NOUS SOMMES TOUS MONSEIGNEUR MILANDOU !

David NTOYO-MASEMBO,

Dans une audio en langue lari diffusée le 14 juillet dans les réseaux sociaux, un certain général Vadou, désormais connu pour son rôle de porte-parole de fait de la diaspora congolaise de France dans l’affaire de l’assassinat de l’opposant Guy-Brice Parfait Kolelas, stigmatise vertement  l’archevêque  de Brazzaville, Son Excellence Monseigneur Anatole Milandou qu’il accuse de tous les maux : voleur, arnaque  qui rançonnerait  sans pitié, en complicité avec le gouvernement du PCT, une population catholique par l’imposition d’une taxe de  100.000 XAF(cent mille francs CFA) pour la célébration d’une messe de requiem. Interpellé comme tout bon chrétien catholique, à l’instar d’un collectif des anciens séminaristes qui a réagi à ces accusations dans un web-journal  https://www.afriqueeducation.com/politique/article/congo_brazzaville_ne_touchez_pas_a_notre_archeveque_mgr_anatole_milandou , Yves Nkounkou alias Le  Pape, également ancien séminariste, réagît promptement en démontrant  l’impertinence des accusations portées contre l’église catholique en général et contre l’archevêque de Brazzaville en particulier. Dans son intervention, Yves Le Pape requît des excuses publiques de la part du général Vadou pour réparer la diffamation de la personnalité de l’archevêque par ses propos. Des réactions très critiques à l’égard du clergé catholique ont fusé consécutivement de toutes parts. Toutefois, tandis  que l’auteur du blasphème rechignait à s’excuser, un internaute non-identifié réagît violemment en proférant des invectives ci-après intégralement reproduites, donnant aussi un aperçu du contenu de l’audio en cause :

« Ce Yves Le Pape est un abruti fanatisé, d’où son absence d’un raisonnement rationnel.  

Le monsieur qui a alerté ne fait que rapporter le vécu. Bien sûr que l’église catholique en sollicitant auprès de ses fidèles l’apport de 100 000 XAF, est complice de l’ignominie des politiques. Dès lors que nous connaissons tous la pauvreté acerbe qui sévit au Congo, l’église catholique n’est pas digne de rançonner en lieu et place de l’état véreux soit dit. 

Le sieur Yves Le Pape ne dit mot de cette autre vérité qui avait été formulée par l’alerteur, comme quoi les prêtres congolais ont plusieurs femmes ! Quel congolais ne le sait-il pas notre cher Yves ? Quoi sur ce fait, vous portez aussi vos œillets, pour toujours acclamer très haut votre passion en cette église catholique, qui s’est déviée de son essence. Allez-y dans les boîtes de nuit au Congo et vous y trouverez ici et là abbé, prêtre, et autres ecclésiastiques se trémousser avec des nanas sur une rumba de Koffi Olomidé…

Décrier les mauvais comportements des serviteurs de Dieu, pour un bon chrétien, c’est aussi rendre service à son église, en tant des points, décevante ! Ne pas critiquer, c’est l’affiliation à la médiocrité des membres du pct.

Monsieur Yves Le Pape, l’église catholique est une tolérance, de soutien sans faille des démunis ».

La suite a été un flux de déclarations audio en lari essentiellement des adeptes de la secte des Bisi-Kôngo qui ont inondé les réseaux sociaux, invectivant l’Eglise et ciblant particulièrement deux prêtres de la paroisse Notre-Dame du Rosaire de Bacongo qui, défendant leur archevêque, les ont non seulement traités d’imbéciles, mais auraient promis les maudire, de surcroît. Quoique  nous avons remarqué un progrès dans leur communication, les « Bisi-Kôngo » ayant pour certains regretté   d’avoir écorné la dignité de Monseigneur Anatole Milandou et exprimé un repenti  sur les écarts de langage tenus dans les premières audio, puis présenté des excuses aux fidèles catholiques,  d’une part, nous avons assisté à une déflagration  de menaces frisant une déclaration de guerre mystique entre lesdits prêtres et les  adeptes de Bisi-Kôngo, d’autre part. 

Cette affaire, si vile au commencement car reposant sur des accusations non-fondées,  a dégénéré dans un enchevêtrement de conflits incidents inextricables que pourtant un brin de circonspection, seul, aurait aisément conjuré dès le départ. Les querelles sont des superfluités que les communautés humaines aspirant à la paix gagneraient à éviter même lorsqu’elles n’impliquent pas de violence physique. Dans cette campagne anticatholique, certains intervenants demeuraient si prêts à s’enflammer et à s’injurier ignominieusement pour une peccadille que les échanges dénotaient d’une platitude tellement répugnante qu’en somme, tout porte à croire que les Congolais sont un peuple perverti, abandonné par l’esprit de tempérance et possédé par un démon fougueux leur instillant une impulsion belliqueuse à la moindre incartade.

