LE FRANC-MAÇON CONGOLAIS ET LA POLITIQUE

Par Christian KIADINGOU.

Pour essayer d’apporter de l’eau au moulin de mon ami Joseph Badila qui, dans le numéro 62 du journal L’Horizon Africain du jeudi 30 juillet 2020 a posé la question de savoir ‘’Quel rôle pour la franc-maçonnerie congolaise, dans la construction de la République ?’’, je me permettrais d’affirmer que les francs-maçons congolais, animés par leur idéal de ‘’réunir ce qui est épars pour écarter tout ce qui peut diviser’’ ont toujours essayé d’apporter leur pierre à la construction de la République. Par exemple, en 1990, quand le Président Sassou-Nguesso déclara lors de la tenue de la deuxième session ordinaire du Comité Central du P.C.T. : ‘’…cette fin de siècle s’annonce comme un temps de rupture, une période où les bonds et les sursauts de l’histoire ouvrent les portes de l’espérance et du renouveau pour tous les hommes de tous les horizons’’, les francs-maçons congolais profitèrent de cette brise d’ère démocratique qui soufflait depuis quelques mois dans notre pays, pour apporter leur modeste contribution au débat en cours. C’est la première fois dans l’histoire du Congo que les francs-maçons se prononçaient. Ce fut un acte extrêmement important dans la mesure où la franc-maçonnerie, sans être un parti politique, est bien, non une secte mais une organisation philosophique discrète dont les membres ne peuvent s’exclure des débats qui s’engagent dans la cité. Car parler ou faire de la politique, c’est parler de la vie de la cité, cette communauté politique souveraine et indépendante, dans l’Antiquité, dont personne n’est en situation ni en droit de se retrancher. C’est pourquoi, en tant qu’hommes du dialogue, de l’écoute mutuelle, du débat d’idées, du silence réflexif, de l’humanisme et de tolérance, les francs-maçons congolais envoyèrent le 10 août 1990, au Président Sassou-Nguesso, leur frère, une lettre dans laquelle ils exprimèrent leurs désidératas dont :

  • La liberté de constituer des partis politiques ;
  • La tenue d’une Conférence nationale où toutes les forces vives de la Nation seraient représentées conformément à leurs sensibilités et non selon des critères imposés par le P.C.T. ;
  • L’élaboration d’une Constitution garantissant le pluralisme politique, syndical, l’alternance politique, le droit d’association, la liberté d’expression, la laïcité de l’État, la liberté absolue de conscience, la neutralité politique de l’armée, la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, l’élection du Président de la République pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois ;
  • La moralisation et la transparence de la vie politique, art moral de gouverner sagement et de gérer sainement les affaires de la cité ;
  • La formation d’un gouvernement de transition dont le premier Ministre serait Chef du gouvernement et responsable ;
  •  L’amnistie générale et la libération de tous les détenus politiques ainsi que la réhabilitation de toutes les victimes de l’intolérance, de l’arbitraire ou du fait du prince.

C’est encore les francs-maçons congolais qui prirent l’initiative de demander au Président Omar Bongo, leur frère, de faire asseoir autour de la même table, les protagonistes de malheureux événements de 1993. C’est aussi aux francs-maçons français et congolais que l’on doit, dans les années 1980, la réhabilitation du bloc opératoire du centre hospitalier de Makélékélé. C’est enfin toujours aux francs-maçons congolais et à d’autres personnes que l’on doit la réussite de la Transition de 1991-1992, du référendum de la « Constitution du 15 mars 1992 et des élections présidentielles d’Août 1992 ». Personne, évidemment, ne veut parler de ces actions positives qui dérangent les menteurs, les calomniateurs aux langues de vipère et surtout les politiciens aigris et hantés par les démons de la haine, de la division et de la violence, toujours prêts à jeter l’anathème sur les francs-maçons.

