Mensonges d’État autour du véritable coût de construction de l’Université Denis Sassou Nguesso

Le culte de la personnalité va bon train au Congo Brazzavole. L’Ample-Erreur de la Françafrique, Dénis 1er, n’aura plus grand chose à envier à Staline, Mao Zedong ou Nicolae Ceaucescu. Alors que le Congo est dans l’impasse la plus totale, on ne compte plus les Boulevard Denis Sassou Nguesso à travers le pays. Il y a aussi le prestigieux Aéroport International d’Olombo-Denis Sassou Nguesso (quasiment réservé à son usage personnel), le Lycée d’Excellence Denis Sassou Nguesso de Mbounda ; et pour couronner le tout, l’autocrate vient d’inaugurer ce 5 février l’Université Denis Sassou Nguesso.

Au fronton du temple, que l’on prétend destiner au savoir, brille en lettres d’or le nom de l’obscur autocrate qui a sacrifié deux générations de jeunes congolais. Privés d’un bon enseignement, d’une bonne formation, ils n’ont connu que le chômage, le désespoir et le mépris d’une petite classe dirigeante de voleurs et d’arrogants parvenus ; pour la plupart apparentés au tyran.

Accoler « Université » et « Denis Sassou Nguesso » résonne comme une provocation, un paradoxe, une proposition choquante à l’encontre du bon sens commun. La promesse de l’excellence et de l’ouverture d’esprit que l’on pourrait atteindre, au travers des enseignements dispensés à l’Université, s’oppose à  un environnement brutal et totalement corrompu, de la dictature cruelle d’un président revenu au pouvoir en 1997 par les armes ; et qui s’y maintient, par les armes et par la fraude électorale ! Et aussi grâce à une certaine complaisance internationale… Ne chargeons plus la barque déjà pleine de Paris, de Milan, de Bruxelles et de Pékin : Chevron reçoit tous les mois au Terminal de Djeno, cher à TOTAL, deux tankers de 920.000 barils de Brent !

Après bien des années de retard dans la livraison , trois premiers modules ont été mis en service le 1er février dernier, avec un recrutement tout aussi tardif, lancé seulement le 5 novembre 2020 qui augure très mal de la disponibilité d’enseignants du meilleur niveau. Le pire est à craindre !  Même si l’on verra apparaître à Kintélé, des professeurs cubains, vénézuéliens et peut-être même chinois, sans interprète pour y donner leurs cours.

La longue liste des échecs qui ont été enregistrés par l’autocrate omniscient, d’ECair au « Bon bœuf » d’Oyo, ne présage rien de bon ! ; avant-même que le fleuve n’emporte, un à un, tous les bâtiments de ladite université.

Après les allocutions des Chefs d’Etats, Mahamadou Issoufou du Niger, Macky Sall du Sénégal, Umaro Sissoco Embalo de la Guinée Bissau, conviés à l’inauguration en l’absence de représentants de haut rang d’Etats d’Afrique Centrale, ce fut au tour de Jean Jacques Bouya de faire la présentation technique de l’ouvrage. Pour lui, « l’université Denis Sassou-N’Guesso se veut être cet instrument d’intégration et communique la joie d’une Afrique qui gagne ». En fait, le clan présidentiel, et J.-J. Bouya a sa tête, sont les vrais gagnants, de la réalisation de ce projet. Ils se sont copieusement sucrés (en grande partie sous-traité auprès d’un acteur local de la construction MBTP) : « D’un coût global de 241 milliards 647 millions 529 mille 724 FCFA, l’université Denis Sassou-N’Guesso de Kintélé a une capacité d’accueil d’environ 30 000 étudiants », a souligné le ministre en charge des grands travaux, Jean Jacques Bouya, avec l’habituelle bienveillance et l’empressement « désintéressés » de Clément Mouamba… sous le regard impuissant de quelques cadres indignés.

