DES MILICES D’ÉTAT AUX MILICES PRIVÉES AU CONGO : Les milices sous l’ère démocratique (2e partie). Par Dieudonné Antoine GANGA

DES MILICES D’ÉTAT AUX MILICES PRIVÉES AU CONGO : La militarisation du champ politique (1ère partie). Par Dieudonné Antoine GANGA

B/ Sous l’Ère Démocratique.

Paradoxalement, c’est pendant le mandat du Président Pascal Lissouba, Président démocratiquement élu à 62%, que l’on va assister à la naissance, à la profusion et à l’autonomisation des milices privées qui, ne répondant d’aucune idéologie voire d’aucune déontologie, vont se réclamer (question d’avoir un label politique) des différents partis politiques ayant pignon sur rue au Congo. Ainsi, les Aubevillois devenus plus tard les Zoulous et les Cocoyes se réclameront du parti du Président Pascal Lissouba, l’UPADS . Les Ninjas prêteront allégeance au Premier Ministre Bernard Kolelas, Président-Fondateur du Mouvement Congolais pour le Développement et la Démocratie Intégrale ; Les Cobras, quant à eux se recommanderont du Président Denis Sassou-Nguesso, Président du P.C.T. et des Forces Démocratiques Unies (F.D.U.). L’on parlait aussi des Aigles-Faucons et des Requins, milices respectives du Président Jacques Joachim Yhombi-Opango, Président du Rassemblement pour la Démocratie (R.D.D) ,et du Ministre Jean-Pierre Thystère-Tchicaya, alors Maire de la ville de Pointe-Noire, capitale économique du Congo et Président du Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès Social (R.D.P.S.) dont l’on n’aurait pas les preuves plausibles et avérées de leur existence.  

La première milice privée à avoir vu le jour est celle des Ninjas qui sont un rameau des « barricadiers » qui étaient créés spontanément en janvier 1992 par les jeunes de Bacongo et de Makélékélé, arrondissements au sud de Brazzaville, dans l’unique but de contrecarrer le putsch militaire qui avait failli renverser le gouvernement de Transition, formé par le Premier Ministre André Milongo élu par la Conférence Nationale Souveraine.,

C’est des cendres desdits « barricadiers » que M. Bernard Kolelas qui les aura récupérés entre temps, constituera la milice des Ninjas pour « défendre la Démocratie en péril et les libertés fondamentales » (sic). Les Ninjas s’illustreront surtout dans le conflit intervenu en 1993, suite à la contestation par les partis de l’opposition, des résultats des élections législatives anticipées de mai 1993, après la dissolution de l’Assemblée Nationale par le Président Pascal Lissouba en conformité avec l’article 80 de la Constitution du 15 Mars 1992.

Ce conflit qui a frisé la guerre civile « aurait fait plus de 3.000 victimes » et a déplacé plus de 50.000 personnes. Il a opposé entre eux, des peuples cousins et frères, les Koongos et les Tékés des régions du Sud du Congo, le Pool, la Bouenza, le Niari et la Lékoumou dont les uns étaient les partisans de M. Bernard Kolelas, Chef de l’Opposition et allié du Président Denis Sassou-Nguesso au sein des Forces Démocratiques Unies (F.D.U.), et les autres, partisans du Président Pascal Lissouba, Président élu et en exercice du Congo. Une malheureuse guerre fratricide entre frères et cousins Koongos et Tékés, entre les Ninjas et les Zoulous-Cocoyes et au cours de laquelle, d’une part, les Ninjas contrôlant les accès aux quartiers sud de Brazzaville y prendront violemment à partie les partisans du Président Pascal Lissouba et de M. André Milongo, ancien premier Ministre du gouvernement de la Transition, constitué à l’issue de la Conférence Nationale Souveraine et seul leader politique sans milice,  les Koongos et les Tékés des régions du Pool, de la Bouenza, du Niari et de la Lékoumou et d’autre part, les Zoulous-Cocoyes molesteront les Koongos et les Tékés de la région du Pool.

