Les Congolais peuvent-ils rembourser les dettes contractées par Sassou Denis?

A force de multiplier les pas de côté, le chef suprême de la dette a conduit le Congo à la banqueroute. Sous perfusion des institutions financières internationales néocoloniales, le Congo est en faillite et en cessation de paiement. Il faut cent (100) ans aux congolais pour rembourser cette colossale dette !

Depuis 2015, le Congo est surendetté. Notre pays ne peut plus rembourser ses dettes.  La dette contractée par Sassou Denis dépasse les 12, 5 milliards de dollars. 63% de cette dette extérieure est détenue par la Chine. L’opacité chinoise entoure les conditions auxquelles l’argent est prêté. Un tiers des prêts chinois sont garantis, c’est-à-dire gagés sur des ressources ou des infrastructures.

La mauvaise pratique des prêts gagés, c’est-à-dire les remboursements en nature des ressources naturelles de notre pays a fini de le déposséder de ses bijoux de famille.

Rétrospectivement, ce n’est pas par hasard que la Constitution de 1992 avait clairement condamné les coups d’Etat comme moyen d’accession au pouvoir dans notre pays.

 Au-delà de la littérature, la question à laquelle les juristes congolais devraient plancher de toute urgence est la suivante : les congolais peuvent-ils rembourser les dettes contractées par un « président » illégitime et illégal ?

Alors que les retraités congolais ne perçoivent plus leur pension depuis des années, que le chômage frappe de plein fouet les jeunes et que les hôpitaux sont des mouroirs, la famille du dictateur congolais, selon Global Witness aurait blanchi 70 millions de dollars de fonds publics.

Le Congo, troisième plus grand producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne, est l’un des pays les plus inégalitaires de la planète. Seule la famille du tyran et ses courtisans sont conviés à la table du dictateur, privant même de miettes la majorité de la population qui vit dans le dénuement et dans une misère innommable.

Dès lors, que peut-on faire devant cette problématique ?

D’abord, le rassemblement de tous les fils et les filles du Congo est une gageure pour tenter de sauver ce qui reste du pays. Il est urgent de nous rassembler comme un seul HOMME pour nous débarrasser de Sassou Denis, de son système et de ses complices. Ce cancer s’est métastasé, ses méfaits ont touché tout le tissu social. Même s’il est en phase terminale, certains souhaitent encore le maintenir dans un coma artificiel pendant plusieurs années.

Ensuite, au moment où les Congolais souhaitent unanimement une nouvelle respiration démocratique, nous devons nous organiser en créant des associations afin d’engager des poursuites judiciaires devant les juridictions civiles occidentales dans le but de faire condamner Sassou Denis et ses complices.

Le but de cette démarche est d’obtenir des juridictions civiles des saisies conservatoires. Le cas HOJEJ qui s’apprête à vendre aux enchères l’avion du dictateur de Mpila est un bel exemple d’opiniâtreté.

Après avoir identifié les biens mal acquis de Sassou Denis et de son entourage, la saisie conservatoire est une mesure qui permet de » bloquer un élément du patrimoine du débiteur (sommes d’argent, biens mobiliers), afin que ce dernier soit dans l’impossibilité de le donner, de le vendre ou de le détériorer ».

La saisie conservatoire a un caractère préventif et va permettre aux Congolais de s’assurer que son débiteur (Sassou Denis le chef suprême de la dette) ne puisse pas organiser son insolvabilité.

Après avoir saigné financièrement le pays en l’endettant à tour de bras avec des dettes creuses qui n’ont servi qu’à enrichir Sassou Denis et sa famille, le temps de faire tinter leurs casseroles par le biais de la justice est arrivé. Il est hors de question pour le contribuable congolais de rembourser une dette contractée par un putschiste sanguinaire.

Enfin, « une dette est pour l’homme libre une servitude cruelle ».

Comment peut-on revendiquer notre indépendance vis-à-vis de la France et des institutions financières néocoloniales qui nous maintiennent la tête sous l’eau par le biais de la dette ?

Comment peut-on se dire indépendants avec le Franc CFA comme monnaie coloniale ? Sans notre propre monnaie, point de souveraineté.

La France, une naine dans le concert des Nations est un poil à gratter. Elle s’accroche comme une bouée de sauvetage à ses colonies avec la complicité de ses sous-préfets comme Sassou Dénis, Paul Biya… pour financer son système social.

