Congo: Face au souci de développement, M. Sassou et Cie vont-ils continuer à placer des limites ?

Ghys Fortune BEMBA-DOMBE

Depuis des siècles, la question est récurrente dans diverses sociétés, tant du côté des gouvernants qui vivent dans la hantise de perdre le pouvoir et voient le diable partout, que des citoyens et la presse qui militent pour la vérité, le bien-être et l’avenir harmonieux des peuples.

Notre enquête réalisée dans plusieurs « démocratures », particulièrement dans les milieux congolais, révèle que la diaspora, les réseaux sociaux et la presse sont constamment pointés du doigt, de verser dans les fake et d’amplifier des faits.

En outre, le système clanique au pouvoir étouffe l’émergence des cadres ne partageant pas ses aspirations à défaut de les exclure des postes stratégiques de l’administration civile et militaire ou de certaines opportunités. Ainsi, nombreux sont des cadres assis chez eux. Cette discrimination qui impacte le développement s’étend jusqu’aux hommes d’affaires, aux éléments de la force publique et cohorte.

En effet, des commerçants, nonobstant la fiabilité de leurs dossiers, nombreux n’accèdent pas aux crédits bancaires ou voient leurs factures bloquées après certification des travaux effectués par le simple fait de ne pas partager les convictions politiques ou spirituelles des dignitaires qui contrôlent le pays. De même, depuis quelques temps, des évêques sont pris à partie pour avoir exprimé des inquiétudes sur le manque de transparence dans l’organisation de l’élection présidentielle.

Deux professionnels de média, Raymond Malonga du journal sel piment et Henri Michel Ngakeni de la télévision Pointe Noire ainsi qu’un officier supérieur sont sanctionnés pour avoir exercé leur droit d’expression. Ledit officier s’est indigné publiquement que M. Sassou soit en campagne électorale avant la date et draine des foules venues çà et là comme le prouve son récent séjour à Pointe Noire, bien organisé pour convaincre la population indécise de le voter le 21 mars 2021. Des opérations de charme, montées par ses hommes sous couvert de voyage de travail, ont été organisées lors de son séjour du 20 au 22 février dans cette ville en violation flagrante des mesures de lutte contre la propagation de la Covid-19 aux conséquences multiples. Les institutions comme le Conseil supérieur de la liberté de communication, la Commission de lutte contre la corruption, la justice et autres se taisent devant ces déconvenues. Alors que ces dernières évoquent le couvre-feu, les mesures de distanciation via des comptes rendus de Task Force, les couvertures médiatiques en période électorale, la lutte contre la corruption pendant que des liasses des billets de banque sont exhibées çà et là et les chaînes nationales passent à longueur des journées les activités du Parti congolais du Travail (PCT), etc.

Par ailleurs, notre enquête révèle aussi que l’élite congolaise tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Congo n’est pas en panne de ressources et d’idées. La preuve, nonobstant la covid-19 qui fait vaciller la planète terre, plusieurs congolais entreprennent et se démarquent : Alain Roux diversifie des activités et crée des dizaines d’emplois ; Attié par le truchement de Burotop et préfinancent d’énormes travaux des NTIC,

Toujours dans la même période, il a initié le fonds pour l’accès et le Service universel (FASUCE) qui dote des établissements scolaires et universitaires en salles multimédias mais aussi connecte en réseau mobile toutes les localités du Congo, sans compter l’accompagnement, etc. Armel Fridelin MBouloukoué se bat pour le démarrage effectif du fonds d’impulsion de garantie et d’accompagnement des petites et moyennes entreprises malgré les documents administratifs et juridiques qui traînent encore à la primature…

A l’extérieur, des Congolais pour la plus part confinés, continuent à participer au développement et à la survie des populations par divers transferts de fonds qu’ils effectuent de l’hexagone au bercail. Au même moment, certaines par des plates-formes, informent tant soient peu des Congolais. Le cas de Congoliberty, de Brazzanews, de Zenga Mambu, de Lynxafrique, etc.

D’autres, marquent l’hexagone par la qualité de leur travaux le cas : de l’économiste Jean Luc Malekat qui a travaillé longtemps pour démontrer que la dette de Mohsen Hodjeij n’est qu’une dette mafieuse, l’écrivain Alain Mabankou qui fait la fierté du Congo, l’ingénieur numérique et intelligence artificielle Laurent Dzaba qui est chef de projet dans une grande banque à Paris, le biologiste Isaac Djoumali pour divers travaux, le chirurgien-urgentiste et gastro-entérite, Médard Mizélé, Jean Serge Ngouma qui emploi des dizaines d’ingénieurs français, canadiens et marocains, de nombreux commissaires de police et trois colonel d’origine congolaise qui exercent en France, sans compter des juristes, des médecins, des enseignants, des Congolais qui exercent dans les institutions diplomatiques. Que dire du gendarme Hugues Henry Ngouolondélé qui a laissé ses traces en Suisse ? La liste n’est pas exhaustive.

