NON A LA SERVITUDE VOLONTAIRE AU LOANGO !

René MAVOUNGOU PAMBOU

Chers filles et fils du Loango.

Chers concitoyennes et concitoyens du Congo-Brazzaville,

Suite à l’actualité déconcertante au Loango relative au discours de Florent Tchibouanga, qui suscite l’indignation générale, devant Denis Sassou Nguesso et son épouse, en séjour sur la terre des Maloango, un recadrage des choses s’impose et il est surtout nécessaire et judicieux de dire à haute et intelligible voix :

NON A LA SERVITUDE VOLONTAIRE AU LOANGO !

En ma qualité de natif du royaume de Loango et de surcroît membre de Tshindumba tshi Kondi, l’un des clans princiers du Loango et au fait de l’histoire et valeurs de cet Etat, je m’inscris en faux et condamne avec la dernière énergie les propos de Florent Tchibouanga, ex conseiller du roi Makosso IV, qui voudraient que le digne peuple de Loango ravale sa fierté, fasse fi de sa dignité et sombre dans la servitude volontaire par rapport au pouvoir foncièrement maléfique et criminogène de Brazzaville.

Quand Florent Tchibouanga profère des propos aussi graves assortis de menace de mort du genre, je cite : “Dieu vous a choisi (parlant de Denis Sassou Nguesso) pour arranger ce pays. Celui qui trouve que ce n’est pas normal, il n’a qu’à aller là où il veut.” Et de poursuivre avec une parole imprécatoire : “Quiconque trouve que ce nous avons dit n’est pas correct qu’il meurt carbonisé.” Ce que l’opinion doit comprendre par là c’est que désormais les gens au Loango sont donc placés devant deux choix : l’asservissement ou l’exil. Et au pire, celui qui ne rentrera pas dans le rang en se ne conformant pas à la pensée unique et consentir à supporter le tyran sanguinaire devra être maudit et subira un sort funeste.

D’emblée, on est en droit de se poser la question de savoir de qui Florent Tchibouanga a-t-il reçu la licence de parler au nom du peuple de Loango que sont les Yombe, les Lumbu, les Kuni, les Kotshi, les Woyo, les Lindji, les Vili… pour les impliquer dans une posture, moins enviable, d’asservissement à l’altérité sinon aux allogènes. Il sied de rappeler ici et maintenant que les Kongo en général et notamment ceux de la partie nord-occidental, sur littoral Atlantique, à savoir ceux de Ngoyo dans le Kongo central, en RD Congo, ceux de Kakongo dans l’enclave du Cabinda et ceux de Loango ayant essaimé jusque dans l’actuel province de la Nyanga au Gabon, sont des entités ethniques libres qui ont toujours vécu dans des Etats hyper organisés socialement et structurés politiquement.

A la lueur de l’histoire, nous sommes édifiés sur le fait que suite à l’avénement de la seconde dynastie, issue de N’nombu Sinda, le fuundu tshibokuta “l’Instance Collégiale de Concertation et de Conciliation” avait consacré la liberté comme valeur cardinale. Et sous l’impulsion de sa majesté le roi Moë Mpwati 1er dit Kamangu Wukama N’bu, cette ordonnance significative et historique sera rendue exécutoire. C’est ainsi que par le passé la liberté dont jouissait le peuple de Loango était telle que celui-ci se réservait le droit sinon les pleins pouvoirs de réclamer et d’obtenir la démission du monarque qui se risquait d’engager le royaume de Loango dans une dérive autocratique ou d’un pouvoir absolutiste et despotique.

Il est cependant clair, contrairement aux allégations de Florent Tchibouanga, le fait que les mânes ont consacré le royaume de Loango comme une terre de liberté. Et c’est au nom de cette liberté que le peuple de Loango, par le biais de ses représentants au Fuundu Tshibokuta, a toujours choisi son roi au sein de deux clans princiers que sont Kondi et Nkata, lesquels ont l’apanage exclusif de rentrer en compétition pour le trône. Bien évidemment, c’est à cause de cette singulière pratique politique, qui nous vient de la nuit des temps, que le Loango se distingue comme une monarchie parlementaire ayant ainsi posé les jalons sinon jeté les bases d’une démocratie représentative au cœur de l’Afrique centrale.

