Le Club de Brazzaville et ses 300 milliards FCFA, est-il une association de malfaiteurs et de blanchiment d’argent volé par les NGuesso?

BGFI Capital mobilise 300 milliards de FCFA pour l’apurement partiel de la dette intérieure du Congo Brazzaville

(BGFIBank ) – BGFI Capital, la banque d’affaires du Groupe BGFIBank, structure une opération de 300 milliards de Francs CFA pour l’apurement partiel de la dette intérieure commerciale du Congo Brazzaville via la création du « Club de Brazzaville ».

Le Président Directeur Général du Groupe BGFIBank a effectué au Congo Brazzaville le 19 et 20 septembre 2020, un séjour de travail au cours duquel il est allé faire état, aux plus hautes autorités du pays, de l’avancée de la mission d’arrangeur et de conseil financier qui a été confiée à BGFI Capital, dans le cadre du projet d’apurement partiel de la dette intérieure commerciale du Congo.

Lors de l’audience que le Président de la République, Denis SASSOU NGUESSO, a accordé au PDG du Groupe BGFIBank, et à laquelle assistaient également le Premier Ministre et les Ministres des Finances et du Budget, Monsieur OYIMA a présenté le Groupement d’Intérêt Économique dénommé «Club de Brazzaville».

« Nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons conclu à la fois avec tous les créanciers de ce club et le ministère en charge des Finances et du Budget pour une enveloppe de trois cents milliards de francs CFA. Ce financement devrait permettre de régler une partie de la dette intérieure du Congo », a expliqué le PDG de BGFI Bank...Lire la suite sur agenceecofin.com

*********************************************************************************

Le Club de Brazzaville à la rescousse de Brazzaville

La planète finance s’est enrichie d’une nouvelle institution financière à l’instar de la Banque Mondiale, du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque africaine de développement (BAD) dans la sous-région d’Afrique centrale. Il existe le club de Paris pour les créances publiques. Il y a le club de Londres pour les créances commerciales. Désormais, il faudra compter avec le club de Brazzaville pour la résolution des difficultés financières des pays d’Afrique centrale à économie de rente gangrénées par la corruption.

Selon Henri-Claude Oyima, ces Banques figurant parmi les créanciers du Congo sont réunies au sein d’un groupement d’intérêt économique, dénommé Club de Brazzaville. A tout seigneur, tout honneur. A la tête de cette nouvelle institution financière s’est huché Paul Obambi, président de la chambre de commerce de Brazzaville et patron des mines de fer de Mayoko.

Le club de Brazzaville est un groupe réunissant la BGFI-Bank, la Congolaise de banque (LCB), Ecobank et la Banque sino-congolaise pour l’Afrique (BSCA). Jean Dominique Okemba est le président du conseil d’administration de la BGFI Bank. Le président directeur général de la BGFI, Henri-Claude Oyima, a annoncé le 19 septembre 2020 à Brazzaville la mise en place par un groupe de banques d’un financement de trois cents milliards de francs CFA, destinés à soutenir les entreprises en République du Congo.

Quel est le montant apporté par chacune des structures ? Comment vont-elles être remboursées ? A quelles conditions ? A quel taux d’intérêt ? Taux d’intérêt fixe ou variable ? En titre minier ? L’opération financière du club de Brazzaville recèle trop de zones d’ombre. La BGFI, cette banque qui a été créée sur les cendres de la banque d’ELF, la «  Banque Française Intercontinentale (FIBA) », mieux connue comme la banque des Présidents africains, a été au cœur d’une enquête française contre le groupe pétrolier controversé ELF.

La gestion de BGFI BANK comprend des personnes françaises toutes proches de Jean Dominique Okemba et tous anciens dirigeants de la banque pro-africaine, Crédit Commercial de France.

