Les réactions indignes de la France et de la CEDEAO sur la révolution malienne.


En marge du Sommet de l’Union Africaine en juillet 2018 à le Président IBK a reçu en audience le tyran du Congo, Denis Sassou N’Guesso

L’application du jugement de mise à mort par décapitation de l’ancien roi de France et de Navarre, une barbarie extrême, avait abouti à la naissance de la révolution française. Personne n’avait trouvé à y redire car c’était le temps de l’abolition des privilèges. 

Quand les Vénézuéliens manifestent contre leur Président démocratiquement élu, la France est du côté des contestataires ou des insurgés. Récemment avec l’élection présidentielle en Biélorussie, les manifestants ont reçu le soutien des capitales occidentales. 

Mais quand les Africains, notamment les Maliens prennent en chargent leur destin pour bouter hors de leur système politique les Préfets de l’internationale socialiste à la solde de la France, cette dernière crie au respect de l’ordre constitutionnel avec ses valets locaux qu’elle finance notamment l’UA (Union Africaine) et la CEDEAO (La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest). Cette même France n’a toujours pas encore appelé au respect de l’ordre constitutionnel en Côte d’Ivoire en condamnant le troisième mandat anticonstitutionnel que veut briguer monsieur Alassane Ouattara pouvant embraser ce pays. C’est une indignation sélective qui devient ridicule aux yeux du monde. La France, un pays sclérosé en perte de vitesse, n’a plus son aura en Afrique francophone. 

Il est temps que les Occidentaux comprennent que les Africains sont capables de se gouverner et de prendre leur destin en main. La démocratie, le système politique le moins mauvais ne consiste pas seulement à organiser des élections truquées en Afrique à heure et date fixes. Dans le même temps, le peuple croupit sous la misère dans un état de délabrement total. Pendant ce temps, des juteux contrats sont passés avec ces États afin de piller leurs ressources minières et pétrolières sans que le peuple ne puisse en bénéficier. Seuls les membres du clan présidentiel et quelques acolytes y profitent avec la complicité des banques occidentales et des paradis fiscaux où ils vont planquer cet argent volé aux peuples africains. De fait, cet argent manque à l’Afrique notamment francophone pour son développement. 

Le peuple malien, le peuple de Fouta-Djalon du Royaume bambara de Ségou, a eu raison de mettre fin à un régime de kleptomanes qui était sourd, muet et aveugle aux revendications du peuple. La jeunesse africaine, notamment malienne ne peut plus supporter des Présidents despotes que la France impose en Afrique francophone au travers de ses réseaux de la Françafrique.  

L’Afrique francophone n’a jamais imposé un Président au peuple français et la réciprocité devrait être de mise. Devant l’adversité, un peuple se doit de prendre ses responsabilités. 

Les Présidents de l’Afrique francophone comme celui du Congo-Brazzaville qui est là pour défendre les intérêts de la France est une honte pour tout le continent africain et même du monde libre. C’est un crime de haute trahison qui découle d’une aberration mentale. 

L’été malien annonce des changements dans la sous-région Ouest-Africaine. Même les armes de guerre ou les chars ne feront rien contre la volonté du peuple qui aspire au changement pour son bien-être. Les Présidents octogénaires désireux d’un troisième mandant anticonstitutionnel n’ont qu’à y renoncer dès à présent avant que la colère de la rue les force à sortir par la petite porte. Aucun peuple ne supporte que la république (res publica : la chose publique) ne soit confisquée par quelques individus avec la complicité des Occidentaux qui viennent se servir dans un marché à ciel ouvert sans foi ni loi à vil prix en bois, or, diamant, cuivre, cobalt, coltan, pétrole, poisson, etc. Pendant ce temps ce peuple africain n’a aucun avenir, il crève de faim et il ne sait pas de quoi sera fait son lendemain. 

Solidarité colorimétrique oblige, les intellectuels occidentaux sont peu nombreux à s’insurger contre cet état de fait en Afrique, un continent qui bat tous les mauvais records en termes de mortalités infantile et maternelle sans que l’on puisse y apporter des solutions qui existent partout ailleurs dans ce monde. 

Osons espérer que la colère du peuple malien atteindra la Guinée Conakry, la Côte d’Ivoire, pays dans lesquels les troubles publics à venir sont occasionnés par ces Présidents qui jadis opposants se muent aujourd’hui en dictateurs en se maintenant au pouvoir contre vents et marées. 

La démocratie c’est le pouvoir du peuple et non celui des bonnes consciences occidentales. Les Gilets jaunes sont un exemple en France. Le peuple est en droit de révoquer ses dirigeants lorsque ceux-ci ne respectent pas les principes qui fondent une république. Tout peuple aspire au bonheur chez lui ce qui implique une redistribution équitable des richesses entre les citoyens en fonction du travail fourni.   

L’Afrique centrale, le pré-carré de la France, est une honte mondiale en matière de gouvernance avec les pays comme le Congo-Brazzaville, le Gabon, le Tchad, le Cameroun, La Centrafrique, etc. Ces pays sont maintenus à l’ère préhistorique avec des royaumes qui se mettent doucement en place. Surgissent çà et là des Maréchaux de pacotille dans des pays exsangues de tout et bientôt des Empereurs comme en Centrafrique, tout ceci sous l’œil amusé des Occidentaux qui se moquent de la folie de grandeur de ces Présidents africains friands des compliments des Blancs qui leurs font croire qu’ils sont leurs égaux.   

