Homélie de la messe des obsèques du Général Jacques Joachim Yhombi-Opango. « Opania Mwana Bondo Elonda »

CONGO-LIBERTY.COM vous propose des extraits de l’homélie prononcée aux obsèques de l’ancien président, le Général Joachim Yhombi-Opango. L’intégralité du texte est téléchargeable en PDF en bas de page

« Opania Mwana Bondo Elonda »

Textes : 1 Th 4,13-16 ; Ps 90 ;Ev Lc 23,1-34

                                        Excellence Mr le Président de la République et Madame

                                 Excellence Mgr Victor Abagna Mossa Archevêque D’Owando

Chers Frères et Sœurs, en vos rangs, grades et fonctions

Le 30 Mars dernier, au plus fort de la pandémie de la Covid 19 dans le monde, et soumis aux contraintes du confinement, nous apprenions, incrédules et déchirés au plus profond de notre être, la nouvelle du décès du Général Jacques Joachim Yhomby-Opango, arraché à notre affection à l’âge de 81 ans à l’hôpital américain de Neuilly-sur Seine près de Paris. […]

J’exprime ma vive gratitude pour le privilège que l’Archevêque d’Owando, son Excellence Mgr Victor Abagna Mossa, m’est accordé de prononcer cette homélie en guise de souvenir des liens établis personnellement avec le Général Jacques Joachim Yhomby-Opango.

Au nom de l’archevêque d’Owando et en mon nom personnel, j’adresse mes condoléances les plus attristées à la veuve Marie Noëlle Yhomby-Opango, aux enfants, à la famille et à tous ceux qui sont venus de divers horizons pour soutenir la famille biologique de l’illustre disparu et témoigner de leur affection pour sa mémoire par la présence et la prière .Votre présence est un témoignage d’amour.  Car « Le plus beau tombeau de ceux qui sont partis est le cœur de ceux qui les ont aimés »

Un proverbe kouyou dit : « Otema aha olingui moro, itabi lipoua »

Bien- aimes de Dieu,

Le Général Jacques Joachim Yhomby Opango dans le silence de la mort reste miséricordieux et intercède pour nous comme Jésus dans l’évangile que nous venons d’entendre. 

Les premières paroles de Jésus sur la croix furent : « Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Dans ces premières paroles, Jésus intercède en faveur de ceux qui l’ont crucifié et ouvre grand les portes au voleur repentant. « Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis ». Un simple acte de confiance en Jésus, un simple regret profond de ses actes mauvais, et ce malfaiteur obtient l’assurance de la vie éternelle. En somme, Jésus sur la croix a changé la plus grande douleur, injustement infligée à l’unique homme vraiment innocent de toute l’histoire, dans le grand amour.

« Ils ne savent pas ce qu’ils font » Voilà qui rejoint tous nos péchés, notre aveuglément quand nous pensons qu’un mal pourra nous faire du bien.

Quand nous n’avons pas toujours conscience de toutes les conséquences désastreuses de nos agissements

« Ils ne savent pas ce qu’ils font », quand du fond de nos cœurs, nous nous réjouissons en disant : « Nous avons traqué le juste, car sa vie condamnait nos œuvres »

Parce qu’il n’est pas de notre obédience, de notre ethnie. Nous préférons les bricoleurs, les théoriciens et les affinités autrement dit le « moro oboso » à la place des gens compétents et pragmatiques.

« Ils ne savent pas ce qu’ils font » Quand la voix du peuple s’est portée sur le criminel Barrabas plutôt que sur le Messie. Cette voix illustre également notre attrait malsain à l’hypocrisie, notre tendance aux changements d’avis au gré de nos intérêts du moment, et notre propension plus ou moins consciente à suivre celui qui semble le plus fort.

« Ils ne savent pas ce qu’ils font » condamner le juste ou les gens capables de faire avancer les choses et laisser les délinquants jouir de leur liberté et continuer à commettre de plus bel des actes de vandalismes, de barbaries et de vols ne leur pose aucun problème de conscience et ne touche en rien leur sommeil. Mais, « il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent ». disait Voltaire

Oui, sur la croix le témoignage de Jésus est celui de l’innocent qui répond à la violence par la douceur, à la haine par la bonté, à l’agression par le pardon.

