Sassou-NGuesso achète des armes secrètes à l’Azerbaïdjan

Crédit Marco Longari/ AFP

Le gouvernement répressif du Congo-Brazzaville a discrètement acheté un arsenal à l’Azerbaïdjan. Les opposants au président Denis Sassou-Nguesso disent qu’un récent stock d’armes est conçu pour resserrer son emprise sur la nation.

En janvier 2020, au port turc de Derince, sur la rive orientale de la mer de Marmara, une énorme quantité d’armes a été chargée sur le MV Storm. Enregistré dans le paradis fiscal de Vanuatu, le navire a mis les voiles avec un arsenal d’obus de mortier, de fusées de lancement multiples et d’explosifs, en route de l’Azerbaïdjan vers la République du Congo, mieux connue sous le nom de Congo-Brazzaville.

Au total, plus de 100 tonnes d’armes se sont dirigées vers un bâtiment qui semble être le quartier général de l’élite de la Garde républicaine du Congo-Brazzaville, selon un manifeste de cargaison confidentiel obtenu par l’OCCRP. La cargaison, estimée à des dizaines de millions de dollars, n’était que la dernière d’une série d’au moins 17 expéditions d’armes envoyées par le ministère azerbaïdjanais de la Défense au régime du président Denis Sassou-Nguesso depuis 2015, selon les plans de vol, cargo manifestes et inventaires d’armes obtenus par l’OCCRP.

L’Arabie saoudite figurait sur la liste des «commanditaires» sur plusieurs des manifestes de fret examinés par les journalistes. On ne sait pas ce que ce parrainage impliquait, mais cela pourrait signifier que Riyad a payé les armes ou les livraisons de cargaisons.

Il n’existe aucune trace publique de l’exportation de ces armes par l’Azerbaïdjan et aucune trace similaire de l’importation de ces armes par le Congo-Brazzaville. Le dernier transfert a suscité des inquiétudes dans l’opposition quant au fait que Sassou-Nguesso est prêt à utiliser la force si nécessaire pour maintenir le pouvoir à l’approche des élections du 21 mars dans le pays.

Ses services de sécurité bien armés sont l’une des principales raisons pour lesquelles il a dirigé le pays d’Afrique centrale pendant 36 ans, divisé en deux mandats distincts, faisant de lui l’un des dirigeants les plus anciens du monde. Son parti occupe une place prépondérante sur le Parlement, qui a récemment modifié la constitution pour permettre à Sassou-Nguesso de se présenter à nouveau, suscitant une condamnation locale et internationale. Cette décision signifie que le joueur de 77 ans pourrait, en théorie, se présenter à toutes les élections pour le reste de sa vie.

L’OCCRP a obtenu des documents confidentiels montrant qu’au cours des huit mois précédant les élections de mars 2016, et pendant plus d’un an après, les services de sécurité de Sassou-Nguesso ont acheté plus de 500 tonnes d’armes à l’Azerbaïdjan en 16 expéditions distinctes. Quelques semaines à peine après le vote, le gouvernement a lancé une campagne brutale contre une milice d’un bastion de l’opposition qui a duré plus d’un an.

Les dirigeants de l’opposition affirment que la Garde républicaine a utilisé les armes azerbaïdjanaises dans ce conflit post-électoral, provoquant une urgence humanitaire qui, selon les Nations Unies, a touché environ 140 000 personnes dans la région de Pool, dans le sud du pays. Les images satellite obtenues par le média international The New Humanitarian semblent montrer des destructions généralisées causées par des armes telles que des lance-roquettes et des explosifs. (Il n’y a aucun moyen d’être certain que ces armes provenaient d’Azerbaïdjan, puisque le Congo-Brazzaville ne déclare pas ses importations d’armes.)

