De la pensée coloniale à la pensée congolaise actuelle : tribulations du peuple congolais à la recherche de sa personnalité de base.

Par Lucien PAMBOU

Il faut remercier Congo-liberty d’avoir adopté une méthode nouvelle de discussion favorisant les débats. Congo-liberty présente des textes, des décrets-lois qui sont des preuves irréfutables des décisions prises par les hommes politiques congolais de l’indépendance à nos jours.  Ces faits politiques sont des témoignages qui permettent un débat rationnel et non fondé sur l’émotion, l’approximation, l’invective et la recherche d’une adhésion populaire à des démonstrations hasardeuses. Merci encore à Congo-liberty. Ce site est celui de la résistance et de l’opposition au pouvoir de Denis Sassou Nguesso , mais, assez paradoxalement, c’est aussi un site ouvert aux débats ce qui permet aux différents intervenants d’exposer leurs points de vue. Ces intervenants, diplômés ou non, intellectuels ou non, ont le droit de s’exprimer et c’est bien ainsi.

Les Congolais sont perdus, ils ne savent plus où ils habitent. La personnalité de base d’un peuple, c’est à dire une somme de valeurs collectives reconnues par tous et acceptées par tous, semblent en voie de dislocation. Les raisons sont multiples : la modernité rapide ainsi que l’évolution des technologies dans lesquelles les Congolais semblent perdus en les obligeant à adopter uniquement la posture de consommateurs de biens qu’ils ne produisent pas. Les hommes et les femmes de ce pays vont jusqu’à se décaper la peau avec des produits blanchissant pour imiter la clarté de peau du maître blanc. Les Congolais ont oublié au passage leurs qualités traditionnelles en tant que forgerons, artisans, agriculteurs, pour s’adonner aux agapes et délices du monde moderne. On peut faire la synthèse entre le monde traditionnel et le monde moderne, ce que d’autres peuples (Japonais, Vietnamiens…) réussissent à faire, mais pas les Africains et surtout pas les Congolais. La pensée coloniale a joué un rôle important en matière de déstructuration, même s’il ne faut pas se focaliser sur sa seule responsabilité. Il est indispensable de connaître cette pensée coloniale pour mieux structurer la pensée congolaise actuelle et sa personnalité de base.


Le bassin du «village sénégalais», Exposition universelle de Liège, carte postale, héliotypie, 1905.

Dans un article publié en 2011  et republié en juillet 2020 (Et si le complexe d’infériorité de Sassou Nguesso est celui de toute une génération…), Mingwa BIANGO ouvre des pistes de réflexion sur la personnalité de base du Congolais. Je ne suis pas historien de formation, je m’en excuse auprès de ceux dont c’est le métier, en revanche ma formation à Sciences Po Paris m’autorise à donner une explication politique aux faits historiques.

Pourquoi avons-nous beaucoup de mal à organiser notre modèle politico-social tout en étant critique du modèle colonial ?

La plupart des intellectuels congolais critiquent de façon méthodique la colonisation française, Ils ont raison car, si on lit et on médite le livre de Marcel Homet « Le Congo terre de souffrance », (Edition Montaigne, Paris, 1917), on s’aperçoit que les questions d’esclavage, de colonisation, de discrimination et de racisme hantent les hommes politiques congolais et ses intellectuels, et ils n’arrivent pas à trouver la clef qui leur permet de passer au-delà des souffrances évoquées par Marcel Homet. Ces souffrances sont réelles et, sans être des excuses, elles nécessitent de passer par une psychiatrie collective menée par des hommes politiques capables et qui ne souffrent pas du syndrome de Stockholm. Pour cela, les Congolais doivent connaître un certain nombre de faits historiques qui ont structuré le moyen-Congo depuis la conférence de Berlin en 1885. La conquête de l’Afrique et du Moyen-Congo de 1885. Le monde occidental décide de se partager le monde africain. En 1886 les troupes indigènes coloniales françaises de l’AOF (Afrique occidentale française) envahissent le Moyen-Congo. Vous avez là, l’explication de certains noms à consonance ouest-africaine que portent certains de nos compatriotes congolais du nord. Leurs pères, soldats de l’armée coloniale, étaient ivoiriens, maliens, sénégalais ou béninois. 

L’objectif de l’armée coloniale était clair : soumettre les Congolais par d’autres Africains venus de l’ouest en poursuivant un objectif : celui du renforcement des compagnies concessionnaires de Mossendjo, de Ossele, de Pointe Noire, de Ouesso, de Dolisie et de Jacob. Les Congolais engagés dans l’armée coloniale avaient un statut supérieur aux autres indigènes. L’armée française a réussi à opposer les miliciens à sa solde aux autres populations congolaises, et à induire les confrontations clanico-tribales. Nous vivons depuis fort longtemps dans une mémoire enfouie sur ces séparations tribalo-claniques et paradoxalement collectives car l’armée française avait besoin de ces troupes indigènes au cours des première et seconde guerres mondiales.

Pour faire régner la paix et la terreur en même temps, la France a créé les Mboulous-Mboulous, miliciens à la solde de l’armée française pour terroriser les populations congolaises

Les Mboulous-Mboulous « force supplétive de l’armée coloniale », ont été créés pour faire régner l’ordre et la paix. L’armée coloniale fermait les yeux sur le pillage des biens, les passages à tabac, les viols des femmes et des jeunes filles et les incendies des villages. Assez paradoxalement, pour ne pas dire malheureusement, le Congo et ses politiques dans la période moderne n’ont retenu que les milices privées comme au bon vieux temps de la période coloniale pour déstructurer encore un peu plus la personnalité de base du Congolais.