Dans la recherche des solutions visant à apurer la dette intérieure du Congo-Brazzaville, le gouvernement avait conclu, en mars 2020, un accord de financement avec le Club de Brazzaville. Le prêt de 300 milliards de francs CFA du Club de Brazzaville, car il s’agit bien d’un crédit, doit servir à soulager les finances des entreprises engagées dans les travaux de sable de Jean-Jacques Bouya et à rembourser les arriérés de paiement liés à la dette sociale (caisses de retraite CREF et CNSS). En définitive, le Congo-Brazzaville s’endette pour rembourser sa dette. Un véritable cercle vicieux.

Blanchiment

En attendant le versement de la deuxième tranche, dans le cadre de son programme économique conclu en juillet 2019 avec le Fonds monétaire international (FMI), le Congo-Brazzaville est tenu de solder la dette intérieure afin de favoriser la relance des activités du secteur privé. Cependant, bien malin qui pourrait indiquer le montant exact de la dette intérieure ainsi que la liste des entreprises concernées, c’est-à-dire celles qui ont effectivement réalisées des travaux.

Et, si le club de Brazzaville dirigé par la troïka constituée de Paul Obambi, Jean Dominique Okemba et de Henri-Claude Oyima n’était qu’un instrument de blanchiment et de recyclage de l’argent volé du Congo-Brazzaville et visant à berner le FMI ?

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Le Club de Brazzaville et ses 300 milliards FCFA, est-il une association de malfaiteurs et de blanchiment d’argent volé par les NGuesso?

  1. Samba dia Moupata dit :

    Cher Bilombot , Sassou voyant le mécontentement grandissant de ses parents Mbochis pseudo opérateurs économiques en réalité une bande d’escrocs , est obligé de s’endetter pour rembourser une fausse dette , des affairistes tricheurs à 99% Mbochis , il n’est pas rare de voir plusieurs nièces à Bouya , les filles d’okemba, Paul Obambi ou encore des prête-noms Libanais qui recevront un ou deux milliards sur compte au Maldive ou au Quatar .Cet argent servira a réalimentés les foyers des Mbochis en France et non à la relance . Notre pays ne produit rien ,il importe tout . Le mosseka , les cuisses de poulets , l’arachides, même les oranges , la banane nous viennent de la RDC .

  2. Contenus Tintamarresque dit :

    Le loup solitaire avec la mère des sciences occultes. Shhhhhh: criquets!

    Allô Maloango?

  3. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    BLANCHIMENT D’ARGENT VOLÉ AUX CONGOLAIS: LE CLUB DE BRAZZAVILLE SAUVERA T-IL SASSOU NGUESSO? https://www.youtube.com/watch?v=ssRpjfMK90I

  4. Prof. Alexis Samba dit :

    Une diversion de plus pour occuper le regard des Con-golais. Le Club de Brazzaville n’a aucune personnalité juridique. Si ces gens avaient juste une petite trace d’honnêteté intellectuelle, ils devraient l’appeler « Club d’Oyo », pour la simple raison que la planche à billets (faux billets) se trouve à Oyo, avec leur BEAC de l’Alima.
    En plus de la BEAC de Ouesso, l’homme des gisements pétroliers imaginaires « Ngoki » des marécages à « ngola » ou silures « mabongo », a jugé bon, dans ses délires autocrates, d’ériger une autre banque centrale des Etats de l’Afrique centrale à Oyo.
    Si vous visitez Oyo, vous verrez que ces banques (LCB, BGFI, BSCA et Ecobank) sont bien présentes dans un même petit périmètre.
    L’unique question qui se pose est celle si : ont-ils assez de produits chimiques et du bon papier pour faire produire 300 milliards de ces faux billets?
    Les billet de 500, 1000 et 2000 fcfa qui sortent ses derniers temps de la « Planche » d’Oyo sont quand même trop rigides comme ce régime d’oyocratie. Des billets en matière plastique difficile à manipuler; de la chinoiserie de basse qualité.

