LE POUVOIR INHUMAIN DE BRAZZAVILLE DÉCIDE DE PRIVER LES FONCTIONNAIRES DE LA FÊTE DE NOËL ET DE LA BONANA

De mémoire des congolais, aucune fin d’année n’a été aussi cauchemardesque que celle de l’an 2020. Ce pouvoir illégitime et diabolique n’a aucune considération pour les citoyens congolais, en général, et pour les fonctionnaires, en particulier. Mais le mépris dont il fait preuve envers les fonctionnaires, en cette fin  d’année 2020, est simplement inhumain.

En effet, aucun chef d’Etat digne de ce nom, ne peut envisager un seul instant, priver les fonctionnaires de leur rémunération au mois de décembre. La conséquence est que plusieurs parents n’ont pas pu acheter les jouets de leurs enfants et ont passé la fête de la nativité dans une grande sécheresse financière. D’autres ont vite couru voir les usuriers appelés, à tort, les « bailleurs de fonds ».Les seuls à se réjouir de cette situation, sont ces usuriers. Ces derniers, avant de leur consentir un prêt, exigent des fonctionnaires la remise, au préalable, de leur carte monétique et de leur code. Pourtant la carte monétique et son code sont  strictement personnels.

Mais l’état de détresse financière dans lequel se trouvent constamment les fonctionnaires-et la précarité qui en est le corollaire ne donne souvent pas d’autre choix à ces fonctionnaires que de satisfaire les exigences des usuriers. Au moment de la paie, c’est l’usurier qui touchera le salaire du fonctionnaire qui est son débiteur. Il retirera le capital et les intérêts et remettra au fonctionnaire ce qui lui revient.

Comme les salaires des fonctionnaires ont pour caractéristique principale leur extrême modicité, à cause du refus du pouvoir de les revaloriser, les fonctionnaires se retrouvent dans un cercle vicieux où ils ne touchent leur salaire que pour payer leurs dettes auprès des usuriers. Ils ne peuvent même pas épargner puisque leur salaire ne sert qu’à se nourrir et payer leurs dettes.

Même les fonctionnaires qui recourent aux découverts, ne s’endettent pas moins avec intérêts auprès de leurs banques, même si le taux d’intérêt pratiqués par les banques n’est pas usuraire comme l’est celui que pratiquent les usuriers. Au Congo, la situation des fonctionnaires paupérisés et précarisés par un pouvoir inhumain et outrancièrement oppressif et répressif, nous permet d’affirmer qu’on peut travailler et demeurer pauvre, en ce sens que ta rémunération, qui  t’empêche de joindre les deux bouts du mois, ne te permet pas de mener une vie qui soit digne de la personne humaine.  

La quasi-totalité des fonctionnaires a passé la fête de Noel dans une totale diète. A 48 heures de  la fin de l’année 2020, les fonctionnaires ne sont pas du tout certains de recevoir leur rémunération. Ils le sont d’autant moins que ce gouvernement illégitime demeure aphone et ne communique pas. Ce n’est pas autre chose que du mépris à l’égard des fonctionnaires. C’est même une atteinte grave aux droits économiques et sociaux des fonctionnaires.

Le pouvoir est décidé à humilier les fonctionnaires dont certains ont maintenant des tensions avec leurs épouses. Un Président qui contribue à détruire des couples est-il responsable ?

La leçon à tirer de cette situation est que le tribalisme est une arme que le pouvoir utilise pour diviser les Congolais car, s’ils sont unis, ils ne feraient qu’une bouchée de ce pouvoir illégitime, tribal et obscurantiste.

Ce pouvoir méprise tous les Congolais indépendamment de leurs départements, ethnies ou tribus. Aujourd’hui ce sont les fonctionnaires de toutes ethnies et départements qui vont encore passer la fête de fin d’année dans la diète totale. Je n’ai pas appris qu’une faveur est accordée aux fonctionnaires du nord du pays pour qu’ils touchent leurs salaires pendant que les autres doivent attendre. Ils sont tous logés à la même enseigne. Il en est de même pour les retraités de la Caisse de Retraite des Fonctionnaires (CRF).

Les Congolais doivent donc refuser de faire le jeu du pouvoir en tombant dans la piège du tribalisme et de l’ethnicisme qui sont de véritables impostures de ce pouvoir des ténèbres.

A nous d’être vigilants.

En dépit de la diète, bonne fête de fin d’année quand même à nos fonctionnaires.

Ngoma Ludovic

Diffusé le 29 décembre 2020, par www.congo-liberty.com

FIRMIN AYESSA NE SERAIT-IL PAS LE PLUS INCOMPÉTENT ET LE PLUS PARESSEUX DE TOUS LES MINISTRONS ?