Ces inconduites ne devraient toutefois pas tant étonner tout observateur scrupuleux de l’évolution  de   notre société ces trois dernières décennies car ils ne sont  que l’aboutissement d’un plan de déstructuration de la société par le PCT et son leader visant essentiellement l’abrutissement de la population par tout moyen en vue de mieux la damner. L’armement de la jeunesse et  la militarisation des rapports sociaux par le maintien d’une région du pays dans un état de siège permanent, la destruction du système éducatif et le fossoyage de l’économie nationale sont des facteurs participant de ce plan de déliquescence de la jadis glorieuse nation congolaise. La semence d’un ferment  de violence  dans la conscience collective depuis la militarisation du pouvoir par Marien Ngouabi et la création du PCT poursuivi par la tyrannisation de « l’Empereur » participe de cette œuvre de déculturation de la population qui promeut le primat de la dimension animale du Congolais sur son humanité, la prévalence de l’instinct sur l’intelligence ou la  substitution de l’excellence par la médiocrité.         

Cet épiphénomène de violence est évidemment observable dans ce pseudo-conflit suscité par l’incompréhension sur la dérogation payante à l’interdiction des rassemblements publics en période de pandémie. Pourquoi réagir systématiquement par des injures à la moindre incompréhension ou incartade ? C’est une forme de violence, fusse-t-elle verbale ou scripturale, condamnable au même titre que la physique. A peine Yves Nkounkou Le Pape a-t-il réagi légitimement et courtoisement pour recadrer des propos déviant du « Général V » que notre internaute anonyme le traite déjà d’abruti, c’est-à-dire d’une personne stupide, imbécile etc. Au passage, notre intervenant ferait bien de saisir cette opportunité pour proposer à l’Académie française cette nouvelle acception du terme abruti : « Personne réagissant légitimement pour la défense de ses intérêts » avec  pour illustration la belle proposition de : « Ce Yves Le Pape est un abruti fanatisé ». Il contribuerait ainsi à l’évolution de la langue de Molière.

De cet abrutissement reprochée à Yves Nkounkou pour « absence de raisonnement rationnel » dans son argumentaire, il convient de répondre d’emblée que s’il ne repose que sur le fait de n’avoir pas répondu sur l’inconduite de certains prêtres du diocèse, alors la critique  parait impertinente car ce sujet constitue un volet radicalement indépendant de la problématique initiale qu’est la taxe funéraire. Qu’il nous soit donc permis de déclarer catégoriquement à l’endroit aussi bien de notre interlocuteur anonyme que des adeptes de « Bisi-Kôngo » que l’Eglise catholique est une institution organisée qui dispose de ses propres structures et mécanismes de règlement différends internes. Naturellement, l’Eglise est une organisation d’hommes faits de corps de chair et d’esprit avec  leurs  forces spirituelles et leurs faiblesses physiologiques. Par conséquent, l’inconduite des membres du clergé relève, toutes proportions gardées, des juridictions ecclésiastiques compétentes dont ne font pas partie, malheureusement, les réseaux sociaux. Il  n’appartient donc à aucun jury de profanes de  traduire les membres du clergé catholique devant le tribunal populaire des réseaux sociaux. Cette assertion est un postulat que nous rappelons humblement à la sagesse de nos détracteurs pour une bonne  compréhension.  Ils trouveront dans sagesse kôngo une panoplie de préceptes proverbiaux pour le leur faire admettre. Le linge sale se lave en famille, au mbôngi, et non sur la place du marché. Nous vous en supplions.

Sur la taxe, si notre interlocuteur anonyme avait lui-même appliqué son « raisonnement rationnel », il aurait déduit d’emblée l’innocence de l’Eglise dans cette machinerie fiscale de notre administration tellement véreuse que l’intérêt général n’est plus le seul mobile de son action. Sans avoir besoin de consulter la documentation afférente à cette taxe pour en découvrir le libellé, il est plausible de formuler un doute préalable que l’acte en cause puisse stipuler que l’administration affecte une partie du montant perçu aux églises abritant la cérémonie objet de la dérogation. Par ailleurs, l’Eglise étant une institution structurée, elle dispose d’un ordre juridique constitué de canons régissant son organisation et son fonctionnement. Sans être expert de droit canonique, il me parait improbable pour l’archevêque de trouver un canon sur lequel fonder une taxe ecclésiastique de la nature de celle qui est contestée chez l’administration. Notre archevêque est aussi lié par une législation interne à laquelle il doit conformer toute action. La  responsabilité de  l’Eglise étant ainsi dégagée, l’administration demeure le seul justiciable de ce montage sulfureux.        

En l’occurrence, le règlement anti-covid19 interdit en principe le transfert de dépouille mortelle à  tout sanctuaire d’organisation religieuse dans laquelle le défunt pratiquait sa foi. Il autorise, par  compensation, tout recueillement et toute célébration cultuelle abrégé dans l’enceinte de la morgue. La mesure parait sévère mais c’est la loi. Si, toutefois, la famille du défunt tient à observer le rituel complet impliquant transfert de corps à l’église pour une messe funéraire, elle demande volontairement une dérogation à l’administration qui la lui accorde moyennant paiement de droits requis. L’administration ne fait aucune distinction entre les confessions religieuses et applique uniformément le même montant à toutes. Si la famille choisit cette option, elle paie les frais requis auprès du ministère de l’Intérieur. Ce ne sont donc pas les confessions religieuses qui perçoivent les fonds contestés mais le ministère concerné. Pourquoi, donc, seuls les fidèles de l’église catholique et ceux de l’archidiocèse de Brazzaville se sentent  victimes de « l’arnaque » ?