A ce-jour, trois modules seulement ont été livrés  au titre de la (tardive) première rentrée académique 2020-2021 :

  1. l’Institut de Sciences Géographiques, Environnement et Aménagement (ISGEA) ;
  2. l’Institut Supérieur d’Architecture, Urbanisme, Bâtiment et Travaux Publics (ISAUBTP) ;
  3. la Faculté de Sciences (FS).

Quand les huit autres modules ouvriront-ils leurs portes ? ECair, la compagnie aérienne défunte, créée par l’incontournable Jean-Jacques  Bouya, avec 500 millions de dollars de crédits supportés par l’Etat congolais n’avait pas résisté bien longtemps à la nullité de ses protégés pour gérer la compagnie ; pour le plus grand bénéfice de Privatair, Marco Villa et autres prestataires de service.

En cachant à ses homologues africains, abusés et roulés dans la farine, le véritable coût de revient de son Université, c’est-à-dire vraisemblablement plus de 500 milliards de FCFA et en déclarant, dans un mensonge d’Etat, que  « 241 milliards 647 millions 529 mille 724 FCFA » Denis Sassou Nguesso connait-il enfin la honte de voler, avec ses complices, la République qui ne l’a jamais élu ?

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 10 février 2021, par www.congo-liberty.com

Mingwa BIANGO répond aux confidences de Sassou-NGuesso et à sa politique ségrégationniste

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Mensonges d’État autour du véritable coût de construction de l’Université Denis Sassou Nguesso

  1. le fils du pays dit :

    Mr Ossebi meme si certains pays partenaires du Congo arrivent a s’indigner quand ils voient comment ce groupe d’hommes et femmes qui se sont auto proclames dirigeants du Congo detruisent ce pays, la complaisance internationale existera toujours.Un illustre personnage un jour declara que hypocresie faisait partie de la diplomatie.Il revient au peuple Congolais de relever les defis.Personne ne viendra le faire sortir de cette merde sinon lui meme.C’est comme dit le dicton:Aide toi,le ciel t’aidera.
    Dans un pays ou les gens sont serieux et soucieux de l’avenir leur pays avec de revenus colossaux de pres de cent milles millards des excellents projets d’interet general aux coûts bien maitrises auraient vu le jour

  2. Anne Honyme dit :

    Accoler « Université » et « Denis Sassou Nguesso » est un bien laid oxymore…

  3. Samba dia Moupata dit :

    Sassou dans sa folie de grandeur, cette édifice n’a pas de budget fonctionnement ,ni de services technique en moins le service de nettoyage et l’érosion qui guette cette édifice . Encore des milliards jeter par la fenêtre comme toujours avec Sassou Dénis Imboulou, le pont de la corniche ect … des milliards jeter à l’eau . C’est triste que l’égyptologue Mbochi Obenga soit tombé si bas dans la médiocrité car c’est lui dans un tête à tête avec son mwèné sassou à N’gollo doua au bord du fleuve Alima qui ont accoucher ce fiasco il y’a 10 ans .

  4. Jean de Dieu Etoumbakoundou dit :

    Sassou Nguesso en sera le premier docteur dudit etablissement portant son nom pour donner vraiment sens à son projet.

  5. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    DENIS SASSOU NGUESSO, L’EMPEREUR DE LA DESTRUCTION DU CONGO A ENCORE FRAPPÉ A TALANGAÏ A BRAZZAVILLE https://www.youtube.com/watch?v=1MK6LOQz0fs

  6. Jean OKOMBA dit :

    Qui nous ouvrira le livre de la vérité sur l’assassinat de Marien Ngouabi? Sassou Nguesso dans un message recent qui est sur la toile vient de persister et signer que le groupe Massamba Debat est bien responsable de l’assassinat du 18 mars 1977. Pour Sassou Nguesso c’est toujours « bakongo babomi marien ». Dans cette afffaire en dehors de sassou nguesso et des morts personne ne connait vraiment pas la verité sur cette histoire qui plombe notre pays?
    Les laris, les kouyou, le mbembe sont serieusement indexés par sassou nguesso qui passe en revue les differrents moments douloureux de notre pays et s’érige en un veritable messie providentiel l’unique qui peut tenir ce petit congo de main de fer. Parfait Kolelas dont le pere est nomment cité comme putschiste multirécidiviste est sérieusement averti de ne pas depasser les limites! Quelles limites? Prendre le pouvoir des mbochis? Je vous invite de chercher ce message et de le lire et partager.,