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à LE POUVOIR INHUMAIN DE BRAZZAVILLE DÉCIDE DE PRIVER LES FONCTIONNAIRES DE LA FÊTE DE NOËL ET DE LA BONANA

  1. Anonyme 5 dit :

    Bravo Ngoma Ludovic merci de dénoncer ce pseudo pouvoir et ses mains qui n’ont plus de couleur pardon qui ont deux couleurs

  2. Val de Nantes dit :

    Ce pouvoir n’a aucune valeur humaine ,tant son penchant pathologique à domestiquer tout le pays déborde l’entendement …
    Être surpris par l’incurie congénitale dont ils font preuve est un euphémisme …
    Leur subconscient les pousse à déposer les armes ,sauf au vu des nombres crimes dont ils se rendent coupables tous les jours ,ils ont pris le pari de s’éterniser au pouvoir , quoiqu’il advienne …
    D’ailleurs ,le chef de cette bande s’apprête à faire perdurer ce plaisir dyonisiaque au sommet du pays ,son plan de violation de la volonté populaire semble au point .Ce qui nous laisse dire que les soirées vespérales dans ce milieu politique ont bon dos ….

  3. Samba dia Moupata dit :

    Et pourtant Sassou Dénis vient de renouveler le bail de TOTAL pour 20 ans . Ce dernier qui a pour projet de société les paiements des salaires . C’est la cause du dispositif de terreur dans toutes rues de Brazzaville sous prétexte du covid 19 . On ne triche pas avec la réalité financière et comment cette barbarie Mbochi survivra sans argent ? Le suicide aura raison de l’empereur Mbochi .

  4. Jean de Dieu Etoumbakoundou dit :

    Le Président Lissouba avait hérité de ce même PCT et Sassou Nguesso une situation similaire en 1992. Ce qui veut dire qu’avec un tel chaos, remettre les choses en ordre ce n’est pas évident. Mais tres vite Lissouba avait maille à partir avec les congolais qui l’exigeaient de payer leur argent. Mais aujourd’hui personne ne reclame ses droits bafoués par Sassou et famille. C’est la résignation. Alors si les congolais ont besoin d’argent qu’ils sortent dans les rues et places de Brazzaville au lieu de pleurer seulement.

  5. Le panafricaniste dit :

    Ces pauvres fonctionnaires congolais comme d’autres d’ailleurs des contrées dites francophones, ils ont hérités d’une double tare; le colon (France) nous avait fait croire que les études garantissaient l’emploi ou alors que la fonction publique garantissait la retraite. Nous comprenons aujourd’hui que c’est faux, en effet ces systèmes qu’ils ont mis en place en Afrique à la ténébreuse conférence de Berlin, qu’ils appellent « Etats » ne sont autres que des enclos commerciaux qui fonctionnent grâce aux aides multiformes des institutions financières internationales et à la mafia des multinationales, donc une participation involontaire de ces fonctionnaires à la pérennisation du néo-colonialisme entretenu par les dirigeants que ces puissances occidentales maintiennent à la tête de ces enclos. La seconde tare est le fait de croire que les systèmes politiques qui font fonctionner nos Etats, que nous choisissons démocratiquement ou pas, devraient assurer notre protection géographique, sécurité financière ou alimentaire. Mais c’est faux, car les dirigeants ou la classe politique au pouvoir se l’a coule douce avec le peu d’argent du contribuable restant après avoir payer les dettes fictives ou certaines, ils infantilisent ces pauvres pères et mères de famille avec ces maigres salaires mensuels qu’ils atrophient et raréfient avec le temps. Et ils deviennent des êtres conditionnés et facilement manipulables à l’exemple du test du chien au réflexe de Pavlov…Et ne vous attendez pas à un quelconque soulèvement de ces sujets lorsque la ligne rouge est dépassée!
    Si l’on avait acquis une certaine culture, à l’exemple des peuples anglophones, « one leg in business and one other in university » (un pied dans les affaires et un pied dans les études), on serait plus épanouis et moins manipulables, moins pauvres, moins mendiants. L’avantage avec cette mentalité est que l’on a le choix entre la fonction publique ou l’entreprenariat à la fin de nos études universitaires. Du coup, ni le colon ou mêmes les parvenus dictateurs ne devraient nous servir de marche-pied. Mais il n’est pas trop tard, car si nous avons échoués dans ce sens, évitons que nos enfants qui sont les futurs combattants du futur ne marchent sur nos voies tracées par la Françafrique pour que nous marchons comme des moutons.