Comment en sortir ? Il faut beaucoup d’imagination et de travail historique expliqué aux jeunes générations sur la nécessité du vivre ensemble. Pour cela, il faut s’appuyer sur des faits historiques, comme le fait l’historien Homet. Les historiens congolais ont une lourde responsabilité peut-être par peur ou par manque d’information ou par concussion avec le pouvoir en place. Il faut expliquer les fragilités de la personnalité de base du Congolais et revenir à des valeurs simples de tolérance, de partage, d’écoute et de paix entre les différentes communautés tribales congolaises. Est-il trop tard ? J’ose espérer que non et l’optimiste sempiternel que je suis, continue de penser que la restructuration de la personnalité de base du congolais est possible. Voilà le nouveau chemin à suivre par les citoyens congolais, quel que soit leur statut social. Il faut que la personnalité de base nouvelle du Congo prenne corps et s’enclore dans le nouvel espace congolais à construire.

Par Lucien PAMBOU

Diffusé le 4 juillet 200, par www.congo-liberty.com

Et si le complexe d’infériorité de Sassou Nguesso est celui de toute une génération…Par Mingwa BIANGO

À l’époque des zoos humains

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

25 réponses à De la pensée coloniale à la pensée congolaise actuelle : tribulations du peuple congolais à la recherche de sa personnalité de base.

  1. Samba Axel dit :

    l’article soulève une question importante dans la sociologie congolaise, il faut le reconnaître. D’ailleurs je salue l’initiative. Cependant, il ya des aspects qu’il faut éclaircir,voire corriger, notamment les aspects historico-sociologiques.

    D’abord, il faut dire quelque soit la rapidité avec laquelle, le modernisme occidental (car l’Afrique aussi a sa propre modernité; moderne est ce qui nouveau, innovant en Histoire), est entrain de changer les us et coutumes des africains en général, et des Congolais en particulier, le Congo Brazzaville reste l’un des pays où la coutume, les traditions ancestrales restent encore vivaces et occupent une place de choix dans la société, le quotidien, avant et après la période coloniale. L’exemple des anthroponymes congolais traditionnels qui ont une force sur la personnalité des Congolais, l’usage des langues maternelles et nationales dans des villes et villages au Congo, la pratiques socio-culturelles dans des cérémonies de naissance, matrimoniales et funéraires, l’existence des 2 royaumes(Loango et Téké),etc…. sont des preuves réfutables de la vivacité et l’existence de nos traditions, bien que parfois manipulés par les oiseaux de mauvaise augure, mais en grande partie elles sont pratiquées et servent positivement les populatiosn. Aujourd’hui, vous ne pouvez pas comparez par exemple, le Congo, l’Angola et le Gabon, dans ces 2 derniers pays, la tradition africaine est foulée, moins vivace, cela peut se prouver par exemple en Angola, 90% de la population urbaine et rurale parlent que le portugais, les anthroponymes familiaux sont portugais, au Gabon, sans le français, il nya point de communication entre populations, alors que dans les 3 pays, le colon a utilisé la méthode d’assimilation.
    Cependant l’aliénation culturelle d’aujourd’hui comme la dépigmentation de la peau n’est plus liée à la pensée coloniale ou la colonisation comme telle et n’est pas collective. Elle est individuelle aujourd’hui cette responsabilité, et elle due au colonialisme, c’est à dire à la survivance des tares coloniaux comme l’administration africaine francophone conçue selon les normes françaises, et pour le cas de la dépigmentation de la peau, ce sont les médias, qui font le lavage cérébral, vous avez des pays comme le Sénégal, où l’aliénation culturelle est telle que tous les 3 premiers présidents ont été mariés à des blanches, tout joueur évoluant à l’étranger se marrie à une blanche, le commerçant local à succès oblige sa femme à se dépigmenter jusqu’à devenir rouge, la dernière couche de la peau est atteinte, donnant la nausée.

    Ensuite, l’opposition des clans et tribus africains, était une norme tacite de la colonisation partout dans le monde des colonies,pas seulement au Congo, donc diviser pour mieux régner, c’était la règle coloniale, et les milices indigènes étaient une création coloniale partout aussi dans toutes les colonies, tout comme les souffrances sociologiques dont les origines remontent à la colonisation sont universelles dans le monde colonisé, pas seulement au Congo. le tribalisme en dehors de la colonisation comme telle, remonte de loin depuis l’esclavage, dans mon article scientifique anthropologique en portugais parlant de l’ethnicité au Congo Brazzaville publié dans la plateforme universitaire américaine en ligne Academy.edu, intitulé:  »Ethnicité, un problème africain causé par l’Europe depuis le XVIe siecle: Cas des Kongo et Tékés(Anzico) du Pool(Congo Brazzaville) », il est démontré effectivement la responsabilité de la traite négrière pour le tribalisme, lors des razzias négriers pour capturer les Kongo au royaume Kongo, ce qui créa la méfiance entre populations et favorisa la fuite vers d’autres contrées lointaines du royaume dont le nord du royaume Kongo, l’actuel Congo Brazzaville, notamment la région du Pool, ces rivalités inter ethniques ne feront continuer. Cependant, dans le même article, je démontre que l’ethnicité ne remonte pas seulement avec l’esclavage, il faut dire aussi que la division des africains dans des clans, tribus, donc le tribalisme a commencé avant la pénétration coloniale, lors des guerres entre royaumes ou chefferies africains, d’òu vous avez des prisonniers de guerres d’un royaume fait esclave dans un autre royaume, que nous appelons en Histoire, le système de dépendance, que les occidentaux appellent l’esclavage inter africain.
    En outre, les ouest africains venus au Moyen Congo avec De Brazza, que nous appelons en Histoire les  »Laptots » ou militaires africains, n’était pas un cas isolé, c’était la même chose, on envoyait aussi des Congolais ailleurs dans d’autres colonies pour être dans des troupes coloniales, comme les milices coloniales locales évoquées dessus composées des étrangers africains et les indigènes locaux.

