INTERVIEW DE DAVID LONDI : Toute élection dans une dictature comme celle de Sassou n’est que mascarade. La solution est l’insurrection populaire !

David LONDI affirme que dans une dictature, toute élection n’est que mascarade. Il condamne fermement tous ceux qui y participent comme Mathias DZON et Parfait KOLELAS, et félicite TSATY-MABIALA et Claudine MUNARI qui y ont renoncé. Le seul moyen de chasser Sassou-NGuesso du pouvoir est l’insurrection populaire du Nord au Sud. David LONDI est opposé à la scission du Congo-Brazzaville à laquelle il oppose le Fédéralisme et une Transition démocratique et Pacifique, qui sont les seules voies pour sauver ce qui reste du pays.

La Rédaction

Diffusé le 22 février 2021, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

20 réponses à INTERVIEW DE DAVID LONDI : Toute élection dans une dictature comme celle de Sassou n’est que mascarade. La solution est l’insurrection populaire !

  1. INTÉRÊT GÉNÉRAL dit :

    Le dictatueur en serie, Denis Sassou est toujours en séjour à Pointe-Noire. Hier dimanche ses propagandistes ont mis une cinquantaine d’affiches à l’effigie de Sassou sur le site que Sassou devait visité aujourd’hui lundi 22 février.

    Mais pendant la nuit, les résistants à la dictature ont fait disparaître ces affiches. Surpris devant la disparition de ces affiches, Sassou ordonne que de nouvelles affiches soient mises ce matin dans la précipitation avant sa visite sur ce site.

    Réseau extérieur contre la dictature de Sassou Nguesso.

  2. Djambala dit :

    Bonjour cher ainé David LONDI
    Dieu sait que je partage à 100% votre avis, car vous faite parti des rares intervenants sur ce site ayant fait un bon et vrai diagnostic des meaux qui minent notre beau pays.
    Mieux ,vous disposez aussi de propositions pouvants amélirées les choses en loccurence le fédéralisme…
    Mais lorsque vous parlez d »insurrection », vous êtes sans ignorer que cela implique (ou nécessite) l’implication de l’armée.
    Au regard de ce petit constat, des questions me viennent à l’esprit:
    -vous comptez sur qu’elle armée?
    -y a t il une réelle et (professionnelle) au congo?
    -pouvez vous (et j en suis sûr que vous connaissez la différence) nous donner la nuance entre « insurrection » et « révolte » s’il vous plait??
    A mon humble avis cher doyen le peuple ne peut rien attendre de cette fameuse armée vu sans manque béant d’instruction , de patriotisme ,mais également de professionnalisme.
    En un mot: sassou et son système tomberont plus par une « révolte populaire » que de celle venant de son armée tribale et corrompue jusqu’au « cytoplasme » de leurs cellules.

    Cordialement

  3. David Londi dit :

    @Djambala,

    merci cadet, je viens préciser que ce projet qui a démarré il y a presque 2 ans se décline en deux aspects:
    un côté mobilisation populaire que nous avons engagé et qui se construit progressivement sur le territoire par réseautage;
    un côté coercitif qui sécurise les actions de mobilisation. Tu comprends que je ne peux m’étendre sur ce deuxième point car beaucoup de nos compatriotes seraient exposés.
    Nous déployons donc une stratégie planifiée qui va progressivement se traduire en opérations très prochainement.
    D’aucuns diront qu’il ne faut pas exposer les stratégies mais nous avons voulu adopter une communication « iceberg ». La face émergée qui ne comporte aucun risque permet de communiquer pour provoquer une adhésion au projet, la face cachée se construit dans la partie immergée et très sécurisée. Cette stratégie de communication permet aussi de montrer au système qu’une résistance s’organise comme les alliés l’avaient fait face à Hitler. Traumatisé par l’idée de débarquement des forces alliées, Hitler avait déployé des sommes folles pour préparer la parade provoquant ainsi son affaiblissement. Le système nous a déjà répondu dans son journal « Le Patriote » par des menaces mais nous savons qu’il ne pourra pas faire face à ‘insurrection que nous préparons même s’il s’équipe en conséquence. Beaucoup de nos compatriotes africains nous ont montré la voie nous devons la suivre. Il ne faut pas se fier au discours du pouvoir qui affirme que le Burkina n’est pas le Congo mais alors qu’en est-il de la Tunisie, du Soudan, etc. ? Non, il faut tout simplement organiser les populations. On l’a vu à Nkayi, Dolisie, Pointe-Noire et à Brazzaville pendant la nuit de la Saint Sylvestre. Nos compatriotes sont prêts à se lever contre ce système et nous les y préparons.