  5. maclintoch dit :

    Merci mon B. Bilombot Bitadys pour ton article, c est vrai que c est des travaux de sable, vous n avez qu a voir la route Sembe, qui n’a meme pas fait 5 ans.
    C’est un systeme mafieux bien mis en place pour continuer a appauvrir les congolais.
    Au Sassouland on a pas pitie des canards boiteux.
    C est vraiment pitoyable

  6. Val de Nantes dit :

    Tous ces pêts et facilités financiéres dont pourrait hideusement bénéficier le Congo sont assis sur le seul revenu d’une région ,le Kouilou .
    Quelle honte vis à vis des mwana tsibamba !
    Pendant combien de temps ,allons nous sortir du statut « des esclaves économiques du Kouilou  » .?
    Les mbochis s’y sont abonnés , tel un drogué dépendant de sa substance toxique .
    La question de la dépendance économique du Congo vis à vis du Kouilou est le débat qui se profile demain au Congo et non la quête idiote d’un homme providentiel ( président )…
    L’idée providentielle advient des questionnements de notre réflexion sur l’évolution socio – économique de notre pays …
    « Je pense donc je suis  » dixit Descartes .
    Si la présidentielle au Congo est le bail prolongé pour l’accaparement des recettes pétrolières du Kouilou , il serait logique de planter au sommet du pays un nvili et ce ,de façon pérenne …
    Vous prenez leur pétrole ,et refusez qu’il prenne la tête du pays ,il va falloir choisir ..
    Si vous avez accepté le statut « des esclaves économiques des nvilis , acceptez aussi celui des esclavages politiques .
    Il faut aller au bout de votre logique ,c’est le minimum de cohérence que l’on pourrait demander à des compatriotes mendiants …et fainéants .

  7. Anonyme dit :

    Bonjour à tous,
    Arrêter vos réflexions basées sur le tribalisme. Vous n êtes pas supérieurs à ceux qui sont aux affaires.
    Ce qui tue le congolais c’est notre ego en sus de cela nous n’apportons pas les idées pour construire mais plutôt pour détruire. Beaucoup de nos compatriotes passent leur temps à prononcer les mauvaises paroles sur ce beau pays. Il n’a pas que les M’bochis qui volent.
    Ce raisonnement et langage méritent le changement du logiciel mental.

    Merci.

  8. VAL DE NANTES dit :

    Voilà ce qui advient lorsqu’on se borne à admirer ce poste inutile , au lieu de chercher l’idée qui pourrait nous sortir de l’âge de la minorité (Kant ) , celui de la formulation de la question par pourquoi au détriment du comment .
    Pourquoi symbolise l’ignorance ,cependant le comment explore la piste de la raison pour la compréhension des faits qui handicapent l’être congolais dans son conatus spinoziste ( sa progression naturelle).
    Le pourquoi s’en remet à l’émotion humaine Senghoriste sans y apporter la moindre contradiction argumentative ..
    Le comment refuse toute idée préétablie et entame un processus dialectico- dialogique pour enfin trouver cette vérité politique issue de la raison .
    Il est des choses dont l’entendement ne peut être perceptible de nos jours tant leur existence relève de la période mythologique ….
    Quel est ce pays qui vit de la mendicité nationale et internationale ,alors qu’il dispose de toutes les faveurs de dieu nature « c’est le Dieu de SPINOZA « .?
    Comment concevoir un Congo FLAMBOYANT ,si nous manquons d’idées innovantes ?
    Quel est le modèle de développement économique qui sied au CONGO de demain ?
    Notre CONGO pourra t-il se développer seul sans être mis dans un écosystème des pays qui l’environnent ?
    Aurions nous besoin d’un parlement de l’Afrique centrale active ,à l’instar de l’UE ,pour lancer la locomotive politique et économique des Etats de l’AFRIQUE centrale ?
    Ce qui est certain ,c’est que le CONGO, pris isolément, ne pourra décoller sans une intégration des économies de l’AFRIQUE centrale …
    La force du fédéralisme ,c’est le libéralisme économique basé sur l’esprit de son père fondateur qu’est ADAM SMITH . (RICHESSE DES NATIONS ).
    Le but d’une création stricto sensu d’un marché de l’AFRIQUE central ,est l’écoulement des productions ,lorsqu’on a satisfait les demandes nationales .Ce sont là des synergies économiques et politiques entre pays Africains sur lesquelles nous devons travailler pour l’amélioration de nos conditions de vie .
    En 1993 ,étudiant en économie européenne ,après un stage au LUXEMBOURG , siège de plusieurs institutions européennes , pour l’étude des critères de Maastricht (convergence des indicateurs économiques ) ,j’avais compris l’impérieuse nécessité pour un pays d’intégrer un groupe des Etats pour s’assurer un développement harmonieux .
    Un stage à l’issue duquel je me suis vu décerner ,après soutenance de mon mémoire , un sésame de deuxième cycle en économie des entreprises européennes .
    Un mémoire dont le thème portait sur la comparaison des économies flamandes et wallonnes belges …
    Pour votre gouverne , la région flamande est économiquement supérieure à celle des wallons affiliés culturellement à la FRANCE ,comme quoi .Rien ne naît de rien . Suivez mon regard .
    NB .LE LUXEMBOURG est un pays très nain ,mais qui nage en plein bonheur parmi les géants de l’EUROPE .
    Le secret réside dans l’exploitation efficiente de leurs cerveaux et non dans la recherche d’un homme providentiel .
    A force de chercher éternellement à élire un président de la république , vous finirez par chercher à placer au sommet du pays un DIEU monothéiste ..(être infini et parfait )…
    Que certains commencent déjà à lire la « torah ,le talmud ,la bible ,et le coran . Sachez que le bouddhisme ,c’est BOUDDHA .
    Bon courage ,aux chercheurs !!!.