    Pour terminer, je vais dans le même sens que toi, que les historiens ont une lourde responsabilité, mais aussi elle est partagée, à commencer par toi, car l’historien peut écrire, mais il n’est pas à dire de lire les livres. Par exemple, au lieu de citer un auteur Homet, qui est occidental, il te serait bien de lire et citer Obenga ou un autre. De plus, l’ouvrage que tu évoques n’est plus d’actualité, les faits historiques évoqués sont de la colonisation, donc beaucoup a changé en réalité sociale, et même l’ouvrage en lui même en le prenant dans le contexte colonial, ne tient pas en compte toute la société congolaise coloniale, mais plutôt des pygmées, donc les souffrances dont ils parlent en grande partie,sont des souffrances des pygmées marginalisés par les bantous et les colons, car Homet avait ses recherches auprès des peuples autochtones Babinga dans le sud ouest du Congo actuel.

    Certes, comme tu l’a dit aussi, il ya une responsabilité coloniale dans certains maux congolais, que nous vivons aujourd’hui comme le manque du vivre ensemble pour penser à un destin national ou un développement intégral, mais pas toujours comme tu l’a aussi dit, car les vietnamiens(Indochine) cités et même les chinois ont été humiliés par la France, le Japon et la Grande Bretagne, mais ils se sont relevés et ont construit leurs pays respectifs.
    donc nous comprenons que les hommes politiques congolais ont une grande responsabilité, parce qu’ils lisent pas l’histoire, ils apprennent pas de l’histoire, des faits et événements. L’histoire au delà d’une science du vécu quotidien humain, elle permet de réfléchir à des stratégies de développement en se servant du passé, pour ne plus commettre les mêmes erreurs et se projeter dans le futur, donc la prospective, et la bonne prospective va de paire avec l’histoire. Notre pays le Congo manque des musées, des mausolées pour narrer, expliquer les faits historiques, les graver dans la mémoire collective.

    Bref, il faut un intellectuel fécond(pas un intellectuel stérile, comme Lissouba aux discours bidons) au sommet de l’état pour la bonne marche du pays ou un développement intégral se contextualisant dans des us et coutumes congolais (pas le socialisme bantu, rires) pour curer les maux congolais en prenant en compte l’Histoire ou la dimension historique, car que nous le voulions ou pas, les militaires au somme de l’état ne sont pas vecteurs d’un développement national intégral

  2. samba Dia Moupata dit :

    Aujourd’hui les congolais préfèrent la période coloniale , parce que à l’époque nous mangeons trois fois par jour , nous avions des fontaines d’eau dans nos quartiers , nos quartiers étaient pulvériser par les services d’hygiènes pour lutter contre le paludisme . Les hôpitaux étaient approvisionner en médicaments , en tout cas jusqu’à Massamba Débat . Maintenant nous avons des pilleurs Mbochis corrompus qui ont démolis le pays . Atteindre l’âge de 30 ans au congo relève d’un exploit , car il faut pas tomber gravement malade , Dans ce pays les conditions de vie sont inhumaines pour plus de 95% de la population.

  3. M. BAKIMA BALIELE dit :

    Accuser l’Occident, principalement la France les Congolais savent le faire. Mais à un certain moment il faut se regarder droit dans la glace et reconnaître qu’aller planquer de l’argent volé du trésor public dans les paradis fiscaux ou acheter et/ou construire des villas en France et ailleurs en Occident n’est pas imputable à l’Occident. Comment investir dans une demeure où on reste que quelques jours ou semaines par an? En sus il faut payer l’impôt immobilier.

    Monsieur Lucien Pambou, ce sujet est très intéressant, je préfère m’arrêter ici, le temps que je rentre chez-moi et trouve le temps d’apporter une contribution beaucoup plus profonde en le faisant sur un PC que ce que je fais à partir d’un téléphone. À très bientôt.

  4. Samba Axel dit :

    Samba Dia Moupata, tu es un veritable aliéné culturellement, un nègre de maison, comme on le dit en Histoire. Donc tu penses que c’est normal qu’un peuple entier vive sous le joug colonial, simplement parce que soit disant ils mangeaient à cette époque. Pour ton infos, une leçon d’histoire, les africains vivaient mieux socialement et politiquement avec dignité dans leurs chefferies, royaumes et empires avant l’esclavage et la pénétration coloniale. Si si les conditions de dignité humaine et d’égalité sous la colonisation étaient reunies, je pense qu’il n’allait pas avoir des précurseurs qui se sont levés pour demander l’indépendance comme Matsoua, ou il n’allait pas avoir des pères fondateurs comme Youlou, Opangault, Tchicaya. Tu as un syndrome de stockholm mélangé avec une veritable aliénation culturelle des vieux analphabètes. Le passé est toujours nostalgique quand on est contemporain en relation à une époque, car à cette époque coloniale, il yavait des gens qui mourraient de faim, d’injustices coloniales, tout comme ceux qui naîtront en 2050 et entendront l’histoire des booms pétroliers en 2050, auront la nostalgie de cette époque de Sassou, ils diront que  »sous Sassou, on mangeai bien » oubliant tout le mal actuel.