En fait, force est de souligner que les forces vives sur toute l’étendue du territoire du Loango sont donc composées de citoyens libres et non d’individus assujetis et subissant l’autoritarisme d’un monarque. Pour ce faire, le Loango est par excellence une terre d’hommes libres et il entend le rester à jamais. On ne dira jamais assez que la liberté est d’autant plus précieuse qu’elle ne se négocie pas et pour rien au monde le peuple de Loango ne saurait brader sa liberté atavique pour se constituer en peuple assujetti et accepter de se soumettre à un pouvoir tyrannique. En tant que peuple autochtone et riverain d’une terre gorgée d’or noir, le peuple de Loango est cependant privé du droit légitime de jouissance de la rente pétrolière et faudrait-il encore qu’il accepte l’asservissement et porter le bâillon !

La déficience mémorielle du moins le fait d’occulter cette glorieuse page de l’histoire inscrite dans le marbre par nos illustre ancêtres revient à leur donner raison quant à cette lumineuse sagesse, à savoir : Nyuundu yumwa syaala mu myooku baana yeeka litebulu li mbaanga “L’enclume leguée dans les mains des enfants est devenu un instrument pour briser les amendes.” Les ancêtres dotés de prescience avaient donc, à raison, prédit le dévoiement des valeurs morales et du patrimoine culturel immatériel du Loango par leurs descendants.

Il y a lieu cependant d’affirmer que Florent Tchibouanga n’a pas pris la pleine mesure de l’incidence de son discours ! Au regard de propos aussi gravissimes, c’est ici l’occasion d’affirmer sans coup férir que le peuple pacifique de Loango est en danger. Et ceci ne saurait relever d’une vue de l’esprit ! C’est pourquoi il convient de souligner que le sidérant spectacle et les propos surréalistes et scandaleux de Florent Tchibouanga participent non seulement d’un acte d’autoflagellation, mais sont manifestement une caution à l’instauration d’un climat de terreur et de violence sur la paisible terre de nos illustres ancêtres. Ceci est d’autant plus inquiétant que nous avons affaire à un pouvoir maléfique et criminogène qui incarne le terrorisme d’Etat et prospère sur une culture de la violence armée et de la mort.

En outre, le peuple de Loango, comme le reste des congolais, est assez malmené, méprisé et humilié par le pouvoir tyrannique. Comment alors vouloir le contraindre à la docilité et la soumission face aux forces du mal qui n’ont de cesse de piller, ruiner et détruire notre cher beau pays le Congo ? Le moins que l’on puisse dire c’est que cette sortie incongrue de Florent Tchibouanga, dont la teneur s’inscrit manifestement dans l’ordre de la servitude volontaire, n’est nullement en faveur des intérêts du peuple de Loango, encore moins de ceux du peuple congolais dans son ensemble.

A l’évidence, comme le dit l’adage, “une civilisation n’est détruite de l’extérieur qui si elle est rongée de l’intérieur.” On aura donc compris qu’un pseudo sage affamé est un véritable danger pour la patrie ! Ce n’est pas un signe de sagesse que d’exposer ainsi un peuple paisible à la mort, en raison d’intérêts bassement matériels et égoïstes. Ce n’est pas non plus faire preuve de sagesse que cautionner une politique de pillage, de prédation, de confiscation des richesses nationales et de paupérisation du peuple par un pouvoir mafieux. On ne saurait donc assimiler le manque de lucidité et la bêtise humaine à de la sagesse. Il y’a des choses qu’on ne doit pas faire à cause de l’argent, surtout quand il s’agit de brader sa dignité et de vendre son âme au diable ! Décidément, Florent Tchibouanga est la honte de tout un peuple. De cette situation, somme toute ubuesque, il y’a lieu d’inférer, à juste titre, que le Loango est victime de la traitrise et la félonnie de ses propres fils ; lesquels apportent de l’eau au moulin de ceux qui ont allègrement fait main basse sur les richesses de la terre de nos ancêtres et s’acharnent à enfoncer le peuple de Loango dans une misère honteuse.

En somme, le peuple libre du royaume de Loango n’est pas prêt pour la servitude volontaire encore moins de porter le bâillon ou de consentir à passer sous le joug des allogènes. C’est pourquoi il est indécent qu’on veuille lui imposer une conduite d’inféodation et d’asservissement à un pouvoir maléfique et criminogène, et par laquelle il doit, ipso facto, remettre en cause une valeur atavique inaliénable qu’est sa liberté.

Puisse Nzambi Mpungu Tulendo bénir le Loango et son peuple !

Bakulu vandu! Baatu vandu!

Miseenga yifwa, singaanzi sike mooni.

Je vous remercie infiniment de votre attention.