  6. CD JUMEAU dit :

    Bonne et Heureuse Année 2021 à toutes et à tous! Mes pensées vont particulièrement aux retraités de notre pays que le chef terroriste SASSOU NGUESSO Denis continue de maltraiter. QUE CETTE NOUVELLE ANNÉE SOIT CELLE DE LA CHUTE BRUTALE DE CE CRIMINEL SANGUINAIRE, QUE NOTRE PAYS TROUVE LA LIBERTÉ ET LA VRAIE PAIX.

    Vive le Congo!

  7. Anonyme dit :

    Je srais tenté de donner raison à Jean de Dieu Etoumba

    quelque soit la facon dont on appréhende le sujet, on ne pourra jamais absoudre de sa responsabilité le peuple du congo où chaque jour, depuis des decenies il a accepté que la vie sociale, économique, politique, culturelle, militaire soit paralysée voire détruite par une gestion faite d’humiliations, provocations, repressions, népotisme, gabégie, incurie, irresponsabilité de la part de ses dirigeants, voire de ses élites.

    Quand on est à ce point discriminé, dans son propre pays de surcroît. Il me semble normal de le dire haut sinon se révolter.
    Pas de se lamenter comme on le fait. Le réseau du seul « ventre » comme dirait pambou devrait suffire à la révolte pourtant
    je ne parle pas des autres réseaux possibles, faits potentiellement de ceux qui n’ont plus d’école publique, de la simple éléctricité devenue une denrée pour une technonologie plus qu’éprouvée.

    Que nenni ! tout le monde attend le changement en restant tranquille, n’obligeant même pas leurs dirigeants à une quelconque efficaité. Espérant qui un western venu de l’étranger, qui l’intervention divine sans doute, à défaut de fustiger non plus l’impérialisme (demodé) mais le colon.
    Car Manquer d’eau dans un pays avec autant de cours d’eau c’est un vrai exploit. Et c’est serait la faute d’un quelconque (pays) tiers vraiment ? il n’ ya pas là une responsabilité d’abord nationale quelque soit le dirigeant ? et le peuple vigilant
    devrait les inerpeller et leur demander des comptes.

    C’est bien Pambou,qui a raison, à travers ses piques et son cynisme provocateurs afin de susciter une réation saine.
    En vain, puisue les congolais cherchent la cause ailleurs. A l’instar du mali par exemple.

    une anecdote : en cote d’ivoire d’où je reviens. Il n’ y a pas pénurie d’eau ou d’électricité, à abidjan, et les routes ici sont sans
    commune mesure par rapport au congo. Pourtant leur président est autant impliqué que le nôtre dans cette france-afrique…

  8. Anonyme 5 dit :

    MWANA MOUKONGO NGUÉ MÉ KOUKOMA KIZOBA YA BAHOU

    NGUÉ MÉ KOUMA BOYI YA BAHOU

    T’as t on proposé une autre forme d’unité ? non tout ce qu’on te propose tout ce qu’on te réserve c’est l’extermination.
    vas tu continuer à faire confiance à ces gens qui t’extermine sans ciller en riant sous cape  » on a exterminé dans le Pool le ciel n’est pas tombé  »

    Vas tu continuer dans la fausse unité nationale avec les sauvages et les barbares et leurs coutumes de Bonobos ? réponds MWANA MOUKONGO que vas tu faire ?

    On t’a spolié ta nationalité as tu facilement ta pièces d’identité as tu facilement ton passeport ? même ceux qui vivent à l’étranger ont plus facilement leur titre de séjour que leur propre passeport est ce normal ?

    T’as t’on proposé une autre forme d’unité pour pallier à cette situation non uniquement le dépeuplement c’est à dire l’extermination, pour que ceux qu’on a naïvement accueilli chez nous, sur la terre de nos ancêtres deviennent plus nombreux que nous est ce que cette situation est normale ?

    Je n’ai trouvé aucune situation comparable sur le continent aucune.

    MWANA MOUKONGO NGUÉ NGUÉ MÉ KOUMA BOYI YA BAHOU c’est normal ?

    On les accueilli sur la terre de nos ancêtres pour qu’on devienne leurs domestiques ??? et de l’autre côté on ne dit rien pour eux c’est normal ils appellent ça l’unité nationale l’unité avec les bonobos ALLONS SEULEMENT

    MWANA MOUKONGO n’écoute pas ceux qui viennent avec des paroles mielleuses de proposer à nouveau l’unité nationale de manière éhontée BA KÉ NA SONI VÉ BATUINA ???

    Le blanc a fait moins de mal qu’eux on lui a demandé de quitter le pays pourquoi devrons nous prendre des gains avec ces gens qui n’ont aucune humanité et se comporte pire que les animaux ??? dites moi

    VIVE L’UNITÉ DU SUD KONGO ET VIVE LA SCISSION

  9. Anonyme 5 dit :

    Lire prendre des gants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.