Jean-Marie Michel Mokoko : Évacuation sanitaire ou kidnapping politique ?

S’il ne s’agit pas d’un kidnapping politique en bonne et due forme, déguisé en évacuation médicale, les conditions controversées et peu transparentes du voyage vers la Turquie du Général Jean-Marie Michel Mokoko, leader naturel de l’opposition, y ressemblent beaucoup, et pour cause !

 Après plus d’un mois d’agonie, et soumis aux caprices du dictateur Denis Sassou Nguesso, le plus célèbre prisonnier politique congolais, Jean-Marie Michel Mokoko, candidat à la présidentielle de 2016, est arrivé le jeudi 30 Juillet à Ankara, en Turquie, pour y recevoir des soins appropriés, ont annoncé ses avocats et sa famille. D’abord annoncé pour le 27, le voyage n’a cependant pu avoir lieu que le 30 juillet, avec des rebondissements qui interpellent tout observateur de la scène politique congolaise. En l’occurrence, le débarquement au tout dernier moment et pour des raisons encore inconnues du médecin personnel qui devait accompagner le général prisonnier reste sans explication logique, entendu qu’il avait obtenu toutes les autorisations d’usage pour accompagner son malade.

Incarcéré dans la très insalubre et triste maison d’arrêt de Brazzaville (une lugubre bâtisse datant de l’époque coloniale), depuis plus de quatre années, sans possibilité de voir régulièrement la lumière du jour, le général Jean-Marie Michel Mokoko, 73 ans, ancien chef d’état-major des forces armées congolaises, a vu sa santé se détériorer très rapidement au début du mois de Juillet. L’admission dans ce centre hospitalier n’a cependant pas apporté de changements significatifs à la santé de l’opposant congolais, au contraire. Et entre spéculations et intox, l’opinion congolaise ne savait plus à quoi s’en tenir.

 Un accès paludéen combiné à l’hypertension artérielle, selon son médecin personnel, serait la cause de la maladie. Ceci a fini par inquiéter sa famille et les organisations de la société civile congolaise, qui ont fait un battage médiatique pour que le gouvernement de Brazzaville pense à une évacuation sanitaire de son encombrant prisonnier vers un pays mieux nanti en infrastructures et services médicaux.

 Tout semble indiquer qu’il y a eu des négociations par représentants interposés entre le prisonnier politique Mokoko et son bourreau, et surtout que, malgré son affaiblissement physique, Jean-Marie Michel Mokoko a pu trouver assez de ressources morales et psychologiques pour continuer de refuser de reconnaitre la victoire du président de fait, monsieur Denis Sassou Nguesso aux élections de 2016. Le contenu complet de ce deal n’a pas été rendu public par les autorités gouvernementales de fait, mais l’on sait au moins avec certitude que la famille du général Mokoko a été reçue par monsieur Sassou, pour s’entendre annoncer qu’il avait accepté leur demande de voir leur parent aller se faire soigner à l’étranger. Et la Turquie est la destination de ce voyage à très hauts risques pour cet homme certes digne, mais seul dans le sort qui l’attend au bout de ce voyage vers l’inconnu, quel qu’en soit le résultat final… Jusque-là, on pourrait dire, rien de troublant dans un pays dirigé par une autocratie quasiment médiévale, où tout passe par l’omniprésent et omnipotent président et chef de l’état de fait.

Cependant le choix de la Turquie ne nous semble pas anodin. La Turquie vit en effet sous un régime autocratique est de plus en plus un pays autocritique depuis l’arrivée de monsieur Erdogan au pouvoir. L’opposition parlementaire du pays se plaint du reste des méthodes antidémocratiques autocratiques du gouvernement de monsieur Erdogan. Il se trouve que ce régime est devenu depuis quelque temps un allié du régime sévissant chez nous, à Brazzaville, qui a du reste acheté récemment du matériel militaire pour plusieurs millions d’Euros. D’autre part, et en termes de géopolitique africaine, voire mondiale, la Turquie ne cache plus son soutien à l’une des factions du bourbier libyen. Son aviation et des mercenaires djihadistes ramenés de Syrie par le gouvernement d’Ankara sont en action en Libye, en soutien au gouvernement basé à Tripoli. Or, il sied de rappeler que le dictateur congolais avait pu se faire nommer haut représentant de l’Union Africaine dans le dossier libyen, et Sassou, « bombardé » président de la Commission de l’Union Africaine pour la Libye, mais se trouve depuis lors littéralement ignoré par les puissances occidentales et la Russie dans ce dossier inextricable. Faute de mieux, qui sait si notre dictateur national ne nourrit pas le rêve de se coller à Erdogan pour pouvoir finalement s’asseoir sur la table des grands le moment venu… Or, dans ce dossier libyen, la Turquie se trouve dans le camp opposé à la position de la France, l’ancien et maintenant peu sûr allié françafricain du dictateur congolais. Et monsieur Sassou qui sait très bien que Paris et Ankara ne filent pas du bon coton, semble avoir profité de cet état de fait pour négocier un accord avec la Turquie, pour y envoyer se faire soigner le général Mokoko, de fait son prisonnier “personnel”, comme il se dit du reste à Brazzaville.