  7. le fils du pays dit :

    Mr Okomba qui ouvrira le livre sur l’assassinat de Mr Ngouabi,l’homme qui a emmené les vauriens au centre du pouvoir dans son sac a dos sans faire au prealable un tri.Son machin le pct,une école de mensonge,une fabrique des imbéciles,une machine a crimes toutes catégories confondues.Attendez pas la verite de la part de Mr sassou,cet homme n’est pas sérieux et il n’a jamais dit la vérité dans sa vie.Pour lui c’est toujours la faute des autres jamais lui.
    Si pendant les faits,l’année 1977 il n’a pas dit la vérité ce n’est pas maintenant qu’il le fera.Il balancera toujours ce crime sur le dos des autres.
    Mais certains de ses lieutenants qui étaient a ses cotes pendant les faits sont encore en vie pour ce livre on peut citer Mr Lekoundzou Justin aujourd’hui transformé en legume par les amis d’hier,Mr Tsiba Florent l’éternel chef du cabinet de son mentor et ami de route Mr Sassou.

  8. Val de Nantes . dit :

    Au CONGO ,c’est bien l’armée qui dirige sans laquelle SASSOU ne serait qu’un légume .
    Cette milice , dévote à souhait ethnique , nous rendra compte des méfaits criminels dont elle sera coupable en protégeant un régime cannibale .
    C’est l’arête qui se trouve au travers de la gorge des congolais ,mais le prix de la libération sera à la mesure de cette complicité tribale qui aura déconstruit le pays pendant tout le règne de STALINE exotique .
    Cette armée , qui n’en est pas une , est la cause qui cause la misère existentielle qui émaille le ciel congolais .Son existence ,en l’état actuel ,est vouée à sa propre disparition ,car elle ne répond pas aux missions régaliennes que lui assigne l’Etat congolais .
    La garantie de l’ordre public et de la paix est indépendante de l’identité du divin qui gère le pays . Ce sera l’une des priorités salvatrices qu’entreprendra le pays après de départ de Sassou ,celle de sa refonte totale . Une armée républicaine doit être à l’image du pays dans toutes ses dimensions humaines , ethniques ,techniques et éthiques .

  9. BIAYENDA dit :

    Cette université sera rebaptisée c’est pas un soucis les gars

  10. le fils du pays dit :

    Mon avis: L’universite kintele un autre elephant blanc parmi d’autres.
    C’est du bricolage et du soupoudrage a des couts exorbitants ou l’ingenierie de surfacturation saute sur les yeux. L’universite de kintele c’est comme le barrage d’Imboulou ces deux cas seulement nous montrent qu’on ne construit pas au Congo selon l’art, que les etudes par exemple de faisabilite ne sont pas menees et c’est la volonte du prince qui prime sur l’avis des techniciens.Dans le domaine de la construction on dit toujours que l’eau est l’ennemi numero un de la construction.Le fleuve finira par avoir raison de cet ouvrage parce qu’il est implante non selon sur les sables mouvants mais egalement sur le lit du fleuve car il coule superficiellement et souterrainement.Ceux qui on construit cette universite ont ignore ce detaille.Ils ont fait les travaux supplementaires en renforcant les fondations et le drainage des eaux.Cela n’empechera pas le fleuve d’emporter ces batiments tout simplement parce qu’ils sont sur son lit.
    D’ailleurs techniquement il n’y a pas sens de renforcer les fondations si les charges porteuses des structures qui descendent sur les colonnes ou poteaux jusqu’aux fondations ont ete bien estimees et bien evaluees.
    Le probleme se trouve au niveau des sols qui supportent ces batimemts qui sont les sables mouvants situes sur le lit du fleuve.Voila un autre gachis,des milliards jetes par la fenetre du amateurisme,la mediocrite,l’incompetence,le clientelisme,le desordre,la pagaille et de l’improvisation.Jean jacques Bouya et ses amis des petits travaux doivent savoir que les fleuves et les rivieres coulent superficiellement et souterrainement