La colère de la rue africaine doit balayer ce qui reste des anomalies institutionnelles notamment, en Afrique centrale, bastion d’un monde révolu dans lequel les relations incestueuses de la France avec ces dirigeants ont entrainé une dégénérescence cérébrale avec un électroencéphalogramme plat. Il est plus que temps de ressusciter ces pays qui survivent au lieu de vivre, car la dignité est ce que l’Homme a de plus précieux. 

La révolution malienne marque à coup sûr la deuxième partie de la décolonisation effective de l’Afrique francophone qui n’a cessé d’être à la traine des autre pays africains notamment anglophones.   

Le génie africain est en marche et ce n’est pas pour nous déplaire. Que vive la révolution malienne et bon vent car seul le peuple malien doit décider de son avenir nonobstant des cris d’orfraie de ces machins tenants du statu quo qui est la mort ; Le changement c’est la vie.   

Le courage est le prix que la vie exige pour s’octroyer la liberté. 

Comme disait l’autre : « Le bonheur ne vaut que lorsqu’il est partagé. » 

……….. 

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

38 réponses à Les réactions indignes de la France et de la CEDEAO sur la révolution malienne.

  1. Le coup d'état au Mali est une initiative de la France dit :

    Contrairement à ce que beaucoup d’Africains pensent, le coup d’état contre IBK est une initiative de la France. Dans les pays du Sahel, la présence des troupes françaises est remise en question , et IBK comme le président Kabore du Burkina avaient forte affaire avec leurs opinions publiques.
    La place des militaires se trouvent dans les casernes et il ne faut jamais se réjouir d’un coup d’état dans des pays où la démocratie est encore fragile.
    Les dirigeants africains même élus démocratiquement confondent souvent autoritarisme et bonne gouvernance. Quelque soit les frasques d’une majorité politique, dans une démocratie, il y a des mécanismes de règlement des contentieux. Pouvoir et opposition doivent être à la hauteur des enjeux, mais au delà, la question qui se pose aux Africains est celui du modèle institutionnel consacré dans les pays africains, qui sont à l’image de celui de la France, celle de l’homme providentiel et du monarque républicain . Il est temps que les Africains changent de logiciel !

  2. Delbar dit :

    Je ne partage pas du tout l’article de Mr Miakassissa.
    Sauf erreur, ce Président a été élu démocratiquement.
    Cela n’a rien à voir avec Sassou.
    Cet épisode démontre l’incapacité de ce pays de faire jouer ses institutions démocratiques.
    C’est un grave échec.
    Je ne comprends pas comment des intellectuels peuvent soutenir des coups d’état militaires à l’égard d’hommes politiques démocratiquement élus.
    Ce n’est pas sérieux.
    Tu n’as plus la côte et un coup d’état règle le problème !
    Comment voulez-vous que la confiance puisse exister ?
    Qui pourrait encore investir dans de tels pays ?
    Le Président du Congo non élu démocratiquement est bien en place et soutenu par l’armée.
    Le Président du Mali est bien élu démocratiquement et il et éjecté par les militaires.
    Je désespère.

  3. Lucien Pambou dit :

    Le réseau international faussement aux abois

    Comme je l ai toujours dit sur ce site les pays francophones d Afrique fondent leur gouvernance sur un mode reseatal avec la bénédiction de la France qui fait la pluie et le beau temps dans cette partie de l Afrique grâce à des nombreux attributs comme les contrats leoniens,la zone franc,l exploitaion pétrolière,les mines , les diamants etc

    La plupart des goernants africains sont aux affaires par la bénédiction fr la fràe qui joue un double jeu.
    D ailleurs la fràe prend a te alors que l autre partie de la communauté internationale est opposée.
    L analyse reseautale dans sa partie internationale joue à pleins effets
    Bol était devenu trop faible et ne respetait pas les accords d Alger sous le patronage français
    Il fallait le débarquer en douceur en d appuyant fauussement sur les rendications du reseau intérieur comme la crise économique , les revendications électorales de l opposition ,les revendications de la troupe face à des dirigeants militaires maliens corrompus

    Alors les contempteurs du reseau vous vouée que les faits me donnent raison
    Je ne me force plus
    Les faits viennent à moi et me permettent de montrer la connexion reseau interne et réseau international
    Viva la Mali comme espace de démonstration reseautale et c est ainsi dans toute l Afrique francophone

  4. Val de Nantes . dit :

    @Delbar,
    Il faudrait peut être désespérer de la non réponse économique à l’endroit du peuple malien .
    Être élu démocratiquement ne signifie nullement une garantie contre une révolution populaire .
    C’est toujours la même illusion intellectuelle qui croit dans les miracles de cette fonction présidentielle qui est supposée résoudre la problématique séculaire qu’est le pauvrissime …africain .
    Pour paraphraser OBama  » L’Afrique a besoin des institutions fortes. c’est à dire intelligentes bien pensées et non des tintins forts et paresseux …. ».
    La révolution malienne s’inscrit dans la métaphore de Marx  » la religion est l’opium du peuple ,tout comme le pouvoir est une drogue qui vous fait oublier vos engagements politiques « ….
    À l’heure du numérique ,il devient inconcevable de siroter le champagne dans le dos de votre peuple ,qui attend de vous des résultats économiques quantifiables au moyen du panier de la ménagère ..
    Oui. ,il était élu ,c’est une chose ,mais la satisfaction des exigences démocratiques
    en est une autre …..
    Le même scénarii se produira au Congo de Sassou où le peuple vit en apnée .