Le régime de Sassou-Nguesso est confronté à l’une des crises de la dette les plus graves d’Afrique, ce qui soulève des questions sur la manière dont ces expéditions d’armes ont été financées. Des documents montrent qu’au moins deux envois livrés entre 2016 et 2017 étaient parrainés par l’Arabie saoudite, à un moment où Riyad examinait la demande d’adhésion du Congo-Brazzaville à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Compte tenu des importantes réserves de pétrole du Congo-Brazzaville, le royaume était incité à avoir un gouvernement Sassou-Nguesso conforme dans le club dominé par l’Arabie saoudite, selon le principal expert en armement Andrew Feinstein, auteur de The Shadow World: Inside the Global Arms Trade.

🔗La connexion saoudienne

Premier importateur d’armes au monde, l’Arabie saoudite est également un fournisseur d’armes sans faille pour les zones de conflit mondiales, y compris le Yémen, où elle combat les rebelles houthis soutenus par l’Iran.

Les manifestes de vol citent l’Arabie saoudite comme «partie parrainante» de multiples envois d’armes au Congo-Brazzaville, expédiés en 2016 et 2017, alors que le Congo-Brazzaville était sur le point de devenir membre de l’OPEP.

Décrite par les critiques comme un cartel pétrolier dont les membres doivent se conformer aux demandes de production saoudiennes, l’OPEP aide le royaume à dominer l’offre mondiale de pétrole. L’effet que cela a sur les prix du pétrole, à son tour, peut stimuler les revenus pétroliers dans les États membres.

Les 13 membres de l’OPEP comprennent les plus grands producteurs d’Afrique, le Nigéria, l’Angola et l’Algérie. Le Congo-Brazzaville, qui a finalement rejoint l’OPEP en 2018, aurait été considéré comme un membre convoité car il est l’un des principaux producteurs de pétrole du continent, ce qui donne à l’OPEP encore plus de poids.

L’Azerbaïdjan n’est pas un membre à part entière de l’OPEP mais c’est un important producteur de pétrole.

Feinstein a ajouté que le dernier envoi d’Azerbaïdjan aurait pu être destiné à donner à Sassou-Nguesso les armes nécessaires pour imposer sa volonté politique.

« Le moment de cette expédition est extrêmement suspect, étant donné les précédentes répressions de Sassou-Nguesso autour des élections», a-t-il déclaré. « Le gouvernement se prépare probablement à annuler toute dissidence autour des urnes.»

Un porte-parole du gouvernement du Congo-Brazzaville n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense n’a pas répondu au courrier électronique d’un journaliste sollicitant des commentaires, et un représentant du ministère n’a pas non plus répondu à plusieurs documents. Le ministère de la Défense de l’Arabie saoudite n’a pas répondu aux questions sur la nature de son parrainage des transactions d’armes.

Boulevard Denis Sassou-Nguesso

Le chargement d’armes le plus récent, adressé à la Garde républicaine au 1 boulevard Denis Sassou-Nguesso à Brazzaville en janvier 2020, comprenait 775 obus de mortier et plus de 400 caisses de roquettes conçues pour être lancées à partir de camions de l’ère soviétique, montre le manifeste confidentiel de la cargaison. . L’envoi d’Azerbaïdjan a été chargé sur le MV Storm à Derince, à environ 1 000 kilomètres au sud-est d’Istanbul.

Le prix exact payé par le régime congolais pour l’envoi d’armes n’a pas pu être vérifié, même si un expert qui a examiné les manifestes de cargaison a déclaré qu’il vaudrait des dizaines de millions de dollars. Un ancien diplomate de haut rang ayant accès aux informations sur les stocks d’armes, qui a demandé à rester anonyme par crainte de représailles de la part des autorités, a confirmé l’authenticité du manifeste de cargaison et d’autres documents et a noté que le prix de vente des armes était probablement bien inférieur à la valeur marchande.

Les documents comprenaient des certificats d’utilisateur final, qui sont émis par le pays importateur des armes pour certifier que le destinataire n’a pas l’intention de les revendre.

Pieter Wezeman, chercheur principal à l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, a déclaré que les armes reçues à rabais sont souvent des armes excédentaires ou celles produites en Bulgarie ou en Serbie, qui sont toutes deux connues pour leurs munitions bon marché.