Même en considérant isolément le cas de l’église catholique, l’interdiction, demeurant d’ordre public, s’applique uniformément à l’intégralité du territoire national, donc à tous les diocèses et archidiocèses du pays. Pourquoi donc seuls les fidèles de l’archidiocèse de Brazzaville se rebellent et pas ceux de Pointe-Noire ou d’Owando ? Pourquoi les chrétiens des huit autres diocèses du pays n’incriminent pas respectivement leur évêque ? Il y a lieu d’égrener ici tout un chapelet de questions. Chrétiens de l’archidiocèse de Brazzaville, les Bakongo notamment, avez-vous un grief particulier contre Son Excellence Monseigneur Anatole Milandou, votre archevêque ? Pourquoi lui cherchez-vous des peccadilles pour le discréditer ? Le blasphémateur qui a profané le nom de l’archevêque a déclaré avoir agi sur requête des chrétiens de Bacongo. Peuvent-ils pour autant apporter la ou les preuves de l’implication de Monseigneur Milandou dans cette machinerie d’extorsion de fonds aux citoyens par leur Etat voyou ? Peuvent-ils dire au public le taux exact de retro commission reversée à leur archevêque ou à leur archidiocèse ? Si l’Eglise était complice de cette escroquerie, pourquoi est-elle soumise, elle-même, au paiement de ladite taxe pour l’organisation des funérailles des membres de son clergé ? Catholiques Lari, pourquoi cette frivolité ? Pourquoi avez-vous livré votre archevêque à des impies pour le jeter en pâture aux fauves des réseaux sociaux ? Vous êtes des judas. Où donc avez-vous mis votre foi ? Chrétiens de l’archidiocèse de Brazzaville, honorez et protégez votre archevêque ; il est trop humble et généreux pour mériter l’opprobre dont vous l’avez injustement couvert.

En conclusion, chers confrères catholiques, pour nos morts, payons la taxe si nous voulons des funérailles en grandes pompes et si nous pouvons ; sinon, enterrons-les le plus sobrement possible et arrêtons de crier sur  les toits. Rappelons-nous qu’il y a des pays avec une règlementation anti-covid plus sévère qui dénie aux familles tout droit d’ensevelir leurs morts !

Quant au « Général Vadou », et ses confrères, votre  ingérence précipitée dans cette affaire parait  aussi imprudente et qu’inopportune. Toute mésestime mise à part, vous avez agi  plutôt en caporal qu’en général. Comment pouviez-vous réagir précipitamment à une information sans en vérifier la véracité au préalable ? Avez-vous évalué la portée de votre action en termes de stratégie ? Vous saviez pertinemment avant tout engagement que vous déclareriez une guerre à un peuple aussi nombreux que l’église catholique qui constitue par ailleurs un pan important de votre auditoire des « Bisi-Kôngo ». Essayez de mesurer les conséquences. Vous avez risqué gros en tentant d’ouvrir ce front de guerre supplémentaire et superflu dont vous imaginez bien l’impact stratégique. Il est de principe militaire cardinal que l’on ne disperse pas futilement les efforts et les moyens dans une guerre. L’histoire nous apprend que deux génies militaires des deux siècles précédents, Napoléon et Hitler, ont perdu leur guerre continentale pour avoir ouvert maladroitement un front de trop : celui de Moscou. Ce n’est pas pour autant assimiler Moscou au Pool mais telle évocation est une invite à l’extrême prudence ou à user de circonspection avant de s’attaquer, de quelque manière que ce soit, au peuple de cette région meurtri par un quart de siècle de guerre génocidaire. Vous menez à bien un noble combat pour la mémoire de Pako qui vous vaut de l’admiration des sympathisants de notre Président de la République à titre posthume ; alors, focalisez-vous dessus et n’ouvrez pas inutilement d’autres fronts de batailles.    

A propos, « général », vous avez réagi comme un vrai « yaka-mâmbu »  du Pool, c’est-à-dire un récupérateur de cause d’autrui pour en faire l’avocat du diable. L’histoire de notre société regorge de précédents qui devraient suffisamment nous éclairer et nous inspirer dans notre combat politique national. En tant que Lari, vous rappelez-vous les accusations que nos pères ont porté, sur la base de fausses informations, contre le Président abbé Fulbert Youlou qui aurait tout volé et, encore récemment, contre PAKO dans ses relations extrapolées avec « l’Homme du 5 février » qui aurait été son pourvoyeur de fonds jusqu’au jour où il nous a confessé peu avant sa mort qu’il n’était pas « nguirisé » et qu’il n’avait « jamais été nguirisé », pour ne citer que ces deux cas ? Qu’en dites-vous aujourd’hui après recul ? Voulez-vous faire subir le même sort à Mgr Milandou maintenant ? Peuple lari, apprenez à considérer vos leaders. Ne les vilipendez pas de leur vivant pour les glorifier après leur mort.