    @Bakima, tu as mal lu l’article, et comme tu l’a lu avec précipitation, c’est normal de commenter ainsi, l’auteur reconnaît certes la responsabilité de l’occident- c’est pas toujours le congolais qui accuse l’occident ou la france, mais tous les africains l’accusent, mais il dit aussi que les responsables politiques ont une grande responsabilité, du fait de ne pas su relever les defis posés après la colonisation, relis bien l’article.

  5. Samba Axel dit :

    En terminant toujours à @Samba Dia Moupata, même si les congolais ou les africains restaient sous le joug colonial comme tu le veux dans tin alienation culturelle, les défis allaient toujours se poser, la poussée démographique actuelle qu’il faut prendre en coompte, différent de quelques milliers d’individus de cette époque dispersée sur un vaste territoire, donc autant de bras, autant de bouches à nourrir comme disait Mao, et l’administration coloniale allait toujours savoir des problèmes en prennant en compte la population de la metropole, aujourd’hui les territoires d’outre mer, une sorte de néo colonisation, comme les antilles françaises ou les mayottes, il sont mieux, non, ils ont les mêmes problemes que les pays africains indépendants, chomage en masse des jeunes, problemes de santé, etc…. Les défis actuels se posent au Congo, parce que on une classe politique incompétente, la preuve, le Botswana a obtenu l’indépendance en 1966, aujourd’hui il est 20 fois mieux que tous les pays francophones, donc c’est pas la colonisation qui resout les problèmes mais une classe politique responsable, a bon

  6. Samba Axel dit :

    et l’administration coloniale allait toujours AVOIR des problèmes en prenant en compte la population de la metropole, j’allais dire. A bon entendeur salut à la fin!…..

  7. Prof. Alexis Samba dit :

    L’article de Mr. Pambou, bien que provocateur, rappelle la dette intellectuelle, encore impayée, des intellectuels africains avec leur présent. Je relève, cependant, une limite majeur: l’article ne cite aucun document publié par des Congolais ces dernières années. les animateurs de ce site (Congoliberty) ont pris le soin de proposer une rubrique sur  » le monde du livre ». On y trouve suffisamment d’ouvrages écrits par des congolais, qui rendent caduque les arguments développés par Mr. Pambou. J’aimerais en citer un seul, que j’ai lu du début à la fin: « BANTUCRATIE. la théorie politique pour le temps qui vient ». A la lecture, cet ouvrage est assez complet. il évalue la question politique en Afrique depuis l’Egypte ancienne jusqu’à nos jours; et il propose une nouvelle théorie politique fondée sur les cultures Bantu. Je cite: « Il analyse les cinq éléments constitutifs de toute
    théorie politique, à savoir le pouvoir (bantucratie), la nation, l’État
    (Mbongui), la souveraineté et la citoyenneté ; il se veut un outil
    conceptuel à la disposition des acteurs politiques en Afrique, soucieux
    du renouveau positif des sociétés africaines. » (page 11) Plus loin, l’auteur écrit: « Cette étude, qui se veut philosophique, vient rompre les amarres qui
    attachent la pensée politique à la démocratie participative moderne à
    tout prix et à tous les prix, pour retourner aux sources africaines bantu
    et grecques antiques de la gouvernance des hommes. Devant l’horizon
    trouble et l’essoufflement des modèles politiques actuels, hérités de la
    modernité du pouvoir en Occident, pensés par les philosophes du
    contrat et prônés par les partisans du libéralisme économique, il est
    salutaire de retourner aux sources du pouvoir humain et aux principes
    fondateurs du pouvoir politique, pour en penser l’origine, le
    fonctionnement et la finalité, avec un regard neuf.
    Un tel retour aux sources a pour dessein de faire venir à l’actualité de
    la pensée, un pouvoir politique, à savoir la Bantucratie qui, à bien des
    égards, est proche parent du régime politique envisagé de manière
    théorique par Platon et Aristote sous le terme d’aristocratie, et vécu
    avec un supplément éthique dans les milieux traditionnels en Afrique en
    général, et chez les Bantu en particulier.
    Du point de vue théorique, le pouvoir politique se comprend comme
    un ensemble de réponses aux problèmes liés à l’autorité, à la distinction
    entre gouvernants et gouvernés. En conséquence, la réflexion sur les régimes politiques interroge l’autorité des gouvernants en rapport avec
    les droits et devoirs des gouvernés, dans la mesure où l’autorité se
    comprend comme l’ensemble des droits et devoirs des gouvernants.
    Tout régime politique, on le sait, est fondé sur l’autorité, à la fois
    comme vision et comme pratique.
    L’objectif de cette étude est de proposer un modèle de gouvernance
    politique, alternatif aux modèles qui sont officiellement pratiqués par
    les États-nations du monde aujourd’hui. »
    Un autre ouvrage vient de paraître, il y a une dizaine de jour sur la politique au Congo, intitulé « MBONGUI ».

    https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=66127…

    Alors: lisez !