    ît de rien .

  9. VAL DE NANTES dit :

    Au vu des agissements financiers ,des économiques des mbochis ,peut on en déduire que les « mbochis sont des esclaves financiers des Nvilis ?
    Cette question ,je me la pose ,car elle montre l’étendue de la paresse intellectuelle qui fait reposer la richesse d’une nation sur les recettes issues d’une seule région du pays .
    Ce qui me fait dire que le CONGO BRAZZA est économiquement unijambiste ?
    Supposons un seul instant que ce pétrole tarisse des puits du pétrole ,que deviendrait le Congo ?
    La solution viendrait d’un président de la république ou d’une idée à partir de laquelle le Congo pourrait enfin construire une économie qui soit véritablement nationale .
    NB; une économie nationale ,c’est l’addition des économies régionales .
    PIB /Nat = pibr1 +pibr2 +……….pibrn….Ceci est une expression mathématique de la somme des richesses produites par une nation au cours d’une année .
    pibrn =le pib d’une région et n le nombre des régions .
    PIB /NAT = RICHESSES PRODUITES pendant une année .
    Au vu de cette formule ,le Congo innove en supprimant les autres régions pour avoir
    PIB /NAT = Pib r1.(r1 ,c’est le kouilou ).
    Le triomphe des sciences des conneries sur les sciences économiques .

  10. maclintoch dit :

    Mon cher Val de Nantes, simplifiez les choses , parce que notre auditoire ne peut pas toujours capter ce discours philosophique impenetrable. Or le but de ce que nous ecrivons est d’informer, d’eduquer…

    Merci

  11. oyessi dit :

    Je ne suis pas Mbochi. L’état me doit de l’argent depuis 2009 pour un travail fait, réceptionné. Je paie la cnss et paie mes impôts.