Sur la croix, Jésus a subi la trahison du disciple qui l’a vendu et du disciple qui l’a renié. (adouhi ilengui).Il a été trahi par les gens qui l’acclamaient et qui ensuite ont crié « Qu’il soit crucifié ! » Leboma wa ! Mt 27,22

Il a été trahi par l’institution religieuse qui l’a condamné injustement et par l’institution politique qui s’est lavé les mains.

« La chose la plus douloureuse c’est d’être trahi par celui qui a promis de vous être loyal et proche » Pape François

Dans l’épaisseur du silence de la croix, le bruit des armes cesse. C’est le langage de la réconciliation, du pardon, du dialogue, de l’amour qui triomphe du mal, de la paix qui est parlé. C’est l’amour qui ouvre la voie de l’unité en écartant toute forme de discorde.

[…]

Pierre qui a renié Jésus, nous renvoie à notre manque de courage quand il s’agit de témoigner.

Pilate à notre lâcheté quand nos intérêts passent avant la justice et la vérité.

Hérode et Pilate, un couple qui symbolise notre complicité dans le mal et très souvent pour condamner les innocents. Pour faire le mal, Hérode et Pilate devinrent amis et complices. Alors qu’auparavant il y avait l’hostilité entre eux

 Joseph d’Arimathie est l’icône des courageux de l’histoire, des incompris de la vie, de ceux qui sortent de l’ordinaire quand il faut oser prendre le risque. Le risque de faire du bien lorsque personne d’autre n’ose le faire ou lever le petit doigt à cause de la peur de César. Joseph d’Arimathie un homme courageux qui alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus. Nous sommes arrivés à un tel affadissement des consciences que nous ne réalisons plus ce que signifie « témoigner de la vérité devant César ». Notre Seigneur nous jugera pour avoir été obéissants ou en complicités avec César dans le mal, alors que cela signifie désobéir à Dieu.

[…]

Le chemin de la réconciliation ne nous demande pas d’oublier le passé ni d’ignorer, la souffrance et le mal fait, car pardonner ce n’est pas oublié, mais ouvrir à soi-même et à l’autre une possibilité d’aimer, de vivre, de faire un bout de chemin ensemble.

Le caractère particulier du chemin de la réconciliation est qu’il rapproche et rassemble ce qui était divisé. Il réunit ce qui était séparé. Il remet en lien ce qui était désuni. Il est indispensable à la mise en chantier de toute construction physique, psychique ou spirituelle.

L’effort à entreprendre vers le chemin de la réconciliation ou du pardon consiste à ne plus s’habituer à entretenir pendant longtemps l’appétit de vengeance, la rancune, « EKIBA », car c’est une bombe à retardement. C’est un sentiment qui nous détruit et ne nous grandit pas.

Il est impérieux d’ouvrir nos cœurs sans hypocrisie à « Otweré » dans son sens noble et non pas comme il est galvaudé aujourd’hui, vidé de son humanité, son « Omoro » ou

« Okani-à-ndzoro » la dignité. En dépit de ce qu’actuellement le monde entier est perturbé à cause de l’argent, pour en avoir plein les poches, un vrai « tweré » ne devrait pas pour autant vendre son âme au diable à cause de la mendicité, « Otema » et de la lâcheté « Obolo ou Oguendze ».

« Otweré » invite à la sagesse, à la tolérance, à savoir se taire quand c’est utile, parler pour ne pas être complice du mal, convaincre et rassurer à coup d’argument et non par l’argument de la force. Les kouyou disent : « Ondzanga Ali’Ikabi »

Tous, nous devons envisager le processus de réconciliation ; car il est très mal de voir comment, les filles et fils du même pays donnent de la place à diverses formes de haine, de division et de vengeance.

Le processus de réconciliation ou du pardon, « n’est pas un oubli du passé, il est risque d’un avenir autre que celui imposé par le passé ou la mémoire » disait en substance le Père Jean Mombourquette.

[…]

Bien-chers Frères et Sœurs,

Le testament spirituel que l’illustre disparu laisse à sa famille et à son pays, le Congo, est essentiellement basé sur l’unité et la réconciliation.

