Côte d’Ivoire : le président Alassane Ouattara officiellement candidat à un troisième mandat

Ouattara-Sassou

Âgé de 78 ans, le chef de l’Etat ivoirien invoque un « cas de force majeure » après la mort de son dauphin, en juillet. L’opposition lui conteste le droit de se représenter en vertu de la Constitution.

Alassane Ouattara a mis fin à un suspense qui n’en était pas vraiment un en annonçant, jeudi 6 août, qu’il allait briguer un troisième mandat à la tête de la Côte d’Ivoire lors de l’élection présidentielle d’octobre. Le chef de l’Etat avait laissé entendre la semaine dernière qu’il se représenterait, après la mort brusque, début juillet, de son dauphin désigné, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Invoquant un « cas de force majeure », M. Ouattara, 78 ans, a pris soin d’expliquer sa décision, un revirement puisqu’il avait annoncé solennellement en mars qu’il allait « laisser la place aux jeunes générations », avant d’adouber M. Gon Coulibaly, lequel a succombé à un infarctus le 8 juillet à l’âge de 61 ans.

« J’ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens me demandant d’être candidat. Je suis donc candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre », a-t-il déclaré, dans un discours de près de 25 minutes à la télévision publique à la veille du 60anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

« Dans l’intérêt supérieur de la nation »

Après avoir annoncé, en mars son intention de ne pas se représenter, « j’avais commencé à organiser mon départ (…) et planifier ma vie après la présidence », a raconté Alassane Ouattara, qui s’exprimait debout derrière un pupitre, à côté d’un drapeau ivoirien.

Mais « le décès du premier ministre Amadou Gon Coulibaly laisse un vide »« Le calendrier très serré, à peine à trois mois de la présidentielle »« les défis auxquels nous sommes confrontés, le maintien de la paix et la sécurité », la « crise sanitaire »« le risque que tous nos acquis (depuis 2011) soient compromis »« tout cela m’amène à reconsidérer ma position », a justifié M. Ouattara. Lire la suite sur Lemonde.fr

Source : Le Monde avec AFP

Ce contenu a été publié dans Actualités du Monde, Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Côte d’Ivoire : le président Alassane Ouattara officiellement candidat à un troisième mandat

  1. Val de Nantes dit :

    C’est désolant et criminel de se sentir indispensable au point de considérer les autres citoyens comme des handicapés mentaux …
    L’intérêt supérieur serait de partir du pouvoir pour assurer la relève et l’avènement des nouvelles dynamiques idéelles .
    Ces arguties ne justifient nullement à remacher un morceau craché ….
    Et Sassou doit s’en satisfaire ,car cette démarche politique démagogique est un prétexte de plus ,pour s’enkyster au pouvoir ..
    Cette génération de présidents cyniques continue à pourrir l’avenir des africains .

  2. Le Pouvoir pour Le Pouvoir chez Les 'Retardés' autour du Monde dit :

    Par ailleurs, comme sur des roulettes, le New York Times a plaidé lundi pour «l’abolition des débats présidentiels».
    Leur raison? Eh bien, bien sûr, c’est le coronavirus et leur affirmation selon laquelle les débats n’ont rien à voir avec le leadership.

    «Les gestionnaires fébriles des débats présidentiels prévus pour 2020 réorganisent la logistique et les emplacements pour faire face à la menace du coronavirus. Mais voici
    une meilleure idée: supprimez-les complètement. Et pas pour des raisons de santé», rapporte le New York Times.

    Les débats n’ont jamais eu de sens comme test de leadership présidentiel. En fait, on pourrait soutenir qu’ils récompensent précisément le contraire de ce que nous voulons
    chez un président. Lorsque nous étions sérieux au sujet de la présidence, nous voulions de l’intelligence, de la prévenance, des connaissances, de l’empathie et, bien sûr, de la sympathie. Cela devrait aussi aller de soi, sur la dignité…

    Ah, libtards!

    Voyez-vous à quel point ils ont peur? La dernière chose que veulent les démocrates et leurs cohortes (Fake-News Medias) est de voir Joe Biden débattre avec le président Donald Trump. Ils savent que Biden ne peut pas endurer et tenir à travers un événement diffusé en direct même dans son sous-sol de bunker sans laisser échapper parmi tant d’autres une gaffe telle que: « Si vous ne votez pas pour moi, vous n’êtes pas noir! »

    Ils savent que la plupart des Américains sont à l’écoute des débats pour prendre leur décision finale. Avec Joe Biden en déclin psychomoteur de jour en jour, quels que soient les médicaments avec lesquels ils le stimulent pour un débat, ce sera toujours un désastre total. Les partisans de Trump doivent exiger les débats, de sorte que le reste des Américains (et même des con-go-laids connectés) puissent voir par eux mêmes qu’aucune personne sensée ne votera jamais pour ‘Sleepy’ Joe Biden.