Mgr Milandou a été si injustement vilipendé que tout le peuple des catholiques et sympathisants devrait former autour de lui une chaîne de solidarité ou lui ménager une haie d’honneur à titre de réparation du préjudice moral subi et de réconfort pour enfin scander à l’unisson : « Nous sommes tous Monseigneur Milandou ! ».

J’ai dit.

David NTOYO-MASEMBO,

Catholique congolais

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à NOUS SOMMES TOUS MONSEIGNEUR MILANDOU !

  1. Samba dia Moupata dit :

    J’avais cru en Ya Milandou pendant des années , mais la déception était immense ! Ya Milandou un personnage illisible et la fameuse affaire de cent -mille francs à montré la cacophonie dans l’église et le silence de Ya Milandou le rend complice de la barbarie Mbochi . Ce dernier a voulu s’entouré des médiocres comme Donatien Bizaboulou , Mesmin Massengo l’ami de Denguet , Jonas Kourissa l’ami intime de kiki Sassou et Aumônier de la famille Sassou .Bref ya Milandou avec son plan de sabotage veut vider , le pouvoir de son successeur à l’archevêché de Brazzaville, sur ordre de Sassou Dénis . Par ce que pour la première fois l’archevêché voit arrivé un jeune intellectuel deux fois docteurs en Italie et en France , qui certainement a toutes les chances d’être élever à la dignité cardinalise .

  2. Abel-placide Hombessa dit :

    Bonne réflexion qui permettrait aux Laris de tirer les leçons du passé, notamment avec le cas Youlou , un homme intègre, sali à tort, et tout récemment le cas Pako, dont l’honnêteté n’a été reconnue qu’une fois mort. Les Laris doivent apprendre à honorer leurs leaders de leur vivant et non toujours post mortem !

  3. VAL DE NANTES :LE LARI SASSOUPHILE ,,NON . dit :

    Oui , mais !!.
    De nos jours , il est périlleux de faire acte de panurgisme du fait tribal . C’est la raison qui doit nous guider à valoriser les nôtres et non les passions tristes .
    J’ai connu ,par voie administrative , notre DÉFUNT PAKO , ministre de la fonction publique . Quelle ne fut pas ma désagréable surprise de constater l’immobilisme criard ,teinté de jalousie , sur un cas sur lequel il devait exercer son autorité !!!.
    BREF !! .Les laris doivent faire un travail sur eux pour mieux paraitre aux autres .
    Trop de témoignages révoltants à l’égard de ces laris mieux placés pour aider , tant soit peu , les leurs , en difficultés permanentes….
    Ce combat contre SASSOU n’est pas distinct de celui contre nos propres frères laris ,qui ne regardent que leur nombril …
    MVOUBA a – t’ il besoin de la permission de SASSOU pour venir en aide à son propre frère lari ,de surcroit diplômé pour un poste administratif ?
    Que ceux des laris , qui ont été aidés par les MVOUBA , ADELAIDE , MILANDOU , PAKO , et FILA me contredisent ….
    Virons SASSOU et ces potentats du POOL , VOUS récolterez les bons laris .
    Les laris , j’y crois .Mais pas avec eux .

  4. FL Poudy dit :

    On juge les gens par les actes posés et le comportement affiché. Donc monseigneur Milandou sera jugé comme tel. Si les Congolais disent librement que Msg pose des actes positifs ou négatifs, c’est leur point de vue. On ne va pas gueuler hypocritement quelqu’un qui pense ce qu’il dit. Le Congolais n’est plus quelqu’un à manipuler.

  5. Lucien Pambou Mkaya Mvoka dit :

    Desole DAVID NTOYO

    NON ET NON
    MONSEIGNEUR MILANDOU EST LUI ET NOUS NOUS SOMMES NOUS
    Pas de confusion svp
    Ce qui es regrettable dans votre texte est que vous vous adressez aux laris et le vili catholique que je suis n est il pas aussi concerne par l homme d eglise et qui au sens de Dieu est mon berger sur cette terre/pour ces relations avec le pouvoir mgrMilandou doit etre seul devant sa conscience/nous ses ouailles ne sommes pas concernes

    Tchiadi Mingui vous reprochez aux mbochis de se rendre des services multiples car telle est selon certains papiers sur ce site leur marque de fabrique

    @val de nantes donneur de lecon a toute la terre congolaise tu souhaiterai que les laris dont Vouba fissent ce que tu reproches aux mbochis a savoir la clanisation des postes et souhaites construire une bfedration politique qui serait loin des pratiques mbochistes que tu voues aux gemonies mais que tu reclames a Vouba pour les laris

    Un peu de coherence intellectuelle a defaut de l etre au niveau des idees

    Ceci n est pas une attaque adhominen mais comme j ai ,un peu de temps en ce moment j essaie de poursuivre lescontradictions des uns et des autres

    je sais bien que le systeme d acces a des postes de responsabilites ne repose pas sur le merite et encore moins sur les competences eprouvees mais tout de meme il faut etre serieux