Désindustrialisée, le sous-sol africain en général et congolais en particulier permet aux gouvernements successifs français d’acheter la paix sociale en France.

Devenu obèse, l’Etat français n’est plus qu’un distributeur de droits sociaux. La CAF (caisse d’allocations familiales) comptabilise 103 différentes allocations distribuées ici et là, grâce au pétrole congolais. Nous devons couper cette pompe aspirante.

« Si la France n’a pas d’amis mais que des intérêts » comme le disait le général de Gaulle, les Congolais doivent comprendre qu’il est temps de s’en prendre aux intérêts néocoloniaux dans notre pays. C’est à ce prix que nous commencerons à poser les jalons d’un début de respectabilité.

Nous devons passer des bons mots, de la littérature ambiante, du bavardage inutile à l’action. Car, « Il n’est de pire pauvreté que les dettes ».

Olivier MOUEBARA

Diffusé le 11 novembre 2020, par www.congo-liberty.com

Comment la France maintient les « démocraties tropicales » africaines francophones sous son influence, avec la complicité des élites politiques africaines

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Les Congolais peuvent-ils rembourser les dettes contractées par Sassou Denis?

  1. Anne Honym dit :

    La véritable question serait plutôt « les Congolais DOIVENT-ils rembourser les dettes contractées par sassou denis ? ».
    En effet, il existe le concept juridique de DETTE ODIEUSE qui pourrait d’un point de vue légal nous exonérer de payer certaines dettes contractées par la dictature de sassou. Ces dettes ayant été contractées non pas dans l’intérêt du pays, mais plutôt pour la répression du Peuple (armes, mercenaires, etc) et la jouissance du tyran et des ses affidés (achats d’appartements en Occident, voitures de luxe, etc.) .
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Dette_odieuse

  2. Samba dia Moupata dit :

    Lorsque nous allons rétablir la république du Congo , il va falloir batailler ,avec ces sociétés mafieuses comme Total ou pays mafieux comme la Chine qui continu à emprunter l’argent à la barbarie Mbochi . Alors que toutes les institutions bancaires sérieuses ,ont cessés toutes collaboration avec ce régime fou .

  3. Val de Nantes dit :

    700.000 euros retrouvés dans un appartement du 7 ème arrt de Paris dont le maire est Dati ,visaient à soudoyer les médias et les politiciens français .
    Ce sont des indices qui prouvent la candidature de ce chien d’oyo au poste d’où il rapiéce le congo ,comme bon lui semble .
    Que ceux qui ,par cécité sénile ,n’en voient que des avantages ,révisent leur posture intellectuelle …
    Le fétichisme congolais sur le poste présidentiel ne porte qu’une seule marque la bêtise congolaise .
    Pourquoi pas un pape ,à défaut d’un président omniscient ?.

  4. Cheick saki dit :

    Sassou est un bon président il est le meilleur le bâtisseur

  5. Val de Nantes dit :

    Le drame du Congo ,c’est de tomber amoureux d’un démiurge au sommet du pays ,lequel n’a qu’une seule mission ,celle de siphonner l’argent public et peu importe du dira – t- on .
    Diviniser un congolais au moyen d’une démocratie pipée et téléguidée par la France me semble d’une stupidité pathologique ..
    Ce régime présidentiel est l’antidote du développement économique au Congo ,car son essence n’est que politique et non économique …
    Bref ,vous aurez compris l’inutilité de ce machin ,malgré le turn – over dont il a fait l’objet en termes de changement de locataires ….depuis l’indépendance .
    Notre lucidité nous commande d’effacer de notre pensée instutionnelle pour lui trouver une alternative qui soit compatible aux besoins économiques qu »expriment bon nombre des congolais ….

  6. Nzila ya Mpungu dit :

    Il faut penser un Grand Kôngo. Faire tomber les frontiers imposees a Berlin. La solutions de notre survis et developpement est dans la reunification du l Empire Kôngo. L nombre compte pour un developpement durable et paisible. La dette la va etre resolu. Evitant de nous voire comme des etranger/des tribus, des ennemis (ca c est l oeuvre et pensee voulu par nos oppresseurs. Diviser pour regner) , alors qu on est un peuple en afrique Kamite. J n m defini plus selon les regles de la conference de Berlin de 1885;ou on est libre ou pas. C est aussi un choix. On glorifie des republiques qui reflectent mm pas notre heritage culturel. La, est notre alienation et maladie de masse. Dettes.. un faux debat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.