  8. samba Dia Moupata dit :

    Le pseudo Samba Axel , gouverner c’est prévoir même l’imprévisible , certes une poussée démographique , le congo d’aujourd’hui à plus de recette fiscale que hier ! Le congo de Youlou , Massamba Débat n’était pas exportateur du pétrole. Pourquoi , le Cameroun , qui compte six plus de population que nous se porte mieux , pourtant moins riche ? Arrêtons de banaliser les criminels Mbochis !!!

  9. Val de Nantes dit :

    Pour ma part ,et loin de me désintéresser de la phase mémorielle du Congo ,mon point de vue ,sur l’analyse du retard de développement congolais ,est anhistorique ..
    Le présent congolais ,c’est à dire la question économique nous invite à nous débarrasser des émotions négro – congolaises ,des ressentiments ,des supputations et des interrogations issues de l’âge de la minorité ,pour entrer dans l’interrogation positive du type comtien .(..Auguste )
    La question congolaise doit se formuler sur le modèle du genre « comment sortir de cette chaîne de paupérisation héritée de la période coloniale et néo coloniale , jusqu’à nos jours ?..
    La carte géographique du Congo en soi ,est une condamnation à l’inertie ,en ce qu’elle prolonge les faits historiques soulevés par l’auteur de cet article…
    Le fardeau congolais s’en trouve renforcé par cette matérialisation géographique et les tribulations ethniques et sociales évoquées par l’auteur de cet article …
    Le nouvel homme congolais est celui qui sera vêtu de l’habit comportant le mot de
    « Comment  » …
    Merci ..

  10. Lucien Pambou dit :

    Cher samba Axel
    Des trois présidents que le Sénégal a connu depuis son indépendance macky Sall a une femme noire senegalaise.quant a la lecture des oeuvres d obenga oui c est stimulant sur l origine noire de l Égypte.mais que nous dit l historien sur ce que doit être l homme congolais moderne.pas grand chose perdu qu’ il est.Après avoir critiqué sassou il sert sassou
    Ce n est pas une attaque as hominem
    Car il s ensouvient dans les années 2000au moment ou il se disait opposant de sassou ete victime de termes injurieux par la salle acquise à sa cause au cours d un débat ou lui et moi étions intervenant moi surtout au titre de la fonction de co créateur et secrétaire général du cran conseil représentatif des associations noires de France
    Ta remarque concernant
    Samba dia moupata est si je peux me permettre pas très élégante.il a raison de dire que sous la colonisation on vivait un peux mieux surtout pour moi dont les parents étaient indigents
    Hospitalisé dans ma jeunesse a l hôpital asice j avais de jolis draps blancs et un pot de fleurs dans ma chambre avec des médecins français compétents.ce N est plus le cas aujourd’hui.le dire c estetanlir un critere de comparaison pour dire ce que l on a perdu.voilà c est tout.il ne s agit pas d etre nostalgique
    Samba Axel
    Rassemble les historiens congolais à la manière des impetrants des annales de l histoire française pour que ces historiens congolais nous disent notre histoire etcomment on fait pour mieux grandir dans nous haïr et sans nous entretuer

  11. Elliot dit :

    Laissez l’occident tranquille. Les Congolais sont responsables de leur vie.
    Incapable de reconnaitre leur échec.

  12. Lucien Pambou dit :

    A samba Axel
    Ma réponse concernant obenga n est pas tresclaire
    Je précise que lui tirait a boulets violents sur sassou et que moi au nom de le theorie du reseau disait que lui et tous les politiques mangeaient dans la mai n du president sassou.je me suis fait huer par la salle.les faits m ont donné raison.obenga sert sassou
    Bingo

  13. Samba Axel dit :

    @Pambou, Macky Sall, pour te rappeller, peut être tu ne te souviens plus, est le 4e president du Senegal, et l’unique des 4 à avoir une Femme noire locale, ce que je savais déjà, mais moi je te parlais dans mon commentaire des 3 premiers presidents du senegal qui ont eu des femmes blanches: Senghor,Diouf et Wade. Tous les 3 alienés et d’ailleurs c’est Senghor qui disait que « La Raison est Hellène, l’émotion est nègre », ce que lui avait des critiques acerbes de son opposant de l’époque Cheik Anta Diop, qui le critiquait pour son alienation de haute intellectualité.

    En ce qui concerne Obenga, pour ton infos, il a aussi écris sur les structures sócio polítiques anciennes Congolaises pré coloniales notamment les chefferies du nord du Congo, et Obenga a travaillé aussi sur l’archéologie congolaise. Va Faire des recherches sur sa bibliographie, tu vas voir, bien qu’il travaille sur l’Egyptologie qui est son domaine de prédilection, mais aussi il travaille sur l’Histoire congolaise.
    Et en dehors de lui, j’ai parlé d’autres historiens, comme le defunt Jerome Ollandet, Zidi, Ipari, et bien d’autres historiens, ya beaucoup dhistoriens Congolais qui publient sur des éminents travaux, il faut faire des recherches sur ça, pour mieux les connaitre y compris leurs travaux. C’est parceque tu n’es pas du domaine, voilà pourquoi tu les connais pas.
    Pour les preferences polítiques d’Obenga, c’est son choix personnel. Mais ces preferences polítiques ne ternissent pas sa notorieté intellectuelle en tant Egyptologue de renommée, ni remettent en cause l’évidence de ses travaux sur l’histoire.