Ce conflit ouvrira par ailleurs les violences urbaines et rurales dont Bacongo et Makélékélé, les quartiers sud de Brazzaville et les régions du Pool, de la Bouenza, du Niari et de la Lékoumou seront le théâtre.  À ce propos, M. Bernard Kolelas affirmera plus tard : « L’une des conséquences de ces événements, c’était l’explosion d’une flambée de haine tribale qui faisait qu’aujourd’hui, des Congolais fuyaient d’autres Congolais, alors qu’ils vivaient, jusque-là ensemble, que le voisin ou le collègue de travail qui, hier, était un ami, était tout-à-coup devenu un ennemi irréductible du simple fait qu’il n’était pas du même terroir. La haine tribale avait cristallisé les oppositions et portait à son paroxysme, la violence des affrontements. » 

Ce conflit laissera en tout cas se sédimenter un climat de tension permanente et d’insécurité exacerbée par la méfiance entre les partis politiques antagonistes, qui, de ce fait, entretiennent des milices privées après avoir distribué de nombreuses armes de guerre de manière anarchique au sein de la population. Le climat d’insécurité et l’échec de l’armée nationale dans la destruction des bases de résistance des Ninjas, conduiront le Gouvernement à réorganiser la garde présidentielle. Le Président Pascal Lissouba créera alors, par décret présidentiel en juillet 1993, une nouvelle institution dénommée « Réserve Ministérielle », placée sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur et où sont regroupés des civils, originaires des régions de la Bouenza, de la Lékoumou et du Niari, fiefs du Président Pascal Lissouba. Cette « réserve ministérielle » sera plus connue sous le nom d’Aubevillois et sera présentée par ailleurs par l’opposition, comme la « milice du pouvoir. » En revanche, pour le pouvoir, cette « réserve ministérielle » n’est qu’un corps d’élite intégré légitimement au sein de la police dans les formes légales requises, et rattaché au Ministère de l’Intérieur.

Bien que régulièrement recrutés dans l’armée, ces jeunes ne perdirent plus l’appellation de « milice du pouvoir. » En dépit des accords de paix de Libreville du 4 Août 1993, l’armée, appuyée par les nouveaux éléments de la « Réserve Ministérielle », mènera les 3 et 28 novembre 1993, une attaque à l’arme lourde contre l’arrondissement de Bacongo au sud de Brazzaville, aux fins d’en déloger les Ninjas d’une part, et d’y détruire la radio pirate installée aux abords du grand marché domanial « Total » par l’Opposition et dénommée « Radio Alliance. » L’on dit qu’elle aurait été financée par les Forces Démocratiques Unies (F.D.U) dont le Président Denis Sassou-Nguesso et M. Bernard Kolelas étaient respectivement Président et Vice-Président.

Le 5 décembre 1993, une autre milice dite d’autodéfense, les Zoulous, fait son apparition dans les quartiers du sud-ouest de Brazzaville, Diata, Mfilou, Moukounzi-Ngouaka où se sont réfugiés les Koongos et les Tékés originaires des régions du Niari, de la Bouenza et de la Lékoumou. L’objectif de ces Zoulous est de se venger des Ninjas, leurs frères et cousins Koongos de la Région du Pool. Les Ninjas et les Zoulous vont s’affronter dans ces quartiers où les populations civiles connaitront malheureusement beaucoup d’exactions (assassinats, viols, séquestrations, etc.)

Quant aux Cobras, la milice du Président Denis Sassou-Nguesso, ils verront eux aussi le jour en 1993. Constitués de jeunes originaires des régions du nord, fiefs du Président Denis Sassou-Nguesso et installés dans les quartiers Nord de Brazzaville (Poto-Poto, Moungali, Ouenzé, Talangai), ils se battront contre les Zoulous, pour défendre bec et ongles aux fins de protéger leur leader, le Président Denis Sassou-Nguesso qui à les en croire, serait dans le collimateur des tenants du pouvoir prêts à l’assassiner.

Toutes ces trois milices privées (Cobras, Cocoyes-Zoulous et Ninjas) se comportant en gangs ou en associations des malfaiteurs, ont commis plusieurs exactions pendant les conflits de 1993, 1997 et 1998 au cours desquels les populations civiles (hommes, femmes, enfants et bébés) ont payé un lourd tribut surtout à Brazzaville où les maisons ont été détruites ou brûlées comme par ailleurs dans la région du Pool où même le bétail et les arbres fruitiers ont étés abattus. Tout y a été ratissé au millimètre près.

La violence a pris aussi de l’ampleur ; la brutalité et les violations des droits de la personne, commises par une milice privée étant égalées et souvent dépassées par celles d’une milice rivale.  