    Noublie pas une chose frangin l appartenance de Vouba au reseau politique congolaise l oblige a la mesure et a la discretion car il est surveille /il arrive dans le reseau seu et non avec la chorte de tous les laris
    La vie politique congolaise que tu critiques abondamment est jonchee de traquenards

    je termine c est le coeur lourd que je constate que ce texte en faveur de MGR MILANDOU ne s adresse qu aux laris les memes qui disent etre victimes du tribalisme au Congo au lieu de s adresser a tous les croyants dont le vili de Diosso que je suis/je precise car nous sommes entres malgre les denegations dans l ere des communautarimes claniques
    Deciemment il est incorrigible le congolais il refute le clanisme mais des quil le ,peut il s y refugie/ Nous sommes tous des badokis voila pourquoi on fait du surplace

  6. Samba dia Moupata dit :

    Cher Pambou je te le concède , oui cet article est tribaliste et honteux , ya Milandou c’est le patron de l’église catholique congolaise , ne devrait être l’otage d’un clan ! Ces soi-disant Laris se trompent toujours Ya Milandou est au service de Sassou Dénis pour démolir l’église et pérenniser la barbarie Mbochi . Car tout récemment nous avons attendu l’oraison funèbre du cardinal Fridolin Ambongo de la RDC très virulente envers Sassou Dénis qui était présent . Ya Milandou doit avoir sur sa conscience la mort de Parfait Kolélas , car ce dernier m’a dit de vive voix son affection pour Parfait , alors qu’il appréciait moins le père Kolélas .

  7. Les laris doivent soutenir les laris...que doivent faire les autres congolais ? dit :

    Ce texte de Ntoyo-Massembo est un texte tribaliste et irresponsable. En un mot, l’auteur appelle les laris à ne pas s’attaquer un des leurs et de toujours soutenir les leurs…quoi qu’il en coûte. C’est la raison pour laquelle, les fanatiques laris ont soutenu Pako malgré que toute l’opposition avait appelé au boycott de la présidentielle 2021. C’est encore la raison pour laquelle, quand tous nous votions le général Mokoko pour des raisons stratégiques, les fanatiques laris étaient les seuls a voté pour le fils du coin Pako.
    Si les laris doivent à tout prix soutenir un des leurs, que doivent faire les autres communautés ?
    Néanmoins, il faut insister sur le fait que ce ne sont pas tous les laris qu’il faut critiquer, puisque l’auteur s’insurge contre d’autres laris qui s’attaque au corrompu franc-maçon et Mgr Milandou.
    Merci Lucien pambou et Samba dia moupata pour votre clairvoyance, ce texte de Ntoyo Massembo est un texte d’un fanatique et suprématiste lari

  8. VAL DE NANTES : dit :

    @Pambou grd .
    Vous êtes à une contradiction près . MVOUBA , dans le réseau comme ses parrains sanguinaires , partageraient les mêmes valeurs que ces derniers .Donc un mimétisme comportemental devrait justifier son appartenance à cette secte .Mais son manque d’amour pour ceux ,dont il pique les voix dans le pool ,le disqualifie.
    « QUI SE RESSEMBLE , S’ASSEMBLE « .
    Que dit un ministre mbochis abonné au gouvernement : « MVOUBA a tout le loisir de placer ses parents et SASSOU n’en a rien à cirer « .
    Et il enfonce : » La région du pool est celle située dans le sud , la mieux représentée dans les divers gouvernements , depuis le hold up de 1997 .Les ministres du pool n’ont pas l’audace et le toupet d’aider les leurs « ….
    Signé un ministre , au surnom , de BLECK .Il s’y reconnaitra ….

  9. Lucien PambouMKAYA MVOKA dit :

    Desole val de Nantes/dans le reseau on partage les memes valeurs et vous val de nantes vous ajoutez sanguinaires(ce que je n ai jamais dit dans tous mes posts sur ce site la encore main dans le sac de tromperie et vous pouvez le verifiez) mais dans le reseau il ya des places assignees qui vous autorisentou pas a des prises de decision
    Meditez sur la place occupee par vouba au sein des noeuds reseautaux de la politique congolaise

    Dans le reseau tout n est pas homogene ne vous en deplaise il ya des notions de trajectoire de noeuds et de distance vis avis du noeud central
    Il faut depasser la notion theorique du reseau et accompagner celle ci d un contenu humanisant » marque par des rapports de force

    un simple coneiller de cabinet peut etre plus important que l actuel president de l assemblee nationale voba si je ne me trompe

    il faut sortir des analyses theoriques qui sont des lineaments du raisonnemment scientifique en accompagnant celuici d un raisonnement sociologique

    la philo c est bien mais revient sur terre et les pieds dans la glaise

    Tu as ete pris la main dans le sac du tribalisme et du clanisme lari

    Je suis gourmand et patient et j attends comment tu vas construire un federalisme comme modele politique au congo exempt d’ inimities clanico tribalistes

    Ce que ditun ministre de Sassou de vouba n est que l ecume de la vague reseautale
    qui est plus marque par des ronds d eau de povoir hierarchise et pas sur que vouba appartienne aux premiers ronds d eau de pouvoir dans la mer reseautale politique congolaise

    Attention Frangin ne jamais critiquer celui qui porte une brindille dans son oeil tribal alors que soi meme on charrie une grosse poutre et on ne le sait /la poutre clanico tribale bien sur

