Le Général Jean-Marie Michel Mokoko en réserve de la stratégie militaire et politique du pétrolier français Total ?

Le Général Jean-Marie Michel Mokoko en réserve de la stratégie militaire et politique de Total ? 

Total met la pression sur Sassou Nguesso pour la signature du contrat sur le terminal pétrolier de Djéno. En proie à des graves difficultés financières avec 8,4 milliards de dollars de pertes nettes au deuxième trimestre 2020, la major compagnie pétrolière française Total avec sa filiale Total E&P Congo veulent aller vers un arrêt de l’exploitation pétrolière au Congo-Brazzaville d’ici septembre 2020.    

Qu’on ne s’y trompe pas. Comme nous l’annoncions, ceci n’est qu’un coup de pression supplémentaire que Total exerce sur le gouvernement congolais afin que ce dernier renouvelle le contrat sur la gestion du terminal pétrolier de Djéno qui arrive à échéance en octobre 2020.    

Le grand hic pour nous les Congolais, c’est qu’en dehors de Total E&P Congo, personne ne sait combien de barils de pétrole sont produits par jour au Congo-Brazzaville. La gestion du terminal pétrolier de Djéno par une autre compagnie pétrolière mettrait à nu les magouilles de Total E&P Congo pour déclaration mensongère du nombre de barils exportés. Ce qui ouvrirait la voie à une réparation, un dédommagement pour le Congo-Brazzaville.      

Acculé de toute part pour des affaires peu reluisantes, monsieur Sassou Nguesso s’apprête à céder. L’acceptation d’une évacuation médicale en Turquie du Général Jean-Marie Michel Mokoko est le premier signe. Un épiphénomène pour donner un os à ronger aux Congolais. Mais cela ne suffit pas. La France ne décolère pas pour avoir vu son diktat ignoré et veut faire rendre gorge à son ancien protégé. L’outrance a des limites. Le pouvoir du Congo-Brazzaville devient un allié encombrant dont il faut absolument se débarrasser à tout prix à cause de ses frasques.    

Les biens mal acquis de son clan en France et la justice américaine sur les aventures immobilières hasardeuses de son fils frappent à la porte. Tout ceci est de nature à faire flancher monsieur Sassou Nguesso qui veut à tout prix sauver son trône et son fils au détriment des conditions de vie misérables des Congolais qui ne sont à ses yeux que ses sujets.    

Il est temps de remettre le peuple congolais au centre du village dans la gestion de ses richesses. Notre pays est déjà en faillite et il est hors de question qu’on le brade de plus belle en hypothéquant notre pétrole, notre principale richesse, qui maintien artificiellement en vie l’économie congolaise.    

Il n’est pas exclu que le contrat du terminal pétrolier de Djéno soit signé nuitamment sans que personne ne s’en rende compte, comme ils sont en train de vouloir le faire pour le passage du franc CFA à l’ECO avec les Chefs d’état de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), sans en parler aux populations concernées. Ainsi, à cause du ralentissement de l’économie mondiale dû au COVID-19, Total pourra compenser ses pertes abyssales avec Total E&P Congo sa vache à lait.           

Si le contrat n’est pas signé, Total n’exclura pas d’user de ses anciennes méthodes de barbouze. Ainsi, le Général Jean-Marie Michel Mokoko, en réserve de la stratégie militaire et politique de Total bras armé de la France dans cette partie du globe, revenu requinqué de la Turquie et non pas de la France pourra prendre le pouvoir à monsieur Sassou Nguesso, comme il avait voulu le faire avec monsieur Milongo pendant le gouvernement de transition issu de la Conférence nationale souveraine. Ce scénario qui est dans les tiroirs fait peur au pouvoir en place car ayant bénéficié des mêmes procédés de Total pour revenir au pouvoir et chasser monsieur Lissouba en 1997. Le Général Jean-Marie Michel Mokoko du fait de sa popularité indéniable à l’intérieur comme à l’extérieur du Congo-Brazzaville, apparait dorénavant comme un épouvantail dans le champ paisible des Sassou Nguesso et compagnie.    

Les prochains cargos pétroliers de Total E&P Congo seront scrutés à la loupe pour voir si ceux-ci ne contiennent pas des armes de guerre pour l’opposition congolaise qui s’apprête à déposer le tyran d’Oyo.    