Comme l’on peut le constater, les francs-maçons congolais ne sont jamais restés les bras croisés devant toutes les situations politico-sociales du Congo. Ainsi en 2013, à l’occasion du 30ème anniversaire de l’anniversaire de la première obédience congolaise, les Grands Orient et Loges Associés du Congo, ils s’exprimèrent comme suit : ‘’ …1983-2013. Voilà trente années que nos colonnes se sont garnies d’hommes et de femmes qui se reconnaissent comme de bons et loyaux francs-maçons. Or, depuis l’accession des francs-maçons congolais dans les strates des cellules étatiques et républicaines, la franc-maçonnerie s’est retrouvée en face des situations de crises particulièrement périlleuses. Tous ceux qui ont vécu la période allant de 1993 aux années 1997-1998 ont ressenti douloureusement de pénibles ruptures sur le plan national. De cette situation paradoxale est née l’idée de cette lettre collective qui stigmatise les préoccupations de plus en plus matérialistes de la société profane dans laquelle nous nous sentons isolés. Une société qui se veut universelle et spirituelle est obligée, pour assurer sa pérennité, d’imposer à ses membres des méthodes de travail et une vision qui tiennent compte des possibilités humaines en même temps que des outils utilisables.  En ce début de 2013, nous vivons encore dans un pays qui n’est pas politiquement équilibré, qui est incapable d’assurer la sécurité des biens et des personnes, la démocratie, la prospérité, le partage équitable de la richesse nationale, avec des institutions faibles, et avec la puissance hégémonique de l’argent. La Nation tout entière s’est dérobée sous la pression de l’argent mal acquis. Nous admettons que l’argent est un bon serviteur, mais nous restons convaincus que c’est un mauvais maître. Chacun peut voir que la rupture avec la démocratie, fait beaucoup plus de mal que de bien. Il n’en sort qu’un Congo encore plus affaibli dont la majorité des citoyens croulent sous le poids de l’indignité aggravée par le ‘’pic’’ de la mal gouvernance : Pauvreté, Ignorance, Corruption… Des éléments majeurs, suffisamment révélateurs nous frappent : la formation des jeunes vit une crise de désespoir ; la défaillance du système éducatif est ressentie comme une absence de solidarité nationale ; la socialisation est au plus bas de sa courbe ; le contraste entre l’hyper enrichissement aggravé par l’hyper individualisme de la classe politique et l’extrême vulnérabilité des populations, le chômage endémique des jeunes finit par plomber le développement du pays. L’opposition y subit l’épreuve de l’inconvenance, entraînant un dysfonctionnement grave de son rôle d’animateur de la démocratie constitutionnelle. Le lien social et patriotique est rompu. Sait-on que les masses populaires soient à la fois dans la passivité et l’action, dans la modération et la radicalité ? ’’

Et en ce 60ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, qu’en est-il de notre situation ? Celle-ci se serait-elle améliorée depuis 2013 ?  Je ne pense pas. Il semble donc que le temps pour les francs-maçons congolais est venu de s’interroger, en toute honnêteté, en toute objectivité et parfaite fraternité sur la possible évolution sur les moyens d’acceptation des formes nouvelles de la haute politique et d’éviter d’être des complices, ni en pensées, ni en actes de la situation dégradante dans laquelle s’enlise notre pays. Il convient maintenant de prendre conscience que la prospérité du plus grand nombre est le gage d’une République solidaire et apaisée. Car, comme je l’ai déjà écrit et affirmé, la République, c’est s’opposer à la marginalisation, à l’exclusion ; c’est mettre au premier plan, le respect de la dignité de l’homme et bannir les imprudences de ceux qui prétendent savoir ; c’est enfin veiller à l’avenir de tous les citoyens. Il est impensable qu’un franc-maçon accepte ou soutienne une société dans laquelle chacun n’arrive pas à créer son propre devenir avec des valeurs communes et indispensables. 

