Madame Claudine Munari, l’étoile filante qui va se consumer et disparaître

Sortie nuitamment du Congo-Brazzaville après des années d’embastillement et à la faveur du décès de son mentor feu monsieur Pascal Lissouba, madame Claudine Munari se fait discrète en France. 

Cette stratégie étonne plus d’un pour la Présidente de la Fédération de l’Opposition congolaise qui est supposée incarner la résistance au Congo-Brazzaville contre la dictature. Mais, nous savons que toute femme ou tout homme a un prix.  Le despote du Congo-Brazzaville ne peut se contenter de vous laisser sortir de sa prison à ciel ouvert si vous ne lui donnez pas des gages d’allégeances en retour. Monsieur Paulin Makaya étant droit dans ses bottes et dans ses convictions paye le prix de cette insubordination. Il se voit ainsi privé des privilèges que l’on accorde aux alliés d’hier devenus pour la circonstance des opposants d’aujourd’hui. 

Toute crise est avant tout une crise médiatique. Si le voyage de madame Claudine Munari est d’ordre privé, alors il n’est pas de notre ressort d’en connaitre la moindre teneur car cela relève de sa vie privée. Cependant, à partir du moment où elle cherche à rencontrer ses compatriotes de France et de Navarre pour échanger sur la situation politique du Congo-Brazzaville, ce voyage devient public. Dans ce cas, il eut fallu annoncer sa présence via un communiqué de presse sur les réseaux sociaux car selon les règles de préséance c’est celui qui arrive qui s’annonce. Que nenni ! 

Le mystère a commencé à se dissiper par des photos savamment distillées et des selfies pris çà et là. Pour la communication d’un leader politique l’on pouvait s’attendre à mieux. Un communiqué de presse aurait été plus raisonnable au lieu de se complaire dans l’affichage. 

En politique, il faut toujours sortir de son champ de confort, des sentiers battus, pour aller discuter, échanger, entendre, essayer de convaincre ceux qui ne pensent pas comme vous ; Car de la discussion jaillit la lumière. Nous savons tous que la méfiance est grande entre la diaspora et nombreux de ceux qui prétendent incarner localement le leadership contre le pouvoir de monsieur Sassou Nguesso. À bien y voir et revoir de très près, ils ont tous travaillé ensemble, scandé les mêmes slogans, berné le peuple, se sont congratulés et ont bu le champagne alors que le peuple congolais n’a toujours pas d’eau potable et est dans la misère depuis plus de 60 ans, après l’indépendance. 

Toute femme ou tout homme a droit à la rédemption. Mais encore qu’il faille reconnaitre ses errements, les expliquer, faire amende honorable et fixer un nouveau cap afin de sortir le peuple congolais de ce chaos ambiant entretenu pour les besoins de la cause. La consanguinité politique est telle qu’au Congo-Brazzaville c’est le recyclage et non le renouvellement de la classe politique qui pointe à l’horizon. Ceux qui jadis ont occupé des postes ministériels veulent capitaliser sur cet acquis pour bien ancrer leur position dans la société. Mais pour quel bilan ? Les patronymes ne suffisent plus pour faire de la politique car les temps ont changé. Le peuple congolais ne peut plus se contenter de se nourrir de la politique du coup de menton, de causeries, des émotions et des arrangements sous le manteau. Il a besoin d’actions concrètes. 

Comment organiser une opposition congolaise bardée d’egos, alors que seul le rassemblement de toute l’opposition congolaise responsable est nécessaire pour venir à bout de cette dictature et faire ainsi face aux défis que traverse notre pays. 

Tous les anciens ministres de monsieur Sassou Nguesso sont sur les starting-blocks pour la prochaine élection présidentielle de 2021. Certains, comptables de la guerre civile du 05 juin 1997 veulent se créer une virginité en nous donnant à travers des conférences de presse des leçons d’économie alors qu’ils furent Ministre des Finances de 1997 à 2002, période pendant laquelle plus de 400 000 congolais perdirent la vie pour une folie des grandeurs. Quelle crédibilité accorder à ces derniers qui n’ont jamais fait leur mea culpa et qui croient détenir la science infuse. Le cas d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, d’économiste à dictateur est encore d’actualité. « Aucun homme n’a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge » disait Abraham Lincoln. 

Dans cette chienlit, il est de bon temps pour le dictateur de reprendre ses anciens alliés qu’il avait choisis, sortis de l’ombre, nourris pour gouverner ensemble car il connait les faiblesses de chacune et chacun. L’homme a peur de l’inconnu. 

La causerie de madame Claudine Munari du 20 septembre 2020 avec ses courtisans a été faite sur invitations et le lieu tenu secret pour des problèmes de sécurité on suppose. Des personnes triées sur le volet ne pouvant apporter aucune contradiction sur le discours de la madone qu’ils ont écouté religieusement. À priori rien de nouveau sous le soleil car les problèmes que traversent notre pays sont connus de tous. Nous avons besoin de stratégies politiques efficaces pour y arriver. Cette façon de faire de la politique courtisane clientéliste est révolue. Seul le débat d’idées doit être promu. La pandémie du COVID-19 a bon dos pour évoquer des problèmes de distanciation sociale et des gestes barrières. Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir opté pour les médias des réseaux sociaux, la visioconférence, afin de délivrer un message au plus grand nombre des congolais ? 