En tout cas, les jeunes issus de ces milices privées, désœuvrés pour la plupart, et abandonnés à eux-mêmes deviendront le terreau des bandes armées qui écumeront les villes de Brazzaville, de Dolisie et de Pointe-Noire.  

Par Dieudonné Antoine GANGA

Ancien Ministre des Affaires étrangères 1992

Ancien ambassadeur du Congo à Washington (USA) et à Addis Abeba (Éthiopie)

A SUIVRE ( 3e partie :L’implication des milices dans les conflits internes congolais)

Diffusé le 23 juin 2020 , par www.congo-liberty.com

DES MILICES D’ÉTAT AUX MILICES PRIVÉES AU CONGO : La militarisation du champ politique (1ère partie). Par Dieudonné Antoine GANGA

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à DES MILICES D’ÉTAT AUX MILICES PRIVÉES AU CONGO : Les milices sous l’ère démocratique (2e partie). Par Dieudonné Antoine GANGA

  1. marie paule dit :

    une telle relecture de la vie politique nationale post conf nat faite par une seule et meme personne est manifestement entachee de biais et dirregularites

    vous navez pas parle de la marche dite pacifique qu avait entame les militants du mcddi avec a leur tete mr b kolelas qui se rendait officiellement en direction du rond point moungali pour y rencontrer mr denis sassou ng.

    par la suite ce groupe devrait remonter ensemble vers le palais presidentiel ce qui maniusfestement etait au protocole congolais. ce nest pas une foule qui se rend a la presidence et l’on sy rend suite a une audience agree(duree de laudience personne a rencontrer ,objet de laudience)

    sauf que cette marche fut stoppee net par des rafales de kalachnikov tirees par le commandant mbaou ferdinand devenu defenseur des droits humains a paris chef de la garde presidentielle et le colonel nguembo lui aussi membre de la garde presidenteille au niveau du bureau de l’unicef

    le commandant mbaou ferdinand et le colonel nguembo sans preuves avaient la profonde conviction que ce groupe une fois au ccf virerait a droite.

    de tels travaux mr le ministre doivent etre menes en equipe c’est une equipe de recherche pluridisciplinaire qui fait un tel travail pour reduire les biais.

    a l’origine c’etait quoi et vous ne lavez pas dit

    le mcddi avait conteste la victoire de mr p lissouba et une fumee setait elevee entre sassou ng et p lissouba rejouissant le coeur de b kolelas

    vous navez pas aussi evoque le fait que le general mokoko avait enferme au palais des congres tous les chefs de partis politiques sauf sassou ng et p lissouba

    vous navez pas aussi releve le fait que mr thystere tchicaya avait ete designe premier minsitre au bar la congolaise a mpila et yombhy opango setant fache avait dit ceci « je le ferme c’est mon bar »
    vous navez pas souligne le fait que les laris avaient expulse de bacongo et de makelekele tous les niboleks ils ne faut pas les defendre ces gens la(les laris) on sent leur crainte de votre cote vous les craignez

    mr le ministre tous les congolais sont des cousins meme vous vous portez ces tares tous les congolais sont des cousins, nous sommes tous des cousins

    de la dissolution du parlement

    les raisons evoquees par mr p lissouba pour dissoudre le parlement etaient toutes anti constitutionnelles il avait dit que « la crise etait aigue et persistante » sans en donner les indicateurs

    quels etaient les indicateurs de persistance de cette crise? en quoi etait elle aigue?

    la dissolution etait illegale il ne faut pas venir ici vous avez ete ministre de surcroit ambassadeur et vous avez aussi une obligation de reserve dimpartialite et de neutralite

    le poste de ministre des affaires etrangeres et un poste discretionnaire en ce sens que le president le confie ou le retire a un homme de son choix sans se justifier cas de donald trump et rex tillerson sassou ng et j b kololo tj sassou ng et pierre nze, p lissouba et benjamin bounkoulou c un poste discretionnaire

    dans un pays normal vous devriez etre soumis aux regimes des rentes viageres cad que letat congolais devrait vous loger quelque part dans un coin connu que de lui seul a ses frais jusqu a la fin de votre vie