  4. Djambala dit :

    Cher ainé,
    je m inscrit totalement à cette approche stratégique.Mais qu’en penses tu de cette population devenu depuis des lustres amorphe face cette dictature atroce appliqué actuellement au Congo brazzaville?.Soyons claire ,mon questionnement n est pas là pour décourager ni même saper le travaille effectué dans l’ombre…

  5. David Londi dit :

    @Djamabala,

    cher cadet, le système dictatorial au pouvoir à Brazzaville a atomisé les populations. Tout le monde a peur de tout le monde, impossible de s’associer pour opposer une résistance féroce au système. Le premier devoir des forces d’avant-garde pour cette lutte est de travailler sur la désatomisation des populations pour les mettre dans les conditions d’agir. C’est le travail que nous avons fait pendant environ 1 an 1/2. Il faut être patient et s’attacher à comprendre les mécanismes de cette dictature pour établir une bonne stratégie, un plan et de la méthode. Je peux t’assurer, cadet, que les populations sont mûres pour désintégrer ce système, nous le mesurons tous les jours. Nous devons être la force qui canalise cette soif de libération. Il suffit d’une étincelle pour que cela s’enflamme mais il faut une conjugaison des forces civiles et militaires pour inverser le rapport de forces. Nous en avons pris conscience dès le premier jour de notre lutte. Cette révolution du Fleuve aura lieu. Tes questions sont judicieuses et utiles. C’est normal.

  6. Djambala dit :

    @David LONDI

    Ok, si à t’ entendre parlez, que pas mal de ces paramètres ont été pris en compte dans votre stratégie globale , alors je suis un peu rassurer.
    En tout cas courage pour tout ce travail…

  7. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    MERCI MINGWA,

    MERCI DAVID,

    COMPRENDRE ET CONNAITRE A100% MON ESPRIT, DE L’APRES SASSOU, ECOUTER DAVID LONDI ET POURQUOI? https://www.youtube.com/watch?v=572Ul54ar6o

  8. Rabbi dit :

    Je reste sceptique à l’idée d’un pouvoir acéphale dans un espace si restreint, tel que le nôtre.
    Cela ressemble à de la pure fiction, une simple arlésienne comme qui dirait:-)

  9. Val de Nantes . dit :

    Oui @ mon frangin DAVID LONDI ,
    Pour ne pas me répéter au risque de devenir redondant , le mal du CONGO est l’absence de la fibre patriotique laquelle est supplantée par la fibre ethnique …C’est l’une des raisons principales qui expliquent le statu quo politique ….
    Certains mbochis ,dans un fanatisme pathologique , se satisfont psychologiquement de la présence au sommet du pays de leur Zeus ethnique . C’est le triomphe de l’instinct grégaire .
    Les difficultés dues à l’organisation d’une situation insurrectionnelle sont pluri -factorielles ,tant la société congolaise a été réduite à un niveau de soumission mentale ,alimentaire et donc esclavagiste .
    La soumission mentale se décline par l’ignorance (vulgus ) .La soumission alimentaire se traduit par les déchets alimentaires tombés de la table du chef , qui remplissent les sacs des simba- sacs .
    Le tout orne une société en voie d’esclavagisme consenti . En un mot , le ver est dans le fruit .
    Un CONGO « clopin clopan  » est le dernier souci . La corruption est l’un des fondements vicieux de la nature humaine ,au travers de laquelle ,les tyrans construisent leurs cathédrales sans se soucier des risques de chute qu’ils font courir à leurs esclaves .
    De ce point de vue , ce sont les pauvres personnes asservies à l’ignoble idéologie séparatiste et matérielle qui en payeront les prix ,en cas de libération du pays des griffes de SASSOU .
    L’insurrection est le seule solution congolaise à la reconstitution intégrale de notre pays , encore faudrait- il que tout le monde hume le même air de libération ,ce dont ,malheureusement ,je doute ,vu le degré de la nocivité tribale qui gouverne les esprits de nos compatriotes enfumés .
    Quand la raison ou « logos  » ne contrôle plus nos affects négatifs ,nous avons des situations politiques ubuesques et inextricables que connait le Congo .
    Cette situation anormalement politique nous renseigne sur un point crucial ,celui de l’éducation de la population sur la valeur de la critique .
    Car de la critique nait un changement .Autrement dit ,la révolution insurrectionnelle .