Fait par René Mavoungou Pambou

Bowamona Keb’Nitu

N’tu Mbali Wuta Lwangu

“La tête pensante qui déclame le Loango”

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à NON A LA SERVITUDE VOLONTAIRE AU LOANGO !

  1. Anonyme 5 dit :

    Cet individu florent tchibouanga qui a prononcé des paroles aussi offensantes finira très probablement en enfer.
    Il doit faire acte de repentance très très rapidement
    Nous ne pouvons tolérer autant de lâcheté

  2. Moêtchi M'Pâmbu Mbumbe dit :

    DU RIFIFI AU ROYAUME DE LOANGO.
    Hum ! Cette affaire là a déjà eu, son épisode prémonitoire, avec la mort (naturelle) de Feu Mackosso IV. Puis vint Antoinette, notre mère et sœur, à Diosso, pour préparer un certain terrain. Puis voilà notre Grand Dignitaire du Royaume Loango Florent Tchibuanga, à la verve Révolutionnaire, qui va débiter avec tant d’assurances, des énormes incongruités à propos de la soumission de tous les Loango, à Sassou, à Pte noire, quelques semaines seulement après l’inhumation du Roi. La succession au trône du Loango, promet d’être mouvementée, juste après l’élection présidentielle de mars. Wait end see. Zibulanu mèsu i bipuku. Le prochain monarque ne viendra pas forcément des Nkondi et N’kata. Il peut venir d’une troisième voie (la République). Voir, d’une quatrième (le Gabon). J’ai prophétisé (buka ngange).

  3. Anonyme dit :

    A mes frères du Royaume de Loango.

    Pour éviter la mendicité qui couvre de honte les sujets du Royaume et les Congolais il faut prendre les dispositions de faire du royaume Loango un acteur économique redoutable.
    Le royaume doit s’investir dans la production agro-pastorale d’envergure, que le staff d’encadrement du royaume ne soit pas constitué de personnes oisives. Le Roi jouant le rôle de direction.

    A vrai dire, le royaume doit avoir ses propres ressources pour garantir sa dignité.

    Tenez, à l’arrivée de la dépouille du Roi, Antoinette Sassou-Nguesso fut placé en première ligne pour quelle raison ? Alors que la préséance devrait être réservée aux successeurs du Roi. Dans ce pays de nos ancêtres, la honte, la dignité sont en voie de disparition face à la convoitise bassement matérielle.

    Le théâtre de Florent Tchibouanga est une véritable ineptie sans égale qui enfonce, dénature le Royaume du reste de son prestige pour le moins entamé depuis longtemps. Il semble que les « attributs secrets » du pouvoir royal avaient été transféré du couple prédateur qui dirrige le Congo par défi.

    Il n’est pas trop tard pour se désolidariser publiquement à travers une déclaration, du sinistre Florent Tchibouanga et tous les mendiants qui ont pris en otage ce royaume héritage de nos ancêtres.

    Fils Loango

  4. Kouilou dit :

    En tant que fils du Royaume de Loango et fier de l’être, je ne me reconnais pas dans les propos de l’abject et vendu Tchibouanga. Les âneries de cet homme n’engage que lui. Le Royaume de Loango n’est pas à vendre à qui que se soit; même pas à Sassou. S’il souhaite devenir un sujet du clan Sassou comme Antoinette, rien ne leur empêche de le faire. Sauf erreur de ma part, aucun Roi ni même parmi ses successeurs n’a osé vendre le Royaume. C’est notre héritage. Et même Tchibota Antoinette ne nous représente pas, elle est juste l’épouse de Sassou et rien d’autre. Je ne comprends pas pourquoi tant d’importance à cette femme. Dignes Fils et Filles du Royaume de Loango, ne nous laissons pas voler notre héritage et notre identité par des abrutis qui en soif d’argent et de prestiges veulent nous vendre aux bochis. Je suis tellement en colère que si cet abruti se trouvait en face de moi, je lui mettrais deux allé retour pour lui faire comprendre que les fils et filles de notre royaume ne se coucheront pas devant Sassou ni personne, nous ne sommes plus à l’époque de l’esclavage. C’est avec ce genre d’individus que le kouilou ne se développera jamais car ils donnent toute notre richesse à Sassou pour développer les marécages d’oyo. Honte à lui et qu’il aille au diable.

  5. Anonyme dit :

    Le Mal vili est profond. Il faut aller le chercher Dans l’alternance du pouvoir entre les clans Kondi et Nkata. Resoudre ce problème de succession definirait la ligne directrice des comportements à venir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.