Les jours à venir seront difficiles à vivre pour le peuple congolais. Les achats d’armes de guerre à la Turquie rapatriés de nuit sur Brazzaville sont là pour imposer son fils, le seul à pouvoir assurer la survie du clan au détriment d’autres membres non moins influents du premier cercle. Le couvre-feu imposé de 20 heures à 5 heures du matin n’est pas là pour enrayer l’épidémie du COVID-19 au Congo-Brazzaville ; Mais c’est bien pour surveiller les allées et venues des uns et des autres, et le cas échéant être prêt à riposter au rapport de force imposé par Total. Autant faire d’une pierre deux coups ! Hélas, c’est trop tard. Les armes de guerre sont déjà sur le territoire congolais. Le ver est dans le fruit. Les forces vaillantes de l’armée congolaise n’attendent plus que le signal d’envoi des hostilités pour neutraliser ce régime.      

L’élément déclencheur de l’insurrection du peuple congolais pointe à l’horizon. Nous allons bientôt essuyer nos larmes séchées pour avoir trop longtemps pleuré. Tout système a une fin et c’est la musique du chant de cygne qui se fait entendre au loin, se rapprochant de plus en plus au jour le jour.    

Que Total E&P Congo s’en aille du Congo-Brazzaville. Nous, peuple congolais, n’avons jamais bénéficié des retombées de l’exploitation de notre pétrole. Deux symboles navrants illustrent bien cette méprise : L’ambassadeur de France au Congo-Brazzaville vit dans une case, appelée la case de Gaulle à Bacongo et le  bâtiment du Centre culturel français à Brazzaville bénéficiant d’un emplacement de choix n’est pas digne d’un pays comme la France. Quant à celui de Pointe-Noire, il vaut mieux ne pas en parler. La bibliothèque de la plus petite bourgade française est mieux construite et mieux dotée que les centres culturels français du Congo-Brazzaville. Le moment venu nous bâtirons à la place de grandes bibliothèques numériques et une belle bâtisse digne d’un pays soucieux de son avenir.      

La colonisation sous la forme d’une néocolonisation n’a que trop duré. Le peuple congolais reste debout nonobstant toutes les turpitudes de sa vie quotidienne qui ressemblent à un labyrinthe sans voie de sortie.    

Il est temps de panser nos plaies du passé pour mieux penser l’avenir. Nous devons cibler les vraies problématiques de notre pays et le pétrole en est un. Nous pouvons avoir le plus beau projet de société mais sans ressources financières, il nous sera impossible de le mettre à exécution.     

Les troubles sociaux sont à venir au Congo-Brazzaville car Total mettra sa menace à exécution gain de cause ou pas. En face, ils sont déjà prêts. Ne voulant plus vivre d’une guerre civile fratricide à l’instar de celle du 05 juin 1997, l’opposition congolaise s’organise pour coordonner la chute sans effusion de sang du régime moribond du Congo-Brazzaville. Le coq nous réveillera de nouveau le matin, les oiseaux se remettront à chanter, la verdure réapparaitra, l’eau recoulera des robinets et la lumière rejaillira telle cette vérité longtemps enfouie.    

Même quand les forces semblent nous abandonner, l’espoir nous incite à essayer encore et encore jusqu’à la victoire finale. Restons vigilants jusqu’en octobre 2020 et au-delà. Ce jour-là le soleil se lèvera après tant d’années de ténèbres et le Congo-Brazzaville resplendira.   

Le peuple congolais à l’instar du peuple malien doit recouvrer sa souveraineté pleine et entière de décider seul des dirigeants devant exercer le pouvoir pour son bien-être. Monsieur Sassou Nguesso n’ayant pas été élu démocratiquement et reconnu dans le monde comme un dictateur, nous n’avons pas à craindre les sanctions de la CEMAC, de l’UA (Union africaine), de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie), de l’UE (Union européenne) ou de l’ONU (Organisation des Nations unies).   

C’est Arthur Schopenhauer qui écrivait : « La difficulté n’est pas de voir ce que personne n’a jamais vu mais de penser comme personne n’a jamais pensé au sujet de quelque chose que tous voient. »   

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Diffusé le 31 aout 2020, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Le Général Jean-Marie Michel Mokoko en réserve de la stratégie militaire et politique du pétrolier français Total ?