    En ce qui concerne Samba Dia Moupata, comme je l’ai dit dans la suite de mon commentaire, ce n’est pas la colonisation qui resoud ou allait resoudre les problèmes du Congo, mais une classe politique responsable. Je lui ai cité le Bostwana qui a obtenu l’indépendance en 1966, et qui est aujourd’hui 20 fois meilleur que tous les pays francophones Africains. Ce n’est pas le britannique blanc qui soigne dans les hopitaux làbas, mais parceque la classe politique du Bostwana investit dans le capital humain. Donc dire ce que tu dis que quand tu étais jeune ou Petit, tu étais soigné par les blancs à l’hopital A. Cissé et il yavait des pots de fleurs, bref du confort et qu’aujourdhui yen a plus làbas, c’est cautionner et accepter peut être sans prendre conscience, des pseudo théories scientifiques racistes et coloniales qui parlaient de l’inferiorité de l’homme Noir, ne pouvant égaler l’homme Blanc, et tu vas dans le sens que Samba Dia Moupata. Alors que c’est totalement faux, sans fondements Scientifiques et biologiques mêmes ces pseudo théories scientifiques racistes et coloniales evoquées ci dessus. Ce que les infirmieres blanches faisaient làbas, les infirmieres noires Congolaises peuvent le faire, si on investit en elles, s’il ya la meritocratie, il nya point de magie, les capacités cognitives du Noir et Blanc sont égaux. Si aujourdhui les hopitaux Congolais manquent em grand nombre le personnel soignant competent, c’est parceque la classe politique Congolaise est irresponsáble et n’investit point dans la Santé, ni l’éducation, mais si seulement si on le fait, il yaura des compétences à l’image de ces infirmieres blanches que tu évoques dont tu es nostalgique. Donc c’est une classe politique responsable qui resoud les problèmes et non la colonisation.

    Pour ton dernier point, pour ton infos, les historiens Congolais avaient été et sont déjà rassemblés depuis longtemps dans une organisation nationale, L’UNEAC(Union Nationale des Écrivains et Artistes Congolais). Bien que parfois un peu polítique, mais cette organisation travaille sur tout ce que scientifique et artistique(litterature, arts, Histoire, sociologie, etc…) avec les specialistes de chaque domaine. Sans compter les petites associations estudiantines des historiens. À la difference de l’école des annales que tu as evoquée qui travaillait rien que sur le courant de l’interdisciplinarité en histoire française, L’UNEAC rassemble tous les historiens de toute approche scientifique historique, l’objectif c’est écrire l’histoire Congolaise. Et pour ton infos, l’école des annales n’est pas responsable même de toute l’écriture de l’histoire française, c’est un courant qui a surgit dans les années 1930 avec Fernand Braudel, Marc Bloch, pour revolutionner l’histoire française dans la methodologie de lécrire(interdisciplinarité citée dessus), mais cette histoire était déjà écrite depuis longtemps, car bien avant eux(Braudel et Bloch), il ya eu Voltaire, et bien d’autres historiens qui écrivent sans être rassemblé dans une école.

    Donc tu comprendras que les historiens Congolais travaillent et écrivent mais comme je l’ai dit dans l’autre commentaire, les historiens Congolais peuvent écrire, mais c’est pas leurs tâches de dire aux gens de lire, ils sont pas lá à forcer aux gens de lire, c’est pas leurs jobs. Aux gens comme toi, de faire des recherches et de lire les historiens Congolais, de dire à tes enfants si tu en as, de faire des recherches sur les travaux des historiens Congolais.

    Comme l’a dit l’autre(Alexis Samba) dans son commentaire, je te conseillerai de faire des recherches sur les auteurs Congolais nouveaux, ils sont nombreux à publier des travaux éminents, et de t’actualiser, de lá, tu les connaitras, comme tu es des Sciences polítiques, voilà pourquoi tu les(historiens, auteurs Congolais) connais pas mieux. C’est aussi ça, construire la personnalité de base Congolaise que tu parles dans ton article, en se decolonisant et en promouvant les intellectuels Africains, car généralement et malheureusement chez beaucoup d’africains, ils prefèrent lire un auteur Occidental et detester un auteur Africain, ne pas le laisser decoller dans des travaux, ne pas le promouvoir en ne faisant pas la lecture des ouvrages de ces auteurs Africains ou Congolais, en les critiquant memes parfois sans fondements Scientifiques.

  14. samba Dia Moupata dit :

    Le pseudo Samba Axel , Obenga c’est la honte des intellectuels africains ,ce garçon a un destin judicaire ,ce dernier il a piloté le projet d’université Saint dénis à kintélé qui est tombé en ruine avec des milliards des Cfa engloutis , Obenga est réduit comme directeur du musée de la sorcellerie Mbochi N’golo n’doua près d’oyo . Cher frère visiblement vous êtes Mbochi défenseur infatigable de la barbarie de Sassou Dénis , la réalité est têtue ,sassou à démoli le pays sur tous les plans . Même Nianga Bouala Adoua ( Djo BILL) qui n’a pas fait d’études parle de l’avenir des Mbochis , car désastre sautes aux yeux .