Comme certains avant elle, madame Claudine Munari a préféré d’abord s’adresser à son cercle restreint, ses partisans, au lieu de porter la parole à toutes les Congolaises et tous les Congolais soucieux aussi bien qu’elle des malheurs que traverse notre pays. Le chemin est encore long pour se débarrasser des vieilles habitudes de népotisme qui ont fait sombrer notre pays devenu moribond. 

Notre opposition congolaise ne se fera qu’avec le rassemblement de tous, leaders et militants, qui se battent au quotidien pour obtenir un dialogue national inclusif, la libération des prisonniers politiques et l’avènement d’une nouvelle république débarrassée des aventuriers en armes et dans laquelle chaque voix comptera. Cela se fera devant tout le peuple congolais pris à témoin et non dans les salons parisiens très coûteux en cette période de disette. 

Libre de sa parole, nous aimerions entendre madame Claudine Munari sur les questions du renouvellement du contrat du terminal pétrolier de Djéno qui arrive à échéance en octobre 2020 ;  Et de la guerre que se livre la Société congolaise des transports maritimes (Socotram) appartenant à monsieur Wilfrid Guy César Nguesso, neveu de monsieur Sassou Nguesso, en association avec le groupe parapétrolier Bourbon offshore et le port autonome de Pointe-Noire, sur la principale activité lucrative du pilotage, remorquage et lamanage des tankers qui viennent charger aux terminaux pétroliers  offshore de Djéno, Nkossa 2 et Yombo. Ces services stratégiques et rémunérateurs pour la survie du port autonome de Pointe-Noire sont actuellement assurés par ce dernier qui n’a pas l’intention de les céder. Encore une tentative de la famille gloutonne Sassou et Nguesso de s’accaparer des biens des Congolais, non contents d’avoir dilapidé plus de 14 000 milliards de francs CFA des générations futures du trésor public. Le collectif des syndicats représentatifs du port autonome de Pointe-Noire dénonce une privatisation rampante des secteurs clés du port à la faveur des Sassou et Nguesso.    

Bon séjour en France à madame Claudine Munari qui a pu sortir de cet enfer sur terre qu’est le Congo-Brazzaville. 

Ressaisissons-nous dans l’union pour mieux affronter les vrais challenges qui s’offrent à nous, avec l’unité pour principe, le travail pour base et le progrès pour but. 

Telle une étoile filante qui va se consumer et disparaitre, madame Claudine Munari, la diva, traverse le ciel français avec dans son sillage une trainée d’étincelles qui ne fera qu’embraser davantage les flammes d’un feu qui couve depuis longtemps dans la diaspora congolaise de France et de Navarre. Et tout ceci n’augure rien de bon. 

Celle qui rêvait d’un destin national devra maintenant se contenter de celui d’une feuille morte qui au gré du vent vient de tomber dans le brasier du sectarisme. 

Le Congo-Brazzaville a plus besoin de pompiers que de pyromanes. 

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Diffusé le 21 septembre 2020, par www.congo-liberty.com

Diaspora ya nzala ou diaspourie congolaise de Paris dans les jupons de Claudine Munari .

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Madame Claudine Munari, l’étoile filante qui va se consumer et disparaître

  1. Samba dia Moupata dit :

    Le seul regret c’est mon petit frère bien aimé Mpandi qui apparait dans cette photo, certainement des accointances tribaux . Cher Mpandi rencontré cette fille est une faute politique . Et nombreux pensent que c’est le président Lissouba le mentor de Claudine c’est qui est faux ,c’est plutôt Sassou son Mentor qui l’envoie en Roumanie a son âge pour l’école d’espionnage et l’empoisonnement . C’est bien après qu’elle se retrouve sur paris pour espionner des opposants . Le reste sur la photo ne me surprends en rien, ces opposants de connivences paresseux d’ailleurs personnes ne sais de quoi vivent ces rigolos , l’autre qui passe sa vie sur internet à critiquer Bilecko qui est éminent professeur de rhumatologie , pendant qui lui rien du tout , aucune référence .

  2. maclintoch dit :

    Grosse validation a Patrick A.Miakassissa pour cette dénonciation des pratiques partisanes et clientélistes qui ne nous honorent pas nous Congolais aussi bien de la diaspora que du reste du monde. Cette attitude vient une fois de plus prouver qu’il n y a pas de opposants au Congo sinon des accompagnateurs du pouvoir, qui sont la pour rendre crédible un pouvoir qui n a pas sa raison d’etre. Ton article est la petite pierre a l’édifice que nous sommes entrain de construire. Cette maison, notre pays le Congo mérite mieux que ce qu’on lui donne.

    Merci

  3. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    CLAUDINE MUNARI MABANDZOT ETAIT-ELLE EN MISSION DE SORCIERIE OU D’ESPIONNAGE DANS LA DIASPORA?

    L’OPPOSITION A SASSOU NGUESSO AU PAYS ET DANS LA DIASPORA « C’EST FINALEMENT LA SORCERIE OU L’ESPIONNAGE » ET POURQUOI? https://www.youtube.com/watch?v=M_OBizeNA_4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.