

  19. Anonyme 5 dit :

    Et que dis tu de mberi martin ??? n’est ce pas un ntoumi ??? seul le Pool peut donc produire des personnes peu recommandables ???
    Avec de tels raisonnements on ira loin……………
    Lorsque des ressortissants du Pool sont arrivés au pouvoirs ont ils concentré tous les pouvoirs entre les mains des ressortissants du Pool ??? ont ils crée des alliances factices avec certaines régions pour mettre d’autres régions à l’écart ???
    La diaspora Congolaise en France par exemple était elle essentiellement celle du Pool ?
    Seuls «  »les fils et les filles du Pool « pour reprendre ton expression inique et barbare
    ont commis des péchés dans ce pays ???

    Les dirigeants du Pool arrivés au pouvoir ont ils incité les leurs de prendre les bébés des ressortissants d’autres régions de les piler dans les mortiers ????

    Un de mes professeurs avait coutume de dire je le cite  » il faut tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler  »

    Il y’a beaucoup de coupables dans ce pays et ce n’est pas uniquement ceux du Pool

  20. Anonyme 5 dit :

    Mr le webmaster merci de publier mon commentaire vous ne pouvez pas laisser praitre de tels propos haineux contre Le Pool sans droit de réponse des enfants du Pool dans le cas contraire nous vous mettrons dans le même sac que ceux qui tiennent de tels propos
    Vous êtes averti et le moment venu on saura vous le rappeler

  21. maclintoch dit :

    Mon cher Anonyme 5, loin de tout propos tribal et discriminatoire, je suis peut etre le plus touche quand je vois nos propres parents qui n’ont rien n’a gagne dans la politique se faire voler, violer, priver de toute leur liberte. Toi encore peut etre tu es a l’abris. Soyons honnete et critique vis a vis de nous memes, combien tu en connais dans d’autres regions des bandits qui ont joue le role que Ntoumi et consort ont joue ou tout au moins continuent a jouer? Tu parles de Mberi Martin tu l as vu prendre les armes, etre au « maquis » tues ses propres parents.
    Le fait de se dire que c est parce qu’il y a des gens dans le pool qui menacent le pouvoir de Brazzaville(comme l’a dit Samba Axel), qui justifie l’etat de siege impose dans le pool est veritablement faux et aveuglant. Prenons notre courage a bras le corps et regardant la verite en face.(ce raisonnement vient donner du credit a la dictature et ceux qui se vantent d’avoir tue dans le pool et le ciel n est pas tombe risqueront d’avoir raison). C est ce qu’on veut nous faire a nous fils du pays et l’opinion international pour justifier les forfaits commis dans la region.
    Je tiens a vous rappeler qu’il n y a aucun propos haineux dans mon propos, sauf ce que je semble remarque c est qu’il y a des questions que les gens ne veulent pas voir aborder et qu’il y a des verites que les gens ne veulent pas entendre. La reaction de Mr Anonyme 5 en est un exemple. Il ne faut pas semer l’amalgame . Cela prouve a suffisance comment le tribalisme est systematise et institutionalise au Congo. Que vient faire ces propos « Les dirigeants du Pool arrivés au pouvoir ont ils incité les leurs de prendre les bébés des ressortissants d’autres régions de les piler dans les mortiers ???? » Mai bon sens pourquoi les gens se braquent lorsqu’on touche a certaines questions?

  22. maclintoch dit :

    Tout ce que je vous demande mon cher Anonyme, relisez bien mon propos » Vous les fils et filles du pool qui faites souffrir nos enfants, nos mamans, nos papas qui n’ont rien n’a avoir avec votre politique bidon, sachez que vos peches sont au meme degre que ceux qui commettent les dites exactions dans cette region » dites moi il y a quoi de haineux dans ce propos? si vous etes dans le lot de ceux qui font souffrir enfants, mamans, et papas du pool, alors il est grand temps de changer, prenez votre courage a bras le corps et Repentez vous , revenez au bon sentiment.

  23. Celui (ou celle) qui a écrit un commentaire en mon nom n’est pas honnête ! Pourquoi n’a-t-il pas réagi en son nom propre même s’il avait voulu insérer mon article ? Il aurait bien pu insulter des gens – ce dont je suis incapable – et abîmer ainsi mon image. Soyons quelquefois sérieux ! Je ne suis pas un homme politique: je ne suis qu’un simple observateur. Je réagis rarement aux débats politiques sur internet.
    A Mingwa : il est important que tu laisses apparaître les adresses mail des commentateurs pour éviter toute confusion à la longue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.