SASSOU-NGUESSO DENIS NOMMÉ DIRECTEUR DE LA SÉCURITÉ D’ÉTAT, LE 18 MAI 1973

Diffusé le 13 juillet 2020, par www.congo-liberty.com

Le Président Marien Ngouabi nomme 3 membres de son ethnie, Yhombi-Opango Joachim, Sassou Denis et Ebaka Jean-Michel, aux postes stratégiques de l’Armée et la Police (9 novembre 1969)

Le président Marien NGouabi promut au grade de colonel Yhombi-Opango et Sassou-NGuesso Denis au grade de commandant, le 24 janvier 1973

Sassou-Denis est promu Capitaine de l’armée, le 10 septembre 1968, par le 1er Ministre provisoire Alfred Raoul

Sassou-Denis est promu Lieutenant de l’armée, le 23 août 1963, par le 1er Ministre Alphonse Massamba-Débat

Le réserviste Sassou Denis promu au grade de sous-lieutenant le 15 juin 1962, par le Président Fulbert Youlou

Ce contenu a été publié dans Les articles, Les Dossiers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à SASSOU-NGUESSO DENIS NOMMÉ DIRECTEUR DE LA SÉCURITÉ D’ÉTAT, LE 18 MAI 1973

  1. Lucien Pambou mKAYA mVOKA dit :

    la connaissance du RESEAU POLITIQUE CONGOLAIS PAR DENIS N SASSOU NGUESSO DATE DE SA NOMINATION EN TANT QUE DIRECTEUR DE LA SECURITE D ‘ETAT

    Merci encore a congo liberty de nous offrir des decrets- lois ou autres documents historiques qui nous permettent de remonter le chemin historique de la vie politique congolaise et de comprendre en expliquant la vie politique actuelle

    Sans etre un exegete de SASSOU car sur ce site c’est plus l ’emotion négre qui domine au depend de la raison hellene pour reprendre l expression discutable de Leopold Sedar Shengor, on peut noter que la connaissance intime par Sassou des regions , et des hommes politiques date de cette époque des annees 1960/1970

    Le President Sassou a toujours ete percu comme un acteur militaire qui n avait de legitimite que par rapport a Marien N’gouabi fondateur du parti congolais du travail.

    LA RESERVE quasi mutique de Sassou dans l espace politique de l ‘epoque afait dire de lui et a tort qu il n ‘etait pas interesse par la vie politique

    Erreur strategique enorme, tel un serpent tapi et endormi au soleil il dormait d un oeil et observait toutes les turpitudes d ‘une societe civile politique et militaire plus preoccupee par les places et les privileges et les assassinats de massoueme de matsokota et de pouabou

    Pourquoi rappeler ces faits que d ‘aucuns ne souhaitent pas voir exhumer pour decrire le RESEAU POLITIQUE congolais

    Le Reseau politique congolais est anterieur a SASSOU qui va le transfomer a sa main apres avoir acceder aux affaires en 1979 avec l aide de jean pierrre thysthere tchicaya contre YOMBHI P resident du CMP et de la République.jean pierre thysthere trop intecllectuel trop ideel et trop peu pragmatique a ete evince du reseau avant d y revenir en rampant et en demandant pardon a Sassou.

    Quel renversement de situation pour celui(Sassou) que la classe politique traditionnelle considerait comme peu important avec un regard condescendant

    Au sein du nouveau RESEAU POLITIQUE Sassou comprends tres vite pourquoi il faut etablir un SAS de contradictions entre les impetrants candidats membres du reseau.Toute la classe politique actuelle ou celle qui se trouve dans l opposition a travaille avec le President SASSOU.