  12. VAL DE NANTES, Attention à un ODJOUKOU NVILI dit :

    @mon cher MACINTOSCH.
    Validation sur un point : celui de l’éducation .
    En effet ,je fais à dessein afin de faire partir nos compatriotes dans les lieux de connaissance ,de savoirs pour mieux préparer le Congo de demain : j’ai cité ,les bibliothèques et autres .
    Oui ,c’est par cette transmission des connaissances que nous allons commencer à ébaucher le devenir, politique ,économique et social de ce Congo dont tout le monde souhaite la mue .
    Condorcet déclarait ceci  » une démocratie n’est crédible qu’à une seule condition ,celle de s’arracher à l’ignorance .
    La connaissance vient de la déconstruction du doute ,l’ignorance vient de son acceptation sans contestation …
    Le CONGO depuis son accession à l’indépendance à oublier de construire une économie nationale .
    Que dirais tu ,mon frangin ,de cette équipe nationale du football composée uniquement des joueurs du pool ?
    A quelle échelle ,cette équipe serait nationale , à l’intérieur ou à l’extérieur du pays
    ?.
    Si je m’amuse à dire de cette équipe qu’elle est nationale ,ce serait manier la sophistique .
    C’est exactement ce que je pense de l’économie du pays qualifiée de « nationale  » par les sophistes du pays .
    Cette économie n’a de national que de nom ,car elle repose sur la richesse exclusive d’une seule région .
    Imaginez un jour qu’un ODJOUKOU nvili surgisse dans le kouilou nanti des velléités sécessionnistes ,que deviendraient ,économiquement et financièrement les autres régions accrochées au biberon des nvilis ?
    Voilà cette épée de NVILIS qui plane sur la tête du CONGO …
    Tenez ,je suis à MONS ,en BELGIQUE pour des raisons professionnelles . J ‘y ai rencontré un compatriote médecin qui me dit son aversion pour ce CONGO qui vit d’un jacobinisme moribond .
    La BELGIQUE a un modèle économique d’inspiration fédérale basée sur l’exploitation de toutes les richesses territoriales et humaines .
    La région flamande a usé de la philosophie rurale inspirée par NICOLAS BUDEAU et théorisée par François QUESNAY .
    C’est la physiocratie ( physis ,nature et kratein ,pouvoir ou gouvernement ) . GOUVERNEMENT DE LA NATURE .
    Alors ,le principe est simple ,il s’agit de valoriser l’ordre naturel qu’est la terre pour la création des richesses ..
    C’ est à partir de l’exploitation de leurs terres c’est à dire l’agriculture ,que les flamands ont pris le dessus sur les wallons accusés de « COLBERTISME  » (excès d’impôts ) pour s’enrichir .
    Le fédéralisme sera le réveil économique des autres régions du CONGO ENDORMIES
    par excès de jacobinisme présidentialiste ,CORRUPTIF ET ETHNIQUE …
    Mon cher frangin ,notre problème ,c’est le refus de réfléchir sur notre condition de vie…
    Comment un pays peut il associer la création de sa richesse nationale à l’absolue nécessité d’avoir un connard au sommet de l’olympe ?
    On se croirait au moyen âge où APOLLON DÉCIDAIT DE TOUT .On ne fut pas surpris que la pythie (oracle du temple d’Apollon ) proclamât SOCRATE comme le sage de la cité ATHENES , car elle était peuplée des ignorants …
    Telle est la situation du CONGO ACTUEL où tout le monde s’agrippe sur un seul revenu en oubliant d’exploiter de façon intelligente les ressources naturelles que possèdent d’autres régions ..
    J’ai honte de voir vivre mes parents des petits fragments de revenus volés aux nvilis .
    NB, PLUSIEURS habitants du pool et nordistes ont émigré à PONTON pour survivre .
    INCROYABLE !!!!

  13. Val de Nantes dit :

    À quand une conférence nationale consacrée au choix d’un modèle de développement économique au Congo ?..
    Un président de la république , le Congo peut allègrement s’en priver ,sans la moindre égratignure .
    Et tout le monde retrouverait sa respiration ,car cette fonction est très anxiogène pour le Congo . Sassou en a vidé tout le jus .
    C’en est fini le temps des présidents au Congo ,désormais le Congo s’en remettra à un pouvoir binaire entre un premier Ministre poli ,patriote et très encadré par des députés vétilleux sur la gestion de la chose publique …
    Inutile de faire porter sur la tête du pays des tonneaux vides au départ et pleins d’argent pendant l’exercice du pouvoir .
    Oui certains ont compris cette escroquerie nationale ayant des ramifications françaises …
    Le Congo n’en mourra point….et l’Ethiopie devrait nous servir d’exemple …

  14. Ndiaye dit :

    Le fédéralisme, une chance pour un Congo plus prospère.

  15. Magnificent website. A lot of helpful info here.
    I’m sending it to several friends ans also sharing in delicious.
    And obviously, thanks on your sweat!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.