  5. Africa Toto dit :

    Pas étonnant du tout que certains de ces pitoyables con-go-laids qui courent plus vite que leur ombre rêvent ramener un soldat compromis soit-il gringalet et en disgrace avec le clan des putschistes notoires en plus, pour accéder à la magistrature suprême. Quoi?

    Ça déteste les casernes pour se faire hommes d’affaires voleurs de grands chemins. Drôles de militares ces voyous totos.

    Être élu démocratiquement, c’est vrai ne suffit pas, mais l’on doit utiliser en revanche des élections libres en démocratie ou d’autres procédures constitutionnelles pour légitimement renvoyer l’élu…

    Les Africains doivent comprendre que la culture des coups d’État même selon ‘saint’ Mokokoli est généralement un pésage pour la continuité d’un régime dictatorial, tôt ou tard; contraire à une démocratie.

    Oh ouais, on est pas con-go-laid par hasard. N’est-ce pas ‘Haï C’est Zéro Miakazizanie’ ?

  6. Prof. Alexis Samba dit :

    L’unique chose que je déplore, dans cette démarche des militaire Maliens, c’est le fait de faire du surplace, en parlant du respect des institutions démocratiques. A la vérité, ni les régimes politiques marxisants des années 1960, ni la démocratie imposer aux africains dans les années 1990 ne pourrait être une solution au problème de gouvernance des peuples en Afrique. Tant que les Africains continuerons à faire cuire leur chicouang politique dans l’emballage venant de l’Occident, ils seront des aliénés, étrangers sur leur propre terre.
    La solution viendra d’un retour aux sources. Il y a des formes de gouvernance qui ont fait leurs preuves en Afrique ancienne, en Egypte pharaonique, avant l’arrivée des occidentaux. Il s’agit de la Mâat, qui est l’état juste de la nature et de la société tel que l’a fixé l’acte créateur, et, à partir de là, dans un cas ce qui est correct, exact, et dans l’autre le droit, l’ordre, la justice et la vérité. Il faut la Mâaticratie en Afrique.
    Que les intellectuels africains actualisent cet héritage, en vue de proposer des formes de gouvernances politiques et des projets politiques adaptés aux réalités du monde d’aujourd’hui.
    Pour paraphraser Nietzsche: la démocratie est morte, les occidentaux l’ont tué au USA.
    Les USA, appelés par ignorance la plus grande démocratie du monde, n’a jamais été une démocratie, mais, plutôt, comme l’écrit C. Boundja dans son ouvrage « Bantucratie »,
    « une psychopatrocratie de droit monétaire, le pouvoir par l’argent et pour l’argent ».
    Déjà, du point de vue des partis, on parle d’un parti démocrate et d’un parti républicain, alors que ces deux mots veulent dire la même chose. La démocratie vient du grec et veut dire pouvoir du peuple; la république vient du latin (res publica), est la traduction proposée par Cicéron du mot grec demos kratos.
    Dans tout ce jeu, c’est le psalmiste qui a raison : « l’homme n’est que mensonge ».
    La Mâat a l’avantage de fonder la gouvernance politique sur les bases éthiques de la justice et l’harmonie cosmique, établies par le Créateur.
    La gouvernance politique est une affaire tellement sérieuse qu’elle ne doit pas être enfermée dans les mains de l’homme menteur. Au contraire, elle doit sans cesse s’ouvrir au Divin, Principe et Fin de toutes choses.

  7. Mark dit :

    @ Alexis Samba

    Si les USA ne sont pas une démocratie, c’est quoi finalement, une dictature dans un pays où des journalistes insultent le Président? Dans quel pays du monde a tu déjà vu des citoyens insulter ouvertement le président sans s’inquiéter? Quel est le nom du président américain au pouvoir depuis des décennies et envoit les américains en prison?

  8. Mark dit :

    @Delbar

    Un président peut être élu démocratiquement et devient dictateur, au service de son clan, en fraudant les futures élections. C’est le cas d’IBK.

  9. Roi Makoko Tu Me Manques dit :

    @Alexis Samba,

    Please, arrête de fumer la moquette et de consommer abusivement le N’Samba.
    Revêtissons-nous peut-être aussi des ‘Lingwanda’ en lieu et place de caleçons contemporains…

    Aaaahhh, « professor » asémantique !

  10. Cher Pr. Occultis dit :

    Républicains et démocrates aux ‘States’ c’est tout d’abord et fondamentalement une question idéologique mettant en relief un contraste on ne peut plus clair. Okay?

  11. Gamoundélé Gamoutch dit :

    Tout à fait. Il est toujours virtuellement plus académique avec des clichés faciles d’attaquer si vite les USA en tout et pour tout et, pavoisant à qui mieux mieux, alors que l’on est lamentablement INCAPABLE de faire mieux chez soi ne serait-ce que relativement à 1%, depuis.

    Formule Zéro: makélélé ya pamba. Le nez dans les livres pourris.

  12. Mark dit :

    @ Gamoundélé Gamoutch

    Il y a des gens qui ont des problèmes personnels avec les USA. Les USA sont un pays qui dominent le monde et certains ne le supportent pas.

    Sinon, qualifier de dictature un pays où le moindre sou que dépense le gouvernement doit faire objet d’une approbation du congrès, un pays où le Président n’a aucun pouvoir sur un petit policier d’une ville,…., c’est faire preuve d’une faillite
    intellectuelle.
    Roi Makoko Tu Me Manques a raison de nous demander d’ arrête de fumer la moquette et de consommer abusivement le N’Samba, car il faut être dans une dérive mentale pour raconter de telles conneries.