La franc-maçonnerie congolaise qui, dans sa diversité s’est impliquée dans la recherche des solutions pacifiques en 1993, 1997 et 1998, doit tout mettre en œuvre par le dialogue pour faire naitre un nouveau climat politique dans lequel tous les congolais, du Nord au Sud, de l’Est à l’ouest, pourraient proposer un Congo plus équilibré et plus juste, un Congo plus solidaire et plus fraternel. Il conviendrait que les francs-maçons se focalisent sur une vision : la cause de la République n’a pas besoin d’être dramatisée pour être défendue.  La République a besoin, plus qu’à jamais, de femmes et d’hommes convaincus qui puissent, au-delà des discours, dire de quelle histoire la République est porteuse. Les francs-maçons n’ignorent pas qu’aucun régime, soit-il populaire, ne peut assurer seul l’Alpha et l’Omega de la philosophie politique. C’est pourquoi ils sont placés d’ores et déjà devant une grande tâche qui n’est rien d’autre que le DEVOIR de se surpasser. Car pour les francs-maçons, ‘’le devoir est aussi inéluctable que la fatalité, aussi exigeant que la nécessité, aussi impératif que la destinée.’’ Si elle sait surmonter ses différences internes, la franc-maçonnerie congolaise deviendra alors le lieu d’où partiront les légionnaires de la paix véritable, durable et viable, et d’où partiront les combattants de la liberté, de la prospérité et de l’unité nationale, tout en promouvant les valeurs républicaines et tout en amenant les autorités à ne pas tenir aux avantages acquis, mais à écouter et à avoir le discernement. Inutile de leur rappeler qu’en politique, quand on n’écoute pas, ça coûte le pouvoir. Attention, comme l’a dit Daniel Balavoine, ‘’le désespoir est mobilisateur et lorsqu’il devient mobilisateur, il est dangereux.’’ En ce 60ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, il incombe donc à tous les acteurs politiques, tant au pouvoir qu’à l’opposition de donner la priorité au Congo, de chercher avec courage et détermination, une solution à travers le dialogue et les négociations sincères. C’est un grand défi auquel pour citer Barack Obama ‘’en réponse notre génération sera jugée par l’histoire, car si nous ne parvenons pas à y faire face ensemble rapidement et avec audace, nous risquons de condamner les générations futures à une catastrophe irréversible.’’ Quel digne congolais obvierait à un tel message ? J’ai dit.

Christian KIADINGOU

Diffusé le 22 octobre 2020, par www.congo-liberty.com

Vangsy Goma (petit fils du tyran Sassou-NGuesso) commanditaire d’une procédure judiciaire « en catimini » contre Congo-liberty.com , au Tribunal de Paris

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à LE FRANC-MAÇON CONGOLAIS ET LA POLITIQUE

  1. Madzimba dit :

    En 1990 sassou n’était pas encore franc-maçon.
    En 1993 , au tout début de la crise, les francs maçons ont entrepris une démarche qui a permis de trouver un compromis ayant débouché aux nouvelles élections législatives ,m et tant fin à la crise.
    En 1998 au tout début de la crise du pool, les francs maçons ont initié une démarche qui n’est pas arrivé à son terme .

    En 2016 , les francs-maçons ont pas réussi à empêcher le changement de la Constitution. Ils étaient divisés sur la question.
    En fait, les seuls succès politiques de la maçonnerie congolaise ont été enregistrés à l’époque où sassou aspirait à devenir maçon ( 1990 ) et quand il n’était encore que  » Compagnon « (1993 ).
    Depuis qu’il a excédentaire à la maîtrise , il s’est toujours opposé à l’intervention des maçons dans le règlement des affaires politiques

  2. Dia Ntontila dit :

    Nous allons vous foutre dehors de notre pays, continuez á vous mettre á genoux devant vos maîtres occidentaux. Vous êtes des voleurs, des menteurs, assassins mais surtout une milice idéologique de déracinés quand vous n’êtes pas de mèche. Avec les confréries les plus sombre d’Afrique. De bons toutous obéissants á des forces qui vous dépassentet et qui ne vont jamais œuvré pour le bien du continent noir. Voici le retour du Roi divin tel que Tata Kimbangu l’a annoncé… Tremblez

  3. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    Il faut comprendre que Denis Sassou Nguesso mène le dernier combat de sa vie de mythomane de mégalomane, de cynique et de sadique. Denis Sassou Nguesso est un malade mental qui, à 30 ans est apparu dans l’histoire politique Congolaise avec la prétention de devenir le propriétaire de ce pays.
    Denis Sassou Nguesso n’a jamais entrevu de quitter le pouvoir une fois qui l’aurait conquit. En effet, Denis Sassou Nguesso se perçoit comme un conquérant armé. Il conçoit les congolais comme des populations conquises, soumises et vassalisées. Et pire encore il conçoit les sudistes  » Bascongos » comme du bétail humain qu’il a volonté.