  10. Djambala dit :

    Gosse validation @ toi cher ainé Val de Nantes
    Ce diagnostique est : claire, limpides et très juste.
    L’insurrection certes , mais cela passera forcement par une prise de conscience généralisée du peuple pour ce combat qui relève de l intérêt général.
    Personnellement je pense que la majorité ont perdu la « raison », ce qui rend la tâches un peu plus complexe d’ou ce « statu-quo ».

  11. David Londi dit :

    @Rabbi,
    il est clair que des peuples ont pris leurs responsabilités pour s’émanciper de la servitude. Le mal des congolais, en général, est de rester à l’étape de la critique sans chercher les voies et moyens pour agir. Je ne peux dire qu’une chose: bien avant nous des peuples se sont affranchis de la servitude, de la dictature … par l’insurrection populaire. Il faut toujours se rappeler que l’on ne peut mobiliser que des populations que l’on a organisées, étape sine qua non.

  12. David Londi dit :

    Oui, frangin, Val de Nantes. Un pouvoir sans base sociale finit par se disparaître. Ici, le système de Sassou joue sur la fibre éthnique depuis des années pour se conserver cette base même si la réalité montre qu’il n’est pas en mesure de satisfaire toute son éthnie. Il enrichit un petit clan pendant que la majorité de son ethnie croupit dans la misère comme les autres entités du pays. C’est en cela que le fédéralisme que nous défendons s’inscrit dans le processus de dépassement de ce genre de problématiques.

  13. Val de Nantes . dit :

    OUI @DJAMBALA et DAVID .LONDI .
    Nous sommes au carrefour des interrogations existentielles qui vont déterminer et peut être structurer la vie de nos compatriotes dans les années post Sassou .
    La question économique est consubstantielle à la question politique dans son aspect institutionnel …
    La forme de l’Etat crée mécaniquement le modèle économique qui va régenter le futur CONGO ,objet d’une pensée rationnelle .
    Remette le congolais dans l’arène politique et économique ,c’est le réarmer intellectuellement pour lui éviter de tomber dans les pièges des vendeurs de rêve politique .Une révolution mentale semble indispensable pour les congolais afin qu ‘ils se saisissent de leur faculté de critiquer ,de comprendre les enjeux sociétaux ,environnementaux ,politiques et économiques auxquels le Congo fait face . L ‘ÉDUCATION SERA LA DIGUE contre l’ obscurantisme ethnique ,facteur de dévalorisation et de la perdition de la raison congolaise .
    Tout sera soumis à la lumière de la raison pour faire avancer ce Congo dont la trajectoire de développement a été détournée pour des motivations purement alimentaires . Cet entre -soi politique et économique doit s’arrêter .
    De nos jours ,ce sont les idées qui mènent le monde à l’instar des » google ,facebook amazon , big data etc  » . Voilà des sociétés immatérielles qui gouvernent le monde concurrentiel et par conséquent ,l’utilité d’un divin exotique au sommet du pays me parait dérisoire .
    D’où l’exigence d’un système fédéral remettant les pouvoirs économiques et politiques aux entités régionales regroupées .
    C’est aux régions de résoudre la problématique du chômage que subissent nos compatriotes dans ces contrées . L ‘Etat jacobin congolais y a été indifférent depuis notre indépendance .
    Tuer le tribalisme équivaut à ,économiquement , dynamiser les régions afin que chaque puisse y trouver son bonheur ,sans incidence ,de l’Etat central gangrené par les malotrus .
    Nous croyons ,sans risque de nous tromper , que le vaccin contre la décadence du pays se loge dans le fédéralisme .