    je pense que mr justin koumba ex unesco ex ministre ex president de lassemblee est desormais aux regimes des rentes viageres de letat congolais. il est aux frais de letat dans une cachette connue que du seul etat congolais.vous meritez un tel regime. avec mme munari ex directrice de cabinet dun chef detat meme tsaty mabiala il avait ete ministre de la defense on ne peut plus etre opposant ce nest pas une question de tribu

    je pense que mr b bounkoulou est aussi aux regimes des rentes viageres

    un ex ministre des affaires etrangeres ne parle pas en termes des cousins koongo tekes….parlez en tremes de malaise politiques de dissensions intrenes il ya un lexique du ministre du diplomate que vs avez ete

    et si lon vous posait la question de savoir comment identifier vous un teke dun kongo? que direz vous.?

    est ce que vous savez que le parlement etait en droit de constester cette decision devant le conseil constitutionnel? a madagascar il ya eu c pb. le conseil constitutionnel avait invalide la decision qu avait ete prise par le president de la republique de madagascar prononcant la dissolution de lassemblee. sous dautres juridictions cest un referendum qui confirme la volonte du president de la republique de dissoudre le parlement. c n pas un jeu, moralement dissoudre le parlement cest se moquer des gens donc mr lissouba setait moque des gens

    vous avez ete ministre ne venez pas ici pool bouenza cuvette sassou ng …ne venez pas ici cest sale ,ne venez pas

    p lissouba lui non plus n’etait pas intelligent comme on veut le faire passer , dissoudre un parlement mais cetait une prise risque budgetaire!

    il netait pas intelligent lui p lissouba, il n fallait pas dissoudre le parlement , et la suite lui avait coute tres cher , son histoire de conosela ….. cetait dur et ses insuffisances manageriales avaient transpire

    mr milongo andre avait organise avec succes les electiosn disons le cycle electoral (municipales legislatives presidentielles) au regard ede son profil il etait gestionnaire de formation

    mr p lissouba etait un biologiste des universites donc le fait pour lui de n’avoir jamais organise une election etait normale au regard de son profil universitaire. il navait pas les aptitudes requises pour ce genres de choses

    sassou ng est militaire de formation. donc un soldat et les urnes non ca ne peut pas passer cest sans importance pour eux les militaires

    je vais terminer par une declaration du general mokoko chef detat major en 1992 qui nous lit qui avait dit ceci et je cite « le congo peut bien vivre sans la constitution »

    avis personnel OUI MON GENERAL

  2. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    Ne jouant pas à la précipitation, ni aux amalgames, la période Lissouba sera elle aussi décryptée pendant la période de transition politique consensuelle et pacifique de 5 ans.

    En effet, parmi les 10 priorités majeures de la transition politique à venir figurent: la commission « vérité, conciliation, réconciliation et réparation » à l’image de ce qui s’est passé en Afrique du Sud à la fin de l’apartheid.

    Cette commission sera sous la tutelle du gouvernement de transition et notamment aux ordres des ministères de la justice, de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche, des victimes de l’intolérance politique et devoir de mémoire, de l’économie et des finances, et enfin des grands travaux et de l’aménagement du territoire, etc

    Un comité interministériel sera d’ailleurs mis en place afin de superviser les travaux de la commission « vérité, conciliation, réconciliation et réparation « . Les décisions prises par celle-ci seront immédiatement applicables par le gouvernement.

    Alors quels sont les enjeux de cette commission?
    DEVOIR DE MÉMOIRE: LE FUTUR OU L’AVENIR DE L’INDIVIDU, D’UN PEUPLE ET OU D’UNE NATION = LE PASSÉ + LE PRÉSENT QU’ON IGNORENT: Un peuple qui n’a pas de mémoire commune plus ou moins consensuelle sera toujours en proie à la récurrence des mêmes erreurs, au négationnisme et à la guerre des mémoires. Par ailleurs, pour inventer, une société meilleure, il faut justement transmette de façon objective sans amalgames, ni mensonges la mémoire consensuelle. explication: https://www.youtube.com/watch?v=xB4ZT_uo6qU

  3. Lucien Pambou dit :

    A MARIE PAULE CONTRE NGANGA

    Merci a vous deux d ‘avoir exposé l ’emergence des milices privées pour Mr Nganga et d ‘avoir mis en exergue le fait que le Ministre ne deroulait pas tout le fil du recit comme le dit Marie paule

    Pour nous congolais de la diaspora qui vivons depuis fort longtemps en FRANCE et qui n avons pas toujours vecu les faits relates par le ministre et la contradiction de Mpaule

    urgent de ne pas jeter l anatheme sur un camp ou sur l autre.Les choses sont plus complexes qu il n y parait.Je sais qu il est emotionnellement difficile au CONGO DE SE DEBARASSER DE SON RESSENTI TRIBAL pour traiter de la vie politique congolaise et pourtant il faudra le faire si on ne veut pas retomber dans les memes travers au sortir de la conference nationale souveraine

    Mpaule souleve une question fondamentale.