    Denis Sassou Nguesso estime qu’il est arrivé au pouvoir par la force et tant qu’il n’y aura pas une force supérieure à lui ; il ne partira pas du pouvoir. Voila la psychologie de ce malade mental.
    Avec le recul nous avions pu déceler trois maladies mentales chez Denis Sassou Nguesso: D’abord le mensonge sur son passé, ensuite la mégalomanie c’est à dire l’invention du mythe du pouvoir artificiel pour compenser son mensonge et enfin le sadisme qui est une manière pour lui de se venger contre tous ceux qui veulent le ramener sur le chemin de la réalité.

    Denis Sassou Nguesso compte compenser la perte de son passé par l’accomplissement d’une Présidence à vie. En effet, après une succession de coup d’état, il n’a jamais prévu de quitter le pouvoir. En faite, Denis Sassou Nguesso est un adulte attardé qui n’est jamais sorti du mythe du pouvoir qui s’est lui-même fabriqué depuis son enfance. Il a donc inventé un parcours criminel pour réaliser ce mythe.
    Denis Sassou Nguesso a trouvé au Congo un terrain de jeu dans lequel il réalise son fantasme le plus profond: mentir sur son passé, s’inventer un présent glorieux pour un pouvoir absolument mégalomaniaque et sadique.
    Cela devenait possible !!!

    Voila l’homme auquel on a affaire. Cet homme a monté un stratagème pour rester à vie au pouvoir. Explication: https://www.youtube.com/watch?v=DcNuzEp_Yn8

  4. Mwana Poro dit :

    J’espère que celui qui a déposé ce n’est pas le Directeur de Cabinet du ministère de la defense, vénérable machin truc qui n’a pas réagit lorsque on faisait valider les opérations de massacre du nom de code « Mouebara » qui passaient dans ses bureaux… Aucune indignation jamais de démission.Curieusement opposant aujourd’hui ! Laissez moi rire l’humanisme était à l’Orient à ce moment de jouissance.

    Bien sur je peux me tromper mais clairement que ce soit du Nord ou du Sud la Franc maçonnerie a activement participé à la destruction de notre pays et au malheur des peuples bien avant les indépendances et continue leur oeuvres sales et médiocres. On fait semblant de ne pas s’entendre sur le fond mais on avance sur le même calendrier. Pathétique ! Pourquoi on ne radie pas les frères qui font rentrer le cash… On plébiscite l’idiotie dans les loges et on donnent la place à ceux qui ont l’argent parce que la seule vérité philosophique qui fait avancer, la seule lumière qui importe et donne le respect c’est bien l’argent.

  5. Mandelo dit :

    Pour un débat sérieux comme celui-ci qui est posé,, mes frères congolais nous gagnerons tous à le traiter avec sérieux et efficacité au lieu de se perdre en conjectures et injures Mr Dia Ntontila. Si nous voulons que le CONGO émerge , rehaussant le débat apportons des propositions pour des solutions concrètes
    .
    Mr MANDZIMBA n’a fait qu’un recadrage des évènements. il peut avoir tort ou raison , cela ne nécessite pas des injures que je sache Mr Mwana PORO.
    Merci Mr AYA TONGA pour le personnage que vous décortiqué j’aurai souhaité que vous ayez tort, mais le personnage colle bien pourtant aux faits et évènements que vit le Pays cela pousse à vous croire hélas.

  6. Val de Nantes dit :

    @Mwara poro
    Grosse validation .
    Une doctrine , aux contours flous ,ne peut faire l’objet d’apologie ,car dans le cas du Congo ,elle symbolise l’enfer .
    Si elle constitue l’alpha et l’oméga de la construction d’une nation économiquement viable ,le cas du Congo la disqualifie .
    Je ne pense pas qu’il faille recourir à des sectes ésotériques pour poser les bases de façon rationnelle ,d’une économie nationale digne de ce nom .Il n’y a pas dans le programme des sciences économiques un chapitre dédié à la Franç maçonnerie comme outil intellectuel indispensable au développement d’une nation .
    Alors d’où vient cette conditionnalité ?
    Au Congo Brazza ,cette secte est une imposture criminelle et ensorcelante ayant un seul objectif : pomper l’argent public pour s’enrichir .
    Demandez à ces adhérents qu’elle est la philosophie première de leur secte supposée améliorer la condition humaine ?
    Combien des congolais se livrent à des lectures intelligentes et intelligibles pour comprendre ,tant soit peu ,le contenu de cette doctrine .?