  14. Val de Nantes . dit :

    La nostalgie du passé politique est à bannir car le progrès est un mouvement ascendant avec ses exigences multiformes qui empiètent sur des acquis institutionnels et surtout ceux qui n’ont pas fait la preuve de leur efficacité économique et politique .
    Regarder devant ,c’est défier l’entrelacs dans lequel se trouve piégé notre pays à cause de la maladresse intellectuelle à entretenir des idoles ,des statues , des totems ,des atavismes ,toutes ces choses qui nous paraissent des pesanteurs dans notre conatus . Ce désir d’émancipation de l’héritage politique doit guider notre volonté de dépasser ce passé . Cet héritage politique continue à hanter le corpus congolais .Il faut en sortir par le haut en transgressant ce canevas politique d’hier dont le CONGO n’a rien retiré .
    La misère séculaire congolaise en est une de ses marques .
    Le salut congolais passe par des nouvelles idées novatrices qui en remettent en question la fondation de notre pays .

  15. Rabbi dit :

    Mr LONDI je suis d’accord pour l’ensemble de vos idées à une exception près: je veux bien être force de proposition mais ça sera long et laborieux à expliciter en un seul post; je fais d’emblée allusion à un pacte social qui prendrait en compte les droits fondamentaux et les devoirs de tous citoyens, quel qu’ils soient et d’où qu’il viennent. Rétablir chacun des citoyens dans ses droits en garantissant l’égalité des droits et des chances. Permettre par tous les moyens que nous disposons, que l’économie connaisse à nouveau un regain de prospérité , elle ne tient que sur l’actif, les créations d’emploi. De nos jours il existent des incubateurs économiques (l’Etat pourrait assurer ce rôle) pour soutenir les start-up, les PME-PMI, sans oublier les auto-entrepreneurs, bref une multitude d’offres de proposition . Je crois au génie congolais qui a tellement souffert, sa capacité à remonter la ponte dans un espace propice. Le génie nait de la souffrance.
    Tout cela mis en exergue fera s’annihiler le sentiment tribaliste et sectaire .
    Dites-vous bien que dans le cadre du fédéralisme, la région qui sera la plus encline à équilibrer les budgets d’autres régions moins nanties en ressources, sera celle qui aura la préséance sur elles. Cela risquera d’exacerber le sentiment tribaliste tant décrié par nos compatriotes. N’est-ce-pas une autre façon de promouvoir la tribu? L’on sait d’ores et déjà que Pointe-Noire dispose de plus de ressources que le reste des régions. Je ne doute pas que tout cela sera régulé mais dire que c’est la panacée est pour moi un leurre.
    Voyez-vous, j’essaie simplement de sortir de la doxa dominante en me posant des questions.
    pour nous affranchir du joug de la tyrannie, pour que le peuple, cette unité plurielle y parvienne j’opte pour la désobéissance civile comme le suggère « Etienne de La Boétie » dans son fameux discours sur la « servitude volontaire ».
    Du reste, vos idées sont fécondes en ce sens qu’elles ouvrent sur des perspectives de recherche