  13. Le Louboukou Yongo dit :

    D’accord avec vous Mark, bien reçu sur toute la ligne.

  14. kikadidi leo dit :

    tant que l afrique ne passera pas au systeme parlementaire nul ne pourra mettre tous le monde d accord dans des pays pauvre

  15. Lucien Pambou dit :

    Pas faux mark

    L antiaméricanisme français a largement contaminé ses esclaves francophones d Afrique noire qui prerorent et qui répètent ce qui vient de Paris .ces universitaires congolais faussement libéraux mais surtout marxisants repentis

    Ainsi va la fausse vie intellectuelle mais surtout au Congo ou la littérature depuis 70ans a pris place au dépend de la réflexion en sciënces politiques et en économie contestualisees

  16. Val de Nantes dit :

    La souveraineté appartient au peuple ,selon Rousseau ,à ce titre ,les déclarations intempestives et improductives internationales signent la méprise à l’égard du peuple malien .
    Personne n’est propriétaire d’un mandat électif ,qui est la traduction de la volonté populaire .
    La démocratie , ce sont des règles ,lois , que le peuple s’est données pour construire un vivre ensemble où chacun trouverait sa place ..
    Lorsque celui qui ,est censé conduire le train démocratique , n’arrive pas à traduire dans les faits son projet politique ,base sur laquelle il a été élu ,le peuple le droit de mettre à un terme .
    La réaction des Maliens souligne l’impatience des peuples africains à voir résolues les problématiques sociales qui régissent leur quotidien à l’heure du monde numérique …
    Nous sommes entrés dans un monde de compétition internationale où la comparaison des modes de vie devient prégnante et contraignante d’où l’irruption
    d’une aspiration légitime des peuples au consumérisme ..
    Le consumérisme international devient le termométre de la gouvernance du monde …
    Cette nouvelle approche de gouvernance sans frontières ne laisse aucune chance aux dictateurs , aux incompétents qui s’accrochent au pouvoir par le biais de fausse démocratie ..
    En résumé ,c’est l’impact de l’internet qui est entrain de détruire les ambitions des dictateurs africains ,et ceci n’est qu’un début …

  17. Val de Nantes dit :

    @kikadidi leo .
    Grosse validation ..
    Une formule politique binaire entre les parlementaires tatillons et un premier Ministre bien encadré aux pouvoirs limités ….
    De nos jours ,nous ne pouvons plus nous permettre de mettre tous les pouvoirs entre les mains d’une personne …
    Merci ..

  18. Delbar dit :

    Cher  » Val de Nantes  »,
    Sur bien des points, je suis sur la même longueur d’onde que vous, notamment pour ce qui concerne le régime présidentiel en Afrique qui est une plaie.
    Je suis également d’accord avec vous quant aux abus de tous genres du régime du Mali.
    Je lisais un article où les enfants du président buvaient du champagnes avec des filles à moitié dénudées alors que les militaires se faisaient tuer et percevaient des soldes ridicules.
    Evidemment tout ceci est insupportable mais je persiste à dire qu’il fallait le neutraliser par le biais des institutions démocratiques et non par un putsch.
    Merci pour vos contributions qui permettent aux non africains de mieux comprendre ce continent qui nous tient tant à coeur.

  19. Val de Nantes dit :

    Lire. ,le peuple a le droit de mettre un terme à son mandat .

  20. Prof. Alexis Samba dit :

    Plutôt que de réagir précipitamment et d’étaler votre ignorance sur ce site, je vous prie de lire ce qui suit pour comprendre ce qui se passe aux USA:

    Achen, C. H., & Bartels, L. M. (2016). Democracy for Realists: Why Elections Do Not Produce
    Responsive Government. Princeton, NJ: Princeton University Press.
    https://doi.org/10.1515/9781400882731
    Bakel, M. (1981). The “Bantu” Expansion: Demographic Models. Curr Anthropol, 22, 688-691.
    https://doi.org/10.1086/202753
    Brennan, J. (2016). Against democracy. The case for democracy. Princeton: Princeton University Press.
    https://doi.org/10.1515/9781400882939
    Corner, P., & Lim, J.-H. (2016). The palgrave handbook of mass dictatorship. Basingstoke: Palgrave
    Macmillan. https://doi.org/10.1057/978-1-137-43763-1
    Crouch, C. (2004). Post democracy. Cambridge: Polity Press.
    de Tocqueville, A. (1965). Democracy in America. London et al.: Oxford University Press [1835].
    Ehret, C. (2001). Bantu Expansions: Re-Envisioning a Central Problem of Early African. The
    International Journal of African Historical Studies, 1(34), 5-41. https://doi.org/10.2307/3097285
    Foa, R. S., & Mounk, Y. (2016). The danger of deconsolidation. The democratic disconnect. Journal of
    Democracy, 27(3), 5-18. https://doi.org/10.1353/jod.2016.0049
    Gayo-Avello, D. (2017). Social media Won’t free Us. IEEE Multimedia, 98-101.
    https://doi.org/10.1109/MIC.2017.2911439
    Greenberg, J. H. (1949). Studies in African Linguistic Classification: I. The Niger-Congo Family. S J
    Anthropol, 5, 79-100. https://doi.org/10.1086/soutjanth.5.2.3628626
    Greenberg, J. H. (1999). Méthodologie et préhistoire africaine. In Histoire générale de l’Afrique I.
    Paris, Publié par l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.
    Guthrie, M. (1962). Some Developments in the Prehistory of the Bantu Languages. J Afr Hist, 3,
    273-282. https://doi.org/10.1017/S002185370000311X