«Il serait moins probable que le Congo-Brazzaville puisse acheter une partie de ces équipements à… d’autres pays européens qui ont des politiques d’exportation d’armes plus restrictives», a-t-il déclaré.

L’offensive dans le POOL

L’expédition de 100 tonnes de Derince était importante, mais des documents séparés révèlent un autre arsenal envoyé d’Azerbaïdjan entre 2015 et 2017 qui l’a éclipsé – et peut avoir eu des conséquences terrifiantes.

Au total, plus de 500 tonnes d’armes, y compris des grenades à main, des systèmes de mortier et des millions de balles, ont été envoyées au Congo-Brazzaville en 16 expéditions au cours de ces années, selon des documents comprenant des inventaires, des certificats d’utilisateur final et des manifestes de cargaison obtenus par journalistes.

Un certificat d’utilisateur final indique cinq mille grenades importées à des fins « d’opérations de formation, de lutte contre le terrorisme, de sécurité et de stabilité». Il a été signé par un conseiller spécial du président Sassou-Nguesso le 3 mars 2016, quelques jours à peine avant l’élection.

Après le vote, l’opposition a affirmé que le gouvernement avait truqué l’élection en faveur de Sassou-Nguesso, et des troubles ont éclaté dans la capitale, Brazzaville. Le gouvernement a imputé les troubles à une milice connue sous le nom de Ninjas, composée principalement de personnes de l’ethnie Lari et basée dans la région du Pool, qui entoure partiellement Brazzaville.

Les armes de l’Azerbaïdjan ont ensuite été utilisées, affirme un chef de l’opposition, pour contribuer à alimenter un conflit armé prolongé à Pool visant les Ninjas. Amnesty International a condamné l’offensive comme étant «un usage illégal de la force meurtrière par les forces de sécurité du pays». Alors que le gouvernement poursuivait les Ninjas, des témoins du carnage ont déclaré à Amnesty que des dizaines de bombes avaient été larguées depuis des hélicoptères, frappant un quartier résidentiel et même une école.

«Lors des violences à Pool, le régime a déployé une stratégie de la terre brûlée», a déclaré Andréa Ngombet Malewa, chef du parti politique Incarner l’Espoir. «Les armes qu’ils ont achetées à l’Azerbaïdjan sont allées directement à cette opération.»

La connexion Bakou-Brazzaville

L’Azerbaïdjan est devenu un allié étranger clé du Congo-Brazzaville, fournissant à son régime des armes au rabais et, peut-être plus important encore, le secret.

En achetant à Ilham Aliyev, homme fort de la nation notoirement opaque du Caucase du Sud, Congo-Brazzaville pourrait le faire en sachant que les ventes ne seraient pas déclarées.

Le Congo-Brazzaville n’a signalé aucune importation d’armes depuis plus de trois décennies, et comme il n’y a pas d’embargo sur les armes contre le pays, il n’est pas obligé de le faire. Néanmoins, une piste existe, avec des révélations d’autres pays montrant que Sassou-Nguesso a été actif sur le marché des armes. En 2017, la Serbie a déclaré avoir exporté 600 fusils d’assaut vers le Congo-Brazzaville. La Bulgarie a envoyé 250 lance-grenades.

Mais les expéditions d’armes azéries n’ont jamais été rapportées publiquement, même si la documentation vue par l’OCCRP montre que l’Azerbaïdjan exporte des armes mortelles vers Sassou-Nguesso depuis au moins aussi loin qu’en septembre 2015. Certaines des armes proviennent de Transmobile, une société bulgare autorisé à échanger des armes pour l’Azerbaïdjan, tandis que d’autres ont été achetées à Yugoimport, un fabricant serbe. Aucune des deux sociétés n’a répondu aux demandes de commentaires.

Les premières cargaisons d’armes sont arrivées à Brazzaville par des avions de l’armée de l’air azerbaïdjanaise, mais à partir de 2017, un transporteur privé, Silk Way Airlines, a commencé à transporter les armes à la place. En tant que transporteur privé, Silk Way aurait probablement été moins surveillé que son homologue militaire.

