Le Président Marien NGouabi annule la condamnation à mort d’Ambroise Noumazalaye , Camille Bongou , Kimbouala-NKaya , Benoit Moundele, Kombo-Matsiona et autres partisans du M22 (21 avril 1972)

Le Président Marien NGouabi destitue des officiers militaires suite au Mouvement du M22 (22 mars 1972)

Le Président Marien NGouabi crée la première garde présidentielle (28 mars 1972) et la Cour martiale (28 février 1972), suite au coup d’état manqué d’Ange Diawara et le M22

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le Président Marien NGouabi annule la condamnation à mort d’Ambroise Noumazalaye , Camille Bongou , Kimbouala-NKaya , Benoit Moundele, Kombo-Matsiona et autres partisans du M22 (21 avril 1972)

  1. Jean OKOMBA dit :

    Une justice vraiment expéditive quoi. Le 22 Février 1972 c’est le jour du fameur coup d’Etat du M22. C’est curieux qu’une instruction judiciaire a même déjà été réalisée et une justice prononcée sur ceux qu’on peut à ce stade appeler les présumés criminels et non des criminels comme tels pour être condamnés comme le tribunal de Ngouabi est entrain de faire.

  2. maclintoch dit :

    vraiment curieux comme le constate Jean Okomba. C etait une justice a la noix. Les des etaient pipes et les cartes jouees d’avance.

  3. Kuna Mbanza dit :

    Pourquoi Marien Ngouabi a t il amnistié Noumazalay? Tout simplement il s’était rendu compte que Noumazalay, son frère du Nord était le commanditaire des assassinats de Matsocota, Pouabou et Massoueme en février 1965. En plus Noumazalay était leur idéologue, celui qui avait démontré à Ngouabi et d’autres leasres nordistes qu’ils n’auront jamais le pouvoir par les urnes, si ce n’est que par la force des armes. Ngouabi ne pouvait donc pas le sacrifier au nom de la prédominance de l’ethnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.