    VOICI Les lineaments de la constitution du reseau au congo que certains sur ce site ne veulent pas voir en face se contentant par facilite d attaquer SASSOU ALORS QUE
    qu ‘une grande partie de l opposition a/et mange la meme soupe avec le President actuel

    Le probleme et je termine est que le reseau par entropie et consanguinite en termes de reproduction politico sociale n ‘a pas de vue strategique a long terme pour le developpementdurable du Congo et pour le bonheur des populations congolaises

    les elections presidentielles de2021 arrivent a grands pas , les politiques congolais sauront ils se departir du RESEAU POUR REGARDER LE CONGO dans sa vastitude et son integralite.

    Mais encore faut il pour cela un programme avec deux ou trois priorites clairement identifies et financés et une methode pour le futur quinquennat

    La question fondamentale est celle des hommes et des femmes( anciens? nouveaux? ANCIENS/NOUVEAUX) qui ,seront au coeur de ce nouveau projet demarrant en 2021

  2. samba Dia Moupata dit :

    Marien Ngouabi en signant ce décret tribaliste du très médiocres Sassou Dénis . Signe son propre acte de décès . En effet Sassou proche de Ngouabi devient l’intimité de Marien Ngouabi puisque nouveau patron de la sécurité territoriale et ministre de la défense , profitant d’une crise dans le couple Marien et Céline . Sassou va entretenir une relation sécrète avec Céline Ngouabi jusqu’à la naissance d’une fille la pseudo Dominique Ngouabi ,que j’avais vu il y’a quinze ans à BLOIS dans la famille de Céline ,c’est là où je me suis rendu compte de la supercherie cette fille est la photocopie crachée de sassou Dénis .Ngouabi appréciait beaucoup le côté cynique assassin de Sassou Dénis , mais je pense qu’il a moins apprécié quant sassou lui coupe la carotide . En réalité Marien Ngouabi fut sauvagement assassiné par sa propre médiocrité .

  3. Lucien Pambou dit :

    Tiens tiens
    Voici des faits qui organisent le début d e explication de l existence du réseau réel
    On attend les éléments féconds pour une critique ou une demonstrationcontradictoire du reseau
    Espérons que les vacances ne soient un obstacle à la réflexion critique

  4. Ntika dit :

    Monsieur Lucien Pambou vous parlez du réseau réel? Pourquoi ne palez vous pas de la mafia directe, au lieu de nous nous parlez à tou moment de réseau.En prenant comme collaborateur direct , Sassou Nguesso et fesant de celui- ci directeur de la sécurité territoriale et ministre de la défense , Marien Ngouabi avait commis une erreur monumentale dont tout le peuple Congolais paie ammérement.Sassou Nguesso qui ‘est pas vraiment congolais et qui se sent comme tel, est l’énnemi réel du Congo, du peuple congolais.

  5. Lucien Pambou mKAYA mVOKA dit :

    La notion de reseau n est pas une invention de ma part cher Ntika et je vous laisse la liberte de le qualifier de mafieux comme vous dites.Vous en avez le droit surement sur la base d informations et de preuves ecrites que je n ai pas.On peut avoir un ressenti mais le ressenti ne remplace pas la preuve. Au fait jean marie michel Mokoko qui est emprisonne aujourdhui est un membre eminent du réseau politique congo

    CETTE APPARTENANCE DE MOKOKO COMME DE OKOMBI SALISSA AU RESEAU FONT ILS D EUX DES MAFIEUX? JE VOUS LAISSE REPONDRE MAIS POUR MA PART ET SUR LA BASE D UN RESSENTI JE PENSE QUE NON ET QUE L ANALYSE DU RESEAU EST BEAUCOUP PLUS COMPLEXE MALGRE SON APPARENCE SIMPLE

    Le réseau est un outil analytique qui peut etre applique a n importe qu’ elle organisation qu elle soit mafieuse, criminogene , d affaires,ou d ‘anciens etudiants.on parle aussi de reseau social ou de reseau electrique.

    il s agit dans tous les cas de voir comment les differents poles du reseau s organisent et convergent vers le pole central le coeur nucleaire du RESEAU

    Le réseau politique congo dont il s ‘agit ici a vocation a aller au dela du clan SASSOU identifie mais qui englobe une partie de la classe politique qui se cache aux yeux de la population, qui profite des privileges et qui est pret a retourner dans la societe civile au cas ou les choses iraient mal en se parant des vertus de virginite politique.

