MON HOMMAGE AU PRÉSIDENT LISSOUBA . Par Jean Noel Mabiala

Je rends Hommage à l’Homme Pascal LISSOUBA,

l’incarnation de l’élite intellectuelle du Congo, voire de l’Afrique, à qui on pourrait tout reprocher sauf l’incompétence dans son domaine

Je rends Hommage au Président issu de la CNS, qui a marqué un tournant, (certes avorté et pour cause) dans l’histoire post Pérestroïka du Congo,

Je rends Hommage enfin au seul ou à l’un des rares Présidents élus au suffrage universel direct… depuis l’indépendance !

S’il y a un enseignement à tirer de sa présidence, je le formulerais en ces termes :

SI MOKOKO AVAIT GAGNÉ EN 2016, il est fort à parier qu’il serait tombé dans le même piège que le Président Lissouba en 1992 : c’est-à-dire, régner ou croire naïvement régner, en étant juché sur un nid infesté de punaises et sangsues, au service de l’homme qui dormait le 5 juin 1997.

Pour le reste, chacun est libre de critiquer l’aventure politique du Président Lissouba.

Et nous sommes nombreux à penser que la réconciliation ne fera pas l’économie de la vérité.

Cependant, la vérité naît de la confrontation, pas des imprécations et invectives.

Or, il ne ne saurait y avoir confrontation d’idées tant qu’une partie des contradicteurs est dans le deuil.

Bien lâche celui qui dégaine en sachant pertinemment qu’il n’y aura personne en face avec qui croiser le fer !

Aussi, la discussion, la confrontation ne perd rien d’attendre.

Nous-mêmes la préconisons, à la libération du pays, avec la mise en place d’une Commission Vérité et Justice, tellement il y a de blessures, pas seulement à la langue, tellement les principaux acteurs politiques congolais n’ont de cesse de créer de contentieux !!! 

Qui peut imaginer que le Congo peut se remettre debout et en ordre marche, sans faire la lumière sur la mort, en moins d’une semaine (entre le 18 et le 22 mars) des trois plus hautes autorités politiques et morales du pays, dont un des cadavres est peut-être quelque part dans un placard (à Mpila ou à Oyo) ?

Qui peut croire que l’on peut faire disparaître 350 personnes en plein jour… et endormir tout le monde avec un procès bidon !

Qui peut imaginer la paix, sans qu’ensemble nous ne puissions donner au pays les raisons de croire en un VÉRITABLE <<PLUS JAMAIS ÇA>>, en lieu et place de la complaisante cérémonie lavement des mains, au sortir de le Conférence Nationale Souveraine ?

Les guerres de 93-94; 97… celles en cours depuis 2016 dans le Pool, sont des blessures incurables pour beaucoup, pour le pays dans son ensemble. Personne ne doit ni le nier, ni en sous-estimer les ravages. Mais gardons-nous de les traiter avec légèreté, sous la seule approche émotionnelle et partisane.

Pour ma part, j’invite les compatriotes, notamment, celles et ceux de la diaspora, à pleurer en silence ou observer à distance les obsèques du Président Lissouba, dans la dignité, la responsabilité et le minimum de respect dû à la douleur et au deuil de sa FAMILLE BIOLOGIQUE. Car celle-ci n’est en rien comptable des actes politiques de leur parent.

Comme cela a été donné à le vivre à la famille du Président Yhombi et à celle du Premier Ministre Kolélas… eux-aussi étaient, chacun à sa place, protagonistes des événements incriminés aujourd’hui.

À ceux qui partagent avec moi la foi en l’homme et la croyance en sa perfectibilité, je vous invite à l’occasion du passage à l’Orient de cet orphelin, dont nous nous souvenons des larmes versées à la tombe de sa veuve de mère (Maman Marie Bouanga),

À Gémir, Gémir, Gémir

Et

À Espérer

Gardons l’Espoir d’un Congo libre tôt ou tard !!!

Par Jean Noel Mabiala

Diffusé le 29 août 2020, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à MON HOMMAGE AU PRÉSIDENT LISSOUBA . Par Jean Noel Mabiala