En l’absence de toute transparence dans ce dossier polémique, les rumeurs les plus alarmistes tiennent lieu de bulletin d’information sur la situation du général. Certaines de ces rumeurs affirment par exemple que les médecins turcs accompagnant l’opposant congolais auraient reçu mission de l’éliminer au cours du voyage vers la Turquie, en prétextant que le patient aurait succombé à la crise de paludisme doublée d’une crise d’hypertension dont il souffrait bien avant même son incarcération. Fantaisistes sans doute, et faute d’une meilleure maitrise de l’information sur cette saga Mokoko versus Sassou, ces spéculations ont comme conséquence immédiate une situation de pessimisme au sein de nombreux secteurs de l’opinion congolaise. Mais il y a aussi des optimistes qui encouragent les Congolais de la diaspora à se mobiliser comme un seul homme, pour mettre la pression sur la Turquie. Les communautés diasporiques congolaises peuvent de ce fait organiser des actions civiques devant les représentations turques dans leurs pays de résidence, en Europe, en Afrique et en Amérique du Nord, pour interpeller le gouvernement de monsieur Erdogan afin qu’il respecte les conventions internationales sur les prisonniers d’opinion, auxquelles elle est signataire. Ajoutés aux incertitudes au sein de l’opinion nationale, puis aux atermoiements de dernière heure du régime Sassou, dont il avait résulté le report du départ de jean-Marie Michel Mokoko, les derniers développements au moment de son départ, et surtout la rumeur relative au débarquement de son médecin traitant, donnent à ce voyage vers l’incertitude un air de déportation du célèbre prisonnier politique congolais vers une autre forme d’incarcération, cette fois aux bons soins du régime turc, le nouvel allié du dictateur congolais. 

Mathieu Baliele Bakima

Diffusé le 01 aout 2020, par www.congo-liberty.com

Les Biens Mal Acquis ont poussé le dictateur Sassou Nguesso à faire le choix de la Turquie !

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Jean-Marie Michel Mokoko : Évacuation sanitaire ou kidnapping politique ?

  1. Pia dit :

    Certes  » tout semble indiquer qu’il y a eu des négociations par représentants interposés entre le prisonnier politique Mokoko et son bourreau, et surtout que, malgré son affaiblissement physique, Jean-Marie Michel Mokoko a pu trouver assez de ressources morales et psychologiques pour continuer de refuser de reconnaitre la victoire du président de fait, monsieur Denis Sassou Nguesso aux élections de 2016″, le dictateur , sanguuinaire Sassou Nguesso ne sort pas grandit de cette affaire. Pourquoi pas la France, le Maroc ou Afrique du Sud pour envoyer le général Mokoko d’aller se faire soigner ? En tout état de cause, les choses s’annonce bien claires que le systeme de santé est bien défaillant au Congo dirigé par le tiran, semi illétré Sassou Nguesso et qu’ il y a des prisonniers politiques au Congo. Et le dictateur genocidaire celui ci dépend aussi largement des ordres de l’ extérieure, du président de la France. Il faut encore donner raison à l’auteur quand il écrit: »Les communautés diasporiques congolaises peuvent de ce fait organiser des actions civiques devant les représentations turques dans leurs pays de résidence, en Europe, en Afrique et en Amérique du Nord, pour interpeller le gouvernement de monsieur Erdogan afin qu’il respecte les conventions internationales sur les prisonniers d’opinion, auxquelles elle est signataire.  » On sait pas ce que sont convenus,Sassou Nguesso et monsieur Erdogan, qui sont depuis un certain sellée une alliance suspecte allant contre les droits internationaux, les droits de l’homme dont les les peuples de la Libye et du Congo, notament ceux du Pool risque de payer un lourd tribu?
    Sassou Nguesso est un criminel, un terroriste génocidaire né qui est prèt à fait du mal aux prisonniers politiques, aux gens, aux peuples pacifiques.