    -quelle est le taux de tolerance des congolais vis avis des institutions politiques

    – je ne reviendrais pas sur l opposition subtile qu elle fait entre les formes d intelligences opposées entre milongo plus gestionnaire qu un lissouba plus universitaire et plus literraire malgre sa formation academique de biologiste

    – pourqoui le ministre n ‘evoque t il pas les marches pour la paix arretee par mbaou qui se fait passer en france comme la colombe blanche?

    -Pourquoi Mokoko n avait il pas emprisonne SASSOU AU PALAIS DES CONGRES comme cela avait ete pour d ‘autres chefs de partis ?

    – Contre m paule je dis qu ‘on ne peut pas vivre sans loi fondamentale comme vous le dites a titre personnel. Meme si nous sommes dans les democraties tropicales il nous faut un texte pour vivre ensemble et ceci à long terme
    donc peut etre moins pragmatique

    Merci M PAULE par ces faits averes et/ou contestables ou non de nous permettre d adopter une methode historico- politique de traitements des faits politiques en s apuyant aussi sur le comportement et les actions des acteurs politiques et ceux de la societe civile

  4. marie louise dit :

    les gens sont des grands fous. ils vivent en france et osent s’attaquer a denis sassou ng. il ya des parametres qui vous echappent.oui je lai dit hier mr p lissouba au regard e son profil de biologiste ne pouvait pas concevoir des programmes de developpement pluriannuels comme l’avait fait denis sassou ng par le biais du prof louis bakabadio concepteur du plan quinquennal qui entretemps a ete vertement attaque par le pool comme toujours

    mr p lissouba n’avait pas les aptitude requises pour diriger une nation. il qualifiait les soldats congolais soit son armee de « trouffions »

    mr b kolelas navait pas non plus les aptitudes requises pour diriger la ville de brazzaville.cest un poste diplomatique le maire et le president acceuillent ensemble les chefs d’etat et autres visiteurs de marque

    voila pourquoi sassou ng a confie ce poste a son gendre il savait que ce duo(p lissouba president de la rep et b kolelas maire de brazzaville) genait la diplomatie congolaise

    alors cetait dur a cette epoque pour la diplomatie congolaise. quand un chef d’etat venait a brazzaville les laris disaient que c’est le vieux (sous entendu b kolelas)qui l’a invite et bon les bembes disaient que « ni lissoub me bokil yandi »(il a ete invite par p lissouba)

    docn un jour mr p lissouba fut oblige dinviter mr al gore (selon les partisans de lupads mais selon nous autres les gens normaux c’etait une tournee diplomatique du vice president americain longtemps programmee a l’avance avec ou sans p lissouba a la tete de letat congolais) vous savez quoi ?

    mr p lissouba avait dit ceci « pas d’interpretes » donc mr p lissouba et le vice president americain al gore parlaient en anglais a maya maya cetait pour faire taire les laris. b kolelas ne comprenait rien ,evidemment ca genait le protocole d’etat. un tel spectacle avait il honore letat congolais?

    ce qui est sur cest qu au sujet de p lissouba mr maurice massengo thiasse lui aussi devenu activiste des droits humains a paris qui a cette epoque vivait a mpila chez denis sassou ng (c officiel c connu de tous et de lui meme massengo thiasse) avait dit ceci:

    le congo est il dirige par un malade mental? alors p lissouba setait vraiment fache

    le congo est une nation negre. mr p lissouba trouvait b kolelas dextremement degoutant il avait certainement raison le pool est degoutant. mme munari marchant sur les traces de p lissouba a exclu du frocad un truc comme ca mr g b p kolelas
    et un diplomate ose dire que ce sont des cousins

