Congo-Brazzaville : le Commandant Léonard Ngatse torture et exécute sommairement Darlaine Tambika

Silence, le Commandant Léonard Ngatse torture et exécute sommairement un citoyen à Brazzaville : l’OCDH réclame justice et sanctions exemplaires

Brazzaville, le 12 octobre 2020. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) est consterné par le meurtre du jeune homme Darlaine Tambika, à Brazzaville, République du Congo, le 24 août 2020. L’OCDH condamne cet acte ignoble avec la plus grande vigueur et réclame justice.

En effet, Darlaine Tambika, 22 ans, père de deux enfants, est appréhendé le 24 août dernier au rond-point de Bifouiti par une unité de police conduite par le Commandant Léonard Ngatse, alias Lucas, commissaire en poste au commissariat de police de Makélékélé. Il est environ 14 heures : dans la rue Ngouabi Kingoye, Darlaine Tambika est battu et abattu par balles de sang-froid devant une foule apitoyée, alors qu’il clamait son innocence.


LE CRIMINEL LÉONARD NGATSE, COMMISSAIRE DE POLICE DE MAKELE-KELE

Par la suite, le corps sans vie de Darlaine Tambika a été déposé dans une des morgues de la ville à l’insu des parents. Ces derniers, informés de la situation, partent à la recherche de leur fils. Finalement, il est identifié à la morgue du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B). Des sources à la morgue ont confié aux parents que le corps a été déposé par un policier, adjudant, du nom de Mouanga. Celui-ci aurait indiqué aux agents de la morgue que Darlaine Tambika a trouvé la mort du fait de la manifestation publique .

Le 26 août 2020, le Commandant Léonard Ngatse, reçoit les parents de la victime à son bureau. Il leur aurait indiqué : « …vous êtes conscients que votre fils est un malfaiteur, vendeur de chanvre. Il faisait l’objet de recherche par la police. Il n’est plus.… Je vous interdis d’organiser la veillée et aucun symbole mortuaire ne doit être trouvé chez vous… Le jour où vous serez prêts pour l’inhumation, venez me voir pour toutes dispositions liées à l’enterrement de votre fils… ». Par crainte de représailles, les parents ont cédé à la menace. Le fait pour ce commissaire d’interdire aux parents d’organiser la veillée et de porter dans des conditions dignes le deuil de leur fils constitue un comportement cruel et dégradant.

Les 27 et 28 août 2020, l’OCDH mène une recherche dans la zone du crime, recueille une vingtaine de témoignages sur les circonstances de ce drame et parvient à identifier les parents de la victime. « La scène se passe devant une foule et en présence de petits enfants qui sont aujourd’hui traumatisés, je pense », confie un des témoins interrogés. Le Commandant Léonard Ngatse n’en serait pas à sa première exécution extrajudiciaire selon les témoignages recueillis. Il est tristement célèbre dans la partie sud de Brazzaville, au nom du fallacieux prétexte de « lutte contre le banditisme ».

Le 8 septembre 2020, le parquet du tribunal de grande instance de Brazzaville délivre une réquisition à médecin. Le 9 septembre 2020, l’OCDH recourt à l’autopsie. Les conclusions du rapport du médecin légiste sont formelles. « …Darlaine Tambika est décédé des suites des coups et blessures volontaires. Décès par choc hémorragique en rapport direct et certain avec des plaies pénétrantes par balle, génératrice d’une hémorragie de grande abondance potentiellement mortelle :

  • Plaies cervicales pénétrantes (lésion de gros vaisseaux) ;
  • Plaies thoraciques pénétrantes (plaie des poumons) ;
  • Plaies abdominales pénétrantes (rupture de la rate, du rein droit, du mésentère). »

Le rapport révèle aussi l’existence : « des plaies et hématomes provoqués par des coups portés sur différentes régions du corps ». Lire la suite sur OCDH-CONGO…

CONGO-BRAZZAVILLE : CRIMES DES SUDISTES & IMPUNITÉ DES NORDISTES

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Congo-Brazzaville : le Commandant Léonard Ngatse torture et exécute sommairement Darlaine Tambika

  1. Samba dia Moupata dit :

    Arrêtons de légitimer ces miliciens ,avec des galons comme capitaines , commandants, colonels, généraux. Autres fois c’était Gildas Bangui , remplacé par Léonard Ngatsé à Makékélé deux tortionnaires et maintenant à Bacongo l’ancien tortionnaire de Ouenze Manzanza Gildas Boulala . C’est n’est pas par hasard , Sassou continu son génocide au pool .

  2. Anonyme dit :

    le genocidaire sassou ngue sot persiste et signe par le truchement de ses milices, chiens de chasse, armee, police… il tient a tout prix a exterminer les populations du sud du congo a petit feu…car sa devise est de peupler le sud de libanais, senegalais, rwandais, maliens, beninois, son clan et autres…

    JUSTICE SERA FAITE UN JOUR

  3. VAL DE NANTES dit :

    Aux congolais d’utiliser la devise des lumières : » sapere aude  » en latin ,c’est à dire ayez le courage de vous servir de votre intelligence …
    EVADEZ -VOUS de cet obscurantisme sassouiste qui fait de vous des ignorants .
    Commencer par vous poser la question de l’utilité de ce poste présidentiel au CONGO BRAZZA ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.