  15. Samba Axel dit :

    Samba Dia Moupata, ton commentaire montre que tu n’a rien compris de mon commentaire et tu es hors sujet, il faut bien lire avec la raison avant de repondre avec les impulsions. Lorsque j’ai parlé de la poussée demographique, je parle dans le contexte colonial, que ladministration coloniale française nallait pas pouvoir resoudre les problèmes dês colonies si seulement si l’Afrique francophone actuelle en prenant compte la population actuelle et la population actuelle de la France metropolitaine. D’où je t’aí dit que ce n’est pas la colonisation qui allait resoudre les problèmes actuels du Congo mais plutôt une classe politique responsable doit les resoudre, à l’image du Bostwana. D’où sort de ton état d’aliené culturel. Donc jai demontré la responsabilité de la classe politique congolaise dans les maux du pays, et je l’ai fait en long et en large dans mon 1er long commentaire, le tout 1er commentaire de cet article. Cela étant dit, je miinise pas la responsabilité du pouvoir actuel au Congo, mais bien au contraire. Donc si tu pensais que j’étais du nord en comprenant mal mon commentaire, d’où tu as ecris le pseudo Samba Axel, donc pensant que suis du nord du Congo et je me passe pour un sudiste en prenant le nom de Samba, rires(tu m’a fais rire), tu te trompes lourdement, suis du sud, suis du Pool, Samba est mon nom veritable, suis pas du pouvoir mais suis un grand critique du pouvoir, je reconnais les maux infligés au peuple congolais par ce pouvoir, mais un critique responsable, pas un critique en parlant des choses en l’air. Evite de faire des jugements sur l’identité dês gens sans fondements, imaginaires dans ta tete. Pour obenga, je l’ai déjà dit, c’est son choix, que tu le qualifies de comment, c’est ton problème, la verité est qu’Obenga c’est Fon un intellectuel de renommée. Donc retiens le bien, c’est une classe politique responsable qui resoud les problèmes d’un pays et non un regime colonial, evite d’être nostalgique et aliené culturel. À bon entendeur salut!….

  16. Samba Axel dit :

    @pambou, samba dia moupata n’a pas raison en exaltant la colonisation, toi aussi, ne cautionnes pas des Thèses illusoires racistes et nostalgiques, pour accepter des théories de la supposée inferiorité du Noir, selon lesquelles, sans le Blanc, le Noir n’est rien, ce qui est totalement faux sans fondements scientifiques. Tout vient d’Afrique. Ce que les Occidentaux prennaient en Afrique étaient 50 fois superieur à la pacotille d’alimentation, qu’ils donnaient aux indigènes, que les nostalgiques pensent que c’etait de la vraie alimentation, qui sont en réalité des legendes des grands pères, sans preuves, du racontat, des illusions. Ce qui est lointain apparait toujours beau aux contemporains, en relation avec le present qu’ils vivent, parcequ’on oublie vite le passé, c’est un mecanisme psychologique.

  17. Samba Axel dit :

    Samba dia moupata, je veux ajouter que tu qualifies Obenga de comment ça n’a aucun impact, c’est une réalité qui existe que dans ta tête, c’est pas une verité objective. La verité est que Obenga est un intellectuel ayant fait ses preuves. Point final.

  18. Lucien Pambou dit :

    Désolé Axel samba
    La femme de Diouf est une petite sénégalaise et bien boire.seul senghor et Wade ont des femmes blanches

    Vérifie bien tes news
    1/Senghor
    2/Diouf
    3/Wade
    4/macky sall

  19. Lucien Pambou dit :

    Lire noire

  20. Val de Nantes dit :

    On assiste plus à la course à l’échalote qu’à l’analyse réelle des faits historiques presentés par l’auteur …
    @grd Pambou ,aux yeux duquel l’intellectuel congolais est plus théoricien que praticien ,trouve , au travers de cet article à charge ,un exutoire d’où échappent des fumées toxiques à l’encontre des intellectuels abrutis …
    Je salue l’analyse très pointue du prof @Alexis ,car il montre la dimension intellectuelle du personnage ….
    L’enfermement de cet homme par les colons est une métaphore de l’intelligence congolaise mise sous forme de serre aussi bien par le colon que par Sassou ,d’où l’état d’ensauvagement dans lequel loge notre pays .
    Les faits historiques évoqués par l’auteur n’aident pas à comprendre la situation dégradante dans laquelle se trouve notre pays , du moins , en partie .. ….
    Le sujet ,loin de répondre aux nombreuses problématiques que connaît le Congo ,n’honore pas les ressources humaines que détient notre pays .
    La réduction à l’état de sauvage de l’homme congolais ,quelqu’il soit ,c’est une stratégie subtile de l’auteur de fustiger l’ensemble des congolais ,dont il a toujours denoncé l’inefficacité intellectuelle ..
    La musique funéraire de l’auteur sur les intellectuels accusés de semoulisme béat ,prend ici ,l’allure d’un réquisitoire contre la personnalité de base ,concept abstrait dont les initiés du pambouisme ont compris le sens …
    À moins d’une alchimie miraculeuse entre le peuple et cet homme providentiel ,ce dont le Congo a réellement envie ,c’est l’offre politico- économique qui en réjouisse plus d’un congolais ,donc l’idée novatrice de laquelle tout partira ….
    C’est quoi la personnalité de base ,sinon l’homme politique congolais duquel surgirait le miracle congolais ..
    Chercher le parfait homme congolais est presque une hérésie ,car c’est des idées politiques et économiques dont nous avons besoin pour un Congo tourné réellement vers un pays construit sur des bases saines expurgées de toute passion hideuse .
    Ce passé colonial est passé ,il nous revient la charge d’inscrire notre pays sur des trajectoires institutionnelles innovantes laissant plus d’initiatives et d’audace aux congolais .
    Nous enjoliver un passé colonial pour nihiliser notre présent est totalement déprimant pour les plus dépressifs d’entre nous ,d’autant que les armes intellectuelles dont disposent ,à foison ,les congolais pourraient muer le Congo en un pays moderne …comme dit un adage « il n’est de richesses que d’hommes  » dixit
    Jean Bodin ….
    Pour être un bon ingénieur ,médecin etc ,il faut être sur le terrain ,ce dont le Congo s’est ethniquement privé .Et cela donne du grain à moudre à la rhétorique avilisante de l’auteur sur l’homme congolais tout court …
    Si vous n’exploitez pas l’intelligence ,vous récoltez l’aridité de votre idiotie …
    « Le Congo-pessimisme est une culture de reconcement au courage patriotique .. »
    Quelle est l’urgence du Congo ?
    Val de Nantes ,en pause ,depuis Bruxelles …