    en realite il ne fallait pas permettre au pool dacceder a la mairie centrale ni a la bouenza a la presidence de la republique aucun des deux groupes ethniques n’avait fait administration. aucun.on ne peut pas demander a des negres de diriger qui une nation qui une ville capitale

    le congo est une nation negre les attaques des trains des choses comme ca il n y a que le cfco qui a un tel destin.le chemin de fer gabonais ce nest pas comme ca le chemin de fer camerounais non en rdc non en cote divoire non il n y a que le cfco qui est attaque

    la region du pool est une region de negres

    on ne peut pas demander a des negres de batir une democratie

    pour ce qui est de lenfermement des partis politique au palais des congres

    denis sassou ng n y etait pas et il avait pour porte parole a cette epoque soit lekounzdou ithi , francois ibovi ou gregoire lefouoba mais je pense que cetait francois ibovi qui avait ete enferme au palais des congres par le general mokoko; certainement qu isidore mvouba etait au palais des congres rien ne pouvait echapper a denis sassou ng

    vous netiez pas la. gregoire lefouoba vous le connaissez? je dis non vous ne le conniassez pas

    gregoire lefouoba avait ete directeur de cabinet de denis sassou ng et directeur de campagne de denis sassou ng. cest lui qui avait fait le deplacement de talangai mikalou pour dire aux gens de soutenir de denis sassou ng et a la date daujourdhui il n ya que vous pour le faire le congo a change. il savait quelque chose de ces deux zones que le reste des partis politiques ignorait: le poids electoral

    talangai est le quartier le plus peuple de brazzaville. makelekele est le quartier le vaste

    docn talangai plus mikalou denis sassou ng etait donc troisieme. neut ete le tribalisme il aurait ete elu. voila pourquoi aujourdhui les mentalites ont ete frigorifiees a talangai mikalou

    vous netiez pas la. donc p lissouba avait use de corruption a grande echelle pour detacher la cuvette voila pourquoi ils avaient donne un coup de ciseau a la cuvette centrale (creation de la cuvette ouest)

    donc mr p lissouba doit etre attrait devant un juge pour avoir creer un departement sans motifs valables. p lissouba avait corrompu gregoire lefouoba vous netiez pas la

    quand c comme ca mr on ne fait pas la politique

  5. Lucien Pambou dit :

    Soit moi lucien pambou mkaya mvoka ,je deviens fou, soit je n y compris plus rien

    Depuis quelques jours un vent nouveau semble souffler sur ce site CONGO LIBERTY avec l ‘arrivee de nouveaux internautes anonymes ou non peut m importe

    De Marie paule à Marie louise en passant par axel SAMBA on assiste a un renouveau contradictoire dans la presentation des faits politiques reels vecus par certains internautes au lieu des sempiternels mouvements d humeur marques au coin du ressenti tribal

    Cette facon de faire emerger les faits que l on veut cacher comme dans la pratique reseautale est une bonne chose , une reponse pour une discussion sur des faits averes meme si leur interpretation peut etre contestée par les uns et acceptée par d autres

    voici le point de depart d une discussion fondée sur la vitalite des faits bien sur discutables

    Merci encore à ces apporteurs d un vent frais en terme de debat sur congo liberty

  6. VAL DE NANTES dit :

    l’arrivée des primates sur ce site commence à m’inquiéter ..On n’y comprend rien ,car tout est décousu .
    carte postale de BRUXELLES .

  7. Lucien Pambou dit :

    A VAL DE NANTES

    Cher compatriote on peut ne pas être d ‘accord avec les écrits de ceux que tu qualifies de primates, mais s’il te plaît, on n’insulte pas et on répond de façon courtoise au nom du débat d’idées. J’espère qu’il fait bon à Bruxelles, à Paris le plafond est bas et il va pleuvoir.

    A bientôt.

  8. Val de Nantes dit :

    @grd Pambou .
    Je ne fais que l’oracle de ta pensée profonde dont tu as réprimé la méchanceté …
    S’il y a une chose que je sais ,c’est que tu sais ….
    Merci ..