  21. Val de Nantes dit :

    Notre maladie chronique est bien connue en Afrique : la croyance panurgique en l’homme providentiel qui serait le président de la république ….
    Non ,l’expérience africaine sur les bénéfices de cette fonction présidentielle est nulle .
    D’où la faillite économique politique et sociale de nombreux pays africains ayant parié sur la magie qu’opererait cette fonction au niveau national en termes de créations de richesses nationales ….
    Pour moi. ,cette fonction est l' »Ecce homo africain  » dont dérive le malheur africain .
    Une idée géniale ,comme alternative à cette fonction , est la seule garantie de la bonne gouvernance en Afrique et notamment au Congo ….
    l’Afrique noire doit renverser l’ordre préétabli dans la conception de la gouvernance d’une nation par une nouvelle classe des premiers ministres ,manageurs ,de la gestion de la chose publique assujettie à l’approbation des parlementaires ..
    En résumé. L’Afrique noire doit inventer sa propre gouvernance politique ,économique et sociale sur le modèle de la gestion d’une entreprise ,avec l’obligation des résultats ..

  22. Ignoramus aux Etats Unis d'Amérique dit :

    Plus ignorant que l’ignorant, on meurt.
    Paradoxe rare!

  23. Bulukutu dit :

    La particularité d’une révolution, c’est le caractère imprévisible de l’après. Nul ne sait aujourd’hui ce qui va suivre après la mise à l’écart d’IBK (la mutinerie faisait parti du plan, mais pas la démission d’IBK). Ce qui est sûr, c’est que les événements au Mali, auront un impact certain sur le contexte politique en Cote d’ivoire. Sur le plan géostratégique, on connaît le rôle central que joue la CI en Afrique de l’ouest. Sur le deux poids, deux mesures de la France, rien de nouveau sous le soleil: Le train-train habituel d’une stratégie engluée dans le formole. Dommage! Car la France est en train de perdre l’Afrique pour de longues années.

  24. Ginobukaka dit :

    Quelqu’un a écrit que IBK a bel et bien été élu démocratiquement.Eh oui , monsieur !
    Mais les présidents africains, ont l’habitude de « pourrir » les institutions de leur pays par des nominations aux postes clés des institutions, par la corruption,la cooptation sinon la nomination des députés, ce qui fait que ces institutions ne permettent plus d’arrêter les vélléités de pouvoir absolu de nos dirigeants qui, à force de lecture, croient pouvoir s’éterniser.
    Sans contre-pouvoir, les élections, à tous les niveaux, ne servent à rien car truquées,mais toujours validées par des CNI, des conseils constitutionels aux ordres.
    Les exemples sont sous nos yeux , en Afrique Centrale où, en plus, le colon parfait la voûte. On peut citer les Jacques Chirac, Hollande et…Macron sans oublier les Kouchner,Strausskan et autres Bollore !
    Après la fréquentation de certains amis dictateurs, IBK a voulu tenter l’aventure et mentir au peuple malien. Est ce que ce 3è mandat d’IBK allait amener la prospérité , une plus grande sécurité au Mali, rien n’est moins sûr,mais certainement plus de pouvoir et de richesses à IBK.
    Comme partout en Afrique francophone, la plupart des présidents prospèrent,pendant que leurs peuples se désespèrent, paupérisés et nos pays reculent(on dirait même refusent le développement ).
    Alors réseau ou pas, vive la Révolution , n’en déplaise à la France, la CEDEAO et l’UA ce syndicat des présidents africains ! Et nous voudrions applaudir à un régime parlementaire, mais avec des institutions de contrôle démocratiques mais surtout efficaces dans nos pays !

  25. Mark dit :

    @ Alexis Samba
    Le plus ignorant est celui qui copie gratuitement ce qui a été écrit et dit par un ignorant, sans pouvoir faire ces propres analyses.

    Une fois de plus c’est une faillite intellectuelle de penser que ce qui a été écrit et dit par autruit, un homme blanc en plus, est forcement juste.

    L’africain continue à demontrer les limites de ces diplômes. Une raison de plus pourquoi le continent africain sombre dans le choas, quand l’africain passe tout son temps à copier, que de faire usage de sa matière grise, aller vers la contradiction des vieilles théories, chercher à innover, chercher à créer un model de gouvernance adapté à la réalité africaine,….

    En plus, vous dites que que vous êtes professeur. J’ai peur que vous soyez en train de pourir des pauvres enfants, si ce sont ces genres de conneries que vous les enseigner.

    Je pouvais aussi vous citer des célèbres épidémiologistes et médecins qui écrivaient et disaient que la pandémie du covid-19 allait créer une une hécatombe en Afrique.

    Seulement, je constate que c’ était des analyses erronées car, jusqu’ à présent, les gens ne sont pas en train de ramasser les corps du covid-19 dans les rues en Afrique. Contrairement à ce qui a été écrit et dit, c’est dans les pays occidentaux où l’hécatombe a eu lieu.

    Conseil: mefiez-vous des pseudo experts. Si vous avez eu la chance d’obtenir des diplômes dans votre vie, il faut en faire usage. Le dernier espoir de l’Afrique repose sur ses intellectuels.

  26. Abraham Lincoln dit :

    « Plutôt que de réagir précipitamment et d’étaler votre ignorance sur ce site, je vous prie de lire ce qui suit pour comprendre ce qui se passe aux USA: »

    Only dumb people can be impressed with that.

    USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA, USA !

  27. Prof. Alexis Samba dit :

    Heureusement que ces Mark et compagnie ne sont pas mes étudiants, ils n’auraient jamais la moyen: hors sujet, incapables d’une analyse élémentaire des argument d’autrui: ils sont incapables d’analyser les sources bibliographiques.
    Je me demande s’ils ont été à l’Université. Ce que j’expose n’est évidemment pas à leur niveau, car il s’agit des recherches des plus pointues dans le domaine des sciences humaines et sociales. Vous faites honte.
    Mon seul tort est d’avoir confondu de lieu; j’ai exposé de la haute science à des gens qui n’en sont pas dignes, j’ai jeté mes perles aux cochons.
    Ma mère avait raison, quand elle me disait: on ne salut pas un fou, car il peut prendre ta salutation pour de l’insulte.

  28. LE WEBMASTER : N'USEZ DE L'INJURE SVP dit :

    Chers internautes,

    Restons courtois et n’usons pas du dénigrement ou de l’injure dans nos débats . Soyons dignes et dans le respect du contradictoire svp
    Merci de votre compréhension pour la qualité de notre site.

  29. So Lame dit :

    « Heureusement que ces Mark et compagnie ne sont pas mes étudiants, ils n’auraient jamais la moyen »

    Pathetic!
    No more comments necessary_

  30. Lucien Pambou dit :

    Parlons de vraies choses
    Évitons les gamineries et les insultes dignes de joutes des collégiens dans leur bac à sable

    Comme je l ai toujours dit et la encore les faits me donnent raison
    Pas D insultes que des faits

    Le réseau de la cedeao-uasouhaite que l on rétablisse ibk comme président
    Macron chef suprême de la partie internationale du réseau france/Afrique estime que la transitionpeut sé faire dans ibk qui est de facto sanctionné pour ne pas avoir conduit les accords d Alger concernant le Mali jusqu au bout

    Comment va s opérer la transition?
    Les civils seront ils capables de relever le défi démocratique en dehors du reseau ibkien?

    Que vont faire les militaires ?

    Sauront ils résister aux oukases de la cedeao qui en sous main demandent le rétablissement de ibk et cela aussi grâce à Condé et ouattara qui foulent aux pieds les réformes constitutionnelles

    Outtara et Condé roulent pour un 3e mandat et ne souhaitent pas l exemple malien marqué par la révolte de la troupe
    Les premiers troubles ont commencé en côté d ivoire et gel fait peur.

    Voilà les faits toujours contestables
    En ce qui concerne l analyse reseautale on débat on insulte pas

  31. Lucien Pambou dit :

    La situation malienne est elle transposable au Congo comme peuvent le penser et le souhaiter certaïne internautes

    1/ la situation malienne est différente de la situation congolaise qui elle n a pas à lutter contre le dhijadisme

    2/le président sassou est un militaire donc il surveille à la loupe tous ces generaux qui ne manquent de rien de fafacon reseautale

    3/la révolte d une partie de la troupe vient de ce qu’ elle est mal équipée et que les récompenses en terme de changement de grade sé font longtemps attendre rien de tout cela même si la variable ethnique est une variable d ajustement et un marqueur fort

    4/les militaires maliens ont démis ibk en profitant de la révolte des populations et du mouvement m5 qui en avaient assez des privations et de la crise économique.un des points de rassemblement fut obtenu grâce à l équation de l imam dicko

    5/rien de tout cela au Congo ..les revendications des populations ne sont nullement portées de façon forte par les partis d opposition dont la plupart de ces responsables mangent dans la gamelle queleur tend le président et qui donc les neutralise ainsi

    6/le facteur religieux a joué un rôle important dans la mobilisation au Mali
    Riën de tel au Congo ou la religion catholique ne sait plus ou elle habite.de plus le désert religieux est paradoxalement pour un desrt habite par des églises de réveil hétéroclites dont les différents pasteurs dirigeants pensent plus à s enrichir

    7/ sassou n est pas ibk .le président sassou sait maîtriser sa communication extérieure et faire e certains responsables politiques du reseau international des obligés.ce qui n est pas le cas d ibk

    Voici quelques éléments de débat contradictoires toujours contestables bien sur et qui nous permettent de comparer les situations en les contextualisant
    Même si comparaison n est pas raisôn j en conviens cela nous permet en dis tant de façon posée de laisser derrière nous les insultes et autres noms d oiseaux

  32. Mark dit :

    @ Alexis Samba
    Dieu merci que je n’ai pas eu la malchance d’ être étudiant du pseudo Professeur Alexis Samba, Je ne serai pas ingénieur aujourd’hui.

    Vous imaginer un professeur qui dit à ses étudiants que les USA sont une dictature sans être en mesure de citer les noms des prisonniers politques américains et ceux des activistes américains en prison…..A moins que notre pseudo professeur n’ait pas la définition du mot DEMOCRATIE,

    Un pseudo professeur qui vit de la copie. Il nous parle de recherches. Faire des recherches ce être en mesure de détecter le vrai et les faussetés parmi tes sources.

    On ne prend pas toutes sources en considération. Il ya des sources qui ne sont pas crédibles.

    Mon chèr pseudo prof, de mon expérience d’ ancien étudiant de l’université de Los Angeles, USA et de mon expérience d’ingénieur en poste à vancouver, Canada, Je peux vous rappeler qu’il ya des journalistes et auteurs biaisés.

