Les règlements de compte entre Jean-Dominique Okemba, Jean-Jacques Bouya et Christel Sassou-NGuesso ont bel et bien commencé !

Par Olivier MOUEBARA

Les règlements de compte ne font que commencer à Brazzaville

Gilbert Ondongo, premier sacrifié

Le dernier conseil de famille élargi aux membres du bureau politique du PCT, juste après « la victoire » (volée comme tout le monde le sait) de Denis Sassou Nguesso à l’élection présidentielle avait été très orageux : Denis Christel et les autres éléphants dont Jean- Jacques Bouya et Gilbert Ondongo, s’étaient affrontés,  documents à l’appui (mais récupérés séance tenante). L’incongruité de la gestion de ces deux derniers a été démontrée ;  surtout celle d’Ondongo, à qui il a été reproché d’avoir dilapidé les fonds encaissés.

Il serait question d’une enveloppe totale de 494 milliards de FCFA, issue à la fois des ventes de cargaisons mais aussi de l’adjudication des OAT sur le marché financier de la CEMAC, dont les investisseurs financiers ne sont autres que les membres du clan. Une colossale opération de blanchiment comme le pays en a le secret !

Les fonds ainsi collectés et parés de vertueux tampons nationaux et internationaux,  Gilbert Ondongo pouvait  procéder à leur dispersion, à sa guise et sur des comptes seuls connus de lui, dans des paradis fiscaux.

En apprenant le déroulement du détournement, et surtout son montant, l’assistance était muette de  stupéfaction ! Le hold up parfait ! « Sans arme ni violence ! » à la bonne école d’Albert Spaggiari, sans toutefois avoir de coffres à forcer ! Dans la vaste organisation mafieuse qui s’est instaurée au Congo, le silence et le secret sont une règle absolue ;  tant pour les profits que pour les pertes !

Gilbert Ondongo, ostensiblement, avait mordu la poussière à cette occasion-là. Le clan réclama sa tête !

Dénis Sassou-NGuesso la leur offrit, en y ajoutant cependant un zeste de cynisme supplémentaire : son poste à l’Economie serait repris par sa protégée : Ingrid EBOUCKA BABACKAS qu’il avait ramenée de Yaoundé en voulant faire d’elle la Directrice Générale du Fonds souverain doté de 1000 milliards !!! C’était en 2014 quand les vaches étaient grasses !!!

Jean-Jacques Bouya entre dans le recyclage

Ondongo sacrifié, Bouya a été saisi d’effroi ! Il ne doit son sursis qu’à la maitrise des fonds secrets de Macao et ceux de Turquie dont il est le seul bénéficiaire. Il lui a été demandé de déléguer les fonds à Dénis Christel Sassou-NGuesso pour qu’il organise pour un rapatriement massif via des sociétés écrans dans le cadre de Partenariats Public-Privé (PPP) .

Les fameux PPP trouvent leur origine ici ! C’est ainsi que cette idée est née de faire figurer des arrangements contractuels en dehors des grands travaux pour récupérer ensuite la mise et donner les moyens de sa politique au futur Empereur Denis II, successeur de Denis 1er. Sauf que les équipes dirigeantes sont incapables de gérer autrement que dans le détournement systématique. L’Université Denis Sassou-Nguesso ne restera pas longtemps ouverte, comme ECair après 500 millions de dollars d’investissements totalement envolés.

Bruno JR Itoua, le JR de Dallas est de retour

Bruno ITOUA était présent à la fameuse réunion et n’a pas pipé mot. Heureux de voir ses détracteurs entrer en disgrâce. Parrainé par l’Impératrice Antoinette sa Tantine, il n’a pas boudé sa joie, ni sa soif de revanche lorsque le portefeuille des Hydrocarbures lui est revenu ! Raoul Ominga et consorts, qui lui avaient savonné la planche en 2005, ne vont pas tarder à s’en rendre compte !

En passant par le jeune Morlendé OKEMBA qui est rattaché à son cabinet, il a annoncé en off aux cadres :

« – Le retour de TOUTES les voitures de prestige à son cabinet, surtout celles de Pointe Noire.

– L’AUDIT DE LA SNPC car il serait temps de mettre de l’ordre dans la maison sur instructions de l’Empereur ! »

Les dirigeants actuels de la SNPC sont en état de choc depuis l’annonce du retour de Jean Richard Bruno Itoua, un phénix renaissant de ses cendres, plus retors et exécrable que jamais !

Le grand Rigobert Maboundou

 A la primature Maboundou, qui s’était laissé chuchoter à l’oreille qu’il garderait les fonctions de Directeur de Cabinet a été débarqué le 17 mai ! Crise de tachycardie et délires maniaco-dépressifs s’en sont suivis de 13h à 17h avec un AVC à la fin ! Il bavait littéralement de rage : « On m’a promis que je resterai au moins là… après tout le sale boulot que j’ai assuré vraiment !  On m’oublie ? »

Il ne lui reste plus qu’à médicaliser une suite de l’Hôtel Edmond à Brazzaville et espérer survivre à cette tempête.

La Belle Inès Nefer Ingani contre Jean Domique Okemba

Pendant ce temps Denis Christel Sassou Nguesso, qui doit épouser une femme politiquement APPROPRIEE, ne pouvait s’empêcher de penser à Inès NEFER INGANI ! Il fallait quelle soit toujours à proximité de son nouveau bureau de ministre du Ciel et de la Terre !!! Il a donc réclamé  et obtenu le retour de cette dernière au gouvernement à la barbe de Jean Dominique Okemba qui lui avait tendu un piège avec l’un de ses soudards parisiens. Le film avait circulé sur la toile il y a 2 ans !