  9. marie chantal dit :

    c normal qu il ne comprenne rien il ne sait pas evaluer une politique publique oui mr le minsitre avait ete distribue dans la ville de brazzaville par b kolelas maire de brazzaville denis sassou ng ancien president de la rep et p lissouba president de la rep.

    mr le minsitre

    pourquoi le pool setait il retrouve avec une forte quantite d’armes?

    dabord de la marche dite pacifique doctobre 1992 mr sathoud nous donnera la date exacte

    le commandant mbaou ferdinand chef de la garde presidentielle de p lissouba n il etait coiffe de beret vert (il existe) et le colonel nguembo avaient donc ouvert le feu a la kalachnikov sur b kolelas et ses militants au niveau du bureau de lunicef a brazzaville

    au lieue dexiger une justice le pool avait demande des armes. aupres de qui? aupres de sassou ng. il leur dira pas de pb pour ca.c officiel et cest bien d’etre un singe on dit la verite aux gens

    docn les premieres kalachnikovs des milices ninja venaient des stocks de denis sassou ng. sassou ng est le pere nourricier de la milice ninja

    ensuite le second stock darmes de la delinquance ninja venait de kindamba mayama … b kolelas qui etait une sorte de dieu pour eux. ces villageois apprirent que « le messie » a des pbs a brazzaville et il est embete par satan soit p lissouba.

    docn les villageois de kindamba mayama et un autre village celebre kimba je pense setaient rues vers la garnison de kindamba construite par marien ng contre une eventuelle attaque du zaire de lepoque.

    il y avait deux magasins darmes identiques celui de kindmba et de celui de gamboma
    les ninjas avaient devalise le magasin darmes de kindamba se surarmant voila pourquoi il y a des armes dans tout le pool et elles sont vieilles

    tj du cote du pool

    ils avaient un musicien local une sorte de bob marley ou de peter tosh qui etait en angola chez j savimbi qui sappellait herbert massamba il passait a la tele a lepoque avec nzongo soul qui est decece lan dernier je pense

    herbert massamba etait un soldat de l’unita le pool aime les armes on le leur dit ils traitent les gens de singes

    il apprend depuis le maquis de savimbi huambo je ne sais plus quoi que le pool a des pbs et se rend a brazzaville via kinshasa

    les willy massanga et compagnie lui font une doleance en armes car mr p lissouba narretait pas de former les aubevillois ca ne finissait pas. si les laris avaient stoppe la circulation des trains cetait pour arreter l’approvisionnement en cocoyes de la ville de brazzaville et non pour nuire au tresor public.l’upads mentait elle sait que je dis la verite.

    herbert massamba s’en ouvre a jonas savimbi et il lui dit pas de pbs va defendre ton peuple comme en religion

    docn les armes des ninjas transitaient par kinshasa via le fleuve congo le port de la main bleu destination finale le pool en provenance de langola

    herbert massamba avait etabli un pont entre b kolelas et j savimbi. cetait normal. or le meme j savimbi etait ami a p lissouba docn jonas savimbi ne comprenait plus rien car p lissouba lui avait pose un pb similaire darmes et c tres grave pour un biologiste des universites p lissouba fait honte a la famille universitaire

    mr le minsitre

    CEST DONC J SAVIMBI QUI AVAIT SERVI DE MISSI DOMINICI ENTRE B KOLELAS ET P LISSOUBA VOILA POURQUOI ILS SETAIENT RECONCILIES ET NON LE COUSINAGE POOL PAYS DU NAIRI CEST FAUX CETAIT SAVIMBI QUI AVAIT SERVI DE POINT DE JONCTION ENTRE P LISSOUBA B KOLELAS YOMBHY OPANGO AVEC POUR COURONNEMENT LES HONNEURS QUE LISSOUBA LUI AVAIT FAIT AU DEFILE MILITAIRE DU 15 AOUT A POINTE NOIRE CHOQUANT LES REGLES ET USAGES DIPLOMATIQUES ENTRE ETATS

    a lorigine de la reconciliation p lissouba b kolelas cetait jonas savimbi

    DEJA DANS LA GUERRE DU 5 JUIN DOS SANTOS ETAIT PASSE PAR LA POUR DIRE QU IL YA DES SAVIMBISTES DU COTE DE LISSOUBA ALLUSION ETAIT FAITE A H MASSAMBA

    entre temsp mr b kolelas avait pour officier sup si vous voulez mr ph binkinkita qui ne maitrisait pas les willy massanga(colonel anicet pour ce qui etait de letat major ninja le congo etait fou a cette epoque) et herbert massamba(il navait pas de grade dans letat major ninja) et les choses etaient un peu dures pour philippe binkinkita(general des facs) il fallait faire la paix