    Elle finit un jour par apparaitre meme si par des contorsions theoriques on essaie de dire le contraire/ continuez ainsi Sassou comme je le dit toujours est au balcon du resua et il se marre car trops intelligents on a rien compris de la gouvernance dans les democratures d afrique francophone et surtout centrale

    bonne fin de semaine

  10. David NTOYO-MASEMBO dit :

    Autant j’ai le plaisir d’observer votre enthousiasme à partager vos opinions sur mon texte, autant je suis estomaqué de l’orientation que vous donnez au débat qui semble l’éloigner de sa problématique initiale pour verser dans une extrapolation infinie et lui imprimer maladroitement une marque de tribalisme abject.
    Le débat qui devait porter sur la démonstration d’innocence, de la culpabilité ou de la complicité de Mgr Milandou dans cette taxe spéciale de 100.000 francs imposée par l’administration aux citoyens tend à éluder ce volet pour se focaliser sur des questions incidentes et superfétatoires. L’essentiel de notre exposé repose sur cette démonstration et je pense l’avoir fait avec une rationalité qui conclut à l’innocence de Mgr Milandou dans cette escroquerie organisée opportunément par notre administration foncièrement corrompue. Une administration d’un État républicain, donc soucieuse de l’intérêt général de ses administrés et de son autorité, n’aurait pas osé se contredire par l’assortiment de son interdiction de rassemblement public d’une exception moyennant argent.
    Je m’attendais à l’engagement d’une discussion sur des points comme l’investigation des mobiles ou raisons susceptibles de justifier la décision de l’administration d’apporter une exception controversée à une mesure de santé publique en période critique, je suis servi d’un débat sur le tribalisme. Il y a autant l’irresponsabilité d’une administration qui monnaye la sécurité sanitaire de ses administrés contre une quelconque somme d’argent. Vous avez un gouvernement de marchands de risque sanitaire par un jeu de mesures et d’exceptions injustifiées dont l’irrationalité ou le paradoxe n’interpelle personne, surtout pas la crème ou l’intelligentsia de cette plate-forme qui se laisse obnubiler par les futilités du tribalisme et l’acharnement sur un personnage secondaire dans un scandale planifié.
    Je m’attendais à une démonstration logique ou mathématique d’une éventuelle prise de participation de Mgr Milandou dans l’ingénierie du rançonnage des familles endeuillées par l’administration congolaise, d’une part, et celle du partage du butin entre les deux rançonneurs. Messieurs Samba-dia-Moupata, Lucien Pambou et autres intervenants, pouvez-vous me donner le taux ou le montant perçu par Mgr Milandou ou son archidiocèse par rançon de 100.000 francs et me décrire les mécanismes de son affectation au bénéficiaire ? Je suis interloqué par votre habileté à l’évitement des vraies questions de la controverse pour l’orienter vers des points de moindre importance.

  11. David NTOYO-MASEMBO dit :

    Monsieur Samba-dia-Mpoupata, vous vantez le courage de l’épiscopat de la RDC et dénoncez la « lâcheté » implicite de celui du Congo mais vous ne prenez pas en compte les contingences et les nécessités qui expliquent les différences de postures des deux institutions, notamment leur histoire respective. Notre épiscopat n’est pas aussi lâche que vous l’insinuez. Il y a juste entre les deux des différences de stratégies et de tactiques. Pensez à la dernière déclaration des évêques sur les élections du 21 mars, à la lettre pastorale subséquente de Mgr Milandou et à d’autres déclarations antérieures ainsi qu’à la dernière invite du Chef de l’Etat à la confession https://sacer-infos.com/le-clerge-demande-a-sassou-de-se-reconcilier-avec-le-peuple-et-sa-conscience-pour-beneficier-du-pardon-divin/ Dans le passé, c’est notre Conférence nationale souveraine qui a servi de modèle à celle de l’ancien Zaïre. C’est dire que tout est fonction de circonstances changeant avec le temps. Vous semblez cependant faire un peu trop fort à affirmer que Mgr Milandou doit porter la mort de Parfait Kolélas dans sa conscience. Cette assertion n’a pour tout avantage que la virulence de la critique et me semble trop tendancieuse dans sa propension à compromettre Mgr Milandou dans la mort de Pako. Est-ce là un nouveau chef d’accusation contre lui ?