Vous conviendrez avec moi que le Congo a une élite très forte. L’essentiel, que l’exécutif se débarrasse du clanisme, de l’égoïsme, des violences sous toutes ses formes pour développer le pays et assurer le bien-être.

Pour paraphraser l’hymne national congolais, il est temps d’oublier ce qui divise mais, il faut être plus que unie à jamais pour sortir le Congo de la précarité.

Que M. Sassou Dénis et son cheval de Troie à six pieds avec lequel il amuse la gallérie par l’élection présidentielle pipée d’avance, s’inspire de Pharaon qui a travaillé avec l’étranger Joseph et autres pour développer l’Égypte ou des Etats-Unis qui laissent la presse libre et domine le monde grâce au concours de tous les peuples qui l’ont bâti.

Ghys Fortune BEMBA-DOMBE

Diffusé le 27 février 2021, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Congo: Face au souci de développement, M. Sassou et Cie vont-ils continuer à placer des limites ?

  1. Samba dia Moupata dit :

    Cher Bemba -Dombe , parlons de l’état Mbochi qui a pris le pays en otage .Maintenant que Thierry Mounganla a été relégué au rang de caisse de résonance de la barbarie Mbochi , on peut dire que les mbochis occupent à 100% les postes stratégiques dans le pays , même le directeur du bureau des impots de Loundjili pointe noire est un Mbochi . Alors que 85% des diplômes Mbochis sont litigieux à l’instar d’Ingani Hacienthe , le président des pharmaciens et membre du bureau politique du PCT qui à un faux diplôme de pharmacien , Davi Gauthier okanda faux médecin nommé comme directeur au centre Leyono , ce malheureux Mbochi s’est fait passé pour un épidémiologiste alors qui n’est même pas médecin généraliste , Colonel Yéla Ngakosso Victor ce petit d’ollombo qui s’est fait passé pour un ingénieur génie civile après un stage de déminage en ex RDA de 6 mois , ses audios récentes avec joëlle Kabenbo une petite kinoise ont révélés qu’il est incapable de exprimés en Français ou encore Jean ollésongo instituteur de formation , qui s’est fait passé pour un ingénieur mécanicien après 18 mois en Bulgarie , la liste est très longue des Mbochis faussaires . Alors que nos ressources humaines surdiplômés servent la France , USA , Canada . Pendant que le pays on a besoin pour le sortir du chaos dont la plongé le fou Sassou Dénis .

  2. UN FAUX COLONEL BINKINKITA CREER PAR LES SASSOUISTES dit :

    ATTENTION – ATTENTION

    FAUX MESSAGE D’UN FAUX BINKINKITA SUR LA TOILE

    Ne relayez pas un faux message d’un soi disant colonel BINKINKITA qui annonce sa descente à Brazza.
    Message sans aucun doute lancé par les officines des SASSOUISTES pour endormir toute révolte du peuple.
    De même qu’ils avaient lancé des faux messages d’un soi disant caporal Masson.
    Voilà maintenant un FAUX BINKINKITA qui annonce qu’il va descendre libérer Brazzaville.

    MESSAGE LAMENTABLE ET STUPIDE.

  3. QUE DISENT LES PASTEURS DE L'EGLISE EVANGELIQUE DU CONGO ? dit :

    Comme tous les congolais le savent désormais, les Evèques de l’église Catholique du Congo, ont pris position CONTRE le hold-up électoral que s’apprête à organiser sassou ngoussou.

    Curieusement les Congolais constatent le silence et la lâcheté des Pasteurs de l’église Évangélique du Congo et des pasteurs recéleurs des dîmes des églises de réveil.
    Quand il s’agissait de querelles intestines au sein de l’EEC, on a vu tous ces pasteurs très prolifiques sur la toile concernant le cas du Pasteur MOUKALA.

    Et maintenant que se joue le destin de tout un pays = SILENCE TOTAL DE L’Église Évangélique du Congo.

    Tous les Pasteurs doivent prendre position PUBLIQUEMENT de manière indivisuelle et mieux encore COLLECTIVE… parce que chacun rendra compte de ses actes actuels dans le futur… devant le tribunal du peuple de Dieu.

    Car comme le disait le Pasteur Desmond TUTU :  » Rester neutre en situation d’injustice, c’est choisir le camp de l’oppresseur « .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.