  21. Samba Axel dit :

    @Pambou, oui Diouf, j’ai bien vérifié mes infos, mais départ tu confondais que le Senegal a connu que 3 présidents, et c’est moi qui t’ai dit que le Senegal a connu 4 présidents et je les ai cité par ordre, donc  la liste que tu cites ne sert plus à rien, car je les connais deja. Donc ai l’humilité de reconnaître ton erreur, c’est cela l’honnêteté intellectuelle. En outre, à suivre ton raisonnement, tu croyais que seul Macky Sall était  des présidents sénégalais à avoir une femme Noire, toi même tu n’étais pas sur que Diouf avait une femme Noire, tu l’a su après. Bref, l’objectif était de montrer que c’est une aberration culturelle qu’un président Noir africain se marisse à une femme blanche dans un pays où la majorité est noire. Les raisons sont connues et deja evoquées ici en lon et en large.
    En outre, Pambou, si t’a pas trouvé ma réponse élégante vis a vis de Samba dia moupata, simplement parce que tu veux pas appeler chat par chat. Lorsqu’un Congolais exalte la colonisation parce que soit on mangeait bien-ce qui illusoire, croyant que c’est elle qui allait résoudre les problèmes du Congo au lieu de donner cette responsabilité à la classe politique Congolaise, c’est de la pure aliénation culturelle, et qu’il faut condamner fermement, en outre il faut traité cette personne d’aliéné culturel, pour qu’il soit éveillé. Et dire qu’il(samba dia moupata) a raison de dire, c’est cautionner les mêmes thèses, il n’a pas raison pour des raisons deja evoquées, des recits légendaires. Le débat est clos de ma part!

  22. Samba Axel dit :

    À pambou, dire ce qu’il(samba dia moupata) a raison de dire ce qu’il disait que sous la colonisation, les gens étaient soit disant mieux,  »qu’on vivait un peu mieux » en citant ta propre phrase, comme tu l’a répété, c’est cautionner les mêmes thèses illusoires et développer le syndrome de Stockholm, il n’a pas raison de le dire, pour des raisons déjà évoquées ci dessus, ce sont des récits légendaires de penser à cette vie idéale imaginaire coloniale. Le débat est clos de ma part!

  23. Lucien Pambou dit :

    Au Val de Nantes du 06/07

    Calme-toi frangin, je ne réponds aux insinuations malveillaantes de ton post du 6, je les laisse à la hauteur de tes remarques. Il n’y a pas de pambouisme en tant que doctrine. Le Pambou qui parle du passé utilise une méthode juste, historique pour la mémoire et pour l’avenir. Nous sommes incapables de construire un modèle de développement cohérent car nous ne connaissons ni la composition passée de nos organisations politiques, ni la composition des sols argileux, sablonneux et comme les utiliser. J’ai dans ma besace plein d’idées que l’on retrouve d’ailleurs dans mes articles, il suffit de fouiller, pour les développement politiques et économiques futurs de notre pays commun, le Congo.

  24. Val de Nantes dit :

    @Pambou grd ,
    Le pambouisme est une doctrine réseautale dont les initiés n’arrivent toujours pas à saisir le sens .
    Mon éducation m’interdit de m’asseoir sur le droit d’aînesse et je ne peux y déroger ,quelle qu’en soit l’épreuve …
    Quand j’ecris  » si vous n’exploitez pas l’intelligence ,vous récoltez l’aridité de votre idiotie « ,cette assertion se veut impersonnelle …
    Je sais très bien @mon grd les bornes de mon infériorité natale …
    Donc ,aucune insinuation de nature à gratter ce droit d’ainesse ….
    J’ai toujours pensé que l’explication réseautale dans les analyses pourrait dénaturer le contenu de vos judicieux commentaires …
    En cela ,je fais référence à Guillaume okclam dans sa théorie des rasoirs d’okclam :Pourquoui compliquer ,au lieu de simplifier  » …
    Merci ..

  25. Lucien Pambou dit :

    A VAL DE NANTES

    Pas de dithyrambe stp.je ne te parle ni de droit d ‘ainesse ni de respect oratoire mais de debattre seulement et d ‘accepter en repondant que l on ne puisse pas etre raccord avec toi comme on le dit de facon rapide

    Nous avons beaucoup de chances d avoir un site qui ne cadenasse pas la pensée mais qui nous demande la courtoisie et c ‘est bien ainsi. Cela ne veut pas dire que tu ne l ‘as pas ete à mon egard. je profitais de cette situation pour rappeler une serie de regles de bienseance qui souvent sur ce site ont tendance à se perdre
    bonne fin de soirée a toi Val de Nantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.