  2. Val de Nantes dit :

    Comment un va – nu pieds peut il emmerder tout le monde ,sous le prétexte de détenir sous ses pieds l’or noir nvilien ?
    Il eût été encore tolérable qu’il en soit originaire ,mais si comportement politique est un pied de nez à toute la communauté humaine .
    On eût dit un « Hitler congolais juché sur des tonnes des barils de pétrole déployant toute sa puissance de nuisance à qui veut l’entendre .
    Faudra il encore démontrer le caractère timocrate de ce régime ?
    Seul le destin à la Kurunziza peut sauver le Congo de cette folie de grandeur sassoufolesque
    Le Congo n’en peut plus de ce covid d’oyo délivrant des billets de vie et de mort aux congolais .
    Ce covid d’oyo ,dont le vaccin se trouve dans les mains des français ,doit disparaitre pour la bonne entente entre le Congo et le France .

  3. Supercherie & Tentative Effrénée de Manipulation Ridicule Depuis 1963 dit :

    Venez voir les comédiens:
    « Jean-Marie Michel Mokoko, leader naturel de l’opposition »!!! ???

    Pauvres oiseaux!
    Allez-y donc manifester vous seuls librement n’importe où. N’y melez surtout pas le peuple kongolais dans vos histoires de familles en haut de la hampe.  »Sassoufit pas? »

    LIMITED

  4. Val de Nantes dit :

    Lire ,mais ce comportement politique .
    Difficile d’imaginer une situation dictatoriale ,après la conférence nationale et le printemps arabe ayant tué dans l’œuf des dictatures féroces installées dans le Maghreb et dans certains pays africains .
    Le Congo en fut absent du simple fait de sa possession téléginique de l’or noir ..
    Les conséquences de cette absence démocratique se paient en milliers de morts et d’évasion des finances publiques vers les paradis …
    Difficile de penser qu’un jour ,après Lissouba que le Congo se retrouve dans une position chaotique qui dépasse l’entendement .
    Difficile d’imaginer qu’un jour ,le Congo sera la boutique familiale d’un clan assoiffé de sang ,d’argent pour oser diriger ce Congo sous le prisme trompeur de l’unité nationale .
    Sassou a réussi à déconstruire le pays pour des raisons exclusivement financières résultat d’une revanche sociale ruminée depuis sa pauvre jeunesse et familiale .
    Qui l’aurait cru ,qu’un étranger usurpateur de l’identité congolaise puisse mettre à genoux toute la nation congolaise ?
    Cette période politique dantesque marquera â jamais le subconscient des congolais ,car les dégâts proteiformes y afférents sont presque imprescriptibles ..
    L’acharnement à s’accrocher au pouvoir volé au peuple congolais relève d’une pathologie inguerissable ..
    On ne se guérit pas de ses propres démons ,mais c’est au temps que revient le dernier mot ..
    Sassou a outragé l’homme congolais , l’âme congolaise dans ce qu’il a de noble ,de mystique .
    Conceptualiser le pouvoir politique dans les termes d’un gibier pris dans un filet est de l’ordre de la folie tout court …
    Seule l’histoire politique congolaise sera le véritable juge des actes posés par Sassou contre notre pays ..
    Le temps engendre la finitude et se prend toujours un malin plaisir à signifier au récalcitrant l’érosion de ces actes ..
    In fine , la victoire aura un nom « Le Congo « .

  5. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    J3M MOKOKO SAUVE EN TURQUIE: « SASSOU DÉGAGE » PASSERA T-IL PAR DES NÉGOCIATIONS A RISQUE POUR LE PEUPLE? https://www.youtube.com/watch?v=rjdiYtdnWR0

  6. samba Dia Moupata dit :

    Que Mokoko ne soit plus aux mains du barbare fou d’oyo est déjà une bonne chose . C’est à nous de redoubler d’efforts pour que Le général rejoigne La France . A ce jour c’est le seul vrai opposant à Sassou . Qui a dit je cite un chef paresseux ,voleur et tribaliste ne peut amener le pays qu’à la banqueroute comme c’est le cas aujourd’hui . Chers compatriotes certes certains parlent d’un kidnapping , mais pour moi c’est une avancée considérable . Mokoko reste l’homme providentiel pour diriger la transition congolaise vu le désordre qui règne dans le pays .