    C’est vrai tout n ‘est pas discible et nous congolais petris de culture hypocrite comme nous avons ete eduques par et dans laculture francaise preferons faire semblant et mettre la poussiere sous le tapis.

    Denis Sassou N GUESSO n ‘a pas besoin de pambou pour justifier ses actions en tant que president depuis 35ans de pouvoir et encore moins faire de moi son porte parole

    En revanche en tant qu analyste politique de mon pays j ai droit à la parole et vous aurez noter a la difference de certains sur ce site qui se camouflent sous et dans des pseudos et des anonymats j assume a decouvert ce que je dis et a la difference de certains j e n insulte ni les membres de la majorite GOUVERNEMENTALE dont SASSOU NI LES MEMBRES DE L OPPOSITION PAR EDUCATION ET PAR VOCATION ETHIQUE SANS COMPROMISSION.

    Un manieur d idees car je n ai pas la vocation d etre un intellectuel n ayant construit aucune oeuvre on n insulte pas on demontre.

    Mais dans notre culture congolo francaise c’est complique d avoir cette neutralite axiOlogique au sens du sociologue allemand Max Weber

    Ces membres du reseau font partie de la classe poiltique pour certains de l opposition qui ont travaille et qui continuent de travailler avec SASSOU

    VOILA NTIKA
    le concept de reseau elargi a partir du concept de clan.Un clan ne dirige pas tout seul comme vous dites et je complete que lorsqu il a des affides serviles

    Merci de me donner l ‘occasion de rendre un peu plus audible un concept qui semble facile simple mais tellemnt complexe des lors qu il s agit de l analyser meticuleusement

    Je rappelle auusi que le reseau politique congolais n existe que par ses accointances avec la partie internationale du reseau forme par des financiers investisseurs amis

    Voici NTIKA , voici le reseau en marche. Fermes les yeux ,respires et tu saisiras mieux les problematiques de consanguinite et d’endogamie dans le reseau congolais

    Le réseau existe en dehors de moi, mais je le rends dynamique pour expliquer la situation politique congolaise qui ne se decline pas seuleument en noir et blanc, a savoir les impurs et les purs

    Et n y voyez surtout pas dans ma derniere remarque une proposition discriminante en fonction du phenotype
    Bonne Soirée et bonne meditation