  7. Descente aux enfers de la franc-maçonneries au Congo après Sassou Nguesso dit :

    @Mwara poro
    Grosse validation

    @Val de Nantes
    Grosse validation

    S.V.P. !
    NE DEMANDEZ PAS À UN franc-maçon D’ÊTRE HONNÊTE. C’EST UNE INJURE.
    IL EST MALHONNÊTE ET CRIMINEL PAR DÉFINITION.
    VOUS TROUVEZ NORMAL QU’UN INDIVIDU, SANS RAISON SINON POUR DES INTÉRÊTS PERSONNELS, SURCLASSE SA FAMILLE BIOLOGIQUE AU PROFIT D’UNE SECTE DES PILLEURS, DES MANIPULATEURS ET DES FALSIFICATEURS DE L’HISTOIRES?

  8. Mutu N'kombo dit :

    Vous avez dit franc-maçonnerie?

    Ce machin est une vraie aliénation mentale et intellectuelle. Au Congo de Sassou ce truc est devenu est objet de chantage, de clientélisme, et d’opportunisme politique. Comment peut-on conditionner l’accession aux fonctions d’Etat en faisant allégeance à Sassou et à ce machin?
    Dans ma naïveté, en ayant lu ça et là quelques articles sur ce machin, je pensais que les frères promouvaient la  »lumière »! Force est de constater qu’au Congo les faux frères promeuvent d’épaisses ténèbres. Ils couchent avec leurs filles, leurs belles-sœurs, les femmes des collègues, les femmes de leurs proches…ils volent, pillent, tuent, narguent, laissent le peuple sur le bord du chemin…
    Ils sont indignes, menteurs, égoïstes, fanfarons, orgueilleux, immoraux, manquent d’éthique, tribalistes, ethnicisés, ethnicistes, incompétents, paresseux, incapables d’aucune bonne œuvre, autosuffisants, arrogants…

    Avec cette race de francs-maçons congolais notre pays sera toujours enveloppé dans d’épaisses ténèbres. Pas de lumière avec Sassou et sa horde d’incompétents francs-maçons!

    J’ai dit!

  9. Mianama dit :

    Cher @Mandelo,

    Souffrez que notre frère appelle Chat par Chat. Des nègres de maison désorientés qui adoubent des préceptes idiots et qui dans la réalité sont des voleurs et des meurtriers doivent être nommé tel qu’ils le sont en réalité. Ils n’ont plus leur place dans notre pays. Comment un africain qui veut bâtir et construire son pays loin de l’esclavage peut t il se definîr en « Franc »… Les occidentaux, leurs maîtres se définissent ils en  » yoruba » ou en « Malinké ». L’abrutissement de ces opportunistes de Maçon Africains est patent et il n’y a pas de fruit venant de ces arbustres morts.

    Nous devons repenser et agir pour le développement de notre pays avec notre amour pour la vérité et la justice pas avec des idéologies manipulées à des niveaux où aucun je dis bien aucun africains n’a accès car personnes des têtes pensantes de ce cénacle n’a une vision objective pour le succès de l’Afrique.

  10. Samba dia Moupata dit :

    Je ne suis pas Franc-maçon , mais j’en ai parlé à un jeune frère qui est franc-maçon au Grand Orient de France , il m’a dit que la maçonnerie reste avant tout une activité intellectuelle . Or Jean dominique le député grand maître n’a même pas son CEPE , marmiton à la Marine, Grand Garde des Sceaux Jean Olessongo Ondaye le BEMG , instituteur , Armand Moyikoua infirmier d’état . Sassou Dénis Grand Maître instituteur adjoint . Ce dernier utilise cette pseudo Maçonnerie pour pérenniser sa barbarie , la preuve les quatre haut dirigeants sont Mbochis. 99% des maçons Congolais sont alimentaires . Les deux jeunes frères qui sont maçons en France ,ont pour professions ingénieurs parce que dans vraie Maçonnerie c’est aussi les cotisations financière , c’est pourquoi elle reste très sélective en occident . Cependant le maçons Congolais sont très pauvre souvent vivent dans les logements Socio HLM .