Dans mes dernières conversations avec lui, sachant que son heure était proche bien que rien ne présageait encore le pire, il insistait sur l’unité dans sa famille et dans le pays.

À l’endroit de sa famille, il me confia, comme une prière, le vœu qu’il chérissait après son départ de ce monde : « Que chacun de mes enfants, disait-il, évite de poser des actes susceptibles de briser l’unité de la famille. Qu’ils évitent toute discorde et que l’amour, l’entente et l’unité règnent entre eux ».

Car la division est un piège pour détruire le tissu familial et une aubaine pour convoquer les forces du mal.

« Tout royaume, toute ville, ou toute famille qui a des conflits en son sein s’auto détruira, elle ne peut subsister » Mt 12,25

Aussi, conscient de ce que l’unité des filles et fils du Congo se révèle davantage profondément affectée, il n’a pas manqué à plusieurs reprises de souligner l’urgente nécessité de la réconciliation. Avec beaucoup de regret et un brin d’espoir il souhaitait « que s’ouvrent les voix du dialogue sincère entre les ennemis, que les adversaires se tendent la main, que s’exprime et se renforce tant de sollicitude envers le patrimoine commun que nous avons, le Congo ; Que ceux qui s’opposaient, acceptent de faire ensemble une partie du chemin »

Seul le Seigneur peut évaluer les fruits de la vie du général sur terre. Mais pour le peu que notre illustre disparu a eu la possibilité de faire, avec toutes ses limites humaines ceux qui l’ont connu et apprécié s’accordent à reconnaitre en lui une icône de l’excellence, de l’unité, de la rigueur au travail, de l’ordre et de la discipline. Un homme humble, simple, généreux et accueillant dans son intimité. Il y ‘avait chez lui, cet homme chaleureux, caressant le gout du luxe et du bien-vivre, une propension objectivement diversement appréciée.

[…]

Oui, mon Général, « tout est accompli », Désormais comme pour paraphraser Mario : vous n’aurez plus le temps pour des réunions sans fin où l’on discute de lois, des règles, des procédures et des règlements, en sachant que cela n’aboutira à rien.

Vous n’aurez plus le temps pour supporter l’indécence, les humiliations, la mauvaise foi et de vous baigner dans la médiocrité ambiante.

Vous ne serez plus présent dans des réunions où défilent des egos agrandis, les manipulateurs et les opportunistes, qui ne discutent pas du contenu, seulement les titres.

Vous n’aurez plus à souffrir de la ruse des jaloux qui cherchent à nuire aux plus compétents, d’usurper leurs places, leurs talents et leurs réalisations.

Vous allez maintenant retrouver des gens, qui ne se gonflaient pas de leurs triomphes, qui ne se sentaient pas élus avant l’heure ;

Des gens qui ont rêvé une nation congolaise unie, travailleuse et prospère.

Votre objectif est d’être enfin satisfait de reposer dans la paix du Seigneur avec vos proches et votre conscience dans un monde où il n’y a ni haine, ni division, ni calomnie, ni diffamation, ni vengeance, ni  jalousie, ni désir de s’imposer aux autres à n’importe quel prix

Un monde sans douleur, sans souffrance, sans injustice et sans méchanceté.

          Que le Seigneur vous accueille dans les noces éternelles.

                            Père Urbain Braginel lkonga

Diffusé le 01 novembre 2020, par www.congo-liberty.com


Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo, Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à Homélie de la messe des obsèques du Général Jacques Joachim Yhombi-Opango. « Opania Mwana Bondo Elonda »

  1. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    Le réseau politique congolais accueille et conduit le président Yombi vers sa dernière demeure

    Pas de phrase supplémentaire de celles de l’homélie du père Ikonga. Néanmoins, politiquement, Sassou en tant que stratège réconcilie les liens entre Kouyous et Mbochis. L’analyste politique que je suis observe et décrit le fait. Je laisse à d’autres le soin de tirer les analyses et les conclusions. On dit de Sassou qu’il n’est pas instruit, mais le modeste analyste politique, que je suis, constate que c’est un stratège qui vaut plus que 1000 Congolais qui se disent diplômés. Je ne plaide pas pour Sassou, je constate, un point c’est tout, à la veille de l’élection présidentielle de 2021 que c’est bien lui le boss du réseau politique congolais. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? A vos plumes.