Mais la chute du soleil Noir JDO est largement entamée… DSN l’enfonce dans des schémas sombres et obscurs connus de lui seul. N’a t-il pas rappelé le Général Florent NTSIBA pour renouveler sa Force NKWEMBALI issue de LEKANA depuis la mort de NGOUABI en 1977 ???  La tombe gardée de Ntsourou à quelques centaines de mètres de LEKANA n’est telle pas la figure du renouvellement sanglant de son pouvoir arraché et donné par les BATEKES via NGOUNIMBA NTSARI Père et David Charles NGANAO de Djambala ?…

Inès Nefer INGANI  révèle la décrépitude du système Jean Dominique Okemba : MBOULOU a perdu l’intérieur scindé en deux et dont la partie utile (Administration du Territoire) est dorénavant dévolue à Georges MBACKA, ancien conseiller spécial de l’Empereur-dictateur dans ce domaine-là. Les élections sont également perdues DE FACTO ! Seule restera la Sécurité publique à Mboulou ,mais que pèse-t-elle en face d’une CID (Centrale d’Intelligence et de Documentation) gérée par le Général Philippe OBARA ?

Denis Christel Sassou Nguesso fugitif ou Empereur ?

DCSN arrive donc tel un THANOS du Marvel Universe avec une toile totalement tissée et mise en place par des agents que  certains disent provenir du Ministre Français des affaires étrangères et que l’on a devinés à l’œuvre chez DEBY !!! Compte tenu du piège qui lui avait été tendu lors de son dernier séjour parisien, on pourrait sérieusement en douter. Il s’agirait encore de conforter le FILS ! Cette stratégie a démontré tous ses mérites au Togo, en Guinée, au Gabon, au Tchad, en RDC et maintenant au Congo Brazza et demain au Cameroun…

Des spécialistes auraient concocté l’organigramme et les missions de Dénis Christel Sassou-Nguesso, pour 1 AN, juste le temps d’avoir des victoires dans le champ économique et social avent de repartir dare-dare à la présidence du SÉNAT attendre le DÉCÈS/Démission de son Père. Ça urge car le Père prend désormais des pilules de CAPTAGON (la version hydrolysée), d’une drogue entraînant une « résistance à la fatigue, une vigilance accrue et une perte de jugement » ; la prise est accompagnée d’une libération de glucose et d’une augmentation du rythme cardiaque) savamment dosées pour rester éveillé. Les amphétamines, auxquelles il était accro le rendaient trop euphoriques et on a risqué l’accident cardio-vasculaire pendant la campagne électorale.

Les prochaines élections législatives sont pour 2022 ! Il faut donc hâter le pas et accélérer les logiques pour prendre de court tous les adversaires du dedans et du dehors !

Dominique Strauss Kahn toujours en embuscade

Pendant ce temps, DSK dans son reclus luxueux de Marrakech attend son rappel dans le cadre de l’achèvement du calendrier des réformes demandées par le FMI. Tapi dans l’ombre, il observe si ses réseaux Pigassiens peuvent encore donner un dernier coup de fouet. En 2016-17 ce juteux marché a été obtenu de longue haleine contre la banque Rothschild que Macron souhaitait positionner. Lazard a depuis largué Mathieu Pigasse,  et seuls les réseaux templiers de son oncle Jean Paul Pigasse arrivent à tenir la barque face aux vents de tous horizons !

Par Olivier MOUEBARA

Diffusé le 21 mai 2021, par www.congo-liberty.com

Bruno Itoua serait le « malheureux » ministre dont le compte bancaire a été piraté de 400.000€ en France…Le Pauvre !

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les règlements de compte entre Jean-Dominique Okemba, Jean-Jacques Bouya et Christel Sassou-NGuesso ont bel et bien commencé !

  1. Samba dia Moupata dit :

    On est chez les fous ! Entre le duo Mbochi kouyou Jean Dominique Okemba Denguet , Le clan Edgar Nguesso, Bouya et le clan du petit Zaïrois et sa soeur qui est le favori du père Sassou Dénis . J’ai peur pour mon pays .

  2. Val de NANTES dit :

    Les congolais sauront déconstruire cet édifice en carton ,car nul ne peut s’approprier le CONGO ,qui est un bien commun .
    Les congolais auront le loisir de retrouver les valeurs humaines qui structurent une nation digne de ce nom .Le spectacle auquel nous assistons ne s’inscrit pas dans l’éternité ,c’est une étape politique de notre pays , bien que néfaste , nous saurons en tirer une leçon patriotique pour le devenir de notre pays .
    Le temps nous invite à la » sophia « ,sagesse et attendre la délivrance du CONGO des mains de ses bourreaux .

  3. Ku Ibiti dit :

    Le Congo BZV n’existe plus…

  4. le fils du pays dit :

    Le Congo devenu un vrai bordel.Transforme en bazar et en epicerie familiale avec l’aide des mercenaires du Pct et leurs complices civils et militaires,toutes categories confondues.Ils ont fait descendre ce pays plus bas que terre et cela pendant plus d’un demi siecle.Une vraie fourmilière des Nkamis qu’il faudra donner un coup de pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.