  7. Anonyme dit :

    Il me reste plus qu’à deporter le Pool en Turquie. Le Congo pourra enfin vivre en paix.

  8. maclintoch dit :

    Mes chers internautes , le choix de la turquie est bien calculee pour differentes raisons:
    1-en turquie, il y a peu de congolais, donc il n y aura pas des attroupements et manifestations devant l’hopital comme cela se ferait en France, Maroc, Afrique du Sud …
    or cela n est pas une bonne nouvelle pour les proMokoko parce que la foule peut meme influencer les decisions des gens qui sont contre vous.
    2-Pour la juste flatterie, question de revaloriser le systeme de sante turc, ce qui va renforcer les relations diplomatiques entre Ankara et Brazzaville.
    3-Pour redorer le blason, en 2021 le Congo va avoir les elections et donc evacuer ce prisonnier est un point important tant bien au niveau national qu’international.
    4- Pour s’en debarrasser, dans le pire des cas, il serait mieux pour le regime que ce prisonier meurt hors du Congo qu’au Congo , parce que le gouvernement aura le temps de preparer le citoyen congolais sans trop de grabuges aucun.
    Bref il y a trop de raisons dans ce dossier, tout est possible et la vraie verite n’est connue que de Sassou Nguesso.

  9. Val de Nantes dit :

    @maclintoch.
    Grosse validation .
    Ce choix n’est pas anodin ,car il répond à un souci présidentiel ,qui ne cesse de tarauder la tete du dictateur ,propriétaire exclusif du Congo .
    Si l’on en croit les propos rapportés par la famille de Mokoko ,au sortir de leur entretien avec Sassou. on peut clairement dire que ce Congo est parti pour connaître des jours de plus en plus invivables ..
    Pendant que certains présidents quittent leur fauteuil ,Sassou en redemande davantage montrant son cynisme congénital envers ce pays qui l’aura reçu en apatride …
    Voilà un pays brisé dans sa chair du fait de la volonté immonde d’un malade du pouvoir sanguinaire .
    Que peut il encore donner aux congolais ,ce qu’il n’a pas osé faire pendant plus de 35 ans au sommet du pays ?
    On douterait de la fiabilité de sa psychologie au regard des actes dont il se rend ,sans scrupules ,responsable …
    C’est un cas freudien dont surgirait un dysfonctionnement mental aux conséquences très dramatiques sur le vivre ensemble …
    Erasme aurait dit : éloge de la folie Sassouiste ; »il manquerait celle de Dionysos pour faire la complétude ..

  10. Val de Nantes dit :

    Avec Sassou au pouvoir. c’est la libanisation du pays .Le Congo a ,en partage ,avec le Liban ,la malédiction politique .
    La trajectoire politique du Liban ,semée de chaos économiques ,ethniques ,humains ,et de catastrophes technologiques ,ressemble ,comme sœurs jumelles ,à celle du Congo sous Sassou ….
    La faillite des élites et du personnel politique s’explique par l’absence des grandes idées structurantes ,à commencer par la conception idéale d’une institution idoine .
    Si vous adorez des vieilles chimères qui mangent ses propres enfants ,la question qu’on est en droit de poser si réellement vous poussez la réflexion politique ,au delà de la limite de votre raisonnement raisonné ?
    Si vous adorez encore cette vieille chimère qu’est la fonction présidentielle ,c’est faire preuve de l’oubli de l’oubli ..
    Explications :
    Le premier oubli sur les effets nocifs de cette fonction ,c’est le caractère ethnique qu’il véhicule .
    Le deuxième oubli , ce sont les dégâts humains ,économiques qu’il génère du fait institutionnel .
    C’est le deuxième oubli qui représente la menace existentielle de notre Congo .
    Un président lari ,ce sont les autres ethnies qui vont se rebeller .
    Un président nvili ,mbembé ,Kuni ,kouyou ,tekes ,etc c’est le même scénarii qui se reproduit ..
    Alors sommes nous assez idiots pour reproduire cette auto – flagellation nationale ?
    La solution serait d’atténuer ces passions tristes ,en supprimant ce totem qui n’apporte que des malheurs à notre pays …
    La passion présidentielle ,c’est éprouver l’amour de la haine de l’autre .