    la france arrive a brazzaville et dit a denis sassou ng et a moukoko de monter sur paris entretemps le gl mokoko avait ete limoge puis remplace par eta anka tres yombhiste et le pool se souvenant des evenements de mars 77 setait dit qu avec yombhy opango la guerre (celle du 3 novembre 1993)est inevitable mais « cette fois ci il va voir ca »

    sassou ng le voila en france mokoko en france talangai et mikalou se sentant sans defenses ni protecteurs etaient obliges de faire nuit et jour des exercices militaires craignant comme ils le disaient une double attaque ninjas cocoyes meme si les cobras et les ninjas(groupe willy massanga) faisaient des patrouilles mixtes a bord des taxis de brazzaville

    le colonel mbaou ferdinand chef de la garde presidentielle il avait ete entretemps promu colonel limoge puis remplace par le colonel yves marcel ibala tres aime des aubevillois lui aussi portait un beret vert , fut oblige de dire aux aubevillois douvrir le feu sur tout taxi qui se presentera au chu a partir de 23H

    daniel mabika chef detat major adjoint des facs du temps du vrai congo souffriat . il secondait jean marie michel mokoko et il avait ete promu chef detat major general

    p lissouba habitait derriere olympic palace la zone de lhotel meridien ou au bougainvillees quartier residentiel de brazzaville. il y avait des blindes a lentree du chu de brazzaville jusqu au niveau de lambassade de chine et de la caserne des sapeurs pompiers

    voila pourquoi les sassou ng disaient qu il y avaient des canons au chu cetait a cause de ca

    a cette epoque de grand deuil (1992 1997) air afrique swissair les camair ….avaient arrete tous leurs vols de nuit sur brazzaville

    mr le minsitre

    le nombre de chauffeurs de taxis tue par les aubevillois est tel qu il n y aura jamais de reconciliation possible entre mberi martin celui qui parle de dialogue et les chauffeurs de taxis de brazzaville majoritairement des laris ce ne sera pas possible

    sil ya une chose qui avait degoute les brazzavillois vis a vis de p lissouba cest lhistoire du bus coaster qui avait ete enleve et diriger vers diata. l’affaire la….jusqu a present les gens nont jamais pardonne a p lissouba. les gens etaient traumatises

    les congolais ne pleurent pas p lissouba c la verite

    vous voyez maintenant la vie politique sous p lissouba et c’est ca qui vous manque?

    et si je continu a etre un singe puisque notre arrivee gene les gens je vais vous dire pourquoi sassou ng a designe clement mouamba comme premier ministre

    vous n’avez pas vecu a brazza

    alors sassou ng et mokoko tous deux a paris ils descendent a brazza guerre du 5 juin mokoko etait de l’administration militaire de sassou ng des annees apres mokoko va en campagne contre sassou ng il est soutenu par le niari soit les ennemis dhier ,sassou ng se souvenant de tout ca lui a flanque 20 ans nul n’a parle c’est a cause de cette histoire que vous venez de lire ce n’est pas de la dictature. l’upads sait pourquoi mokoko est en prison

    et qu’est ce que la france a dit de tout ca ? rien juste un  » prend soin de lui »

    NOUS NALLONS PAS REPARTIR LA BAS DIXIT DENIS SASSOU NG

  10. Val de Nantes dit :

    En lisant tous ces commentaires ,j’ai du mal à me mettre quelque chose sous la dent ,tant ils me paraissent inopportuns ,au regard de l’immensité de la tâche que nous allons affronter ,après Sassou ….
    L’expertise analytique des manigances biaisées de l’homo -politicus congolais , devient obsolète et redondante ,d’où son manque d’intérêt ..
    Les remèdes à appliquer au malade congolais méritent une véritable réflexion sur
    les enjeux institutionnels ,politiques et sociaux ,qui pourrait donner du sens à nos commentaires ..
    Ce regard réstropectif , sur les « annus horribilis « causés par cette génération des politiciens fantasques ,est un délire jouissif pour certains d’entre nous ,dont l’occasion de déverser des déchets puants est plus qu’idyllique…
    Des dialogues insipdes ,s’il en est …
    Carte postale de Bruxelles .
    Place Madou .saint juste t’en noode .. Avenue de l’astronomie ….
    Merci ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.