  1. Samba Axel dit :

    Cet hommage n’est pas étonnant quand on sait celui qui l’a écrit est Nibolek pour paraphraser lui même papa généticien tribaliste Lissouba, de son par son patronyme  »Mabiala ». Donc un nibolek rendant hommage à un autre, c’est entre eux, car Lissouba se considerait d’abord du Niari, avant qu’il soit congolais, ya ba colère vé! rires. Aujourd’hui, je retourne le slogan contre toi même Lissouba, ya ba colère vé papa Lissouba pour emboiter le pas dans ce que tu nous avait laissé comme heritage politique(négatif): Tribalisme. Le Sassou que vous critiquez tant aujourd’hui n’est que le copier coller de Lissouba: tribaliste, l’ethnie, le clan d’abord avant le pays. Si Lissouba avait su obtenir les faveurs de la France comme l’ont obtenu Sassou, il serait pire que Sassou, car ceux qui ont connu le Sasou I(1979-1992) savent qu’il n’était pas tribal comme il l’est maintenant que Lissouba durant sa présidence. Commençons par juger les crimes de Lissouba avant de juger ceux de Sassou actuel.Lissouba, tu seras classé au tiroir de l’histoire nationale, peut être dans le niboland, qu’on t’oubliera pas, mais je pense qu’ils(tes siens) mangent deja avec Sassou en te classant au tiroir, nous avons le courtisan Tsaty Mabiala, Kignoumbi Kia Mboungou qui continuent de se dire qu’ils sont des opposants, au fond non, on préfère un Mvoumba, un Thystère Marc qui assument qu’ils sont avec Sassou au lieu d’un Tsaty Mabiala qui continue de jouer à l’hypocrisie. Mon vieux Lissouba, nibolek de son état, que les ancêtres resistants de ce pays te jugent.

  2. Samba Axel dit :

    C’est vrai comme on le dit chez moi  »Wa foua, wa toma »(pour être apprécié, meurt), l’adage est nettement exact, à la mort, les gens feront table rase de tout ton mal, même celui a commis des crimes de guerres les plus pires comme éventrer des femmes enceintes, comme le fît Lissouba, pour parler que du bien. C’est le cas aujourd’hui des hommages amnésiques que nous voyons sur Lissouba, bien que c’est normal, car la plupart de ces hommages, viennent des siens, nibolek, pour paraphraser lui même Lissouba, rires. Tu iras dans la poubelle de l’histoire, encore mieux ya Ndenguess a pensé de laisser en exil meme mort.

  3. maclintoch dit :

    Mon cher Axel, je crois que votre tribalisme beat est si bien encre allant jusqu’a occulter votre raisonnement. Malgre tout le temps passe en Europe, vous vous comportez comme si vous eties a Brazzaville dans les grands quartiers de MKLKL. Helas! le sejour d’un tronc d’arbre dans l’eau ne peut se transformer en croccodile.
    Essayant un peu de prendre de la hauteur, et n’oublions pas que nous nous devons de respecter les morts et pensons a cette famille qui a perdu un etre cher, cette famille qui ne reverra plus cet grand qui a incarne l’espoir d’une generation. On comprend que les attentes etaient trop grandes par rapport au resultat obtenu, c’est pourquoi vous etes durs avec ce monsieur.
    Je comprends aussi que les attentes ne sont pas aussi grandes avec l’equipe actuelle en place, c’est pourquoi on en tient pas rigueur.
    Bref mettons nos ego de cote, gardons notre sang froid, parce que nous en avons besoin pour affronter ceux qui pillent notre pays le Congo.

  4. Je suis de passage dit :

    @Samba Axel
    Habituellement j’interviens très difficilement, mais avec un tribalisme aussi cru que vous affichiez, cher Monsieur, vous êtes une espèce très dangereuse et je plains pour vos descendants, si vous êtes en Occident, je me pose bien la question de savoir, quel type de valeur ou histoire du Congo enseignez-vous à vos enfants? Une histoire du tribalisme? pour reproduire les mêmes reflexes que vous? C’est vraiment triste qu’il existe encore dans ce Congo du XXI ème siècle une race comme vous qui aborde ces problématiques moyenâgeuses. Si c’est avec ce tribalisme aigu que vous ressassez sur cette plateforme, chaque fois que vous intervenez. Cher Monsieur, Sassou est 10.000.000 de fois mieux que vous. Vous êtes vraiment dégoutant lorsqu’on vous lit. Attention Monsieur, la vie ne tient qu’un fil. « Ce que le vivant est, le mort l’était. Ce que le mort est devenu, le vivant le deviendra ». Savez-vous le jour de votre mort, ou d’un de vos proches? Cher monsieur, un conseil, dans la vie, il faut être très prudent. Même si on intervient dans les réseaux sociaux, c’est pas l’occasion de venir verser ses pulsions ethniques dans cette plateforme. Même si c’est la mort de Sassou, il mérite respect. La Bible dit, il faut aller dans le lieu de deuil et non de fête, pour méditer.
    Je suis ni de Sassou, ni de Kolelas, ni de Lissouba…Je suis Congolais de passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.