  2. Anonyme dit :

    Boss oui, Yombi l’a été aussi. Vanité des vanités…

  3. Samba dia Moupata dit :

    Yombi Opango , c’est lui qui fait rencontrer Sassou Dénis au capitaine Damas qui l’envoi à Bouar en Centrafrique pour la formation de sous officier. Mais Sassou a eu raison de ces bienfaiteurs , il a couper la carotide de Ngouabi et à emprisonner Yombi pendant douze ans . Chez Sassou l’amitié existe pas , c’est plutôt la soumission . Le trio des crétins saboteurs Ngouabi , Yombi et Sassou nous apportés le désastre du pays .

  4. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    Pourquoi sommes-nous individuellement et collectivement en danger face à Denis Sassou Nguesso? Depuis sa malheureuse enfance, Denis Sassou Nguesso a construit dans sa tête de complexée, le mythe du pouvoir imaginaire et éternel. Ce mythe qu’il a construit cache en faite trois de ses maladies mentales. Parmi elles figurent d’abord le mensonge pour cacher son passé, puis la mégalomanie pour s’inventer un présent glorieux et enfin le sadisme pour se venger sur ceux qui cherchent à le mettre sur le chemin de la réalité ou de la vérité. Voila l’homme à qui, on a affaire dans ce pays. https://www.youtube.com/watch?v=-NR76aOS7Fc

  5. Val de Nantes dit :

    Yombi incarne la politique des anciens et une politique ancienne .Le réveil du pays sera l’antidote de leurs incohérences éprouvées par tant d’échecs chaotiques sur la conception intelligente d’une nation dont le développement sera le produit d’un examen de conscience nationale …
    C’est aussi tourner la page d’une espèce d’hommes politiques venus au pouvoir par effraction de la volonté populaire .On ne construit pas une cité juste sans tenir compte des desiratas de ceux qui vous élisent .
    Le démocratie détournée de sa fonction originelle pour nourrir des égocentrismes
    pathologiques .
    Le résultat de leur aventure politique est à l’image de la morosité de leur finitude .
    Ce n’est nullement une étrangèté pour moi de les partir sans une grande émotion nationale .C’est le prix de leurs échecs .

  6. Kouilou dit :

    Vous avez tout dit Val de Nantes.

  7. Lucien Pambou dit :

    Nous sommes trop bavards et incapables

    voici

  8. maclintoch dit :

    Vanite des vanites tout est vanite. Si les hommes politiques pouvaient comprendre cela, on vivrait dans un monde ideal denue de toute mechancete, du vol, du nepotisme, de l’egoisme…. Helas! ils vivent dans un autre monde et la sagesse divine ne les cotoie pas.

    Esperons que ce monde arrivera un jour .

  9. Pambou Mkaya Mvoka dit :

    Aux congolais Egotistes et imbus d « ‘eux memes comme leur appris leurs maitres francais qui eux memes ne sont rien au plan strategique aux plans industriels et sanitairesdans la mondialisation recente

    Le probleme de mes compatriotes congolais vivant en France depuis de nombreuses annees comme moi est qu ils ne sont pas critiques vis a vis du systeme dans lequel ils sont

    je peux comprendre que certains aient peur en fonction de leur situation de sejour ( etranger ou national)dans ce pays France pour dire les choses

    Mais ceux qui sont de nationalite francaise on ne les voit ni sur le blogs ni sur les reseaux sociaux pour denoncer la politique francaise en Afrique francophone

    DE TEMPS EN TEMPS ONLES VOIT SUR CONGO LIBERTY MAIS LA FRANCE S EN FOUT CAR LA PORTEE DU SITE EST LIMTEE
    MAIS IL FAUT DIRE QU CONGO LIBERTY EST COURAGEUX ET DIT CE QU IL DOIT DIRE
    Mon propos n est pas contre congo liberty mais contre ces faux lettres congolais qui attendent que d autres les liberent des chaines de Sassou