  1. Anonyme dit :

    S.P.A.E.F(sté des pétrole de l’AEF),ERAP,elf et aujourd’hui total congo,en signant avec oxy pétroleum(américaine) elf (total) et les francais t’accusait (LISSOUBA) d’avoir fait entrer le loup dans leurs bergerie(le pétrole de congoais) ,la suite nous la connaissant ,la guerre,tant que total existera la guerre aussi sera la.Le fln algerien l’avait compris très tot ,après une guerre sanglante la france à tout perdu en algerie y compris le pétrole.aujourd’hui total tien en étau l’afrique centrale.le fln algerien a eu raison.

  2. Val de Nantes dit :

    Une situation totalement ubuesque où le Zeus du Congo impose sa loi au delà du Congo en s’appuyant sur le baril du pétrole …
    Que la communauté internationale nous dise en quoi Sassou est -il si important pour qu’on n’arrive pas à contrecarrer sa volonte d’humilier tout un peuple ?

  3. La Bite du Cheval dit :

    Elle croit savoir et estime qu’il lui assure la stabilité nécessaire (pour elle toute seule) pour voler paisiblement l’or noir con-go-laid, en attendant de trouver un autre pantin pour continuer ‘angéliquement’ leur dégueulasse forfait.

  4. Val de Nantes dit :

    Le nouveau Mali dit non au modèle politique français …
    Eh oui , ces présidents africains ne sont que des satellites de la france .
    Ces institutions sont des passe droits aux intérêts français au détriment des intérêts locaux .
    Une des innovations ,c’est le changement de code d’accès sur le digicode affiché sur l’entrée des pays africains par la France ..
    Une cogestion du pouvoir politique par deux organes politiques est la clé de réussite pour une Afrique noire émancipée ….
    Un premier ministre + les parlementaires tatillons et intellectuellement bien armés = indépendance souveraine de l’Afrique noire …
    NB , un modèle économique donnant quitus aux grandes régions .

  5. Val de Nantes dit :

    Mokko ,le prisonnier intime de Sassou et de la France .
    La francophobie est la conséquence de l’intervention française néfaste dans les affaires africaines .
    La France paie le prix de sa diplomatie inhumaine à l’égard des africains .Le nouveau siècle est celui de l’émancipation de l’Afrique noire vers des horizons conçus par l’élite africaine longtemps réduite à accompagner des supports , valets ,voleurs placés au sommet de ces Etats atteints du nanisme économique et politique ….
    La France demande qu’on remette le même système politique aux Maliens ,lesquels ont préféré réfléchir sur le modèle politique français transposé au Mali dont les résultats restent inexistants ..
    Cette demande française est le vrai de la France dépendante de la médiocrité de la pensée africaine ..
    Moins vous êtes bons et, plus la France vous cajole dans le sens de la condescendance néo colonialiste .

  6. Malonga dit :

    MOKOKO c’est la pièce de rechange de la France-Afrique en République du Congo. Vous pleurez l’indépendance, la souveraineté, vous aurez un autre dictateur qui s’appelle MOKOKO, l’homme au coup d’Etat!

  7. Coco Ananas Ngayi-Ngayi dit :

    MonCoco, un opportuniste du NORD pro-Sakoul pour la conservation du pouvoir en haut de la hampe.

    NE PAS SE LEURRER: JAMAIS !

  8. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    Attendez-vous à 25 minutes d’éclairages du flou constaté sur la situation de Jean Marie Michel Mokoko. Nous allons examiner les faits de ses derniers temps qui se sont déroulés autour de Jean Marie Michel Mokoko. Nous exploiterons ensuite les rumeurs qui circulent actuellement autour du flou existant entre Denis Sassou Nguesso et Jean Marie Marie Michel Mokoko.

    Nous analyserons enfin, le climat francafrique délétère entre celle-ci et monsieur Denis Sassou Nguesso. Et quelles seront les perspectives transitoires pour que Denis Sassou Nguesso dégage sans conditions? https://www.youtube.com/watch?v=cc-uHgjH3TU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.