  11. Ijambo ry'Imana dit :

    Voici la Parole du Prince des rois de la terre:

    Malheur à vous
    Engeance de l’antique serpent

    Vous jurez dans vos obscurs temples
    Sur le pacte du secret et de la communion.
    Vous jurez chacun sur sa tête sa propre mort.
    Et vous vous illuminez de votre funeste savoir.

    Votre maître prétend détenir le secret de la Fin.
    En vérité, sot, il l’est, menteur, il le demeurera.
    Je n’ai pas instruit le Rebelle sur l’échéance.
    Sa déchéance éternelle lui suffit.

    Pour vous conforter dans vos funestes illusions
    Vous voilà partis à la conquête
    Du bout de terre confié à ma Mère.
    Vous en avez fait le temple de votre déesse,
    La sirène des eaux.

    Ma Mère m’a imploré pour sa terre,
    J’ai écouté son plaidoyer.

    Malheur à vous, engeance de vipères !
    Vous qui souillez ma terre, tuez mes fils,
    Je vous exterminerai jusqu’au dernier.
    Allez souffrir à jamais avec votre maître
    dans les entrailles de l’enfer.

    Ce bout de terre sera en liesse
    et verra partir le grand malheur
    de tout votre genre sur terre.

  12. Je suis africain et pourtant je ne suis pas franc-maçon dit :

    Deux banalités par interférence et obstination entraînent une absurdité. « Seul un idiot mesure la profondeur d’un fleuve avec ses deux pieds ». Proverbe Bantou.

  13. Joey dit :

    Le Congo est aliéné à un point
    Les choses positives de la franc maçonnerie , ce truc satanique !
    Sassou est un fou, pourquoi lors de son intronisation avec des gestes bizarres, il a mis la première sourate du coran?
    C’est quoi le but

  14. Val de Nantes dit :

    Au Congo DE SASSOU ,il serait mieux de l’appeler : « sorcellerie « . On a collectivement commis l’erreur de l’assimiler à la franç- maçonnerie ,alors que tout les sépare .Et ce serait donner une espèce de caution universelle à une doctrine qui n’en est pas une .
    Même le titre de l’article a péché par mimétisme intellectuel .La tragédie congolaise ressemble à celle layos et oedipe ,car construite sur le déterminisme ,qui s’appuie sur l’assertion selon laquelle « quand les parents trinquent ce sont les enfants qui trinquent .
    OEDIPE a payé toute son existence le crime sexuel de son père layos sur grissipe ,le fils de PELOS .
    Les erreurs commises par les parents seront payés par les enfants ,c’est la loi naturelle des êtres humains .
    Les crimes perpétrés par ces hommes politiques au rang desquels Sassou et CIE vont poursuivre leurs enfants pendant des années .
    La fin de vie d’Oedipe est illustrative de cette tragédie qui se joue au CONGO BRAZZA.
    Personne n’échappera à ce fatum .

  15. Val de Nantes dit :

    lire ,quand les parents boivent ,ce sont les enfants qui trinquent .
    les erreurs commises par les parents seront payées par les enfants .

  16. Ndzeleke dit :

    Rien qu’en lisant tous ce que vous avez posté je dirai vous avez tout devoilé tous ce que ses sorciers de merdes ont font et sa me met encore de foux de rage s’il etait possible d’etre un diadiste j’en serai avec leurs putin de franc maçonnerie,ils ont mis la population dans le desarois comment dans un pays les denré alimentaire sont plus couté que l’alcool ahàà, comment dans un pays que la population la majorité sont les jeunes en pas le travail je me demande maintenant a quoi bon j’etai aller a l’ecole, hey! sassou can de ta mere a bientôt tu va partir de ce monde suite a une chute brusque de ta maladie et sachez-le j’ai pas peur de toi marionette des occidentaux ahàa attend tu met de foux de rage m’enerve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.