    Sassou en stratege du reseau politique congolais montre a la communaute internationale complice ou non qu il reste ouvert a tout meme SI une democratie tropicale a l africaine concept que certains n aiment pas et qui est pourtant la realite actuelle dans les pays francophones avec la benediction de la France permet aux chefs d etats africains de rester longtemps au pouvoir

    les lettres congolais sont dans une impasse bien maitrisee par le president SASSOU
    LES LETTRES CONGOLAIS CRITIQUENT LA FRANCE COMME LE PRINCIPAL RESPONSABLE DE NOS MALHEURS MAIS LES MEMES LETTRES ONT BESOIN DE LA FRANCE POUR FAIRE PARTIR SASSOU DU POUVOIR/ Bizarre non?

    Echec et mat MOkoko s y est essaye et il s est plante

    Alors lettres et bavards congolais apres la semoule et la biere soyez plus methodiques dans l analyse du Reseau politique et des alliances

    N oubliez pas dans vos reflexions que le President SASSOU EST LE Boss du reseau et qu il ne suffit pas d insulter son absence d instruction pour se faire plaisir

    Bizarre quand meme qu un President pas instruit tienne en laisse des diplomes et non

    des professionels pratiques congolais en laisse depuis 40 ans

    JE VOIS D ICI LES REMARQUES CHIASSITIQUES DU TYPE PAMBOU EST PRO SASSOU

    ET NON LES AMIS EN TANT QUE SIMPLE ANALYSTE JE SOUHAITE OUVRIR DES PANS DE VOTRE REFLEXION PLUS HANTE PAR LA HAINE L EMOTION QUE PAR LE RAISONNEMENT »RAISONNE »

  10. François Ibovi Kiema dit :

    La formation des prêtres au Congo semble suffrir de beaucoup de défaillance. Je ne peux pas comprendre un seul instant qu’un prêtre bien formé selon le cursus normal qui dure un peu plus de 5 ans, puisse tenir des propos de cette nature devant Denis Sassou Nguesso qui plus est le chef de l’Etat congolais. Il s’agit là d’un manque de respect notoire identique à un délit d’offense à chef de l’Etat. Le président Sassou Nguesso n’est pas l’ami du petit prêtre Urbain Braginel Ikonga qui s’est laissé manipuler par les acteurs politiques congolais anti sassou. Que les evêques du Congo prennent au sérieux la formation de leurs prètres pour éviter dans l’avenir ce genre de provocation publique.

  11. Val de Nantes dit :

    Lire. Désidératas ,,,et les voir partir .
    Tiens ,peut nous chaut l’intensité des réseaux qui consolident ces systèmes politiques nihilistes dont certains tirent un malin plaisir à déverser leur venin sur les autres ,c’est sur le bilan politique qu’ils sont et seront jugés …
    Convenez que ces politiciens opportunistes dont ce n’était pas le métier ,ont tous failli au regard des objectifs non atteints .
    Ainsi ,il ne peut être question des réseaux ou groupuscules etc pour justifier leur présence dans un domaine qui exige plus de raison que de brutalités animales .
    On ne réduit pas un pays à la contemplation des conspirations nationales et internationales sous le sceau des criminels réseautaux .

  12. Urbany BOWAYSSA dit :

    Au lendemain de la messe des funérailles du Général Yomby à Owando, la machine des hommes du pouvoir s’est mise en marche. La première étape c’est de consulter certains membre du clergé de ce diocèse affidé au pouvoir pour reprouver l’homélie du père Braginel Ikonga. Je voudrais bien mettre à la disposition de la communauté nationale les élements en ma possession. Un prêtre proche de ma famille a été sollicité moyennant 500000Fcfa pour rallier le groupe des prêtres chargés par Madame Sylvie Isabellita Hondzé Yocka, elle même proche des patrons des services de la DST pour écrire un document recriminant l’homélie d’Owando. Ayant suivi la conversation de ce prêtre avec Madame Sylvie, la soeur de cet abbé en a informé son père qui l’a sommé vigoureusement de ne pas rentrer dans ce jeu dont il ne connait pas les tenants et les aboutissants. Alors chers prêtres du seigneur vous êtes désormais sollicités par des criminels invertébrés, n’exposez pas votre frère pour des espèces sonnantes et trébuchantes. Faites donc attention à vos bienfaiteurs et bienfaitrices qui vont vous glisser des sous pour avoir l’ame d’un prètre de dieu qui a juste fait son travail. Si Mr Sassou Nguesso ne voulait pas entandre ces choses là, il aurait fallu qu’il ne fasse pas le déplacement pour Owando. S’il est venu à Owando, c’était aussi pour entendre ce que le jeune abbé a dit dans sa prédication. Rappeler l’histoire pour raffraichir la mémoire peut vraiment constituer un délit d’atteinte à l’honneur du chef de l’Etat ou à la surêté de l’Etat? Chers pretes de dieu, ne vendez pas vos ames pour l’honneur de sassou nguesso.