Silk Way est enregistrée dans les îles Vierges britanniques, un paradis fiscal, et était auparavant liée à la famille Aliyev. En plus d’avoir remporté des contrats lucratifs avec le gouvernement américain pour déplacer des munitions et d’autres matériaux non létaux, Silk Way a été découvert, dans une correspondance divulguée par le journal bulgare Trud, avoir utilisé des vols avec autorisation diplomatique pour déplacer secrètement des centaines de tonnes d’armes. dans le monde, y compris dans les zones de conflit mondial, entre 2014 et 2017. La compagnie aérienne n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Préparé pour une répression

Alors que son régime se rendra aux urnes le 21 mars, des tactiques fortes signifient que Sassou-Nguesso devrait gagner. Il affrontera, entre autres, Mathias Dzon, son ancien ministre des Finances de 1997 à 2002, et Guy-Brice Parfait Kolélas, qui a terminé deuxième à l’élection présidentielle de 2016.

En 2016, il a obtenu 60% des voix, Kolélas en obtenant seulement 15%. Les États-Unis ont critiqué le gouvernement pour «des irrégularités généralisées et les arrestations de partisans de l’opposition».

Les experts ne croient pas que l’opposition s’en sortira mieux cette fois-ci. Abdoulaye Diarra, chercheur en Afrique centrale pour Amnesty International, a déclaré que le gouvernement menait une campagne pré-électorale d’intimidation, de harcèlement et de détention arbitraire contre ses opposants politiques.

Les craintes que la liberté de la presse ne soit menacée avant les urnes se sont accrues après que Raymond Malonga, un dessinateur connu pour ses critiques satiriques contre les autorités, ait été arraché de son lit d’hôpital par des policiers en civil début février.

Et maintenant, le transport d’armes depuis l’Azerbaïdjan inquiète l’opposition de la perspective de violence autour des urnes.

«Nous craignons que les armes achetées par le régime de Sassou-Nguesso à l’Azerbaïdjan puissent être utilisées pour sévir contre l’opposition lors des prochaines élections», a déclaré l’opposant Ngombet.

«Ils ne veulent pas que le monde voie à quel point le peuple congolais est avide de changement politique.»

Simon Allison, Sasha Wales-Smith et Juliet Atellah ont contribué au reportage. Lire la suite sur  :  https://www.occrp.org/en/investigations/congo-brazzaville-strongman-buys-secret-weapons-haul-from-azerbaijan

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Sassou-NGuesso achète des armes secrètes à l’Azerbaïdjan

  1. le fils du pays dit :

    L’histoire et les faits nous enseignent que dans l’Amerique latine des annees cinquante il y avait dans un pays un regime brutal arme jusqu’aux dents qui y sevissait comme celui de Mr Denis Sassou mais une poignee d’hommes les ayant bien suspendues,armes de leur courage,leur intelligence et leur determination seulement avec les moyens de bord sont venus a bout a ce regime.
    Si tout le pognon de la manne petroliere etait bien gere et bien use ce pays serait au meme niveau que les Emirats Arabes Unis.Ces vauriens n’ont fait que siphonner les caisses publiques et acheter les armes pour conserver le poste de valets
    Attention deux fois Mpila Mossi Ve.

  2. le fils du pays dit :

    Lire: venus a bout de ce regime

  3. Val de Nantes . dit :

    SASSOU NE GOUVERNE PLUS .Sassou protège les biens volés au peuple congolais . Ceci expliquant tout simplement cela .
    Cette attitude politique incompréhensible par l’intellect s’explique par l’obsession de cet homme à vivre du pouvoir avec le mot d’ordre MACRONIEN de « quoi qu’il en coute  » .
    Le temps devient l’ennemi premier de SASSOU ,car il ne cesse de lui rappeler les limites de la dramaturgie qu’il fait jouer au peuple congolais .
    Cet ennemi invisible lui pourrit la vie et il se débat comme il peut pour truquer , truander et tuer l’âme congolaise .Mais le CONGO ,tel un sphinx , lui survivra .
    En résumé ,les congolais semblent s’en remettre à l’usure du temps sur une mécanique déjà rouillée .