  12. David NTOYO-MASEMBO dit :

    M. Pambou, vous déclinez mon invite à la formation d’une chaîne de solidarité autour de Mgr Milandou, d’accord, c’est de votre plein droit, mais toutefois, le point commun à vous tous qui partagez ce sentiment est votre incapacité à transcender vos préjugés sur une personne au point de fermer les yeux sur une injustice criarde qui se commet sur elle. Vous pouvez ne pas apprécier la personne de Mgr Milandou pour diverses raisons mais est-ce une raison pour encourager son incrimination sur un fait précis sur lequel son innocence est démontrée ?
    Cette attitude me rappelle la partialité et la passivité de l’intelligentsia française à la fin du XIXe siècle qui se démît de sa responsabilité devant l’injustice exercée sur le Capitaine Dreyfus. L’on pouvait ne pas affectionner l’identité juive de Dreyfus, mais pouvait-on s’autoriser de nier sa condition humaine qui appelait par devoir citoyen soutien national et une application égalitaire de la justice sur ce sujet de droit ? L’intelligentsia française avait failli à cette exigence éthique. Seul Émile Zola se leva pour défendre ce valeureux officier abandonné à l’arbitraire du pouvoir français de l’époque en la dénonçant par son plaidoyer au président de la République qui consacra la fameuse formule : « J’accuse ». Et moi, similairement, je m’insurge contre l’injustice sous-tendant le faux procès fait à Mgr Milandou et contre la partialité de ses détracteurs qui épargnent de toute critique l’administration congolaise qui est le véritable et le seul coupable dans cette escroquerie.
    Ce qui est révoltant dans ce traitement inique, c’est cette tendance à vouloir stigmatiser Mgr Milandou comme le responsable de tous les maux du pays et de blanchir ainsi implicitement le PCT et son président qui en sont les vrais auteurs. Chers détracteurs, persisterez-vous donc à insinuer à tout un peuple ce renversement de responsabilités dans la faillite de l’Etat en innocentant les vrais coupables du crime pour culpabiliser les innocents ? Non chers concitoyens, je ne peux pas cautionner vos critiques outrageuses participant du « forgeage » d’un nouveau paradigme qui interpréterait de travers la réalité intégrale de notre société. De cette crise sociopolitique qui ronge notre nation, évitons, par honnêteté intellectuelle, de tourner Mgr Milandou en l’âne de la fable « Les animaux malades de la peste » de Jean de la Fontaine. Ne le sacrifions pas sur l’autel de l’intolérance, de l’imprudence, de la méprise et de la partialité.

  13. Samba dia Moupata dit :

    Cher David Ntoyo -Masembo ,d’abord un mot de compassion pour mon grand frère Abagna Victor un natif de Makoua du groupe Mbochi , qui est aujourd’hui persécuter par Sassou Dénis . Pour avoir lu publiquement une déclaration des évêques et son interview à RFI critiquant le boucher d’Oyo . Je ne suis pas l’ennemi de ya Milandou, c’est un cousin par alliance car le père de ce dernier s’était remarié à ma tente à Nganga -kombo et son prédécesseur Batantou Barthelemy fut un cousin à mon père . Parfait Kolélas fut un petit frère , je l’ai dissuadé de partir rejoindre la mafia Mbochi . Cependant ya Milandou l’encourageait dans cette démarche suicidaire . Parfait et moi depuis 2009 s’était le silence radio , il m’a traité d’aigri , par ce que tout le monde l’appelait monsieur le ministre sauf moi .

  14. Collectif des anciens séminaristes dit :

    Très beau texte et excellente réflexion. Félicitations, David NTOYO-MASEMBO. C’est regrettable que certains critiques vous aient mal compris et vous aient maladroitement accablé de qualificatifs impertinents. Quant à nous, le collectif des anciens séminaristes, auteur de l’article paru chez Afrique Education que vous nous avez faits l’honneur citer en référence, nous sommes réconfortés de trouver un « condisciple » de Mgr Milandou avec qui joindre nos forces et intelligences pour assurer sa défense contre ses calomniateurs. Aussi nous intervenons pour éclaircir votre pensée à l’endroit de Monsieur Pambou inquiété par un sentiment d’exclusion.
    Monsieur Pambou, nous apprécions bien votre style humoristique d’interpeller David dans le débat depuis votre refus de vous solidariser avec Mgr Milandou jusqu’à votre sentiment d’exclusion en tant que chrétien vili de Diosso… [MDR]. Si vous relisez son texte avec un regard différent, vous vous apercevrez qu’il n’exclut pas les autres chrétiens mais particularise certains, les Lari, à juste titre. Vous décèlerez certainement son raisonnement par déduction, partant des Congolais en général vers les Lari en particulier.
    Concrètement, à propos de l’étendue du champ d’application de la réglementation covid, il a interpellé tous les chrétiens, toutes confessions confondues, voire même les organisations laïques, puis les catholiques, tous les archidiocèses dont celui de Brazzaville et enfin les fidèles des paroisses de Bacongo ou celles des doyennés sud. Ce sont ces derniers, Lari à l’évidence ou majoritairement tout au moins, qui ont lancé l’alerte de cette accusation et c’est la raison pour laquelle il s’adresse à eux en particulier par nécessité. Chrétien vili de Diosso, si vous aviez déménagé à Bacongo et que vous étiez un fidèle des paroisses de Notre-Dame du Rosaire ou de Saint Pierre Claver, vous auriez été assimilés à ces protagonistes et détracteurs incriminés dans son texte. Il n’y a donc aucune ombre de discrimination cachée à propos.
    De ce point de vue-là, il sied de noter au passage que les chrétiens de la région du Pool ont plus de symboles militant en faveur de l’acceptation de leurs frères non-Lari que le contraire. Le premier catholique du Pool, l’évêque émérite du diocèse de Kinkala, n’est pas un Lari -je fais allusion à Mgr PORTELLA- et des évêques Lari ont exercé ou exercent encore leur épiscopat dans des diocèses extérieurs ; Messeigneurs Nsayi (feu), Nkombo (feu) et Manamika en sont des illustrations. Notre église a déjà dépassé ce problème primaire de discrimination tribale qui contredit le précepte cardinal de la chrétienté : l’amour du prochain.
    L’auteur reste donc objectif dans son jugement en dénonçant spécifiquement avec fermeté un comportement pervers d’une frange de chrétiens Lari envers qui tout laxisme au départ pourrait laisser dégénérer la situation dans des proportions plus difficiles à contrôler par la suite. Chrétiens, nous le sommes tous mais avec nos différences culturelles et linguistiques indéniables qui sont inhérentes à notre personnalité. Si une discorde quelconque s’élève de cette condition particulière, pourquoi ne pas la traiter en tenant compte de ces spécificités. Lorsque Saint Paul sermonnait des chrétiens d’une église locale donnée dans ses différentes lettres, il s’adressait à eux nommément sans faire d’amalgame d’autres congrégations. Ceci n’empêche l’application de ces remarques à toute la chrétienté comme c’est le cas depuis toujours. Que chacun de nous tire des leçons des erreurs des autres ; autrement dit, que les Vili, Teke, Nzabi, Kouyou, Bomitamba, Ndjem et autres « tribus » s’inspirent de la remontrances faites aux Lari pour bannir éventuellement ces fautes de leur comportement.
    Bonne compréhension à tous.