  13. Anne Honym dit :

    Et pourtant ce ne sont que des mots qui ont été prononcés lors de cette homélie… Des mots certes, mais des mots porteurs de Vérités, des mots qui dénoncent le crime et la corruption, des mots qui portent l’Espoir…
    Il est connu que les dictatures commencent en supprimant la liberté d’expression, en baillonnant la Vérité, et en étouffant tous discours qui seraient contraires aux leurs. Il n y a qu’à voir l’état de nos médias d’Etat et privés pour s’en convaincre.
    L’agitation de la sassousphere était prévisible après cette remarquable et courageuse homélie, et certainement ses officines sont déjà à l’oeuvre pour nuire à ce jeune prêtre. Salomé n’avait-elle pas demandé la tête de Jean le baptiste parce que ce dernier avait dit la Vérité ?
    La dictature craint le courage et la vérité dans la bouche de ses citoyens, alors elle corrompt, intimide, emprisonne ou reduit au SILENCE.
    Elle fait tout pour étouffer le feu de l’espoir en de lendemains meilleurs et justes, afin qu’il n’embrase pas tout le pays et le libère.
    Mais toute chose a une fin. Quand une multitude de langues se déliera au Congo, le glas de cette infâme dictature sonnera.

  14. Val de Nantes dit :

    Nous avons plus à gagner à essentialiser des idées qui pourraient surmonter nos défis économiques et sociaux qu’à rejouer le match des politiciens en fin de course .Cette attitude empreinte de nostalgie politique est aussi l’un des obstacles à la marche vers notre développement économique ,car incompatible avec la volonté de puissance de Neitzsche c’est à dire aller toujours de l’avant ,c’est l’essence de l’homme .
    Il n’existe que des regrets individuels et non nationaux . Car que dirait Claudia Sassou de la période politique de son papa , lui a – t – elle été bénéfique ou non ?
    À première vue ,c’est oui , au regard de la richesse qu’elle en tire .
    Que penserait un pauvre de boko du pouvoir de Sassou ?
    Vous aurez compris que le bénéfice politique est relatif ,tout comme les regrets .
    Ce ressenti politique est accentué sous Sassou dont l’action politique se résume à une aristocratie fabriquée sur le pillage intempestif des finances publiques congolaises …
    Yombi et tous les autres nous laissent un legs politique empoisonné et surtout inentamé car ils n’ont jamais initié un début d’amorce économique de dimension nationale . Le Kouilou est le souffre douleur économique du Congo .
    Comment comprendre que nous en soyons ,depuis notre indépendance ,à confondre économie nationale et économie régionale du Kouilou ?.
    Comment pouvez vous postuler pour ce poste présidentiel en fléchant votre future gouvernance des affaires publiques en dilapidant les ressources du Kouilou ?
    Posez vous une seule question si les ressources du Kouilou en venaient à tarir ,que deviendrait le Congo ?..
    Voilà les questions lancinantes auxquelles ces faux politiques , en mal de reconnaissance sociale et économique ,n’ont pu apporter des réponses .
    Ces politiciens va nu – pieds nous laissent un legs de questionnements ,d’interrogations ,et de pages blanches dont les solutions feront appel à notre logos .
    C’est peu dire que nous devons sortir de cette béance pour arriver enfin à l’âge d’or , processus civilisationnel inévitable dont dépend la construction d’une nation essorée des habitus inadaptés au progrés .
    Nous partons du chaos ,tel Ulysse pour arriver à Ithaque c’est à dire à la vie bonne.