    Un auteur/journaliste anti USA ne dira jamais des bonnes choses sur les USA. Un auteur/ journaliste anti immigration ne dira jamais de bonnes choses sur les immigrés, bref, toute personne anti quelque chose ne dira jamais du bien de cette chose. Aussi, un auteur qui n’est pas expert dans un domaine donné ne peut pas écrire un bon papier sur ce domaine.

    Depuis des années, des faux journalistes français nous ont dit qu’aux USA, il n y avait pas d’aides sociales, ce qui est faut. Il ya plus d’aides sociales aux USA qu’en France. Environs 43 millions d’américains et étrangers aux USA beneficient des aides sociales ( Manger: FOOD STAMPS ou SNAP, Argent: POWER, Logement: Housing…..Asssurance maladie de l’Etat: MEDICAID pour les moins de 65 ans,et MEDICARE pour les plus de 65 ans…)

    Des faux journalistes français nous ont dit que si tu n’as pas d’assurance maladie aux USA, tu ne peux pas aller à l’hopital, c’est aussi faux. Quand je vivais aux USA, j’ai eu des amis, sans papiers qui ont réçu des opérations chirugicales dans differents hopitaux américains.

    Des faux journalistes français nous disaient que la France avait le meilleur Système de santé au monde, c’est aussi faux. Les pays de l’Europe du nord, la Grande Bretagne , l’Allemagne, le Japon, l’Australie et le Canada sont ceux qui ont les meilleurs systèmes de santé au monde. La France ne figure pas sur la liste des 10 premiers.

    Voilà quelques exemples qui me laissent dire qu’avant de prendre une source en considération, il faut au préalable chercher à faire des investigations sur la pertinence de l’auteur. On dirait en anglais, you must conduct background screening for the author.

  33. Mark dit :

    @ Lucien Pambou

    D’accord avec vous. Il faut ajouter le fait que l’armée congolaise est une armée faite de milices. J’ai l’impression que l’armée malienne est une armée républicaine qui ne contient pas de milices.

    Il manque juste à cette armée des moyens matériels et financiers pour faire du bon boulot face aux terroristes. Si IBK était au pouvoir, n’oublions pas que c’est cette même armée qui avait chassé ATT et avait remis le pouvoir aux civils en organisant les élections. Ce sont les politiciens maliens qui ne sont pas sérieux.

  34. Ngolo dit :

    Le coup d’état au Mali est la faute de la malgouvenance, de la corruption à outrance d’ un président et sa clique qui n’ont pensé qu`à se servir sans état d’ame en laissant le peuple dans la misère la plus sombre. IBK, ses enfants, sa clique se sont comportés comme la pluspart de ces dirigeants ont fragilisé la démocratie encore faible par leur inconscience, gloutenerie sans frein.

  35. Val de Nantes dit :

    Ces présidents africains ,qui n’en sont pas , sont des véritables vautours des finances publiques …
    La honte de l’Afrique a un nom ; ce sont ces présidents dont l’unique but est de spolier leurs richesses nationales .
    Des prédateurs assoiffés de satisfaire leurs désirs illimités de plaisirs inextinguibles .
    Comment dans ces conditions ,pourrait on faire aux futurs candidats à ce machin?
    Le temps ne serait il pas venu de changer de braquet ?
    À force de conduire le visage plaqué sur le guidon ,on ne voit plus le chemin .Tel est le cas épidémique des africains au sujet de cette présidenfolie qui ne leur réussit guère ….
    L’argent est un virus plus infectieux que le covid 19 . Les présidents africains en sont tous atteints …
    Le seul remède ,pour y parvenir pour les africains ,c’est de porter le masque anti – présidents ….

  36. La Sentence dit :

    Chè(e)r(e)s compatriote(s),
    Le Militant de la Résistance est (comme bon nombre d’entre vous) habituellement réservé vis à vis des pouvoirs militaires. Mais l’expérience nous apprend que des pouvoirs civils ont fait bien pires que des pouvoirs civils.

    Parmi les régimes militaires qui n’ont pas été si mal, il y a eu le Ghana de Jerry Rawlings, l’Egypte de Sadate et Nasser, le Burkina Fasso de Thomas Sankara, etc. En revanche toutes les démocraties de façade dirigées par des régimes sanguinaires Françafricains sont devenues des dynasties familiales. Sans exception, elles ont passé outre la limitation de mandats limités pour en embrasser un 3ème sans limite, avant de passer le témoin à leurs progénitures ! Ni l’ONU, ni l’UA n’ont jamais appelé au respect de l’ordre constitutionnel. Et ce sont des putschistes de la CEDEAO qui osent crier au putsch quand ça leur arrive ? C’est l’hôpital qui se moque de la charité.

    Le fait que Assimi Goïta ne soit pas (comme certains généraux en carton) sorti de Saint Cyr et autres écoles d’aliénation du même acabit est peut-être un bon signe. On l’espère en tout cas, mais seul l’avenir nous le dira.

    Toutefois, il faut noter que l’armée malienne s’était mieux réorganisée ces dernières années à la suite de différentes formations militaires dont elle a bénéficié. Mais ce sont les troupes de la Force Barkhane qui les empêchent de se déployer vers le Centre et dans le Nord du pays pour en finir avec les djihadistes en fuite. Ces obstacles ont permis à l’armée malienne de constater que IBK et la France n’ont aucune volonté de mettre fin au djihadisme lié à Al Qaïda et à l’État islamique opérant dans le Sahel. L’oligarchie malienne se moque des militaires qui sont sacrifiés sur l’hôtel du commerce inter-oligarchique. C’est en effet le djihadisme qui justifie l’occupation et le pillage du Mali.