  15. Lucien Pambou Mkaya Mvoka dit :

    Au collectif des anciens seminaristes

    Merci pour ce texte de clarification

    Cordialement et tres bonne journee

  16. VAL DE NANTES : @grd PAMBOU dit :

    Vous semblez quitter la scène sur la pointe des pieds ,je vous y ramène ,car vos propos vont à l’encontre de ceux prononcés par THOMAS MORE , le pape de l’utopie .
    En voici la teneur : » vous créez des voleurs que vous punissez ensuite « , c’est à dire l’ Etat ne doit pas être la conspiration des riches contre les pauvres .
    Les réseaux , en tant système politique avilissant , y participent . C’est un groupe D’HOMMES DÉRÉGLÉS aux ambitions POLITIQUES démesurées ,qui préempte l’avenir de tout un pays .

  17. Lucien Pambou mkaya mvoka dit :

    A Val de Nantes

    Vous finissez par fatiguer tout le monde laissez Thomas MORE la ou il est la
    Revenez a l essentiel comme vous le faites a la fin de votre post en developpons un peu plus

    On attend toujours un papier fouille sur un sujet soit de geopolitique soit portant sur la gouvernance au congo

    Les remarques ampoulees c est bien mais un papier de debat comme le fait David Ntoyo / un papier a l image de celui de la teneur de David ntoyo c est mieux

    Je ne deserte pas je discute sur des faits et des eclaircissements et quand j estime avoir ete reinforme je le dis et je n ai pas le boulard de la contradiction inutile comme certains/tiens tu te reconnais ce n’est pas une attaque adhominen mais une simple interrogation pour m eviter de quitter la scene/ je l ai deja dit ici je ne quitte pas la scene de la diputation meme si je suis tout seul face au plus grand nombre/il en est ainsi de la notion de Reseau politique haie /bannie/vomie par certains sur ce site et notion qui a fini par s installer/et je n ai ni le Melon ni le boulard je te rassure frangin et j ecris toujours avisage decouvert avec mon vrai nom et prenom

    je ne pars jamais je ne fais que des allers et retours

  18. VAL DE NANTES :GRD , ON EST ENSEMBLE !!.PAS DE FATIGUE !!. dit :

    Déjà fatigué , ALORS QUE Le CONGO tend vers un pouvoir génétique !!. GRD@PAMBOU , JE PRENDS le gingembre et le curcuma en bio , auxquels j’ajoute le miel et ça marche .
    La preuve , je vous fatigue . Alors qu’il s’agit de débroussailler le chemin pour remettre ce pays sur des bons rails , vous manifestez une overdose à la piqûre de rappel concernant votre antienne qu’est le réseau .
    Ce sont ces différents aspects néfastes de ce réseau politique qui ,lorsqu’on en vienne à en montrer la réalité , déstabilisent le commun des mortels ,j’en conviens .Mais tolérez que je puisse en savoir davantage sur la nature exacte de ce supposé ovni politique d’où tout part ,selon votre analyse politique .
    D’ailleurs , le dernier JEUNE AFRIQUE vous statufie . Comme quoi ,rien ne vient de rien .
    Val de Nantes est un diminutif de mon nom et de mon prénom ,JE CROIS Y AVOIR RÉPONDU à plusieurs occasions .
    Quand aux bouts de papier qu’il faudrait élaborer pour vous convaincre de ma qualité intellectuelle ,point me chaut , car je sais qui je suis .
    C’est MARTIN HEIDEGGER qui reprochait aux sages antiques : « leur oubli de l’être « .
    A méditer !!!.

  19. Lucien PambouMKAYA MVOKA dit :

    A
    Val de Nantes
    t as pas compris dans quel sens j utilisai le mot fatigue

    CE N EST PAS TRES GRAVE LE DEBAT DES SACHANTS CONGOLAIS CONTINUE ET AVEC ENTHOUSIASME POUR DES IDEES NOUVELLES

    BONNE FIN DE SEMAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.