  6. Prof. Alexis Samba dit :

    Citation :
    « Comment l’organisation sociétale en Afrique est-elle tombée dans le bas-fond de la médiocrité des présidents assassins, et dans l’oubliance des valeurs de la Maât ? D’où vient que les acteurs politiques en Afrique se constituent en bande de destruction massive des peuples ?
    Pareilles questions interrogent vers l’héritage de la colonisation européenne en Afrique. Comment l’organisation sociétale en Afrique est-elle tombée dans le bas-fond de la médiocrité des présidents assassins, et dans l’oubliance
    des valeurs de la Maât ? (…) Au moment de constater que le modèle européen ne pouvait s’appliquer qu’en se soumettant à la règle du syncrétisme, comme tout autre emprunt, l’Etat africain découvrait les limites de son autonomie économique et politique, il échouait dans sa volonté de maintenir ou de fonder les cohésions « nationales » et de susciter la participation populaire qui le justifiait. Faute de celle-ci, sa légitimité ne pouvait avoir d’autre appui que la puissance des anciens Etats coloniaux. Dans cette occurrence, de nombreux dirigeants, affrontés à de multiples conflits intérieurs et à des oppositions de plus en plus
    vigoureuses ont redécouvert les mérites de certaines structures traditionnelles et se sont efforcés de greffer une autorité devenue fragile sur cette souche encore solide. C’est ainsi que la conscience « ethnique se transformait en ethnisme et s’affirmait comme force politique de premier plan. Ce processus, souvent considéré trop exclusivement comme un fait de continuité avec le passé, résultait au contraire de l’échec de l’Etat moderne. Cet échec était dû tout autant à l’abandon des perspectives centralisatrices initiales qu’à la forclusion des réalités sociologiques. D’une part, en effet, la machine administrative, les instances d’autorité et de représentation se sont trouvées souvent investies par les membres de certains groupements, à l’instigation des gouvernants ou en raison de pratiques népotiques difficiles à dominer en Afrique noire. D’autre part, gouvernants et administrateurs ont souvent confondu les intérêts de l’Etat avec ceux de certaines régions, ethnies ou autres formations. Très souvent, la prise en main de l’appareil administratif a entraîné la constitution d’un rapport asymétrique, maintenu par la force, entre l’«ethnie » au pouvoir et les autres. Ainsi se sont crées des clivages nouveaux, nés de la conjoncture moderne et souvent très différents dans leurs caractères des clivages « ethniques » traditionnels, puisque déterminés par l’existence de l’Etat.
    D’essence coloniale, l’Etat contemporain en Afrique a été souvent analysé dans la perspective évolutionniste, héritière de l’idéologie de la mission civilisatrice et de l’anthropologie du sauvage. Largement inspiré du modèle occidental, le pouvoir politique africain moderne est le résultat d’une « fusion » et non d’une simple continuité de l’expérience précoloniale des politiques. Une fusion entraînant une confusion des pouvoirs
    (…)
    Des Etats qui ne sont pas le résultat d’une nécessité interne, totalement dépourvus de substrats historiques. Des Etats qui ne se justifient que par la contrainte coloniale. En guise d’exemple, l’éclatement de la fédération du Mali était en partie dû à une forte inquiétude des dirigeants qui redoutaient une évolution politique imprévisible sans l’appui de la France.
    Un peu partout l’inquiétude était installée, des groupes ethniques qui avaient fait bloc dans la lutte anti colonialiste, ont exigé des garanties, voyant venir une indépendance qui risquait de les exclure et de remettre en cause leur avenir. L’Etat sera contrôlé avec fermeté, dureté et méchanceté, avec la jalousie comme règle. Le principe de la citoyenneté abstraite enseigné par l’Europe, se heurte à l’esprit clanique et familial et bientôt il sera enfoui dans les profondes réalités de la société africaine. »
    Boundja, C., BANTUCRATIE. La théorie politique pour le temps qui vient. Paris, l’Harmattan, 2019, p. 49-52.

  7. Val de Nantes dit :

    Je préfère voir la situation politique de mon pays et en analyser les soubresauts en empruntant la formule de Kant « sapere Aude  » ,qui veut dire  » oser utiliser votre entendement ‘…ou n’aies pas peur de savoir « .
    Mon impression se base sur des faits posés par ces acteurs politiques dont les ambitions se bornent à la seule appétence à la domestication des richesses nationales .
    D’autres justifications de nature à complexifier une intention maléfique contre le pays me semble dérisoire ….
    L’intention politique et les agissements qui s’en suivent sont à trouver dans une approche purement criminelle de la gestion du pouvoir .Nulle inconséquence morale et ésotérique ne saurait expliquer un comportement a – patriotique doublé d’une inconscience de soi .
    Il va de soi que les dogmes théologiques , mythiques ne peuvent porter la lourde responsabilité des crimes contre l’humanité et surtout au nom d’une mauvaise interprétation de la pensée de Machiavel ..
    Je me débarrasse , de par mon entendement ,de ces rhétoriques fumentiques ,qui cachent le fondement réel de la cruauté de l’homme politique congolais qu’est Sassou ..
    L’excuse d’un enrôlement idéologique ,dont l’initié aurait dû mal à maîtriser les tenants et les aboutissements ,ne trouve pas grâce aux yeux des congolais …
    S’il est un domaine où l’empirisme triomphe sur le savoir théorique est bien celui de la politique …
    Les faits politiques que pose sassou sont d’ordre du savoir empirique ,car ils sont atteignables par la simple observation ,notamment ,par un sens organique qu’est la vue ….