  15. Jean OKOMBA dit :

    Le père Urbain a prononcé juste quelques mots, porteurs de quelques idées. Je ne vois pas pourquoi il faut lui répondre par la violence q’il dénonce ici. La liberté d’expression est garantie au Congo. Celui qui veut le repondre peut le faire en publiant dans les journaux du pouvoir les contre vérité de l’homélie. Personne n’a pas appelé sassou nguesso à owando. Sil est partie là bas, c’etait aussi pour entendre ce que le père Urbain a dit. Autrement dit avec ou sans sassou nguesso à Owando l’homélie devrait etre prononcée comme telle. C’est la vérité. Rappeler les crimes de sassou nguesso sur les congolais n’est pas un delit. Il faut que sassou entendent des choses comme celles là pour comprendre que les congolais ont la maitrise de la vraie histoire de leur pays et non celle falcifiée par lui et le pct.

  16. Jules Jules Sita dit :

    Un agent du PCT, agitateur de son état a osé poster sur la toile une audio propagantiste pour condamner l’homélie prononcée par le curé Urbain Ikonga lors de la messe de requiem du l’ex président Yhombi Opango. Pour ce propagandiste le curé aurait dû passer sous silence le passé commun de Yhombi Opango et de Sassou nguesso. Il dit même que l’Eglise en se mêlant de la politique est responsable des guerres que le pays a connu dans les années 1990 – 2000 y compris en 2016 dans le département du pool. Pour ce militant Sassou est parti à owando enterré son grand frère YHombi et par conséquent il est inacceptable que le curé ait évoqué leur passé commun. Il nous donne l’impression qu’on peut faire l’omellette sans casser les oeufs. Effectivement le Congo a beaucoup souffert à cause des trahison, des hommes politiques sans âme comme Sassou Nguesso devenu ce qu’il est devenu grace à Marien Ngouabi et Yhombi Opango. Mais il n’a pas hésité de les mordre sans aucun motif. Si au PCT sassou nguesso est un dieu, il n’en est pas ainsi pour tous les congolais dont une large majorité le considère comme un criminel multirecividiste.Actuellement il a retenu des congolais en prison pour des charges penales qui n’existent nulle part.Et je dois rappeler à ce militant du PCT à la mort prochaine de Denis Sassou Nguesso, un autre prêtre appelé à célébrer la messe de funerailles du dictateur, pourrait aussi souligner dans sa prédication que Denis Sassou Nguesso est parti avec une partie de l’histoire du pays sans bien indiquer la sépulture du président Massamba Debat au peuple congolais. Déjà Mgr Kombo qui avait demandé d’être enterré entre les présidents Marien Ngouabi et Alphonse Massamba Débat laissait par là un message clair demandant aux autorités congolaises de reveler la sepulture du president Debat. Ainsi, Sassou Nguesso est pour le congo et les congolais un grand dossier à ouvrir un jour n’en déplaissent aux militants du parti des criminels et des tueurs en sigle PCT. Un parti qui sera un jour illégalisé.

  17. Boul dit :

    Tout a été dit et celà prouve que la fin approche.

  18. Celestin dit :

    Puis-je avoir ce texte sur le Général Yhombi en pdf? merci

  19. Anonyme dit :

    L’homelie a ete bien dite et sassou tremble.
    sassou gueux sot deni est le malheur du Congo.
    Il a vendu notre patrie, nos richesses aux chinois, a la francafrique…
    sassou gueux sot deni pille, brade, viole, extermine les populations congolaises et en particulier celles du sud.
    sassou gueux sot deni est l’instigateur et executant du tribalisme, du genocide, des crimes economiques, de la division et de la misere des congolais.
    sassou gueux sot deni n’est pas congolais. il privilegie les chinois, libanais, rwandais, senegalais, beninois qui regnent en maitres au Congo…pour mieux asservir les congolais qui aujourd’hui sont etrangers dans leur propre pays.
    Nous, Congolais devrions un jour deporter tous ces envahisseurs.
    Le peuple congolais doit s’unir et se lever pour se debarrasser de la tyranie de l’oyocratie de sassou le tribalo-sanguinaire et genocidaire.
    VIVE LE CONGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.