  16. Rabbi dit :

    Mr LONDI vos idées, vos offres de propositions sont fécondes en ce sens qu’elles ouvrent sur des perspectives de recherche. Je veux bien être force de proposition mais ce sera trop long à expliciter en un clic.
    Je suis d’avis sur l’ensemble de vos proposition à une exception près: je crois au pacte social, au respect droits fondamentaux des citoyens, aux devoirs qui les incombent, à l’égalité des dits droits et des chances, à la liberté d’expression et à la libre entreprise dans un espace régulé, je crois au génie qui naitra si ce n’est déjà le cas, de la souffrance accrue des congolais. Le chagrin, l’accroissement des souffrances, les diverses frustrations cumulées pousseront au génie. Ce n’est pas les textes qui sont censés nous régir qui ont failli mais les hommes qui ne les mettent pas en application.
    Le vrai défi consistera à les mettre en application. Recourir de façon systématique au fédéralisme, qui n’est d’ailleurs pas la panacée, est en quelque sorte faire preuve de son incapacité à les appliquer; une sorte d’aveu d’échec.
    Aussi, il faut se dire que la région la plus nanties en ressources sera celle qui aura la préséance sur les autres et cela risquera, le cas échéant , d’exacerber le sentiment tribaliste tant décrié.
    J’essaie simplement de sortir de la doxa dominante en me posant des questions. Je ne suis pas là pour abonder dans l’idéologie dominante.
    Plutôt que l’insurrection populaire je parlerais de la désobéissance civile soutenue par l’ensemble de la population active, comme le suggère « Etienne de la Boétie » dans son fameux discours sur « la servitude volontaire des masses ». 5 jours ininterrompus de désobéissance civile suffiront pour mettre un terme à la tyrannie.
    Le pouvoir représente en lui même le « syndrome de la citadelle assiégée », il vacille dans tous les sens, s’emprisonne dans ses certitudes, condamnent tout dialogue etc. Ce sont là les prémices d’une fin inévitable.

  17. Rabbi dit :

    Je crois au pacte social, au respect droits fondamentaux des citoyens, aux devoirs qui les incombent, à l’égalité des dits droits et des chances, à la liberté d’expression et à la libre entreprise dans un espace régulé, je crois au génie qui naitra si ce n’est déjà le cas, de la souffrance accrue des congolais. Le chagrin, l’accroissement des souffrances, les diverses frustrations cumulées pousseront au génie. Ce ne sont pas les textes qui sont censés nous régir qui ont failli mais les hommes qui ne les mettent pas en application.
    Le vrai défi consistera à les mettre en application. Recourir de façon systématique au fédéralisme, qui n’est d’ailleurs pas la panacée, est en quelque sorte faire preuve de son incapacité à les appliquer; une sorte d’aveu d’échec.
    Aussi, il faut se dire que la région la plus nanties en ressources sera celle qui aura la préséance sur les autres et cela risquera, le cas échéant , d’exacerber le sentiment tribaliste tant décrié.
    J’essaie simplement de sortir de la doxa dominante en me posant des questions. Je ne suis pas là pour abonder dans l’idéologie dominante.
    Plutôt que l’insurrection populaire je parlerais de la désobéissance civile soutenue par l’ensemble de la population active, comme le suggère « Etienne de la Boétie » dans son fameux discours sur « la servitude volontaire des masses ». 5 jours ininterrompus de désobéissance civile suffiront pour mettre un terme à la tyrannie.
    Le pouvoir représente en lui même le « syndrome de la citadelle assiégée », il vacille dans tous les sens, s’emprisonne dans ses certitudes, condamnent tout dialogue etc. Ce sont là les prémices d’une fin inévitable.