  8. Lucien Pambou dit :

    AU PROF Alexis Samba/ des Etats africains constitues de facon reseautale et ethnicites ce qui conduit au collapsus , a la contestation comme c ‘est le cas actuellement au Mali

    D’accord a cent pour cent avec votre analyse.on peut la prolonger en s appuyant sur elle pour expliquer l instabilite chronique actuelle de la plupart des ETATS africains francophones en collapsus.

    IL SUFFIT de voir ce qu il se passe actuellement au MALI OU IBK apres les accords D ALGER est incapable de regler les problemes maliens( surtout au nord du pays) qui traversent toute l ‘AFRIQUE FRANCOPHONE SOUS fond d’ethnicisme reseautal domine par la corruption, les reglements de compte au sein du reseau la mauvaise gouvernance et le detournement des fonds .On peut rajouter la faiblesse de l armee malienne a defendre le territoire malien face aux djihadistes malgre l apport de la France.
    on note de facon subtile que l imam DIKO VEUT BOUTER DEHORS IBK pour prendre le pouvoir en installant( UN POUVOIR ISLAMISTE) au nom de la lutte contre la corruption
    .Le mouvement du 5 juin actuel est une denonciation du reseau actuel pilote par IBK ET SES AFFIDES QUI SE CONTENTENT DE GOUVERNER POUR EUX MEMES ET LEURS PRIVILEGES AU LIEU DE LE FAIRE POUR TOUS LES MALIENS.

    La dissolution de la cour constitutionelle est une manoeuvre de ibk maitre du reseau malien pour esperer rester au pouvoir.La liberation des meneurs de la revolte est une soupape de respiration du reseau ibk pour garder la main

    ON voit ici les limites de gestion d un pays à partir du reseau, cela se traduit toujours par la mauvaise gouvernance et par la preference des privileges des membres du RESEAU

    DONC cela conduit a des renversements d alliance au sein du reseau comme DIKO L IMAM ACTUEL DEVENU OPPOSANT A IBK ALORS QU IL LUI AVAIT APPORTE SON SOUTIEN EN 2013.
    C est complexe le reseau quand tu nous tiens.

    vous avez dans le cas du MALI LES CONTRADICTIONS AU SEIN DU RESEAU.
    NOUS sommes en presence d une realite qui se construit devant nous sur les avantages et les inconvenients du RESEAU. IBK EST DEPASSE PAR LE RESEAU DONT IL EST LE MAITRE; un maitre deborde par un ETAT et une SOCIETE EN COLLAPSUS( au sens de faillite)
    BOnne lecture et bonne reflexion

  9. Val de Nantes dit :

    La criminalité envers ses propres compatriotes et l’incompétence notoire dans la gouvernance de la « res publica « s’expliquent par l’iinaptitude congénitale de celui qui pretend diriger au nom d’une certaine conspiration dogmatique internationale .
    La défaite de la pensée africaine ,et notamment congolaise , est – elle consubstantielle , à la francophonie ?
    Analyser ce problème sous ce prisme ,c’est voir le verre à moitié plein …
    C’est l’homme congolais qui est au centre de nos diverses analyses po!tiques ,et sa responsabilité est engagée et c’est le peuple qui ,quoi qu’il ait fait , sera le juge final de toutes ces actions qu’il aura posées ….
    Bien des pays africains ont brisé la chaîne de l’endoctrinement ,de la tutélaristation des esprits , de l’habillage moral ,pour bâtir des nations assises sur des modèles démocratiques respectant l’humain …
    Quand on pratique le sollipsisme politique , on réduit la nation à sa simple chosification …
    De ce point de vue ,Sassou en est le piteux exemple …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.