  11. Val de Nantes dit :

    Nous souffrons de nous mêmes . Car le mal est longtemps diagnostiqué et mais le courage de le soigner nous en manque …
    Nous souffrons de notre propre ignorance ,par manque ,de lumière intellectuelle .
    On aurait dit des sadiques joyeux à l’image de Diogène de sinope ,le chien …
    Si on ne se soigne pas de ce covid présidentiel ,tout le monde en mourra ….
    Tous les regards se trouvent tournés vers cet objectif dont l’utilité est ontologiquement nulle ..si ce n’est pas du cynisme ,trouvez moi un autre mot !!.
    La matière grise du Congo s’est envolée vers des cieux plus sereins offrant des opportunités professionnelles et intellectuelles sans obstruction politique …
    Si vous vivez dans un pays où la démocratie est assise sur un pouvoir binaire symbolisé par le premier ministre et le parlement ,la question qu’on aimerait vous poser est celle de savoir pourquoi aimeriez vous avoir un président de la république dans votre propre pays ?.
    Être vous posé la question de savoir ,pourquoi cette démocratie marche sachant qu’elle prospère sans président de la république ?..
    En me posant cette question ,étant un résident allemand ,j’en suis venu â dépassionner cette fonction pour privilégier un poste de premier ministre beaucoup plus opérationnel ,consensuel et pragmatique qu’une fonction divine ,transcendante qui profite plus â l’élu qu’au peuple congolais ….
    À croire que cette fonction est indispensable à la survie économique et sociale de notre pays .
    Le changement de logiciel mental est utile ,si l’on veut d’un Congo heureux ….
    Planter un Ibarra ,Kolelas , Tsatou au sommet du Congo ,c’est faire preuve d’une véritable folie …
    Que ferait un Kolelas ,transformerait -il les conditions sociales du peuple ?
    Avez vu un pays se désintégrer du fait du manque d’un président ?
    Sassou à réussi à nous en faire dégoûter …

  12. LULENDO de Ponton dit :

    Sassou ne peut faire du bien à quelqu’un qui l’a mondialement humilié aux élections. Revoyez ces foules qui acclamaient ou accompagnaient Mokoko! Sassou n’avait que des compatriotes et étrangers corrompus qui devaient crier son nom.
    La Turquie est un pays où les opposants croupissent dans des prisons bondées. Mokoko étant un opposant, ses droits seront par principe aliénés par un régime despotique qui veut plaire à celui qui lui achète sa ferraille .

  13. Val de Nantes dit :

    @lulendo de poton .
    Frangin ,tu as raison . Mokoko reste toujours un bien propre à Sassou …
    La Turquie est politiquement anti démocratique .La liberté est confisquée par Ordogan ….
    Frangin ,le Congo de demain ,c’est celui de liberté totale de la pensée congolaise …
    Allons-nous contenter d’être heureux en Europe ,pour être malheureux au Congo ?.
    Moi ,frangin ,je veux un Congo libre où toute initiative est permise …..
    Demain ,je voudrais qu’on prenne un verre pour étancher notre soif en regardant notre fleuve du Congo ….
    Voilà ,frangin ,je suis malheureux de ne pas te connaître ,mais demain ,sans Sassou ,on va peut être sans embrasser …car le Congo nous transcende …
    Oui ,derrière ces ordinateurs ,ce ne sont pas des robots mais des humains …

  14. Kipouba Ngavouka dit :

    <>, ecrit Val de Nantes. Je valide. Oui le Congo de demain arrive. Cessons d’avoir peur d’un homme de chaire et de sang et de son systeme de predation. Pourquoi le tyran d’acharne t-il sur le General Mokoko? L’une des raisons c’est parce que le despote a compris que Mokoko, pendant la presidentielle, avait reussi a transcender les clivages tribaux, ethniques, regionaux, de classes sociales, etc pour federer le peuple sur un projet qui depasse les vieux schemas que Angwalima maitrise. Le Congo de demain ne se resumera plus au… NORD/SUD. Curieux pays ou on ne parle jamais de OUEST/EST. Moins encore du CENTRE. Ceux qui doivent leur ascention sociale a la peur de l’autre que n’est pas de son patellin, du passement des ethnies ou tribus au profit des competances individuelles vont bientot se mordre les doigts. Leur petit dieu se sait fini. Et l’enfer l’attend a bras ouverts. J’ai dit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.