    M A W A !

  3. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    La gérontocratie comme point de référence gouvernementale en Afrique francophone

    Une gérontocratie prise en tenailles par les réseaux internes et externes dans les pays francophones

    La plupart des Présidents en Afrique francophone, sauf Macky Sall et Ali Bongo, ont plus de 70 ans. Le record est battu par Biya dont l’âge cumule autour de 80 ans. Ces chefs d’Etat estiment que le pouvoir est un bien privé et exclusif car eux seuls et leur famille doivent en tirer les bénéfices et les privilèges. Nous sommes dans un jeu de dupe car la communauté internationale et surtout le pays France, ancien colonisateur, financier par la zone Franc, donne des leçons de gouvernance démocratique et d’alternance mais continue par fourberie et défense bien comprise de ses intérêts économiques à soutenir les gérontes qui sont au pouvoir en Afrique francophone.

    Il faut arrêter de larmoyer et essayer de comprendre pourquoi la France accepte ainsi les réseaux de gouvernance politique dirigés par des gérontes. La raison en est fort simple: ces gérontes défendent d’abord les intérêts économiques et financiers français et en même temps leurs propres intérêts. Depuis la fin de la colonisation le modèle de coopération entre la France et l’Afrique francophone est un modèle assujettissement des pays africains au sein desquels on développe une proto-industrie, souvent portée par les industries de boisson et d’exploitation des gisements miniers et du pétrole. La France tient dans les gérontes africains aux affaires une manne stable par laquelle passe l’exploitation des matières premières et des ressources énergétiques pour le bonheur de firmes françaises, dont Total.

    Pourquoi les gérontes continuent à rester au pouvoir ? Il y a plusieurs raisons. Le rôle joué par la France ça était dit, mais surtout l’incapacité des oppositions à organiser sur le terrain des véritables pouvoirs alternatifs pour une gouvernance nouvelle. La plupart des membres des oppositions aux gérontes utilisent la gamelle que leur tendent les gérontes au pouvoir et ils se battent tous pour être présents auprès du maître.

    Ainsi va la vie politique en Afrique centrale avec ses larmes, ses suppliques, ses revendications. Tout change mais rien ne change car le réseau tient les gérontes et les opposants dans la même mâchoire de crocodile. Il faut de l’innovation politique et intellectuelle en Afrique francophone pour sortir de la démocratie tropicalisée et espérer les délices d’une esquisse de démocratie réelle.

  4. Sibiti dit :

    Et si tout ça était planifié, y compris la mort du premier Ministre ? Ouattara savait que son Poulin était malade et il ne lui restait pas beaucoup de temps à vivre. En tant que chef d’état et ami de la France, il savait tout sur la santé de celui-ci qu’il surnomme son fils. À suivre

  5. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    Tout à fait possible Sibiti, dans le réseau ivoirien tout est possible. La force du réseau est de montrer les choses inexplicables. La mort est aussi un élément stratégique du réseau.

  6. Santu Pétélo dit :

    Etre absurde et hyper-ridicule fait aussi partie du réseau. Comme, péter plus haut que son cul!

  7. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    DEBAT AU SEIN DU RESEAU IVOIRIEN replicable au sein du reseau CONGO?

    Le reseau se delecte car il attend ceque l ancien president KONAN BEDIE va faire
    vas til ou non se presenter a l election presidentielle pour faire barrage a alassane ouatarra et l empecher de gagner l election presidentielle ivoirienne

    Nous sommes au sein du reseau ivoirien ou les deux pretendants bedie et ouatarra ont les moyens financiers equivalents alors que dans le reseau congo le president Sassou ecrase tout

    Que vont faire les ivoiriens si le president KONAN BEDIE annonce sa candidature a l election presidentielle ivoirienne? comment va se comporter le reseau ivoirien?
    comment vont se construire les alliances et les mesalliancesau sein du reseau avec l a demission de l ancien premier ministre
    congolais de la diaspora vous avez la en en fonctionnement reel le reseau ivoirien
    attendons de voir ce qu il va produire meme si nous sommes d accord que le reseau ivoirien n a rien avoir avec le reseau congo

    Le reseau en tant que outil analytique montre ce qu il se passe et n a aucune pretention pour apporter des solutions dans un univers domine par des fourbes et des hypocritres
    je parle bien sur du congo brazza et du reseau politique qui structure la vie politique congolaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.