  4. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    Le pouvoir répressif du Congo-Brazzaville a discrètement acheté un arsenal à l’Azerbaïdjan. D’après des sources proches des réseaux de l’ombre congolais contre la dictature ; cet arsenal serait conçu pour resserrer son emprise sur notre pays. L’enjeu pour lui est de pouvoir conserver son poste de valets pompier-pyromane du Congo et d’Afrique centrale.

    Cependant, l’histoire et les faits nous enseignent que dans l’Amérique latine des années cinquante, il y avait dans un pays un régime brutal armé jusqu’aux dents qui y sévissait comme celui de Mr Denis Sassou. Mais une poignée d’hommes, les ayant bien suspendues, armés de leur courage, leur intelligence et leur détermination seulement avec les moyens de bord étaient parvenus a bout de ce régime.

    Récemment au Mali, une poignée d’officiers patriotes, motivés, courageux et déterminés étaient parvenus a bout du régime d’IBK

    LE TYRAN SASSOU NGUESSO ARRIVERA T-IL A CONSERVER SON POSTE DE VALETS POMPIER-PYROMANE DU CONGO? https://www.youtube.com/watch?v=xCasUp6o-Ec

  5. Anonyme dit :

    Mes chers frères, à un moment donné, il faut arrêter avec le mélange des genres. Personnellement, je suis un peu fatigué avec des articles à l’emporte pièce pour jeter le discrédit sur notre pays. Non seulement que cet article est orienté, mais en plus, il fait des associations sans aucun fondement. Loin de moi, l’idée de défendre Monsieur Sassou, qui visiblement est un personnage fort détestable. Toutefois, nous sommes quand même en droit de se poser les bonnes questions. Est ce que le Congo est-il en droit de s’acheter des armes..? Visiblement oui vu que l’article y répond. Est ce que l’achat des armes par le Congo, signifie répression des populations du Congo ..? Pas forcement, vu que Monsieur, Sassou n’a pas besoin des armes de l’Azerbaïdjan ou d’un autres pays, pour réprimer les congolais, vu qu’il le fait déjà..! Mes frères, les armes se vendent tous les jours à travers le monde, et cela ne fait pas l’objet d’articles de la part de OCCRP. Pourquoi ce deux poids deux mesures de la part de cette ONG (??). Pour ma part, je ne pense pas que cet organisme ait compétence pour définir la stratégie militaire ou de défense du Congo. Mal élu ou bien élu, là n’est plus la question. Mais à ce que je sache, la stratégie militaire de la notre pays relève de ceux qui sont à sa tête point barre. Ces organismes qui viennent nous donner des leçons tous les jours il y en a marre, marre, marre….!! Visiblement c’est tellement facile de venir jouer au justicier au Congo…OMG !! A mes chers compatriotes, j’ai une question toute simple à vous poser. Est ce que l’achat des armes dans un pays comme le notre est-il justifié, quand on est voisin de la Centrafrique et de la RDC..? Je vous laisse répondre à la question.. Mais de grâce, sachant faire parfois, preuve d’intelligence et surtout de recule, car Sassou Nguesso n’est pas le Congo. Un passera et l’autre restera…!! En passant une petite correction, au titre de l’article : Sassou n’achète pas des armes secrètes (car il n’en a pas les moyens), mais il achète des armes en secret.. il y toute une différence..

  6. Marcus Kissa dit :

    Monsieur Anonyme, pourquoi être anonyme ?

  7. REPONSE AUX QUESTIONNEMENTS DE NOS COMPATRIOTES PARTISANS OU NON DU TYRAN dit :

    @Anonyme
    La réponse à votre questionnement, je vous l’ai trouvé là: SASSOU DENIS PREPARE T-IL LA SEMAINE PROCHAINE UN COUP D’ETAT AU GABON ET OU EN ANGOLA ET POURQUOI? https://www.youtube.com/watch?v=rVzN146N0mA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.