  11. Sam;ory dit :

    L’Université de Kintele a pour parrain un émérite Professeur égyptologue congolais, lequel n’est autre que l’héritier du Grand Scribe Kemite Cheik Anta Diop. Qui dit mieux ? Maintenant, pour le reste, attendons de voir. Il est vrai qu’il ne faut pas se laisser aller a des conclusions intellectuelles hâtives. Le Congo est entrain de se développer. Toutefois, rien est encore confirmer a ce stade, concernant cette structure universitaire moderne.

  12. le fils du pays dit :

    Mr samory qu’est ce que vous appellez par developpement?
    Vous appellez l’eternel bricolage,l’improvisation,la mediocrite et le manque du serieux de votre maitre Mr Sassou,son clan et ses amis par le developpement.
    Qu’est ce qui se developpe dans ce Congo en pleine demolition?La misere que cotoie chaque jour ce peuple meurtri malgre des revenus colossaux engranges.
    Vous appellez par developpement quelques elephants blancs eparpilles un peu partout construit a coups de milliards.Mr Samory dans les pays ou les hommes sont serieux on ne inaugure pas un chantier encore en construction car il y a un cahier de charge que l’entreprise qui a gagne le marche doit sous peine de sanctions s’il n’est respecte par ce dernier.Mr Sassou passe son temps inaugure ses bricoles improvises en grande majorite inacheves surtout qui n’ont aucun impact sur la vie des populations.
    Vous etes un fanatique aveugle.

  13. Val de Nantes . dit :

    grosse validation@le fils du pays .
    Les propos de @samory sont empreints d’un floutage inquiétant . Tirer à hue et à dia n’arrange en rien la compréhension des faits que nous sommes amenés à commenter .
    Caresser et critiquer sont deux démarches illogiques dans l’analyse pertinente de la situation politique qui prévaut au pays .
    Des théoriciens emphatiques de la tyrannie politique qui règne au pays se ramassent à la pelle sur ce site ,dont acte .
    Un développement , qui s’apprécie à l’aune des universités construites sur la misère criarde qui sévit au pays , pose problème .
    Un développement qui se veut crédible est celui qui qui maitrise une articulation harmonieuse entre le cadre de vie de nos compatriotes et le progrès économique .
    En résumé ,la politique économique doit toucher tous les paramètres sociaux et économiques qui participent au développement économique d’un pays ..
    Sassou a failli sur sous ces domaines pour privilégier sa richesse piochée dans les caisses de l’Etat .
    Au sommet du pays ,il n’y était pas venu pour créer de la richesse ,mais pour appauvrir les congolais par le pillage systémique de ses deniers publics . SASSOU , le Congo n’en retiendrait que du mauvais . Le dernier jugement historique lui sera implacable en termes de condamnations .

  14. le patriote éclairé dit :

    Après ECAir qui devait former des pilotes congolais, noble mais futile idée, voici l’Université déni sousous haine-gai-sot. J’ai laissé une majuscule à Université, même si les diplômes octroyés n’auront aucune valeur en France. Encore un éléphant blanc.

  15. A. Bantu dit :

    Le saviez-vous ? L’une des toutes premières décisions prises par SASSOU à son retour au pouvoir en 1997 fut de ramener à Brazzaville le matériel destiné à l’ Université des Sciences Économiques, créée par LISSOUBA. Les partisans de SASSOU ayant facilement persuadé ce dernier qu’accepter l’implantation d’un Centre Universitaire hors de la Capitale était à leurs yeux politiquement suicidaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.