    Chaque soldat malien gagne maintenant entre 75 000 et 100 000 francs CFA par mois. Or, IBK a corrompu des généraux qui sont devenus des milliardaires sans doute pour acheter leur silence. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase dans les casernes. Parmi les personnalités arrêtées figurent le ministre de la Défense et celui de la Sécurité, les généraux Ibrahima Dahirou Dembélé et M’Bemba Moussa Keïta, le président de l’Assemblée nationale Moussa Timbiné et le chef d’état-major de l’armée, le général Abdoulaye Coulibaly.

    Si la situation malienne ne peut être identique à celle du Congo, le cas malien nous rappelle cependant qu’il n’y a pas de fatalité. Car au Mali, ce sont des colonels qui ont pris leurs responsabilités en désarmant et en « coffrant » des généraux corrompus. Telle est la leçon à retenir. C’est donc également au peuple congolais (civil ou militaire, peu importe) de prendre ses responsabilités.

    IBK était aux abois. Devenu un allié objectif de la France malgré les réserves initiales liées à sa confession religieuse, l’Imam Dicko était apparu le pion instrumentalisé comme une alternative possible pour sauver les meubles au cas où… Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) vient donc couper l’herbe sous les pieds de la Françafrique car les maliens (aussi musulmans soient-ils en majorité) ne veulent pas que le Mali devienne un Califat sous la botte des émirs de l’Arabie Saoudite, du Yémen et du Qatar (eux aussi alliés objectifs de la France). Voilà pourquoi l’Imam déçu de ses prétentions vient de se mettre en retrait en attendant probablement que le Conseil de sécurité des Etats trafiquants d’armes viennent prochainement à sa rescousse en l’installant au pouvoir. Et ce sont des putschistes de la CEDEAO qui se mettent à dénoncer un prétendu putsch ? C’est l’hôpital qui se moque de la charité. Bien que le doute soit permis, il faut juste souhaiter que le Comité national pour le salut du peuple ne trahisse pas les idéaux de la révolution malienne. C’est une bataille qui se trouve gagnée. Reste à gagner la guerre…
    L’ambassadeur de Russie au Mali est l’un des premiers diplomates étrangers à être officiellement reçu par les militaires de la CNSP le vendredi 21 août 2020. À sa sortie, Igor Gromyko n’a prononcé devant la presse qu’une seule phrase : « Nous avons discuté de la sécurité. »
    Les militaires de la CNSP ont affirmé ce matin qu’ils souhaitent faire une transition de trois ans pour revoir les fondements de l’État malien. Peut-être un clin d’œil à tous ceux qui souhaitent que « l’Afrique noire doit inventer sa propre gouvernance politique, économique et sociale sur le modèle de la gestion d’une entreprise, avec l’obligation des résultats ? » Seul l’avenir nous le dira !

    VIVE LA RESISTANCE ! VIVE LA LUTTE ANTICOLONIALE ! VIVE LA RENNAISSANCE AFRICAINE ! VIVE LE KONGO LIBRE !

    La Sentence
    Du 24 août 2020

  37. Bulukutu dit :

    @Sentence. Merci beaucoup pour vos écrits.

  38. Samba Axel dit :

    Après lu la majorité des commentaires, je me rends compte qu’on est dans un bistrot où tout le monde veut se faire analyste politique, à chacun sa manière, c’est ce qu’un écrivain Congolais de chez nous(242) disait:  »la République des Savants », mdrrr. Assis derrière les écrans, entrain de rêver que l’insurrection populaire du Mali, que abusivement les autres appellent  »revolution malienne » est transposable au Congo, alors que vous êtes incapables de faire un sit-‘in pour renverser un chef de quartier ou un maire d’arrondissement. Que des spéculations. Pour ceux qui croient que cette insurrection presage des bonnes choses, vous avez des mémoires qui saignent, car pour votre infos, en 2012, Amani Toumani Touré renversé par les militaires, les jihadistes et leurs parrains français ont pris vite tout le nord et le centre du Mali, là ils restent qu’á prendre Bamako et le pays est bouclé, c’est un protectorat français que vous verrez naître.
    Quant à Alexis Samba, ce qu’on parle comme gouvernance du Maat, ce n’est que de la théocratie, et ce n’est pas le remède à tous les maux, la preuve les pharaons au nom de Dieu, étaient des tyrans réligieux, car ils étaient considérés comme les fils du Maat, la personnification de grand Égyptien, les pharaons avaient le droit de vie et de mort sur les citoyens, c’est vrai la gouvernance en Égypte avait fait crée pas mal des sciences, le droit, etc…, mais cela n’empechait pas que les basses classes ne se retrouvaient pas, et puis parlons des cas de notre époque, il ya les Ayatollahs en Iran, la théocratie, le Maroc, le Roi comme Commandeur des croyants, les monarchies du golfe, notamment l’Arabie Saudite, où la famille se voit comme destinée d’une mission divine, tu connais  je suppose toute la tyrannie, les discriminations, les problèmes socio économiques des peuples de ces pays. La bonne gouvernance, est complexe, il nya pas de remède universel pour tous les maux, on apprend, donc arrêtons de spéculer sur des époques lointaines, qui nous semblent à nous contemporains, tout était rose á ces époques comme celle de l’Égypte antique Noire, bien que grandiose en Sciences, Lettres et Arts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.