  18. Val de Nantes . dit :

    @rabbi ,oooh rabbi ,mon frangin .
    Comme dirait un de mes grands « koudia kou banzaa « . Bien sur ,ton retour .
    Entre désobéissance et insurrection ,la différence est purement sémantique ,mais les actes dont ils dérivent ont la même signification .
    Votre inquiétude sur les régions moins nanties que les autres trouve sa réponse à la péréquation financière et fiscale dont bénéficient ces régions .
    Dans le système fédéral , toutes les régions ne sont logées dans le même étiage ,il serait prétentieux ,sinon mensonger de ne pas y voir quelques inégalités de richesses au vu de la dotation naturelle en matières premières dont disposent nos régions .
    Mais ,cher @rabbi , en plus des matières , il faut y ajouter l’économie immatérielle qui peut compenser le déficit des ressources naturelles que peuvent accuser certaines régions .
    Le président de GOOGLE ou d’AMAZONE ne sont ils pas plus riches que beaucoup d’Etats africains où les richesses naturelles coulent à foison ?
    C’est l’exemple typique du triomphe de la matière grise sur les matières physiques . Israel fait figure de pionnier dans ce domaine ,celui de l’exploitation de la connaissance spirituelle à des fins commerciales .
    Demain ,l’or noir sera supplanté par l’énergie électrique ,il va falloir penser à explorer d’autres pistes de richesses immatérielles pour faire vivre un pays .
    Le tribalisme est l’absence des solutions économiques à la misère .Le fédéralisme ,au travers de son paradigme économique , crée les conditions de créations des richesses au sein des régions au moyen de toutes les ressources multiformes que contiennent celles – ci .
    C »est la souffrance qui pousse l’humain à l’excellence  » en témoigne la révolution des lumières .Le monde est sorti de l’obscurantisme au moyen de la raison …
    HIER , la région de la rhénanie était pauvre ,mais grâce à la magie fédérale ,cette région s’est dotée d’une richesse qui talonne la Grande BAVIERE .
    Non , le fédéralisme ne laisse aucune poche de misère dans son déploiement géographique car il charrie les déchets de paupérisation pour bétonner les routes du bonheur .
    La solidarité et le partage du développement sont les piliers économiques du système fédéral en ce qu’il est inscrit dans son ADN .
    Que la sainte assertion d’ETIENNE DE LA BOETIE soit pour les congolais est un mauvais souvenir .Le CONGO a servi des dictateurs ,maintenant il va se servir .
    Tu as raison de douter @rabbi ,cela prouve que tu penses et donc tu existes .

  19. Rabbi dit :

    Je m’incline face à une telle démonstration! Pousser l’intellect à un tel niveau de reflexion mérite des acclamations!
    Il n’y a pas plus grande source de tourment que l’incomprehension.
    Notre pays se déchire comme un tissu qui s’est trop longtemps effiloché, la litanie des plaintes ne cesse de s’allonger. En reaction á cela certains de nos compatriotes et pas des moindres, pensent au schisme politique voire à la scission du territoire hérité de nos ancetres, est-ce une manière d’interroger les consciences sur les inégalités ou une envie pressante de se démarquer des autres?
    A toute fin utile, mon choix se porterait vers un systeme fédéral á défaut d’un véritable Etat-nation, d’un Etat unitaire.
    En alignement avec vos objectifs fixés, relatifs à l’instauration du Fédéralisme, vous avez su mettre à disposition de tous, tous les éléments d’appréciation. Un projet bien ficelé qui suscite beaucoup d’intérêt. Je n’exclus pas les efforts consentis par M. LONDI qui vont également dans le même sens.
    Je vous en remercie vivement.
    Sur le volet de l’économie numérique, il y a plusieurs possibles, le developpement des unités de stockage et de partage des données numeriques, les fameux « data-center », qui jouissent d’un fort developement grâce notamment á l’essor du « cloud computing » , pour ne citer que ça…
    Bien à vous!

  20. Rabbi dit :

    J’ai omis de préciser que je fais allusion à la péréquation lorsque je dis ceci: » je ne doute pas que tout cela sera régulé ». Le but étant de compenser toutes ces disparités.
    Si les congolais pouvaient s’en approprier en lançant des motions de soutien.
    J’ouvre une parenthèse pour dire: » On dit chez nous que lorsque vous emmenez votre jus fruit au marché, ne le vantez pas, faites le gouter; alors c’est la langue qui plaidera pour votre marchandise ». Je la referme pour vous dire mon soutien!
    Quand la chèvre est présente il ne faut pas bêler à sa place, vous faites un excellent travail de sensibilisation!
    Cdt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.